Navigation – Plan du site

Sortir de la grotte

L’apport de l’étude des abris ornés du paléolithique supérieur
Geneviève Pinçon, Oscar Fuentes et Camille Bourdier
p. 82-87

Résumés

La reprise de l’étude du Roc-aux-Sorciers à Angles-sur-l’Anglin dans la Vienne, au début des années 1990, a joué un rôle moteur dans la dynamique des études des abris ornés du Paléolithique supérieur. Contrairement à la plupart des grottes ornées, de tels sites offrent la possibilité d’interroger des images pariétales en association avec des occupations type habitat, inscrites au cœur des paysages. Ce contexte physique et archéologique particulier permet de nourrir de multiples problématiques sur les sociétés de chasseurs-collecteurs préhistoriques, tant sur le plan social que culturel : fonction des sites ornés, usage social des images, mobilité des groupes et structuration territoriale.
L’étude des frises sculptées, comme celles du Roc-aux-Sorciers ou de la Chaire-à-Calvin à Mouthiers-sur-Boëme en Charente, ont également été des lieux de développements méthodologiques, techniques et conceptuels repris efficacement sur d’autres sites comme le Roc-de-Sers à Sers en Charente, l’abri de Cap-Blanc à Marquay ou l’abri Reverdit à Sergeac en Dordogne. Face à des œuvres en volume et souvent de grande taille qu’il faut comprendre dans leur ensemble, de nouvelles méthodes d’acquisition ont été sollicitées et mises en place comme les technologies 3D dès les années 1990. L’objet de cet article est de faire le bilan de l’ensemble de ces apports, tant pour la recherche que pour la conservation ou la valorisation des sites, témoignant du rôle de l’étude des abris ornés dans la recherche en Préhistoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis le début des années 1990 et les travaux menés dans les abris sous roche, la recherche en art pariétal paléolithique a connu un développement important tant sur le plan méthodologique que technique. Traditionnellement, la connaissance et les interprétations de « l’art paléolithique » renvoient aux recherches réalisées en grotte. Les concepts et théories interprétatives, par exemple ceux proposés par André Leroi-Gourhan (1911-1986) dès la fin des années 1950 (Leroi-Gourhan 1965), se sont largement appuyés sur le monde des grottes ornées. Cependant, dans la même période, Annette Laming-Emperaire (Laming-Emperaire 1962) fondait son analyse sur les cavités ornées mais également sur les abris sous roche, démontrant que les grottes ne constituent qu’un témoignage lacunaire de la place qu’occupaient les images à cette période.

2Les recherches menées en contexte d’abri sous roche a permis d’enrichir de manière notable la connaissance des sociétés humaines du Paléolithique supérieur. Par leur mode de vie semi-nomade, leurs activités et leurs installations, les chasseurs-collecteurs de la dernière période glaciaire ont instauré des rapports multiples avec le milieu environnant. Les abris sous roche ornés constituent un élément saillant de la transformation de paysages par les collectifs. Ils ouvrent de multiples questionnements quant au(x) rôle(s) des sites ornés et aux usages sociaux des iconographies pariétales.

La recherche dans les abris sculptés magdaléniens : un apport pour une connaissance renouvelée des sociétés paléolithiques

Art en abri et société : voir et être vu

3L’art en abri sous roche pose indéniablement la question de sa fonction socio-culturelle. Cette problématique devient centrale en 1994 avec, d’une part, la découverte scientifique des gravures de Foz-Côa au Portugal (Sacchi 2002) et, d’autre part, les études portant sur les abris sous roche ornés, au premier rang desquels le Roc-aux-Sorciers à Angles-sur-l’Anglin dans la Vienne (Iakovleva & Pinçon 1997 ; Pinçon 2004, 2009 ; Bourdier 2010 ; Fuentes 2013, 2017) (fig. 1). Ces recherches ont influencé l’étude d’autres abris sous roche, comme celle menée par Sophie Tymula sur le site du Roc-de-Sers à Sers en Charente, où elle aborde la question de la fonction de cet art associé à un habitat domestique (Tymula 2002). En effet, l’imbrication de l’art pariétal avec l’habitat est difficilement abordable par la seule étude des grottes, qui ne semblent pas avoir majoritairement joué ce rôle. De même, l’étude des sites d’art rupestre à ciel ouvert a été primordiale pour comprendre l’importance de l’inscription de l’image au sein du paysage, ce qui, selon Michel Lorblanchet, distingue cet art de celui des abris sous roche (Lorblanchet 2002).

Fig. 1. Le grand abri sous roche du Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l’Anglin, Vienne).

Fig. 1. Le grand abri sous roche du Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l’Anglin, Vienne).

© Fonds Saint-Mathurin, Musée d’archéologie nationale – Domaine de Saint-Germain-en-Laye.

4Au Roc-aux-Sorciers, la frise monumentale est en lien direct avec un habitat domestique du Magdalénien moyen (18 500-17 000 cal BP), où des foyers ont été disposés en association étroite avec les parois ornées. Elle montre bien que ce dispositif pariétal sculpté, peint et gravé était fait pour être vu des occupants des lieux, mais aussi par tous ceux qui circulaient dans le paysage environnant, de jour comme de nuit, grâce à l’éclairage artificiel des feux. Des calculs de distance de visibilité et des projections Sig ont ainsi établi une potentielle vision des bas-reliefs à plus d’une centaine de mètres de l’abri. De plus, la grande capacité de celui-ci, d’une longueur de 50 m, et la densité des occupations révélées par la richesse et la diversité du mobilier archéologique ont été interprétés comme les indices d’un site de rassemblement de plusieurs groupes (Bourdier 2010). L’art pariétal aurait joué un rôle de cohésion sociale à travers un système de connaissance et de représentation partagé, accepté et transmis par l’ensemble des occupants du Roc-aux-Sorciers. L’ensemble des travaux collectifs sur les abris sous roche sculptés ont permis de développer les notions de perceptibilité, visibilité et lisibilité (Bourdier et al. 2017), illustratifs de relations dynamiques dans les sociétés humaines.

Géographie sociale et altérité

5Les données et ressources collectées, synthétisées et analysées au Roc-aux-Sorciers et à la Chaire-à-Calvin, à Mouthiers-sur-Boëme en Charente, posent la question de la géographie sociale autour des enjeux de l’art en abri sous roche (Pinçon et al., 2008 ; Bourdier 2010). En partant des concepts développés notamment par l’anthropologie sociale américaine (Conkey 1980), les notions de structuration territoriale et de flexibilité sociale en lien avec l’inscription de l’art pariétal dans le paysage ont été investies. Les profondes similitudes techniques, thématiques et formelles entre ces deux frises distantes d’environ 150 km soulèvent l’hypothèse d’une même « main », ouvrant de multiples questionnements sur l’organisation de la mobilité dans ces groupes (individuelle ou collective ?), les occupants des deux abris (sont-ils les mêmes ?) et leurs fonctions socio-culturelles (habitat d’un groupe et site de rassemblement ?). Le rôle que joue cet art monumental s’inscrit à plusieurs échelles : celle du site, où l’expression graphique se pose comme révélatrice d’identités artistiques et sociales fortes, celle de l’inter-groupes, qui met en avant les jeux d’occupation des territoires locaux et les contacts entre sites proches, et enfin celle du territoire symbolique à échelle plus large.

6De même, les travaux sur la représentation du corps humain dans l’art paléolithique (Fuentes 2013), bien que s’inscrivant dans une problématique transversale quant à la nature des sites (art pariétal et art mobilier, en grotte ou en abri), reprennent les questions soulevées par les abris ornés. Ouverts sur l’extérieur, les abris ornés et habités révèlent particulièrement bien la relation des humains avec leur environnement. Les images qu’ils recèlent contribuent à affirmer les relations sociales, à soi et aux autres. L’anthropologie sociale, depuis près de quinze ans, a fourni énormément de concepts précieux pour une approche anthropologique des images paléolithiques (Descola 2005 ; Gell 2009). La frise sculptée du Roc-aux-Sorciers, où se mêlent humains et non humains au travers d’images continues, met en lumière ces relations (Fuentes & Pinçon [sous presse]).

Les abris sous roche sculptés : continuités et discontinuités des existants

7L’étude des abris sous roche ornés et occupés au Paléolithique supérieur a ouvert le débat sur le lien entre paysage et occupations humaines, mettant en évidence les interconnexions entre humains et non-humains. Si les images pariétales sont parmi les premières traces d’interconnexion entre des humains et leur environnement, les observations des transformations physiques volontaires de la paroi des abris sous roche opérées par les sculpteurs témoignent de l’inscription dans le paysage des occupations et activités du groupe auquel ils appartenaient. La présence de nombreux anneaux taillés dans la roche et leur rythme structurent l’espace occupé (Iakovleva & Pinçon 1997). Au Roc-aux-Sorciers, l’aménagement de l’abri par les communautés au moment de leur installation, avec notamment le dégagement volontaire de blocs, façonne le paysage (Lorenz & Gély 2009). Cette dimension architecturale est une donnée essentielle, exprimant le lien entre le milieu paysager et les modes d’occupation des groupes humains. L’aménagement des zones d’habitat, de circulation ou d’espaces aux fonctions diverses et la transformation de la paroi naturelle pour y inscrire les images soulignent l’imbrication forte de la représentation graphique, de son support et des espaces fréquentés. Les abris sous roche ornés constituent donc un laboratoire pour développer des problématiques scientifiques sur des questions à la fois culturelles, sociales et techniques. Ils apportent à la Préhistoire de nouveaux regards, tout à fait contemporains, comme le fait de faire société à travers l’image (Fuentes & Pinçon 2018).

La recherche dans les abris sculptés magdaléniens : un renouveau des méthodes d’analyse

La vidéo-projection pour le relevé d’analyse d’art pariétal, une innovation originale

8Pour répondre à ces enjeux, nous avons proposé une méthode de relevé d’art pariétal par vidéo-projection pour l’étude des parois de la Chaire-à-Calvin en 2005 (Abgrall et al. 2010) (fig. 2). Elle consiste à mettre en place un espace de travail collaboratif afin de relever les surfaces selon une charte graphique partagée et dynamique, tout en préservant l’intégrité des parois. Pour cela, un vidéoprojecteur est placé devant la paroi en tenant compte des données métriques et en veillant à l’orthogonalité de la projection. Avec un logiciel de traitement d’image vectoriel (Inskape ou Illustrator), il devient possible de la transformer en un écran sur lequel est projeté l’espace de travail afin de retranscrire l’analyse des observations faites. À l’aide d’une tablette graphique reliée à l’ordinateur, et avec la contribution de trois personnes, le relevé se fait in situ avec des lectures toujours effectuées en lumière rasante et tournante. Le fait de procéder aux annotations à trois experts (archéologue, géologue et restaurateur) oblige à croiser systématiquement leurs regards et leurs analyses et à produire un relevé final issu d’une lecture discutée et approfondie. Le travail réalisé sous logiciel vectoriel génère des relevés dynamiques, organisés par calques puis classés dans une bibliothèque de formes. Il est possible de revenir dessus et de faire évoluer les annotations, en fonction de la connaissance toujours augmentée de la paroi. L’avantage de cette technique est que l’ensemble des enregistrements est directement informatisé avec une analyse des images sur de grandes surfaces dans leur continuité.

Fig. 2. Relevé pariétal par vidéo-projection sur le site de Chaire-à-Calvin (Charente).

Fig. 2. Relevé pariétal par vidéo-projection sur le site de Chaire-à-Calvin (Charente).

© Geneviève Pinçon/ministère de la Culture. Photographie Alain Maulny, 2005.

Une approche cartographique collaborative du relevé

9Que le relevé se fasse à partir d’une vidéo-projection ou sur tablette tactile, la démarche effectuée est identique, à savoir un relevé vectoriel cartographique des surfaces dit de type « archéologique » (Fuentes et al. [sous presse]), fruit de développements méthodologiques et techniques issus de 50 ans d’étude des parois, introduits par Michel Lorblanchet au début des années 1970 (Lorblanchet et al. 1973a et 1973b). Le relevé des parois est perçu comme le pilier essentiel de l’étude des images paléolithiques, d’où découle l’ensemble des analyses et qui structure toutes les stratégies de recherche. Celui qui est ainsi développé dans les abris sous roche sculptés prend appui sur trois axes méthodologiques : une analyse de type cartographique sous format vectoriel ; une approche collaborative et dynamique ; une interopérabilité des données et leur transfert possible vers d’autres systèmes techniques (fig. 3).

Fig. 3. Relevé pariétal de type archéologique réalisé à la Chaire-à-Cavin (Charente) réalisé par l’équipe.

Fig. 3. Relevé pariétal de type archéologique réalisé à la Chaire-à-Cavin (Charente) réalisé par l’équipe.

© Geneviève Pinçon, Dao O. Fuentes.

10Ce dernier point est extrêmement important car ce type de relevé, basé sur un langage ouvert Svg (Scalable Vector Graphics), permet, d’une part, un dialogue facilité avec les autres systèmes numériques, notamment ceux de la 3D, et, d’autre part, un traitement des données dans le temps, ce qui assure leur pérennité. Enfin, il garantit non seulement une traçabilité des opérations mais également un traitement toujours actif et l’agrégation des éléments de connaissance produits au fil du temps et des chercheurs qui se succèdent pour l’étude du site (fig. 4).

Fig. 4. Superposition du relevé de type archéologique de 1997 sur modèle 3D de 2018.

Fig. 4. Superposition du relevé de type archéologique de 1997 sur modèle 3D de 2018.

Relevé Pinçon-Iakovleva-Fuentes, ressources 3D : photogrammetrie A. Fritch et O. Fuentes, traitement Blender, O. Fuentes.

© Geneviève Pinçon.

11Cette approche de l’image permet de s’affranchir de son poids conceptuel et d’inverser la dialectique où ce n’est pas l’image qui est l’objectif, mais le résultat du relevé. L’analyse cartographique procède par étape pour, au final, traduire l’image anthropique en un système d’annotation. L’utilisation des calques vectoriels offre la possibilité d’organiser les observations et de créer une bibliothèque de formes pouvant être traitée selon les problématiques posées.

L’exploitation immédiate de l’écosystème 3D mise en œuvre pour l’étude des abris sous roche ornés

12Les outils numériques 3D révolutionnent nos pratiques et nos méthodes. Ils questionnent nos modes de fonctionnement et nos stratégies d’approche des parois et des sites ornés, en permettant notamment de restituer le volume, ce qui a toujours été l’une des préoccupations du relevé d’art paléolithique. Par ailleurs, les ressources 3D sont exploitées dans l’approche des grottes ornées à des fins scientifiques, conservatoires et de médiation (Pinçon et al. 2014 ; Fritz et al. 2016 ; Robert et al. 2014 ; Ruiz López et al. 2016, Fuentes et al. [sous presse]). Dès 1992, la frise du Roc-aux-Sorciers a bénéficié d’une photogrammétrie (Maumont & Pinçon 1995), puis, à la fin des années 1990, d’une numérisation par lasergrammétrie réalisée avec Arts graphiques et patrimoine (Pinçon 2004). Cette numérisation, couplée à la bibliothèque des formes vectorielles, a permis de procéder à des analyses de la paroi et ainsi de comprendre et de modéliser les phénomènes de retaille au cours du temps (Pinçon 2004 ; Pinçon et al. 2014 ; Bourdier et al. 2015). Nous avons pu alors réaliser des comparaisons homothétiques entre des formes parfois réduites à l’état de vestiges et ainsi affiner notre connaissance de l’évolution de l’art sculpté au cours de la période magdalénienne. Cette approche des volumes et des creux que permet la 3D a dévoilé l’ancienne frise de bisons, avant leurs retailles en bouquetins. Par ailleurs, grâce à la numérisation par scan laser des blocs effondrés conservés au musée des Antiquités nationales, des prototypes de certains blocs ont été réalisés par impression 3D dès 2004, permettant de matérialiser des raccords de blocs sculptés (Pinçon 2004).

13La 3D a également été sollicitée lors de la reprise de l’étude de la frise sculptée de la Chaire-à-Calvin en 2005 (Pinçon 2010), qui a elle aussi bénéficié d’une numérisation par lasergrammétrie réalisée par Arts graphiques et patrimoine. Complémentaires des campagnes de relevé, ces bases de données numériques 3D ont contribué à analyser et à modéliser les entités graphiques issues de l’étude de la paroi. Les comparaisons homothétiques offertes par la 3D ont matérialisé, quantifié et davantage encore objectivé la proximité formelle et technique des entités animales des deux frises sculptées (Pinçon et al. 2008), nourrissant la question précédemment évoquée de la circulation des groupes et des individus, et plus particulièrement des sculpteurs, au cours du Magdalénien (fig. 5).

Fig. 5. Simulation 3D : l’étagne du Roc-aux-Sorciers parfaitement intégrée dans le volume de l’animal de la frise de la Chaire-à-Calvin. Ressources 3D : Art graphique et patrimoine.

Fig. 5. Simulation 3D : l’étagne du Roc-aux-Sorciers parfaitement intégrée dans le volume de l’animal de la frise de la Chaire-à-Calvin. Ressources 3D : Art graphique et patrimoine.

© Geneviève Pinçon.

Les abris sous roche ornés et la médiation du patrimoine

L’exemplarité des études des abris sculptés magdaléniens pour l’accessibilité des ressources scientifiques en ligne

14L’un des premiers modes de diffusion au public de l’ensemble de la ressource connue et étudiée d’un abri sous roche orné et occupé a été la mise en ligne du catalogue intitulé « Le Roc-aux-Sorciers : art et parure du Magdalénien », grâce au concours du musée d’Archéologie nationale (Man) et de la Réunion des musées nationaux (Rmn). Cette ressource numérique, qui est une véritable publication scientifique de l’ensemble du fond documentaire du Roc-aux-Sorciers (Pinçon 2009), offre à la fois un discours synthétisant les acquis de la recherche et un accès aux ressources iconographiques (clichés, relevés, etc.) et à des notices détaillées (http://www.catalogue-roc-aux-sorciers.fr/​html/​12/​accueil/​index.html, 2009).

15Cette ressource peut être évolutive, les données scientifiques du gisement pouvant être actualisées au gré des avancées de la recherche sur le site toujours accessible. Elle est un outil utile aux chercheurs grâce à l’inventaire des collections, mais aussi aux structures muséales, aux acteurs pédagogiques comme les enseignants, les médiateurs, les journalistes. Enfin, si elle agrège les nombreuses publications générées par les recherches sur le Roc-aux-Sorciers, cette ressource numérique intègre aussi celles touchant plus généralement à l’art des abris.

Des outils pour partager les connaissances avec le public

16Bien que les problématiques conservatoires se posent différemment dans un abri sous roche qu’en milieu souterrain, la fermeture de certains abris comme le Roc-aux-Sorciers, en raison de la fragilité des vestiges, est également une donnée importante dans la gestion et la protection de ce patrimoine.

17Un lieu de restitution basé sur deux répliques de la frise sculptée du Roc-aux-Sorciers a vu le jour en 2008 dans le village d’Angles-sur-l’Anglin. Le Centre d’interprétation du Roc-aux-Sorciers offre une expérience de visite basée sur l’interprétation, comme le préconisait Freeman Tilden (1957), et non plus seulement sur la découverte ou l’admiration de l’art pariétal. Cet espace présente deux répliques différentes, la frise sculptée étant vue non comme une fin en soi mais comme un objet de médiation pour la connaissance (Fuentes & Pinçon 2009). Il s’agit de la première structure de ce type dédiée à l’art paléolithique réalisée en France.

18En 2013, un site Internet sur les abris sous roche magdaléniens du Roc-aux-Sorciers, de la Chaire-à-Calvin, de l’abri Reverdit et de Cap Blanc a été réalisé grâce à la sous-direction de l’archéologie et au musée d’Archéologie nationale (www.sculpture.prehistoire.culture.fr, 2013). Inscrit dans la collection des « Grands sites archéologiques », il a la particularité de considérer et mettre en regard un ensemble cohérent de sites archéologiques, et non un gisement unique. Il associe visites virtuelles et contenus essentiels sur les sociétés magdaléniennes et chacun des quatre sites archéologiques considérés.

Conclusion

19Ces analyses, nouveautés technologiques et résultats à destination des scientifiques ou du public ne sont que des étapes de l’appréhension des abris sous roche, qui restent encore un champ d’études pour de nouvelles innovations et connaissances à faire émerger et à partager. L’art en abri à la lumière naturelle et la présence humaine manifestée par des traces d’occupation domestiques ont permis d’ajouter à la dimension iconographique de l’image (le style, la forme), la dimension iconologique telle que l’a définie Erwin Panofsky, et qui revient à questionner l’image et le sens de l’image à l’aune de son contexte social et culturel (Panofsky 1995).

20Aujourd’hui, nos problématiques portent sur le mode de fréquentation de l’espace occupé par la société magdalénienne, son influence sur le paysage et la compréhension de l’organisation sociale de ce territoire. Le partage de nos résultats scientifiques reste un objectif fondamental dans nos actions pour offrir au public des résultats constamment actualisés de la recherche. L’exploitation des technologies émergentes reste l’apanage de nos disciplines scientifiques, car elles contribuent elles aussi à l’évolution de notre regard et au rayonnement de nos travaux collectifs.

Haut de page

Bibliographie

Abgrall A., Bourdier C., Fuentes O. & Pinçon G. 2010. « Le relevé graphique analytique : un nouvel outil pour l’étude des œuvres d’art paléolithiques ». In : J. Buisson-Catil & J. Primault (dir.), Préhistoire entre Vienne et Charente, Hommes et société du Paléolithique. Chauvigny, Association des publications chauvinoises (coll. « Mémoires », 38) : 476-484.

Bourdier C. 2010. Paléogéographie symbolique au Magdalénien moyen. Apport de l’étude des productions graphiques pariétales des abris-sous-roche occupés et sculptés de l’Ouest français (Roc-aux-Sorciers, Chaire-à-Calvin, Reverdit, Cap Blanc). Bordeaux, université Bordeaux 1 (thèse de doctorat).

Bourdier C., Pinçon G. & Fuentes O. 2015. « Contribution of 3D technologies to the analysis of form in Late palaeolithic rock carvings: The case of the Roc-aux-Sorciers rock-shelter (Angles-sur-l’Anglin, France) », Digital Applications in Archaeology and Cultural Heritage, 2-2/3: 140-154.

Bourdier C., Fuentes O., Pinçon G. & Baleux F. 2017. « Methodological contribution to the integrated study of European Palaeolithic rock art: The issue of the audience and the perceptibility of Roc-aux-Sorciers art (Angles-sur-l’Anglin) », Quaternary International, 430-A : 114-129. https://doi.org/10.1016/j.quaint.2016.12.009.

Conkey M. W. 1980. « The identification of prehistoric hunter-gatherer aggregation sites: the case of Altamira », Current Anthropology, 21-5 : 609-630.

Descola P. 2005. Par-delà nature et culture. Paris, Gallimard.

Fritz C., Willis M. D. & Tosello G. 2016. « Reconstructing Paleolithic cave art: The example of Marsoulas cave (France) », Journal of Archaeological Science : Reports, 10 : 910-916.

Fuentes O. 2013. La forme humaine dans l’art magdalénien et ses enjeux. Approche des structures élémentaires de notre image et son incidence dans l’univers symbolique et social des groupes paléolithiques, Paris, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (thèse de doctorat).

Fuentes O. 2017. « The social dimension of human depiction in Magdalenian rock art (16.500 cal BP–12.000 cal BP): the case of the Roc-aux-Sorciers rock shelter », Quaternary International, 430-A : 97-113. https://doi.org/10.1016/j.quaint.2016.06.023

Fuentes O. & Pinçon G. 2009. « Le Roc-aux-Sorciers. Du site au centre d’interprétation, un choix scénographique original », Les Nouvelles de l’archéologie, 117 : 51-56.

Fuentes O. & Pinçon G. 2018. « Essai d’une anthropologie des images paléolithiques du Roc-aux-Sorciers : entre continuités et discontinuités », Paléo, 29 : 137-149.

Fuentes O., Lepele J. & Pinçon G. [à paraître]. « Transferts méthodologiques 3D appliqués à l’étude de l’art paléolithique. Une nouvelle dimension pour les relevés d’art préhistoriques », In Situ. Revue des Patrimoines.

Gell A. 2009. L’art et ses agents, une théorie anthropologique. Paris, Les presses du réel.

Iakovleva L. & Pinçon G. 1997. La frise sculptée du Roc-aux-Sorciers. Angles-sur-l’Anglin (Vienne). Paris, CTHS/RMN (coll. « Documents préhistoriques »).

Laming-Emperaire A. 1962. La signification de l’art rupestre paléolithique. Méthode et application. Paris, Picard.

Leroi-Gourhan A. 1965. Préhistoire de l’art occidental. Paris, Mazenod.

Lorblanchet M., Delpech F., Renault P. & Andrieux C. 1973a. « La grotte de Sainte-Eulalie à Espagnac (Lot) », Gallia préhistoire, 16, 1 : 3-62.

Lorblanchet M., Delpech F., Renault P. & Andrieux C. 1973b. « La grotte de Sainte-Eulalie à Espagnac (Lot) », Gallia préhistoire, 16, 2 : 233-325.

Lorblanchet M. 2002. « De l’art des grottes à l’art de plein air au Paléolithique ». In : D. Sacchi (dir.), L’art paléolithique à l’air libre. Le paysage modifié par l’image. Carcassonne, GEAP-GEOPRE : 97-112.

Lorenz J. & Gely J. P. 2009. « Contexte géologique et morphologique du site du Roc-aux-Sorciers. L’origine géologique de l’abri-sous-roche ». In : G. Pinçon (dir.), Le Roc-aux-Sorciers : art et parure du Magdalénien [en ligne], catalogue des collections. Paris, RMN. http://www.catalogue-roc-aux-sorciers.fr/html/12/collection/1_5_3.html

Maumont M. & Pinçon G. 1995. Travaux de relevé photogrammétriques réalisés sur le site du Roc-aux-Sorciers à Angles-sur-l’Anglin par l’atelier de photogrammétrie de la direction du Patrimoine. Paris, ministère de la Culture.

Panofsky E. 1995. Essai d’iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance. Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque des sciences humaines »).

Pinçon G. 2004. « Méthodes de relevé appliquées à l’étude de l’art pariétal sculpté du Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l’Anglin, France) », Bulletin de liaison et d’information de l’Association des archéologues du Poitou-Charentes, 33 : 41-58.

Pinçon G. (dir.). 2009. Le Roc-aux-Sorciers : art et parure du Magdalénien, catalogue en ligne des collections. Paris, RMN. http://www.catalogue-roc-aux-sorciers.fr/html/12/accueil/index.html

Pinçon G. 2010. « L’art pariétal de la Chaire-à-Calvin (Mouthiers-sur-Boëme, Charente) ». In : J. Buisson-Catil & J. Primault (dir.), Préhistoire entre Vienne et Charente, Hommes et société du Paléolithique. Chauvigny, Association des publications chauvinoises (coll. « Mémoires », 38) : 407-441.

Pinçon G., Bourdier C. & Fuentes O. 2008. « Les sculptures pariétales magdaléniennes du Roc-aux-Sorciers (Vienne) et de la Chaire-à-Calvin (Charente) : œuvres d’un groupe culturel ou d’un seul et même artiste ? ». In : R. Vergnieux & C. Delevoie (dir.), Virtual Retrospect 2007, actes du colloque, Bordeaux, 14-16 novembre 2007. Bordeaux, Ausonius (coll. « Archéovision », 3) : 13-20.

Pinçon G., Bourdier C., Fuentes O., Abgrall A. & Hamon G. 2014. « Applications des technologies 3D à la sculpture pariétale magdalénienne. Lectures d’une iconographie reprise mais toujours renouvelée de deux abris sculptés du Magdalénien moyen grâce à l’usage de bibliothèques de formes 3D », Paléo, numéro spécial Les arts de la Préhistoire : micro-analyses, mises en contextes et conservation (dir. P. Paillet), actes du colloque « Micro-analyses et datations de l’art préhistorique dans son contexte archéologique » MADAPCA, Paris, 16-18 novembre 2011 : 85-92.

Ruiz J. F., Sebastián M., Quesada E., Pereira J., Fernández S., Pitarch À, Maguregui M., Giakoumaki A., Martínez-Arkarazo I., Madariaga J. M., Lorente J. C. & Dólera A. 2016. 4D • Arte rupestre. Murcia, Dirección General de Bienes Culturales, Servicio de Patrimonio Histórico (Monografías Centro de Estudios de Prehistoria y Arte Rupestre, 3).

Robert E., Egels Y., Boche E., Peyroux M., Vialou D., Paillet P. & Vigears D. 2014. « Applications 3D pour la contextualisation et le relevé d’art en grotte ornée », Archeologia e Calcolatori, suppl. 5 : 88-101.

Sacchi D. 2002. L’art paléolithique à l’air libre. Le paysage modifié par l’image. Carcassonne, GEAP-GEOPRE.

Tilden F. 1957. Interpreting our Heritage. Chapel Hill (NC), The University of North Carolina press.

Tymula S. 2002. L’art solutréen du Roc-de-Sers (Charente). Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (coll. « Documents d’archéologie française », 91).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le grand abri sous roche du Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l’Anglin, Vienne).
Crédits © Fonds Saint-Mathurin, Musée d’archéologie nationale – Domaine de Saint-Germain-en-Laye.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 2. Relevé pariétal par vidéo-projection sur le site de Chaire-à-Calvin (Charente).
Crédits © Geneviève Pinçon/ministère de la Culture. Photographie Alain Maulny, 2005.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Fig. 3. Relevé pariétal de type archéologique réalisé à la Chaire-à-Cavin (Charente) réalisé par l’équipe.
Crédits © Geneviève Pinçon, Dao O. Fuentes.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 4. Superposition du relevé de type archéologique de 1997 sur modèle 3D de 2018.
Légende Relevé Pinçon-Iakovleva-Fuentes, ressources 3D : photogrammetrie A. Fritch et O. Fuentes, traitement Blender, O. Fuentes.
Crédits © Geneviève Pinçon.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5500/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig. 5. Simulation 3D : l’étagne du Roc-aux-Sorciers parfaitement intégrée dans le volume de l’animal de la frise de la Chaire-à-Calvin. Ressources 3D : Art graphique et patrimoine.
Crédits © Geneviève Pinçon.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5500/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Pinçon, Oscar Fuentes et Camille Bourdier, « Sortir de la grotte »Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 82-87.

Référence électronique

Geneviève Pinçon, Oscar Fuentes et Camille Bourdier, « Sortir de la grotte »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/5500 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.5500

Haut de page

Auteurs

Geneviève Pinçon

Directrice du Centre national de préhistoire/ministère de la Culture – Lia (Laboratoires internationaux associés) Artemir « Multidisciplinary Research on Prehistoric Art in Eurasia »  – Umr 5608 Traces « Travaux et recherches archéologiques sur les espaces, les cultures et les sociétés ». Maison de la recherche, Toulouse.

Articles du même auteur

Oscar Fuentes

Adjoint scientifique au Centre national de préhistoire/ministère de la Culture – Usr Creap – Cartailhac « Centre de recherche pour l’étude de l’art préhistorique Émile Cartailhac ». Maison des sciences de l’homme et de la société de Toulouse.

Articles du même auteur

  • Le Roc-aux-Sorciers [Texte intégral]
    Du site au centre d’interprétation, un choix scénographique original
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 117 | 2009

Camille Bourdier

Membre junior de l’Institut universitaire de France, maître de conférences en art préhistorique, co-responsable du Master « Arts, sociétés, environnements de la préhistoire et de la protohistoire : Europe, Afrique » – Université Toulouse Jean-Jaurès – Umr 5608 Traces « Travaux et recherches archéologiques sur les espaces, les cultures et les sociétés ». Maison de la recherche, Toulouse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals