Navigation – Plan du site

Du métal allemand dans des mains françaises

Une sculpture de poilu dans la guerre des tranchées (Argonne, France)
Cédric Léty, Rémi Blondeau, Jérôme Brenot, Bruno Zélie, Marion Bernard, Quentin Baril et Sabrina Save
p. 12-17

Résumés

Une opération de fouilles archéologiques menée sur un champ de bataille de la Première Guerre mondiale (Servon-Melzicourt, Marne, France) a conduit à l’exhumation d’une petite sculpture métallique en forme de pipe, représentant une tête de soldat. Cet artefact a été analysé à la lumière du contexte archéologique de la découverte, dans l’hypothèse d’une production assez inhabituelle dans l’artisanat de tranchée. La sculpture a fait l’objet d’une analyse chimique par pXRF dont les résultats ont été comparés avec plusieurs éléments métalliques analogues retrouvés sur le champ de bataille, issus d’engins explosifs. Cette comparaison a mis en évidence que l’alliage utilisé pour la sculpture, constitué de zinc et d’aluminium et enrichi en tungstène, correspond à un alliage mis au point par l’industrie allemande dès le début du conflit, pour compenser la pénurie de métal. La finesse technique et plastique de cet objet indique que son auteur a pu trouver les éléments, le temps et les conditions nécessaires pour appliquer son savoir-faire dans le temps de la guerre.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions Rodolphe Brichot (décapage mécanique), Yves Desfossés (Drac Grand-Est), Patrick Last (Deutsches Patentamt) ; les photographies des ateliers de soldats ont été gracieusement fournies par Jérémie Raussin et Jean-Jacques Richard.

Introduction

1L’expression «Art des tranchées », inventée lors de la Première Guerre mondiale, désigne la production d’objets fonctionnels ou artistiques à partir de matériaux disponibles sur la ligne de front (Saunders 2000 et 2011 ; Kimball 2004 ; Hardier & Jagielski 2014). Cette activité est en général associée aux conditions matérielles du stationnement des soldats dans les zones de camps et les villages de l’arrière-front, mais elle concerne également la production d’objets par des civils en contact avec la ligne de front et ses troupes. Cet art peut être également désigné sous le terme d’artisanat (Warin 2009), compte-tenu de la diversité des techniques et des matériaux des objets qui rentrent dans cette catégorie de mobilier archéologique, de leurs fonctions et de leurs usages.

2La quantité et le type de production dépendent de nombreux paramètres et, en premier lieu, de la possibilité pour un soldat de recycler un matériau pour le travailler, ce qui implique qu’il dispose de temps et des conditions matérielles minimales. Au début de la guerre, l’artisanat de tranchée se développe surtout en raison d’une pénurie en matériel et équipement militaires qui s’accentue avec le prolongement du conflit pendant l’hiver 1914-1915, en particulier dans l’armée française (Hardier & Jagielski 2014 ; Baril 2016). Les soldats produisent alors des ersatz ou substituts de munitions, d’armes, de vêtements ou d’équipement individuel que ne peuvent fournir la logistique et l’industrie militaires. Cette activité s’enrichit progressivement de nouvelles productions qui leur permettent d’améliorer leur quotidien, de se divertir, de fabriquer des souvenirs à échanger, revendre ou envoyer à leurs proches : bijoux, couteaux, portraits, briquets, instruments de musique, etc. Elle s’opère entre les soldats mais également avec les civils proches du front ou vivant à l’arrière (Manoha 2014 ; Hardier & Jagielski 2014). Parmi ces objets d’une grande diversité, ceux composés de cuivre et de laiton, métaux qui se trouvent en abondance sur la ligne de front, sont les plus courants.

3De nombreux soldats possédant un savoir-faire acquis dans leur vie civile (Kimball 2004 ; Ribouillault 2014), cette activité qui leur permet de se détendre entre les phases de combats est tolérée par la hiérarchie militaire ; une exposition officielle est même organisée par l’État-Major à Paris en 1916 (Roger-Milès 1916 ; Hardier & Jagielski 2014). Leur production, cependant, se fait dans un cadre relativement strict, l’utilisation des matériaux pris à l’ennemi étant interdite, en particulier dans le camp français (Griessel 2012). Sur le front allemand, le blocus qui pèse sur l’industrie (Chancerel 2015) conduit à un recyclage systématique et généralisé, et ce, dès le début de la guerre.

4Ces artefacts apparaissent donc comme des témoignages de la vie quotidienne des soldats, matérialisant un processus d’adaptation dans le contexte de la Première Guerre mondiale. La présente étude concerne un cas peu fréquent d’artisanat de tranchée, découvert lors d’une opération de fouille programmée sur le champ de bataille d’Argonne (Marne, France) : il s’agit d’une sculpture métallique en forme de pipe à tête de soldat, trouvée dans une tranchée française de la première année de guerre. L’analyse de cette sculpture permet de proposer un schéma d’interprétation de l’objet en tant que geste archéologique dans les processus de production d’artisanat de tranchée.

Découverte de la sculpture

Contexte archéologique

  • 1 Note de la rédaction : les figures marquées d’un astérisque sont disponibles uniquement dans la ve (...)

5L’objet a été découvert lors d’une opération archéologique (2014-2016) réalisée dans la forêt d’Argonne, sur un petit secteur des premières lignes du front franco-allemand de la Première Guerre mondiale. Le site de fouille est localisé à la frange occidentale des Bois de la Gruerie, sur la commune de Servon-Melzicourt (Marne, France). Dans ce massif forestier d’Argonne, les vestiges de la guerre sont bien préservés sous une épaisse couverture végétale replantée dans les années 1920 (fig. 1bis*)1, la topographie faisant apparaître l’emplacement des tranchées et des trous d’obus. En 2016, la fouille s’est focalisée sur une tranchée de la première année de guerre, identifiée comme telle d’après les archives militaires et de la couverture Lidar de la zone. L’excavation a rapidement confirmé qu’elle appartenait à un plus vaste réseau abandonné au printemps 1915 par les unités françaises, puis partiellement réutilisé par les unités allemandes durant la période 1915-1918 (Brenot et al. 2017a et b). Une partie de ce réseau a été progressivement comblée par colluvionnement ou remblaiement, permettant une bonne conservation des niveaux d’occupation et du mobilier sous 1 à 2 m de sédiments.

Fig. 1bis. Contexte archéologique (Servon-Melzicourt, Marne, France) de la découverte dans le sondage 25 localisé dans le réseau de tranchées ici souligné sur la carte Lidar du secteur étudié

Fig. 1bis. Contexte archéologique (Servon-Melzicourt, Marne, France) de la découverte dans le sondage 25 localisé dans le réseau de tranchées ici souligné sur la carte Lidar du secteur étudié

DAO : J. Brenot, Éveha.

6La tranchée explorée a fait l’objet d’une fouille par une excavation d’une vingtaine de mètres de long sur une largeur d’environ 2 m (fig. 1). Cette structure est composée d’une tranchée principale profonde, d’une soixantaine de centimètres de large, qui présente un léger pendage vers le nord. Cette aire de circulation est ponctuellement équipée au sol de branchages et pourvue de nombreuses niches et banquettes latérales pouvant accueillir des soldats pour le repos ou le tir.

Fig. 1 (à gauche). Occupée entre décembre 1914 et juin 1915, cette tranchée française était équipée de postes de tir (à gauche) et de banquettes (à droite) ; au premier plan, le sol apparaît jonché de douilles de Lebel. Fig. 2 (à droite). Vue de la sculpture avant (en haut) et après (en bas) restauration.

Fig. 1 (à gauche). Occupée entre décembre 1914 et juin 1915, cette tranchée française était équipée de postes de tir (à gauche) et de banquettes (à droite) ; au premier plan, le sol apparaît jonché de douilles de Lebel. Fig. 2 (à droite). Vue de la sculpture avant (en haut) et après (en bas) restauration.

© Photographie Rémi Blondeau.

7Le sédiment de comblement contient un abondant mobilier archéologique militaire détritique lié à l’utilisation de la tranchée de novembre 1914 jusqu’à son abandon définitif le 20 juin 1915. Les unités allemandes ne l’ayant pas réemployée, les colluvions l’ont progressivement comblée. Plusieurs milliers de douilles et cartouches de fusil Lebel, en lots ou bien épars sur le fond et les parois, témoignent de phases de combat intenses. Dans les niveaux de comblement, de nombreux clastes de bouteilles, des douilles soufflées et des restes d’équipements montrent l’action du souffle par bombardement et le remplissage progressif de la structure durant la période 1915-1918.

8C’est lors de la phase d’ouverture mécanisée de la tranchée, dans sa partie septentrionale, que l’objet a été trouvé dans les déblais de fouille par détection magnétique. Il a été dans un premier temps considéré comme un résidu de fusée explosive fortement corrodé, avant qu’un premier nettoyage superficiel n’en révèle le caractère anthropomorphique.

Une tête de soldat

9L’objet a été nettoyé avec une sableuse et un scalpel sous loupe binoculaire, afin d’enlever la couche d’altération composée de produits de corrosion et de sédiment de terrain. Le modèle d’origine a été conservé sous cette couche. Il figure une tête de soldat barbu, avec une casquette militaire à large visière (fig. 2 et 3), et présentant deux orifices connectés depuis le sommet de la tête jusqu’à la base du cou. L’ensemble s’apparente à une pipe, la tête formant un foyer et le cou la tige. Les dimensions sont de 80,1 mm de longueur, 41,8 mm de largeur et 58,3 mm de hauteur, pour un poids de 210 g. Le diamètre de la cavité tubulaire intérieure est de 7 à 21 mm. Des vides internes, disposés en cercle autour du tube principal, font apparaître une morphologie à double paroi.

Fig. 3. Relevé de la sculpture après restauration.

Fig. 3. Relevé de la sculpture après restauration.

© Dao Jérôme Brenot, Éveha.

10Le visage, à l’expression froide, présente de nombreux détails aisément identifiables : un nez accentué dépourvu de narines, des pommettes saillantes, des sourcils poilus, des yeux fins et creusés (l’iris est dessiné) au regard sévère, une bouche discrète largement masquée par une barbe épaisse et touffue. De nombreuses mèches de cheveux dépassent du képi, équipé d’une visière proéminente et d’une jugulaire sur le front, avec de nombreux plis sur le tissu. Les oreilles sont bien dessinées, une ample ligne soulignant l’hélix et sa racine et une autre le tragus. Le cou musculeux est en position oblique par rapport à l’axe général de la tête.

11L’objet est légèrement asymétrique : la distorsion de sa face latérale gauche, marquée par un enfoncement, est peut-être liée à une déformation par pression externe (souffle d’explosion ?). Le cou présente une cassure ancienne nette. La cavité tubulaire interne est irrégulière, tout comme la double paroi interne. L’oxydation et l’altération n’ont pas modifié l’aspect général ni les détails, mais ont en revanche provoqué une micro-cratérisation. Deux petits éclats liés à la découverte entaillent l’extrémité de la visière et l’arrière du crâne.

Analyses chimiques

  • 2 Le spectomètre pXRF, pour Portable x-Ray Fluorescence, est un outil d’analyse non destructif. Lége (...)

12La composition chimique de la tête a été appréhendée par une analyse directe au pXRF2 à l’arrière du crâne, à l’endroit de la cassure fraîche. L’aspect alumineux du métal et sa forte densité apparente (plomb ?) ont de prime abord suggéré une composition proche des alliages employés dans le fuselage de certains engins explosifs trouvés en grand nombre lors de la fouille, en particulier du Zamak, alliage métallique conçu durant la Première Guerre en remplacement des alliages cuivreux traditionnellement utilisés dans les fuselages d’obus. Cet a priori a motivé l’analyse complémentaire de plusieurs éclats d’artillerie retrouvés sur site (fig. 4bis*). Cinq éléments analogues ont été considérés : des shrapnels en plomb (petit et gros calibre), un élément de fusée (FUSE), un fragment de ceinture d’obus (OBUS), une masselotte française (MAS), un bouchon (BOU) de fusée ou de grenade.

Fig. 4bis. Fragments d’engins explosifs retrouvés sur le site de fouille, utilisés pour l’étude comparative des compositions chimiques

Fig. 4bis. Fragments d’engins explosifs retrouvés sur le site de fouille, utilisés pour l’étude comparative des compositions chimiques

© J. Brenot.

13L’analyse a été réalisée à l’aide d’un pistolet pXRF (Innov-X Delta Premium) utilisant un détecteur spectrométrique. Tous les éléments chimiques compris entre le phosphore P et l’uranium U en ppm (part par million) sont quantifiés en mode Alloy Plus (pour les alliages) après calibration sur standards d’argent et de bronze. Les mesures ont été réalisées avec un temps d’exposition long de 200 secondes afin d’obtenir une meilleure précision (Kalnicky & Singhvi 2001 ; Kilbride et al. 2006). Chaque shrapnel a été mesuré une fois, les autres éléments deux fois. Les mesures obtenues sont exprimées en ppm avec une déviation standard inférieure à 0,1 %. Les compositions obtenues sont donc exprimées en pourcentages dérivés de la composition en ppm.

Compositions métalliques

  • 3 Les éléments métalliques présentés dans cette étude sont stockés au dépôt archéologique de Châlons (...)

14Afin de déterminer la composition de la tête et des autres éléments3, les échantillons sont répartis en deux groupes : le premier comprenant les shrapnels, la fusée et la masselotte, qui présentent une composition dominée par le plomb, le second comprenant la ceinture, le bouchon et la tête, avec une dominante de zinc (fig. 4).

Fig. 4. Compositions chimiques (%) pour chacun des fragments d’engins explosifs mesurés ; Etm: éléments traces métalliques.

Fig. 4. Compositions chimiques (%) pour chacun des fragments d’engins explosifs mesurés ; Etm : éléments traces métalliques.

© Dao : Jérôme Brenot, Éveha.

15En premier lieu, dans la composition métallique des petits shrapnels (SHRAPNEL-1), les moyennes sont de 61,9 % de plomb Pb (50,6-73,5), 25,3 % d’antimoine Sb (7,9-40,7), 8,5 % de silice Si (6,2-14,4) et 3,3 % d’aluminium Al (1,1-6,1). Les éléments traces notés ETM (P, Ti, Fe, Cu, Zr, Cd, Sn, Bi), représentent moins de 0,5 et jusqu’à 2,1 % de la composition totale. Dans le cas des grands shrapnels (SHRAPNEL-2), les taux de Pb sont plus élevés, avec une moyenne de 74,3 % (65,6-86,1), 11,5 % de Sb (5,9-16), 9,8 % de Si (5,7-14,1) et 2,8 % de Al (1,6-4,1). Les ETM (P, Ti, Fe, Ni, Cu, Zn, Zr, Cd, Sn, Bi) représentent 0,6 à 3 % de la composition totale. Même si la variabilité des éléments demeure significative, la composition des shrapnels est proche, avec une proportion dominante de Pb (au moins 50 %) et des taux plus faibles de Sb, Si et Al.

16L’élément de fusée (FUSE) et la masselotte (MAS) présentent des compositions similaires, avec des valeurs moyennes en Pb égales respectivement à 76,5 et 64,5 %, 12,5 et 20,1 % (Sb), 7,7 et 5,7 % (Si), 2,1 et 1,7 % (Al). Une valeur significative d’étain Sn (6,8 %) est également observée dans la masselotte. Les ETM pèsent 1,25 % dans la composition de la fusée (P, Ti, Fe, Cu, Zn, Zr, Sn), et 1,3 % dans celle de la masselotte (P, Fe, Cu, Zn, Zr, Cd, Bi).

17En second lieu, les compositions du bouchon et de la ceinture d’obus sont dominées par le zinc (Zn), avec des valeurs moyennes respectives de 91,4 et 87,2 %. Les autres éléments sont l’aluminium Al (1,7 et 6,4 %), le tungstène W (2,7 et 3,4 %), le plomb Pb (3,8 et 1,4 %). Les ETM sont présents à hauteur de 0,4 et 1,7 % (P, Ti, Mn, Fe, Ni, Cu, Zr, Nb, Cd). Enfin, la tête montre un fort taux de Zn de 87,7 %, d’Al à 5 %, de W à 5,2 %, et de Pb à 1,4 %. Les ETM (P, Ti, Mn, Fe, Cu, Zr, Nb) sont présents à hauteur de 0,9 %.

Discussion

Origines de l’alliage ?

18Les analyses chimiques ont montré que la tête est principalement composée de zinc (87,7 %), mais également et surtout de tungstène (5,2 %), d’aluminium (5 %) et de plomb (1,4 %). Cette composition est très semblable à celles du bouchon d’explosif et de la ceinture d’obus. D’un point de vue métallurgique, ces alliages sont très proches de l’alliage classique Zn-Al utilisé durant la Première Guerre mondiale comme ersatz dans l’artillerie, en raison des pénuries des matières premières, et notamment de cuivre, des fusées d’obus (Bulletin des usines de guerre 1917a : 191 ; Baroche 1955), désigné sous le terme allemand Zamak ou Zamac comme acronyme de l’alliage Zn-Al-Mg-Cu. Les compositions de la tête, de la ceinture et du bouchon peuvent donc être considérées comme un alliage de Zamak, significativement enrichi en tungstène et appauvri en magnésium, comprenant du plomb, du fer et du cuivre en éléments traces. Ces compositions, très différentes des alliages de plomb et silice employés dans les shrapnels (Limbaugh 2010), ont contredit les premières attentes de l’analyse chimique. Alors que le zinc peut être trouvé dans de nombreux équipements militaires (boîtes de munitions, éléments d’uniformes, emballages alimentaires, grenades, par exemple), le tungstène ne peut pas être considéré comme une preuve d’ajout artisanal volontaire : l’extraire du minerai de la Wolframite (Fe,MnWO4) puis le fondre relèvent en effet d’un processus industriel maîtrisé depuis la fin du xixe siècle (Pastor 2000, Limbaugh 2010).

19Dans le cas des trois exemples ici présentés, l’alliage W-Zn semble plutôt trouver son origine dans une méthode mise au point par l’industrie allemande depuis le premier mois de la guerre afin de prévenir des pénuries en cuivre et zinc (Chancerel 2015). Un brevet allemand, déposé par l’entreprise berlinoise Allgemeine Deutsche Metallwerke et enregistré en novembre 1914 sous le n° DE295786 (Kaiserliches Patentamt 1914), décrit la mise au point d’un nouvel alliage de zinc, de tungstène (ou cobalt, ou nickel) à hauteur de 2 % et de 1 à 8 % d’aluminium comme « le meilleur substitut en remplacement du Bronze Cu-Zn ». Ce nouvel alliage est officiellement reconnu par l’Institut allemand des brevets en décembre 1916 puis publié en janvier 1917 dans la presse allemande (fig. 5*) (Metall und Herz 1917). Quatre mois plus tard, les revues industrielles françaises signalent cette publication (Bulletin des usines de guerre 1917b : 31), en observant que « l’alliage est d’un blanc brillant ; on dit qu’il se coule bien, peut être pressé à chaud et se laisse forger ».

Fig. 5. Haut : brevet original de l’alliage de Zinc du 22 novembre 1914 (© Image Deutsches Patentamt). Bas : extraits de journaux industriels relatant le brevetage de l’alliage zincique, publié dans le journal allemand Metall und Erz (©) du 22 janvier 1917 (gauche) et dans le journal français Bulletin des usines de guerre (droite) du 21 mai 1917.

Fig. 5. Haut : brevet original de l’alliage de Zinc du 22 novembre 1914 (© Image Deutsches Patentamt). Bas : extraits de journaux industriels relatant le brevetage de l’alliage zincique, publié dans le journal allemand Metall und Erz (©) du 22 janvier 1917 (gauche) et dans le journal français Bulletin des usines de guerre (droite) du 21 mai 1917.

Source : gallica.bnf.fr.

20Les alliages mesurés sur le bouchon, la ceinture et la tête sont compatibles avec cet alliage allemand mis au point durant les premiers mois de la guerre (tabl. 1), puis adopté par l’industrie après la guerre pour sa facilité de mise en œuvre.

21Le métal utilisé pour la confection de la sculpture peut donc provenir de la récupération d’un fuselage allemand sur la ligne de front, sans doute par un soldat français en ayant constaté le potentiel technologique et la bonne malléabilité, et ce dans la première année de la guerre.

Tableau 1. Compositions moyennes (%) des objets étudiés et des alliages industriels standards de Zamak
(sources : Kaiserliches Patentamt 1914 ; Guillet 1946 ; Baroche 1955).

Alliage Zn Al Mg Cu Pb Fe W
Tête 87,7 5 - 0,16 1,4 0,47 5,2
Ceinture d’obus 87,2 6,4 - - 1,4 1,4 3,4
Bouchon 91,4 1,7 - - 3,8 0,16 2,7
Brevet allemand (1914) > 90 1-8 - - - - 2
Zamak industriel > 93,3 4 0,02-0,05 2,5-3 - - -
Zamak 2,3,5 > 92,5 4 0,02-0,05 0-3 - - -
Zamak β > 89,2 10 0,02-0,05 0,6-1 - - -
Zamak λ > 98,6 0,8 0-0,02 0,4 - - -

Aspects stylistiques

22L’homme figuré par une barbe et un képi militaire apparaît lié à un type de représentation du soldat appartenant à un courant stylistique du xixe siècle, ces deux attributs de virilité militaire étant systématiquement présents dans l’imagerie caricaturale ou populaire du « poilu » (fig. 6) comme vétéran aguerri au combat. De la même manière, ils relèvent de l’imagerie de l’industrie du tabac, qui décline des centaines de modèles de pipes dites Jacob, à tête d’homme barbu et enturbanné, au xixe et au début du xxe siècle (Gambier 1908 ; Warin 2009). Le modèle retrouvé dans la tranchée, à la barbe proéminente et épaisse, et au visage marqué et autoritaire, est coiffé d’une visière disproportionnée en comparaison avec les dimensions réelles d’un képi militaire – même s’il comporte tous les caractères des képis français de l’armée du Second Empire, jusqu’à l’arrivée du casque Adrian à partir de l’automne 1915.

Fig. 6. Iconographie comparative d’images de soldats (1 à 9) et de pipes (10 à 12). 1 et 2 : communards, par C.-A. d’Arnoux, 1871 ; 3 : communard, par A. de Noé, 1871 ; 4 : soldat français, gravure anonyme, 1870 (source : gallica.bnf.fr) ; 5 : soldat français de 1915, par G. Scott, 1917 ; 6 : soldat français âgé, par H. Daumier, 1870 ; 7 : soldat français de la guerre de 1859, par C.-A. d’Arnoux, vers 1865 ; 8 : soldat français de la Première Guerre mondiale, par O. Redon, 1915 ; 9 : soldat américain unioniste de 1863, par D. Troiani, 1990 ; 10 : modèle de pipe Jacob, céramique, Maison Gambier (Warin, 2009) ; 11 : zouave, sépiolite, non-daté (Warin, 2009) ; 12 : soldat français de la Première Guerre mondiale, modelé par G. Obiols (Warin, 2009) ; 13 : soldat français de la Première Guerre mondiale, 1915 (Warin, 2009) ; 14 : objet étudié.

Fig. 6. Iconographie comparative d’images de soldats (1 à 9) et de pipes (10 à 12). 1 et 2 : communards, par C.-A. d’Arnoux, 1871 ; 3 : communard, par A. de Noé, 1871 ; 4 : soldat français, gravure anonyme, 1870 (source : gallica.bnf.fr) ; 5 : soldat français de 1915, par G. Scott, 1917 ; 6 : soldat français âgé, par H. Daumier, 1870 ; 7 : soldat français de la guerre de 1859, par C.-A. d’Arnoux, vers 1865 ; 8 : soldat français de la Première Guerre mondiale, par O. Redon, 1915 ; 9 : soldat américain unioniste de 1863, par D. Troiani, 1990 ; 10 : modèle de pipe Jacob, céramique, Maison Gambier (Warin, 2009) ; 11 : zouave, sépiolite, non-daté (Warin, 2009) ; 12 : soldat français de la Première Guerre mondiale, modelé par G. Obiols (Warin, 2009) ; 13 : soldat français de la Première Guerre mondiale, 1915 (Warin, 2009) ; 14 : objet étudié.

23Largement répandu pour la consommation de tabac sur le front, l’usage de la pipe est plébiscité par les soldats par rapport à la cigarette, qui peut trahir la présence du fumeur dans la nuit pour l’œil ennemi (Lesjean 2008). De nombreux soldats confectionnent, adaptent ou personnalisent leur propre pipe en bois ou en terre cuite (Warin 2009), la décorant le plus souvent d’emblèmes masculins/féminins ou de symboles militaires. En revanche, une pipe façonnée à l’aide de métal est un fait relativement rare, tant au début du xxe siècle qu’aujourd’hui. Bien que la sculpture retrouvée dans une tranchée de l’Argonne réunisse à la fois les attributs morphologiques (foyer et tige) et figuratifs (homme barbu avec un couvre-chef) d’une pipe, une incertitude demeure quant à la fonctionnalité réelle de l’objet, en raison de sa composition métallique et parce qu’il est tronqué à partir du cou.

Une production sur la ligne de front ?

24Localiser son lieu de production – le front ou l’arrière ? – demeure complexe à déterminer. En revanche, d’un point de vue technologique, la fusion de l’alliage utilisé peut être facilement maîtrisée dans un four artisanal, en raison de la forte teneur en zinc qui rend le point de fusion bas. Ainsi, le Zamak fond à partir de 400° C (le Zn dès 419° C), tandis que l’ajout de métaux de substitution tels que le tungstène ou l’aluminium augmente le point de fusion jusqu’à 950° C (Bulletin des usines de guerre 1917b : 31). Ces températures sont assez facilement obtenues dans les fours rudimentaires (Griessel 2012) de petits ateliers de forge (fig. 7). Les forges portatives sont également répandues sur la ligne de front pour entretenir et réparer le matériel de l’artillerie ou de la cavalerie.

Fig. 7. Forges artisanales sur le front pendant la Première Guerre (photographies non localisées). Gauche : atelier de recyclage de cuivre et d’aluminium, avec chaîne opératoire de découpage sur la gauche, foyers de fusion en arrière-plan et sur la droite ; à noter les outils en bas à droite (© J. Raussin, collection personnelle). Droite : atelier de confection de bagues ; le métal est coulé le long d’une branche fixée dans une pomme de terre.

Fig. 7. Forges artisanales sur le front pendant la Première Guerre (photographies non localisées). Gauche : atelier de recyclage de cuivre et d’aluminium, avec chaîne opératoire de découpage sur la gauche, foyers de fusion en arrière-plan et sur la droite ; à noter les outils en bas à droite (© J. Raussin, collection personnelle). Droite : atelier de confection de bagues ; le métal est coulé le long d’une branche fixée dans une pomme de terre.

© J.-J. Richard, collection personnelle.

25Aucun indice du travail de fondeur-sculpteur n’a pu être identifié sur la surface altérée de la tête (traces de moules, de coulée, de soudure, de polissage ou de gravure). La technique employée à sa réalisation est donc inconnue mais, compte-tenu de la présence d’un vide intérieur (canal tubulaire et double paroi internes), un modus operandi à la cire perdue ou bien directement sur un modèle en bois paraît le plus probable, sans exclure plusieurs phases d’assemblage et de finitions. L’hypothèse d’un moulage sur support minéral semble peu plausible (Mellinger 2013). Outre la finesse d’exécution de la figuration anthropomorphique, l’aspect le plus sophistiqué de cet objet, s’il s’agit bien d’une pipe, tient dans le système de cavités aménagées à l’intérieur de la tête, résultant d’une conception tridimensionnelle complexe, qui pourraient avoir un rôle d’isolants thermiques entre le foyer et les doigts du fumeur tenant la pipe.

26L’ensemble de ces éléments indique que l’auteur de la pièce possédait un savoir-faire professionnel (fondeur-sculpteur, dinandier, chaudronnier ?) et a su sélectionner du Zamak sur le terrain, confectionner un modèle paré des attributs du poilu, enfin réaliser une coulée ou un modelage à l’état solide. L’étude ne permet cependant pas de savoir si la chaîne opératoire implique plusieurs individus ni si les différentes étapes de la fabrication se sont déroulées sur la ligne de front.

Conclusion

27La sculpture métallique étudiée est une représentation d’une tête de soldat barbu dont les attributs stylistiques s’inscrivent dans une tradition esthétique de la seconde moitié du xixe siècle, qui culmine dans la caricature du poilu à la barbe nourrie et coiffé d’un képi militaire. Cette représentation sur une armature à morphologie de pipe correspond également à un standard de l’article pour fumeur du type pipe Jacob, dont les nombreuses répliques et dérivés produits par les soldats durant la guerre constituent une abondante catégorie du corpus de l’Art des tranchées.

28Le contexte archéologique de la découverte, une tranchée française abandonnée en juin 1915, implique que cet objet a été produit et perdu sur le champ de bataille avant cette date. L’analyse chimique réalisée par spectromètre indique que le métal de la sculpture provient d’un recyclage de déchets militaires allemands : l’alliage identifié (Zn-Al-W-Pb), mis au point par l’industrie allemande en 1914 pour compenser la pénurie de métaux, ne sera révélé officiellement aux étrangers qu’en 1917. Ces éléments plaident en faveur d’une démarche artisanale et artistique qui implique l’expertise d’un ou plusieurs individus, du choix et de la collecte de la matière première à la confection du modèle.

29Cet artefact reflète un geste archéologique lié au besoin de créer dans le temps de la guerre. Peut-être est-il l’œuvre d’un ouvrier fondeur, envoyé combattre en Argonne au début de l’année 1915, soucieux de concrétiser son imaginaire et de prouver ses capacités physiques, intellectuelles et artistiques autres que militaires. D’abord réalisé par nécessité dans l’urgence dans la première année de guerre, l’artisanat des tranchées a progressivement évolué, avec la prolongation de la guerre au-delà de l’hiver 1914, en un marché dynamique entre les ateliers du front et les commerces de l’arrière-front (Hardier & Jagielski 2014), grâce à une production massive d’objets utilitaires, commémoratifs, cultuels ou artistiques. Cette production a perduré après la guerre dans des ateliers civils d’où sont sorties la plupart des œuvres visibles aujourd’hui sur le marché commercial de l’Art des tranchées.

Haut de page

Bibliographie

Baril Q. 2016. Regards croisés de trois objets issus du front de la Grande Guerre: approche biographique et interdisciplinaire. Bordeaux, université de Bordeaux-Montaigne (mémoire de Master).

Baroche C. 1955. « Un facteur important pour l’amélioration de productivité : le moulage sous pression des alliages de zinc », Procès-verbaux des séances de la Société académique d’agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l’Aube : 30-32.

Beck L., Bosonnet S., Réveilllon S., Eliot D. & Pilon F. 2004. «Silver surface enrichment of silver-copper alloys : a limitation for the analysis of ancient silver coins by surface techniques », Nuclear Instruments and Methods in Physics Research 226, 1-2 : 153-162.

Brenot J., Blondeau R., Léty C. & Zélie B. 2017. Le Bonnet de Coton, Bois de la Gruerie, Servon-Melzicourt (Marne): rapport final d’opération archéologique programmée. Châlons-en-Champagne, Service régional d’archéologie de Champagne-Ardenne, 254 p.

Brenot J., Saulière N., Léty C., Taborelli P., Zélie B., Blondeau R., Devos A. & Desfossés Y. 2017. « How much did the soldiers dig? A quantification of WW1 remains in Argonne, France », Geoarchaeology, 32-5 : 534-548. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/gea.21623 ; DOI : https://doi.org/10.1002/gea.21623

Buccolieri A., Buccolieri G., Filippo E., Manno D., Sarcinelli G., Siciliano A., Vitale R. & Serra A. 2014. « Non-destructive Analysis of Silver Coins Minted in Taras (South Italy) between the V and the III Centuries BC », Journal of Archaeology : 1-12. www.hindawi.com/journals/jarchae/2014/171243/ ; DOI : http://dx.doi.org/10.1155/2014/171243

Bulletin des usines de guerre 1917a. Parution du 8 Octobre 1917 (n° 24), ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre.

Bulletin des usines de guerre 1917b. Parution du 21 mai 1917 (n° 4), ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre.

Chancerel P. 2015. « Raw Materials ». In : U. Daniel, P. Gatrell, O. Janz, H. Jones, J. Keene, A. Kramer & B. Nasson, 1914-1918-online, International Encyclopedia of the First World War. Berlin, Freie Universität Berlin. https://encyclopedia.1914-1918-online.net/article/raw_materials#A_Shortage_of_Raw_Materials

Gambier Limited Company. 1908. Pipes pour bureaux de tabacs. Catalogue commercial.

Griessel F. 2012. « Soldatenkunst – auch ein deutsches Phänomen. Von Krieg, Granatenhülsen und Fingerringen », Die deutsche Gesellschaft für Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit e.V., 28 : 147-154.

Guillet L. 1946. Les alliages métalliques. Paris, Presses universitaires de France, 2e édition.

Hardier T. & Jagielski J.-F. 2017. Oublier l’apocalypse? Loisirs et distractions des combattants pendant la Grande Guerre. Paris, Éditions IMAGO.

Kaiserliches Patentamt. 1914. Zinklegierung, Patent n° 295786, Allgemeine Deustche MetallWerke G.m.b.H. in Berlin-Oberschöneweide, 22 November 1914. https://depatisnet.dpma.de/DepatisNet/depatisnet?action =bibdat&docid =DE000000295786A

Kalnicky D. J. & Singhvi R. 2001. « Field portable XRF analysis of environmental samples », Journal of Hazardious Materials, 83, 1-2 : 93-122.

Kilbride C., Poole J. & Hutchings T. R. 2006. « A comparison of Cu, Pb, As, Cd, Zn, Fe, Ni, and Mn determined by acid extraction/ICP-OES and ex situ field portable X-ray fluorescence analyses », Environmental Pollution, 143 : 16-23.

Kimball J. A. 2004. Trench art: an illustrated history. Davis (USA, California), Silver Penny Press.

Lesjean F. 2008. Se nourrir et combattre, la nourriture du combattant de Champagne. Investigations de terrain et vestiges. Paris, École des hautes études en sciences sociales (mémoire de l’ÉHESS).

Limbaugh R. H. 2010. Tungsten in Peace and War, 1918-1946. Reno (USA, Nevada), University of Nevada Press.

Manoha M. 2014. « Pratiques bijoutières dans la Grande Guerre », Corps, 12 : 157-166.

Mellinger D. 2013. « L’artisanat de pierre en Meuse à l’arrière du front lorrain ». In : B. Schnitzler & M. Landolt (dir.), À l’est, du nouveau!: archéologie de la Grande Guerre en Alsace et en Lorraine. Strasbourg, Éditions des Musées de la ville de Strasbourg : 42-244.

Metall und Herz. 1917. 22 Januar 1917, Zeitschrift, Heft 2 : 32.

Pastor H. 2000. « Métallurgie et recyclage du tungstène. Produits et Sécurité », Techniques de l’Ingénieur, matériaux métalliques, 3 : 3 791-3 084.

Ribouillault C. 2014. La musique au fusil avec les poilus de la Grande Guerre. Arles, Éditions du Rouergue.

Roger-Milès L. 1916. « L e Salon des Armées », Le Figaro 361, 26 décembre 1916 : 4.

Saunders N. J. 2000. « Bodies of metal, shells of memory : Trench Art and the Great War recycled », Journal of Material Culture, 5-1 : 43-67.

Saunders N. J. 2011. Trench art: a brief history & guide, 1914-1939. Barnsley (England, South Yorkshire), Pen & Sword Military.

Warin P. 2009. Les objets du tabac de la Grande Guerre: artisanat de tranchée. Louviers, Ysec Éditions.

Haut de page

Notes

1 Note de la rédaction : les figures marquées d’un astérisque sont disponibles uniquement dans la version numérique de l’article.

2 Le spectomètre pXRF, pour Portable x-Ray Fluorescence, est un outil d’analyse non destructif. Léger, maniable et polyvalent, il permet de détecter un ensemble de substances inorganiques telles que le plomb, l’arsenic, le mercure, le calcium, l’uranium, le cuivre, l’aluminium, le chlore, etc.

3 Les éléments métalliques présentés dans cette étude sont stockés au dépôt archéologique de Châlons-en-Champagne (n° MET347 et MET348, caisse 14430, code opération n° 07.7943).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1bis. Contexte archéologique (Servon-Melzicourt, Marne, France) de la découverte dans le sondage 25 localisé dans le réseau de tranchées ici souligné sur la carte Lidar du secteur étudié
Crédits DAO : J. Brenot, Éveha.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 1 (à gauche). Occupée entre décembre 1914 et juin 1915, cette tranchée française était équipée de postes de tir (à gauche) et de banquettes (à droite) ; au premier plan, le sol apparaît jonché de douilles de Lebel. Fig. 2 (à droite). Vue de la sculpture avant (en haut) et après (en bas) restauration.
Crédits © Photographie Rémi Blondeau.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 3. Relevé de la sculpture après restauration.
Crédits © Dao Jérôme Brenot, Éveha.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5601/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4bis. Fragments d’engins explosifs retrouvés sur le site de fouille, utilisés pour l’étude comparative des compositions chimiques
Crédits © J. Brenot.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5601/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre Fig. 4. Compositions chimiques (%) pour chacun des fragments d’engins explosifs mesurés ; Etm : éléments traces métalliques.
Crédits © Dao : Jérôme Brenot, Éveha.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5601/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Fig. 5. Haut : brevet original de l’alliage de Zinc du 22 novembre 1914 (© Image Deutsches Patentamt). Bas : extraits de journaux industriels relatant le brevetage de l’alliage zincique, publié dans le journal allemand Metall und Erz (©) du 22 janvier 1917 (gauche) et dans le journal français Bulletin des usines de guerre (droite) du 21 mai 1917.
Crédits Source : gallica.bnf.fr.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5601/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 6. Iconographie comparative d’images de soldats (1 à 9) et de pipes (10 à 12). 1 et 2 : communards, par C.-A. d’Arnoux, 1871 ; 3 : communard, par A. de Noé, 1871 ; 4 : soldat français, gravure anonyme, 1870 (source : gallica.bnf.fr) ; 5 : soldat français de 1915, par G. Scott, 1917 ; 6 : soldat français âgé, par H. Daumier, 1870 ; 7 : soldat français de la guerre de 1859, par C.-A. d’Arnoux, vers 1865 ; 8 : soldat français de la Première Guerre mondiale, par O. Redon, 1915 ; 9 : soldat américain unioniste de 1863, par D. Troiani, 1990 ; 10 : modèle de pipe Jacob, céramique, Maison Gambier (Warin, 2009) ; 11 : zouave, sépiolite, non-daté (Warin, 2009) ; 12 : soldat français de la Première Guerre mondiale, modelé par G. Obiols (Warin, 2009) ; 13 : soldat français de la Première Guerre mondiale, 1915 (Warin, 2009) ; 14 : objet étudié.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5601/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 7. Forges artisanales sur le front pendant la Première Guerre (photographies non localisées). Gauche : atelier de recyclage de cuivre et d’aluminium, avec chaîne opératoire de découpage sur la gauche, foyers de fusion en arrière-plan et sur la droite ; à noter les outils en bas à droite (© J. Raussin, collection personnelle). Droite : atelier de confection de bagues ; le métal est coulé le long d’une branche fixée dans une pomme de terre.
Crédits © J.-J. Richard, collection personnelle.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5601/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Léty, Rémi Blondeau, Jérôme Brenot, Bruno Zélie, Marion Bernard, Quentin Baril et Sabrina Save, « Du métal allemand dans des mains françaises », Les nouvelles de l'archéologie, 155 | 2019, 12-17.

Référence électronique

Cédric Léty, Rémi Blondeau, Jérôme Brenot, Bruno Zélie, Marion Bernard, Quentin Baril et Sabrina Save, « Du métal allemand dans des mains françaises », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 155 | 2019, mis en ligne le 06 septembre 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/5601 ; DOI : 10.4000/nda.5601

Haut de page

Auteurs

Cédric Léty

Société Éveha (Études et valorisations archéologiques). 31, rue Soyouz - ESTER Technopole 87068 LIMOGES Cedex.

Rémi Blondeau

Société Éveha (Études et valorisations archéologiques). 31, rue Soyouz - ESTER Technopole 87068 LIMOGES Cedex.

Jérôme Brenot

Société Éveha (Études et valorisations archéologiques). 31, rue Soyouz - ESTER Technopole 87068 LIMOGES Cedex.

Bruno Zélie

Société Éveha (Études et valorisations archéologiques). 31, rue Soyouz - ESTER Technopole 87068 LIMOGES Cedex.

Marion Bernard

Société Éveha (Études et valorisations archéologiques). 31, rue Soyouz - ESTER Technopole 87068 LIMOGES Cedex.

Quentin Baril

Chercheur associé à l’Institut Ausonius « Archéologie en sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge » université de Bordeaux-Montaigne – Cnrs, Umr 5607. Maison de l’archéologie. 8, esplanade des Antilles 33607 Pessac.

Sabrina Save

Société Amélie (études environnementales et archéologiques). 120, boulevard Blanqui BP 10255 10000 Troyes.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals