Navigation – Plan du site

Les débuts de l’archéologie de l’image au xixe siècle

Jules de Laurière (1825-1894), pionnier du genre en France
Anissa Yelles
p. 18-22

Résumés

Jules de Laurière (1825-1894) est une figure pionnière, du journalisme photographique en matière archéologique. Membre actif des plus grandes sociétés et associations archéologiques françaises il ne cessera de voyager à travers l’Europe, et l’Afrique du Nord pour documenter à travers l’image, les ruines, musées et fouilles de ces régions du monde. À travers la reconstitution du corpus de cet archéologue-photographe, nous avons souhaité observer deux décennies charnières pour l’institutionnalisation de la discipline archéologique, les années 1870-1890, qui coïncident avec l’explosion du nombre des sociétés savantes et la naissance d’une nouvelle photographie de terrain.

Haut de page

Texte intégral

1Par bien des aspects, la recherche dans les archives photographiques peut s’apparenter à une véritable fouille archéologique. En effet, comme dans l’archéologie dite « de terrain », le dépouillement de documents photographiques permet de mettre à jour, de « dépoussiérer » et d’interpréter un ensemble de témoignages matériels relevant d’un passé plus ou moins lointain. De ce point de vue, il ne paraît pas exagéré d’avancer que le travail d’exhumation des archives rejoint celui de l’exploration des sites archéologiques. Dans les deux cas, il est bien question de « fouiller » à travers les strates temporelles. Aussi, s’il existe une archéologie de l’objet, il existe bel et bien une « archéologie de l’image », expression qui désigne un autre pan de la discipline, exigeant le recours à la reconstitution et à l’analyse des corpus photographiques pour interroger le contexte historique de la découverte de l’objet exhumé. Cette nouvelle approche de l’archéologie tente aujourd’hui, tant bien que mal, de se constituer comme une spécialité à part entière. Pour autant, si elle peut paraître nouvelle, voire même, paradoxalement, innovante à certains égards, l’usage de l’appareil photographique comme outil de compréhension des civilisations passées est évidemment bien plus ancien. De fait, il est perceptible dès les débuts de la photographie et l’invention du daguerréotype.

2En France, il faut attendre les années 1870 pour constater la diffusion de la photographie dans la sphère savante et au sein des associations archéologiques, qui vont peser de tout leur poids dans la fabrique de ce que l’on nommera, quelques décennies plus tard, la photographie archéo-logique. Cette archéologie nouvelle, dans laquelle la documentation photographique occupe une place de plus en plus considérable, est parfaitement illustrée par la figure et le parcours de Jules de Laurière. Archéologue photographe rattaché aux institutions et associations les plus influentes de la fin du xixe siècle dans le domaine des sciences de l’antiquité, il met au point une stratégie de la documentation des vestiges qu’il pratique en France, en Europe et sur tout le pourtour méditerranéen, entre les années 1870 et 1890. Ses innombrables voyages le mènent en Russie, en Allemagne, en Espagne, en Suisse, au Portugal, en Italie, en Orient et en Afrique du Nord. Cet explorateur invétéré a su s’imposer comme l’archétype du journaliste photographe en archéologie. L’étude de son parcours et la reconstitution de sa production photographique mettent en lumière le rôle essentiel de la figure de l’amateur dans la fabrique des archives de l’archéologie, « République des amateurs » qui s’est approprié l’invention de Daguerre, pour pratiquer un médium qui a bouleversé les pratiques sociales de l’espace archéologique de la fin du xixe siècle (Chabert, Jones & Troufléau-Sandrin 2011).

Sous les auspices des sociétés savantes

3Peu d’informations nous sont parvenues concernant la formation personnelle de Jules de Laurière et le contexte qui a suscité son intérêt pour la photographie. Issu d’une famille noble du village de La Rochefoucauld en Charente, il aurait commencé à s’intéresser à l’archéologie, et accessoirement à la photographie, à la suite du décès de son épouse : « [il] chercha dans l’étude et dans les voyages un adoucissement de la douleur que lui causa la perte d’une compagne tendrement aimée, et les regrets qu’il en éprouva durèrent autant que son existence. » (Marsy 1894 : 396). Jules de Laurière semble avoir fait du voyage l’élément essentiel de sa formation archéologique. Avec le temps, il acquiert une véritable compétence scientifique, mise en lumière au travers de nombreuses publications reconnues par l’ensemble de la communauté savante : « Jules de Laurière fut sous tous rapports un admirable voyageur. S’il ne découvrit pas de terres lointaines, s’il se borna à parcourir le vieux monde, si même, dans la région méditerranéenne, il s’attacha plus particulièrement aux deux grandes péninsules, l’Espagne et l’Italie, son temps et ses fatigues n’ont pas été perdus, et dans une série de mémoires marquée au coin du bon sens et de la véritable érudition, il a éclairci plus d’un point douteux, révélé plus d’un monument inconnu. À Paris comme en province son opinion faisait loi, et de tous côtés on venait le consulter sur les sujets les plus divers. » (Ibid. : 405).

  • 1 Dans l’ouvrage Construire l’institution. L’École française de Rome, 1873-1895, Michel Gras et Oliv (...)

4Dès 1844, à peine âgé de 19 ans, Jules de Laurière rejoint la Société archéologique et historique d’Angoulême en tant que membre correspondant. En 1868, il devient membre titulaire de la Société française de numismatique et d’archéologie, en 1876, de la Société des antiquaires de France et de la Société de géographie. Nommé secrétaire adjoint de la Société française d’archéologie en 1877, il devient membre résident de la Société des antiquaires de France dix ans plus tard, tout en restant proche des archéologues des Écoles françaises de Rome1 et d’Athènes.

5La seconde moitié du xixe siècle correspond en effet à la consolidation progressive de l’archéologie, grâce à l’explosion du nombre des sociétés savantes dont le rôle fut essentiel pour l’institutionnalisation de la discipline (Hurel 2017). Ces associations réunissent, dans la majorité des cas, des passionnés qui ne sont pas toujours des érudits, leurs connaissances en archéologie de terrain restant souvent limitées. Pourtant, les travaux de ces amateurs étant au cœur de la discipline, ils permettent à certains d’entre eux d’obtenir le titre d’« archéologue » (Perrin-Saminadayar 2001 : 60). Par ailleurs, c’est au sein de ces sociétés que la pratique de la photographie de terrain est théorisée, en grande partie grâce à Eugène Trutat (1840-1910), directeur du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse (Bordes & Labails 2011), qui, convaincu de son utilité pour la recherche, publie en 1879 la première étude sur le sujet, La photographie appliquée à l’archéologie. Il y affirme ainsi que « l’archéologue doit exécuter lui-même la plus grande partie du travail photographique » (Trutat 1879 : 8). Pour que l’objectif soit un prolongement de la pelle et de la truelle, il se doit d’être à la fois explorateur et photographe, ce qui explique l’explosion de la photographie amateur produite dans ce cadre spécifique pendant la décennie 1870-1880. En permettant l’instantanéité des prises de vues, l’invention du bromure d’argent, breveté en 1871, la rend accessible à un public plus large d’amateurs, vivement encouragés par les milieux associatifs savants auxquels ils appartiennent à exercer ce médium et échanger leurs travaux lors de voyages organisés ou de séances publiques (Joschke 2013). Ce milieu savant conditionne la production de Jules de Laurière, en lui confiant de nombreuses missions d’exploration pour le compte d’institutions influentes.

La mission Héron de Villefosse

  • 2 Il en devient conservateur en 1881.

6La première mission officielle assumée par Jules de Laurière en lien avec sa pratique photographique, et les fonctions qu’il occupe dans diverses sociétés savantes, est celle qu’il effectue en Afrique du Nord en collaboration avec Antoine Héron de Villefosse (1845-1879), chargé de la sculpture grecque et romaine au département des Antiques du Louvre2. En 1873, le ministère de l’Instruction publique confie à ce spécialiste reconnu d’épigraphie latine la charge de relever des inscriptions récemment découvertes dans la province de Constantine – « La mission que vous avez bien voulu me confier en Algérie avait pour but spécial de relever, soit par la copie, soit par l’estampage, les inscriptions antiques récemment découvertes dans la province de Constantine… » (Héron de Villefosse 1875 : 1) –, et de rapporter au moins trois monuments : « Sur proposition de M. L. Renier, l’Académie émet un vœu pour que M. Héron de Villefosse soit chargé de rapporter en France, pour le musée du Louvre, trois monuments conservés à Lambèse où ils sont exposés à beaucoup de chance de destruction… » (Renier 1874 : 17).

  • 3 Édifice funéraire monumental aujourdhui disparu, découvert par les Français en 1855 dans la région (...)

7Cette campagne d’exploration systématique du patrimoine archéologique est la première, en Algérie, à faire usage de la photographie. Jules de Laurière est chargé de réunir le corpus qui témoigne, pour le compte du ministère de l’Instruction publique, de l’état de conservation des sites et des collections archéologiques de la colonie. Parmi la cinquantaine de négatifs ajoutés aux nombreux plans et estampages produits au cours de la mission, seule une vingtaine de tirages est aujourd’hui conservée dans les archives du musée du Louvre (Le Pelley-Fonteny 2005 : 141). Pendant l’exploration du monumental tombeau de Praecilius3, la photographie permet de pallier au manque de précision du dessin : « le tombeau de Praecilius, qui est aujourd’hui tombé dans un état d’abandon déplorable […] sert de réceptacle aux immondices de tout le faubourg qui l’entoure. Malgré les difficultés qu’il fallait surmonter pour y pénétrer, M. De Laurière en a fait une excellente photographie, qui servira à rectifier plusieurs points du dessin trop inexact de M. Féraud. » (Héron de Villefosse 1875 : 34) (fig. 1).

Fig. 1. Jules de Laurière, Tombeau de Praecilius à Constantine (Algérie), 1873.

Fig. 1. Jules de Laurière, Tombeau de Praecilius à Constantine (Algérie), 1873.

© Collège de France.

  • 4 Aujourd’hui Tébessa, dans la wilaya du même nom.
  • 5 Aujourd’hui wilaya d’Annaba.
  • 6 Aujourd’hui chef-lieu de la wilaya du même nom, situé au débouché d’une vallée reliant les monts Z (...)
  • 7 Aujourd’hui chef-lieu de la wilaya du même nom.

8Au cours de cette mission, Jules de Laurière porte une attention particulière à la colonie romaine de Théveste4, située entre le massif de l’Aurès et la frontière tunisienne : il dessine le plan de sa basilique chrétienne et réalise une série de prises de vue de l’édifice selon divers angles. Toujours dans le Constantinois, il effectue des fouilles personnelles dans la région de Bône5 et de Biskra6, et assiste à celles du Medracen, un mausolée numide du iiie av J.-C. situé près de Batna7. Modestement financé par la Société archéologique de Constantine à hauteur de 500 F, le chantier, organisé du mois d’avril au mois de juin 1873, permet ainsi l’exploration de l’intérieur du monument : « Un mois et demi après la visite que nous fîmes au Medracen, au retour d’une tournée dans le sud, l’est et l’ouest de la province, nous apprîmes que ces fouilles étaient en cours d’exécution. M. le colonel du génie Brunon, qui s’associait de tout cœur aux vœux de la savante compagnie, obtint de M. le général commandant la division de Constantine un détachement de zouaves qu’il envoya au Medracen pour être employés aux travaux de main-d’œuvre de ces fouilles, sous l’intelligente direction de M. Beauchetet […] À ce moment, la pierre verticale qui fermait l’entrée du tombeau sur le quatrième gradin du cône avait été enlevée, et les travailleurs poursuivaient le déblaiement de la galerie… » (Laurière 1874 : 340-341).

9Le corpus produit par Jules de Laurière en Algérie manque dans l’ensemble de précision, à quelques rares exceptions près, et consiste pour l’essentiel en vues générales, les détails et gros plans de monuments en étant quasi-absents. Mais les tirages manifestent la volonté de se former à la discipline par le terrain et par la documentation photographique. Loin de témoigner d’une sensibilité à la ruine, comme les prises de vues de ses prédécesseurs, les images de Laurière rendent compte d’une expérimentation savante qui place la reproduction systématique des vestiges au cœur de l’étude de l’Antiquité.

La circulation d’un corpus

10Dès la fin des années 1870, Jules de Laurière devient l’un des nombreux correspondants de l’agence photographique Giraudon, dont la spécialité est d’approvisionner en images les instituts scientifiques et les écoles d’art (Garcia 2017 : 370). La bibliothèque de l’école des beaux-arts de Paris, située rue Bonaparte face à l’atelier Giraudon, possède un important corpus relatif à l’activité photographique de la firme. Il réunit plusieurs centaines de tirages attestant le dynamisme de la production de Jules de Laurière en France et dans de nombreux pays méditerranéens. La palette de sujets est variée, de la ruine de l’église San Giovanni Battista de Corte en Corse, réduite à une abside du xe siècle et à un batistère au xiiie, au dolmen de Crucuno à Plouharnel près de Lorient, l’un des plus massifs du Morbihan ; d’un mur de soutènement dans l’île de Majorque en Espagne au « Grand amphithéâtre » d’El Jem en Tunisie, sans doute construit dans le premier tiers du iiie siècle pour l’antique Thysdrus de la province romaine d’Afrique ; ou encore, des vues intérieures des musées d’Arles, d’Alger ou de Carthage.

  • 8 Contrairement à ce qui était indiqué dans la version papier de la revue, il ne s’agit pas d’un fon (...)

11Ce « journalisme de ruines » ne manque pas d’intéresser les plus éminents archéologues de l’époque, à commencer par son ami Héron de Villefosse, qui s’appuie régulièrement sur ses tirages pour animer ses présentations orales à la Société française d’archéologie. Le juriste et épigraphiste Julien Poinsot (1844-1899), explorateur de la Tunisie antique, fait appel à lui pour l’enrichissement de ses collections personnelles (Saint-Amans 2017). Le Collège de France conserve un fonds photographique conséquent de plusieurs centaines d’images sur l’histoire de l’archéologie méditerranéenne réunies par le byzantiniste Paul Milliet (1867-1953)8. On y trouve une quarantaine de vues prises par Laurière en Algérie et en Tunisie entre 1873 et 1874, dont certaines se rapportent à la mission Héron de Villefosse. Les archives du prêtre jésuite Camille de La Croix (1831-1911) sont un autre élément de preuve de la large diffusion de ses clichés dans la communauté scientifique : une vingtaine de tirages datés de mai 1883 illustrent des prises de vue des fouilles du théâtre, des thermes et du temple gallo-romains de Sanxay dans la Vienne, tout en rendant compte, dans une certaine mesure, de la vie quotidienne sur le chantier, plusieurs d’entre eux montrant l’équipe en action. Un tirage en double exemplaire renvoie à une visite touristique, le tourisme de fouilles étant en plein essor dans les années 1880. Pour autant, les clichés manquent encore de précision scientifique et ne sont que des vues d’ensemble, sans aucune coupe stratigraphique ni détails d’objets. Pour Jules de Laurière, la photographie semble avant tout un moyen de mettre en lumière l’actualité des découvertes archéologiques (fig. 2).

Fig. 2. Fouilles de Sanxay (Vienne), 21 mai 1883.

Fig. 2. Fouilles de Sanxay (Vienne), 21 mai 1883.

© Archives départementales de la Vienne, 16 J3/126.

L’Italie, destination privilégiée

  • 9 La troisième guerre d’indépendance italienne (1866) fut la dernière étape du processus d’unificati (...)

12Dès 1851 et plusieurs fois par an, Jules de Laurière se rend en Italie. L’une de ses activités favorites consiste à retrouver les traces de la présence française à Rome. Il s’intéresse particulièrement à l’église Saint-Yves-des-Bretons, bâtie au xve siècle, « la plus ancienne et la plus intéressante du point de vue archéologique » (Laurière 1888). En 1875, l’église est condamnée à la démolition, malgré l’opposition de nombreux archéologues. Jules de Laurière fait reconnaître à maintes reprises auprès des sociétés savantes l’intérêt scientifique de l’édifice, dont l’intérieur est orné de colonnes et de chapiteaux antiques et inscriptions tumulaires. Entre 1880 et 1884, il effectue plusieurs déplacements à Rome pour le compte de l’Association française d’archéologie : il est témoin du dynamisme archéologique de l’Italie tout juste réunifiée9, sous l’impulsion du nouveau secrétaire de la commission municipale d’archéologie, Rodolfo Lanciani (1845-1929), nommé à la suite de Giuseppe Fiorelli (1823-1896). Une dizaine d’images relatives au Forum romain sont conservées à la Société historique et archéologique du Périgord dont Laurière était membre. Ce corpus, particulièrement précieux, est l’un des rares témoignages d’une couverture photographique de fouille réalisée par un archéologue photographe français à Rome à cette époque. Deux images sont particulièrement intéressantes (fig. 3 et 4), prises à deux années d’intervalle sur le secteur de la maison des Vestales : l’une est datée du 9 novembre 1882, la seconde de février 1884, et toutes deux portent la mention manuscrite « AB ». Sur la première (la plus ancienne), cette indication correspond au niveau du sol de 1882, avant que les fouilles ne démarrent en 1883. Sur la seconde, le trait dessiné correspond au niveau du sol au moment même de la fouille. Jules de Laurière est donc présent année après année, in situ, documentant l’évolution d’un secteur sur le terrain.

Fig. 3. Jules de Laurière, 1882, 15 9bre. Le Forum, Rome. État des fouilles le 15 9bre 1882. Emplacement de la maison des Vestales, Au dessous de la ligne AB. Voir la photographie N° 576.

Fig. 3. Jules de Laurière, 1882, 15 9bre. Le Forum, Rome. État des fouilles le 15 9bre 1882. Emplacement de la maison des Vestales, Au dessous de la ligne AB. Voir la photographie N° 576.

© Archives départementales de Dordogne, 21 Fi 53.

Fig. 4. Jules de Laurière, 1884, 4 février. Le Forum à Rome. État des fouilles au mois de février 1884. La maison des Vestales, Au dessous de la ligne AB [...]. Voir la photographie N° 495.

Fig. 4. Jules de Laurière, 1884, 4 février. Le Forum à Rome. État des fouilles au mois de février 1884. La maison des Vestales, Au dessous de la ligne AB [...]. Voir la photographie N° 495.

© Archives départementales de Dordogne, 21 Fi 54.

13Les clichés se caractérisent par leur clarté et leur précision, les conditions de prise de vue étant bien meilleures qu’en Algérie. Le photographe a manifestement veillé à ce que le sujet soit parfaitement identifiable et n’a pas hésité à multiplier les angles de prises de vue pour qu’aucun élément ne gêne la lecture. Les plans sont variés, les vues générales spectaculaires, certaines montrant la vie quotidienne du chantier, l’équipe en action et les méthodes pratiquées, notamment à travers l’installation d’échafaudages. Le regardeur est donc mis en situation de témoin direct de l’impact d’une exploration archéologique. À cet égard, la fouille figure parmi ces « instants décisifs » où l’image, par sa capacité de création d’archives visuelles, participe pleinement à l’expérience objective du terrain.

Conclusion

14Le parcours de Jules de Laurière est un cas d’école pour tout chercheur qui souhaite observer le tournant opéré dans la seconde moitié du xixe siècle, la production des archives photographiques conditionnant en partie la fondation de la discipline archéologique. Archéologue amateur comme la plupart de ses confrères, Jules de Laurière a su se perfectionner au contact d’un réseau qu’il s’est constitué dans le milieu des sociétés savantes et ériger la prise de vue photographique en élément clef des pratiques documentaires de sa discipline, au point d’en faire le propre de l’observation scientifique en archéologie. Nous avons pu le constater, sa production en appelle à plusieurs grilles de lecture. Ses clichés sont avant tout des carnets de notes qui lui permettent une analyse de l’antique in situ et ex situ. Par ailleurs, pour reprendre les mots de René Ginouvès (1926-1994), « l’image apporte la connaissance comparative nécessaire à une discipline d’érudition… » (Ginouvès & Guimier-Sorbets 1992 : 231) telle que l’archéologie. La diffusion des savoirs archéologiques passe ainsi nécessairement par elle.

Haut de page

Bibliographie

Bordes F. & Labails M.-D. (dir.), 2011. Eugène Trutat, savant et photographe. Toulouse, Éditions du Museum de Toulouse, 248 p.

Chabassière J., 1903. Note sur le tombeau de Praecilius à Constantine : extrait du Bulletin archéologique, 1902. Paris, Imprimerie nationale, 7 p.

Chabert G., Jones J. & Troufléau-Sandrin C. 2011. La République des amateurs: les amateurs photographes autour de 1900 dans les collections de la société française de photographie, catalogue d’exposition au Château de Tours, 18 juin-6 novembre 2011. Paris, Les Éditions du Jeu de Paume, 64 p.

Laurière J. de, 1874. « Deux mausolées africains : le Medracen et le Tombeau de la Chrétienne », Bulletin monumental ou collection de mémoires et de renseignements sur la statistique monumentale de la France, vol. 40, 5e série, t. 2 : 305-347. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31059g

Laurière J. de, 1888. L’église Saint-Yves-des-Bretons à Rome, ses dalles funéraires et ses inscriptions. Caen, Henri Delesques imprimeur libraire.

La Croix, Père C. de, S. J. 1883. Mémoire archéologique sur les découvertes d’Herbord dites de Sanxay. Niort, Clouzot, 78 p.https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9663258r/f91.item.texteImage

Dumuys L., 1882. Les fouilles de Sanxay (Vienne): documents inédits suivis de la bibliographie du R. P de la Croix, de la Cie de Jésus. Orléans, Imprimerie E. Colas.

Garcia A.-M., 2017. La photographie avec les arts: histoire d’une collection. Paris, Beaux-Arts de Paris Éditions, 400 p.

Ginouvès R. & Guimier-Sorbets A.-M. 1992. « L’image dans l’archéologie ». In : L’image et la science, actes du 115e Congrès national des sociétés savantes, Avignon, 1990. Paris, Éditions du Cths (coll. « colloques du Comité des travaux historiques et scientifiques, 8) : 231-248. http://www.mae.parisnanterre.fr/ginouves/texteimpr/AR17

Gras M. & Poncet O. (dir.). 2014. Construire l’institution. L’École française de Rome, 1873-1895. Rome, Publications de l’École française de Rome (coll. « École française de Rome », 486). https://books.openedition.org/efr/2616

Héron de Villefosse M. A., 1875. Rapport sur une mission archéologique en Algérie. Paris, Imprimerie nationale, 120 p.

Joschke C., 2013. Les yeux de la nation : photographie amateur et société dans l’Allemagne de Guillaume II. Dijon, Les Presses du réel, 440 p.

Le Pelley-Fonteny M. (dir.), 2005. Adolphe et Georges Giraudon, une bibliothèque photographique : catalogue de l’exposition, Bourges, archives départementales du Cher, du 15 avril au 13 juillet 2005, et Paris, musée Rodin, du 13 avril au 19 juin 2005. Paris, Somogy Éditions d’art ; archives départementales du Cher.

Marsy, comte A. de, 1894. « Jules de Laurière et Léon Palustre », Bulletin monumental publié sous les auspices de la Société française d’archéologie pour la conservation des monuments historiques, vol. 59, 6e série, t. 9 : 395-418. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6296126m

Perrin-Saminadayar É., 2001. « Les résistances des institutions scientifiques et universitaires à l’émergence de l’archéologie comme science ». In : E. Perrin-Saminadayar (dir), Rêver l’archéologie au xixe siècle : de la science à l’imaginaire. Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne (coll. « Mémoires Centre Jean-Palerne », 23) : 47-64.

Renier L., 1874. « Mission de M. Héron de Villefosse en Tunisie et en Algérie », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 18-1 : 17. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1874_num_18_1_68100

Saint-Amans S., 2017. « Stratigraphie d’un fonds : histoire des archives Poinssot, I ». In : M. Dondin-Payre, H. Jaïdi, S. Saint-Amans & M. Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot : lumières sur l’archéologie tunisienne (1870-1980). Paris, Institut national de l’histoire de l’art (coll. « Actes de colloques »). https://journals.openedition.org/inha/7145

Trutat E., 1879. La photographie appliquée à l’archéologie : reproduction des monuments, œuvres d’art, mobilier, inscriptions, manuscrits. Paris, Gauthier-Villars, 135 p. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9794296t/f9.image

Haut de page

Notes

1 Dans l’ouvrage Construire l’institution. L’École française de Rome, 1873-1895, Michel Gras et Olivier Poncet mentionnent une photographie conservée dans la correspondance de Maurice Prou (aux archives municipales de Sens), réalisée par Jules de Laurière en 1885 lors d’une excursion des membres de l’Efr à Corneto (Gras & Poncet 2013 : 275).

2 Il en devient conservateur en 1881.

3 Édifice funéraire monumental aujourdhui disparu, découvert par les Français en 1855 dans la région de Constantine (Chabassière 1903).

4 Aujourd’hui Tébessa, dans la wilaya du même nom.

5 Aujourd’hui wilaya d’Annaba.

6 Aujourd’hui chef-lieu de la wilaya du même nom, situé au débouché d’une vallée reliant les monts Zibans au massid des Aurès.

7 Aujourd’hui chef-lieu de la wilaya du même nom.

8 Contrairement à ce qui était indiqué dans la version papier de la revue, il ne s’agit pas d’un fonds réuni par Gabriel Millet, mais bien par Paul Milliet (ndlr).

9 La troisième guerre d’indépendance italienne (1866) fut la dernière étape du processus d’unification entrepris depuis 1848. Elle se conclut par la capitulation de l’armée autrichienne défaite par la Prusse à Sadowa ou Königgrätz (République tchèque) le 3 juillet, et la signature, le 12 août, du traité de Cormons, qui rattacha au royaume d’Italie les provinces actuelles de Vénétie et du Frioul – Vénétie julienne. En 1870, le roi Victor-Emmanuel II (1820-1878) proclama l’annexion de Rome et l’abolition des États pontificaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Jules de Laurière, Tombeau de Praecilius à Constantine (Algérie), 1873.
Crédits © Collège de France.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5665/img-1.jpg
Fichier image/, 4,4M
Titre Fig. 2. Fouilles de Sanxay (Vienne), 21 mai 1883.
Crédits © Archives départementales de la Vienne, 16 J3/126.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5665/img-2.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 3. Jules de Laurière, 1882, 15 9bre. Le Forum, Rome. État des fouilles le 15 9bre 1882. Emplacement de la maison des Vestales, Au dessous de la ligne AB. Voir la photographie N° 576.
Crédits © Archives départementales de Dordogne, 21 Fi 53.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5665/img-3.jpg
Fichier image/, 3,6M
Titre Fig. 4. Jules de Laurière, 1884, 4 février. Le Forum à Rome. État des fouilles au mois de février 1884. La maison des Vestales, Au dessous de la ligne AB [...]. Voir la photographie N° 495.
Crédits © Archives départementales de Dordogne, 21 Fi 54.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5665/img-4.jpg
Fichier image/, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anissa Yelles, « Les débuts de l’archéologie de l’image au xixe siècle », Les nouvelles de l'archéologie, 155 | 2019, 18-22.

Référence électronique

Anissa Yelles, « Les débuts de l’archéologie de l’image au xixe siècle », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 155 | 2019, mis en ligne le 06 septembre 2019, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/5665 ; DOI : 10.4000/nda.5665

Haut de page

Auteur

Anissa Yelles

Docteur en archéologie rattachée au laboratoire Arscan « Archéologie et sciences de l’Antiquité » – Umr 7041 Cnrs/université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/université Paris-Nanterre/ministère de la Culture. Maison de l’archéologie et de l’ethnologie (Mae), 21, allée de l’Université, 92000 Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals