Navigation – Plan du site

La série carthaginoise du musée de Gołuchów (Pologne)

Inga Głuszek et Michał Krueger
p. 23-27

Résumés

Envoyé diriger la mission des Pères blancs à Carthage (Tunisie) en 1877, le père Alfred Louis Delattre (1850-1932) a commencé dès cette époque à explorer les sites archéologiques autour de la ville, pour découvrir les preuves les plus anciennes de chrétienté sur le territoire de l’Afrique du Nord. S’il a déposé la plupart des artefacts recueillis dans ses fouilles au musée Saint-Louis, créé en 1875 sur la colline de Byrsa et devenu musée national de Carthage en 1956, il en a aussi envoyé des caisses en France et à l’étranger, notamment en Pologne. À la fin du xixe siècle, la princesse Izabela Działyńska, née Czartoryska, propriétaire du château de Gołuchów dans la région de la Grande-Pologne, a ainsi complété sa vaste collection d’antiquités par un lot provenant de Carthage. Deux lettres du père Delattre, découvertes dans les archives du musée national de Poznań, jettent une lumière nouvelle sur les détails de leurs relations. Selon la première, il a envoyé deux caisses de céramiques, avec une stèle à l’effigie de la déesse Tanit, pour la remercier de son don en faveur de la poursuite des fouilles – don confirmé par une note de mai 1895 du livre de compte de Gołuchów. Dans la deuxième, il propose de remplacer les objets contenus dans ces caisses qui ont été endommagés ou détruits pendant leur transport vers Paris. L’intégration de cette série carthaginoise de seize objets, réduite de moitié après les pillages de la Seconde Guerre mondiale, a permis à la princesse de compléter la représentation des civilisations antiques de la Méditerranée qu’elle souhaitait donner à travers les salles de son château de Gołuchów, aujourd’hui rattaché au musée national de Poznań.

Haut de page

Texte intégral

1Les collections publiques polonaises conservent deux dépôts provenant de Carthage. Le premier correspond à seize objets offerts en 1895 par le père Alfred Louis Delattre (1850-1932) à la princesse Izabella Elżbieta Czartoryska (1830-1899), devenue comtesse Działyńska par mariage, en échange d’un financement de ses recherches archéologiques ; le second, évoqué dans la conclusion de cet article, est entré dans les collections du musée national de Cracovie grâce à une donation faite au début du xxe siècle.

Une famille de la haute aristocratie polonaise

  • 1 La république des Deux Nations, extension de l’Union entre le royaume de Pologne et le grand-duché (...)

2Izabella Elżbieta Czartoryska était fille d’Anna Czartoryska (1799-1864) et du prince Adam Jerzy Czartoryski (1770-1861), personnalité politique de premier plan de la « Grande Émigration » des élites polonaises après l’insurrection de 1830-18311. En 1843, après avoir acquis l’hôtel Lambert à Paris, à la pointe de l’île Saint-Louis, la princesse chargea Eugène Delacroix (1798-1863) de restaurer la Galerie d’Hercule pour y présenter la collection de peintures et d’antiques de la famille.

  • 2 Après avoir été le principal agent diplomatique du Gouvernement national révolutionnaire polonais (...)
  • 3 La collection d’antiques et de tableaux du comte James Alexandre de Pourtalès (1776-1855) fut vend (...)
  • 4 Pillé pendant la Seconde Guerre mondiale, le musée de Gołuchów a été rattaché au musée national de (...)

3En 1857, Izabella épousa le comte Jan Działyński (1829-1880), les parents du marié offrant au jeune couple le château de Gołuchów. Au départ, Jan Działyński prit pour modèle la collection paternelle installée au château de Kórnik et axée sur les militaria, les livres et les monnaies. Cependant, il l’enrichit aussi d’objets provenant des fouilles archéologiques qu’il conduisait dans la région de Gołuchów. Soutenu par sa femme et son beau-frère Władysław Czartoryski (1828-1894)2, il développa cet intérêt personnel en exil après avoir dû fuir la Pologne en 1863, consacrant l’essentiel de son activité à réunir une centaine de vases gréco-romains, directement négociés auprès des archéologues qui exploraient, en Italie, les environs de Rome, la Campanie, la Ligurie et la côte napolitaine, ou achetés lors des ventes aux enchères organisées à Paris entre 1865 et 1868, notamment celle de la collection Pourtalès3. En 1867, le comte Działyński et la comtesse Działyńska présentèrent leur collection d’antiques à l’Exposition universelle de Paris. Quatre ans plus tard, quand ils se séparèrent, il la remboursa des sommes considérables qu’il lui avait empruntées pendant son exil en lui cédant sa collection de vases antiques ainsi que le château de Gołuchów, dont elle fit un musée4 (Kludkiewicz 2011).

La collection Działyńska

  • 5 Archives du Mnp, copie réalisée à Kalisz, 1933.
  • 6 Bibl. Czart. : Iz. dossier 125 : 1 ; BK Pan 7449.

4À côté d’œuvres d’art européen du xiie siècle au xviie siècle, la collection Działyńska comprenait un nombre impressionnant d’antiquités (Pajzderski 1929 : 8-15). La comtesse l’a rassemblée par étapes, d’abord avec son mari puis seule, selon un processus documenté par une abondante correspondance et par des pièces comptables d’antiquaires européens et de ventes aux enchères d’œuvres d’art (Jakimowicz 1982 : annexes V-VI ; Głuszek & Krueger 2017 : 292). La constitution, le 20 mai 1893, d’un majorat censé assurer les moyens de maintenir intacts les biens et la collection du musée, tout en favorisant sa présentation au public, fut l’acte ultime témoignant de l’importance qu’elle y attachait5 (Pajzderski 1929 ; Marek 1994 : 3-4, 2004 : 66). L’ensemble était exposé dans les salles spécialement conçues à cet effet du château de Gołuchów6 (Mężyński 2004 : 48 ; Kąsinowska 2011 : 95-96).

  • 7 Vu le caractère lacunaire des sources, les conclusions que peuvent en tirer les chercheurs se limi (...)

5Les informations concernant les intentions de la collectionneuse proviennent pour l’essentiel de sa correspondance avec son frère Władysław Czartoryski (1828-1894) et son amie, secrétaire et bibliothécaire Joséphine Rousset (1822-1893). Elles sont également documentées par des factures7. La comtesse a ainsi complété ses séries égyptiennes, chypriotes ou grecques avec plusieurs lots de la collection d’Henri Hoffmann (1823-1897), mise en vente à l’Hôtel Drouot en 1887, 1890 et 1895 (Froehner 1899).

Les fouilles du père Delattre à Carthage

6À cette époque, les fouilles entreprises par le père Alfred Louis Delattre, nommé en 1877 directeur de la mission des Pères blancs auprès de la cathédrale Saint-Louis de Carthage par le cardinal d’Alger Charles Lavigerie (1825-1892), avaient acquis une notoriété certaine. Le principal objectif des recherches initiées par le cardinal était de découvrir les preuves les plus anciennes de chrétienté en Afrique du Nord (Mahjoubi 1982 : 19). Néanmoins, elles furent riches en découvertes liées au passé plus ancien de la ville romaine et surtout punique : aux fouilles de la basilique chrétienne Damous-el-Karita ou des collines de Byrsa et de Junon, menées de manière intermittente de 1878 à 1891, succédèrent, de 1892 à 1897, celles des nécropoles de Douimès (viie-ve siècle av. J.-C.), puis, de 1898 à 1906, celles de la colline dite « Près de Sainte-Monique », aujourd’hui des Rabs à Borj-Jedid (ive-iie siècle av. J.-C.). Leurs résultats, exposés dans plus de 500 rapports, mémoires ou brochures, valurent au père Delattre une reconnaissance publique certaine : après avoir reçu la Légion d’honneur, il fut élu correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1890 (Delattre 1897 ; Dyson 2006 : 63-64 ; Freed 2008 : 67-100 ; Gutron 2004, 2005, 2010 : 263-264).

7Les sites explorés par son équipe remontent à l’époque des fondateurs phéniciens de la ville et ont également livré des vestiges témoignant des influences grecques. Les objets recueillis ont donné naissance au musée Saint-Louis, fondé en 1875 dans les locaux du séminaire des Pères blancs sur la colline de Byrsa, devenu musée Lavigerie en 1899 puis musée national de Carthage en 1956. D’autres lots furent envoyés à Rouen, ville natale du père Delattre (Hottot 1999). Les collections publiques polonaises conservent une série d’objets envoyés en 1895 à la comtesse Działyńska (Głuszek & Krueger 2019).

Les « Antiquités de Carthage » de la collection Działyńska

  • 8 Archives du Mnp, A2794, matériaux de Gołuchów, dossier des années 1891-1900 : 43.
  • 9 Archives du Mnp, A2794, matériaux de Gołuchów, dossier des années 1891-1900 : 43-46, 47-49.
  • 10 Bpp 837 : 179. Voir aussi Głuszek & Krueger 2017 : 295.

8À ce stade, nous manquons d’informations sur les circonstances ayant amené les deux protagonistes à entrer en contact, mais il est probable que la comtesse a pris connaissance des fouilles de Carthage à la lecture des Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Leurs relations sont évoquées dans deux lettres archivées au musée national de Poznań (Mnp), qui traitent d’antiquités puniques (Jakimowicz 1982)8. La première, datée du 18 mai 1895, est adressée par le père Delattre à une comtesse inconnue qui a joué les intermédiaires avec Izabella et son cousin, le prince Marceli Czartoryski (1841-1909)9, qu’il la prie de saluer (fig. 1). Il y fait état de deux coffres contenant des poteries puniques, avec deux pierres portant des inscriptions (stèles ?) et une « pierre avec une représentation symbolique de Tanit ». Une partie de cet ensemble ayant été endommagée ou détruite pendant son transport vers Paris, le père Delattre propose de remplacer les pièces abimées par d’autres en bon état. En l’absence d’autres sources relatives à cette affaire, il est difficile de savoir si cet échange a finalement eu lieu. Dans la seconde lettre, datée du 27 mai (fig. 2), le religieux remercie la comtesse Działyńska pour un don financier confirmé par la mention, dans les livres comptables de Gołuchów, d’une dépense de 100 francs destinée « à sauver les fouilles de la mission en Afrique »10.

Fig. 1. Lettre d’Alfred Louis Delattre du 13 mai 1895.

Fig. 1. Lettre d’Alfred Louis Delattre du 13 mai 1895.

© Archives du Mnp, A2794, matériaux de Gołuchów, dossier des années 1891-1900.

Fig. 2. Lettre d’Alfred Louis Delattre du 27 mai 1895.

Fig. 2. Lettre d’Alfred Louis Delattre du 27 mai 1895.

© Archives du Mnp, A2794, matériaux de Gołuchów, dossier des années 1891-1900.

La série carthaginoise du musée de Gołuchów

9Dans son catalogue des collections du château de Gołuchów, Wilhelm Froehner (1834-1925) énumère seize « Antiquités de Carthage provenant des fouilles du P. Delattre, 1895 », en indiquant la hauteur de chaque pièce et en y ajoutant une description sommaire, parfois accompagnée d’un commentaire succinct relatif au contexte archéologique : trois stèles en pierre calcaire dont une gravée du symbole de la déesse Tanit, une hachette en bronze « trouvée dans un tombeau punique », un fragment d’œuf d’autruche sur lequel est peint un masque, deux scyphos (gobelets dépourvus de pied) dont un provient de la nécropole de Byrsa, une petite amphore en terre noire, une aiguière en terre blanche « au goulot tréflé », un lécythe (vase à la forme élancée, avec un col long et étroit à l’embouchure évasée, une anse et un pied, destiné à contenir de l’huile, des parfums ou du vin), un guttus (petit vase à col étroit), une patère en terre rouge et quatre lampes à huile (Froehner 1899 : 223-224).

10Ce lot est aujourd’hui réduit à deux cruches phéniciennes (décrites dans Głuszek & Krueger 2019), un skyfos sorti d’un atelier corinthien et quatre bols façonnés dans une argile rouge, dont deux bols à infusion. En outre, un askos (petit vase à versoir latéral muni d’une anse de panier) et une stèle tombale, provenant de la même série carthaginoise, se trouvent actuellement au musée national de Varsovie. L’askos, probablement produit par un atelier phénicien, a été publié dans le Corpus vasorum antiquorum (Bulanda & Bulas 1932). Les autres pièces n’ont fait l’objet d’aucune attention particulière, seules les deux cruches phéniciennes ont été analysées par la spectrométrie de fluorescence XRF (Krueger & Głuszek 2017).

11Les deux cruches de la collection de Gołuchów (fig. 3) correspondent à l’amphore et à l’aiguière à col tréflé du catalogue Froehner. Elles appartiennent probablement au matériel d’une tombe phénicienne de la période archaïque. L’une, à l’embouchure trilobée légèrement ébréchée (Mnp A 709), est intégralement conservée. L’autre, dont l’embouchure ronde est elle aussi un peu ébréchée (Mnp A 708), est dans un bon état de conservation. Ses proportions et, surtout, sa panse ronde, permettent de la dater du viie siècle av. J.-C., datation confirmée par l’absence de glaçure rouge, caractéristique de ce type de vase au viie siècle (Maass-Lindemann 2006 : 294).

12De telles cruches sont connues du Levant aux colonies phéniciennes du Maroc et d’Espagne, en Méditerranée occidentale. Leurs contextes de découverte indiquent qu’elles avaient des fonctions rituelles liées aux rites funéraires. La sépulture phénicienne à incinération typique comprenait en effet une ou deux urnes cinéraires, un couvercle en forme d’assiette et deux cruches, l’une à embouchure trilobée, l’autre à embouchure ronde. On sait, par l’analyse de dépôts organiques prélevés dans des cruches retrouvées dans la nécropole phénicienne de Tyr-Al Bass II, au Liban, qu’elles contenaient du vin, de la cire et de l’huile au moment de leur dépôt (Aubet 2010 ; Aubet et al. 2015).

Fig. 3. La salle des Antiquités du château de Gołuchów.

Fig. 3. La salle des Antiquités du château de Gołuchów.

© Photographie A. Marciniak.

13Ce type de céramiques, particulièrement rares en Pologne, est en général rattaché à la Carthage punique (vie-iie siècle av. J.-C.), comme par exemple celles exposées à la Galerie de l’art antique du musée national de Cracovie (Gorzelany 2007). Témoins de la présence phénicienne en Méditerranée centrale, les deux cruches de Gołuchów ont donc un caractère exceptionnel pour la muséologie archéologique polonaise. Leur contexte d’acquisition les rattache de manière explicite à Carthage comme lieu de production, ce que confirment leurs caractéristiques morphologiques, typiques du viie siècle av. J.-C. À cette époque, la ville fondée par des Phéniciens venus de Tyr vers 800 av. J.-C. commençait à s’émanciper en essaimant aux îles Baléares (Espagne), à l’ouest de la Sicile et au sud de la Sardaigne (Italie). Et, s’il précise que le scyphus provient de la nécropole de Byrsa (Froehner 1899 : 224, n° 11), Wilhelm Froehner indique que les autres objets sont issus « des fouilles du P. Delattre, 1895 ». Or, de 1892 à 1897, celui-ci concentra ses recherches sur la nécropole punique de Doumiès, où il mit au jour plus de mille sépultures en pierre ou fosse datées du viie au ve siècle av. J.-C. (Delattre 1897 ; Freed 2008 : 85-86).

Conclusion

14En 1913, Antoni Griubissch (1853-1922) fit don au musée national de Cracovie d‘une autre collection provenant de Carthage. Né d’une mère polonaise dans le royaume de Dalmatie (actuelle Croatie) et diplômé de l’université Jagellone de Cracovie, ce diplomate de l’empire austro-hongrois, nommé consul à Tunis entre 1901 et 1911, prit conseil du père Alfred Delattre dont il avait visité les fouilles pour acheter des céramiques, des lampes à huile et des bijoux. Le professeur Śliwa a retracé l’histoire de sa collection dans une série d’articles (Śliwa 1974a : 187-197 ; 1974b : 49-55 ; 1998 : 181-189 ; 2012 : 323-336).

15Bien que d’importance modeste, en quantité comme en qualité, les séries carthaginoises conservées à Poznań, Cracovie et Varsovie permettent de compléter la représentation, en Pologne, des civilisations antiques de la Méditerranée, à travers des pièces provenant d’une cité dont l’histoire est inséparable de celle de la Rome républicaine.

16L’étude de la correspondance, des notes privées et des livres comptables laissés par les collectionneurs aide à comprendre leurs motivations, leurs centres d’intérêt et la manière dont ils ont enrichi leurs collections. Elle peut aussi préciser, dans le meilleur des cas, la provenance des artefacts qu’ils ont réunis et leur contexte archéologique.

Sources

17Archives du musée national de Poznań – Archiwa Muzeum Narodowego w Poznaniu (Mnp), matériaux de Gołuchów :
A2794 : dossier des années 1891-1900.
A2792 : dossier des années 1861-1870.

18Bibliothèque polonaise de Paris (Bpp) :
837 : Izabela Działyńska née Czartoryska. Livre des dépenses pour les années 1895-1896.

19Bibliothèque des princes Czartoryski à Cracovie – Biblioteka Książąt Czartoryskich w Krakowie (Bibl. Czart.) :
-Bibl. Czart. : Iz. dossier 125.
-Bibl. Czart. : Iz. dossier 14.

20Bibliothèque de l’Académie polonaise des sciences de Kórnik – Biblioteka Kórnicka Polska Akademia Nauk (BK Pan)
-BK Pan 7339 : lettres d’I. Działyńska à J. Działyński, 1860-1880.
-BK Pan 7471 : dossiers relatifs aux acquisitions d’antiquités par Jan Działyński, 1865-1867.
-BK Pan 7449 : lettres de J. Działyński à J. Rustejko, 1867-1875.

Haut de page

Bibliographie

Aubet M. E. 2010. « The Phoenician Cemetery of Tyre », Near Eastern Archaeology, 73 : 144-155.

Aubet M. E., Núñez F. J. & Trellisó L. (dir.). 2015. The Phoenician Cemetery of Tyre-Al Bass II: archeological seasons 2002–2005. Beirut (Liban), ministère de la Culture, direction générale des antiquités (coll. « Baal, Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaise » ; hors-série 1).

Bulanda E. & Bulas K. 1936. Corpus vasorum antiquorum, Pologne: collections diverses (Varsovie, Wilanów, Poznań, Wilno, etc.). Cracovie (Pologne), Académie polonaise des sciences et des lettres (coll. « Corpus vasorum antiquorum, Pologne » ; fasc. 3).

Dyson S. L. 2006. In pursuit of ancient pasts: a history of classical archaeology in the nineteenth and twentieth centuries. New Haven (Connecticut, États-Unis), Londres (Grande-Bretagne), Yale University Press. https://is.muni.cz/el/1421/jaro2014/KLBcB53/um/Dyson_Stephen_L.__In_Pursuit_of_Ancient_Pasts__A_History_of_Classical_Archaeology_in_the_Nineteenth_and_Twentieth_Centuries.pdf

Delattre A. L. 1897. « La nécropole punique de Douïmès (à Carthage) : fouilles de 1895 et 1896 ». Paris, s. n. (extrait des « Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France » ; LVI), 147 p.

Freed J. 2008. « Le père Alfred-Louis Delattre (1850-1932) et les fouilles archéologiques de Carthage », Histoire et missions chrétiennes, 8 : 67-100. www.cairn.info/revue-histoire-monde-et-cultures-religieuses1-2008-4-page-67

Froehner W. 1899. Collections du château de Goluchow, Antiquités: objets égyptiens, vases peints (supplément), terres cuites, verrerie, bronzes, poids antiques, ivoires et os, marbres, antiquités de Carthage. Paris, [Imprimerie alsacienne], 1 vol. (VI-233 p.-XXII pl.). https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/30718-collections-du-chateau-de-goluchow-antiquites

Głuszek I. & Krueger M. 2017. « Dzieła sztuki i zabytki archeologiczne: dwa oblicza kolekcji Izabeli z Czartoryskich Działyńskiej », Fontes Archaeologici Posnanienses, 53 : 291-302.

Głuszek I. & Krueger M. 2019. « Carthaginian pottery in the collection of Izabela Działyńska, née Czartoryska », Journal of the History of Collections, 31 (1) : 171-179.

Gorzelany D. 2007. Przewodnik po Galerii Sztuki Starożytnej Muzeum Narodowego w Krakowie. Kraków (Pologne), Muzeum Narodowe w Krakowie.

Gutron C. 2010. L’archéologie en Tunisie (xixe-xxe siècles): jeux généalogiques sur l’Antiquité. Paris, Karthala, 327 p.

Gutron C. 2005. « Musée de Carthage : lieu de savoir, lieu de mémoire », Revue de l’institut des belles lettres arabes (Ibla), 194 : 169-180.

Gutron C. 2004. « Mise en place d’une archéologie en Tunisie : le musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage (1875-1932) ». In : Anne-Marie Planel (dir.), Maghreb, dimensions de la complexité: études choisies de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (1992-2003). Tunis (Tunisie), Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (coll. « Maghreb et sciences sociales ») : 39-44. DOI : 10.4000/books.irmc.1554.

Hottot O. 1999. Le père Delattre et les collections du musée archéologique de Rouen. Rouen, université de Rouen (mémoire de maîtrise).

Jakimowicz T. 1969. « Izabelli z Czartoryskich Działyńskiej Paradis Terrestre », Studia Muzealne, 7 : 55-76.

Jakimowicz T. 1982. « Od kolekcji „curiosités artistiques” ku muzeum. Zbieractwo artystyczne Izabeli z Czartoryskich Działyńskiej w latach 1852–1899 » [D’une collection de « curiosités artistiques » à un musée : Izabela Działyńska née Czartoryska, collectionneuse d’art dans les années 1852-1899, non traduit], Studia Muzealne, 13 : 15-73.

Kłudkiewicz K. 2011. « Collector at the Crossroads. Jan Działyński and the Kórnik collection of works of art in the second half of the 19th century : an exhibition between the romantic spirit of patriotism and a modern scientific approach », RIHA, Journal of the International association of Research Institutes in the History of Art, 0022. www.riha-journal.org/articles/2011/2011-apr-jun/kludkiewicz-collector-at-the-crossroads

Krueger M. & Głuszek I., 2017. « Wyniki analiz spektrometrycznych dwóch dzbanów fenickich z kolekcji gołuchowskiej », Folia Praehistorica Posnaniensia, 22 : 267-281.

Marek D. 1994. Ordynacja gołuchowska Izabelli z Czartoryskich Działyńskiej. Poznań (Pologne), Muzeum Narodowe w Poznaniu.

Mahjoubi A. 1982. Les origines du mouvement national en Tunisie, 1904-1934. Tunis (Tunisie), Publications de l’université de Tunis.

Pajzderski N. 1929. Przewodnik po muzeum w Gołuchowie. Poznań (Pologne), Ordynacja Książąt Czartoryskich.

Maass-Lindemann G. 2006. « Interrelaciones de la cerámica fenicia en el Occidente mediterráneo », Mainake, XXVIII : 289-302. https://dialnet.unirioja.es/descarga/articulo/2582230.pdf

Śliwa J. 1974a. « Kolekcja Antoniego Grubissicha w Muzeum. Narodowym w Krakowie », Meander, 19 : 187-197.

Śliwa J. 1974b. « Kolekcja zabytków punickich w Krakowie », Studia z archeologii śródziemnomorskiej, 3 (= Prace Archeologiczne, 19), Kraków (Pologne), Uniwersytet Jagielloński : 49-55.

Śliwa J. 1998. « Biżuteria punicka z kolekcji Antoniego Grubissicha w Muzeum Narodowym w Krakowie ». In : F. Kiryka, M. Wilczyński & J. Ciecieląg (dir.), Amicorum Dona. Studia dedykowane Profesorowi Stefanowi Skowronkowi w siedemdziesięciolecie urodzin. Kraków (Pologne), Wydawnictwo Naukowe Wyższej Szkoły Pedagogicznej : 181-189.

Śliwa J. 2012. « Badacze, kolekcjonerzy, podróżnicy. Studia z dziejów zainteresowań starożytniczych », Kraków (Pologne), Księgarnia Akademicka : 323-336.

Haut de page

Notes

1 La république des Deux Nations, extension de l’Union entre le royaume de Pologne et le grand-duché de Lituanie, existant depuis 1386 et concrétisée en 1569 par le traité de l’Union de Lublin, s’étendait de la Baltique à la mer Noire et jusqu’aux portes de Moscou. Cette monarchie élective, dans laquelle la noblesse exerçait une sorte de démocratie parlementaire, disparut après trois partages entre l’empire autrichien, l’empire russe et le royaume de Prusse en 1772, 1793 et 1795. Après l’échec des soulèvements de 1830-1831, 1848 et 1863-1864, la Pologne et la Lituanie ne retrouvèrent leur indépendance qu’à l’issue de la Première Guerre mondiale, en tant qu’États séparés.

2 Après avoir été le principal agent diplomatique du Gouvernement national révolutionnaire polonais pendant l’insurrection, celui-ci se consacra à son immense collection de peintures, de sculptures et d’antiquités, notamment égyptiennes, qu’il présenta en 1865 dans la « Chambre polonaise » de l’exposition des arts décoratifs à Paris. Il la rapatria en Pologne en 1878 et fit rouvrir, à Cracovie, le musée Czartoryski, fondé par sa grand-mère au début du siècle à Puławy, domaine familial confisqué par le gouvernement russe en 1831 : http://krakow.wiki/czartoryski-museum/

3 La collection d’antiques et de tableaux du comte James Alexandre de Pourtalès (1776-1855) fut vendue aux enchères en 1865. Archives du Mnp A2792, matériaux de Gołuchów, dossier 1861-1870 ; Jakimowicz 1982 : annexe V, Pourtalès.

4 Pillé pendant la Seconde Guerre mondiale, le musée de Gołuchów a été rattaché au musée national de Poznań en 1951. Certains objets de sa collection ont été restitués par l’Union soviétique au musée national de Varsovie en 1956 : www.mnp.art.pl/muzeum/oddzialy/muzeum-zamek-w-goluchowie/

5 Archives du Mnp, copie réalisée à Kalisz, 1933.

6 Bibl. Czart. : Iz. dossier 125 : 1 ; BK Pan 7449.

7 Vu le caractère lacunaire des sources, les conclusions que peuvent en tirer les chercheurs se limitent à des informations factuelles concernant le moment où des antiquités ont été achetées, leur quantité et le montant de la transaction (Jakimowicz 1982 : annexe V).

8 Archives du Mnp, A2794, matériaux de Gołuchów, dossier des années 1891-1900 : 43.

9 Archives du Mnp, A2794, matériaux de Gołuchów, dossier des années 1891-1900 : 43-46, 47-49.

10 Bpp 837 : 179. Voir aussi Głuszek & Krueger 2017 : 295.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Lettre d’Alfred Louis Delattre du 13 mai 1895.
Crédits © Archives du Mnp, A2794, matériaux de Gołuchów, dossier des années 1891-1900.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5701/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,3M
Titre Fig. 2. Lettre d’Alfred Louis Delattre du 27 mai 1895.
Crédits © Archives du Mnp, A2794, matériaux de Gołuchów, dossier des années 1891-1900.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5701/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Titre Fig. 3. La salle des Antiquités du château de Gołuchów.
Crédits © Photographie A. Marciniak.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5701/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Inga Głuszek et Michał Krueger, « La série carthaginoise du musée de Gołuchów (Pologne) », Les nouvelles de l'archéologie, 155 | 2019, 23-27.

Référence électronique

Inga Głuszek et Michał Krueger, « La série carthaginoise du musée de Gołuchów (Pologne) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 155 | 2019, mis en ligne le 06 septembre 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/5701 ; DOI : 10.4000/nda.5701

Haut de page

Auteurs

Inga Głuszek

Professeure assistante à l’Instytut Archeologii, Uniwersytet Mikołaja Kopernika w Toruniu, ul. Szosa Bydgoska 44/48, 87–100 Toruń, Poland.

Michał Krueger

Professeur assistant à l’Instytut Archeologii, Uniwersytet im. Adama Mickiewicza w Poznaniu, ul. Umultowska 89D, 61–614 Poznań, Poland.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals