Navigation – Plan du site

« La vie de chantier »

Aspect précaire d’une activité temporaire : les fouilles archéologiques
Ingrid Sénépart et Luc Jallot
p. 28-35

Résumés

Les auteurs de l’article s’interrogent sur l’évolution des conditions de vie sur les chantiers archéologiques entre 1980 et 2010, parallèlement à la professionnalisation des archéologues de terrain en France. Le caractère temporaire de l’activité archéologique a conduit un temps à accepter des conditions de vie précaires que la mise en place de l’archéologie préventive a contribué à dénoncer et à transformer. Dans cette perspective, le regard porté sur cette évolution est particulièrement efficace pour disjoindre l’intrication de deux modes d’existence : le précaire et le temporaire.

Haut de page

Texte intégral

Tous nos remerciements à nos collègues archéologues qui ont bien voulu répondre à nos questions et évoquer leur expérience de fouille ainsi qu’à Agnès Jeanjean, Frédéric Joulian et à la rédaction des Nouvelles de l’archéologie pour leur relecture attentive et leurs conseils avisés.

1Concernés au premier chef par l’étude de la culture matérielle et la reconnaissance de sites d’habitat, il peut sembler paradoxal que les archéologues, qui constituent aujourd’hui une petite communauté professionnelle d’environ 3 000 personnes, n’aient pas ou aient peu réfléchi aux conditions de vie et aux formes d’habitat qui se rapportent à un aspect fondamental de leur métier, les recherches de terrain et les fouilles. Les nouvelles de l’archéologie, par exemple, qui depuis 1979 se font largement l’écho de l’évolution de cette discipline, n’ont livré aucun article sur le sujet.

2La plupart des archéologues ont appris leur métier sur le terrain avant de se spécialiser. Cette « migration temporaire » sur des sites en milieu rural ou urbain est une pratique courante dans le milieu. Les modes de résidence et les conditions de vie qui lui sont attachées ont cependant évolué depuis 30 ans, à la fois sur les fouilles programmées, inscrites dans des programmes de recherche au long terme et employant des bénévoles durant l’été, et sur les fouilles de sauvetage urgent, dites aujourd’hui fouilles préventives, pilotées par des archéologues salariés à plein temps. Dans les faits, les formes de mobilité et de résidence liées à ces activités demandent une logistique spécifique qui s’appuie sur une gamme variée d’habitations et de structures connexes. Des tentes aux bâtiments en dur, en passant par les roulottes, cette diversité interroge toutes les formes de l’habitat temporaire auquel elle peut être comparée (Jeanjean & Sénépart 2011).

3D’un point de vue historique, qui sera le fil conducteur de cet article, l’évolution de ces conditions de vie et de leur forme est à mettre en parallèle avec la normalisation de « la vie de chantier » et la professionnalisation intervenues entre les années 1980 et 2010. En effet, le caractère temporaire de l’activité sur le terrain a conduit un temps à accepter des conditions de vie précaires que la professionnalisation a contribué à dénoncer et à transformer. Dans cette perspective, le regard porté sur cette évolution est particulièrement efficace pour disjoindre l’intrication de deux modes d’existence : le précaire et le temporaire.

4Enfin, les modes d’habitat et la culture matérielle associés à la logistique des fouilles révèlent des représentations multiples du métier d’archéologue selon les points de vue adoptés : ethnologie et sociologie du travail, ethnologie des pratiques de plein air, archéologie des savoirs, ethnologie des techniques, etc. En termes d’archéologues, on pourrait aussi parler de dynamisme culturel, de culture matérielle et de chaînes opératoires. Nous tenterons donc en conclusion de mettre quelques-unes de ces représentations en perspective, tout en sachant qu’un travail plus approfondi serait nécessaire pour inscrire ce premier recensement dans le champ élargi des sciences humaines.

5Cette première étude repose sur un corpus de données issu des observations synthétisées sur une quarantaine de sites et sur le témoignage de collègues ayant eu en charge des chantiers programmés et préventifs, ou ayant opéré dessus. Les cas présentés ici ont été choisis pour leur exemplarité et sont, pour l’essentiel, associés aux recherches préhistoriques dans le sud de la France depuis les années 1980. Ces exemples méridionaux sont parfois mis en parallèle avec des cas similaires du nord de la France.

Programmer ou sauver

6Les lois relatives à l’archéologie distinguent les fouilles programmées des fouilles préventives. Les premières sont reconduites plusieurs années de suite, sous la responsabilité d’un archéologue professionnel ou amateur dont l’équipe est constituée de chercheurs (en poste), d’étudiants (bénévoles) mais aussi de nombreux autres bénévoles. Les moyens restent modestes, en raison de budgets souvent serrés. Pelles, pioches et truelles pour les fouilles des périodes antiques et médiévales, brosses à dents et outils de dentiste pour les fouilles préhistoriques, font partie des images d’Épinal associées à la profession. Le recrutement repose sur le volontariat. La plupart du temps, les fouilleurs sont logés dans des bâtiments loués ou prêtés par des particuliers ou des communes, ou bien ils séjournent dans un camping municipal ou à proximité du site. Le logement et la nourriture sont financés sur le budget de fonctionnement alimenté pour l’essentiel par des subventions du ministère de la Culture, qui exerce la tutelle scientifique et administrative.

7Les fouilles programmées, qui absorbaient l’essentiel des moyens humains et financiers jusqu’au milieu des années 1980, sont maintenant supplantées par des sauvetages qualifiés à présent de fouilles préventives, qui comprennent aussi les diagnostics effectués au préalable pour évaluer la chronologie, l’extension et la densité archéologique d’un site menacé de destruction. Cette archéologie mobilise des moyens lourds – pelles mécaniques et autres engins de chantier – sur de grandes surfaces. Renversant les perspectives heuristiques traditionnelles, ses méthodes exigent des procédures nouvelles et inaugurent une relation inédite entre l’archéologue, l’espace, la durée et son principal objet : le sol. Un responsable d’opération, assisté de responsables de secteurs et de spécialistes, dirige une équipe de salariés. Quand ils travaillent près de leur lieu de résidence ou d’affectation, ils bénéficient de locaux techniques servant pendant la journée. Quand ils opèrent loin de leur domicile, ils doivent être logés dans l’environnement du chantier.

8L’archéologie préventive s’est développée à partir des années 1970 avec la multiplication des grands travaux d’aménagement du territoire (autoroutes, lignes de voies ferrées, etc.). L’Institut national de recherches préventives (Inrap), issu de l’Afan, l’association pour les fouilles archéologiques nationales, est lié à cette histoire. Les qualificatifs de « peuple des tranchées » et de « pousse-brouettes », appliqués par les représentants des institutions de l’époque aux employés de l’Afan, reflètent bien leur condescendance envers ces sans-grade de l’archéologie dont les conditions de travail et de vie de jeunes archéologues devinrent vite un enjeu social de premier plan.

Évolution des conditions de vie sur les chantiers archéologiques de 1980 à 2010

Temps 1. Les fouilles programmées : habiter un chantier de fouilles

9La fouille programmée de la grotte de Fontbrégoua à Salernes dans le Var (dir. Jean Courtin, Cnrs, 1981-1983 pour le témoignage) accueillait chaque année des bénévoles et des étudiants. Le soir, l’équipe regagnait le village où un logement en dur était mis à sa disposition. Ce fut d’abord une fabrique désaffectée de carreaux vernissés (tomettes provençales), puis une ancienne maison de maître délabrée sur les hauteurs du village.

10Le premier logement, à moitié ruiné, comprenait une salle commune et une pièce annexe où quatre ou cinq duvets étaient posés à même le sol. Des tentes dressées dans la cour rendue à l’état de prairie complétaient ce dispositif. Un trou dans le sol et deux planches de traverse, isolés de canisses, faisaient office de feuillées. Les douches se prenaient à même une palette dans une ancienne bétaillère pourvue d’un tuyau d’arrosage (eau froide bien sûr !) et partiellement encombrée de restes de fumier. L’exploit et a fortiori la hantise du fouilleur était de ne pas faire tomber son savon dans cet espace branlant. Ce mauvais souvenir conduit l’un d’entre nous à dire : « Je ne me souviens pas de douches, mais elles devaient exister » (Luc Jallot, université de Montpellier 3). La Bresque, qui coulait à proximité et dont les rives n’étaient alors pas aménagées, était préférable pour se laver et conserver une certaine intimité, caché(e) au milieu des nénuphars.

11Le logement de la seconde époque comportait une cuisine-réfectoire, des chambres à l’étage, des feuillées et une douche devant la maison. Ce dernier terme est un doux euphémisme pour désigner l’espèce de paravent et l’éternel tuyau d’arrosage. Des splendeurs des chambres d’antan ne subsistait que le papier peint : « J’ai longtemps conservé un lambeau de papier peint à bandes orange sur fond vert kaki qui garnissait une chambre et se détachait des murs agrémentés de salpêtre contre lesquels on posait nos duvets isolés du sol par un tapis » (Luc Jallot). Le système électrique était défaillant et brancher une prise ou tourner l’interrupteur relié à des fils gainés de papier relevait de la prise de risque. Les chambres du second étage n’étaient pas toutes salubres ; par temps de pluie, l’eau en cascade descendait l’escalier et inondait le hall où les pas laissaient un film boueux, personne n’étant vraiment désireux d’assurer un nettoyage correct du sol. Aussi, de nombreux fouilleurs campaient-ils autour de la maison.

12Par la suite, le chantier fut logé dans un gîte en bordure de la Bresque dont les berges, désormais aménagées, permettaient la baignade aux habitants de Salernes. Les locaux étant neufs et équipés de sanitaires et d’une cuisine ad hoc, les conditions d’hygiène et de salubrité du chantier furent considérablement améliorées.

13Les conditions étaient pires encore sur le site antique de Lunel-Viel (Hérault). Il s’agissait de l’installation d’un local municipal de plain pied que les fouilleurs avaient baptisé « la Favela ». Placé en bordure immédiate du chantier implanté dans le village même, il servait à la fois de logement, de lieu de travail et de dépôt de fouille. Un couloir desservant les chambres conduisait à la pièce principale, à vivre et à dormir à l’occasion. La salle de bain avec douche, aménagée sur un côté, était réservée au responsable, seul à bénéficier d’une « chambre à soi ». Un coin WC s’ouvrait sur la cuisine. Les fouilleurs (une quarantaine) se partageaient les deux autres chambres et se lavaient dans les douches municipales. « Conditions difficiles », « sale et répugnant » sont les mots qui reviennent dans la bouche des anciens. Une annexe, le presbytère, a servi pendant un temps à loger une autre partie de l’équipe. Plus confortable, il offrait des chambres individuelles aux encadrant(e)s engagé(e)s pour toute la campagne.

14Ces deux chantiers présentaient finalement une typologie assez semblable, comme tous les chantiers programmés de l’époque (fig. 1). La location de bâtiments insalubres n’étant pas rare, l’entassement non plus, seules les conditions d’accès aux commodités variaient en fonction des aménagements préexistants. Dans les années 1980, les bénévoles qui participaient en été aux fouilles de sauvetage de la vallée de l’Aisne étaient logés dans la ferme de la Tour-Pessy à Cuiry-lès-Chaudardes. La grange et le grenier servaient de dortoirs, l’encadrement se partageant les quelques chambres. Il n’y avait qu’un point d’eau et pas d’eau chaude. Les douches se prenaient au stade. Le premier chantier hivernal, en 1982-1983, se passa dans les mêmes conditions, sans chauffage, électricité ni eau courante. Par la suite, le Cnrs obtint un bail d’occupation de l’école de Cuiry-lès-Chaudardes. Ce bâtiment mis aux normes, qui comportait chambres et sanitaires, permit d’accueillir des chercheurs et des fouilleurs tout au long de l’année – il est d’ailleurs toujours en fonction – et de multiplier les sauvetages.

Fig. 1. Campement près du dépôt de fouilles de Vaison-la-Romaine (Vaucluse), fin des années 1990.

Fig. 1. Campement près du dépôt de fouilles de Vaison-la-Romaine (Vaucluse), fin des années 1990.

Le mas du xviie siècle, bien qu’entièrement aménagé pour recevoir des groupes, ne répondait plus aux normes en vigueur ; l’équipe de fouille n’y avait accès que durant la journée.

© Photographie L. Jallot.

15Les chantiers éloignés d’infrastructures villageoises, tenant du camping à la ferme ou du camping sauvage, relèvent d’une catégorie que nous qualifierons de « bucolique ». À Boussargues dans l’Hérault (dir. Xavier Gutherz, ministère de la Culture et de la Communication [Mcc] à l’époque), les fouilleurs logeaient sous des tentes individuelles, dressées à l’ombre des chênes verts poussant sur d’anciennes terrasses de cultures et s’étageant en contre-bas du Mas de Prax. Le propriétaire de cette bâtisse du xviie siècle mettait à leur disposition une grande salle commune. L’eau potable était pourvue par un vaste puits citerne, assaini par un bouchon d’eau de javel. Ce puits alimentait aussi de grands bidons noirs de 300 litres qui chauffaient au soleil et servaient pour la douche des fouilleurs qui se lavaient devant tout le monde, de manière à « dépasser leurs blocages » mais contre l’avis du chef de chantier, il convient de le signaler. Il n’était pas rare que les personnes pudiques se relevassent au milieu de la nuit pour prendre une douche très fraîche dans l’intimité. Les « toilettes » se ramenaient à un piochon et un rouleau de papier toilette. Cette ambiance baba cool se retrouvait dans la vaste salle commune, éclairée au gaz grâce à un système tubulaire habituellement réservé à l’équipement des grottes. Les tubes couraient au-dessus de la table du repas : « Ils étaient égayés de çà et là par des rouleaux de papier tue-mouches garnis ; au moment des repas, le danger venait d’en haut » (Luc Jallot). Le mobilier était complété de garde-mangers grillagés pour protéger la nourriture des loirs et autres rongeurs, d’un réfrigérateur à gaz, d’une cuisinière à gaz.

16Sur la plupart des fouilles programmées, la cuisine se résumait souvent à ces appareils ménagers, à moins que la gazinière ne soit remplacée par un simple butagaz ou même un feu de bois. Les boîtes de conserves, la vaisselle et le reste du matériel étaient mis à l’abri dans une ou plusieurs cantines en fer qui servaient aussi de frigidaire en l’absence de l’électricité ou du gaz. Les appareils ménagers étaient en général récupérés. Rassembler ce mobilier et le stocker entre deux campagnes était d’ailleurs l’une des préoccupations majeures du chef de chantier, la cuisinière et le réfrigérateur devenant à eux seuls tout un symbole de ses capacités logistiques. Les indispensables bidons d’eau qu’il fallait parfois charrier à dos d’homme sur de longues distances complétaient ce tableau. Les fouilles de cette époque, qualifiée « d’héroïque » par nos interlocuteurs, doivent également beaucoup à la récupération de matériel militaire : le lit picot (type US) pourrait même leur servir d’emblème ainsi que les « marabouts », grandes tentes militaires utilisées comme réfectoire ou salle de travail à Pincevent en Seine-et-Marne ou Tautavel dans les Pyrénées-Orientales (dir. André Leroi-Gourhan et Henry de Lumley, Cnrs). Au Baratin dans le Vaucluse (dir. Jean Courtin puis Ingrid Sénépart) ou à Boussargues (dir. Xavier Gutherz, Mcc), les canisses tendues sur leur armature après la disparition de la couverture d’origine protégeaient du soleil (fig. 2 et 3). Les surplus militaires fournissaient pléthore d’autres d’objets, des pelles-bêches US indispensables au creusement des feuillées jusqu’aux outils de dentistes.

Fig. 2 et 3. Le site archéologique de Cambous accueille régulièrement des groupes pour l’entretien du site ou pour des manifestations scientifiques.

Fig. 2 et 3. Le site archéologique de Cambous accueille régulièrement des groupes pour l’entretien du site ou pour des manifestations scientifiques.

On y retrouve tous les éléments de base d’un camp de fouille traditionnel et « bucolique » réactualisé : structure de tente marabout et canisses pour le coin repas, lits Picot actuels et foyer en plein air, cuisine et point d’eau avec citerne pour la vaisselle.

© Photographies I. Sénépart.

17En règle générale, le bricolage et la récupération étaient une constante de ce type de chantier. Ces « vertus » s’appliquaient au premier chef au chantier lui-même, qui recyclait pour ses besoins les matériaux ou les objets les plus hétéroclites : épingles à bigoudis pour marquer les objets au sol, élastiques à culotte pour le carroyage, plombs de pêche pour le lester, opinels ou couteaux à huître pour la fouille fine, truelles customisées à l’occasion, bouteilles de shampoing découpées pour fabriquer des pelles, papier toilette pour emballer les artefacts, cagettes à fruits pour les porter et les faire sécher, etc. Les archéologues avaient parfois du mal à faire comprendre l’utilité de cette liste à la Prévert aux services du ministère de la Culture chargés des subventions, et il y avait de quoi : n’a-t-on pas vu un fonctionnaire s’étonner de la mention de couches culottes 1er âge sur la liste du matériel en commande ? Elles servaient à protéger les objets fragiles...

18Ces conditions généraient un sentiment d’appartenance à une communauté : « On s’est tous connus sur les fouilles, on a tous plus ou moins des souvenirs en commun, on se croisait tout le temps de l’été et pour certains qui n’étaient pas de la région on ne se voyait qu’à cette occasion, nous n’avions pas besoin d’explications, sur les chantiers sur lesquels on revenait périodiquement on avait nos marques » (Ingrid Sénépart).

19L’emprunt au vocabulaire militaire peut être souligné et n’est certainement pas anodin. On parle de « camp de fouilles », de « camp de base » ou de « monter le camp », opération qui consiste à apporter sur place les indispensables cuisinières et frigidaires, à monter la tente commune, à faire le ménage avant l’arrivée des fouilleurs et à réagencer le mobilier pour gagner de la place. Dans les dépôts de fouilles aménagés pour recevoir le matériel de différents chantiers se succédant pendant l’été, comme celui d’Orange, la disposition des tables et des chaises et l’attribution des pièces évoluent en fonction des équipes. Ce marquage de territoire, répété d’année en année, est aussi une condition de la réussite du chantier. Puis la vie collective s’organise. Chacun est de « corvée » de vaisselle, de cuisine : « À Tautavel, on faisait la cuisine à tour de rôle, par deux, parfois sans se connaître, selon une liste établie à l’avance, pour 80 personnes en moyenne. On disposait de deux feux, on faisait la vaisselle à l’eau froide dans une grande bassine. Les expériences culinaires étant très disparates et souvent approximatives, le résultat était parfois surprenant, du sandwich tout en un aux patates crues, et j’en passe ; je me rappelle surtout la gelée anglaise, c’était quelque chose » (Ingrid Sénépart).

20L’expression « camp de fouilles » ou « de base » désigne le lieu de vie et s’oppose au terme de « chantier », réservé à la fouille elle-même. Le camp ou la maison de fouille peut se résumer au strict minimum, au pire à un local en dur ou à une tente familiale (la cuisine) qui servira d’abri en cas de pluie et autour de laquelle se déploieront les tentes destinées au couchage, l’essentiel du temps se passant sur le terrain. La fouille programmée implique un retour cyclique sur un même site et, dans la mesure du possible, en un même lieu de vie réinvesti chaque année à la belle saison, dont on essaie si possible d’améliorer les conditions matérielles (nouvelles récupérations, petit bricolage, fabrication de mobilier). Ces installations temporaires dans les faits demeurent précaires dans leur statut. D’une année l’autre, il n’est pas rare que les responsables de chantiers doivent renégocier l’attribution d’un lieu, d’un bâtiment. Cette « précarité », qui est un souci majeur, est aussi comprise et vécue comme une sorte d’ascèse, un rite de passage. « Houlà, c’est encore marqué dans ma chair ! » (Pierre-Arnaud de Labriffe, Mcc) : les archéologues attribuent une valeur initiatique à leurs conditions de vie pendant la fouille, comme leurs collègues d’autres disciplines à « terrains » (Durand 2001 ; Albera 2001 ; Kilani 1994). Dans le cas des fouilles « bucoliques », la météo joue un rôle non négligeable. Des conditions de vie dégradées en cas de pluies, d’orages méditerranéens ou de vents violents (mistral, tramontane, vent d’autan dans le Midi), ne sont supportées que si l’expérience collective est assez forte pour générer un esprit de corps : « Globalement, tout le monde se fichait un peu de ces conditions de vie sur de courtes périodes. Consciemment ou non, chacun sentait que la priorité était donnée à la fouille et que seul le chantier comptait au prix d’un sacrifice consenti sur l’hygiène et le confort » (Luc Jallot). Ce sentiment largement partagé explique la réticence à peine voilée à satisfaire les exigences d’hygiène et de sécurité qui se sont imposées dans l’archéologie préventive.

Temps 2. Développement de l’archéologie préventive et normalisation des conditions de fouilles

21Le changement amorcé dans les années 1980 a mis fin à cet état de choses mais il a pris du temps, comme l’illustre l’exemple des fouilles du Moulin-Villard à Caissargues dans le Gard, en 1987 et 1988 (dir. Laurent de Freitas, Luc Jallot et Ingrid Sénépart, Asf), l’un des premiers grands chantiers d’archéologie préventive dans la région. L’hébergement des salariés, tous issus de l’archéologie programmée, avait été sous-estimé et ils ne s’étonnèrent donc guère d’avoir à s’entasser dans le mas du Moulin-Villard, bâtiment insalubre habituellement réservé aux vendangeurs : « Avant de s’installer, on commença par nettoyer le rez-de-chaussée de la précédente inondation », puis dans une bâtisse aussi vétuste l’année suivante : « À proximité, il y avait un poulailler qui attirait les rats (surmulots) ; ils se mettaient en ligne et nous observaient de loin. Ils avaient l’habitude de venir manger les figues dans l’arbre planté devant la porte de la cuisine et il leur arrivait aussi de ronger notre porte. À l’intérieur, la coexistence avec les souris était monnaie courante » (Ingrid Sénépart). Si une partie de l’équipe regagnait son domicile le soir, une autre dormait sur place. La nourriture et la location du mas étaient financées sur le budget global de l’opération. L’insalubrité des lieux, mais surtout l’absence d’intimité après l’accueil de bénévoles conduisit quelques fouilleurs à dormir sous une tente à leurs risques et périls : « Je perdis ma tente une nuit d’orage terrible et je l’ai abandonnée sous une épaisse couche de boue » (Luc Jallot).

22C’est l’allongement de la durée des chantiers (8 et 6 mois à Moulin-Villard, par exemple) et l’engagement de contractuels à durée déterminée (Cdd) qui conduisirent à la recherche d’un plus grand confort, la promiscuité et l’insalubrité pouvant dégrader rapidement le climat social. Ce constat vaut aussi pour le nord de la France, où la pérennisation des financements sur les tracés autoroutiers (A5 par exemple) permit aux équipes de disposer d’une base logistique permanente, d’un hébergement collectif et d’appartements loués à l’intention des archéologues les plus éloignés de leur résidence. Néanmoins, l’hébergement collectif resta la norme, les conditions d’habitat fluctuant grandement d’une opération à l’autre.

23Les types d’interventions – prospections, sondages (aujourd’hui appelés diagnostics) et fouilles – constituaient trois temporalités distinctes. La mobilité requise lors des prospections impliquait une itinérance quotidienne, les sondages se résumant à de courtes stations en rase campagne et les fouilles équivalant à un campement de longue durée. La rapidité requise dans tous les cas conduisit à l’invention du concept de véhicules d’intervention mobiles, sorte de « SOS fouilles » qui pouvait prendre plusieurs formes : Renault Trafic tirant une roulotte de chantier, camping-car, camionnette servant de cabane à outils. Ces initiatives furent souvent le fait des services d’archéologie territoriale qui commençaient à se mettre en place ou des associations du type Adal (Association pour le développement de l’archéologie) à Montpellier. Trois de ces véhicules, mis en service dans l’Aisne, l’Oise et la Marne, étaient des Trafic surélevés comprenant trois places devant et un attelage pour une roulotte de chantier. La roulotte orange et à hublot, analogue à celle utilisée dans le Btp (Bâtiments et travaux publics), servait à la fois de bureau et de couchage. Elle était équipée d’un butagaz mais ne comportait pas de sanitaires, de chauffage ni d’aération : « Honnêtement, je ne crois pas que quelqu’un ait jamais dormi dedans, en tous cas dans l’Aisne », assure Pierre-Arnaud de Labriffe (Mcc), passé par la vallée de l’Aisne. C’est aussi à cette époque qu’apparurent les premiers bungalows, en même temps que les premiers engins mécaniques nécessaires aux grands décapages. Ces baraque dites Algéco, du nom de la marque la plus courante, servaient à entreposer les mobiliers archéologiques, quelques outils de fouilles et des vêtements, bientôt une table et quelques chaises. À Moulin-Villard, en 1987, garée en plein milieu du chantier, un cabanon de ce type servait de resserre et d’abri en cas d’orage mais, au début, on n’y prenait pas les repas. Dans les années qui suivirent, un modeste butagaz fit son apparition pour le café et un second bungalow fit office de vestiaire. Les premières toilettes de chantier arrivèrent à Nîmes en 1994. Ces toilettes portables, dont la vidange fait toujours fuir les infortunés qui les côtoient, ont fait regretter à plus d’un le temps du piochon. Toilettes et algécos ont contribué ainsi à rapprocher les chantiers archéologiques des chantiers du Btp, même si leur relation complexe demanderait un développement approfondi qui outrepasse cet article. Toutefois, d’après les premiers éléments de réponses recueillis, la co-activité, notamment en ville, de chantiers immobiliers et de chantiers archéologiques, coordonnée par des responsables sécurité du Btp, a sans doute inspiré une mise aux normes conforme à la législation du travail. Le chantier emblématique du Grand Louvre à Paris, qui a marqué les mémoires, ou, à Marseille, ceux des parkings des places Jules-Verne et du Général-de-Gaulle, furent à ce titre parmi les premiers à offrir à la vue des empilements d’algécos (bureaux, réfectoire, vestiaires, douches). En rase campagne, l’opération Tgv Méditerranée concrétisa cette évolution au milieu des années 1990. Les « bases de vie » firent leur apparition. L’expression, empruntée au Btp et aux milieux professionnels exerçant dans des conditions extrêmes (plateformes offshore, mines), fut intégrée à cette époque au vocabulaire de l’Afan puis de l’Inrap. Elle désigne l’ensemble des infrastructures collectives (vestiaires, salle de réunion, réfectoires, bureaux, WC et douches), installées de façon provisoire sur le site archéologique ou à proximité immédiate. Les bungalows s’équipèrent et se spécialisèrent, les conteneurs servant de remise à outils se généralisèrent. Aux Petites-Bâties (Vaucluse), la base comprenait des vestiaires, toilettes et douches distincts pour hommes et femmes, deux réfectoires climatisés avec eau et électricité, une salle de réunion, deux bureaux climatisés et un conteneur servant d’atelier et de remise à outils. Une fosse septique était reliée aux installations sanitaires, un forage avait été creusé pour l’eau courante, l’eau potable était assurée par des livraisons régulières de bouteilles, les repas se prenaient sur une sorte de terrasse couverte, un poste de tamisage couvert s’ajoutant à l’ensemble. Un groupe électrogène alimentait le chantier en électricité. Les fouilleurs étaient logés dans les environs, à l’hôtel ou dans des gîtes, leurs frais étant pris en charge. Toutefois, ces nouvelles conditions de vie n’avaient pas effacé le souvenir des liens qui unissaient les archéologues issus des fouilles programmées : « À titre personnel, je garde un souvenir enthousiaste de cette opération (Les Petites-Bâties) et de celles qui ont suivi dans le Lot avec l’autoroute A20 et dans l’Aveyron avec le Jas del Biau à Millau. Nous étions tous des salariés précaires sous contrat à durée déterminée, au sein d’une structure précaire, l’Afan. Les revendications pour la reconnaissance de nos droits nous unissaient » (Luc Jallot). Les archéologues de l’Afan vécurent comme une conquête sociale l’amélioration de leurs conditions de travail, désormais conformes à la législation : prise en charge des frais de transport et de logement, remboursement des grands déplacements, création de postes d’adjoints à la sécurité et organisation de stages informant les responsables d’opérations sur les risques relatifs à l’hygiène et à la sécurité. La règle la plus contraignante était l’interdiction des bouteilles de gaz. Sur les chantiers hivernaux, cette exigence était mal vécue car les bungalows n’étaient pas électrifiés et des chauffages à gaz clandestins firent vite leur apparition. Conséquence de ces nouvelles normes, les fouilles programmées se mirent à la page et, quand leur budget serré le permettait, s’équipèrent elles aussi en bungalows et en toilettes. La « nationalisation » de l’Afan et la signature d’un accord d’entreprise en 1992, le recrutement d’archéologues en contrats à durée indéterminée, qui signait la reconnaissance de la profession d’archéologues préventifs, la création d’un comité d’entreprise, l’élection de délégués du personnel et la mise en place de comités d’hygiène et sécurité permirent ensuite d’uniformiser et d’étendre ces mesures. L’acquisition de vêtements de travail a été un autre signal fort. Cette tenue ou « seconde peau » (Francequin 2012), qui n’a cessé d’évoluer pour compléter un paquetage adapté aux conditions climatiques, est aujourd’hui laissée aux vestiaires pendant le travail. Ce « droit aux vestiaires » rappelle les luttes des ouvriers revendiquant de prendre les transports en commun pour rentrer chez eux sans être stigmatisés par leurs habits sales et l’obligation faite à leurs employeurs d’assurer la propreté individuelle des salariés. Le passage au salariat, l’accès aux outils, aux locaux puis à des équipements vestimentaires proches de ceux dont bénéficient les personnels du Btp (chaussures de sécurité, vestes de chantier bleu et rouge pour l’Afan, bleu et orange pour l’Inrap, pantalons adaptés, casques, gants, protège-oreilles, etc.), participent d’une identité forte que les archéologues préventifs affirment lors d’actions sociales médiatisées. On note d’ailleurs leur caractère « anti-gaspillage » et conservateur en voyant resurgir, dans les manifestations ou sur des chantiers de l’Inrap, des vestes Afan d’avant 2001 ! « J’utilise encore la mienne pour tronçonner des arbres ! » (François Giligny, université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne). Ce symbole « d’anciens combattants » agace les plus jeunes qui n’ont pas fait « toutes les guerres ». Il forge cependant une véritable « conscience de l’identité collective », comme chez les ouvriers qui portent « le bleu » (Monjaret 2012). Une grande partie de la quête de reconnaissance et de visibilité du métier d’archéologue préventif s’ancre donc dans la base de vie, le chantier de fouille et la veste.

24Aujourd’hui les lieux de vie et de travail sont distincts, au moins sur les grosses opérations et surtout en milieu urbain. L’application des normes d’hygiène et sécurité de type Btp est revendiquée par les salariés, relayés par leurs syndicats. Les bases de vie, standardisées, répondent à la réglementation en vigueur : eau courante, réfrigérateur, micro-ondes, climatisation, douches et WC, équipement ergonomique, vestiaires séparés, bouteilles d’eau individuelles, entretien des locaux par une entreprise de nettoyage. L’absence d’une partie de cet équipement peut entraîner des conflits et les conditions de travail (horaires, pénibilité, sécurité, hygiène, etc.) font l’objet d’une attention constante.

25Avec l’archéologie des grands travaux sont apparues les bases régionales pour gérer et traiter le mobilier issu des fouilles et travailler aux rapports de synthèse. Certaines, pendant un temps, ont offert des conditions de vie proches de celles des fouilles programmées. À Marseille, en 1993, à la suite des fouilles de l’Alcazar (dir. Marc Bouiron, Inrap), la Ville installa des algécos-bureaux dans une ancienne savonnerie devenue le dépôt Salengro, puis l’Inrap ouvrit la base Bougainville dans un vaste appartement d’un immeuble du xixe siècle. Mais très vite, les vieux immeubles du centre-ville ont été abandonnés au profit de hangars préfabriqués dans les zones d’activité industrielle et commerciale de la périphérie urbaine.

26Les espaces y sont rationnellement répartis entre pièces de stockage, de travail, de lavage, parkings, réfectoires, etc. Les archéologues n’y rencontrent aucun problème de climatisation ni de chauffage, l’équipement fourni répondant à l’essentiel des besoins. Pour en revenir au vocabulaire militaire et oser une métaphore, ces lieux transitoires font figure « d’arrière-front » où les fantassins fatigués peuvent se ressourcer avant d’affronter de nouveau la bataille, retourner sur le terrain pour un nouveau diagnostic ou une nouvelle fouille. La revendication de bureaux pour tous, et pas seulement pour les responsables d’opération et les spécialistes, suit une évolution parallèle et pourrait signaler une volonté d’ancrage dans un lieu permanent et stable, servant de référent spatial pour remédier à l’instabilité structurelle liée aux déplacements constants vers les terrains de fouilles (Sénépart 2011). Ces bases archéologiques tendent à être les pendants des laboratoires de recherche, des dépôts de fouilles et des musées, espaces traditionnels des archéologues non-préventifs.

Temps 3. Retour aux fouilles programmées

27Parallèlement, l’amélioration des conditions de vie sur les chantiers de fouilles préventives a eu des conséquences sur la logistique des fouilles programmées. En règle générale, on peut dire que les responsables, professionnels eux-mêmes, sont plus attentifs aux normes de sécurité et d’hygiène et au confort des bénévoles. Toutefois, l’amélioration observée est plus en conformité avec la réglementation applicable dans les gîtes, colonies de vacances, écoles ou bâtiments apparentés, qu’avec celle des chantiers Btp. Les progrès en matière d’hébergement vont de pair avec ceux de l’offre en logements des communes où se déroulent les fouilles, ou avec l’obtention de crédits suffisants pour louer des locaux « aux normes ». Cette tendance est générale et l’archéologie n’y échappe pas. Les exigences ont changé, y compris celles des bénévoles habitués à un certain niveau de confort. La présence d’une machine à laver est de ce point de vue assez symptomatique. Les conditions les plus sommaires ne sont acceptées que si l’isolement du terrain empêche d’accéder à toutes les commodités, par exemple dans la haute montagne où les refuges et les tentes servent d’habitat. Le matériel de camping, plus performant qu’autrefois, pallie les manques. Les constantes demeurent cependant. Les participants, logés et nourris, vivent ensemble au quotidien. Les aménagements logistiques créent les conditions de possibilité pour que leur séjour se déroule au mieux, dans une sociabilité souvent plus fraternelle que sur les chantiers préventifs, chacun rentrant le soir chez soi ou à l’hôtel.

Entre norme et utopie

28La précarité choisie des fouilles programmées renvoie à un certain nombre d’archétypes dont la cabane, en tant que symbole d’émancipation de l’autorité en général, n’est pas le moindre, surtout lorsqu’il s’agit du camp de toile. Elle offre en conséquence une puissance métaphorique, une potentialité de liberté et de résistance à la norme qui connotent fortement l’activité de l’archéologue. Elle renvoie également à un espace de liberté sociale et de convivialité où « le réseau social supplante la hiérarchie » (Picon 2000). Enfin, la plupart des chantiers se déroulant en rase campagne, la relation à la nature et à l’environnement est très forte dans les pratiques de terrain comme dans les pratiques de loisirs (Sirost 2001b ; Picon 2000 ; Nicolas 2009 ; Raveneau 2005 ; Raveneau & Sirost 2011). Michèle Julien, Claudine Karlin et Danièle Lavallée en témoignent à propos d’André Leroi-Gourhan : « Il appréciait particulièrement la vie de chantier, une proximité du milieu naturel […] Il pêchait dans la Cure les poissons que l’on faisait griller sur un feu de bois pour le petit déjeuner. Situations qui nous rapprochaient d’une certaine façon des conditions du mode de vie que nous cherchions à retrouver par la fouille» (Julien, Karlin & Lavallée 1992). On y observe aussi les pratiques de bricolage auxquelles s’adonnent les vacanciers (Nicolas 2009 ; Ravenneau 2006). En ce sens, on pourrait estimer que, dans le droit fil du développement historique du camping et des loisirs, les pratiques liées au mode de vie des chantiers archéologiques ne sont pas exemptes de cet héritage, qu’elles conjuguent avec des pratiques de bricolages communes aux chantiers de Btp (Jeanjean 2006). La catachrèse, ou détournement d’objets, qui est également courante, renvoie à des activités similaires étudiées par les sociologues et les psychologues du travail à propos du matériel de laboratoires de recherche ou dans les hôpitaux (Clot 2003 ; Clot & Gory 2003 ; Monjaret 2006, 2008 et 2014).

29Cependant, le fait qu’un camp de fouilles ne soit pas un camp de vacances l’en différencie. Y travaillent des professionnels patentés ou en devenir : les étudiants bénévoles se forment à l’école pratique de la fouille qui, pour les chercheurs, consiste à collecter des données scientifiques. La relation au métier et à la passion du métier implique en quelque sorte d’en passer par des conditions de vie précaires pour atteindre au but visé, d’où la référence « aux rites de passages » implicite dans bien des discours et que l’on retrouve dans d’autres disciplines liées au terrain (Kilani 1994 ; Albera 2001 ; Durand 2001). Le camp de fouille n’est pas une finalité en soi, mais la condition nécessaire et collatérale de l’exercice du métier. La précarité qu’il implique sous-tend une représentation qui renvoie à l’utopie de l’archéologue-aventurier et de ses expéditions. Elle relève « d’une forme pure, aventureuse où vivre à la dure au plus près de la nature est la règle… La forme pure du camping est décrite de manière récurrente par les explorateurs comme une vie spartiate de renoncement à la civilisation » (Sirost 2001a). Elle est encore vivace, alors même que les conditions d’exercice sur le terrain ont évolué, ce qui explique peut-être le développement des missions à l’étranger. Là, il semble que tout soit de nouveau possible, que l’on puisse échapper à la norme et inventer des plages de temps et d’espace entièrement vouées à la simplicité des rapports humains, dans une forme de précarité qui n’est ni misérable ni artificielle mais nécessaire.

30Cependant, ces conditions de vie font également référence à celles des travailleurs saisonniers, vendangeurs et autres ouvriers agricoles mal payés, mal logés et dont la situation est encore aggravée en cas d’intempéries par l’inconfort des lieux. Elles renvoient au statut précaire des Cdd en archéologie, dont le modèle apparaît dépassé. La professionnalisation et la syndicalisation du métier, assorties au changement de mentalités, lui ont permis de sortir de cette situation en légitimant la pratique de terrain. Cependant, depuis 2003 et la création d’entreprises privées en concurrence avec les institutions publiques, la profession est le cadre de nouvelles tensions et les cartes ont été largement redistribuées pour les jeunes générations. Bien qu’elles soient plus attentives aux conditions de vie et de travail, grâce à l’enseignement des masters professionnels, la quête d’un emploi les conduisent à accepter des contrats qui ne respectent ou n’intègrent pas toujours les acquis sociaux. Cet état de choses est vécu comme une régression par les archéologues militants de la première génération, qui voient se reproduire la situation des années 1990.

Haut de page

Bibliographie

Albera D. 2001. « Terrains minés », Ethnologie française, 31-1 : 5-13. www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2001-1-page-5

Clot Y. 1997. « Le problème des catachrèses en psychologie du travail : un cadre d’analyse », Le travail humain, 60-1 : 113-229.

Clot Y. & Gori R. 2003. Catachrèse, éloge du détournement. Nancy, Presses universitaires de Nancy (coll. « Langage, cognition, interaction »), 128 p.

Durand J.-Y. 2001. « Entre sédiments, strates et failles : le “terrain”, une métaphore minée ? », Ethnologie française, 31-1 : 127-141. www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2001-1-page-127

Jeanjean A. 2006. Basses Œuvres: une ethnologie du travail dans les égouts. Paris, Éditions du Cths (Comité des travaux historiques et scientifiques) (coll. « Le regard de l’ethnologue ; 15 »), 279 p.

Jeanjean A. & Sénépart I. (dir.). 2011. « Habiter le temporaire, Habitations de fortune, modiles et éphémères », Techniques & Culture, n° 56, 284 p.

Kilani M. 1994. « Du terrain au texte », Communication, 58 : 45-60. www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1994_num_58_1_1878

Monjaret A. 2014. « Ethnographie d’hôpitaux parisiens en situation de fermeture : entre l’urgence d’une sauvegarde et l’inscription dans une relation sociale durable ». In : T. Barthèlemy, P. Combessie, L. Sournier et A. Monjaret (dir.), Ethnographies plurielles: déclinaisons selon les disciplines. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (coll. « Orientations et Méthodes », série « Ethnographies plurielles »).

Monjaret A. 2012. « Le bleu au travail, une affaire d’hommes ? Pratiques populaires autour d’un sybole ouvrier masculin ». In : É. Anstett & M.-L. Gélard, Les objets ont-ils un genre? Culture matérielle et production sociale des identitées sexuées. Paris, Éditions Armand Colin (coll. « Recherche ») : 47-62.

Monjaret A. 2008. « La fête de fermeture de trois hôpitaux parisiens, ou comment se marque, se ritualise et se fabrique l’événement ». In : M. Balard & N. Gérôme (dir.), « Les fêtes et leur histoire en Île-de-France ». Mémoires Pif (Paris et Île-de-France), revue de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, 59 : 333-356.

Monjaret A. 2006. « La privatisation de l’espace de travail à l’épreuve des changements professionnels et sociaux à l’hôpital ». In : A. Bidet (dir.). Sociologie du travail et activité. Toulouse, Octarès éditions (coll. « Le travail en débats », série « colloques & congrès ») : 143-155.

Nicolas L. 2009. Beauduc, l’utopie des gratte-plage: ethnographie d’une communauté de cabaniers sur le littoral camarguais. Marseille, Éditions Images en manœuvres, 441 p.

Picon B. 2001. « Les cabanes de l’entre-deux mondes ». In : B. Brun, M.-H. Dufour, B. Picon & M.-D. Ribéreau-Gayon, Cabanes, cabanons et campements: formes sociales et rapport à la nature en habitat temporaire. Châteauneuf-de-Grasse, Éditions de Bergier (coll. « Travaux de la société d’écologie humaine ») : 327-334.

Raveneau G. 2005. « Anthropologie des abris de loisir : appel à contribution au colloque international, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, université Paris X- Nanterre, 25-27 octobre 2006 », Calenda, http://calenda.org/190927

Raveneau G. & Sirost O. (dir.). 2011. Anthropologie des abris de loisirs. Nanterre, Presses universitaires de Paris-Nanterre (coll. « Sciences humaines et sociales »), 338 p. https://books.openedition.org/pupo/3681

Sénépart I. 2011. « Nomades ou sédentaires mobiles, ancrage archéologique et historique de l’habitat temporaire ». In : A. Jeanjean & I. Sénépart (dir.), Habiter le temporaire, habitations de fortune, mobiles et éphémères, Techniques & Culture, n° 56 : 30-47.

Sirost O. 2001. « Camper ou l’expérience de la vie précaire au grand air », Ethnologie française, 31-4 : 581-589. www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2001-4-page-581

Sirost O. 2001. « Les débuts du camping en France : du vieux campeur au village de toile », Ethnologie française, 31-4 : 607-620. www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2001-4-page-607

Sirost O. 2011. « Du campement au camping, une précarité désirée », Habiter le temporire, habitations de fortune, mobiles et éphémères, Techniques & Culture, n° 56 : 98-103.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Campement près du dépôt de fouilles de Vaison-la-Romaine (Vaucluse), fin des années 1990.
Légende Le mas du xviie siècle, bien qu’entièrement aménagé pour recevoir des groupes, ne répondait plus aux normes en vigueur ; l’équipe de fouille n’y avait accès que durant la journée.
Crédits © Photographie L. Jallot.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 2 et 3. Le site archéologique de Cambous accueille régulièrement des groupes pour l’entretien du site ou pour des manifestations scientifiques.
Légende On y retrouve tous les éléments de base d’un camp de fouille traditionnel et « bucolique » réactualisé : structure de tente marabout et canisses pour le coin repas, lits Picot actuels et foyer en plein air, cuisine et point d’eau avec citerne pour la vaisselle.
Crédits © Photographies I. Sénépart.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5813/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ingrid Sénépart et Luc Jallot, « « La vie de chantier » », Les nouvelles de l'archéologie, 155 | 2019, 28-35.

Référence électronique

Ingrid Sénépart et Luc Jallot, « « La vie de chantier » », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 155 | 2019, mis en ligne le 06 septembre 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/5813 ; DOI : 10.4000/nda.5813

Haut de page

Auteurs

Ingrid Sénépart

Musée d’Histoire de Marseille – pôle archéologie/Umr 5608 Traces « Travaux et recherches archéologiques sur les espaces, les cultures et les sociétés » du Cnrs.

Luc Jallot

Université Paul Valéry – Montpellier 3/Umr 5140 Asm « archéologie des sociétés méditerranéennes » du Cnrs.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals