Navigation – Plan du site

Qualité et régime archéologique

Quelques réflexions sur les catégories de pensée, les principes classificatoires et les processus d’institutionnalisation en archéologie
Christophe Tufféry et Sylvain Colombero
p. 42-46

Résumés

L’article propose d’interroger ce qui permet à une partie des acteurs de l’archéologie d’attribuer aux observations et aux vestiges qu’ils découvrent et décrivent le qualificatif d’archéologique. Cette contribution au débat sur « l’archéologicité » relève d’un point de vue novateur et mobilise des concepts de la sociologie des organisations et des sciences de gestion. Les auteurs affirment qu’il existe un processus de légitimation propre au domaine de l’archéologie, dont les acteurs disposent de marges de manœuvres pour « bricoler » avec ce processus qui permet ainsi aux institutions du domaine d’assurer la perpétualité de leur légitimité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’article vise à contribuer à la description de certaines des dimensions sociologiques des processus par lesquels les observations, les vestiges matériels, les sites archéo-logiques et, de façon plus générale, les « objets » de connaissances qui en découlent, parviennent au statut scientifique d’« objets archéologiques ».

2Nous nous proposons d’interroger ce qui permet aux acteurs de l’archéologie, qu’ils relèvent des champs scientifique, administratif, associatif, etc., d’attribuer aux observations et aux vestiges le qualificatif d’archéologique. Il ne s’agit pas de proposer une description formelle et objective des méthodes de l’archéologie, fournie par de nombreux manuels universitaires ou des publications de référence (Gardin 1979, 1991, 1997 ; Demoule et al. 2009 ; Djindian 2011 ; Jockey 2013). Notre contribution à ce débat sur « l’archéologicité » relève d’un point de vue différent, et novateur : elle mobilise en effet des concepts de la sociologie des organisations et des sciences de gestion (David, Hatchuel & Laufer 2012) pour contribuer à mieux identifier les pratiques et concepts classificatoires, le plus souvent infra-conscients, au sens de l’habitus bourdieusien (Bourdieu 1980, 2014 [1994]) qui sous-tendent les pratiques des archéologues (Tufféry 2017).

Quelques rappels

3Longtemps, « l’archéologicité des choses » a été définie par les conditions de leur enfouissement, de leur conservation, de leur découverte et de leur observation. Cette définition réductrice « a sans doute été encouragée par la recherche archéologique concernant certaines périodes, comme la préhistoire, où les vestiges, du fait de leur haute antiquité, sont souvent profondément enfouis. Elle  rejoint aussi son caractère le plus spectaculaire, la mise au jour de ce qui était jusque-là caché étant garante du succès populaire. L’un des angles les plus spécifiques de pénétration du passé, la fouille, est devenue au fil du temps emblématique de l’activité archéologique, avant de se transformer en critère de l’archéologicité » (Jockey 2013). Pour d’autres auteurs, un artéfact peut revendiquer le statut d’objet archéologique dès lors qu’il est mis au jour et étudié par un archéologue. Le statut ou la fonction de son « inventeur », c’est-à-dire de celui qui le découvre, permettrait donc à lui seul d’attribuer à cet objet le qualificatif « archéologique ».

4Toutefois, constatant que ce « découplage proposé ces dernières années entre l’archéologie, d’une part, et, d’autre part, l’enfoui et l’ancien, a fait figure de scandale, non seulement étymologique, mais conceptuel » (Jockey 2013), plusieurs auteurs ont proposé une autre acception du terme « archéologicité » (Bruneau & Balut 1982 ; Journot & Bellan 2011 ; Bellan 2011).

5Aujourd’hui, le critère de l’ancienneté n’est plus de mise ou en tout cas ne suffit plus, puisque l’archéologicité des vestiges et des sites archéologiques les plus récents est admise et que l’archéologie est « comptable de tous les produits de la technique humaine » (Jockey 1999).

6Illustrant cette reconnaissance officielle de l’extension et de l’acception du terme, on peut citer les travaux engagés depuis une quarantaine d’années sur les périodes modernes et contemporaines, et qui font aujourd’hui l’objet de l’axe 14 de la programmation nationale du Conseil national de la recherche archéologique (Cnra, 2015). Néanmoins, si la place de l’archéologie moderne et contemporaine en France « est désormais mieux assurée, la pratique montre que des efforts importants restent à faire pour la garantir définitivement » (Hurard et al. 2014).

Pour une approche renouvelée de l’archéologicité : qualité et régime archéologique

7Notre ambition est d’identifier un processus de légitimation qui soit propre à l’archéologie et les marges de manœuvres associées dont disposent ses acteurs (Suchman 1995).

8Nous proposons de désigner comme archéologique toute entité, matérielle ou immatérielle, « instituée » comme telle par les acteurs de la « structure » de l’archéologie. Le terme de « structure » doit être entendu ici comme l’ensemble des croyances et moyens techniques (concepts, notions, méthodes, règles, codes) dont disposent les acteurs du domaine ou, pour reprendre la terminologie de Bourdieu, du champ scientifique qu’elle constitue (Bourdieu 2001). Partant de cette caractérisation, nous définissons l’archéologicité comme le résultat d’un double processus, de qualification d’abord, d’attribution d’un régime ensuite (fig. 1).

Fig. 1. Processus global de légitimation de l’institution de l’« archéologie ».

Fig. 1. Processus global de légitimation de l’institution de l’« archéologie ».

© Christophe Tufféry et Sylvain Colombero.

  • 1 Appliqué à une chose inanimée, ce substantif féminin peu courant signifie « qui ne connaît pas de (...)

9La première étape du processus concerne l’attribution de la « qualité archéologique » à une activité, un vestige mobilier ou immobilier, un acteur, etc. Ce ne serait donc pas uniquement les conditions de découverte et d’observation d’un site ou d’un vestige ni le statut de leur inventeur qui permettraient d’attribuer cette qualité mais la mobilisation d’un ou plusieurs facteurs du champ de l’archéologie. Ainsi, un vestige ou un site se verrait accorder la qualité d’archéologique s’il a été découvert, observé, dégagé, étudié, publié, etc., par un agent disposant des compétences du champ scientifique de l’archéologie, auquel le vestige ou le site se rapporte. La reconnaissance de la compétence de l’archéologue doit résulter d’un processus de légitimation, comme par exemple la reconnaissance par les pairs, l’attribution d’un titre ou d’un diplôme, ou encore la publication dans une revue scientifique reconnue. En lui reconnaissant ses compétences, les institutions du domaine concerné le légitiment. L’archéologue est donc l’agent du processus par lequel les institutions du domaine de l’archéologie assurent la perpétualité1 de leur légitimité. Cette perpétualité n’empêche pas cependant des évolutions du périmètre ou du fonctionnement de la structure, évolutions indispensables, du reste, à son propre maintien. Par ailleurs, la légitimation de l’acteur lui confère une légitimation sur tout ce qu’il observe, découvre, décrit, etc.

10Après l’attribution de la qualité archéologique intervient l’attribution d’un régime propre au domaine de l’archéologie. Ce « régime archéologique » désigne le résultat du choix, par des acteurs compétents du champ scientifique et donc légitimés par la structure de celui-ci, de la ou des catégories classificatoires dans lesquelles l’entité peut être décrite. L’attribution du régime archéologique adapté à l’entité qualifiée d’archéologique permettrait ainsi de passer d’un élément de fait à une ou plusieurs catégories archéologiques. À titre d’exemple, un vestige, fouillé par un ou plusieurs archéologues compétents pour la période chronologique dans laquelle il s’inscrit, relèverait du régime de vestige archéologique si le ou les archéologues concernés le désignent et le décrivent comme tel.

11Cette proposition du processus de légitimation de l’institution archéologique se rapproche de celle du processus de patrimonialisation, qui s’interprète comme : « un processus social par lequel les agents sociaux – ou acteurs – légitimes entendent, par leurs actions réciproques, i.e. interdépendantes, conférer à un objet, à un espace (architectural, urbanistique ou paysager) ou à une pratique sociale (langue, rite, mythe, etc.) un ensemble de propriétés ou de “valeurs” reconnues et partagées d’abord par les agents légitimés puis transmises à l’ensemble des individus au travers des mécanismes d’institutionnalisation, individuels ou collectifs, nécessaires à leur préservation, c’est-à-dire à leur légitimation durable dans une configuration sociale spécifique » (Amougou 2004 ; Fourcade 2007 ; Le Hégarat 2015).

12Nathalie Heinich (2009) analyse ce processus sous l’angle de la construction de l’identité professionnelle des acteurs des services de l’inventaire du patrimoine, en analysant en particulier les différentes catégories de valeurs – historique, symbolique et fonctionnelle – mises en œuvre dans la construction moderne du patrimoine, avant de décrire la chaîne patrimoniale où s’inscrivent les différents niveaux d’expertise des spécialistes reconnus par le ministère de la Culture, puis les modalités d’inscription et de classement des objets patrimoniaux considérés. S’il est vrai que cette autrice admet que le processus de patrimonialisation peut avoir pour origine le registre des émotions, la subjectivité des acteurs est réputée contrebalancée par le respect des procédures administratives de classement, garantes de la neutralité axiologique du processus.

13Ces éléments nous autorisent à avancer des pistes pour une approche renouvelée de l’archéologicité, comme produit de légitimation par la « structure » de l’archéologie, c’est-à-dire l’ensemble des processus et concepts classificatoires sous-jacents à la pratique des archéologues institués par la structure et dont eux-mêmes sont rarement conscients. Seule une démarche distanciée permet cet exercice de dévoilement. Mais, en révélant ainsi les processus en vigueur, nous ne prétendons ni les dénoncer ni appeler à leur révision. Car ce processus de légitimation, pour se perpétuer, ne peut autoriser et supporter que des marges de manœuvre très limitées à ses acteurs, au risque de les extraire, plus ou moins violement, de son périmètre de fonctionnement. Dès lors, il apparaît possible de distinguer ce qui peut échapper au périmètre que nous venons de proposer de l’archéologicité.

Comment la « structure » de l’archéologie peut « bricoler » avec l’archéologicité

  • 2 Claude Lévi-Strauss, aussi bien que Raffi Duymedjian et Charles Clemens Rüling, insistent pour qua (...)

14Nous mobiliserons donc ici la notion de « bricolage2 », inventée par Claude Lévi-Strauss (1990 [1962]) et utilisée par les sciences de gestion (Strandgaard & Dobbin 2006 ; Garud & Karnoe 2003 ; Baker & Nelson 2005 ; Duymedjian & Rüling 2010 ; Boxenbaum & Rouleau 2011 ; Colombero 2015).

15Comme le bricoleur solitaire a besoin de sa propre structure cognitive pour bricoler et, par exemple, utiliser les seuls moyens à sa disposition pour atteindre son objectif, les acteurs d’un même projet ont besoin de définir collectivement leur propre structure, leur propre cadre cognitif pour agir ensemble. C’est d’un tel cadre interprétatif que dépend le processus de « bricolage », c’est-à-dire la possibilité qu’ils ont de s’adapter à un contexte contraint par le caractère limité des moyens dont ils disposent.

  • 3 http://www.dejeunersouslherbe.org/ressources/publications/
  • 4 https://vimeo.com/39879560

16On pourrait ainsi interroger la fouille de l’œuvre baptisée Le Déjeuner sous l’herbe3 ou L’Enterrement tableau-piège, réalisée par Daniel Spoerri le 23 avril 1983 au domaine du Montcel à Jouy-en-Josas, où devait s’implanter un an plus tard la fondation Cartier. Cette œuvre a déjà fait couler beaucoup d’encre (Demoule 2012, 2013). La fouille réalisée du 31 mai au 7 juin 2010, soit 27 ans après l’enterrement volontaire de l’œuvre de l’artiste sous la responsabilité de Jean-Paul Demoule, professeur de protohistoire à l’université de Paris 1 et ancien président de l’Inrap, n’a porté que sur une partie des restes enterrés4. Plusieurs laboratoires et chercheurs ont ensuite mené les analyses post-fouilles et un moulage d’une partie des vestiges a été réalisé. Le film tourné au cours de l’opération archéologique a été réalisé par Laurent Védrine en présence de Daniel Spoerri, de l’anthropologue Bernard Müller, et de plusieurs autres intervenants, de Jean-Paul Demoule à l’équipe des archéologues de l’Inrap. À l’issue de la fouille, quelques nouveaux vestiges ont été enterrés volontairement pour les archéologues du futur.

17Il semble admis aujourd’hui qu’il s’gissait d’une fouille archéologique, même si, pendant plusieurs années, l’État ne l’a pas reconnue comme telle, en raison de ses principes classificatoires traditionnels parmi lesquels le critère d’ancienneté a longtemps prévalu.

  • 5 http://www.inrap.fr/fouille-archeologique-du-dejeuner-sous-l-herbe-de-daniel-spoerri-jouy-en-josas (...)

18De notre point de vue, l’archéologicité de cette opération était établie dès l’étape de son enfouissement, voire de sa conception même. D’emblée, l’artiste avait décidé que son œuvre serait enfouie et fouillée un jour ou l’autre. En outre, lors du banquet, il avait invité un archéologue dont la seule présence lui avait permis de qualifier son intention, qui était de produire de futurs vestiges archéologiques et pas seulement une œuvre artistique. « À l’origine, un archéologue ami de Daniel Spoerri, Éric Godet, aurait dû fouiller quelques années plus tard l’œuvre, qui était donc explicitement archéologique, mais qui avait, polysémique comme tout travail fort, plusieurs significations » (Demoule 2012). Par là même, ce chercheur a garanti le régime archéologique des futurs vestiges, aussi bien que l’opération qui allait s’en suivre. La réalisation de la fouille selon des méthodes propres aux archéologues a permis, quant à elle, de localiser la tranchée par une prospection électrique, de l’ouvrir à la pelle mécanique, de dégager les vestiges (tables, nappes, vaisselle, couverts, reliefs de repas, graffitis, dédicaces, objets d’art, photos) et enfin de produire la documentation afférente (carnets d’enregistrement, dessins, relevés au net, photographies, moulage, rapport, etc.)5. L’intervention de 2010 a de facto redoublé l’archéologicité de l’œuvre initiale, en mobilisant des acteurs du champ scientifique de l’archéologie, guidés par sa « structure » et l’usage de ses méthodes et principes classificatoires.

19Dans le cas du Déjeuner sous l’herbe, on peut considérer que l’artiste et les archéologues ont accepté le fait que l’œuvre, initialement conçue pour devenir un vestige archéologique, pouvait faire l’objet d’une fouille archéo-logique en bonne et due forme. Mais la question s’est posée de savoir si les vestiges dégagés et étudiés relevaient du régime de l’objet scientifique ou de l’œuvre d’art, les deux semblant incompatibles. L’État, à travers la Commission interrégionale de la recherche archéologique (Cira) et ses catégories institutionnalisées de l’archéologicité, a refusé au chercheur une autorisation de fouille programmée, au motif que l’objet de celle-ci « ne relève pas de la recherche archéologique telle que définie dans le code du patrimoine ». Cet épisode montre que les catégories institutionnelles ne recoupent pas nécessairement les catégories scientifiques (Demoule 2013).

  • 6 Lors du déjeuner de 1983, des tripes furent servies. Dans l’un de ses articles, J.-P. Demoule (201 (...)
  • 7 Extrait d’un courrier de D. Spoerri cité par J.-P. Demoule (2013).

20Aujourd’hui, Daniel Spoerri, s’il revendique toujours le statut d’auteur de cette performance, ne réclame pas celui de créateur d’œuvre d’art. À l’origine cette œuvre, loin de relever des catégories du hasard comme il le prétendait, était conçue pour devenir une découverte archéologique, même si, lors de la fouille, l’artiste a hésité à classer sa performance dans le régime de l’œuvre d’art ou à n’y voir que les traces d’un banquet. Son intention originelle était de faire d’une performance une « farce » à l’insu des convives invités à enterrer les restes du banquet6. En revanche, concernant les vestiges dégagés lors de la fouille, il a admis par écrit que ceux-ci, « exhumés et posés en dehors de leur contexte initial de performance artistique ne peuvent être considérés comme l’œuvre originale et doivent être simplement considérés comme des archives documentant la performance originelle7 ».

21Pour autant, lors de l’exposition consacrée au Déjeuner sous l’herbe qui eut lieu au Centre d’art Pasquart à Bienne, le statut d’œuvre d’art a été retenu lorsqu’il s’est agi d’assurer les vestiges exposés. Le prix a été calculé sur la base d’une autre œuvre de Daniel Spoerri datant de 1985 (Demoule 2012).

22Il y a donc eu « bricolage » selon la conception par les acteurs d’une structure commune où l’archéologie et l’art ont admis, de façon plus ou moins explicite, qu’il y avait de l’archéologicité dans les vestiges qui ont été fouillés et dans ceux qui restent enfouis, même si la performance de Daniel Spoerri relève d’un double régime, celui d’un ensemble d’objets archéologiques et celui d’une œuvre d’art.

23À travers cet exemple, de par le caractère intentionnel de la mise en terre et l’anticipation associée de sa fouille, nous retrouvons dans le champ archéologique le paradigme d’Aloïs Riegl (1858-1905) quant à la considération d’un monument et de sa différence avec un monument historique. Si un monument est construit a priori pour être transmis aux générations futures, le monument historique est un artéfact dont le caractère « patrimonial » est socialement construit alors que l’objet en lui-même, c’est-à-dire le bâtiment, n’était pas nécessairement destiné à traverser le temps (Riegl 2001 [1903]). Tous les bâtiments ne deviennent pas des monuments historiques ; de la même façon, tous les objets découverts par les archéologues ne deviennent pas des vestiges.

24Un parallèle avec l’archéologicité telle que nous proposons de la définir ici est possible en s’appuyant sur l’exemple du Déjeuner sous l’herbe. Un objet placé sous terre ne peut être considéré directement comme archéologique. Il n’y a donc pas d’archéologicité systématique tant qu’un acte de légitimation institutionnelle n’a pas été opéré. Si l’artiste n’avait pas prévenu les autorités archéologiques, personne n’aurait su qu’il avait disposé là une œuvre.

25La désignation du caractère archéologique d’une découverte est subjective dans le sens où elle repose sur un stock de pratiques ou de compétences évolutives. Dans le cas d’une découverte fortuite, sans anticipation de l’archéologue ou intentionnalité de l’enfouisseur, l’archéologicité ne peut être validée qu’a posteriori : la valeur archéo-logique du vestige, en effet, ne lui est attachée qu’à travers ce qu’il représente, au moment de sa découverte, et au regard de son état initial ou fonction originelle, à l’époque où il a été enfoui (Arrhenius 2004).

Conclusion

26Nous avons cherché à identifier les processus de légitimation de l’archéologie ainsi que les marges de manœuvre qui existent pour les acteurs dans le cadre de ce processus. De facto, cette proposition de description du processus de légitimation de l’institution archéologique se rapproche de celle d’un processus similaire utilisé par la sociologie ou la gestion (DeJordy & Jones 2008) pour celui de patrimonialisation. S’il ne prétend à aucune révolution, le cadre réflexif tracé ici propose une approche nouvelle pour caractériser les principes classificatoires en œuvre en archéologie et sur les processus qui permettent à certains de ses acteurs d’attribuer le qualificatif d’archéologique aux observations et aux vestiges qu’ils découvrent et décrivent.

Haut de page

Bibliographie

Amougou E. 2004. La question patrimoniale: de la «patrimonialisation» à l’examen des situations concrètes. Paris, Éditions L’Harmattan.

Arrhenius T. 2004. « The cult of age in mass-society: Aloïs Riegl’s theory of conservation », Future Anterior, 1(1) : 74-80.

Baker T. & Nelson R. E. 2005. « Creating something from nothing: Resource construction through entrepreneurial bricolage », Administrative Science Quarterly, 50 : 329-366.

Bellan G. 2011. « Archéologicité du présent », Nike bulletin : 38-41.

Bourdieu P. 1980. Le sens pratique. Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. 2014 [1994]. Raisons pratiques: sur la théorie de l’action. Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. 2001. Science de la science et réflexivité: cours du Collège de France 2000-2001. Paris, Éditions Raisons d’agir.

Boxenbaum E. & Rouleau L. 2011. « New knowledge products as bricolage: Metaphors and scripts in organizational theory », Academy of Management Review, 36-2 : 272-296.

Bruneau P. & Balut P.-Y. 1982. « Positions », Ramage, 1 : 3-33.

Colombero S. 2015. Instantiating through collective bricolage: the case of the Listed-Buildings Institution. Paris, École nationale supérieure des Mines. https://pastel.archives-ouvertes.fr/tel-01297462/document

Cnra. 2015. Programmation nationale de la recherche archéologique. Paris, ministère de la Culture et de la Communication, direction générale des patrimoines, sous-direction de l’archéologie. www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Archeologie/Etude-recherche/Programmation-nationale

David A., Hatchuel A. & Laufer R. 2012. Les nouvelles fondations des sciences de gestion :éléments d’épistémologie de la recherche en management. Paris, Presses des Mines.

Dejordy R. & Jones C. 2008. « Institutional legitimacy ». In : S. Clegg & J. Bailey (dir.), The International Encyclopedia of Organization Studies. Thousand Oaks, SAGE Publications : 683-684.

Demoule J.-P. 2012. « Archéologie, art contemporain et recyclage des déchets », Techniques & Culture, 58. https://journals.openedition.org/jso/pdf/6860

Demoule J.-P. 2013. « Nouveaux réalistes, nouveaux archéologues ? », Les nouvelles de l’archéologie, 134 : 25-29. https://journals.openedition.org/nda/2244

Demoule J.-P. & Landes C. 2009. La fabrique de l’archéologie en France. Paris, La Découverte.

Djindian F. 2011. Manuel d’archéologie : méthodes, objets et concepts. Paris, Armand Colin.

Duymedjian R. & Rühling C. C. 2010. « Towards a foundation of bricolage in organization and management theory », Organization Studies, 31-2 : 133-151.

Fourcade M.-B. 2007. Patrimoine et patrimonialisation : entre le matériel et l’immatériel. Québec, Presses de l’Université Laval.

Gardin J.-C. 1979. Une archéologie théorique. Paris, Éditions Hachette.

Gardin J.-C. 1991. Le calcul et la raison : essais sur la formalisation du discours savant. Paris, Éditions de l’Ehess.

Gardin J.-C. 1997. « Le questionnement logiciste et les conflits d’interprétation », Enquête, 5 : 35-54.

Garud R. & Karnoe P. 2003. « Bricolage versus breakthrough : Distributed and embedded agency in technology entrepreneurship », Research Policy, 32 : 277-300.

Heinich N. 2009. La fabrique du patrimoine: de la cathédrale à la petite cuillère. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Hurard S., Roumégoux Y. & Chaoui-Derieux D. (dir.). 2014. « L’archéologie à l’épreuve de la modernité : de l’opportunisme à la maturité », Les nouvelles de l’archéologie, 137 : 3-9.

Jockey P., 2013. L’archéologie. Paris : Éditions Belin.

Journot F. & Bellan G. (dir.). 2011. Archéologie de la France moderne et contemporaine. Paris : Éditions La Découverte.

Le Hégarat T. 2015. Un historique de la notion de patrimoine. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01232019/document

Lévi-Strauss C. 1990 [1962]. La pensée sauvage. Paris, Éditions Plon.

Riegl A. 2001 [1903]. Le culte moderne des monuments: son essence et sa genèse. Paris, Éditions du Seuil.

Strandgaard J. & Dobbin F. 2006. « In search of identity and legitimation: bridging organizational culture and neoinstitutionalism », American Behavioral Scientist, 49(7) : 897-907.

Suchman M. C. 1995. « Managing Legitimacy: Strategic and Institutional Approaches », The Academy of Management Review, 20-3 : 571-610.

Tufféry C. 2017. « Ce que l’enregistrement archéologique pourrait signifier : essai de contribution à une étude sociologique d’une pratique scientifique », Les nouvelles de l’archéologie, 149 : 46-49.

Haut de page

Notes

1 Appliqué à une chose inanimée, ce substantif féminin peu courant signifie « qui ne connaît pas de cesse, qui dure indéfiniment. » En droit, il s’applique à un avantage « qui dure toute la vie ». http://www.cnrtl.fr/definition/perpetualite.

2 Claude Lévi-Strauss, aussi bien que Raffi Duymedjian et Charles Clemens Rüling, insistent pour qualifier le bricolage comme une notion et pas comme un concept, pour limiter sa portée et ses exagérations théoriques.

3 http://www.dejeunersouslherbe.org/ressources/publications/

4 https://vimeo.com/39879560

5 http://www.inrap.fr/fouille-archeologique-du-dejeuner-sous-l-herbe-de-daniel-spoerri-jouy-en-josas-9471

6 Lors du déjeuner de 1983, des tripes furent servies. Dans l’un de ses articles, J.-P. Demoule (2013) rappelle l’événement tragique, dans la biographie de Daniel Spoerri, auquel ce plat renvoyait l’artiste.

7 Extrait d’un courrier de D. Spoerri cité par J.-P. Demoule (2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Processus global de légitimation de l’institution de l’« archéologie ».
Crédits © Christophe Tufféry et Sylvain Colombero.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5901/img-1.png
Fichier image/png, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Tufféry et Sylvain Colombero, « Qualité et régime archéologique », Les nouvelles de l'archéologie, 155 | 2019, 42-46.

Référence électronique

Christophe Tufféry et Sylvain Colombero, « Qualité et régime archéologique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 155 | 2019, mis en ligne le 06 septembre 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/5901 ; DOI : 10.4000/nda.5901

Haut de page

Auteurs

Christophe Tufféry

Ingénieur de recherche, Inrap – 121, rue d’Alésia CS 20007 75685 Paris Cedex 14.

Articles du même auteur

Sylvain Colombero

Professeur assistant, Grenoble École de Management – 12, rue Pierre Sémard 38000 Grenoble.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals