Navigation – Plan du site

Archéo-Éthique

Colloque international à l’Institut national d’histoire de l’art, mai 2018
Béline Pasquini et Ségolène Vandevelde
p. 52-57

Résumés

Le colloque Archéo-Éthique a rassemblé pendant deux jours des chercheurs de nombreuses disciplines autour des grandes problématiques qui se posent en la matière en archéologie. L’un des objectifs était d’apporter des réponses européennes à des questions principalement abordées par les Anglo-Saxons. Ont été traités la fouille de restes humains, le pillage des sites archéologiques, les relations avec les populations locales, les relations entre professionnels et amateurs, les tensions entre l’éthique scientifique et les contraintes professionnelles, l’instrumentalisation idéologique des résultats des recherches. Le colloque a permis de proposer des pistes de réflexion et des solutions potentielles.

Haut de page

Texte intégral

Merci à tous nos soutiens et à toutes les institutions qui nous ont aidés et qui sont nommément remerciées dans la publication des actes.

  • 1 Voir le programme sur https://archeoethique.wixsite.com/colloque. Toutes les communications, filmé (...)

1Les 25 et 26 mai 2018 s’est tenu le colloque Archéo-Éthique à l’Institut national d’histoire de l’Art (Inha) à Paris. Première grande manifestation française dédiée à l’éthique en archéologie, cette rencontre avait pour ambition de présenter les problématiques qui se posent en la matière à notre discipline et d’entamer une réflexion sur la façon dont nous pouvons y répondre1.

2L’éthique appliquée à l’archéologie est une façon de se comporter vis-à-vis de l’objet d’étude, des pairs et des acteurs avec lesquels nous sommes amenés à inter-agir (politiques, journalistes, populations voisines des sites, grand public). Une pratique professionnelle éthique requiert un questionnement réflexif, depuis l’élaboration des problématiques de recherche jusqu’à la publication et la médiatisation des résultats, en passant par le processus de fouille. Les archéologues sont aujourd’hui confrontés à de nombreuses questions éthiques dans leur pratique quotidienne : contextes difficiles (dictature, guerre, pauvreté, territoires revendiqués), contraintes économiques, (dé)réglementations de l’archéologie et concurrence, archéologie funéraire, relation avec les populations autochtones ou locales, relations entre professionnels et amateurs, bonnes pratiques de publication, médiatisation des résultats, etc. (Pasquini & Vandevelde, in : Pasquini & Vandevelde 2018).

3La question de l’éthique en archéologie est généralement peu abordée en France, où elle est souvent ignorée de l’enseignement universitaire, quand elle n’en est pas absente. Elle ne saurait être importée en Europe telle que pensée et théorisée dans le monde anglo-saxon, où elle est omniprésente, car elle est alors propre à l’histoire et la culture de ces pays. Il nous a donc semblé nécessaire d’organiser une rencontre sur l’éthique en archéologie en France, afin de proposer des perspectives alternatives.

4Pour mettre en place un véritable dialogue interdisciplinaire et multiplier les points de vue et retours sur expérience, le colloque a rassemblé, en plus des archéologues, des médecins, des juristes, des sociologues, des anthropologues et des conservateurs du patrimoine venant de nombreuses villes de France ou de l’étranger. Quant aux jeunes chercheurs, ils représentaient un tiers des intervenants. Les discussions animées qui suivirent les présentations ont prouvé l’intérêt général pour ces questions parmi les nombreux participants.

5Nous avons choisi de ne présenter ici que certains aspects qui sont loin de rendre compte de la richesse des questions traitées et des solutions proposées par les différentes interventions que l’on retrouvera dans la publication des actes. Il nous a paru toutefois important de donner ici un aperçu des thématiques abordées, afin de sensibiliser les archéologues au fait que nous sommes tous concernés par l’éthique dans notre pratique et que le sujet ne se limite pas à ceux déjà débattus, à savoir les restes humains et les relations avec les populations autochtones.

À qui appartient le patrimoine archéologique ? ou « Who owns the past? » 

Fouilles de sépultures et gestions des restes humains, entre science archéologique, croyance et laïcité

6(Charlier ; Colleter & Adèle ; Cornu & Négri ; Egbers et al. ; Mathieu, in : Pasquini & Vandevelde 2018 ; Pasquini 2018 ; Pearson et al. 2011 ; Clavandier ; Richier ; Schreiber et al., in : Vandevelde & Pasquini [sous presse]).

7L’expression de sensibilités, religieuses ou non, quant au traitement des restes humains archéologiques paraît aujourd’hui gagner du terrain en Europe et les archéologues peuvent désormais être confrontés à une certaine hostilité du public.
- Comment doivent-ils réagir face à ces revendications nouvelles ?
- Comment penser l’articulation entre science, sensibilités et législation ?
- Quelles différences entre les États, laïcs ou non, ayant une tradition communautariste ou non ?
- Quelles solutions envisager pour sortir des situations de conflit provoquées par la fouille de restes humains ?

Le changement de sensibilité envers les restes humains est bien réel et ne concerne pas que les restes archéologiques

  • 2 Le Code de déontologie de l’Icom – acronyme anglais du Conseil international des musées – a été ad (...)

8On observe depuis quelques années un réel changement des perceptions et des mentalités qui ne se limite pas aux restes humains archéologiques. Ainsi, dans le domaine du droit, la loi n° 2008-1350 du 19 décembre 2008, relative à la législation funéraire, étend aux cendres le respect dû au défunt ; le cadavre apparaît désormais comme la dernière incarnation de la personne. De même, dans les musées, s’observe une transformation des modalités de conservation des restes humains, ainsi que des dispositifs scénographiques en vue de leur exposition. Sous le titre « Matériel culturel sensible », l’article 2.5 du Code de déontologie adopté en 2017 par le Conseil international des musées précise ainsi que : « Les collections composées de restes humains ou d’objets sacrés ne seront acquises qu’à condition de pouvoir être conservées en sécurité et traitées avec respect [...] en accord avec les normes professionnelles et, lorsqu’ils sont connus, les intérêts et croyances de la communauté ou des groupes ethniques ou religieux d’origine » ; il en va de même pour les recherches qui les concernent et l’exposition de ces « objets sensibles » (article 3.7)2. Pour ce qui est de l’archéologie, l’exemple de la fouille de l’Hôtel-Dieu de Lyon est révélateur ; les restes humains exhumés ont connu trois types de trajectoires :
- prélèvement et étude des restes fouillés ;
- prélèvement des restes provenant de zones non fouillées et réinhumation dans le cimetière municipal ;
- exhumation et remise des restes issus du « cimetière juif » à la communauté juive, pour faire suite à sa demande.

9Il est à noter que deux de ces scenarii ont abouti à une réinhumation selon des protocoles funéraires, religieux dans un cas, civil dans l’autre. Les corps ont donc été distingués des déchets et un principe de dignité leur a été appliqué.

10Ces éléments confirment une tendance de fond d’évolution des sensibilités, qui touche l’ensemble de la société, s’inscrivant à la fois dans les textes juridiques, les recommandations professionnelles et éthiques, et les normes sociales. Désormais, les restes humains sont considérés comme des vestiges archéologiques particuliers, ni objets ni sujets mais se situant quelque part entre les deux.

Comment prendre en compte cette évolution de la société

11Les archéologues, parce qu’ils sont au contact des restes humains anciens et récents en tant que scientifiques et au contact des populations voisines des sites, sont les premiers concernés par les tensions pouvant émerger de cette évolution. Les solutions semblent être principalement dans le dialogue, exprimé par les trois attitudes suivantes.

12Tout d’abord, il faut tenter de convaincre le public de l’intérêt des recherches menées sur les restes humains. C’est ce que fait l’Inrap depuis plusieurs années au travers de nombreuses actions de médiation et de communication. Malheureusement, il ne suffit pas toujours d’expliquer pour convaincre.

13Ensuite, le vrai dialogue implique d’être ouvert au compromis. En cas de conflits avec certaines communautés, il est possible de trouver des solutions qui satisfassent les deux parties, comme conserver les restes dans des dépôts souterrains permettant un accès aux chercheurs comme aux représentants des communautés.

14Enfin, s’il est important d’être à l’écoute des demandes formulées à leur égard, les archéologues ne doivent pas tomber dans un angélisme qui menacerait la recherche en accédant systématiquement à toute demande. Il leur appartient de défendre leur point de vue face au législateur afin d’éviter le vote de lois potentiellement dangereuses pour la recherche, comme le Burial Act en Angleterre et au Pays de Galles ou le NAGPRA (Native American Graves Protection and Repatriation Act) aux États-Unis. En 2008, le ministère de la Justice du Royaume-Uni a modifié l’interprétation de la loi sur les inhumations en Angleterre et au Pays de Galles, tous les restes humains nouvellement fouillés devant être systématiquement réinhumés dans un délai de deux ans, y compris les restes préhistoriques (Pearson et al. 2011). Aux États-Unis « les agences fédérales et les institutions qui bénéficient d’un financement fédéral doivent restituer les restes humains et les objets culturels amérindiens qu’elles fouillent aux descendants et aux tribus indiennes considérées comme culturellement affiliées » (Pasquini 2018), ce qui peut poser problème pour certains restes anciens, comme lors de la célèbre affaire de l’Homme de Kennewick. De son côté, la France réfléchit à un encadrement juridique permettant de protéger ces restes particuliers sans pour autant sacrifier la recherche scientifique.

15Le colloque a également rappelé l’importance des restes humains pour la recherche et les difficultés posées par l’échantillonnage, ainsi que la nécessaire anticipation de leur devenir et des modalités de leur conservation sur le long terme. Quant à la question de la laïcité, elle n’a été qu’effleurée ; le sujet mériterait qu’une rencontre lui soit dédiée.

Pillage du patrimoine et traitement des données grises : quelle(s) attitude(s) adopter ?

16(Ali ; Cornu & Négri ; Delestre ; Hermenault et al. ; Lecroere, in : Pasquini & Vandevelde 2018 ; Cornu & Négri ; Delestre ; Lecroere ; Michel, in : Vandevelde & Pasquini [sous presse]).

17Le pillage et la destruction des sites sont des problèmes anciens et persistants.
- Comment les archéologues peuvent-ils parer à ces pratiques destructrices ?
- Quel est l’impact de la publication d’objets pillés sur le marché de l’art ?

18Deux volets ont été abordés : le pillage en France, par les détectoristes, et à l’étranger, en particulier au Proche-Orient en contexte de conflit. Nous détaillerons ici uniquement la première question et renvoyons au colloque organisé à l’Inha en novembre 2017 par l’association Routes de l’Orient : Archaeology of Conflicts/Archaeology in Conflict : Documenting destruction of Cultural Heritage in the Middle East and Central Asia – Archéologie des conflits/Archéologie en conflit : documenter la destruction au Moyen-Orient et en Asie centrale.

19Compte tenu de ses conséquences désastreuses sur le patrimoine et sur la recherche, la lutte contre le pillage des sites archéologiques en France est une priorité pour l’État. Les arguments de ceux qui rêvent d’une collaboration entre archéologues et détectoristes, sur le modèle de l’Angleterre, du Pays de Galles ou des Flandres belges, ont été un à un déconstruits. Dans ces pays, les détectoristes pratiquent leur activité en toute liberté et sont invités, sans obligation, à déclarer leurs trouvailles aux autorités compétentes ; les découvreurs d’objets exceptionnels peuvent être récompensés financièrement. Les promoteurs de ce système axent leur communication sur la participation citoyenne à la recherche. Certains chercheurs, arguant que la détection illégale est une réalité qu’on ne peut combattre, font le choix d’enregistrer et d’étudier les découvertes des utilisateurs clandestins de détecteurs de métaux pour « sauver ce qui peut l’être ». Cette pratique offre en fait une caution scientifique à la détection et une valeur marchande aux objets découverts, alimentant le cercle vicieux du pillage.

  • 3 Article du 4 août 2018 : « Pourquoi notre loisir est clairement menacé », sur Viveladetection.com (...)

20Les vidéos des deux interventions sur le pillage sont les plus visionnées : la première compte 4 500 vues, la seconde 2 700 ; elles induisent des réactions hostiles3 de la part de la communauté des détectoristes, organisée et très active sur le web.

Relations entre archéologues et populations locales

21Bousquet ; Gates St-Pierre ; Gransard-Desmond et al., in : Pasquini et Vandelvelde 2018 ; Bousquet ; Gates St-Pierre ; Gauchon ; Gonzàlez-Ruibal ; Gransard-Desmond & Houdin ; Marliac, in : Pasquini & Vandevelde [sous presse]).

22Ce chapitre avait pour ambition de débattre des relations qu’entretiennent les archéologues, d’une part, avec les citoyens français intéressés par le patrimoine local, et, d’autre part, avec les populations autochtones de pays ayant été colonisés.
- Les archéologues ont-ils le devoir éthique d’associer les populations au processus de recherche ?
- Si oui, suivant quelles modalités ?

23En ce qui concerne les populations autochtones, la réponse est « oui » sans hésitation, même si les modalités et les limites de la participation des communautés amérindiennes au processus de recherche sont extrêmement discutées. Des tensions peuvent exister et, pour les éviter, une démarche réflexive est nécessaire : le chercheur doit questionner son rapport avec les populations comme son rapport au patrimoine archéologique. Il doit réfléchir à ses pratiques mais également sa perception de l’Autre. Les communautés autochtones ne constituent pas une entité homogène unique, et il ne peut donc exister de solution unique pour travailler avec elles. Ainsi, les « recherches-action » ou les « recherches collaboratives » ne sont pas nécessairement adaptées à tous les contextes et le simple fait d’adopter ces pratiques ne rend pas forcément les recherches plus éthiques. L’archéologue se doit de maintenir et de défendre la rigueur scientifique de son travail, ce qui ne signifie pas rejeter ou nier l’existence d’un discours sur le passé issu des savoirs traditionnels. Une coexistence de discours complémentaires peut au contraire enrichir sa démarche.

  • 4 Les échanges ont montré l’expression du ressenti d’un manque de considération venant des archéolog (...)

24En France, il existe parfois des tensions entre archéologues amateurs et professionnels4. Pour faciliter leurs relations, un système de certification des archéologues bénévoles, permettant aux professionnels d’examiner plus vite les profils, et un code de déontologie archéologique avec serment pourraient être créés. Quant aux spéléologues, ils sont généralement disposés à collaborer avec les archéologues, sous réserve de réciprocité et de respect mutuel ; leur volonté de préserver les milieux souterrains doit être prise en compte par les archéologues travaillant en grotte.

Tensions entre éthique scientifique et contraintes professionnelles

25(Blein ; Gates St-Pierre ; Vandevelde-Rougale & Zorzin, in : Pasquini & Vandevelde 2018 ; Blein ; Clavier ; Gates St-Pierre ; March ; Tufféry ; Vandevelde-Rougale & Zorzin, in : Vandevelde & Pasquini [sous presse]).

26Les archéologues sont aujourd’hui soumis à de multiples tensions et pressions dans leur travail. Leur éthique scientifique peut se heurter à certaines contraintes professionnelles : pression à la publication, dérégulation et nouvelles techniques de management, coupes budgétaires, contraintes d’ordre diplomatique, mauvaises conditions de travail des techniciens de fouille, etc.
- Faut-il s’inquiéter de l’avenir de l’archéologie dans un monde où tout est évalué ?
- Faut-il s’inquiéter de glissements de vocabulaire, quand le patrimoine archéologique à protéger devient une ressource archéologique à exploiter ?
- Comment (ré)agir lorsque l’impératif de rentabilité nuit à la qualité scientifique ? Que faire quand la concurrence supplante la coopération ?
- À l’étranger, la diplomatie justifie-t-elle de fermer les yeux sur les conditions de travail parfois indignes des ouvriers ?

27Le même constat a été partagé par tous, en particulier les effets délétères de la logique néolibérale, avec notamment la perte de sens du travail de l’archéologue dans un contexte de mise en concurrence. Afin de réduire les coûts, certains archéologues du secteur privé sont désormais cantonnés à la partie technique ; ils expriment une réelle peur d’être réduits à des simples techniciens du bâtiment et, après des études longues, vivent cela comme un déclassement.

28L’adoption d’un vocabulaire issu des mondes du management et de la gestion est symptomatique d’une évolution des mentalités depuis l’ouverture à la concurrence. La dégradation des conditions de travail due à la baisse des moyens financiers va de pair avec un mal plus profond et durable : le dévoiement de l’activité archéologique et sa perte de sens. La culture publique et scientifique est toujours évoquée mais elle l’est au passé. La politique économique imposée comme un impératif bienfaisant et souhaitable représente l’avenir ; l’archéologue se trouve alors confronté à des injonctions contradictoires, sources de souffrance au travail. Dans la pratique, son idéal (collégialité, responsabilisation, échanges, service public) se heurte à l’introduction de logiques gestionnaires et financières dans l’archéologie préventive, en lien avec l’ouverture de la profession à la concurrence.

29Plusieurs pistes de réflexion et des solutions concrètes ont été proposées pour sortir de cette logique néolibérale :
- questionner les mots employés pour parler de l’activité archéologique et éviter que l’efficacité, la productivité et l’appréhension de l’archéologie comme « contrainte » entravant le développement économique ne forment un sens commun ;
- être vigilant face aux stratégies d’archaeo-washing : lorsqu’un aménageur utilise une fouille qu’il finance pour améliorer son image, le bien-fondé de certains projets d’aménagement devient difficile à contester ;
- s’appuyer sur la rhétorique de la responsabilité sociale d’entreprise (Rse) pour enrayer le processus de délavage éthique que subit la profession et réduire l’écart entre le discours de communication de l’entreprise et la réalité des pratiques ;
- mobiliser une éthique du care dans les entreprises, en remplaçant les pratiques générales qui s’imposent à tous d’une façon homogène par des pratiques spécifiques qui prennent en compte les particularités des
individus ;
- manifester son attachement à l’éthique scientifique, élément essentiel de réaffirmation de l’identité professionnelle : édicter un code de déontologie archéologique envisagé comme outil sur lequel l’archéologue pourrait s’appuyer pour résister au processus de dépossession des savoirs et pouvoirs qui sont les siens ;
- réorganiser l’archéologie préventive en mettant en avant sa contribution à la vie sociale, en particulier à l’échelle locale, pour sortir de la grille de lecture économique et gestionnaire qui menace la profession (obligation de rentabilité, souffrance au travail, perte de l’éthique scientifique, etc.) ;
- promouvoir une « science citoyenne » au financement pluriel, pour éviter la vassalisation de l’archéologie aux aménageurs et sa soumission à l’impératif de développement, en associant professionnels et amateurs. Dans cette optique, plaider pour l’émergence d’une « archéo-logie de la demande », formulée par des citoyens intéressés par un site appartenant à leur paysage culturel et à leur patrimoine local. Pour réussir un tel enracinement territorial, inspiré par les recherches collaboratives menées par exemple au Québec, le volet social des projets de fouilles devrait être rééquilibré face au volet scientifique qui prévaut aujourd’hui ;
- penser l’archéologie préventive comme un outil pour la transition écologique et sociale des territoires, basée à la fois sur un impératif de sauvegarde, sur des aménagements respectueux et sur le développement d’une identité locale fondée sur un patrimoine réel plutôt que sur un roman national emprunt d’idéologie. En pratique, cela pourrait passer : par l’intervention systématique d’archéologues et d’historiens dans des projets d’aménagement, aux côtés des architectes, paysagistes et urbanistes ; par la revitalisation, quand elle est possible, du patrimoine restauré pour éviter sa « vitrification » dans une position muséale ; et la mobilisation de la population locale autour de ces projets, par le biais des érudits locaux.

30Malheureusement, le thème des tensions entre éthique scientifique et contraintes professionnelles pour les fouilles à l’étranger n’a pu être traité, aucun chercheur n’ayant accepté d’intervenir publiquement sur le sujet.

Archéologie et construction identitaire : comment réagir à la récupération des résultats de la recherche ?

31(Demoule ; Molinié ; Vidal & Petit, in : Pasquini & Vandevelde 2018 ; Molinié ; Vidal & Petit, in : Vandevelde & Pasquini [sous presse]).

32L’archéologie fait régulièrement l’objet d’une instrumentalisation au service d’idéologies politiques et religieuses visant à la création d’identités, en général nationales, souvent fantasmées.
- L’archéologue doit-il se soucier de l’usage qui est fait de ses résultats ?
- Doit-il entrer dans le débat ?
- Comment protéger les sites, sous les pressions de groupes politiques ou religieux ?

33La réponse aux deux premières questions fut clairement positive. L’instrumentalisation des Gaulois dans le discours politique français a été évoquée, comme ont été mises en lumière les incohérences des partisans d’un Alésia situé en Franche-Comté et la complaisance avec laquelle certains grands médias nationaux publics se font régulièrement l’écho de cette thèse relevant de la théorie du complot. L’exemple des sites incas du Pérou a montré combien leur récupération identitaire par le gouvernement, et idéologique par des adeptes du mouvement New Age, était doublement problématique : elle repose sur un détournement pervers des résultats scientifiques, qui n’est pas sans incidence sur les populations locales, et participe à l’érosion des sites archéologiques, en justifiant un tourisme « mystique » mais irresponsable.

Y a-t-il une éthique propre à l’archéologie ?

34Il existe bien des problématiques éthiques propres à l’archéologie. La présidente du comité d’évaluation éthique de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a souligné le déficit de comités analogues dans d’autres secteurs de la recherche et suggéré qu’il en soit créé un en archéologie pour les thèmes propres à cette discipline. Seules les questions portant sur les restes humains peuvent d’ores et déjà être examinées par des instances compétentes existantes, comme celle qu’elle préside à l’Inserm et qui pourrait intégrer un archéologue ; cela favoriserait par ailleurs une réflexion interdisciplinaire sur ces questions pouvant être communes à plusieurs domaines de recherche. De même, il apparaît nécessaire d’intégrer systématiquement des modules d’éthique dans les formations universitaires.

35Le colloque Archéo-Éthique est un premier pas qui a permis de mettre en évidence les nombreux problèmes éthiques qui se posent dans notre discipline et de commencer à proposer des réponses. Il est primordial de continuer cette réflexion.

36Les actions de l’association Archéo-Éthique se poursuivent avec la publication du colloque et la diffusion de l’exposition Archéo-Sexisme, dédiée au problème du sexisme entre collègues dans notre discipline, en particulier sur le terrain.

Haut de page

Bibliographie

Pasquini B. 2018. « Les os de la discorde : L’émergence des sensibilités liées aux restes humains en archéologie ». In: S. Léglise, F. Mathias & J. Ripoche (dir.), L’archéologie: science plurielle. Paris, Éditions de la Sorbonne (coll. « Archéo.doct »). https://books.openedition.org/psorbonne/7117

Pasquini B. & Vandevelde S. (dir.). 2018. Colloque Archéo-Ethique, 25-26 mai 2018, INHA, Paris. Chaîne YouTube Archéo-Éthique : https://www.youtube.com/channel/UCL1Lop3YraPXipneRINPdlg

Pearson M. P., Schadla-Hall T. & Moshenska G. 2011. « Resolving the Human Remains Crisis in British Archaeology », Papers from the Institute of Archaeology, 21 : 5-9. https://pia-journal.co.uk/articles/10.5334/pia.369/ ; http://doi.org/10.5334/pia.369

Vandevelde S. & Pasquini B. (dir.). Sous presse. « Actes du colloque Archéo-Ethique : 27-28 mai 2018, Institut national de l’histoire de l’art, Paris », Revue canadienne de bioéthique/Canadian Journal of Bioethics, numéro spécial :
Blein C. « L’archéologie préventive, une source de solutions pour demain ? Réflexions sur les enjeux scientifiques et sociétaux de l’archéologie préventive face aux effets délétères du néo-libéralisme »
Bousquet M.-P. « Les recherches-action ou collaboratives sont-elles plus éthiques vis-à-vis des populations locales ? »
Charlier P. « Le délicat problème des restes humains en archéologie »
Clavandier G. « De nouvelles normes à l’égard des restes humains anciens. De la réification à la personnalisation ? »
Clavier A. «Archéologie et politique/Archéologie et décroissance »
Colleter R. & Adèle P.-A. «Les restes humains en archéologie : entre objets de science et sujets de droit »
Cornu M. & Négri V. « L’éthique en archéologie, quels enjeux normatifs ? »
Delestre X. « Le détectorisme en France. Quelle situation et quelle politique publique ? »
Gates St-Pierre C. « À qui appartient le passé ? Perspectives nord-américaines sur l’appropriation du patrimoine archéologique »
Gauchon C. « Archéologie et éthique : le témoignage d’un spéléologue »
Gonzàlez-Ruibal A. « Ethical issues in indigenous archaeology : problems with difference and collaboration »
Gransard-Desmond J.-O. & Houdin J.-P. « Professionnels, bénévoles, amateurs et citoyens : des acteurs de la recherche pour quels apports ? »
Lecroere T. « L’étude des données “grises” issues de la détection illégale de métaux : sauvegarde du patrimoine ou cercle vicieux du pillage ? »
March R. J. « Les alternatives locales face à la mondialisation, réflexions évaluant la possibilité d’une archéologie durable »
Marliac A. « De l’éthique en archéologie : quelques réflexions après mes années de pratique au Diamaré (Cameroun septentrional) »
Mathieu A. « Les restes humains et l’archéologie : état des lieux juridique. Actualité du sujet dans le droit de l’archéologie »
Michel C. « Réflexions éthiques appliquées à l’étude du Proche-Orient antique »
Molinié A. « L’instrumentalisation des sites archéologiques incas. Questions d’éthique »
Richier A. « L’archéologie de la mort face aux temps récents : pratiques et questionnement éthiques à partir d’une étude de cas »
Schreiber S., Neumann S. & Egbers V. « “I like to keep my archaeology dead”—alienation and othering of the past as an ethical problem »
Tufféry C. «L’éthique du care en archéologie préventive : un retour d’expérience et quelques pistes de réflexion »
Vandevelde-Rougale A. & Zorzin N. « De la “professionnalisation” à la “vassalisation”. L’archéologue, entre “éthique professionnelle” et “responsabilité sociale d’entreprise” »
Vidal J. & Petit C. « Alésia : l’instrumentalisation actuelle d’une prétendue controverse, entre mythe national et théorie du complot »

Sur la chaîne YouTube Archéo-Éthique (Pasquini & Vandevelde 2018):
Ali C. « Patrimoine syrien : destruction et pillages des sites archéologiques (2011-2017) », https://www.youtube.com/watch?v=X5o-tAxpZKU.
Blein C. « Les enjeux scientifiques et sociétaux de l’archéologie préventive », https://www.youtube.com/watch?v=pjIVND4HAIA.
Bousquet M.-P. « Les recherches-action ou collaboratives sont-elles plus éthiques ? », https://www.youtube.com/watch?v=K0up0MIQsx4.
Charlier P. « Le délicat problème des restes humains en archéologie », https://www.youtube.com/watch?v=H8tPNl5HsTY&t=9s.
Colleter R. & Adèle P.-A. « Les restes humains en archéologie, entre objets de science et sujets de droit », https://www.youtube.com/watch?v=SO59iUF0330&t=1s.
Cornu M. & Négri V. « L’éthique en archéologie : une perspective juridique », https://www.youtube.com/watch?v=hseBT-qd2DU.
Delestre X. « Le détectorisme en France : quelle situation et quelle politique publique ? », https://www.youtube.com/watch?v=9cikNYEM-oI&t=1s.
Demoule J.-P. « L’instrumentalisation des Gaulois dans le discours politique français », https://www.youtube.com/watch?v=pbUqrFwsRYU.
Egbers V., Neumann S. & Schreiber S. « “I like to keep my archaeology dead”—alienation and othering of the past as an ethical problem », https://www.youtube.com/watch?v=oJ59Z-FLL3w.
Gates St-Pierre C. « À qui appartient le passé ? Perspectives nord-américaines », https://www.youtube.com/watch?v=4Ve3goaYsqc.
Gonzàlez-Ruibal A. « Towards an Archaeological Ethics », https://www.youtube.com/watch?v=nIc_KEibazg.
Gransard-Desmond J.-O., Houdin J.-P. & Gauchon C. « Professionnels, bénévoles, amateurs et citoyens en archéologie », https://www.youtube.com/watch?v=D9-L-A7IobM.
Hermenault L., Dosquet C., Gates St-Pierre C., Michel C. & Van Praet M. « Table ronde », https://www.youtube.com/watch?v=_P_cjfyHU9s.
Lecroere T. « L’étude des données grises issues de la détection illégale de métaux », https://www.youtube.com/watch?v=3b6XHpEtg5U&t=1s.
Mathieu A. « Les restes humains et l’archéologie : état des lieux juridique », https://www.youtube.com/watch?v=00AMXsZWfGY&t=1s.
Molinié A. « L’intrumentalisation des sites archéologiques incas. Questions d’éthique », https://www.youtube.com/watch?v=fIF88nq3bxY.
Pasquini B. & Vandevelde S. « L’émergence de l’éthique en archéologie », https://www.youtube.com/watch?v=qOJ5n_Iz08w.
Vandevelde-Rougale A. & Zorzin N. « De la “professionnalisation” à la “vassalisation”. L’archéologue, entre “éthique professionnelle” et “responsabilité sociale d’entreprise” », https://www.youtube.com/watch?v=EeeIHVCAG54.
Vidal J. & Petit C. « Alésia : l’intrumentalisation d’une prétendue controverse, entre mythe national et théorie du complot », https://www.youtube.com/watch?v=0hRSzi-DhXc&t=1227s.

Haut de page

Notes

1 Voir le programme sur https://archeoethique.wixsite.com/colloque. Toutes les communications, filmées et traduites simultanément, sont visibles en français et en anglais sur la chaine YouTube Archéo-Éthique à l’adresse : https://www.youtube.com/channel/UCL1Lop3YraPXipneRINPdlg. Elles seront bientôt publiées en accès libre avec quelques articles supplémentaires dans un numéro spécial de la Revue canadienne de bioéthique/Canadian Journal of Bioethics, sous presse (voir en fin d’article).

2 Le Code de déontologie de l’Icom – acronyme anglais du Conseil international des musées – a été adopté à l’unanimité par sa 15e assemblée générale, réunie à Buenos Aires (Argentine) le 4 novembre 1986, modifié par la 20e assemblée générale à Barcelone (Espagne) le 6 juillet 2001 sous le titre Code de déontologie de l’Icom pour les musées et révisé par la 21e assemblée générale à Séoul (République de Corée) le 8 octobre 2004. Cet outil de référence que s’engage à respecter chaque membre adhérent de l’Icom fixe les normes minimales de pratiques et de performances professionnelles pour les musées et leur personnel. https://www.icom-musees.fr/sites/default/files/2018-08/Code_Déontologie.pdf

3 Article du 4 août 2018 : « Pourquoi notre loisir est clairement menacé », sur Viveladetection.com « Le blog du syndicat professionnel Détexperts ».

4 Les échanges ont montré l’expression du ressenti d’un manque de considération venant des archéologues du Cnrs et des universités vis-à-vis des amateurs et des archéologues du secteur préventif et des collectivités territoriales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béline Pasquini et Ségolène Vandevelde, « Archéo-Éthique », Les nouvelles de l'archéologie, 155 | 2019, 52-57.

Référence électronique

Béline Pasquini et Ségolène Vandevelde, « Archéo-Éthique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 155 | 2019, mis en ligne le 06 septembre 2019, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/5993 ; DOI : 10.4000/nda.5993

Haut de page

Auteurs

Béline Pasquini

Doctorante, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Umr 7041 ArScAn – « Archéologies environnementales ».

Articles du même auteur

Ségolène Vandevelde

Doctorante, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Umr 7041 ArScAn – « Archéologies environnementales ».

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals