Navigation – Plan du site

François-Xavier Fauvelle (dir.), L’Afrique ancienne de l’Acacus au Zimbabwe: 20000 ans avant notre ère-xviie siècle

Paris, Belin (coll. « Mondes anciens »), 2018, 680 p. ISBN : 978-2-7011-9836-1
Geoffroy de Saulieu
p. 61-62

Texte intégral

« Tout ce que l’on ne voit pas qui est immense ! »
Joseph Rouletabille, alias Denis Podalydès, in : Le Mystère de la chambre jaune, un film de Bruno Podalydès sorti en 2003, d’après le roman policier éponyme de Gaston Leroux, paru en 1907.

1Il faut saluer cet ouvrage remarquable et très complet, incontestablement le meilleur actuellement disponible, toutes langues confondues, sur l’histoire de l’Afrique. Il y a trois raisons à cela. La première réside dans le fait que, pour une fois, l’histoire de ce continent ne se limite pas aux sociétés connues par les textes – ce qui n’était pas le cas du remarquable ouvrage du même auteur, Le rhinocéros d’or (Fauvelle 2013). La deuxième est l’excellente tenue générale des articles. Bien sûr, tous n’ont ni la même portée ni la même qualité et quelques chapitres sont décevants. Par exemple, l’absence de contributions du Français Jean-Loïc Le Quellec, directeur de recherches émérite au Cnrs, rattaché à l’Umr 8171 Imaf « Institut des mondes africains », ou des Allemands Peter Breunig, titulaire de la chaire d’archéologie africaine de l’université de Francfort, et Hans-Peter Wotzka, professeur d’archéologie africaine à l’Institut de préhistoire et protohistoire africaines de Cologne, est regrettable. Leur présence aurait donné un accent plus archéologique, pour ainsi dire, à l’évocation des aires culturelles et de périodes encore très mal connues. Enfin, la troisième raison tient à la splendeur des illustrations en couleur.

2L’Afrique ancienne de l’Acacus au Zimbabwe comprend vingt-trois chapitres répartis en trois grandes parties (« Les continents de l’histoire Africaine », « La fabrique de la diversité culturelle », « Atelier de l’historien »), chacune ouverte par une introduction. La première partie, « Les continents de l’histoire africaine », qui est la plus intéressante, est proprement historique. Chronologiquement, elle va de l’origine de la civilisation de l’Égypte pharaonique à l’ouverture de la traite atlantique, au xviie siècle. Dans l’espace, elle s’intéresse à la Nubie, à l’Éthiopie, au monde swahili, aux royaumes islamisés d’Afrique subsaharienne, au creuset des civilisations forestières que représente le golfe de Guinée, etc. La dimension historique de l’ensemble n’empêche pas de passionnantes réflexions sur la nature profonde de l’écrit dans ce continent ancré dans l’histoire du monde, ou sur les mécanismes ayant mené à l’ouverture de la traite esclavagiste transatlantique.

3La deuxième partie, « La fabrique de la diversité culturelle », privilégie les entrées thématiques. Elle s’intéresse en effet à l’infinie diversité de l’Afrique, patchwork de langues, de sociétés, de milieux, de paysages, proposant notamment des chapitres synthétiques sur le pastoralisme, la métallurgie, les chasseurs-cueilleurs… En mettant l’accent sur le temps long des processus, l’ensemble tente de rééquilibrer le propos en faveur des sociétés orales, un peu oblitérées par la sur-représentation des sociétés avec écriture dans la première partie consacrée aux synthèses historiques.

4La dernière partie, intitulée « Atelier de l’historien », interroge et complète les démarches diachroniques propres aux historiens et aux archéologues. Ces présentations critiques et souvent réflexives sur les méthodes de l’étude du passé – sources écrites versus sources orales, matérialités, histoire de l’art, etc. – s’achèvent par une conclusion en forme de questionnement sur la nature même de la reconstitution historique.

5Le point de vue des auteurs dirigés par l’historien François-Xavier Fauvelle, récemment élu au Collège de France, est bien de montrer que les civilisations africaines ont toujours été parties prenantes, certes à divers degrés, des premiers systèmes-mondes qui se sont succédé depuis l’Antiquité. Si l’Afrique est le berceau de l’humanité, ce continent est loin d’être immobile ou, pire encore, oublieux de son passé. Les récentes recherches en Afrique subtropicale, au Mali (Takezawa & Cissé 2018) ou au Nigeria (cf. les deux contributions de Gérard Chouin dans L’Afrique ancienne), témoignent de sociétés très bien insérées dans des routes commerciales internationales, souvent urbanisées, et dont l’économie ne reposait pas sur la simple exportation de matières premières comme l’or, l’ivoire ou les esclaves. La fabrication de perles médiévales en verre en pleine forêt tropicale nigériane l’illustre parfaitement (Babalola et al. 2017), et ouvre de nouvelles perspectives. Ces sociétés, dont les itinéraires historiques et culturels s’inscrivent dans la longue durée et dans un creuset propre, étaient engagées dans des rapports de forces locaux et des pratiques locales, comme l’esclavage et la traite transaharienne, qui ont muté radicalement à partir de la mondialisation de l’époque moderne, en basculant dans le système de la traite transatlantique au profit de l’Occident.

6L’Afrique ancienne invite ainsi à réviser en profondeur, et concrètement, l’écriture de son histoire. Un certain nombre de chercheurs s’y emploient, comme le montre le dossier thématique sur la peste noire en Afrique subsaharienne récemment paru dans la revue Afriques (Coll. 2018). À le lire, on comprend à quel point il faut reprendre nos cadres chrono-culturels et nos critères d’analyse : si l’Afrique est insérée dans un système-monde depuis une très haute Antiquité, on ne peut éviter de se poser la question de l’incidence, sur ce continent, des grandes pandémies mondiales qui ont balayé l’Eurasie. Il est très difficile d’écrire sur ce que l’on ne voit pas en archéologie tropicale, où les biais de conservation sont sans doute plus importants qu’ailleurs. Mais, si l’hypothèse de la peste noire, pour prendre un exemple médiéval, est très difficilement démontrable en Afrique intertropicale, on peut certainement l’approcher de manière indirecte en examinant dans la diachronie les disparitions de centres urbains, les modifications des structures de l’habitat, les changements brutaux dans les pratiques alimentaires, l’histoire des paysages, qui n’est pas seulement le fruit des variations climatiques, comme les recrus forestiers, etc.

7Finalement, l’archéologue africaniste est comme le jeune Joseph Rouletabille du film de Bruno Podalydès : observant le plancher de la chambre jaune d’un air dubitatif, il lui vient cette réflexion : « tout ce que l’on ne voit pas qui est immense ! ».

Haut de page

Bibliographie

Fauvelle F.-X. 2013. Le rhinocéros d’or. Paris, Alma éditeur.

Takezawa S. & Cissé M. (dir.). 2018. Sur les traces des grands Empires: recherches archéologiques au Mali. Paris, L’Harmattan.

Coll. 2018. « Sillage de la peste noire en Afrique subsaharienne : une exploration critique du silence », Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, 9 (dir. G. Chouin). https://journals.openedition.org/afriques/2084

Babalola A., Keech Mcintosh S., Dussubieux L. & Rehren T. 2017. « Ile-Ife and Igbo Olokun in the history of glass in West Africa », Antiquity, 91 : 732-750.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffroy de Saulieu, « François-Xavier Fauvelle (dir.), L’Afrique ancienne de l’Acacus au Zimbabwe: 20000 ans avant notre ère-xviie siècle », Les nouvelles de l'archéologie, 155 | 2019, 61-62.

Référence électronique

Geoffroy de Saulieu, « François-Xavier Fauvelle (dir.), L’Afrique ancienne de l’Acacus au Zimbabwe: 20000 ans avant notre ère-xviie siècle », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 155 | 2019, mis en ligne le 06 septembre 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/6081 ; DOI : 10.4000/nda.6081

Haut de page

Auteur

Geoffroy de Saulieu

Archéologue à l’Institut de recherche pour le développement (Ird), Umr 208 Ird/Mnhn, « Patrimoines locaux et globalisation » (Paloc), www.paloc.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals