Navigation – Plan du site

Jane MacLaren Walsh et Brett Toping, The man who invented Aztec Crystal Skulls. The adventures of Eugène Boban

New York-Oxford, Berghahn, 2019. ISBN 978-1-78920-095-9
Éric Taladoire
p. 62-63

Texte intégral

1La plupart d’entre nous ont probablement vu le film de Steven Spielberg, Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal (2008), le quatrième de la série, pas le meilleur, d’ailleurs. L’histoire tourne autour de la fable récente des crânes de cristal, soi-disant aztèques, qui infestent les collections de divers musées – celui du quai Branly, mais aussi le British Museum et tant d’autres –, et qui ont fasciné des artistes aussi divers que Paul Claudel (1868-1955) ou André Malraux (1901-1976) (Delorme 2016). Il a pourtant été amplement démontré à diverses reprises qu’il s’agit de falsifications du xixe siècle (Walsh 2008), sans même parler des fabrications récentes des disciples de Frederick Mitchell-Hedges (1882-1959), connu pour s’être prétendu l’inventeur du « Crâne de la Destruction » maya, découvert au Belize, vieux d’au moins 3 600 ans et concentrant en lui l’essence même du mal (Mitchell-Hedges 1957).

2Dans leur biographie d’Eugène Boban (1834-1908), antiquaire et inventeur, au sens propre, des crânes aztèques, Jane Walsh et Brett Toping ne s’attardent guère sur ce point, sauf dans leur dernier chapitre. Qu’ils soient grands ou petits, les crânes en question ne peuvent en aucun cas être attribués au monde préhispanique. Tout au plus peut-on considérer les plus anciens, apparus vers 1860, comme d’éventuelles reliques du culte catholique. Les autrices rejoi-gnent ainsi l’hypothèse émise par Pascal Mongne (2010). Leur ouvrage brosse, en revanche, un passionnant portrait de l’homme, de son milieu et du contexte scientifique de l’époque, bien au delà de l’américanisme. Dans un style d’une lecture aisée, même pour qui manie peu la langue anglaise, elles parviennent avec concision et précision à apporter au lecteur toutes les indications nécessaires pour que, sauf curiosité de sa part, il n’ait pas à effectuer des recherches complémentaires pour vérifier un détail ou un mot dont il ne serait pas familier, comme l’appellation des objets préhispaniques. Bien plus, les deux autrices peignent une vaste fresque des multiples aspects de cette deuxième moitié du xixe siècle, tous épisodes auxquels Boban a été mêlé, passant avec aisance de la ruée vers l’or de Californie (1848-1856) à la transformation du Paris haussmannien (1852-1867), de l’intervention française au Mexique (1862-1867) à la Commune (1871) ou aux prémisses de la recherche scientifique aux États-Unis, que concrétise la création des nouveaux musées, comme la Smithsonian Institution of Washington en 1846. Leur récit captivant situe le personnage de Boban dans son contexte historique et social et met en lumière la complexité de sa personnalité, les relations qu’il a entretenues avec presque tous les archéologues de son temps, bien qu’il ait une tendance manifeste à exagérer ses liens avec eux, et l’importance de son rôle dans les débuts de l’américanisme.

3Marchand d’art, aventurier, un peu faussaire et manipulateur, Boban jouit encore de nos jours d’une réputation sulfureuse, notamment en raison des fameux crânes. C’est oublier un peu vite qu’il a su s’élever au-dessus d’un milieu petit bourgeois peu cultivé, puisque son père était fabricant d’objets de luxe en cuir, ses sœurs couturières et commerçantes. Il a su « se construire une réputation de spécialiste incontestable dans le domaine de l’ethnographie préhistorique et “exotique” auprès des savants et des conservateurs de musées » (Riviale 2001). Il s’est rapidement haussé au rang de savant reconnu, expert en art précolombien et en préhistoire, généreux mécène auquel on doit en partie le fond de manuscrits précolombiens de la Bibliothèque nationale de France, le second au monde après le Mexique (voir https://amoxcalli.hypotheses.org/​).

4Tombé amoureux du Mexique, Boban a commencé sa carrière d’antiquaire en réunissant des milliers d’objets préhispaniques, par des moyens souvent discutables, il est vrai. Ses collections proviennent parfois de ses propres fouilles ou de sa participation à des excavations de la Commission scientifique du Mexique, mais aussi d’achats, voire de ce que l’on pourrait qualifier de recel de vols, s’agissant de pièces provenant du jeune musée national du Mexique. Encore fallait-il qu’il existe un vendeur, parfois lié au musée. Ce faisant, il ne se différenciait guère d’autres collectionneurs de son époque, en France en particulier. À son retour en France, vers 1867, il ouvrit sa première boutique rue du Sommerard, en plein Quartier latin. D’autres suivirent, toujours à proximité de la Sorbonne. Il y recevait le gratin des savants français et européens – Lucien de Rosny (1810-1871), Armand de Quatrefages (1810-1892), Adrien Prévost de Longpérier (1816-1882), Augustus Pitt Rivers (1827-1900), Gabriel (1821-1898) et Adrien (1853-1931) de Mortillet, Ernest Hamy (1842-1908), Alphonse Pinard (1852-1911), Luigi Pigorini (1842-1925) ou Joseph Capitan (1854-1929). Tous venaient en quête d’objets exotiques, de crânes et de matériel anthropologique, n’hésitant pas à échanger le produit de leurs propres fouilles contre des pièces qui attisaient leur curiosité.

5Les catalogues de Boban font état d’objets provenant de sites préhistoriques de la Dordogne, d’Indre-et-Loire (Le Grand-Pressigny) ou d’autres où il n’était jamais allé. On peut se demander quelle collection préhistorique française Adrien de Mortillet lui a cédée en contrepartie des objets préhispaniques aujourd’hui conservés au musée d’Archéologie nationale (Man), à Saint-Germain-en-Laye (Boban 1878, 1891a et b ; Exposition internationale 1878 et 1889). On en retire une vision, bien différente des pratiques archéologiques actuelles, d’un temps où le collectionnisme l’emportait sur la rigueur scientifique et où le fouilleur confondait allégrement patrimoine national et propriété personnelle. La réputation sulfureuse de Boban pâlit : ses pratiques ne différaient guère de celles de ses contemporains.

6Peu à peu, Boban a enrichi ses collections précolombiennes d’un bric à brac où voisinaient des pièces égyptiennes avec des collections africaines ou océaniennes, des outils préhistoriques français avec des momies. Cet éclectisme lui a ouvert les portes des musées américains en particulier, mais aussi du musée national d’archéologie de Lisbonne, au Portugal, ou du musée d’archéologie Severeanu de Bucarest, en Roumanie, tous désireux d’acquérir un échantillon représentatif des connaissances archéologiques de l’époque.

7La description très détaillée et très documentée de ces pratiques d’échanges et de commerce d’objets archéologiques ouvre de multiples pistes de recherche sur le comportement des chercheurs et le devenir des collections. Bien loin de ne concerner que le seul américanisme, l’ouvrage de Jane Walsh et Brett Topping brosse un panorama inédit des milieux et des pratiques de la recherche archéologique naissante. Il dépasse, et de loin, l’aspect biographique du héros, qui leur sert de fil conducteur pour atteindre le niveau d’une véritable étude sociologique de la communauté fondatrice de notre discipline.

Haut de page

Bibliographie

Boban E. 1878. Comptoir d’archéologie préhistorique. Eugène Boban, antiquaire... Catalogue des collections. Paris, impr. De J. Tremblay.

Boban E. 1891a. Documents pour servir à l’histoire du Mexique: catalogue raisonné de la collection de E.-Eugène Goupil (ancienne collection J.-M.-A. Aubin). Paris, E. Leroux, 3 vol. (XV-428 p., 601 p., 80 p. de pl.).

Boban E. 1891b. Table analytique générale des matières contenues dans les deux volumes des «Documents pour servir à l’histoire du Mexique». Catalogue raisonné de la collection E.-Eugène Goupil. Paris, E. Leroux, 61 p.

Delorme P. 2016. « Théories folles de l’Histoire : le mystère des crânes de cristal », L’Express, 21 août. www.lexpress.fr/culture/theories-folles-de-l-histoire-le-mystere-des-cranes-de-cristal_

Exposition internationale, Paris. 1878. Exposition universelle internationale de 1878 à Paris: catalogue spécial de l’exposition des sciences anthropologiques. Paris, Imprimerie nationale, 95 p.

Exposition internationale, Paris. 1889. Exposition universelle internationale de 1889 à Paris: catalogue général officiel: exposition rétrospective du travail et des sciences anthropologiques. Lille, L. Danel, 5 vols.

Mitchell-Hedges F.-A. 1957. Des ruines mayas aux repaires de la flibuste. Paris, Éditions France-Empire, 320 p.

Mongne P. 2010. « Du Golgotha au tzompantli : les crânes “aztèques” en cristal de roche », Gradhiva. Revue d’anthropologie et d’histoire des arts, 11 : 181-188.

Riviale P. 2001. « Eugène Boban ou les aventures d’un antiquaire au pays des américanistes », Journal de la société des américanistes, 87 : 351-362. https://journals.openedition.org/jsa/1855. DOI : 10.4000/jsa.1855.

Walsh MacLaren J. 2008. « Legend of the crystal skulls », Archaeology, 61-3 : 36-41.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Taladoire, « Jane MacLaren Walsh et Brett Toping, The man who invented Aztec Crystal Skulls. The adventures of Eugène Boban », Les nouvelles de l'archéologie, 155 | 2019, 62-63.

Référence électronique

Éric Taladoire, « Jane MacLaren Walsh et Brett Toping, The man who invented Aztec Crystal Skulls. The adventures of Eugène Boban », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 155 | 2019, mis en ligne le 06 septembre 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/6085 ; DOI : 10.4000/nda.6085

Haut de page

Auteur

Éric Taladoire

Professeur émérite d’archéologie précolombienne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals