Navigation – Plan du site

L’estran : un espace fantasmé

Cyrille Billard, Marie-Yvane Daire, Catherine Dupont, Olivia Hulot et Gregor Marchand
p. 5-6

Résumés

L'estran a été longtemps regardé par les archéologues comme un espace limité à une activité de prospection. Pourtant, les estrans de la façade Atlantique-Manche-Mer du Nord portent encore la trace de multiples aménagements ou sites liés à la pêche embarquée et à l’exploitation à pied de ressources en interaction étroite avec la bande côtière. Cette continuité territoriale est toutefois loin d’être acquise sur le plan épistémologique, bien qu'un mouvement d'ampleur tend à revaloriser les pratiques de collecte et de prédation dans leur complexité technique et sociale.
Aujourd’hui, l’archéobiologie des ressources marines montre tout l’intérêt d’approches géochimiques ou plus généralement transversales, depuis les lieux de pêche, les lieux de transformation aux lieux de consommation, parfois fort éloignés du littoral. De plus, la pratique de l’archéologie sur l’estran offre des spécificités propres à ce qu’une discussion méthodologique lui soit consacrée :
- des conditions d’intervention particulières, voire extrêmes,
- un caractère d’urgence liée aux processus d’érosion littorale,
- des gisements qui produisent une documentation originale, proche de celle des « milieux humides »,
- la possibilité de mettre en œuvre des méthodes de terrain originales.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

littoral, estran, archéologie, méthodes, collecte, pêche
Haut de page

Texte intégral

1L’estran correspond à un espace physique, soumis au balancement des marées, à forte productivité biologique et jouant un rôle essentiel dans les écosystèmes littoraux et plus généralement marins. Sa perception a toutefois considérablement évolué en fonction de sa place dans les sociétés. À maints égards, l’estran peut être considéré comme une construction mentale, fruit d’une très longue histoire. Jusqu’au Moyen Âge, cet espace régulièrement recouvert par les marées est vécu comme le prolongement de la bande terrestre : on y fait valoir des droits sur des espaces délimités, voire parcellisés. Outre la simple collecte (poissons, algues, sel, sable, galets, amendements marins, coquillages et crustacés), l’estran porte encore la trace de multiples aménagements liés à l’exploitation à pied des ressources dont le stock paraissait illimité : ornières de charrues, pêcheries, viviers, fours, carrières, salines, marais salants. Plusieurs ruptures ont marqué cet espace : avènement de l’économie agricole au Néolithique, puis de l’économie de marché et des échanges de ressources à longue distance durant l’Antiquité ; enfin, à partir de la seconde partie du Moyen Âge, développement de la pêche embarquée, constituant le début d’une mondialisation assortie d’une recherche effrénée de nouvelles ressources halieutiques liée à la surpêche des poissons d’eau douce.

2L’évolution du contexte socio-politique des périodes moderne et contemporaine a eu des conséquences indiscutables en matière de perception de l’estran, désormais davantage placé au cœur des enjeux de pouvoir en tant que frontière. L’ensemble des activités littorales passe sous le contrôle de la législation et des agents de l’État au sein des amirautés. Les milices garde-côtes assurent ainsi la défense des rivages et le recrutement pour la marine de guerre. Le trait de côte est alors perçu comme une barrière entre deux mondes, une limite entre les domaines terrestre et maritime, ce qu’il n’a pourtant jamais été dans le vécu des populations riveraines.

Quand l’estran devient plage…

3La révolution balnéaire contribue encore à faire évoluer notre perception. De lieu de labeur, de collecte et de pêche, l’estran devient espace de loisirs et sa valeur environnementale supplante toutes les autres, à l’instar des espaces montagnards. Dans le contexte actuel de changement climatique, les problèmes liés à l’érosion des côtes ou à la surexploitation des ressources marines n’ont fait qu’amplifier cette évolution.

L’estran : un paysage culturel

4De fait, l’image contemporaine de l’estran nuit profondément à sa perception comme paysage culturel, soit le produit de systèmes sociaux et économiques tournés vers l’exploitation et l’aménagement des espaces intertidaux. Toutefois, ces systèmes ne se conçoivent qu’en continuité avec les formes d’exploitation de la bande côtière. La majeure partie des sociétés traditionnelles du littoral ne sont pas dédiées à l’exploitation de la mer : elles constituent un monde à l’identité hybride, pour lequel l’estran est une portion de mer au service de la terre.

Un besoin de mer pour la terre : changer de paradigme

5L’archéologie de l’estran éclaire aussi bien les modes de vie des populations terrestres que l’exploitation des océans. Cette continuité territoriale est d’autant plus évidente au regard de l’instabilité du trait de côte sur le temps court comme sur le temps long.

6Elle est loin d’être acquise sur le plan épistémologique, car seuls les modes de vie basés sur l’agriculture et l’élevage ont longtemps été associés à la complexité sociale. Un mouvement de pensée tend aujourd’hui à revaloriser les pratiques de collecte et de prédation dans leur complexité technique et sociale. D’autres suggèrent même que la consommation des ressources marines a pu avoir un effet sur le développement des capacités cognitives des homininés.

7Aujourd’hui, l’archéozoologie des ressources marines montre tout l’intérêt d’approches transversales, depuis les lieux de pêche ou les lieux de transformation et de consommation, parfois fort éloignés du littoral. L’analyse des modifications géochimiques enregistrées sur les ossements humains et animaux est venue plus récemment enrichir ces démarches.

8Sur le plan de son fonctionnement, l’archéologie de l’estran a longtemps dû composer avec le découpage des zones de compétence, qui est le reflet de l’héritage administratif et conceptuel. Divisé artificiellement entre une archéologie maritime, où le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm) est compétent, et une archéologie terrestre (celle des Sra), l’estran, et plus généralement l’espace littoral, ont longtemps constitué un entre-deux moins investi face au développement d’autres enjeux et souvent regardé comme des zones vouées à une activité de prospection ou de ramassage.

9Depuis plusieurs années, la situation a évolué favorablement au travers de véritables programmes de recherche impliquant l’ensemble des acteurs. Le contexte général est à un renouvellement des débats dans le cadre d’échanges entre chercheurs et gestionnaires, notamment au sein des commissions territoriales de la recherche archéologique (Ctra), tandis qu’une nouvelle législation intègre mieux le domaine public maritime (Dpm) dans le dispositif général de l’archéologie préventive. Les lois de finances rectificatives 2017-1775 du 28 décembre 2017 et 2018-1317 du 28 décembre 2018 ainsi que le décret 2018-537 du 28 juin 2018 ont en effet précisé les modalités de calcul de la redevance sur le Dpm et l’inscription dans la loi de la notion d’«  évaluation archéologique ».

10L’ensemble des acteurs s’entendent aujourd’hui sur la spécificité de ce territoire changeant et la nécessité de prendre en compte sa dimension transversale.

Une archéologie entre terre et mer

11La pratique de l’archéologie sur l’estran mérite-t-elle d’être regardée pour autant comme un champ à part entière de cette discipline ? Probablement pas. Elle offre toutefois des spécificités propres à ce qu’une discussion méthodologique lui soit consacrée :

  • des conditions d’intervention particulières, voire extrêmes (aussi bien sur le plan technique que sur le plan administratif),
  • un caractère d’urgence lié aux processus d’érosion littorale (sans toutefois les moyens financiers de l’archéologie préventive ou un budget dédié à ces interventions de «  sauvetage »),
  • des gisements qui produisent une documentation originale et riche, proche de celle des «  milieux humides » en eau douce,
  • la possibilité de mettre en œuvre des méthodes originales et les outils de l’analyse spatiale sur de vastes surfaces.

12Dans cet état d’esprit, ce volume tente de balayer, sous la forme de contributions volontairement brèves, les problématiques variées et les questions actuelles posées par la gestion et les méthodes d’intervention sur les estrans de la façade Atlantique-Manche-mer du Nord, caractérisés par un important marnage où le jeu des marées assure quotidiennement un renouvellement des ressources biologiques dans un paysage à la géographie changeante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Billard, Marie-Yvane Daire, Catherine Dupont, Olivia Hulot et Gregor Marchand, « L’estran : un espace fantasmé », Les nouvelles de l'archéologie, 156 | 2019, 5-6.

Référence électronique

Cyrille Billard, Marie-Yvane Daire, Catherine Dupont, Olivia Hulot et Gregor Marchand, « L’estran : un espace fantasmé », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6131

Haut de page

Auteurs

Cyrille Billard

DRAC Normandie, UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, Rennes.

Articles du même auteur

Marie-Yvane Daire

UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, université de Rennes.

Articles du même auteur

Catherine Dupont

UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, université de Rennes.

Articles du même auteur

Olivia Hulot

Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), ministère de la Culture.

Articles du même auteur

Gregor Marchand

UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, université de Rennes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals