Skip to navigation – Site map

L’océan : soupe nourricière ou autoroute de l’information ?

Gregor Marchand
p. 7-11

Abstracts

The archaeology of coastal societies raises fundamental research issues to unlock some of the questions posed to prehistoric and protohistoric archaeology. Thus, the use of coastlines in the Paleolithic period would be a source of cognitive and behavioural developments for our species. The ocean as a vector of demic diffusion is also mentioned. Moreover, do seaside lifestyles allow for particular social organization? In France, Spain or Portugal, traces of storage, specialized predation economies or social hierarchies are slow to be discovered. The robustness of the land-sea predation system is probably at stake in the resistance to neolithisation observed during the 6th millennium in maritime enclaves from Portugal to Denmark: more than an alleged "social complexity", it is this research theme that must attract the attention of researchers working around foreshores. The use of foreshores on the Channel and Atlantic coasts reached a peak of visibility in the Mesolithic period, but it is necessary to extend the analyses to the first agro-pastoral societies to better understand the intertwining of predation and production rates. These complex study objects require particular modes of intervention, which combine scientific disciplines to reconstruct the land-sea continuum.

Top of page

Full text

1L’archéologie des sociétés littorales a longtemps relevé d’un folklore romantique. Il y a pourtant en ces zones des problématiques de recherche originales, voire fondamentales pour débloquer certaines questions posées à l’archéologie préhistorique et protohistorique ces dernières années. Une préhistoire maritime se développe ainsi en bien des points de la planète, qui évalue différemment le rôle de ces sociétés dans l’aventure humaine, que ce soit dans une perspective historique ou évolutive (verticale), ou avec un regard anthropologique, fonctionnel ou systémique (horizontal).

Une humanité bercée par les vagues ?

2La consommation de produits marins aurait-elle eu une incidence sur le développement même des capacités cognitives des homininés ? Telle est la question que posent des découvertes faites dans la grotte 13B de Pinnacle Point (Marean 2010, 2014), en Afrique du Sud. Dans cette cavité qui surplombe l’océan, des lits de coquilles jonchent un niveau préhistorique daté de 160 000 ans. C’est à partir de 110 000 ans cependant que l’usage des ressources de l’estran devint régulier, autorisant à parler de réelle adaptation côtière. La consommation de produits marins, si riches en oméga-3, serait-elle à mettre en lien avec le développement des facultés cognitives d’Homo sapîens sapiens (Broadhurst et al. 2002 ; Cunnane et al. 2007) ? Laissons les biologistes nous en parler. Notons que les traces parmi les plus anciennes d’expressions symboliques (blocs peints au crayon d’ocre, parures) proviennent de la grotte côtière de Blombos, en Afrique du Sud, où elles ont été abandonnées vers 75 000 ans au milieu de nombreux vestiges de nourriture marine (Henshilwood & d’Errico 2011). Mais doit-on forcément corréler ces témoignages cognitifs précoces et une alimentation marine ?

3Toujours dans le registre des comportements dits modernes, des chercheurs émettent l’hypothèse que la pêche et la collecte de mollusques aurait incité les hommes et femmes du Paléolithique moyen à développer davantage de coopération, mais aussi des stratégies territoriales pour s’assurer de la protection de ces ressources protéiques abondantes. Le littoral engendrerait une forme d’hyper-sociabilité profitable aux développements cognitifs d’Homo sapîens sapiens (Marean 2014). Ces suggestions ont au moins le mérite de réintégrer les espaces littoraux dans la réflexion des archéologues, sans pour autant convaincre.

4La familiarité des homininés avec les franges océanes ne semble toutefois que timidement acquise. Sur la côte atlantique du Maroc, les stratigraphies de diverses cavités littorales montrent une faible appétence des populations du Middle Stone Age pour les produits marins : les mollusques (gastéropodes plutôt que bivalves) semblent avoir été consommés à titre de nourriture expédiente autour de 100 000 (Marine Isotope Stage 5), lors de cycles de mobilité principalement continentaux (Campmas et al. 2016). Un tel tropisme maritime est en revanche rarement crédité aux Néandertaliens en Europe (Stringer 2014 ; Marean 2014).

5L’usage des littoraux au Paléolithique supérieur est encore plus délicat à cerner. Les traces objectives d’économies de pêche sont immergées sous des dizaines de mètres d’eau salée. Il faut s’en remettre aux éléments indirects, des matériaux grappillés sur les estrans et intégrés aux bagages. J.-M. Pétillon montre qu’autour du golfe de Gascogne, il s’agit soit de parures soit de restes de cétacés (Pétillon 2016). Les patelles retrouvées à Altamira dans les Cantabres (Espagne), ont été probablement consommées, mais surtout leurs coquilles ont été utilisées comme outil pour le travail de l’ocre (Cuenca-Solana et al. 2016). D’autres coquilles, plus prestigieuses car destinées à l’ornement des individus, ont été recueillies sur les plages. Ces éléments traduisent à la fois des dynamiques identitaires et exogamiques, mais aussi des processus d’intégration des sociétés destinés à assurer la transmission d’informations nécessaires au contrôle des ressources (Whallon 2006). La sépulture de l’enfant de la Madeleine, en Dordogne, comprenait ainsi 1 525 éléments de parure, essentiellement des dentales provenant des côtes atlantiques, mais aussi des néritines issues indifféremment de la Méditerranée, de l’Atlantique ou de gîtes fossiles, et des cyclopes ramassées sur les rives de la Méditerranée (Vanhaeren & D’Errico 2001). Si on interprète cette abondance comme un signe de statut social élevé acquis à la naissance, on n’omettra pas de souligner que les produits marins en sont l’un des vecteurs préférentiels, comme ils sont messagers d’informations sociales lors de leurs transferts.

6Un courant de recherche actuel tend donc à valoriser l’usage des littoraux au Paléolithique, comme source des développements cognitifs et comportementaux de notre espèce. À la fin de cette période, ce sont aussi des produits marins qui feront l’objet d’une valorisation sociale au sein des réseaux culturels. On goûtera tout le paradoxe de ces hypothèses à l’heure d’évoquer le Mésolithique : en effet, durant tout le xxe siècle, les amas coquilliers ont semblé être emblématiques de cette période en Europe, avec des images toujours misérabilistes accolées aux modes de vie de cette période (Ghesquière & Marchand 2010). Avec le développement des économies agricoles, les communautés humaines semblent ensuite tourner le dos à l’océan, même si des chercheurs soulignent actuellement l’importance des symboles marins (Cassen 2007) ou de la navigation (Philippe 2018) dans les représentations graphiques sur les parois des tombes ou sur les stèles.

Migrations le long les rivages

7Les zones côtières ont-elles été des voies préférentielles d’expansions des homininés ? Les obstacles y sont moindres que sur le continent, d’autant plus lorsque l’on fait usage d’embarcations pour se déplacer. L’usage efficace des estrans et des mers impose par ailleurs un outillage particulier (filets, nasses, embarcations…) et une connaissance des modes de vie des espèces animales consommables, des cycles des marées, ou encore des courants. La connexion est alors presque inévitable avec la compréhension des cycles lunaires et ses probables traductions dans les cosmogonies. De ce fait, l’expansion humaine, qu’elle soit progressive au gré de la démo-graphie ou lors de migrations, aurait pu se faire de manière préférentielle le long des rivages (Sauer 1962) : ainsi pourraient s’expliquer des occupations antérieures à 1 million d’années en Angleterre, à Pakefield ou Happisburgh, alors que les occurrences restent pour l’essentiel périméditerranéennes à cette période. Sans entrer dans les détails de l’expansion humaine de l’Afrique vers l’Asie, il convient de signaler le franchissement ancien de larges étendues d’eau, que ce soit le détroit de Bab el-Mandeb qui ferme au sud la mer Rouge, peut-être vers 80 000, ou les détroits entre Sunda et Sahul (ensemble continental formé par l’Australie, la Nouvelle-Guinée et la Tasmanie) au moins vers 48 000 et peut-être même autour de 60 000 ans (Oppenheimer 2009).

8L’océan en tant que vecteur de diffusion démique est aussi évoqué pour les millénaires qui succèdent au Pléniglaciaire. L’hypothèse d’une expansion littorale de populations pré-Clovis en Amérique depuis la Sibérie, avant 11 500 avant notre ère, est ainsi posée, avec des preuves archéologiques difficiles à produire à cause de la submersion des rivages par la transgression marine de l’Holocène (Braje et al. 2017). Le rebond isostatique qui affecte la Scandinavie à l’issue de la glaciation rend bien plus aisé le travail des préhistoriens : les premiers indices d’occupation littoraux datés de 9 500 avant notre ère sont désormais perchés à plus de 200 mètres (Breivik et al. 2018). Une telle expansion maritime s’est faite d’île en île, dans des mers pour le moins difficiles à parcourir. Ces navigations en climat arctique et sub-arctique ne s’improvisent pas ; elles témoignent de la longue maturation de techniques multiples pour inter-agir avec les environnements marins. L’écho est évident avec les vagues de peuplement pré-dorsétien, dorsétien et thuléen depuis l’Alaska jusqu’au Groenland, à partir de 2 000 avant notre ère, qui ne s’expliquent que par l’excellence de tout un registre technique adapté aux climats les plus rudes de la planète.

9En Europe atlantique ou méditerranéenne, ces suppositions sont restées très marginales pour les populations de chasseurs-cueilleurs. L’hypothèse d’invasions africaines dans la péninsule ibérique (Corrêa 1924) ou de circulations d’influences dans la typologie des haches, du Danemark au Portugal (Breuil & Zbyszweski 1947), furent les seuls essais notables pour relier ces groupes mésolithiques du littoral, avant que les courants continentaux ne prennent le pas sur toutes les autres voies interprétatives. C’est avec l’expansion du Néolithique que le vecteur maritime retrouve ses lettres de noblesse : on citera ainsi la progression saltatoire du courant céramique Impressa en France et en Espagne depuis l’Italie entre 5 800 et 5 600 avant notre ère (Manen 2014), le contournement de la péninsule ibérique des groupes du Néolithique ancien vers la France atlantique (Roudil 1990, hypothèse très contestée dans Marchand & Manen 2006), le transfert de bovidés domestiques de la France du centre et de l’Ouest à l’Irlande (Milner & Woodman 2005), ou la diffusion de l’architecture sépulcrale à la fin du ive millénaire autour de la mer d’Irlande (Sheridan 2005).

10La colonisation d’île en île et les échanges réguliers par voie maritime impliquent toujours une longue maturation technique et une pratique des milieux océaniques ; cela doit inciter les archéologues à aller chercher des origines bien en amont des faits observés.

Vivre en bord de mer

11Un volet conséquent des problématiques de l’archéo-logie littorale concerne les modes de vie en bord de mer, en ce qu’ils diffèrent des pratiques plus continentales. Permettent-ils des morphologies sociales particulières ? Sont-ils soumis aux mêmes pressions environnementales ? Sous les climats méditerranéens, océaniques ou continentaux des latitudes européennes, les cycles des saisons imposent leurs conditions aux modes de vie des chasseurs-cueilleurs ou des agro-pasteurs, avec un accès discontinu à des ressources plus ou moins abondantes. C’est la prise en compte des sociétés amérindiennes de la côte occidentale de l’Amérique du Nord qui a entraîné un nouvel intérêt pour ces groupes de pêcheurs, au début des années 1980 (Yesner 1980 ; Testart 1982 ; Erlandson 1988 ; Price & Brown 1985 ; Binford 2001 ; Sassaman 2004 ; Kelly 2007). L’accès à des ressources halieutiques saisonnières et abondantes formait le socle de pratiques sociales d’ordinaire associées aux groupes d’horticulteurs. Le stockage des pêches autorisait une manipulation de richesses, au sein de maisonnées en compétition permanente. Cette abondance des proies et la nécessité de les protéger entraînait une sédentarité ou du moins une stabilisation des rythmes de la mobilité. La complexité sociale s’invitait en bord de mer et les archéologues mirent alors à leur agenda la découverte de structures de stockage dans les habitats ou de traces de différenciation sociale dans les cimetières. On a vu plus haut que ces débats passionnés des années 1980 et 1990 ont même eu des échos atténués en Afrique du Sud, à l’heure de comprendre les adaptations côtières du Middle Stone Age.

12Les éléments de démonstration les plus pertinents n’apparaissent qu’à l’Holocène récent. Le ralentissement progressif de la remontée des océans au début du viie millénaire avant notre ère permet enfin d’avoir accès aux villages côtiers de la fin du Mésolithique, du moins sur les côtes rocheuses où le recul ultérieur du trait de côte a été moindre. S’ouvre alors une fenêtre d’observation sur des modes de prédation où les ressources maritimes sont mobilisées en parallèle des ressources terrestres, au moins sur la frange atlantique, où le jeu des marées crée de larges estrans aux ressources abondantes et renouvelées. Les traces de la complexité sociale des sociétés concentrées sur le littoral sont surtout disponibles dans le sud de la Scandinavie (Price & Brown 1985), avec cependant des démonstrations archéologiques toujours très discutées (une revue dans Blankholm 2008). Par ailleurs, en France, en Espagne ou au Portugal, les traces de stockage, d’économie de prédation spécialisée ou de hiérarchie sociale tardent à être découvertes, de même que les barrages de pêcherie préhistoriques qui auraient pu garantir des accumulations de ressources halieutiques (Marchand 2014). En revanche, la robustesse du système de prédation terre/mer est probablement en cause dans la résistance à la néolithisation qui s’observe au cours du vie millénaire dans des enclaves maritimes du Portugal au Danemark, de même que sa déstabilisation serait intervenue dans leur chute apparemment assez brutale. Davantage qu’une prétendue « complexité sociale », c’est ce thème de recherche qui doit retenir l’attention des chercheurs qui œuvrent autour des estrans.

Préhistoire littorale, de la Manche à l’Atlantique

13Les côtes françaises de la Manche et de l’Atlantique recèlent des éléments de réponse aux questions posées plus haut. L’implantation régulière, entre 500 000 et 200 000 ans, de pré-néandertaliens dans la grotte de Menez Dregan à Plouhinec (Morbihan), peu profonde, creusée dans les falaises marines, ou bien la consommation effrénée de galets pour la fabrication des outils (choppers, éclats denticulés, racloirs…) ont bel et bien un lien avec l’océan, au moins en tant que « façonneur de paysage ». Il s’est contracté lors des phases glaciaires, laissant cette barrière granitique aux cavités protectrices, orientées au méridien, à environ 5 km du rivage. Rien d’autre n’évoque l’estran dans les restes archéologiques. Il en va de même après 200 000 pour de Néandertaliens qui ont occupé à plusieurs reprises des pieds de falaise ou de petits surplombs, à la Pointe du Rozel (Manche) ou à Goaréva sur l’île de Bréhat (Côtes-d’Armor).

14C’est au cours du viie millénaire avant notre ère que l’on voit ce registre archéologique se diversifier, à la pointe Saint-Gildas à Préfailles (Loire-Atlantique) et à Beg-er-Vil à Quiberon (Morbihan), où les lits de coquilles abandonnés dans les habitats ont permis la préservation des restes organiques. À côté de la chasse aux grands mammifères terrestres ou de la cueillette, la pêche depuis le rivage, la chasse au phoque et la collecte de mollusques marins prennent une importance décisive dans l’alimentation. Les cimetières de Téviec et de Hoëdic, dans le Morbihan, traduisent aussi des changements dans les paysages côtiers ; ces lieux sont des pivots de réseaux de mobilité à cheval sur les îles et le continent. La bande côtière, large ici de quelques kilomètres, se différencie alors du continent par sa gestion des matériaux lithiques et ses pratiques de mobilité, sans que l’on ne puisse jamais parler de sédentarisation (Marchand 2014).

15L’usage de la mer par les sociétés agro-pastorales plonge ensuite dans l’obscurité au Néolithique ancien, pour réapparaître au ive millénaire avant notre ère et s’épanouir au iiie. Les rivages se garnissent d’ateliers de fabrication de perles en test de coquille ou de débitage de silex ; la production de sel devient tangible, comme en témoignent les augets en céramique. L’estran devient un lieu d’extraction de matériaux transformés, mais les amas coquilliers attestent encore de ses fonctions vivrières. Les caps rocheux barrés de talus peu élevés évoquent autant des ouvrages défensifs que des lieux sacralisés ; les îles sont peut-être alors des espaces sépulcraux particuliers. Mais la prise en compte de ce Néolithique côtier pâtit singulièrement de l’absence d’études sur l’alimentation ou les paléo-environnements ; on perçoit peut-être trop le littoral comme une simple frontière physique pour les paysans, alors qu’il a dû – comme au Mésolithique – avoir sa dynamique propre. Aux mêmes causes les mêmes effets : on peut supposer que les ressources protéiques aisément glanées sur les estrans ont pu s’intégrer aux cycles agraires et pastoraux, pour autoriser de fortes densités démographiques ou des économies fondées sur le stockage. La démonstration reste totalement à réaliser sur les côtes françaises. Qu’est-ce que le Néolithique maritime ?

Pour une archéologie du littoral

16Les modes de vie en bord de mer des sociétés de la préhistoire et de la protohistoire connaissent une forte valorisation, qui emprunte bien des termes à l’anthropologie sociale ou aux théories évolutives. Ainsi, les adaptations techniques aux écosystèmes littoraux favoriseraient la dissémination des espèces d’homininés sur la planète ; ces hypothèses sont affublées de noms pittoresques, « beachcomber arc route » autour de l’océan Indien (Oppenheimer 2009) ou « kelp highway » sur la côte pacifique des Amériques (Braje et al. 2017). Les économies placées à l’interface d’écosystèmes si différents sont supposées garantir une réelle sécurité alimentaire, voire des formes complexes d’organisation sociale. Les preuves d’éco-nomie de prédation très développées associées au stockage existent dans le sud de la Scandinavie. En revanche, en France, les estrans n’ont pas encore livré de barrage de pêcherie attribuable avec certitude au Paléolithique ou au Mésolithique, comme on les connaît aux millénaires suivants, et il n’y a pas de preuves de stockage dans les habitats (Marchand 2017). Cela ne doit pas stériliser les questionnements autour des sociétés littorales de chasseurs-cueilleurs, qui doivent s’orienter davantage vers les modes de fonctionnement et les interactions avec le continent. Dans les perspectives rafraîchissantes de l’archéologie symétrique (Witmore 2007), on constate que l’océan – principalement le truchement de l’estran – est partie prenante dans bien des inter-actions entre humains et non-humains, dans des chaînes qui s’étendent très loin dans les continents. Une perspective symétrique doit ainsi conduire l’archéologie à se défaire d’un « continentalo-centrisme » qui ne sait traduire littoral que par frontière ou limite. On doit rêver également d’une alliance avec l’anthropologie maritime, qui ne se consacre plus exclusivement aux pêcheurs mais étend ses préoccupations aux littoraux et aux estuaires (Reyes et al. 2018).

17Ces objets d’étude complexes réclament des modes d’intervention particuliers, qui associent les disciplines scientifiques pour reconstituer le continuum terre-mer. Tout semble alors se dédoubler… Si les fouilles de sommet de falaise se font suivant les préceptes de l’archéologie terrestre, la géophysique sur estran n’en est qu’à ses balbutiements et les fouilles d’ampleur se mettent juste en place sur des surfaces tronquées par l’érosion (fig. 1). Aux archéozoologues terrestres, il faut bien sûr ajouter les spécialistes des faunes marines. Et le cadre législatif actuel peut donner le tournis : la propriété des parcelles est du ressort du Conservatoire du littoral ou des communes (avec de fréquentes querelles de limites), le Service régional de l’archéologie et le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines aiment souvent se renvoyer la balle. Les enjeux scientifiques et patrimoniaux valent bien, on l’a vu, les tracas logistiques et administratifs…

Fig. 1. La fouille du site préhistorique et protohistorique de la Lède du Gurp à Grayan-et-l’Hôpital (Gironde), sous la direction de Florence Verdin à l’automne 2014.

Fig. 1. La fouille du site préhistorique et protohistorique de la Lède du Gurp à Grayan-et-l’Hôpital (Gironde), sous la direction de Florence Verdin à l’automne 2014.

© Photographie G. Marchand.

Top of page

Bibliography

Binford L. R. 2001. Constructing Frames of Reference. An Analytical Method for Archaeological Theory Building Using Ethnographic and Environmental Data Sets. Berkeley (CA), University of California Press.

Blankholm H. P. 2008. « Southern Scandinavia ». In : G. Bailey et P. Spikins (dir.), Mesolithic Europe. Cambridge, Cambridge University Press : 107-131.

Braje T. J., Dillehay T. D., Erlandson J. M., Klein R. G. & Rick T. C., 2017. « Finding the first Americans », Science, 358 (6 363) : 592-594.

Breivik H. M., Fossum G. & Solheim S., 2018. « Exploring human responses to climatic fluctuations and environmental diversity: Two stories from Mesolithic Norway », Quaternary International, 465 (B) : 258-275.

Breuil H. & Zbyszewski G., 1947. « Révision des industries mésolithiques de Muge et de Magos », Communicaçoes dos serviços geológicos de Portugal, 28 : 149-196.

Broadhurst C. L., Wang Y., Crawford M. A., Cunnane S. C., Parkington J. E. & Schmidt W. F., 2002. « Brain-specific lipids from marine, lacustrine, or terrestrial food resources: potential impact on early African Homo sapiens », Comparative Biochemistry and Physiology Part B: Biochemistry and Molecular Biology, 131 (4) : 653-673.

Cassen S., 2007. « Le Mané Lud en image. Interprétations de signes gravés sur les parois de la tombe à couloir néolithique de Locmariaquer (Morbihan) », Gallia-Préhistoire, 49 : 197-258.

Campmas É., Amani F., Morala A., Debénath A., El Hajraoui M. A. & Nespoulet R., 2016. « Initial insights into Aterian hunter-gatherer settlements on coastal landscapes: the example of Unit 8 of El Mnasra Cave (Témara, Morocco) », Quaternary International, 413 (A) : 5-20.

Corrêa M. A., 1924. « Uma invasão préhistorica na peninsula ibérica (os capsienses) ». A Águia, IV (XXIV), 3 A Série : 19-32.

Cuenca-Solana D., Gutiérrez-Zugasti I., Ruiz-Redondo A., González-Morales M. R., Setién J., Ruiz-Martínez E., Palacio-Pérez E., de las Heras-Martín C., Prada-Freixedo A. & Lasheras-Corruchaga J. A., 2016. « Painting Altamira Cave ? Shell tools for ochre-processing in the Upper Palaeolithic in northern Iberia », Journal of Archaeological Science, 74 : 135-151.

Cunnane S. C., Plourde M., Stewart K. & Crawford M. A., 2007. « Docosahexaenoic acid and shore-based diets in hominin encephalization: A rebuttal », American Journal of Human Biology, 19 (4) : 578-581.

Erlandson J. M., 1988. « The Role of Shellfish in Prehistoric Economies: A Protein Perspective », American Antiquity, 53 (1) : 102-109.

Ghesquière E. & Marchand G., 2010. Le Mésolithique en France. Archéologie des derniers chasseurs-cueilleurs. Paris, La Découverte ; INRAP (coll. « Archéologies de la France »).

Henshilwood C. & d’Errico F., 2011. « Middle Stone Age engravings and their significance to the debate on the emergence of symbolic material cultures ». In : C. Henshilwood et F. d’Errico (dir.), Homo symbolicus. The dawn of language, imagination and spirituality. Amsterdam, Benjamins : 75-96.

Kelly R. L., 2007 [1995]. The Foraging Spectrum. Diversity in Hunter-Gatherer lifeways. New York (NY), Percheron Press.

Manen C., 2014. « Dynamiques spatio-temporelles et culturelles de la néolithisation ouest-méditerranéenne ». In : C. Manen, T. Perrin et J. Guilaine (dir.), La transition néolithique en Méditerranée. Arles/Toulouse, Errance/Archives d’écologie préhistorique : 405-418.

Marchand G., 2014. Préhistoire atlantique. Fonctionnement et évolution des sociétés du Paléolithique au Néolithique. Arles, Éditions Errance (coll. « Hespérides »).

Marchand G., 2017. « Inventaire et interprétation des structures en creux des sites mésolithiques de France atlantique ». In : N. Achard-Corompt, E. Ghesquière et V. Riquier (dir.), Creuser au Mésolithique/Digging in the Mesolithic, actes de la séance de la Société préhistorique française de Châlons-en-Champagne (29-30 mars 2016). Paris, Société préhistorique française (coll. « Séances de la Société préhistorique française », 12) : 129-146.

Marchand G. & Manen C., 2006. « Le rôle du Néolithique ancien méditerranéen dans la néolithisation de l’Europe atlantique ». In : P. Fouéré, C. Chevillot, P. Courtaud, O. Ferullo et C. Leroyer, Paysages et peuplements. Aspects culturels et chronologiques en France méridionale. Actualité de la recherche, actes des 6es Rencontres méridionales de Préhistoire récente, 14-16 octobre 2004. Périgueux, ADRAHP-PSO : 213-232.

Marean C. W., 2010. « Pinnacle Point Cave 13B (Western Cape Province, South Africa) in context: The Cape Floral kingdom, shellfish, and modern human origins », Journal of Human Evolution, 59 (3-4) : 425-443.

Marean C. W., 2014. « The origins and signifiance of coastal resource use in Africa and West Eurasia », Journal of Human Evolution, 77 : 17-40.

Milner N. J. & Woodman P. C. 2005. « Combler les lacunes... L’événement le plus étudié, le mieux daté et le moins compris du Flandrien ». In : G. Marchand et A. Tresset (dir.), Unité et diversité des processus de néolithisation sur la façade atlantique de l’Europe (6e-4e millénaires avant J.-C.), Nantes, 26 avril 2002, Réunion de la Société préhistorique française. Bulletin de la Société préhistorique française, 36 : 39-46.

Reyes N., Garineaud C. & Chlous F., 2018. « Défis scientifiques et sociaux de l’anthropologie maritime », Revue d’ethnoécologie, 13. https://journals.openedition.org/ethnoecologie/3485 (consulté le 18/07/2019).

Roudil J.-L., 1990. « Cardial et Néolithique ancien ligure dans le sud-est de la France ». In : D. Cahen et M. Otte (dir.), Rubané et Cardial. Néolithique ancien en Europe moyenne. Liège, Editions E.R.A.U.L., 39 : 383-391.

Oppenheimer S., 2009. « The great arc of dispersal of modern humans: Africa to Australia », Quaternary International, 202 (1-2) : 2-13.

Pétillon J.-M., 2016. « Vivre au bord du golfe de Gascogne au Paléolithique supérieur récent : vers un nouveau paradigme ». In : C. Dupont et G. Marchand (dir.), Archéologie des chasseurs-cueilleurs maritimes. De la fonction des habitats à l’organisation de l’espace littoral/Archaeology of maritime hunter-gatherers. From settlement function to the organization of the coastal zone, actes de la séance de la Société préhistorique française de Rennes, 10-11 avril 2014. Paris, Société préhistorique française (coll. « Séances de la Société préhistorique française », 6) : 23-36.

Philippe M., 2018. « Un état des connaissances sur la navigation préhistorique en Europe atlantique », Bulletin de la Société préhistorique française, 115 (3) : 567-597.

Price T. D. & Brown J. A., 1985. « Aspects of Hunter-Gatherer Complexity ». In : T. D. Price & J. A. Brown (dir.), Prehistoric Hunter-Gatherers: The Emergence of Cultural Complexity. New York (NY), Academic Press : 3-20.

Sassaman K. E., 2004. « Complex Hunter-Gatherers in Evolution and History: a North-American Perspective », Journal of Archaeological Research, 12 (3) : 227-280.

Sauer C. O., 1962. « Seashore. Primitive home of Man ? », Proceedings of the American Philosophical Society, 106 (1) : 41-47.

Sheridan A., 2005. « Les éléments d’une origine bretonne autour de 4 000 av. J.-C. en Écosse /100 : témoignages d’alliance, d’influence, de déplacement ou quoi d’autre ? ». In : G. Marchand et A. Tresset (dir.), Unité et diversité des processus de néolithisation sur la façade atlantique de l’Europe (6e-4e millénaires avant J.-C.), Nantes, 26 avril 2002, Réunion de la Société préhistorique française. Bulletin de la Société préhistorique française, 36 : 25-37.

Stringer C., 2014. Survivants. Pourquoi nous sommes les seuls humains sur terre. Paris, Gallimard (NRF Essais).

Testart A., 1982. Les chasseurs-cueilleurs ou l’origine des inégalités. Paris, Société d’ethnographie.

Vanhaeren M. & d’Errico F., 2001. « La parure de l’enfant de la Madeleine (fouilles Peyrony). Un nouveau regard sur l’enfance au Paléolithique supérieur », Paléo, 13 : 201-240.

Yesner D., 1980. « Maritime Hunter-Gatherers: Ecology and Prehistory », Current Anthropology, 21 (6) : 727-750.

Whallon R., 2006. « Social networks and information: Non-“utilitarian” mobility among hunter-gatherers », Journal of Anthropological Archaeology, 25 (2) : 259-270.

Witmore C. L., 2007. « Symmetrical archaeology: excerpts of a manifesto », World Archaeology, 39 (4) : 546-562.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. La fouille du site préhistorique et protohistorique de la Lède du Gurp à Grayan-et-l’Hôpital (Gironde), sous la direction de Florence Verdin à l’automne 2014.
Credits © Photographie G. Marchand.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6196/img-1.jpg
File image/jpeg, 121k
Top of page

References

Bibliographical reference

Gregor Marchand, « L’océan : soupe nourricière ou autoroute de l’information ? », Les nouvelles de l'archéologie, 156 | 2019, 7-11.

Electronic reference

Gregor Marchand, « L’océan : soupe nourricière ou autoroute de l’information ? », Les nouvelles de l'archéologie [Online], 156 | 2019, Online since 13 February 2020, connection on 21 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6196 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6196

Top of page

About the author

Gregor Marchand

UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, université de Rennes.

By this author

Top of page

Copyright

© FMSH

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals