Navigation – Plan du site

Pêcher, préparer et consommer les ressources animales de l’estran et au-delà

Catherine Dupont, Benoit Clavel, Nathalie Desse-Berset, Philippe Béarez et Yves Gruet
p. 15-20

Résumés

Dès la préhistoire, les populations littorales ont su exploiter les ressources animales provenant de l’estran. Elles sont trouvées vivantes ou mortes dans les laisses de haute mer ou à chaque marée basse dans les zones émergées. Ainsi, l’archéozoologue est confronté à une diversité de techniques d’acquisitions qu’il peut parfois décrire grâce à l’analyse fine des parties squelettiques animales découvertes en contexte archéologique. Pour chaque période de notre histoire, l’archéozoologue adapte son expertise en fonction des systèmes socio-économiques des populations humaines concernées. Si certaines exploitations de ces ressources restent locales, d’autres sont destinées dès leur acquisition à l’exportation. Qu’elles consistent en coquillages ou en poissons, certaines de ces ressources quitteront le littoral après avoir été transformées en produits de haute valeur ajoutée. Leur place non négligeable dans le tissu économique côtier fait parfois du littoral une véritable plateforme d’exportation. D’autres matières animales, comme les coquilles vides ou des ossements de mammifères marins ramassés sur des plages parfois lointaines, permettront à certaines personnes d’afficher leur statut par des parures ou même des décors d’habitats. Ainsi, les développements thématiques possibles en archéologie, à partir des ressources animales fournies par les estrans, sont variés. Ils restent cependant très dépendants des prescriptions et des techniques de fouille.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dès la préhistoire, après chaque marée et chaque tempête, les populations littorales ont arpenté la côte pour voir ce que la mer avait rejeté. De même, à marée basse, c’est un véritable garde-manger qui s’ouvrait. L’archéozoologie des ressources marines, qu’elle s’appelle archéoichtyologie, archéomalacologie ou archéocarcinologie, suit une même démarche. À partir des restes archéologiques de poissons, de coquillages, de mammifères marins, de crabes, voire de crevettes, elle vise à décrire les systèmes techniques d’acquisition, de transformation et de consommation de ces ressources marines, étudiés de la préhistoire à nos jours en étroite relation avec ce que nous connaissons des systèmes socio-économiques des populations concernées. Ces études archéozoologiques sont complémentaires de l’analyse de structures anthropiques qui jonchent le littoral et que livrent aussi les opérations archéologiques (pièges à poissons, cuves à garum, bâtiments de stockage, de séchage, systèmes de fumage…). D’autres données peuvent être confrontées aux restes animaux suivant les périodes concernées, telles que des sources historiques, des observations ethnographiques…

2L’archéozoologie permet d’obtenir des listes d’animaux exploités et leur quantification. La détermination spécifique met en lumière le biotope et l’éthologie des taxons identifiés et offre la possibilité de reconstituer, outre le régime alimentaire des occupants, d’autres activités liées à la mer mais aussi les milieux exploités, les saisons de capture et enfin les méthodes de pêche. Ces données et les questions scientifiques auxquelles elles répondent sont dépendantes des méthodes de prélèvement et des contextes stratigraphiques. Ainsi, poissons, crabes et crevettes (cf. en ligne Aurélia Borvon*) sont bien souvent invisibles à l’archéologue si celui-ci ne prend pas le soin de tamiser les sédiments avec une maille fine (au moins 2 mm, voire 1 mm). Ces problématiques d’échantillonnage ayant été traitées dans d’autres cadres (Sternberg 1995, Desse-Berset & Radu 1996), nous avons choisi de décrire en quoi les études archéozoologiques des ressources animales d’estran s’intègrent à notre connaissance des systèmes socio-économiques des populations humaines.

Des techniques d’acquisition variées

Les échouages

3Parmi les ressources animales exploitées, les produits échoués sur estran sont variés et impliquent de nombreuses activités. Ainsi, dès la préhistoire, hommes et femmes ont scruté avec minutie les laisses de haute mer pour y choisir des coquilles destinées à être incorporées dans des parures corporelles ou à confectionner des objets aux multiples fonctions – outils, récipients, instruments de musique, objets chamaniques… (Dupont 2012). Au iiie siècle ap. J. C., durant l’Antiquité, ces mêmes coquilles échouées servaient à décorer les murs des villas côtières. D’apparence anodine, cette mode avait pour but d’afficher son pouvoir et sa richesse (Boislève et al. 2012), comme le fera plus tard Louis XIV dans les jardins de Versailles en utilisant des coquilles venues du monde entier (Dupont 2017a) (fig. 1). Cette manne de matière première est également attestée par les ossements de mammifères marins qui servirent dès le Paléolithique de support de gravures et de matière première pour la fabrication d’objets (J.  M. Pétillon, ce volume). Des vertèbres de grands mammifères marins roulées par le ressac de la mer et travaillées ont également été découvertes, comme sur le site néolithique de La Perroche sur l’île d’Oléron (Desse-Berset 2009).

Fig. 1. Indices d’incorporation de coquilles échouées mortes dans les décors muraux de Langrolay-sur-Rance (Côtes-d’Armor). 1 : Donax trunculus percée par un gastéropode ; 2 et 4 : Tritia reticulata aux fragments coquilliers piégés dans leur ouverture ; 3 et 5 : bigorneaux Littorina littorea à la coquille érodée par la mer.

Fig. 1. Indices d’incorporation de coquilles échouées mortes dans les décors muraux de Langrolay-sur-Rance (Côtes-d’Armor). 1 : Donax trunculus percée par un gastéropode ; 2 et 4 : Tritia reticulata aux fragments coquilliers piégés dans leur ouverture ; 3 et 5 : bigorneaux Littorina littorea à la coquille érodée par la mer.

© Photographies C. Dupont, Cnrs.

4Mais les squelettes animaux ne sont pas les seuls à venir s’échouer sur le littoral. Lors de fortes tempêtes, des coquillages encore vivants peuvent être collectés sur les estrans pour être mangés (Gruet 1983). De même, au printemps, lorsque les eaux se réchauffent, des seiches ou des araignées de mer peuvent venir s’échouer sur la côte. Cette manne saisonnière n’est pas négligeable et son exploitation est encore bien ancrée dans les pratiques des habitants du littoral.

La pêche de et depuis l’estran

5La pêche à pied sur estran est attestée, sur les côtes atlantiques françaises, depuis que les sites archéologiques côtiers sont préservés, c’est-à-dire dès le Mésolithique, il y a 8 000 ans. L’étude des mollusques et crustacés démontre, dès cette période, une connaissance accrue des phénomènes de marée et de chaque rocher des estrans environnants (Dupont 2006). Il faut attendre l’Antiquité pour observer sur nos côtes des indices de pêches dans des zones plus souvent immergées. La surexploitation de certaines ressources au Moyen Âge, comme l’huître plate, a eu aussi un impact indéniable sur le déplacement des zones de collecte de plus en plus basses de l’estran.

6Cette pêche à pied ou par piégeage a des atouts non négligeables dans la recherche du poisson : elle ne nécessite pas le recours à des embarcations et évite ainsi les dangers de la navigation en mer. Elle peut aller de la simple collecte, dans les poches d’eau à marée basse, ou prendre des formes complexes, comme les barrages à poissons en pierre ou en bois, tantôt appelés écluses, pièges à poissons ou pêcheries fixes, mais aussi madragues et bordigues. Les systèmes les plus complexes, attestés dès le Mésolithique sur nos côtes, impliquent une organisation collective importante (Billard & Bernard 2016). La comparaison de l’étude des os de poissons archéologiques avec les espèces piégées dans de telles structures et encore en fonctionnement a, par exemple, été possible à partir des sites néolithiques de Ponthezières et de La Perroche, sur l’île d’Oléron, dont l’étude a permis de suggérer l’hypothèse du recours à ce type de pièges (Desse-Berset 2009). Ces modes de capture, devenus rares, ont survécu jusqu’à nos jours malgré l’appauvrissement de la ressource, l’une des conséquences de la surexploitation due à l’augmentation de la population humaine et aux activités polluantes. La gêne occasionnée à la navigation et le renforcement du contrôle des États sur les littoraux y ont également contribué.

7La pêche du poisson depuis l’estran a perduré jusqu’au milieu du xxe siècle, parallèlement à la pêche embarquée. Ce n’est qu’aux temps modernes, avec la croissance démographique et le développement urbain, que cette première forme de pêche a perdu de son importance économique. L’étude de l’exploitation des pièges à poissons montre néanmoins que l’apport alimentaire fourni était loin d’être négligeable localement, et cela jusqu’à une période récente. Toutefois, comme pour les coquillages, la surexploitation du poisson a provoqué sa raréfaction sur l’estran. L’observation des effets d’une surpêche est peu décelable avant l’époque romaine ; la diminution de la taille des poissons sur un même site, voire sur une même zone exploitée longuement, en est la principale preuve. Citons également la raréfaction de certaines espèces due à leur éthologie complexe, comme les esturgeons ou les mérous.

D’une simple utilisation locale à une exportation massive des ressources alimentaires

Une exploitation locale plus ou moins intensive

8L’intensité d’une utilisation locale des produits animaux provenant de l’estran dépend de nombreux facteurs, qui tiennent aussi bien à la productivité même de cette zone qu’au bagage économique et social des sociétés du littoral.

9Du point de vue de l’alimentation, l’exploitation des ressources d’estran fait partie intégrante du mode de vie des chasseurs-cueilleurs-pêcheurs qui l’ont fréquenté. Les derniers observés, à la fin du Mésolithique, sont totalement dépendants des ressources marines dont ils exploitent toute la diversité. Au Néolithique, l’acquisition de nouvelles techniques de production et de nouvelles denrées (animaux issus d’élevage et céréales) semble modifier le rapport des hommes et des femmes à la mer : les ressources d’estran semblent basculer du statut de nécessité à celui de complément alimentaire (Dupont 2006). Sur les côtes atlantiques, la consommation de ces ressources animales d’estran semble très locale durant la préhistoire (Dupont 2006), mais la distance entre zones d’approvisionnement et de consommation va peu à peu s’étendre en fonction du développement des voies de communication et des moyens de locomotion (Mougne 2015).

10Une telle consommation locale de produits d’estran sous forme d’apports secondaires s’observe jusqu’à nos jours. Souvent peu valorisée, elle est rarement citée dans les textes et l’archéologie permet de l’appréhender.

L’exportation de produits à haute valeur ajoutée

11Cette image négative contraste avec les exploitations industrielles qui ont pu être faites des produits d’estran destinés à être exportés loin de leur terroir d’origine. La distance, qui peut être un challenge pour certaines de ces denrées, pourrait à elle seule avoir été perçue comme un des facteurs de leur valeur économique.

12Ainsi, dès l’Antiquité, les Romains introduisent un vrai système de marché. Ils construisent des voies et organisent le transport des produits vers les provinces les plus éloignées. Les huîtres sont l’enjeu d’un commerce intense et organisé (Bardot-Cambot 2014), mais d’autres coquillages comme la coque, voire la patelle, les accompagnent. Ce filtre commercial perçu par l’archéomalacologie permet de différencier les fruits de mer collectés pour la consommation quotidienne du pêcheur de ceux qui subiront les différentes étapes de la commercialisation. Les huîtres destinées à être vendues seront nettoyées, stockées et triées par gabarits avant d’être expédiées dans les terres. Si beaucoup d’entre elles sont transportées vivantes durant l’Antiquité, un autre phénomène mérite d’être souligné au Moyen Âge. En effet, plusieurs sites d’exploitation intensive d’huîtres datant du xiie siècle se présentent sous la forme archéologique de véritables amas coquilliers composés quasi-exclusivement d’huîtres prélevées par blocs dans des huîtrières naturelles denses. Acheminées par bateau, les plus grandes huîtres ont été ouvertes et la chair en a été extraite. Malheureusement, l’enquête de l’archéomalacologue s’arrête là et les textes associés aux amas connus sont peu loquaces sur cette activité qui semble intensive sur les estrans. Vu les quantités d’huîtres décoquillées, les mollusques étaient sans doute destinés à être exportés. Des textes plus tardifs, des xvie et xviie siècles, indiquent leur exportation sans la coquille en baril (Schmit & Gallardo 1997 : 54).

13Il existe donc des routes commerciales pour les coquillages comme pour les poissons. L’extrême fragilité de leur chair nécessitait leur conditionnement avant conservation, transport et consommation. Le marché romain propose deux types de conservation principaux, les poissons apprêtés dans le sel ou la saumure et les sauces. L’usage massif des salaisons et des sauces de poissons est bien documenté par les textes antiques et l’archéologie (Van Neer et al. 2010), et la découverte de milliers d’os dans les amphores ou sur les sites de fabrication des régions littorales de la Gaule illustre le dynamisme de ce négoce (Desse-Berset & Desse 2000 ; Driard 2008 ; Ephrem 2014 ; Driard et al. 2017). Si de très fortes concentrations de petits os permettent de mettre en évidence ces activités de préparation pour des périodes plus récentes, comme le Moyen Âge, c’est dans certains cas l’absence ou la présence de parties squelettiques qui peut être interprétée comme un indice de préparation de poissons destinés à la confection de conserves, comme dans certains sites flamands aux xe et xie siècles (fig. 2) (Clavel et al. à paraître). Le cabillaud de la mer du Nord faisait alors l’objet d’un négoce actif, comme plus tard la morue de Terre-Neuve. Lers conserveries sont faciles à repérer grâce à la présence d’os découpés caractéristiques de la ceinture scapulaire et des dernières vertèbres caudales. La garnison de Louis XIV, stationnée en 1669 au fort Saint-Sébastien, dans la boucle de la Seine en aval de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), en aura consommé de grandes quantités si l’on en croit les textes et les os retrouvés sur place.

Fig. 2. Distribution anatomique des restes de Gadidés (Nombre de restes déterminés = 524) découverts sur le site de Craywick (rues de l’Église et de l’Aven, Nord, Clavel et al. à paraître). Les valeurs les plus fortes s’enregistrent sur le squelette crânien. À contrario, les résultats obtenus sur le squelette appendiculaire et rachidien signent des valeurs faibles. Ces observations reflètent très probablement une activité spécifique de préparation impliquant la décollation des poissons.

Fig. 2. Distribution anatomique des restes de Gadidés (Nombre de restes déterminés = 524) découverts sur le site de Craywick (rues de l’Église et de l’Aven, Nord, Clavel et al. à paraître). Les valeurs les plus fortes s’enregistrent sur le squelette crânien. À contrario, les résultats obtenus sur le squelette appendiculaire et rachidien signent des valeurs faibles. Ces observations reflètent très probablement une activité spécifique de préparation impliquant la décollation des poissons.

© Dao: B. Clavel, dessin du squelette de cabillaud : M. Coutureau, Inrap.

14Outre ce commerce au long cours, l’acheminement de poissons frais dès l’Antiquité complète modestement l’approvisionnement (Clavel & Lepetz 2014 ; Ephrem 2018). Entre les xive et xvie siècles, on observe même, par le biais de l’archéoichtyologie, des différences dans le choix des espèces et des gabarits de poissons exportés vers Paris (fig. 3) (Clavel 2001). Un choix commercial délibéré, probablement consécutif à une amélioration des voies de circulation et du transport en général, puisque les règlements urbains exigeaient que le poisson frais soit livré dans la capitale dans les 36 heures après sa capture.

Fig. 3. Variation géographique des gabarits de poissons plats (type plie ou carrelet) au xive siècle.

Fig. 3. Variation géographique des gabarits de poissons plats (type plie ou carrelet) au xive siècle.

© Dessin B. Clavel, Cnrs.

15Les ressources marines pêchées sur estran n’ont pas uniquement servi à l’alimentation. De la protohistoire au xive siècle, on assiste à un réel pillage sur estran des pourpres Nucella lapillus pour extraire de l’animal vivant le colorant du même nom (Dupont 2017b). Les hommes et les femmes semblent suivre la descente de la mer et ramassent tous les pourpres, quelle que soit leur taille. Les plus petits, qui ne peuvent être cassés, seront malgré tout collectés, transportés sur le lieu de préparation, puis abandonnés vivants dans les zones de rejet. La haute valeur ajoutée du produit fini est sans doute à l’origine de cette activité.

16Certaines structures d’estran ont aussi pu servir de zones de stockage des coquillages ou des poissons. Le parcage des huîtres sur estran qui, xviie siècle, avait pour but de les nettoyer, servit plus tard à les affiner (Schmit & Gallardo 1997 : 18). Certains de ces viviers du xviiie siècle étaient par exemple des écluses à poissons, avant de devenir au xixe siècle des parcs d’estran destinés spécifiquement aux huîtres (Sauzeau 2005).

Le cas des ressources animales d’estran utilisées en tant que matière première

17Il existe de nombreuses utilisations de la matière première animale qui s’échoue sur l’estran, encore très peu étudiées. Les quelques exemples qui suivent ont pour but d’illustrer leurs imbrications avec une société, en un lieu et à un moment donnés.

18Des ressources animales qui échappent à la contrainte d’une consommation fraîche, comme les squelettes, voyagent différemment selon leur destination finale. Les coquilles ou os utilisés comme supports symboliques et comme matière première vont ainsi voyager loin de leur lieu d’origine (cf. supra, J.-M. Pétillon). Elles vont même servir de témoins de voyages, à l’instar de la coquille Saint-Jacques lors du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. La parure en coquilles marines est une des applications les plus étudiées en archéologie. Si de telles coquilles, modifiées par une simple perforation, abondent au Paléolithique et au Mésolithique, elles deviennent minoritaires par la suite, remplacées au Néolithique par des petites perles plates et circulaires (Laporte 2009) dont la forme élimine presque tout lien avec la coquille d’origine. Ce phénomène pourrait bien être le reflet de la transformation des sociétés : d’une part, la modification de la forme d’origine peut, en effet, être mise en lien avec le contrôle des humains sur la nature au Néolithique. D’autre part, cette période voit aussi s’organiser les activités artisanales. L’élaboration de perles au diamètre et à la forme contrôlés nécessite des étapes de fabrication spécifiques qui tendent à montrer la spécialisation de la personne qui les a élaborées.

19L’emploi de coquilles comme outils à plus de 20 kilomètres du trait de côte est également attestée au Néolithique (fig. 4). Si certaines sont utilisées sur les sites les plus proches de la côte, d’autres vont voyager vers l’intérieur des terres. Il semble même qu’elles participent à des réseaux d’échange contrôlés : dans la ville de Diconche, en Charente-Maritime, située à plus de 50 kilomètres du trait de côte au Néolithique (Gruet et al. 1999), elles semblent avoir servi de manière intensive dans plusieurs étapes de la confection de céramiques, de leur mise en forme initiale à leur lissage final (Cuenca Solana et al. 2015).

Fig. 4. Valve de bucarde de Norvège Laevicardium crassum utilisée comme outil. Les nombreuses stries d’abrasion observées sur la surface externe, la charnière et le bord du test témoignent de l’utilisation intensive de cet outil. Fouilles de l’Inrap à Pont-Bordeau (Charente-Maritime), sous la direction de J. Rousseau.

Fig. 4. Valve de bucarde de Norvège Laevicardium crassum utilisée comme outil. Les nombreuses stries d’abrasion observées sur la surface externe, la charnière et le bord du test témoignent de l’utilisation intensive de cet outil. Fouilles de l’Inrap à Pont-Bordeau (Charente-Maritime), sous la direction de J. Rousseau.

© Photographies C. Dupont, Cnrs.

20De même, l’analyse des coquilles mises en œuvre dans les décors des villas côtières du iiie siècle nous permet de mieux comprendre comment cette activité, influencée par une mode venue d’Italie, s’insère dans le tissu social de l’époque (Boislève et al. 2012). L’étude de ces décors muraux montre clairement que le rendu général, voire l’esthétique, est recherché, pour un affichage aux yeux du plus grand nombre. Les réalisations régionales sont clairement adaptées à la matière première locale, c’est-à-dire aux coquilles disponibles sur l’estran le plus proche de la villa. L’analyse d’une fosse liée à la construction des thermes de la villa de Langrolay-sur-Rance nous permet même de mettre en évidence le transport de sable coquillier depuis la laisse de mer, puis le tri des coquilles les plus grandes destinées à être incorporées dans les décors (Dupont inédit ; fouille Inrap B. Simier). Ce point est important car il montre qu’un même artisan a très bien pu les réaliser en fonction de la matière la plus accessible.

Conclusion

21Loin d’être assimilée à un charognage, la quête de matière première provenant de l’estran semble avoir eu, de tout temps, un rôle majeur dans les sociétés humaines littorales. Les éléments sont dûment sélectionnés et leur utilisation finale est bien souvent anticipée. Le simple choix des espèces et des coquilles pour confectionner des parures durant la préhistoire montre que la sélection de produits rejetés par la mer pouvait être une activité à part entière.

22La pêche et la collecte de ressources animales sur l’estran à marée basse se focalisent le plus souvent sur la nourriture. Cependant, d’autres activités sont décrites en archéologie, comme la production côtière de colorant, dont l’intensité varie selon les époques. Quand les produits de l’estran quittent leur terroir d’origine, ils peuvent même devenir des fruits de mer « de luxe » en raison des difficultés liées à leur conservation, à leur transport et à leur consommation loin des océans.

23Le développement de ces problématiques dépend évidemment des prescriptions des Sra (Service régional de l’archéologie) et de l’adaptation des techniques de fouille à des restes archéologiques difficilement interprétables sans un protocole de prélèvement adapté. En effet, dans certains sites côtiers aujourd’hui sur estran, l’un des challenges des archéozoologues est de différencier les éléments rejetés récemment par la mer de ceux qui l’ont été il y a plusieurs centaines, voire des milliers d’années.

Haut de page

Bibliographie

Bardot-Cambot A. 2014. « Coquillages des villes et coquillages des champs : une enquête en cours ». In : X. Deru et R. González Villaescusa (dir.), Consommer dans les campagnes de la Gaule romaine, actes du Xe congrès de l’association AGER, Lille, 4-6 avril 2012, hors-série à la Revue du Nord (coll. « Art et archéologie », 21) : 109-120.

Billard C. & Bernard V. (dir.). 2016. Pêcheries de Normandie. Archéologie et histoire des pêcheries littorales du département de la Manche. Rennes, Presses universitaires de Rennes (coll. « Archéologie et Culture »).

Boislève J., Labaune-Jean F. & Dupont C. 2012. « Décors peints à incrustations de coquillages en Armorique romaine », Aremorica, 5 : 9-32.

Clavel B. 2001. « L’animal dans l’alimentation médiévale et moderne en France du Nord (xiiie-xviie siècles) », Revue archéologique de Picardie, n° spécial 19.

Clavel B. & Lepetz S. 2014. « La consommation des poissons en France du nord à la période romaine. Marqueur socio-culturel et artefacts taphonomiques ». In : X. Deru et R. González Villaescusa (dir.), Consommer dans les campagnes de la Gaule romaine, actes du Xe congrès de l’association AGER, Lille, 4-6 avril 2012, hors-série à la Revue du Nord (coll. « Art et archéologie », 21) : 93-108.

Clavel B., Dessouter S. & Dreano Y. À paraître. « Conserver de la morue aux xe-xie siècles dans les Flandres : le cas de Craywick (rues de l’Eglise et de l’Aven) ». In : L. Le Goff (dir.), Des environnements et des hommes. Apports croisés des archéosciences et de l’archéologie à l’histoire des sociétés médiévales de l’ouest de la France, Séminaires archéologiques de l’Ouest du 21 mai 2015, Rennes 2.

Cuenca Solana D., Dupont C. & Hamon G. 2015. « Instrumentos de concha y producción cerámica en los grupos neolíticos de la costa Atlántica del oeste de Francia ». In: I. Gutierrez-Zugasti et al. (dir.), Actas de la IV Reunión de Arqueomalacología de la Península Ibérica, Santander, 22-24 mai 2014. Santander, Nadir Ediciones : 101-111.

Desse-Berset N. 2009. « La pêche dans l’économie de subsistance des sites de Ponthezières et de la Perroche (Île d’Oléron, Néolithique final) ». In: L. Laporte (dir.), Des premiers paysans aux premiers métallurgistes sur la facade atlantique de la France (3500-2000 av. J.-C.). Chauvigny, Association des publications chauvinoises (« Mémoire », 33) : 584-609.

Desse J. & Desse-Berset N. & Desse J. 2000. « Salsamenta, garum et autres préparations de poissons : ce qu’en disent les os». Mélanges de l’École Française de Rome, 112 (1) : 73-97.

Desse-Berset N. & Radu V. 1996. « Stratégies d’échantillonnage et d’exploitation des restes osseux de poissons pour une approche paléoenvironnementale et paléoéconomique : l’exemple d’Hârsova (Roumanie, Néolithique final-Chalcolithique) », actes du colloque de Périgueux 1995, supplément à la Revue d’Archéométrie : 181-186.

Driard C. 2008. « Un établissement romain spécialisé dans les productions de salaisons et sauces de poisson à Étel (Morbihan, France) ». In: P. Béarez, S. Grouard et B. Clavel (dir), Archéologie du poisson. 30 ans d’archéo-ichtyologie au CNRS, Hommage aux travaux de Jean Desse et Nathalie Desse-Berset, actes des XXVIIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes/ XIVth ICAZ fish remains working group meeting. Antibes, Association pour la promotion et la diffusion des connaissances : 237-244.

Driard C., Dréano Y. & Garnier N. 2017. « Les sauces de poisson produites sur la côte atlantique des Gaules : sources archéologiques et productions diversifiées des ateliers de salaison », Gallia, 74 (2) : 183-205.

Dupont C. 2006. La malacofaune de sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique de la France: contribution à l’économie et à l’identité culturelle des groupes concernés. Oxford, Archeopress (« British Archaeological Reports International Series », 1 571).

Dupont C. 2012. « Ne confondons pas coquilles et coquillages. Vision diachronique de l’archéologie des mollusques le long de la façade atlantique », Techniques & Culture, 59 : 242-259.

Dupont C. 2017a. « Coquillages et coquilles au château de Versailles aux xviie et xviiie siècles : entre repas et rocailles de fontaines », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles. https://journals.openedition.org/crcv/14407 (consulté le 19/07/2019).

Dupont C. 2017b. « Connaitre l’exploitation du littoral par l’Homme à partir des invertébrés marins découverts en contexte archéologique », Les Nnouvelles de l’archéologie, 148 : 28-33. https://journals.openedition.org/nda/3714 (consulté le 19/07/2019).

Ephrem B. 2014. Piscatores Oceanici et Garumnae. Pour une approche par l’archéo-ichtyologie de la pêche en Aquitaine romaine Bordeaux, supplément à Aquitania, 31.

Ephrem B. 2018. « Apports de l’étude archéo-ichtyologique de l’Isle-Saint-Georges (Gironde) au commerce de poissons marins sur l’axe aquitain : processus interculturel et modalités de diffusion (ier s. av. J.-C.–iiie s. apr. J.-C.) », Gallia, 75 : 119-139.

Gruet M., Lemonnier L. & Gruet Y. 1999. « Les coquilles marines ». In : C. Burnez & P. Fouéré (dir.), Les enceintes néolithiques de Diconche à Saintes (Charente-Maritime). Paris, Société préhistorique française (« Mémoire », 35) ; Chauvigny, Association des publications chauvinoises (« Mémoire », 15) : 139-145.

Gruet Y. 1983. « Huîtres plates, Ostrea edulis, rejetées sur la côte sud-ouest de l’île de Noirmoutier : un phénomène de type “catastrophique” », Haliotis, 13 : 13-24.

Laporte L. (dir). 2009. Des premiers paysans aux premiers métallurgistes sur les côtes charentaises France (3500-2000 av. J.-C.). Chauvigny, Association des publications chauvinoises (« Mémoire », 33).

Mougne C. 2015. Exploitation et utilisation des invertébrés marins durant la Protohistoire sur le territoire continental et littoral Manche-Atlantique français, thèse de doctorat d’archéologie et archéosciences. Rennes, université de Rennes 1, 710 pages.

Sauzeau T. 2005. « Du sel aux huîtres : la mutation socio-économique du littoral saintongeais (xviie-xixe s.) », Revue Historique du Centre Ouest, t. II, 2e semestre : 321-368.

Schmit P. & Gallardo G. (dir.). 1997. L’huître en Basse-Normandie. Caen, Centre régional de culture ethnologique et technique de Basse-Normandie (C.Ré.C.E.T) (coll. « Les carnets d’ici »).

Sternberg M. 1995. La pêche à Lattes dans l’antiquité à travers l’analyse de l’ichtyofaune. Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon (série Lattara, 8).

Van Neer W., Ervinck A. & Monsieur P. 2010. « Fish bones and amphorae : evidence for the production and consumption of salted fish products outside the Mediterranean region ». Journal of Roman Archaeology, 23 : 161-195.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Indices d’incorporation de coquilles échouées mortes dans les décors muraux de Langrolay-sur-Rance (Côtes-d’Armor). 1 : Donax trunculus percée par un gastéropode ; 2 et 4 : Tritia reticulata aux fragments coquilliers piégés dans leur ouverture ; 3 et 5 : bigorneaux Littorina littorea à la coquille érodée par la mer.
Crédits © Photographies C. Dupont, Cnrs.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6M
Titre Fig. 2. Distribution anatomique des restes de Gadidés (Nombre de restes déterminés = 524) découverts sur le site de Craywick (rues de l’Église et de l’Aven, Nord, Clavel et al. à paraître). Les valeurs les plus fortes s’enregistrent sur le squelette crânien. À contrario, les résultats obtenus sur le squelette appendiculaire et rachidien signent des valeurs faibles. Ces observations reflètent très probablement une activité spécifique de préparation impliquant la décollation des poissons.
Crédits © Dao : B. Clavel, dessin du squelette de cabillaud : M. Coutureau, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 3. Variation géographique des gabarits de poissons plats (type plie ou carrelet) au xive siècle.
Crédits © Dessin B. Clavel, Cnrs.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4. Valve de bucarde de Norvège Laevicardium crassum utilisée comme outil. Les nombreuses stries d’abrasion observées sur la surface externe, la charnière et le bord du test témoignent de l’utilisation intensive de cet outil. Fouilles de l’Inrap à Pont-Bordeau (Charente-Maritime), sous la direction de J. Rousseau.
Crédits © Photographies C. Dupont, Cnrs.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6281/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Dupont, Benoit Clavel, Nathalie Desse-Berset, Philippe Béarez et Yves Gruet, « Pêcher, préparer et consommer les ressources animales de l’estran et au-delà », Les nouvelles de l'archéologie, 156 | 2019, 15-20.

Référence électronique

Catherine Dupont, Benoit Clavel, Nathalie Desse-Berset, Philippe Béarez et Yves Gruet, « Pêcher, préparer et consommer les ressources animales de l’estran et au-delà », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6281

Haut de page

Auteurs

Catherine Dupont

UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, université de Rennes

Articles du même auteur

Benoit Clavel

Sorbonne Université, CNRS, MNHN / UMR 7209 « Archéozoologie, archéobotanique, sociétés, pratiques et environnements »

Articles du même auteur

Nathalie Desse-Berset

Retraitée du CNRS, collaborateur de l’UMR 6130 « Cultures et environnement. Préhistoire, antiquité, Moyen Âge » CEPAM, université de Nice

Philippe Béarez

Sorbonne Université, CNRS, MNHN / UMR 7209 « Archéozoologie, archéobotanique, sociétés, pratiques et environnements »

Articles du même auteur

Yves Gruet

Retraité de l’université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals