Navigation – Plan du site

Des crevettes dans le garum ? Découverte exceptionnelle de restes de crevettes (crustacés décapodes) dans les niveaux du port romain de Ratiatum (Rezé, Loire-Atlantique)

Shrimps inside garum? Exceptional discovery of shrimp remains (Crustacea Decapoda) in the archaeological levels of the Roman harbour of Ratiatum (Rezé, Loire Atlantique, France)
Aurélia Borvon

Résumés

Des restes de crevettes (Crustacés décapodes) ont été découverts à l’occasion de fouilles archéologiques programmées réalisées au sein du quartier portuaire romain de Ratiatum (Rezé, Loire-Atlantique). Les carapaces de ces petits animaux sont indétectables sans prélèvement et tamisage fin des sédiments (maille 1,1 mm). La présence de ces fragments de crevettes est en effet exceptionnelle en contexte archéologique : très fragiles, leur préservation est ici liée à l’excellente conservation des vestiges en milieu humide. Les restes de deux espèces ont pu être identifiés, grâce à la morphologie de leur rostre (prolongement rigide de la tête) pour la crevette blanche Palaemon longirostris, et de leur telson (partie terminale postérieure du corps des arthropodes) pour la crevette grise Crangon crangon. Les éléments des premières sont très fréquents, tandis que les secondes sont plus rares. L’écologie de la principale espèce identifiée P. longirostris témoignerait d’une activité de pêche réalisée dans une zone estuarienne d’un fleuve comme la Loire. L’association systématique avec de petits poissons très probablement utilisés pour la confection de sauce de poissons atteste de la probable participation des crevettes à ce type de préparation.

Haut de page

Texte intégral

1Les fouilles archéologiques réalisées dans les niveaux portuaires de Ratiatum (Rezé, Loire-Atlantique ; Mouchard ce volume) ont permis de récolter de nombreux vestiges fauniques. Parmi ceux-ci, des milliers de morceaux de carapaces de crevette ont été découverts, essentiellement livrés par des niveaux datés de la première moitié du IIe à la seconde moitié du IIIe siècle après J.-C.

2Parmi les fragments de carapaces (ou exosquelette) rencontrés, on trouve diverses parties de l’animal mais les rostres (prolongement rigide de la tête), les telsons (partie terminale postérieure du corps des arthropodes), les mandibules et les « pinces » (propode et dactylopode) sont les plus faciles à identifier anatomiquement.

3La morphologie des rostres, c’est-à-dire leur forme générale et le nombre de dents sous le rostre, permet la diagnose des espèces de la famille des « crevettes roses », les Palaeomonidés (Borvon & Gruet 2018). À Rezé, l’espèce identifiée par les rostres suffisamment bien préservés est la crevette blanche Palaemon longirostris (fig. 1), dont on dénombre plus de 200 individus. La relation biométrique établie entre les mensurations des rostres et la longueur de crevettes actuelles permet de restituer la taille d’une quarantaine d’individus : ils mesurent pour la plupart entre 2,5 et 4,5 cm (ibid.).

Fig. 1. Les crevettes de Rezé : vue générale (A) des vestiges fauniques de l’Us 43357 (secteur 18, première moitié du IIe siècle apr. J.-C.) au sein duquel sont retrouvés des rostres de crevettes (B). Détail d’un rostre de crevette blanche Palaemon longirostris (C).

Fig. 1. Les crevettes de Rezé : vue générale (A) des vestiges fauniques de l’Us 43357 (secteur 18, première moitié du IIe siècle apr. J.-C.) au sein duquel sont retrouvés des rostres de crevettes (B). Détail d’un rostre de crevette blanche Palaemon longirostris (C).

© clichés A. Borvon.

4Dans le cas des crevettes qui présentent un rostre très court, c’est-à-dire les crevettes grises ou Crangonidés, les telsons et les « pinces » sont les parties diagnostiques (ibid.). L’espèce identifiée est la crevette grise Crangon crangon. Moins d’une dizaine d’individus sont rencontrés.

5L’écologie de la principale espèce identifiée Palaemon longirostris témoignerait d’une activité de pêche réalisée dans une zone estuarienne d’un fleuve comme la Loire, puisqu’elle est, à l’heure actuelle, strictement inféodée à l’amont des grands estuaires où elle effectue tout son cycle de vie (Marchand et al. 1977 ; Aurousseau 1984 ; Béguer 2009). Il convient néanmoins de garder à l’esprit que l’environnement général de l’estuaire de la Loire a été largement modifié depuis l’Antiquité (Boutelier et al. 1982).

6À Rezé, l’association systématique avec les restes de petits poissons très certainement utilisés pour la confection de sauce de poissons de type garum (Borvon 2017) renseigne sur la probable participation des crevettes à ce type de préparation culinaire (Van Neer et al. 2005, 2015 ; Mazzocchin & Wilkens 2013). Elles témoignent ainsi indirectement des activités portuaires en documentant le transit, si ce n’est la consommation, de denrées alimentaires dans le port de Ratiatum.

7La présence de ces fragments de crevettes est exceptionnelle en contexte archéologique : très fragiles, leur préservation est liée à la très bonne conservation des vestiges en milieu humide anaérobie. La méthode de collecte influe également très fortement sur leur représentation, puisque sans prélèvement et tamisage fin (maille de 1,1 mm) des sédiments, ils sont quasiment indétectables. De manière générale, la reconnaissance et l’identification des restes de crevettes sur les sites archéologiques sont rares, ce qui s’explique en partie par la fragilité de leur carapace. À notre connaissance, seules trois mentions avec identification des espèces sont disponibles dans la littérature pour la période romaine. Elles sont attestées par un ou quelques individus et uniquement retrouvées dans des amphores (Lepiksaar 1986 ; Mazzocchin & Wilkens 2013 ; Van Neer et al. 2015). À l’avenir, il conviendrait de rechercher ce type de vestiges dans d’autres contextes archéologiques propices à leur conservation (milieu humide, latrines, etc.) de manière à mieux renseigner la présence jusqu’ici très discrète de ces petits crustacés.

Haut de page

Bibliographie

Aurousseau J.-M. 1984. Éléments d’écologie de la crevette blanche, Palaemon longirostris (H. Milne Edwards, 1837), dans l’estuaire de la Gironde : dynamique de la population et production, thèse de doctorat. Paris, université Paris 6, 227 p.

Béguer M. 2009. Réponse d’une population aux forçages environnementaux et anthropiques : le suivi à long terme de la crevette Palaemon longirostris de l’estuaire de la Gironde (1979-2007), thèse de doctorat. Bordeaux, université de Bordeaux 1, 250 p.

Borvon A. 2017. « Les poissons du port romain de Ratiatum (Rezé, Loire-Atlantique, France) : espèces consommées, sauces et techniques de pêche ». In : R. Gonzalez Villaescusa, K. Schörle, F. Gayet et F. Rechin (dir.), L'exploitation des ressources maritimes de l'Antiquité, actes des 37e Rencontres internationales d’archéologie et d'histoire d’Antibes & 12e colloque de l’Association AGER. Antibes, Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques : 23-40.

Borvon A. & Gruet Y. 2018. « Découverte exceptionnelle de restes de crevettes (crustacés décapodes) dans les niveaux du port romain de Ratiatum (Rezé, Loire-Atlantique) », Archéosciences, 42 (1) : 7-15.

Boutelier P., Gouleau D., Nikodic J. & Ottmann F. 1982. « Les échanges transversaux entre le chenal et les vasières latérales dans l’estuaire de la Loire », Mémoires de la Société géologique de France, 144 : 101-110.

Lepiksaar J. 1986. « Tierreste in einer römischen Amphore aus Salzburg (Mozartplatz 4) », Bayerische Vorgeschichtsblätter, 51 : 163-185.

Marchand J., Denayer J.-C. & Montfort D. 1977. Étude écologique de la basse-Loire de Nantes à Saint-Nazaire (Invertébrés - Vertébrés), université de Nantes, U.E.R. des sciences de la nature, laboratoire de biologie marine.

Mazzocchin S. & Wilkens B. 2013. « Fish and Crustaceans from a Roman Amphora in Northern Italy », Archaeofauna, 22 : 105-111.

Van Neer W., Wouters W., Codina Reina D., Fournet J.-L. & Preiss S. 2015. « Découverte de deux salaisons de poissons à Oxyrhynchus, el-Bahnasa, Égypte », Nova Studia Aegyptiaca, 9 : 567-578.

Van Neer W., Wouters W., Ervynck A. & Maes J. 2005. « New evidence from a Roman context in Belgium for fish sauce locally produced in northern Gaul », Archaeofauna, 14 : 171-182.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les crevettes de Rezé : vue générale (A) des vestiges fauniques de l’Us 43357 (secteur 18, première moitié du IIe siècle apr. J.-C.) au sein duquel sont retrouvés des rostres de crevettes (B). Détail d’un rostre de crevette blanche Palaemon longirostris (C).
Crédits © clichés A. Borvon.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélia Borvon, « Des crevettes dans le garum ? Découverte exceptionnelle de restes de crevettes (crustacés décapodes) dans les niveaux du port romain de Ratiatum (Rezé, Loire-Atlantique) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6336 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6336

Haut de page

Auteur

Aurélia Borvon

UMR 7041 ArScAn « Archéologie et sciences de l’Antiquité », équipe Archéologies environnementales, Nanterre ; Laboratoire d’anatomie comparée, Oniris (École nationale vétérinaire, agroalimentaire et de l’alimentation, Nantes-Atlantique) ; GEROM « Groupe d’études remodelage osseux et biomatériaux », Angers.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals