Skip to navigation – Site map

L’émergence d’une archéologie des installations de pêche de l’estran : les barrages à poissons

Cyrille Billard and Marie-Yvane Daire
p. 21-27

Abstracts

Fishweirs correspond to a primordial phase of the exploitation of natural resources: the one about shallow aquatic environments. Leaving important remains on the seashore, this universal technique lead to the rising of real archaeological approaches only over the past two decades.
Fishweirs have emerged in the pre-agricultural societies of North America and Australia. They are now well attested in Europe, particularly by the corpus of Danish and Irish submerged mesolithic sites. It's very likely that, for these periods, these fishweirs were associated to early forms of social complexity. The low coasts of the Northern half of Europe supplied a rich corpus of medieval and modern fishweirs.
The french atlantic seashore is rich in remains of ancient coastal fishweirs, from Charentes to norman coasts with an estimation of 1,600 sites. This knowledge has developed since 2006 on the coasts of Britanny and Normandy by the mean of systematic surveys and excavations. In the Mont-Saint-Michel, the excellent conservation of the remains and the complexity of the fishing sites, which used wood and stones, continue to amaze us.
Particular issues about these fishweirs are discussed here: the scarcity of their figurative representations, the importance of their legal status since the Middle Age, the close links with the farming world, the scarcity of archaeological objects. The article refers also to the existence of very broad trapping sites in the tropical zone, in conjunction with the “kites” used to catch wild fauna.

Top of page

Full text

1Certains voient dans la création d’un barrage pour pêcher sur l’estran le prolongement d’une collecte à pied opportuniste utilisant certaines configurations topographiques du relief de la zone intertidale. Cependant, ce système technique hautement complexe a été sous-évalué par le monde de l’archéologie, qui l’a longtemps considéré comme une manière marginale de compléter les ressources plus régulières issues de l’exploitation terrestre.

2Pourtant, il est universellement connu et correspond à une phase primordiale de l’exploitation des ressources naturelles disponibles dans les environnements aquatiques peu profonds, estrans, estuaires, lagunes et rivières. La quasi-absence de cette technique dans les eaux stagnantes, notamment dans les lacs, s’explique aisément par le mode de fonctionnement des barrages qui nécessite un déplacement des poissons, qu’il soit lié au cycle biologique de certaines espèces (migration), au balancement des marées ou au courant d’une rivière.

3L’intérêt pour les barrages à poissons et les viviers est redoublé lorsqu’on prend conscience qu’il s’agit des seules techniques de pêche pouvant être documentées par des aménagements spécifiques et susceptibles de laisser des traces archéologiques.

Utilisation et position des pêcheries sur l’estran

4Le principe de tels barrages est de contraindre le poisson à emprunter un passage étroit dans lequel il sera pêché au moyen d’un instrument mobile de type filet emmanché, ou à se diriger vers un piège d’où il ne pourra s’échapper.

5L’exploitant d’une pêcherie est soumis à un double rythme : celui des deux marées quotidiennes (qui oblige à une pêche de nuit quotidienne) et celui de l’alternance des marées de forte amplitude (marées de vives-eaux) et des marées de faible amplitude (marées de mortes-eaux). Dans ces conditions, on peut concevoir que les pêcheurs ont cherché à avoir accès à leur lieu de pêche le plus grand nombre de jours possible par an. Selon Loïc Langouet, la meilleure position théorique des pêcheries se place entre les niveaux des basses mers et des hautes mers de mortes-eaux. Il reconnait toutefois que d’autres contraintes locales doivent être prises en compte, en particulier la topographie ou le type de ressource pêchée. De notre point de vue, il faut en ajouter d’autres, comme la gêne pour la navigation que constituaient ces installations. De plus, les pêcheurs ont cherché soit à avoir accès à leur lieu de pêche le plus souvent, soit à acquérir le maximum de poissons en y consacrant le moins de jours possible, ce qui les a conduits à placer leur pêcherie le plus bas possible sur l’estran. Ce dernier argument est évoqué au début du xviiie siècle dans les rapports de F. Le Masson du Parc, inspecteur
des pêches.

Petit historique des recherches

6L’approche archéologique des barrages à poissons est relativement récente. Les archéologues fondateurs de la fin du xixe siècle, tel Gabriel de Mortillet (1890), ne manquent pas d’identifier cette technique comme celle qui dut être utilisée de manière commune lors de la préhistoire. Ils s’appuient en cela sur les nombreux récits d’explorations qui accompagnent l’expansion coloniale.

7Grâce à ses pérégrinations en Extrême-Orient, André Leroi-Gourhan (1945) décrit de manière détaillée les modalités générales de cette technique qu’il identifia comme universelle. Au terme ambigu de pêcherie, il préfère celui de barrage à poissons. En cela, il distingue le piège du barrage, la pechêrie étant un dispositif composite doté d’un ouvrage servant à guider le poisson vers le lieu de capture (le piège).

8Sans être exhaustif, on peut établir les quelques étapes importantes de l’émergence d’une véritable archéologie des pêcheries. L’une des plus anciennes publications sur ce type d’installations concerne des barrages en bois en contexte intertidal en Amérique du Nord (Johnson 1942, 1949), sur le site de Boylston Street à Boston (Massachussets, États-Unis). Près de 65 000 pieux et clayonnages entrelacés ont été trouvés à des niveaux profonds (environ 4,50 m) lors de travaux d’aménagement réalisés entre 1913 et 1957 (Delima & Dincauze 1998 ; datation vers 3 350 cal. BC).

9Mais l’intérêt pour les pêcheries a connu un essor sans précédent à travers le monde depuis une vingtaine d’années.

10L’essentiel des références provient de l’Europe septentrionale et surtout d’une documentation en langue anglaise. D’une manière générale, les pêcheries fixes font leur première apparition dans les sociétés pré-agricoles de l’Amérique du Nord et de l’Australie, même si les études approfondies (aussi bien de sites de pêche que d’ensembles fauniques) manquent encore. Elles sont maintenant attestées en Europe, en particulier par le corpus des sites mésolithiques submergés danois et irlandais.

  • 1 Sauf mention particulière, les datations 14C sont calibrées.

11Sur la côte des Amériques, en particulier au Canada, la masse documentaire de pêcheries intertidales est considérable et liée à une activité qui a perduré jusqu’à très récemment, comme l’attestent les nombreuses datations qui s’étalent sur quatre millénaires (Moss & Erlandson 1998)1.

12Les recherches sur les pêcheries des îles Britanniques concernent tout particulièrement les grands estuaires littoraux. L’essentiel de la documentation couvre la totalité du Moyen Âge, depuis la période dite saxonne jusqu’au début de l’époque moderne. Les premières contributions des années 1980 soulignaient déjà les directions nouvelles prises par les chercheurs anglais : étude systématique de certaines rivières, association d’étude paléoenvironnementale à la recherche archéologique, typologie poussée des hameçons, des pierres de lest et des poids de filets.

13L’étude des pêcheries de rivière a grandement avancé grâce aux travaux des archéologues anglo-saxons, qui ont intégré ce thème de recherche dans la discipline nouvelle de la Waterfront Archaeology (Aston 1988 ; Salisbury 1991). Une première tentative de classement des types de pêcherie à partir de nombreux exemples aux formes très variées fut alors proposée.

14En Irlande, les recherches reposent principalement sur les travaux de A. O’Sullivan (2000, 2005) et de T. McErlean (McErlean et al. 2002), qui portent en grande partie sur l’estuaire du Shannon, le Strangford Lough et les ensembles remarquables d’installations médiévales et modernes, comme celle de Bunratty, datée de la fin xiie-début xiiie siècle.

15Sur le site de North Wall Quay à Dublin (McQuade & O’Donnell 2007), une zone de pêcherie mésolithique (datation vers 6 100-5 700 av. J.-C.) a été fouillée. Cet ensemble composite, situé sur un paléolittoral à 6,3 mètres sous le niveau actuel des plus basses mers, associe des alignements de pieux à des pièges mobiles en vannerie ou en gaules de clayonnage. Cette étude vient compléter les nombreuses données recueillies sur le littoral de la mer Baltique, au Danemark et au nord de l’Allemagne.

16Le Danemark est incontestablement le pays le plus richement documenté pour ce qui concerne les plus anciennes pêcheries sédentaires et, plus généralement, les activités de pêche, une grande partie des sites étant submergés (Fischer 1997, 2004). Les derniers chasseurs-pêcheurs-collecteurs y ont laissé les traces d’une intense occupation des anciens rivages et des systèmes fluviaux d’eau douce. Près de 2 300 sites mésolithiques et néolithiques, majoritairement des barrages en bois, ont été recensés au large des côtes danoises, entre la surface et 25 mètres de profondeur.

17Cette documentation a permis très tôt de proposer un modèle d’implantation topographique des groupes mésolithiques dans les zones submergées danoises (Fischer 1997).

18Au nord des Pays-Bas, le site d’Emmeloord (dans un polder gagné sur le Zuidersee entre 1942 et 1968) a livré un ensemble remarquable de barrages à poisson dont certains ont conservé des panneaux de clayonnage (Bulten 2009).

19Mais les données les plus riches obtenues en Grande-Bretagne se situent en majorité dans les grands estuaires et concernent surtout la période médiévale. Dans l’estuaire de la Severn notamment (Nayling 1999a, 1999b), des structures en pierre en forme de V côtoient des palissades de clayonnage ou d’autres pièges à poissons plus récents forment des structures linéaires qui rappellent les pièges coniques fixés sur des pieux verticaux (putt weir) connus localement.

Sur la façade Atlantique-Manche-mer du Nord, résultats et nouvelles problématiques

20Le littoral occidental français est riche en vestiges d’anciennes pêcheries littorales, depuis les côtes charentaises jusqu’aux côtes normandes, avec environ 1 600 sites estimés (Daire à paraître) (fig. 1). Cette connaissance s’est développée depuis 2006 sur les côtes bretonnes sous la forme d’un inventaire systématique qui apporte une masse considérable d’informations (Langouët & Daire 2009 ; Daire, Langouët & Mahéo 2013). Avec plus de 780 installations inventoriées jusqu’à présent, ce travail met en évidence la supériorité numérique des barrages en pierres – très certainement due à une meilleure conservation différentielle en comparaison de ceux construits en bois (fig. 2a et 2b). Des outils méthodologiques ont été élaborés afin notamment d’enregistrer la position précise de ces anciennes installations par rapport au niveau marin : les variations altimétriques liées à leur adaptation à la remontée du niveau marin offrent une possibilité de datation indirecte. Ce travail pointe en effet l’existence de barrages en pierres submergés et donc n’affleurant jamais au-dessus du niveau des plus basses mers. La possibilité d’étudier des barrages à poissons peut-être datables de la Préhistoire récente ouvre un nouveau champ de la recherche archéologique sous-marine.

Fig. 1. Extension des pêcheries fixes du littoral des régions de l’Ouest de la France.

Fig. 1. Extension des pêcheries fixes du littoral des régions de l’Ouest de la France.

© Dessin M.-Y. Daire.

Fig. 2a et 2b. Prospection sur un ensemble de barrages de pierres étagées (estran au large de Saint-Jean-de-la-Rivière, 50).

Fig. 2a et 2b. Prospection sur un ensemble de barrages de pierres étagées (estran au large de Saint-Jean-de-la-Rivière, 50).

© Photographies F. Levalet.

21Des prospections ont également été menées dans le département de la Manche (environ 350 sites répertoriés), en Seine-Maritime (Vincent 2013) et en Vendée. Ces résultats ont été notamment possibles grâce à la mise en ligne de l’Ortho-littorale, couverture aérienne de l’estran à marée basse. Les côtes aquitaines et picardes et celles du nord de la France n’ont pas livré de telles structures. Toutefois, elles sont présentes de manière privilégiée sur les estrans au moins partiellement rocheux, les estrans sableux ayant pu davantage faire l’objet d’aménagements en bois, aujourd’hui moins visibles.

22Ces fortes densités de sites ne doivent pas cacher une diversité d’installations, à la fois adaptées aux matériaux disponibles sur place et aux environnements côtiers : barrages droits, en V, en L à une ouverture, longues écluses à plusieurs ouvertures, « hauts-parcs » ou « tésures ». Cette diversité est probablement le reflet d’une évolution des techniques de construction et de pêche sur le long terme.

23Dans la baie du Mont-Saint-Michel, Saint-Jean-le-Thomas et Champeaux (Manche), trois ensembles remarquables de barrages en bois datés de la transition entre Néolithique et âge du Bronze ont donné lieu à une fouille entre 2002 et 2007 (fig. 3) (Billard & Bernard 2016a). Les trois sites permettent d’envisager une activité à grande échelle sur plusieurs kilomètres carrés.

Fig. 3. Vestiges de barrages à poissons au nord-est de la baie du Mont-Saint-Michel à la transition Néolithique final-Bronze ancien.

Fig. 3. Vestiges de barrages à poissons au nord-est de la baie du Mont-Saint-Michel à la transition Néolithique final-Bronze ancien.

© Dessin C. Billard.

24Les aménagements sont complexes, ne laissant pas toujours entrevoir un fonctionnement simple quant aux dispositifs de capture. Les techniques employées dans les haies de barrage ou pour les renforcer montrent une grande diversité. L’utilisation de matériaux ligneux tels que des branches de fougères ou des liens souples en noisetier fait partie intégrante de ce système technique : des dispositifs de panneaux mobiles tressés et des poutres de renfort ont été employés. En dehors de probables campagnes de réfection nécessaires au début de la saison de pêche (à la fin de l’hiver), les vestiges montrent un entretien régulier. Certains aménagements situés au sud du site ont très probablement joué un rôle dans le contrôle de l’écoulement de ces chenaux.

25L’étude des bois éclaire ici plusieurs aspects majeurs du fonctionnement de la pêcherie et de l’économie de la ressource ligneuse. Sur les sites des plages de Pignochet et Saint-Michel, à Saint-Jean-le-Thomas, les dates d’abattage indiquent des durées de fonctionnement assez brèves (environ 29 années pour la première, 9 années pour la seconde), ce qui implique une forte mobilité de ces installations au gré des transformations du milieu. Avec une prédominance de bois tendres, les matériaux utilisés correspondent à une ressource locale abondante, principalement issue des marais d’arrière-cordon, et fortement standardisée grâce à la pratique du recépage.

26Le travail mené autour de Saint-Jean-le-Thomas met également en évidence plusieurs sites complémentaires montrant d’autres techniques de pêche, notamment dans le marais littoral d’arrière-cordon, ou potentiellement consacrés à la transformation du poisson (fours de fumage ?).

27Plusieurs interventions majeures concernent la période médiévale et notamment le Haut Moyen Âge : sites de Champeaux « Les Falaises » et « Sol-Roc » (Manche) (fin vie-xve siècles ; ibid.), Servel « plage du Taureau » (Côtes d’Armor ; fig. 4), dont les plus anciennes sont datées de 615, d’autres se succédant depuis le viie jusqu’au xve siècle (Bernard & Langouët 2014).

Fig. 4. Vue aérienne des vestiges de pêcherie du Petit-Taureau à Servel-Lannion.

Fig. 4. Vue aérienne des vestiges de pêcherie du Petit-Taureau à Servel-Lannion.

© Photographie N. Mahéo et L. Langouët.

Une extrême rareté de l’iconographie des barrages à poissons dans le monde

28Curieusement, les représentations de barrages à poissons sont rares, voire exceptionnelles. Le visiteur étranger au monde de la pêche n’a pas été sensible à ces aménagements de grandes dimensions et de surcroît souvent immergés, donc peu visibles. De plus, le ramassage de poissons constitue un geste bien moins héroïque que la chasse aux bêtes sauvages pratiquée par l’aristocratie.

29L’Égypte ancienne abonde d’illustrations de scènes de pêche, constituant ainsi un corpus unique et un témoignage exceptionnel sur la diversité des techniques mises en œuvre (Brewer & Friedman 1989), qui intègre rarement les barrages à poissons. Ces ouvrages y figurent seulement sous deux formes distinctes : les « barricade traps » du site rupestre de El-Hosh, en Haute-Égypte, qui sont des sortes de barrages labyrinthiques du delta du Nil (Huyge et al. 2002-2003) ; et des barrages à nasses fixées, comme c’est le cas dans le tombeau des deux frères à Saqqara (Ve dynastie, 2 550-2 350 avant J.-C. ; Moussa 1977).

30On connaît l’intérêt pour le poisson durant l’Antiquité gréco-romaine et l’utilisation de barrages autour de la Méditerranée semble très probable. Pourtant, seules les collections du musée de Sousse en Tunisie contiennent une mosaïque du iiie siècle de notre ère représentant une scène de pêche à l’emplacement d’un très probable barrage en bois.

Relations entre les pêcheries et l’activité agricole de la bande côtière

31D’une manière diachronique, les sources archéologiques et ethnographiques nous conduisent aujourd’hui à regarder l’estran comme un paysage aménagé et constituant le prolongement des espaces ruraux de la bande côtière. L’activité d’exploitation des barrages à poissons génère des modes de vie et des savoir-faire étroitement liés aux sociétés agricoles littorales. La documentation réunie met en évidence l’utilisation prépondérante de l’animal (le bœuf ou cheval) dans l’exploitation des pêcheries, notamment pour l’approvisionnement en bois et le transport du produit de la pêche.

32La principale phase de réfection des pêcheries à la fin de l’hiver s’inscrit parfaitement dans le calendrier agricole, tandis que l’animal domestique est à l’interface des activités terrestres et de l’exploitation de l’estran. En témoignent les nombreuses empreintes de bovinés à Saint-Jean-le-Thomas, mais aussi des restes de faune domestique découverts sur le site lui-même ou dans le marais proche.

Le statut juridique des pêcheries médiévales : une donnée archéologique fondamentale

33Les acquis récents de l’archéologie mettent en évidence des sites complexes qui évoluent avec le temps mais restent faiblement mobiles. Au Moyen Âge, les seigneuries et les grands domaines ecclésiastiques disposent librement de l’estran. À partir du xvie siècle, le roi cherche à se substituer au seigneur par la mise en place du domaine de la Couronne (qui deviendra le domaine public maritime). En mars 1584, une nouvelle ordonnance du roi de France Henri III interdit bon nombre de pêcheries sur l’estran ; seules celles dont l’exploitant pouvait justifier de titres de propriété antérieurs à 1544 ont pu se maintenir. Ce texte important et toujours en vigueur est l’un des très rares cas de propriété privée subsistant sur le domaine public maritime. Fortement combattu par l’administration maritime, ce statut particulier a conduit les propriétaires de pêcheries à conserver jusqu’à très récemment leurs titres de propriété et surtout à figer leur exploitation sur le même emplacement qu’au xvie siècle.

34Ainsi, à quelques exceptions près, une pêcherie encore en fonctionnement en 1960 était déjà en place avant 1544, date à laquelle des titres des xiiie ou xive siècle ont souvent été produits. Dans un environnement changeant, les pêcheries ont donc connu une stabilité spatiale étonnante.

Données chronologiques

35Connaissant ce contexte juridique particulier, la chronologie est certainement l’un des principaux apports des recherches récentes, grâce aux premières campagnes de fouille ayant permis d’obtenir des matériaux organiques et des bois pour des datations radiocarbone ou dendro-chronologiques. Les premières données disponibles pour le golfe normand-breton montrent que deux blocs se dégagent :

  • un petit groupe de barrages en bois centrés sur la transition Néolithique-âge du Bronze, autour de la baie du Mont-Saint-Michel (dont les sites de Saint-Jean-le-Thomas et Champeaux), mais aussi plusieurs installations en bois dans l’estuaire de la Rance en Ille-et-Vilaine (Langouët, Meury & Henaff 2000), ou encore dans l’archipel de Molène dans le Finistère (Gandois et al. 2017) ;
  • le reste commence dès le début du Haut Moyen Âge et court jusqu’à l’époque actuelle.

36Cette partition, qui vaut pour les îles britanniques, doit toutefois être nuancée par la remise en perspective des pêcheries liées à des contextes de la protohistoire finale ou de l’Antiquité.

Une archéologie sans mobilier ?

37L’archéologie des sites de barrages à poissons livre peu de mobilier ancien, céramiques, objets métalliques et outils. Cette rareté est surtout à mettre au compte d’une méthode de pêche qui ne nécessite aucun objet spécifique autre que ceux destinés au travail du bois ou au transport du produit de la pêche : ni hameçon, ni peson, peu de filets. L’intérêt des contextes lagunaires ou estuariens est donc surtout de fournir des types de mobilier exceptionnels qui documentent les techniques d’aménagement des pêcheries (pièces techniques en bois, chutes de bois avec traces d’outils, copeaux, liens souples en bois) ou des objets apportés par le flot et qui n’ont pas toujours un lien direct avec l’exploitation du site.

Comment identifier les restes de consommation liés aux pêcheries ?

38Compte tenu du déficit général de documentation sur le sujet, en particulier sur la façade atlantique, l’étude des restes de poissons constitue une source essentielle. L’exploitation des pêcheries fixes ou de pièges à poissons est d’abord documentée par l’étude d’assemblages fauniques provenant de sites côtiers et qui, par leur composition, évoquent des captures par piégeage en eaux douces ou salées peu profondes, par exemple sur le site du Néolithique final de Ponthezières (Charente-Maritime ; Desse-Berset 2009) ou sur l’amas coquillier d’Ertebølle au Danemark (Enghoff 1987), où la reprise des recherches a permis de réévaluer la part des différentes espèces exploitées dont l’habitat ainsi que la petite taille suggère l’utilisation de pièges dans des eaux peu profondes.

39Certaines pêcheries d’estuaires ont toutefois livré des restes de poissons. Ainsi, celle de Sales Point (Gilman 1998), localisée dans l’estuaire de la Blackwater (Essex, Grande-Bretagne) et datée des viie-xe siècles, présente une zone de dépôt de restes de poissons de 6 mètres sur 4, pour 15 cm de profondeur. Le fouilleur l’interprète comme la preuve que le poisson était vidé sur place. Au nord de la baie du Mont-Saint-Michel, les pêcheries de Saint-Jean-le-Thomas (Clavel in Billard & Bernard 2016a) ont également fourni de nombreux restes de poissons, dont de nombreuses écailles. Ceux-ci ont été préservés dans les silts estuariens par le piétinement ou bien ont été piégés dans les vestiges de clayonnage.

40L’étude de la consommation des poissons issus des barrages littoraux doit donc avant tout s’appuyer sur une complémentarité de sites plus ou moins proches : sites de pêche, structures de transformation ou de rejets de consommation, éventuellement même les nécropoles proches pouvant être abordées par les analyses isotopiques.

Le cas des « méga-barrages »

41Plusieurs sites de barrages de la zone inter-tropicale dépassent par leurs dimensions les cadres typologiques habituels. Ainsi, d’importants aménagements couvrant plus de 500 km² ont été étudiés dans la région occupée par la tribu des Baures, à l’est de la Bolivie (Erickson 2000). La région, nommée Los Llanos de Mojos, est constituée de basses terres inondables caractérisées par une végétation de savanes, de marécages et de forêt tropicale. Les Baures ont aménagé ce qui est interprété comme un vaste réseau de barrages à poissons, viviers, canaux et levées de terre. Ces travaux complexes ont probablement été menés à la fin de la préhistoire et au début de l’époque coloniale (jusque vers 1600-1700 ans ap. J.-C.). Des comparaisons avec des aménagements actuellement observables en Zambie (McKey et al. 2016) confortent cette interprétation. De même, d’immenses installations de pêche, dont l’ancienneté et la fonction sont bien assurées, sont aujourd’hui visibles sur la terre ferme dans la région du Banc d’Arguin en Mauritanie (Vernet et al. 2013).

42En Australie, dans la région côtière du Lac Condah (zone tribale du Gunditjmara à l’ouest de Melbourne, district de Victoria), la présence d’abondants vestiges (habitats, amas coquilliers, nombreux restes de poissons, notamment d’anguilles et de cétacés, barrages) témoignent de l’exploitation ancienne des ressources côtières (Van Waarden & Wilson 1994 ; Hemming 1985). Comme la plupart des « méga-barrages », ces installations sont associées à l’alternance d’une période sèche et d’une période d’inondation qui permet la remontée des poissons à l’intérieur des terres. Les divers dispositifs de barrage et de piégeage sont complétés par de véritables viviers qui ont été interprétés comme un système de proto-aquaculture de l’anguille.

Des sociétés du piégeage ?

43Le renouveau de l’étude des barrages à poissons depuis une vingtaine d’années coïncide de manière fort intéressante avec le développement d’une archéologie des structures liées à la prédation des espèces sauvages terrestres ou pièges de chasse, qu’il s’agisse des fameux « kites » mis en évidence sur les marges désertiques du Proche-Orient et dans le Caucase (Helms & Betts 1987 ; Crassard et al. 2015) ou bien des Schlitzgruben interprétés comme fosses pièges (Achard-Corompt & Riquier 2013). De fait, les mondes de la chasse et de la pêche font l’objet d’un nouvel regard. Plus qu’un prélèvement aléatoire, chasse et pêche participent de stratégies techniques, d’aménagements complexes sur de très larges espaces, ainsi que d’une gestion maîtrisée de la ressource et d’un contrôle des milieux « sauvages ».

44Enfin, les barrages à poissons sont aujourd’hui associés à des formes précoces de complexité sociale. Dans les sociétés pré-agricoles notamment, l’exploitation d’une ressource abondante, qui peut être stockée, complémentaire des ressources de la bande terrestre, a exigé des aménagements complexes nécessitant un entretien permanent ; elle a dû aboutir à la fois à de fortes densités de population et à des formes précoces de sédentarité.

Top of page

Bibliography

Achard-Corompt N. & Riquier V. 2013. Chasse, culte ou artisanat? Les fosses “à profil en Y-V-W”. Structures énigmatiques et récurrentes du Néolithique aux âges des Métaux en France et alentour, actes de la table-ronde de Châlons-en-Champagne, supplément à la Revue archéologique de l’Est, 33.

Aston M., 1988. Medieval Fish, Fisheries and Fishponds in England, British Archaeological Reports (BAR) British series, 182 (1-2).

Billard C. & Bernard V. (dir.). 2016a. Pêcheries de Normandie. Archéologie et histoire des pêcheries littorales du département de la Manche. Rennes, Presses universitaires de Rennes (coll. « Archéologie et Culture »).

Billard C. & Bernard V. 2016b. « Les barrages à poissons au Mésolithique : une économie de prédation ou de production ? ». In : C. Dupont et G. Marchand, Archéologie des chasseurs-cueilleurs maritimes, de la fonction des habitats à l’organisation de l’espace littoral. Paris, Société préhistorique française (« Séances de la SPF », 6) : 113-126.

Brewer D. J. & Friedman R. F. 1989. « Fish and Fishing in Ancient Egypt », The Natural history of Egypt, vol. II. Warminster, Aris and Phillips.

Builth H. 2006. « Gunditjmarar Environmental Management: The Development of a Fisher-Gatherer-Hunter Society in Temperate Australia ? ». In : C. Grier, J. Kim et J. Uchiyama (dir.), Beyond affluent foragers: rethinking hunter-gatherer complexity, actes de la 9e conference ICAZ, Durham, 2002. Oxford, Oxbow Books: 4-23.

Bulten E. E. B. 2009. « Barrages à poissons et nasses à Emmeloord (Pays-Bas) ». In: C . Billard et M. Legris (textes réunis par), Premiers Néolithiques de l’Ouest, actes du colloque interrégional sur le Néolithique, Le Havre, 2007. Rennes, Presses universitaires de Rennes (coll. « Archéologie et Culture ») : 401-414.

Crassard R., Barge O., Bichot C.-E., Brochier J.-É., Chahoud J., Chambrade M.-L., Chataigner C., Madi K., Régagnon E., Seba H. & Vila E. 2015. « Addressing the Desert Kites Phenomenon and Its Global Range Through a Multi-proxy Approach », Journal of Archaeological Method and Theory, 22 (4) : 1 093-1 121.

Connaway J. M. 2007. Fishweirs, a world perspective with emphasis on the fishweirs of Mississipi. Jackson (MS), Mississipi department of Archives and History.

Daire M.-Y. (dir.), Bernard V., Billard C., Charpentier O., Dréano Y., Dutouquet L., Dupont C., Gabaude A., Langouët L., Le Bihan J. P., Mougne C., Provost A., Villard J. F., Quesnel L. À paraître. « Une archéologie de la pêche sur le littoral Manche-Atlantique de l’ouest de la France. Âge du Bronze, âge du Fer, Antiquité ». Revue archéologique de l’Ouest.

Daire M.-Y., Langouët L. & Mahéo M. 2013. « Une archéologie au rythme des marées : actualité des recherches sur les anciens barrages de pêcheries maritimes en Bretagne (France) ». In: M.-Y. Daire, C. Dupont, A. Baudry, C. Billard, J. M. Large, L. Lespez, E. Normand et C. Scarre (dir.), Anciens peuplements littoraux et relations Homme/milieu sur les côtes de l’Europe Atlantique, actes du colloque international HOMER, Vannes, octobre 2011. Oxford, Archeopress (« British Archaeological Reports International Series », 2 570): 151-162.

Desse-Berset N. 2009. « La pêche dans l’économie de subsistance des sites de Ponthezières et de la Perroche (île d’Oléron, Néolithique final) ». In : L. Laporte (dir.), Des premiers paysans aux premiers métallurgistes sur la façade atlantique de la France (3500-2000 av. J.-C.). Chauvigny, Association des publications chauvinoises (« Mémoire », 33) : 584-609.

Daire M.-Y. & Langouët L. 2010. Les anciens pièges à poissons des côtes de Bretagne, un patrimoine au rythme des marées. Alet, Centre régional archéologique d’Alet, n° spécial « Dossiers du Ce.R.A.A ».

Enghoff I.-B. 1987. « Freshwater Fishing from a Sea-Coast Settlement. The Ertebølle locus classicus revisited », Journal of Danish Archaeology, 5 (1) : 62-76.

Erickson C.-L. 2000. « An artificial landscape-scale fishery in the Bolivian Amazon », Nature, 408 (6 809) : 190-193.

Fischer A. 1997. « People and the sea – settlement and fishing along the mesolithic coasts ». In : L. Pedersen, A. Fischer et B. Aaby (dir.), The Danish Storebælt since the Ice Age - man, sea and forest. Copenhague, A/S Storebælt Fixed Link : 63-77.

Fischer A. 2004. « Submerged Stone Age—Danish exemples and North Sea potential ». In : N. C. Flemming (dir.), Submarine prehistoric archaeology of the North Sea, research priorities and collaboration with industry. York, Council for British Archaeology Research Reports, 141 : 21-36.

Fischer A. 2007. « Coastal fishing in Stone Age Denmark - Evidence from below and abode the present sea level and from human bones ». In : N Milner, G Bailey et O Craig, Shell middens and coastal resources along the Atlantic façade. Oxford, Oxbow : 54-69.

Gilman P. J. 1997. « Essex Fish Traps and Fisheries: an Integrated Approach to Survey, Recording and Conservation ». In: K. Bernick (dir.), Hidden Dimensions, The Cultural Significance of Wetland Archaeology. Vancouver, UBC Press (coll. « Pacific Rim Archaeology series »).

Helms S. & Betts A. 1987. « The Desert “Kites” of the Badiyat Esh-Sham and North Arabia », Paléorient, 13 (1) : 41-67.

Hemming S. 1985. « An aboriginal fish trap from Lake Condah, Victoria », Journal of the Anthropological Society of South Australia, 24 (3) : 2-6.

Huyge D., De Dapper M., Marchi E. & Watchman A. 2002-2003. « Les chasseurs de poissons d’El-Hosh (Haute-Égypte) : l’art rupestre le plus ancien de la vallée du Nil », Afrique: Archéologie & Arts, 2 : 39-46.

Langouët L. & Daire M.-Y. 2009. « Ancient Maritime Fish-Traps of Brittany (France): A Reappraisal of the Relationship between Human and Coastal Environment during the Holocene », Journal of Maritime Archaeology, 4 (2) : 131-148.

Langouët L., Meury J.-L. & Henaff X. 2000. « Deux anciennes pêcheries dans l’Anse du Rosais, à Saint-Malo (35) », Bulletin de l’AMARAI, 13, n°1 : 65-69.

McKey D. B., Durécu M., Pouilly M., Béarez P., Ovando A., Kalebe M. & Huchzermeyerg C. F. 2016. « Present-day African analogue of a pre-European Amazonian floodplain fishery shows convergence in cultural niche construction », PNAS, 113 (52). http://www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.1613169114.

McErlean T., McConkey R. & Forsythe W. 2002. Strangford Lough: an Archaeological Survey of the Maritime Cultural Landscape. Belfast, Blackstaff Press.

McNiven I. J., Crouch J., Richards T., Dolby N. & Jacobsen G. 2012. « Dating Aboriginal stone-walled fishtraps at Lake Condah, southeast Australia », Journal of Archaeological Science, 39 (2) : 268-286.

McQuade M. & O’Donnell L. 2007. « Late Mesolithic fish traps from the Liffey Estuary, Dublin, Ireland », Antiquity, 81 (313) : 569-584.

Mortillet de G. 1890. Origines de la chasse, de la pêche et de l’agriculture. Paris, Lecrosnier et Babé éditeurs.

Moss M.-L. & Erlandson J.-M. 1998. « A Comparative Chronology of Northwest Coast Fishing Features ». In : K. Bernick (dir.), Hidden Dimensions, The Cultural Significance of Wetland Archaeology. Vancouver, UBC Press (coll. « Pacific Rim Archaeology series ») : 180-198.

Moussa A. M. 1977. Das Grab des Nianchchnum und Chnumhotep. Mainz am Rhein, Zabern, (coll. « Archäologische Veröffentlichungen », 21).

Nayling N. 1999a. « Medieval and later fish weirs at Magor Pill, Gwent Levels: coastal change and technological developement », Archaeology in the Severn Estuary, 10 : 99-113.

Nayling N. 1999b. « A stone and wattle fish weir complex in Swansea Bay », Archaeology in the Severn Estuary, 10 : 115-124.

O’Sullivan A. 2000. Foragers, Farmers and Fishers in a Coastal Landscape: an interdital archaeological Survey of the Shannon estuary. Dublin, Royal Irish Academy (coll. « Discovery Programme monographs », 5).

O’Sullivan A. 2005. « Medieval fishtraps on the Shannon estuary, Ireland: Interpreting people, place and identity amongst wetland communities », Journal of Wetland Archaeology, 5 (1) : 65-77.

Salisbury C. R. 1991. « Primitive British fishweirs ». In : G. L. Good, R. H. Jones & M. W. Ponsford (dir.), Waterfront Archaelogy. Proceedings of the third International conference, Bristol, 1988. Londres, Council for British Archaeology (CBA) Research Report, 74 : 76-87.

Van Waarden N. & Wilson B. 1994. « Developing a Hydrological Model of the Lake Condah Fish Traps in Western Victoria Using GIS ». In : I. Johnson (dir.), Methods in the Mountains, Proceedings of UISPP Commission IV Meeting, Mount Victoria, Australia. Sydney, University of Sydney (« Sydney University Archaeological Methods Series 2 ») : 81-90.

Vernet R., Barusseau J. P., Araujo A. , Certain R., Descamps C., Abdoul D., Gallo Ba A., Goussard J. J., Cheikh H., Nancy S., Broquière M., Saliège J.-F. & Tous P. 2013. « Les barrages à poissons néolithiques de la presqu’île de Tintan (littoral atlantique du Sahara mauritanien) ». In: M.-Y. Daire, C. Dupont, A. Baudry, C. Billard, J.-M. Large, L. Lespez, E. Normand et C. Scarre (dir.), Anciens peuplements littoraux et relations Homme/Milieu sur les côtes de l’Europe atlantique, actes du colloque international HOMER, Vannes, octobre 2011. Oxford, Archeopress (« British Archaeological Reports International Series », 2 570) : 175-186.

Vincent T., 2013. « Pêcheries et pièges à poissons du littoral de la Seine-Maritime : un premier essai de prospection, de localisation, de dénombrement et de classement typologique », Bulletin de l’AMARAI, 26 : 27-48.

Top of page

Notes

1 Sauf mention particulière, les datations 14C sont calibrées.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Extension des pêcheries fixes du littoral des régions de l’Ouest de la France.
Credits © Dessin M.-Y. Daire.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6376/img-1.jpg
File image/jpeg, 493k
Title Fig. 2a et 2b. Prospection sur un ensemble de barrages de pierres étagées (estran au large de Saint-Jean-de-la-Rivière, 50).
Credits © Photographies F. Levalet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6376/img-2.jpg
File image/jpeg, 9.2M
Title Fig. 3. Vestiges de barrages à poissons au nord-est de la baie du Mont-Saint-Michel à la transition Néolithique final-Bronze ancien.
Credits © Dessin C. Billard.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6376/img-3.jpg
File image/jpeg, 227k
Title Fig. 4. Vue aérienne des vestiges de pêcherie du Petit-Taureau à Servel-Lannion.
Credits © Photographie N. Mahéo et L. Langouët.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6376/img-4.jpg
File image/jpeg, 2.4M
Top of page

References

Bibliographical reference

Cyrille Billard and Marie-Yvane Daire, « L’émergence d’une archéologie des installations de pêche de l’estran : les barrages à poissons », Les nouvelles de l'archéologie, 156 | 2019, 21-27.

Electronic reference

Cyrille Billard and Marie-Yvane Daire, « L’émergence d’une archéologie des installations de pêche de l’estran : les barrages à poissons », Les nouvelles de l'archéologie [Online], 156 | 2019, Online since 13 February 2020, connection on 19 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6376 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6376

Top of page

About the authors

Cyrille Billard

DRAC Normandie, UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, Rennes.

By this author

Marie-Yvane Daire

UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, université de Rennes.

By this author

Top of page

Copyright

© FMSH

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals