Navigation – Plan du site

Témoins d’exploitation des ressources végétales et minérales sur l’estran : l’exemple de Porspoder (Finistère)

Yves Gruet, Marie-Yvane Daire, Cyrille Billard et Alain Mercier
p. 28-32

Résumés

Un estran du village de Porspoder dans le Finistère montre différentes traces d’exploitation des ressources vivantes comme le goémon ou les poissons, mais aussi des ressources minérales comme le granite. Les roues de charrettes à cheval ont marqué la roche dure ou l’argile de cheminements sur la grève. Des restes d’un mur d’écluse à poissons (gord du Moyen Âge ?) sont encore visibles. Une carrière, exploitée avant le xixe siècle, présente des traces de rainures creusées au pic dans le granite.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

estran, goémon, traces, carrière, granite

Index by keyword :

foreshore, wrack, traces, quarry, granite
Haut de page

Texte intégral

À Yves Bodeur, à Marc Sers, à Claudine Tahier, à Marie-Hélène Colin-Maréchal, à Marcel Cren.

1Si la pêche, la collecte du sel ou des amendements marins est bien connue, l’exploitation de certaines ressources végétales et minérales reste seulement documentée par des travaux ethnographiques. Au travers d’un regard plus archéologique, nous avons choisi l’exemple concret de l’estran de la grève du bourg de Porspoder dans le Finistère (fig. 1) où de nombreuses traces nous permettent de déduire des activités plus ou moins anciennes. Cette côte du Léon est connue pour la diversité de ses algues (Loiseaux-de-Goër & Noailles 2008) et l’importance des forêts de laminaires (Arzel & Castric-Fey 1997) : il s’agit de la côte des paysans-goémoniers dont l’étude ethnographique fut menée par Pierre Arzel (1987). Une autre ressource, minérale celle-ci, a été reconnue sur la grande grève (An aod vraz) de Porspoder : le granit. Les traces de petites carrières mal connues y sont visibles. Nous allons suivre ces deux grands axes locaux, végétal et minéral, que nous compléterons par des données générales pour l’ouest de la France.

Fig. 1. Plan de la grève du bourg de Porspoder (Finistère) avec les traces susceptibles d’y être vues et la ressource en algues.

Fig. 1. Plan de la grève du bourg de Porspoder (Finistère) avec les traces susceptibles d’y être vues et la ressource en algues.

Les ressources végétales attestées par les traces archéologiques et l’ethnographie

2Sur cette grève, le goémon-épave était ramassé par les paysans à l’aide de râteaux à long manche projetés dans l’eau et ensuite tirés au sec (Arzel 1987). Toutefois, sur les côtes à falaises, d’autres procédés ont été inventés. Dans une réédition de Le Masson du Parc (Lieppe et al. 2009, fig. 66), il figure un « instruman pour haller le varech du bas de la coste au haut des falaises ». Ce système de va-et-vient tiré par un cheval en 1727-1728 a perduré jusqu’au xxe siècle sur les côtes de Bretagne et de Vendée (île d’Yeu), sous le nom de treuil à goémon ou celui de daviés.

3La fumure des champs avec des algues marines était pratiquée sur les côtes d’Europe. Dès l’époque gauloise (Malrain, Matterne & Méniel 2002) et au Moyen Âge (Mouritsen 2015), des sols devaient être amendés. Le goémon-engrais a fait l’objet d’un commerce, au xviie siècle, vers les zones de cultures maraîchères comme Brest ou Saint-Pol-de-Léon (Charpentier 2018).

4Un goémon de rive, le « goémon noir » (bizin du) représenté par des Fucales du genre Fucus et surtout l’Ascophyllum nodosum (fig. 1), était coupé à la faucille sur l’estran. Cette coupe, très réglementée, se fait encore actuellement sur la grève. Mises en poudre, l’Ascophyllum et d’autres algues rentrent dans la composition d’aliments pour bétail. La pratique est ancienne dans les pays nordiques où des algues étaient données à manger aux animaux domestiques (Mouritsen 2015). Les traces de cheminements des charrettes sont très fréquentes à Porspoder : le transport de lourdes charges (goémon, pierres) creuse de véritables ornières dans la roche (fig. 2, B), surtout aux endroits de ruptures de pente, dont l’importance des relevés a été démontrée par François Silva (Silva 2014). Ces cheminements suivis par les goémoniers dans les années 1960-1970 ont aussi pu être empruntés par des carriers.

Fig. 2. Carrière de Mazou à Porspoder (Finistère). A : un four à goémon nettoyé, mais sans ses cloisons séparatrices. B : traces de roues de charrettes sur un estran rocheux. C : vestiges du mur d’une écluse à poissons. D : en haut d’estran, des saignées (encoignures) découpent la roche. L’échelle est de 1 mètre.

Fig. 2. Carrière de Mazou à Porspoder (Finistère). A : un four à goémon nettoyé, mais sans ses cloisons séparatrices. B : traces de roues de charrettes sur un estran rocheux. C : vestiges du mur d’une écluse à poissons. D : en haut d’estran, des saignées (encoignures) découpent la roche. L’échelle est de 1 mètre.

5De nos jours, des personnes accréditées viennent dans la zone basse de la grève de Porspoder pour y collecter des algues rouges Palmaria palmata (dulse) ou les algues brunes Laminaria saccharina (kombu) et Himanthalia elongata (haricot de mer), utilisées dans l’alimentation humaine. D’autres algues alimentaires comme Porphyra umbilicalis ou nori, les entéromorphes et les ulves vivent sur le même estran. De tels usages sont traditionnellement connus, de l’Extrême-Orient au Groenland où les Inuit mangeaient « trois sortes d’algues crues ou très peu ébouillantées » pour un apport en vitamine C (Malaurie 1976, cité in Delluc et al. 1995).

6La grève de Porspoder a servi de mouillage à une douzaine de bateaux-goémoniers qui exploitaient le goémon de fond (laminaires ou tali) en le coupant avec leur pigouille (faucille au bout d’un long manche de plus de 3 mètres). Débarquées sur des charrettes qui montaient sur la dune toujours par le même chemin (chemin 1, fig. 1), les algues étaient séchées puis brûlées dans des fours à soude allongés et compartimentés (fig. 2, A). Chaque compartiment du four donnait un « pain de soude », matière première d’une industrie chimique en plein développement. L’extraction d’iode à partir des algues marines fut découverte en 1811 par le chimiste Bernard Courtois (1777-1838) ; en 1825, son confrère François Benoît Tissier (1803-1873) ouvre une première usine en Normandie, où existait déjà une tradition de collecte de varech, puis une deuxième au Conquet (Finistère), en 1830. À partir de cette date, le nouveau métier de « paysan-goémonier » (Arzel 1987) se développe en Bretagne jusqu’à connaître un pic d’activité à la fin du xixe siècle. Il a disparu dans les années 1955-1960.

7Grâce à la mécanisation des bateaux, l’exploitation des laminaires pour les alginates persiste aujourd’hui (ibid.). Ils sont utilisés pour leur viscosité dans de nombreuses industries : textile, papeterie, industrie du cuir, industries chimiques et alimentaires.

8Au bas de l’estran (fig. 1), toujours par grande marée basse, des algues rouges, dont Chondrus crispus, sont toujours arrachées à la main. Ce « petit goémon » (pioca ou lichen carragheen) est ramassé depuis 1894, d’abord dans les Côtes d’Armor (ibid.), puis dans le Finistère et enfin de la Normandie à la Vendée. Transformé, il donne l’agar-agar ou carragheen, la gélose. Les carraghénanes sont utilisées comme épaississants dans l’industrie alimentaire, pour les cosmétiques et en pharmacie.

Autres utilisations des algues ou plantes marines dans l’ouest de la France

9Des algues ont pu servir de combustible dès la préhistoire (Mouritsen 2015) et encore récemment dans les îles de l’Iroise (Charpentier 2018).

Les cendres de plantes halophiles ou d’algues utilisées dans la fabrication de verre

10Pour fabriquer du verre, certains matériaux de base sont indispensables : du sable (quartz), éventuellement du groisil (déchets de verre), un fondant et du combustible pour chauffer le mélange. Cette technique ancienne est arrivée du Moyen ou du Proche-Orient quelques milliers d’années av. J.-C. Dans l’Ancien Régime, les fabriques avaient la particularité d’être la propriété de « gentilhommes verriers » comme en Languedoc (Rodes 1951) ou en Normandie depuis au moins le xive siècle (Le Vaillant de la Fieffe 1873).

11Dès les débuts de l’histoire du verre, l’adjonction d’un fondant à base de cendres de plantes a joué un rôle important en abaissant la température de fonte du sable. Dans son cours d’agriculture, l’abbé Rozier (1796) précise que la soude d’Alicante (plante halophile), ou kali, était cultivée au bord de la mer en Espagne. Cette plante était brûlée dans de petits fours ronds et la matière mélangée avec des tiges de fer. Au xviiie siècle, les verreries de Murano et de Venise substituèrent aux soudes traditionnelles d’Orient un kali de meilleure qualité pour fabriquer de grands miroirs à plat (Sintès 2018).

12La technique des Vénitiens, « empruntée » sous Louis XIV, fut appliquée dans la verrerie de Tourlaville près de Cherbourg (Cotentin), devenue en 1665-1666 la Glacerie, une succursale de la Manufacture royale des glaces de Paris (Le Vaillant de la Fieffe 1873). Elle faisait aussi appel à du kali importé d’Alicante. Mais les guerres avec l’Espagne signèrent l’arrêt de l’importation du kali vers le port de Rouen. L’idée de se servir de cendres de varech émergea en 1692, quand le roi accorda au sieur de Bonval « le privilège, pour 20 années, de cueillir seul, du 15 mai au 15 septembre, tout le varech le long de la côte de la Hogue (la Hague) et autres lieux » (ibid. : 405). De là doit dater le brûlage de goémon dans des fours arrondis dans le Cotentin.

13Après la Normandie, la recherche de cendres de varech s’orienta vers la Bretagne, d’abord dans l’archipel des îles de Glénan. De là, on en expédie en Normandie ainsi que vers la verrerie de Kernevel, près de Lorient, en 1760. L’usage des soudes naturelles fut abandonné après la Révolution française.

Les cendres de plantes marines et de varech pour la fabrication de savon

14Au xiiie siècle, les « cendriers » ou marchands de « cendres végétales » fournissaient les blanchisseuses de Paris pour faire la lessive (Franklin 1906 ; Rozier et al. 1805). Un essai de cendres de varech entraîna rapidement leur interdiction pour cet usage, parce qu’elles étaient jugées moins efficaces ou par crainte de pénurie pour les verreries. Par contre, le commerce de cendres de plantes halophiles est attesté au xviiie siècle en Méditerranée, Marseille important de la « barille » d’Alicante et du « salicor » (Sintès 2018).

15En médecine et pharmacie orientales, les algues ont encore une place importante. En Europe, Mouritsen (2015) signale l’utilisation récente de cataplasmes de dulse et la prise de Fucus vesiculosus contre les maux de tête. Des algues rouges de nos côtes, telles la Delesseria ou la Dilsea carnosa (« steak de mer »), ont plutôt un intérêt pharmacologique.

16Des plantes marines, Zostera marina ou « pailleule » en Normandie, sont fauchées et leurs feuilles collectées, parfois avec des filets. Séchées, les feuilles donnent des éléments fibreux, légers et imputrescibles, qui servirent à empailler des matelas, des oreillers, etc. De petites industries se sont implantées sur les côtes de la Normandie à la Charente, sur l’île de Noirmoutier (Coutureau & Maheux 1994) et dans le golfe du Morbihan.

Les ressources minérales ou roches de cet estran

17Premier témoignage de l’exploitation de ce type de ressources, les vestiges d’une ancienne écluse à poissons (gored en breton, fig. 1) s’alignent en une barre de pierres dont certaines sont encore plantées verticalement (fig. 2, C) : il pourrait s’agir de l’ossature du muret formant le barrage d’un piège à poissons réservé (privilège) au curé ou à la noblesse. Dans leur inventaire, M.-Y. Daire et L. Langouët (2008 et 2010) estiment qu’elles pourraient dater du Moyen Âge.

18La disponibilité immédiate des matériaux lithiques (argile, sable, gravier et galets) sur l’estran en faisait sûrement une zone de collecte recherchée. Ainsi, dès le Paléolithique, les hommes utilisèrent des galets de grès ou de silex pour fabriquer galets aménagés ou bifaces (Gruet & Gruet 2008) retrouvés dans les coulées de solifluxion argileuses (« Arg », fig. 1) La terre glaise fut fréquemment exploitée sur les estrans, les falaises et plus à l’intérieur du pays. Elle était utilisée pour les poteries au Moyen Âge (Cintré 1992) et comme liant des pierres des murs des maisons (xve au xixe siècle). Les trous à glaise sont nombreux à Pouloupry (Finistère).

19Pourquoi des carrières de pierres sur l’estran ? Découvrant à basse mer, l’estran permet une lisibilité immédiate et un accès direct de la roche. La facilité de transport par mer de matériaux lourds n’a sûrement pas été négligeable dans le choix de l’emplacement des carrières. En regardant attentivement, des traces d’utilisation d’outils signent l’origine anthropique. Nous les interprétons grâce aux nombreux travaux de Bessac et al. (1999, 2004) et de Gaillard (2011).

20Schématiquement, nous retenons trois méthodes d’exploitation. Une première ne s’applique qu’à des roches relativement tendres (Gaillard 2011) : c’est celle du « havage » (Abdul Masshi & Bessac 2009). Elle fut employée dans l’Antiquité près de Carhaix (Finistère) pour un granite assez tendre (Maligorne et al. 2002). La deuxième méthode appliquée aux granites durs de Bretagne consiste, en suivant les directions des fissures et du « fil de la roche » (Isnard & Leymarie 1963), à faire des saignées (fig. 3). Le plan de la carrière de Mazou suggère une « stratégie de découpe orthogonale », renouveau technique qui pourrait annoncer les chantiers modernes (Bessac et al. 2004 : 38). Une importante quantité de pierres de taille fut utilisée dans les constructions des communautés riveraines de la Manche et de l’Atlantique en Bretagne entre le xive et le xvie siècle. Les carrières de Porspoder-bourg et de Mazou pourraient être datées entre le xve et le xviie siècle, période de construction des maisons de maîtres de barques du Bas Léon. L’utilisation de saignées (encoignures) associées ou non à des emboîtures précède l’usage des explosifs (poudre noire, puis dynamite) qui constitue la troisième méthode, la plus récente.

Fig. 3. Carrière de Mazou à Porspoder (Finistère). En haut, exploitation d’une boule de granite par saignées (encoignures). A : une saignée horizontale d’environ 2 m et une autre verticale d’environ 0,9 m. B et C : à l’aide de coins dans les saignées ou d’un levier de bardage, des blocs d’environ 1 à 1,4 m3 pourront être détachés (échelle  1 m). En bas, étapes du creusement d’une encoignure par percussion lancée de 1 à 6. Au final, en 6, elle fait environ 10 cm de profondeur et de large, pour environ 0,8 m à plusieurs mètres de long (échelle : 10 cm).

Fig. 3. Carrière de Mazou à Porspoder (Finistère). En haut, exploitation d’une boule de granite par saignées (encoignures). A : une saignée horizontale d’environ 2 m et une autre verticale d’environ 0,9 m. B et C : à l’aide de coins dans les saignées ou d’un levier de bardage, des blocs d’environ 1 à 1,4 m3 pourront être détachés (échelle  1 m). En bas, étapes du creusement d’une encoignure par percussion lancée de 1 à 6. Au final, en 6, elle fait environ 10 cm de profondeur et de large, pour environ 0,8 m à plusieurs mètres de long (échelle : 10 cm).

21À Porspoder, l’estran montre des traces typiques d’exploitation de roches dures et compactes en carrière (fig. 1, carrières 1 et 2) : des emboîtures et des encoignures (ou rainures). Leur cartographie permet de séparer huit petites aires d’extraction exploitant deux sortes de granites distinctes. En bas des rochers, des pierres taillées sont probablement prêtes à être emportées. Il est difficile de comprendre l’organisation de ces petites carrières du fait des blocs cassés et déplacés lors des tempêtes.

22Une carrière sur l’estran de Mazou exploitait un granite de l’Aber-Ildut (Gruet et al. 2013). L’extraction a été menée en suivant le fil du granite (Isnard & Leymarie 1963) et les orientations des fissures ou des filons. Deux types d’extraction y sont visibles : la première s’effectue en paliers (Bessac et al. 2004 : 37) avec le front de carrière et le sol abandonnés en cours de chantier (fig. 4, paliers). Sa pente (13 à 20°) vers la mer facilitait le bardage. Le deuxième type se rapproche d’une extraction en « tranchée » (Bessac et al. 1999) pour les boules de granite plus ou moins isolées (fig. 4, R8 à R13).

Fig. 4. Plan de la carrière de Mazou à Porspoder (Finistère). Extraction en paliers haut, moyen et bas. Extraction en « tranchée » : R8 à R13. Les flèches indiquent le bardage supposé vers le bas de l’estran. (D’après Gruet et al. 2013, modifié).

Fig. 4. Plan de la carrière de Mazou à Porspoder (Finistère). Extraction en paliers haut, moyen et bas. Extraction en « tranchée » : R8 à R13. Les flèches indiquent le bardage supposé vers le bas de l’estran. (D’après Gruet et al. 2013, modifié).

23À Mazou, les encoignures ou rainures (Bessac et al. 2004) permettent de différencier les divers stades d’avancement et de reconstituer la chaîne opératoire jusqu’au départ des blocs par mer. Les dernières encoignures (fig. 4, palier haut, et fig. 3), sur le palier 4, ont été réalisées par percussion lancée (Bessac et al. 1999, 2004). Nous pouvons reconstituer les étapes de l’extraction de blocs grâce aux encoignures qui suivent les grandes fissures : les « primaires », d’environ 4 m, sont divisées en deux encoignures « secondaires » de 1,35 m environ, à partir desquelles les blocs sont extraits.

24Les « boules » de granite ou les roches isolées (R8 à R13, fig. 4) sont exploitées par des saignées horizontales et verticales. Les longueurs des encoignures faites sur les paliers ou sur les boules de granite sont très comparables : c’est la fracturation de la roche qui conditionne la dimension des blocs en cours de division.

25Les carrières avec usage de la dynamite associé à celui de coins ont supplanté les autres au xixe siècle et elles ont perduré jusque dans les années 1960-1975. À l’Aber-Ildut de Lanildut (Finistère) et à Melon (Porspoder), ces carrières sur estran, très documentées, s’observent par la marque de barres à mines.

Conclusion

26Depuis la préhistoire, les algues et les plantes marines ont joué un rôle alimentaire ou pharmaceutique. Un autre usage, très important, du goémon comme engrais (Charpentier 2018) subsiste encore. Par leurs cendres, le goémon (varech) et les plantes marines contribuèrent aux anciennes industries du verre et du savon. Au xixe et xxe siècle, un nouveau métier, celui de « paysan-goémonier » (Arzel 1987) a produit, à partir des laminaires, des « pains de soude » d’où étaient extraits l’iode et d’autres produits chimiques. Du point de vue sociologique et humain, ce métier fut un bon exemple de l’absence de clivage entre le monde de la terre et de la mer constaté par Le Bouëdec (in Sabiani 2013 : 583). Au xxe et xxie siècle, les alginates (laminaires) et les carraghénates (Chondrus crispus) deviennent indispensables à de nombreuses industries.

27L’exploitation des carrières sur estran, sans être à proprement parler une ressource marine (Chaline & Llinares 2018), fut fortement liée au commerce maritime. En effet, Yann Riou (2011) signale un petit « bateau aménagé d’un puits en son milieu et équipé d’un treuil », dit « loup », vu à Lanildut au xixe siècle. Ce bateau très spécialisé transportait sous sa coque, dans l’eau, un bloc qu’il allait débarquer au port voisin de Melon, d’où de plus gros bateaux le cabotaient ensuite vers d’autres ports. Ces extractions de roche ont profondément modifié les paysages littoraux en facilitant l’érosion : c’est l’un des aspects de la disparition d’un patrimoine qui a justifié l’inventaire sur les estrans des côtes de Bretagne, suite aux travaux de Chauris (1995, 2009). Il reste toutefois encore beaucoup à faire pour en établir la chronologie. Notre approche devrait trouver des compléments de réponses dans l’examen des archives historiques (Llinares 2018) ou géologiques (Gaillard 2011).

Haut de page

Bibliographie

Abdul Masshi J. & Bessac J.-C., 2009. Glossaire technique trilingue de la pierre. L’exploitation en carrière. Beyrouth, Presses de l’Ifop (coll. « Guide archéologique », 7).

Arzel P. 1987. Les goémoniers. Douarnenez, Le Chasse-marée, éditions de l’estran.

Arzel P. & Castric-Fey A. 1997. « Les forêts de laminaires ». In : J. C. Dauvin, Les biocénoses marines et littorales françaises des côtes Atlantique, Manche et Mer du Nord. Synthèse, menaces et perspectives. Paris, Muséum national d’histoire naturelle (coll. « Patrimoines naturels », 28) : 159-167.

Bessac J.-C., Burnouf J., Journot F., Prigent D., Sapin C. & Seigne J., 1999. La construction en pierre. Paris, Éditions Errance (coll. « Archéologiques », 3).

Bessac J.-C., Chapelot O., De Filippo R., Ferdiere A., Journot F., Prigent D., Sapin C., Seigne J. 2004. La construction. Les matériaux durs: pierre et terre cuite. Paris, Éditions Errance (coll. « Archéologiques »).

Chaline O. & Llinares S. 2018. « Gestion et exploitation des ressources marines de l’époque moderne à nos jours », n° spécial Revue d’Histoire maritime, 24, 271 p.

Charpentier E. 2018. « La gestion d’une ressource maritime : le goémon en Bretagne (fin xviie- xviie siècle) ». In : O. Chaline & S. Llinares (dir.), Revue d’histoire maritime, n° spécial « Gestion et exploitation des ressources marines de l’époque moderne à nos jours », 24 : 17-35.

Chauris L. 1995. « L’extraction du granite rosé de l’île Callot et son emploi dans le pays de Morlaix (Finistère) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 102 (1) : 7-34.

Chauris L. 2009. « Pour une géo-archéologie du Patrimoine : Pierres, carrières, et constructions en Bretagne. Première partie : Problématique générale », Revue archéologique de l’Ouest, 26 : 259-283.

Cintré R. 1992. Les Marches de Bretagne au Moyen Âge. Économie, guerre et société en Pays de Frontière (xive-xve siècle). (Pornichet), Éditions Jean-Marie Pierre.

Cliquet D., Dumont J.-L., Fosse G., Fosse M., Le Coustumier M.-N., Levant M., Van Vliet-Lanoe B. & Vilgrain G. 1988. « Étude pluridisciplinaire d’un four à goémon subcontemporain du Cap de la Hague », Bulletin du Centre de géomorphologie de Caen, 35 : 91-127.

Coutureau É. & Maheux H. 1994. Yeu et Noirmoutier, îles de Vendée. Éditions l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France (coll. « Cahiers du patrimoine »).

Daire M.-Y. & Langouët L. 2008. Les pêcheries de Bretagne, Archéologie et histoire des pêcheries d’estran. Alet, Centre régional archéologique d’Alet ; AMARAI.

Daire M.-Y. & Langouët L. 2010. Les anciens pièges à poissons des côtes de Bretagne, un patrimoine au rythme des marées. Alet, Centre régional archéologique d’Alet, n° spécial « Dossiers du Ce.R.A.A ».

Delluc G., Delluc B. & Roques M. 1995. La nutrition préhistorique. Périgueux, Éditions Pilote 24.

Franklin A. 1906. Dictionnaire historique des Arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle. Paris, Leipzig, H. Welter éditeur.

Gaillard J. 2011. L’exploitation antique de la pierre de taille dans le bassin de la Charente. Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises (coll. « Mémoire », 40).

Gandois H. & Stéphan P. 2015. « Les barrages de pêcheries de l’archipel de Molène (mer d’Iroise, Finistère) », Bulletin de l’AMARAI, 28 : 45-76.

Gruet N. & Gruet Y. 2008. « Contribution à l’inventaire des objets et des sites archéologiques du Finistère sur la côte du Léon », Bulletin de l’AMARAI, 21 : 33-57.

Gruet Y., Chauris L. & Cren M. 2013. « Une ancienne carrière de granite dans la falaise du littoral de Mazou (Porspoder, Finistère) : extraction par rainurage », Bulletin de l’AMARAI, 26 : 5-26.

Isnard P. & Leymarie P. 1963. « Observations sur le fil du granite dans les carrières du Sidobre (Tarn) », Sciences de la Terre, t. IX : 421-437.

Le Masson Du Parc F. 1727 et 1728. Pêches et pêcheurs du domaine maritime et des îles adjacentes de Saintonge, d’Aunis et du Poitou, au xviiie siècle. Amirautés de Marennes, de la Rochelle & des Sables d’Olonne. Édition critique avec introduction, notes et index par D. Lieppe, 2009. Procès-verbaux des visites faites par ordre du Roy concernant les pesches en mer en 1727 et en 1728. Saint-Quentin-de-Baron, Éditions de l’Entre-Deux-Mers, Observatoire européen de l’Estran.

Le Vaillant De La Fieffe O. 1873. Les verreries de la Normandie, les gentilhommes et artistes verriers normands. Rouen, C. Lanctin, libraire de la cour d’Appel.

Llinares S. 2018. « L’entretien des ports de France à l’époque moderne. Techniques, mise en oeuvre et innovation (xviie-xviiie siècles) ». In : S. Llinares, B. Egasse et K. Dana (dir.), De l’estran à la digue. Histoire des aménagements portuaires et littoraux, xvie-xxe siècle. Rennes, Presses universitaires de Rennes : 15-37.

Loiseaux-de-Goër S. & Noailles M.-C. 2008. Algues de Roscoff. Roscoff, Éditions de la Station biologique de Roscoff.

Maligorne Y., Éveillard J.-Y. & Chauris L. 2002. « Extraction et utilisation des granites en Armorique romaine. L’exemple de la carrière de Locuon en Ploërdut (Morbihan) », Gallia, 59 : 133-143.

Malrain F., Matterne V. & Méniel P. 2002. Les paysans gaulois (iiie siècle-52 av. J.C.). Paris, Éditions Errance ; Inrap.

Mouritsen O. G. 2015. Algues marines. Propriétés, usages, recettes. Paris, Éditions Delachaux et Niestlé.

Rodes F. 1951. Les gentilhommes-verriers et l’industrie du verre en Languedoc sous l’ancien régime, thèse de doctorat. Montpellier.

Riou Y. 2011. Paroles de Gabariers. La vie d’une communauté dans le transport maritime breton 1900-1950. Fouesnant, Éditions Yoran Embanner.

Rozier Abbé, 1796. Cours complet d’agriculture théorique, pratique, économique, et de médecine rurale et vétérinaire ou Dictionnaire universel d’agriculture. Paris, Hôtel Serpente.

Rozier Abbé, Chaptal, Parmentier et al. 1805. Cours complet d’agriculture, théorique, pratique, économique, et de médecine rurale et vétérinaire ou Dictionnaire universel d’agriculture, t. 11. Paris, Marchant.

Sabiani T. (dir.). 2013. La Bretagne et la mer. Rennes, Éditions Encyclopédie de la Bretagne, vol. 6.

Silva F. 2014. « Quand de simples ornières taillées dans la pierre nous révèlent le passé ». In : Via salina-voies historiques de la côte de Vuiteboeuf. Sainte-Croix. Canton de Vaud, Département des finances et des relations extérieures, service immeubles, patrimoine et logistique.

Sintès N. 2018. « Exploitation, production et commerce des soudes naturelles en Méditerranée occidentale au xviiie siècle ». In : O. Chaline & S. Llinares (dir.), Revue d’histoire maritime, n° spécial « Gestion et exploitation des ressources marines de l’époque moderne à nos jours », 24.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan de la grève du bourg de Porspoder (Finistère) avec les traces susceptibles d’y être vues et la ressource en algues.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2. Carrière de Mazou à Porspoder (Finistère). A : un four à goémon nettoyé, mais sans ses cloisons séparatrices. B : traces de roues de charrettes sur un estran rocheux. C : vestiges du mur d’une écluse à poissons. D : en haut d’estran, des saignées (encoignures) découpent la roche. L’échelle est de 1 mètre.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6421/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig. 3. Carrière de Mazou à Porspoder (Finistère). En haut, exploitation d’une boule de granite par saignées (encoignures). A : une saignée horizontale d’environ 2 m et une autre verticale d’environ 0,9 m. B et C : à l’aide de coins dans les saignées ou d’un levier de bardage, des blocs d’environ 1 à 1,4 m3 pourront être détachés (échelle  1 m). En bas, étapes du creusement d’une encoignure par percussion lancée de 1 à 6. Au final, en 6, elle fait environ 10 cm de profondeur et de large, pour environ 0,8 m à plusieurs mètres de long (échelle : 10 cm).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6421/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Fig. 4. Plan de la carrière de Mazou à Porspoder (Finistère). Extraction en paliers haut, moyen et bas. Extraction en « tranchée » : R8 à R13. Les flèches indiquent le bardage supposé vers le bas de l’estran. (D’après Gruet et al. 2013, modifié).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6421/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Gruet, Marie-Yvane Daire, Cyrille Billard et Alain Mercier, « Témoins d’exploitation des ressources végétales et minérales sur l’estran : l’exemple de Porspoder (Finistère) », Les nouvelles de l'archéologie, 156 | 2019, 28-32.

Référence électronique

Yves Gruet, Marie-Yvane Daire, Cyrille Billard et Alain Mercier, « Témoins d’exploitation des ressources végétales et minérales sur l’estran : l’exemple de Porspoder (Finistère) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6421 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6421

Haut de page

Auteurs

Yves Gruet

Maître de conférences, retraité de l’université de Nantes.

Articles du même auteur

Marie-Yvane Daire

UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, université de Rennes.

Articles du même auteur

Cyrille Billard

DRAC Normandie, UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, Rennes.

Articles du même auteur

Alain Mercier

Coordonnateur de l’inventaire régional des fours à goémon de Bretagne (2015-2017).

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals