Navigation – Plan du site
Aménagements portuaires et navigation côtière

Les épaves de l’estran : un patrimoine exceptionnel, une gestion complexe !

Olivia Hulot et Cécile Sauvage
p. 39-44

Résumés

Longtemps délaissées par les archéologues maritimes, les épaves situées sur l’estran, menacées par l’érosion et les tempêtes hivernales, suscitent aujourd’hui un regain d’intérêt. Les expertises, sondages et fouilles récemment réalisés dans ce domaine par le Drassm montrent les problématiques inédites que l’étude de tels sites peut contribuer à combler ainsi que les difficultés à surmonter afin de définir une programmation de la recherche sur les épaves intertidales.

Haut de page

Texte intégral

1Administrativement, l’espace intertidal est placé sous la tutelle du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm), service à compétence nationale du ministère de la Culture. Cet établissement assure la gestion du patrimoine maritime et littoral situé sur le domaine public maritime. Selon la chronologie et la typologie des sites archéologiques conservés sur l’estran, leur étude engendre nécessairement des collaborations multidisciplinaires associant chercheurs des services régionaux d’archéologie, de l’Université et du Cnrs ainsi que de nombreux bénévoles passionnés par les problématiques de recherche de leurs territoires. Ces partenariats scientifiques sont cruciaux, car si les chercheurs du Drassm œuvrent quotidiennement à la gestion du patrimoine de l’estran, ils demeurent majoritairement spécialisés dans l’étude des épaves de navires, tant en matière d’architecture navale que de culture matérielle associée.

2Nombreuses sur les plages de sable du Ponant, familières aux Normands comme aux Bretons ou aux Basques, les épaves d’estran sont paradoxalement mal connues. Longtemps délaissées par les archéologues maritimes et spécialistes d’architecture navale en raison de leur milieu d’enfouissement complexe, elles suscitent, dans le contexte de tempêtes hivernales de plus en plus violentes, un regain d’intérêt afin d’assurer a minima leur expertise avant leur quasi inéluctable destruction. Les premières interventions menées en France à l’initiative du Drassm sur des épaves en contexte intertidal montrent les lacunes que l’étude de tels sites peut pourtant contribuer à combler et témoigne de l’importance de ce champ de la recherche.

Un patrimoine familier et pourtant méconnu

3Si ces sites offrent un cadre familier aux habitants du littoral de la Manche et de l’Atlantique, leur intégration au sein de la carte archéologique nationale demeure encore très lacunaire. Ainsi, seules une centaine d’épaves sont actuellement répertoriées sur les littoraux français du Ponant. Pourtant, le potentiel réel d’épaves conservées sur ces espaces, difficile à évaluer, dépasse probablement le millier. La législation qui encadre ces sites, et plus généralement la catégorie juridique des « biens culturels maritimes » (art. L532-1 et suivants du code du patrimoine), implique une obligation de déclaration ainsi que l’interdiction de tout prélèvement ou déplacement des vestiges. Elle reste cependant mal connue des riverains.

4Ponctuellement, de nouvelles découvertes, apparues à la faveur des tempêtes ou de l’érosion littorale, telles les épaves de La Perroche sur la côte oléronaise (Charente-Maritime) en 2008 ou celle de La Béchue en 2018 à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche), sont déclarées au Drassm. Il demeure que de nombreux sites dégagés parfois depuis longtemps ne sont pas inventoriés dans la carte archéo-logique, faute de signalement par les habitants comme par les autorités locales. Ces vestiges sont souvent considérés comme faisant partie intégrante des paysages, au point que l’on néglige d’en déclarer le dégagement suite à un démaigrissement de la plage ou à des travaux d’aménagement des littoraux. Ainsi, il a fallu attendre 2008 pour que l’épave de La Perroche (xviiie siècle) soit officiellement déclarée alors même qu’elle a connu plusieurs épisodes de désensablement et que du mobilier a été prélevé au fil du temps sur ce site (Augé 2013).

5La prise de conscience de l’intérêt de ces patrimoines et l’impérieuse nécessité de leur inventaire systématique comme de leur étude doit désormais être un enjeu prioritaire de la recherche en contexte intertidal.

Conservation et conditions d’étude des épaves d’estran

6La gestion du patrimoine situé sur l’estran est complexe car l’équilibre du milieu naturel est précaire, instable, souvent imprévisible. Les spécificités inhérentes au milieu intertidal ne favorisent pas toujours la conservation des sites et compliquent l’organisation d’interventions archéologiques. Le rythme des marées et leur amplitude influe sur la conservation des charpentes navales en bois ou en métal exposées à un environnement qui change quotidiennement. Érosion littorale et tempêtes exposent progressivement ou soudainement les sites. À l’inverse, les mouvements sédimentaires contribuent parfois à les protéger. Ce caractère imprévisible complique la programmation des interventions archéologiques, un site pouvant être ensablé de plusieurs mètres supplémentaires en quelques mois. Ainsi, l’épave d’un remorqueur à roue à aubes naufragé en 1917 sur la plage d’Équihen (Pas-de-Calais), rare témoin de sa technologie comme de son époque, a émergé des sables en 2008 à la faveur d’un démaigrissement sédimentaire (Richard & Lugiez 2010). Les vestiges étaient alors visibles sur une hauteur de plus de 2,50 mètres avant de disparaître à nouveau, quelques mois plus tard, recouverts par le sable.

7Enfin, il est parfois délicat de déterminer quelle approche, sous-marine ou terrestre, sera la plus aisée à mettre en œuvre pour l’étude de ces vestiges. Privilégier l’intervention terrestre implique de faire coïncider les travaux de recherche avec les étales de marées de basses mers, ce qui limite cruellement les temps d’intervention et requiert un mode opératoire parfaitement adapté aux contraintes du milieu. En dehors de ces périodes, le site est à nouveau soumis au flot de marée, ce qui provoque l’ennoiement du chantier et ralentit nécessairement la reprise des travaux après chaque épisode de marées.

Entre récupération et destruction : des épaves « travaillées »

8L’évident intérêt économique de navires de commerce jetés à la côte a de tous temps été encadré juridiquement (L’Hour 2006). Si, dans le droit romain, les épaves et leur chargement restaient la légitime propriété de l’armateur et des négociants, le « droit de bris », qui accordait aux seigneuries maritimes « tout ce que l’eau aura bouté et jeté à la mer », s’y substitua au Moyen Âge. Ce droit fut progressivement transféré au pouvoir royal et, dès le xviie siècle, il imposa un statut de propriété qui prévaut encore et implique que les intérêts du légitime propriétaire soient d’abord protégés puis, faute d’identifier ce dernier, passent au pouvoir central. Nombre d’épaves d’estran ont donc fait l’objet d’actions de récupération officielles portant sur le chargement, les vivres et les apparaux du navire, justifiées par ce statut juridique particulier.

9Elles ont également bien souvent fait l’objet de récupérations officieuses par les populations littorales, attirées par cette manne providentielle.

10La valeur économique des épaves et le contexte particulier de l’après-guerre expliquent également que certaines d’entre elles, comme c’est le cas des épaves du débarquement de Normandie, aient littéralement fait l’objet de concessions d’exploitation permettant le ferraillage de coques complètes.

11Outre ces récupérations légales, l’accessibilité des sites d’estran les rend de nos jours particulièrement vulnérables au pillage ou à la destruction par des détectoristes. Il en aurait été probablement ainsi pour le gisement baptisé Waldam 3 (fig. 1), sur l’estran de Marck (Pas-de-Calais) dégagé au cours de l’hiver 2013-2014, si sa déclaration intervenue au printemps 2014 n’avait permis de limiter les récupérations. En effet, en raison de la présence d’un amoncellement de pierres de lest, le site ne pouvait pas longtemps passer inaperçu auprès des collectionneurs en quête de patrimoine. Au sein du lest étaient conservés de nombreux tessons de bouteilles en verre, de contenants céramiques mais aussi des objets plus rares tel un octant d’ébène complet. Ces mobiliers furent in extremis soustraits au pillage et le Drassm réalisa un sondage sur le site dès 2015. Au final, l’étude des 150 artefacts mis au jour a permis d’interpréter le site comme celui de l’échouement d’un navire de commerce sans doute britannique, entre les années 1796 et 1810 (Sauvage et al. à paraître).

Fig. 1. Le gisement de Waldam 3 (Marck, Pas-de-Calais), le jour de sa découverte en avril 2014.

Fig. 1. Le gisement de Waldam 3 (Marck, Pas-de-Calais), le jour de sa découverte en avril 2014.

© Photographie M. Maquerre.

12Enfin, ces restes parfois considérés, à tort ou à raison, comme gênants ou dangereux peuvent être évacués par les autorités municipales, le maire ayant autorité en matière de sécurité sur sa commune, y compris sur l’estran. Ainsi, l’épave d’une barge de débarquement britannique a été dégagée et détruite, sans aucune documentation préalable, au printemps 2017, à Merville-Franceville-Plage (Calvados). Il en a été de même à maintes reprises sur le littoral breton, la sécurité offrant toujours une parfaite justification à l’enlèvement aussi soudain qu’irrémédiable de ces vestiges.

Les premières expertises

13L’inventaire du patrimoine maritime conservé sur l’estran progresse par à-coups. Il s’enrichit au fil des ans de nouvelles déclarations de découvertes mais, en raison du milieu, la documentation des sites demeure encore très partielle. Certaines épaves ne sont visibles que fugitivement lorsque le sable les libèrent, d’autres patientent des années avant qu’une opération d’expertise ne puisse être programmée, par faute de temps ou en raison d’autres priorités.

14En 1971 puis en 1983, deux épaves successivement déclarées dans les Côtes-d’Armor sur la plage de Sables-d’Or-les-Pins (1 et 2) ont disparu peu après leur découverte, sans documentation préalable.

15Depuis le milieu des années 1980, lon compte une poignée de déclarations : Trez Malaouen 1 (Finistère, xviie siècle ?) en 1985, Trez Malouen 2 (Finistère, xve-xvie siècle) en 1990 (Donguy 1996) ; La Tremblade, plage de la Coubre (Charente-Maritime, non datée) en 1995 (L’Hour 1996) ; Tardinghen 1 (Pas-de-Calais, fin ier-iiie siècle) en 1997 (Révillon et al. 2007). Durant la décennie suivante, le recensement s’est poursuivi avec la découverte en 2001 de l’épave de Penthièvre (Morbihan, xviiie-xixe siècle) soudainement dégagée des sables (L’Hour 2002). Les mémoires locales se souviennent alors qu’au fil de son histoire, elle avait déjà refait surface en 1925, 1991 et 2000. Viennent ensuite les épaves du Verdon-sur-Mer, plage de la Chambrette (Gironde, xvie siècle ; L’Hour & Veyrat 2006) et celle d’Erquy-les-Hôpitaux (Côtes-d’Armor, xviie siècle ; L’Hour & Veyrat 2003), toutes deux mises au jour en 2002.

16Mais les déclarations demeurent ponctuelles,  rares, voire exceptionnelles selon le secteur géographique. Si le Drassm est parvenu entre 1990 et 2003 à réaliser une série d’expertises de ces sites au titre de la carte archéologique (Veyrat 2005 ; Poudret-Barré 2013), force est de constater que la documentation, pour beaucoup d’entre eux, demeure incomplète, voire inexistante. La situation devient critique lorsqu’ils sont violement détruits par une tempête littorale.

17Au final, bien peu d’épaves conservées sur l’estran ont fait l’objet de fouilles exhaustives. À ce titre, le cas de l’épave d’Erquy-les-Hôpitaux est particulièrement éloquent. Expertisée en 2002, l’année même de sa déclaration, sa fouille n’a cependant été opérée qu’en 2014 et 2015 ! Fatalement, l’épave présentait les stigmates du temps et une série d’altérations anthropiques ont engendré la disparition de l’extrémité avant et de la presque totalité de charpente transversale tribord.

De tempêtes en sauvetages urgents (2012-2015) : chronique d’une destruction programmée

18Lorsque les épaves échappent au pillage, elles doivent souvent faire face à de nouvelles menaces. Les épisodes de tempêtes spectaculaires intervenus durant les hivers 2012, 2013 et 2014 ont malmené voire détruit de nombreux sites d’estran. Les épaves ne font pas exception, à l’image des vestiges architecturaux disloqués et irrémédiablement détruits par l’assaut des vagues à Plouharnel (xviie-xviiie siècle, Morbihan) en 2014 et à la Pointe espagnole (xviiie-xixe siècle, Charente-Maritime, fig. 2) en 2013. Une fois dégagés, les vestiges se dégradent inexorablement, voire se disloquent en à peine quelques heures, avant d’être emportés par le flot de marée.

Fig. 2. L’épave de la pointe Espagnole (La Tremblade, Charente-Maritime), disloquée par les tempêtes sous les coups de boutoir des vagues.

Fig. 2. L’épave de la pointe Espagnole (La Tremblade, Charente-Maritime), disloquée par les tempêtes sous les coups de boutoir des vagues.

© Photographie T. Proust.

19Afin de parer à l’urgence qu’engendrent ces situations extrêmes et de documenter a minima les vestiges en voie de destruction, certaines de ces expertises ont été confiées par le Drassm à des collaborateurs implantés localement. Ce fut notamment le cas des restes du sous-marin UC-61 documentés en 2014 à Wissant (Première Guerre mondiale, Pas-de-Calais) ou à Plouharnel. Ces opérations « de sauvetage » s’organisent au mieux, souvent avec très peu, voire aucun moyen financier, car il n’existe pas, pour l’heure, d’enveloppe dédiée à ces interventions de la dernière chance, aussi indispensables qu’imprévisibles.

Vers la définition de nouvelles méthodes d’investigation

20Face à ce triste constat, il convenait de chercher des solutions dignes de ce nom. C’est dans ce contexte qu’a débuté à l’automne 2014 un programme de recherche pluriannuel piloté par le Drassm, destiné à définir une nouvelle approche méthodologique pour étudier ces sites en un laps de temps contraint. Deux épaves du littoral des Côtes-d’Armor ont fait office de chantier laboratoire pour ces expérimentations. Le premier volet de ce programme, opéré entre 2014 et 2016, s’appuyait très largement sur les nouvelles technologies numériques progressivement généralisées pour l’étude et la valorisation du patrimoine durant la dernière décennie. En procédant par tests méthodologiques successifs, le programme a ainsi proposé des solutions innovantes, concrètes et efficientes, tant pour le dégagement des vestiges que pour l’enregistrement des données de terrain (Hulot et al. à paraître). Gageons qu’il devrait contribuer à une meilleure gestion du patrimoine et favoriser sa sauvegarde
par l’étude.

Des problématiques rares ou inédites : quelle perspective pour la recherche ?

21Encore trop ponctuelles, les études conduites sur des épaves d’estran apportent d’ores et déjà des connaissances inédites. On mentionnera bien sûr le cas de sites qui font figure d’exception, comme le fragment de pavois d’une possible galère romaine mis au jour en 2005 dans les tourbes de Tardinghen (Pas-de-Calais), unique témoignage d’architecture navale d’époque romaine mis au jour sur les côtes de la Manche. La découverte plus récente d’un second assemblage de bois et des restes d’un squelette, rattaché à la même période chronologique suite à une datation radiocarbone, encouragent à pousser davantage l’étude d’un secteur a priori prometteur.

22La majeure partie des épaves d’estran étudiées sur les côtes de l’Atlantique et de la Manche contribuent quant à elles à la connaissance des bâtiments de petit tonnage employés au cabotage ou à la pêche côtière à l’époque moderne. Dans la mesure où les archives ne conservent aucun plan de ces navires modestes, et où, faute d’exemplaire conservé, rares sont les épaves maritimes de ce type étudiées, les épaves d’estran constituent des témoins essentiels pour cette typologie particulière de vestiges. Leur étude est d’autant plus importante que ces modestes unités dédiées au cabotage sont particulièrement représentatives du paysage maritime commercial et essentielles, à l’époque moderne, pour la diffusion des productions locales vers les ports de redistribution. À ce titre, l’étude d’architecture navale du caboteur d’Erquy-les-Hôpitaux, dont la date de construction, obtenue par dendrochronologie, remonterait à l’hiver 1628-1629, a révélé des caractéristiques architecturales qui échappent aux « normes » jusqu’ici établies pour l’époque moderne à partir des sources écrites et font de cette épave un unicum (Rieth et al. à paraître).

23D’autres thématiques de recherche émergent ponctuellement au gré des découvertes. Ainsi, la fouille de l’épave des Sables-d’Or-les-Pins 3 (fig. 3) a été l’occasion de documenter un chantier de démontage et de récupération des bois de charpente d’un navire à l’aube du xviiie siècle, en 1704… L’épave, dont il ne reste plus qu’un quart bâbord avant, a fait l’objet d’un méthodique chantier de déconstruction, probablement peu après l’échouage du navire, avant que les sables ne la fassent disparaître durablement durant près de quatre siècles.

Fig. 3. L’épave Sables d’Or 3 (Côtes-d’Armor), en cours de fouille sous la direction d’Olivia Hulot et Marine Jaouen (Drassm).

Fig. 3. L’épave Sables d’Or 3 (Côtes-d’Armor), en cours de fouille sous la direction d’Olivia Hulot et Marine Jaouen (Drassm).

© Photographie F. Osada-Images Explorations/Drassm.

24Enfin, il est un champ de la recherche qu’on ne peut plus ignorer : celui des épaves contemporaines. Ce patrimoine récent, essentiellement métallique, est largement représenté sur les rivages de l’arc atlantique. Il n’est pas sans exercer quelque attrait sur les populations littorales. À titre d’exemple, l’épave du cargo anglais Socotra (Première Guerre mondiale, Pas-de-Calais), réapparue en 2014 et longue de 137 mètres, n’a eu de cesse d’attirer les promeneurs, curieux de découvrir cet imposant vestige du passé.

25Majoritairement ferraillés après-guerre sur les plages de Normandie mais souvent arasés au fil du temps, pour des raisons de sécurité, sur les autres littoraux, des vestiges contemporains refont régulièrement surface. Bien que métalliques, les coques n’en sont pas moins fragiles en raison de la corrosion qui ronge les tôles et de l’érosion qui les use et les déstructure prématurément. L’analyse des processus de corrosion est au cœur des préoccupations des laboratoires de restauration tels les laboratoires Arc’Antique à Nantes et A-Corros à Arles. En 2013, suite à la réapparition des ultimes vestiges de la quille du croiseur de la classe d’Estrée l’Infernet, échoué en 1910 puis démantelé sur la plage de Sauveterre (Vendée), une série de prélèvements des tôles résiduelles a pu être orchestrée afin que ces vestiges contribuent à plusieurs programmes de recherche.

26Mais le littoral du Ponant ne conserve pas que des vestiges de navires. De nombreux aéronefs impliqués dans le second conflit mondial sont eux aussi présents sous les sables. Ainsi, les vestiges d’un B17 américain retrouvés à Kerbors (Côtes-d’Armor) ont, dès 2008, avec l’accord des autorités américaines, légitime propriétaire de ce patrimoine d’État, été prélevés et restaurés. Ils sont à présent exposés localement au sein d’un musée proche du lieu du crash, contribuant ainsi à remettre en lumière cette page de notre histoire.

27Le développement de ces nouvelles problématiques de recherche se heurte néanmoins à plusieurs difficultés, au premier rang desquelles figure le manque actuel de vision d’ensemble des épaves concernées et de leur intérêt. Afin de définir des enjeux de recherche prioritaires pour ces épaves, un recensement plus volontariste des sites existants devrait, à moyen terme, être porté par le Drassm, associant administrations et chercheurs locaux. Un dépouillement des sources archivistiques disponibles, de la cartographie ancienne, mais aussi de données LIDAR ou des séries de photographies aériennes existantes sur ces espaces devrait être progressivement mené et complété par des campagnes d’expertise sur le terrain. Seul cet inventaire à grande échelle, ponctué d’expertises systématiques et assorti de datations dendrochronologiques ou radiocarbones, permettra de programmer la recherche plutôt que de réagir aux urgences générées au gré des aléas météorologiques.

Médiation et valorisation auprès des publics

28Les opérations de fouilles menées entre 2014 et 2016 sur les épaves d’Erquy-les-Hôpitaux et de Sables-d’Or-les-Pins 3 ont donné l’occasion aux archéologues d’accueillir de très nombreux visiteurs au plus près des épaves. Chacun d’eux a ainsi pu mesurer l’importance, comme la fragilité, de ce patrimoine préservé par les sables. Plus récemment, l’exposition « Mystérieuses épaves des sables », présentée à Erquy à l’été 2018, a permis de restituer aux publics le résultat de trois années de fouille sur l’estran, favorisant ainsi un sentiment d’appropriation de ce patrimoine par les populations littorales et permettant de contribuer aussi à une meilleure connaissance du patrimoine maritime breton.

Haut de page

Bibliographie

Augé P.-E. 2013. « L’épave Perroche 1 : structures d’architecture navale sur l’estran oléronais », Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines 2009, ministère de la Culture et de la Communication : 34-35.

Donguy J. R. 1996. « Trez Malaouen », Bilan scientifique du département des recherches archéologiques sous-marines 1995, ministère de la Culture : 18.

Hulot O., Rieth E., Jaouen M., et al. À paraître. Wreck’s digitalization in foreshore context, actes du colloque IKUWA 6, Fremantle, 2016.

L’Hour M. 1996. « Épave de la Tremblade (Charente-Maritime) », Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines 1995, ministère de la Culture : 29.

L’Hour M. 2002. « Épave de la plage de Penthièvre Saint-Pierre de Quiberon (Morbihan) », Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines 2001, ministère de la Culture et de la Communication : 34-35.

L’Hour M. 2006. « Le cadre juridique et administratif des biens culturels maritimes ». In : M. Clermont-Joly, P. Girard, M. L’Hour, F. Nicot, P. Pomey, R. Roman, J.-P. Roze et M. Sciallano, Archéologie sous-marine et musée. Lyon, Éditions Fage ; AGCCPF-PACA : 5-6.

L’Hour M. & Veyrat E. 2003. « L’épave des Hôpitaux, plage des Montiers à Erquy (Côtes-d’Armor) », Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines 2002, ministère de la Culture : 26-29.

L’Hour M. & Veyrat E. 2006. « L’épave Chambrette 1 au Verdon-sur-Mer (Gironde) », Bilan scientifique du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines 2004, ministère de la Culture : 34-37.

Poudret-Barré A. 2013. « Les épaves de l’estran ». In : M. L’Hour, E. Rieth et C. Cérino, Archéologie sous-marine. Pratiques, patrimoine médiation, actes du colloque Archéologie sous-marine et patrimoine : des pratiques aux enjeux de médiation, 3-6 juin 2009, Lorient. Rennes, Presses universitaires du Rennes : 127-136.

Révillon S., Rieth E., Veyrat É., Demon A., Fosse G., Gonsseaume C., Loones C., Philippe M. & Piton D. 2007. « Découverte d’éléments d’un navire gallo-romain dans la baie de Wissant (Pas-de-Calais), à Tardinghen-Le Châtelet », Revue du Nord, t. 89, 373 : 71-88.

Richard A. & Lugiez A. 2010. Plongées en Côte d’Opale, t. 2. Wimille, Fédération française d’études et de sports sous-marins ; Comité départemental du Pas-de-Calais.

Richard A. 2014. UC-61 (Wissant, Pas-de-Calais). Rapport d’identification de bien culturel maritime, 13 p.

Rieth E., Poveda P., Hulot O., Jaouen M., Bertoliatti S. & Lavier C. 2018. « L’épave du milieu du xviie siècle d’Erquy (Côtes-d’Armor) : archéologie d’une architecture navale vernaculaire », Cahiers d’archéologie subaquatique, 24 : 41-91.

Rieth E., Hulot O., Jaouen M. et al. À paraître [2018]. « Le caboteur d’Erquy les Hôpitaux (Côtes-d’Armor) : Une “exception architecturale” ponantaise au xviie siècle ? », Revue maritime.

Sauvage C., Dieulefet G., Rieth E., Tachet N. & Jaouen M. À paraître [2018]. « Waldam 3 (Marck, Pas-de-Calais) : un navire de commerce échoué au tournant des xviiie et xixe siècles », Revue du Nord, t. 100, 22 p.

Veyrat É. 2005. « Sur la plage abandonnée…, les épaves de l’estran ! ». In : M. L’Hour et É. Veyrat (dir.), La Mer pour Mémoire, archéologie sous-marine des épaves atlantiques. Paris, Somogy éditions d’art ; Rennes, association Buhez : 270-273.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le gisement de Waldam 3 (Marck, Pas-de-Calais), le jour de sa découverte en avril 2014.
Crédits © Photographie M. Maquerre.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 2. L’épave de la pointe Espagnole (La Tremblade, Charente-Maritime), disloquée par les tempêtes sous les coups de boutoir des vagues.
Crédits © Photographie T. Proust.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3. L’épave Sables d’Or 3 (Côtes-d’Armor), en cours de fouille sous la direction d’Olivia Hulot et Marine Jaouen (Drassm).
Crédits © Photographie F. Osada-Images Explorations/Drassm.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6526/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivia Hulot et Cécile Sauvage, « Les épaves de l’estran : un patrimoine exceptionnel, une gestion complexe ! », Les nouvelles de l'archéologie, 156 | 2019, 39-44.

Référence électronique

Olivia Hulot et Cécile Sauvage, « Les épaves de l’estran : un patrimoine exceptionnel, une gestion complexe ! », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6526

Haut de page

Auteurs

Olivia Hulot

Conservatrice du patrimoine, département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), ministère de la Culture.

Articles du même auteur

Cécile Sauvage

Conservatrice du patrimoine, département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), ministère de la Culture.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals