Navigation – Plan du site
Aménagements portuaires et navigation côtière

Un site portuaire médiéval en baie de Cayola à Château-d’Olonne, Vendée

Shannah Barbeau et Jimmy Mouchard

Résumés

Localisé sur le littoral atlantique vendéen, le site portuaire de la baie de Cayola a fait l’objet de plusieurs études scientifiques entre 1992 et 2001. En 2016, une prospection-sondage a été mise en place dans le cadre d’un travail de recherche universitaire. Recouverts en grande partie par un cordon de galets, les vestiges sont visibles à marée basse, lors de forts coefficients. Les restes de cet ouvrage en bois, interprété comme un appontement, ont été datés par dendrochronologie du milieu du xiie siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Opération réalisée avec le concours du Département des recherches archéologiques subaquatiques et (...)

1L’étude du site portuaire de Cayola (Vendée), localisé au fond d’une baie ouverte sur le littoral atlantique, s’inscrit dans une recherche archéologique dynamique et étendue au Talmondais à l’époque médiévale. Déjà investi en 1992 et 2011, ce site littoral a de nouveau été soumis à un examen archéologique, en 20161, dans le cadre d’une recherche universitaire visant à préciser la topographie des vestiges encore en place, leur organisation et leur datation. À marée basse, la plage laisse entrevoir les restes d’au moins deux ouvrages en bois émergeant d’une épaisse couche de galets, sur environ 150 m².

2L’ensemble le plus significatif, observé sur 76 m², est caractérisé par une charpente arasée conservant plusieurs sablières basses, parallèles les unes aux autres, par ailleurs toutes assemblées par tenon-mortaise à des poteaux ou montants. Le tout forme un système en caisson reconnu sur environ 13,60 mètres de long pour 5,60 mètres de large, délimité sur le pourtour par un cadre constitué de madriers également en chêne, tous montés à franc-bord et assemblés à mi-bois grâce à leurs pointes biseautées. Stratigraphiquement, ces madriers reposent sur les extrémités des sablières basses et sont maintenus par des pierres de calage. Localisé au nord-ouest du premier, le deuxième ensemble est également composé de pièces de bois architecturales identiques (sablière basse, poteaux et madriers). Il est pour l’instant trop tôt pour valider ou non leur appartenance à un ouvrage distinct.

3Les analyses dendrochronologiques – effectuées sur un poteau et un madrier – situent la date d’abattage de ces bois entre 1161 et 1171. Elles corroborent ainsi les données issues de l’étude documentaire. Si la structure identifiée dans la baie de Cayola n’est pas directement attestée par les sources écrites, un port y est en revanche mentionné dès 1181. Les fondations de cet ouvrage (sur sablières et poteaux), leurs gabarits, leurs modes d’assemblage et leur organisation architecturale rappellent sous certains aspects celles que l’on rencontre dans le cas d’appontements, voire plus largement dans le cas de passerelles médiévales, à l’image de celle de Pineuilh en Gironde (fouille Inrap, dir. F. Prodéo). Quoi qu’il en soit, le soin apporté à cette mise en œuvre reflète un savoir-faire spécifique, qui plus est dans un contexte d’estran nécessitant la mise en place d’un calendrier et d’un suivi de chantier adaptés aux cycles des marées, l’acquisition d’importantes ressources en matières premières et des moyens financiers non négligeables. Les orientations chronologiques obtenues contribuent à replacer le site dans un contexte historique très intéressant (époque ducale ?). Ce site, bien que blotti sous un cordon de galets, reste toujours soumis à l’érosion marine et aux tempêtes qui accélèrent son démantèlement et une destruction qui semble aujourd’hui inévitable, d’où la mise en place d’un prochain programme de fouille.

Fig. 1. Aménagement littoral médiéval conservé dans la baie de Cayola (Château d’Olonne, Vendée). Modèle photogrammétrique de la structure et des pièces de bois apparentes à marée basse.

Fig. 1. Aménagement littoral médiéval conservé dans la baie de Cayola (Château d’Olonne, Vendée). Modèle photogrammétrique de la structure et des pièces de bois apparentes à marée basse.

© Réal. J. Mouchard, 2016.

Haut de page

Notes

1 Opération réalisée avec le concours du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, le service régional de l’archéologie des Pays de la Loire, le conseil départemental de la Vendée, la mairie de Château d’Olonne et l’Association vendéenne de vidéo et d’archéologie sous-marine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Aménagement littoral médiéval conservé dans la baie de Cayola (Château d’Olonne, Vendée). Modèle photogrammétrique de la structure et des pièces de bois apparentes à marée basse.
Crédits © Réal. J. Mouchard, 2016.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shannah Barbeau et Jimmy Mouchard, « Un site portuaire médiéval en baie de Cayola à Château-d’Olonne, Vendée », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 10 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6686

Haut de page

Auteurs

Shannah Barbeau

Archéologue indépendante

Jimmy Mouchard

Maître de conférences en archéologie romaine, université de Nantes, UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, LARA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals