Navigation – Plan du site
Aménagements portuaires et navigation côtière

Étude archéologique de la cale moderne et contemporaine de Vieux-Port, Eure

Mathilde Prouveur

Résumés

En 2016, des sondages ont été réalisés à l’emplacement de l’ancienne cale de Vieux-Port (Eure), ce qui constituait l’une des rares occasions d’étudier l’un des derniers passages d’eau de l’estuaire de la Seine. Cette opération, nécessitant un enregistrement topographique et photogrammétrique de circonstance (adapté au contexte d’estran), révéla la présence de trois ensembles bâtis (une cale, un quai et une digue), le tout sur environ 1 800 m². Les ouvrages identifiés renvoient à une traversée du fleuve à la fin de l’époque moderne et jusqu’au début du xxe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Jusqu’à présent, les aménagements employés au transbordement de marchandises ou à l’embarquement et au débarquement des usagers des passages d’eau de l’estuaire de la Seine ont rarement fait l’objet d’études scientifiques et archéologiques. De fait, une récente recherche universitaire – combinant prospection documentaire et étude de terrain – a été engagée sur le site de l’ancienne cale de Vieux-Port (Eure), l’un des derniers points de passage ancien de l’estuaire encore au contact du fleuve. Localisé dans le premier méandre de la vallée, il apparaît au centre d’un carrefour routier et fluvial attesté dès l’Antiquité. Cette situation aisée explique le choix de ce lieu pour l’implantation d’un passage d’eau et de structures portuaires associées.

  • 1 Opération réalisée avec le concours du service régional de l’archéologie de Normandie, le Groupe A (...)

2Une première campagne de fouille a été menée en septembre 20161, nécessitant un enregistrement topographique et photogrammétrique de circonstance, adapté au contexte d’estran. Le site investi comprend trois ensembles bâtis et se distribuant sur une surface d’environ 1 800 m² : une cale, un quai et une digue. L’ancienne « chaussée aux bœufs » perpendiculaire au trait de rive est donc prolongée par une cale assez dégradée, s’avançant vers le cours actuel de la Seine. En partie haute, les sondages ont mis en évidence au niveau de la berge actuelle deux niveaux de remblai de craie correspondant à la cale et à l’exhaussement de celle-ci. La chaussée est ceinturée à l’est et à l’ouest par deux perrés (murs) élevés en blocs de calcaire et montés à joint vif. En partie basse, la chaussée est composée d’un remblai et d’un dallage en calcaire avec un encadrement en bois formé de pieux en très mauvais état.

3Latéralement, à l’est et à l’ouest du terminus de cette chaussée, subsistent d’autres vestiges d’alignements de pieux et palplanches moisés. La partie orientale du site conserve – par intermittence et sous une épaisse couche de vase – un amoncellement de blocs posés de manière erratique, soutenue par un alignement de petits pieux qui, à première vue, pourrait matérialiser les restes d’une digue en enrochement. Au nord de cet ensemble, côté Seine, d’autres alignements de pieux et palplanches moisés soutiennent et encadrent un massif de maçonnerie pavé en partie sommitale, formant ainsi une mise en terrasse artificielle destinée à l’accostage et l’amarrage d’embarcations (quai).

4Ces premiers sondages apportent de premières précisions chrono-stratigraphiques et structurelles sur l’établissement et l’évolution de la cale dite de « la Bonne Auberge ». Tout d’abord, en dehors de la présence dans les remblais de construction de quelques éléments céramiques résiduels d’époque romaine, rien n’indique pour l’instant l’existence d’une chaussée antique à cet endroit, comme cela avait été supposé à l’origine (chaussée décalée ?). Néanmoins, les ouvrages identifiés renvoient à une traversée de l’estuaire à la fin de l’époque moderne et jusqu’au début du xxe siècle. Le site de Vieux-Port est finalement le reflet d’un patrimoine archéologique fluvio-maritime récent et longtemps délaissé par la communauté scientifique mais qui témoigne d’une pratique relativement courante il y a encore un siècle et qui a progressivement été effacé par les multiples travaux engagés avec la canalisation de la Seine.

Fig. 1. Le port de Vieux-Port, Eure. Vue depuis l’aval et à marée basse de l’ancienne cale de « La Bonne Auberge ».

Fig. 1. Le port de Vieux-Port, Eure. Vue depuis l’aval et à marée basse de l’ancienne cale de « La Bonne Auberge ».

© Crédit photographique J. Mouchard, 2004.

Haut de page

Notes

1 Opération réalisée avec le concours du service régional de l’archéologie de Normandie, le Groupe Archéologique du Val de Seine, le Port Autonome de Rouen et la commune de Vieux-Port.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le port de Vieux-Port, Eure. Vue depuis l’aval et à marée basse de l’ancienne cale de « La Bonne Auberge ».
Crédits © Crédit photographique J. Mouchard, 2004.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Prouveur, « Étude archéologique de la cale moderne et contemporaine de Vieux-Port, Eure », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6731 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6731

Haut de page

Auteur

Mathilde Prouveur

Archéologue indépendante

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals