Navigation – Plan du site
Aménagements portuaires et navigation côtière

Les ports et les mouillages des périodes moderne et contemporaine

Gaëlle Dieulefet

Résumés

L’archéologie portuaire des contextes moderne et contemporain interroge la circulation des hommes et des marchandises et les moyens de ces connexions multiscalaires. Concentrée tout d’abord sur les ports des grandes agglomérations du fait de l’archéologie préventive, elle s’étend désormais aux mouillages et aux petits ports de la côte et de l’hinterland.

Haut de page

Texte intégral

1Les espaces portuaires de la façade atlantique ont des caractéristiques particulières. Ouverts sur l’océan et ses marées, les grands ports s’organisent aux abords des villes en fond d’estuaire comme à Nantes et Bordeaux. Les ports urbains fluvio-maritimes, couplés à des avant-ports accessibles à l’étiage, forment ainsi un maillage multiscalaire mouvant.

2D’abord champ de recherche historique, les ports et les mouillages sont depuis quelques années un véritable sujet d’archéologie. « Clé de voûte » des cités et des sociétés, le port, dans son acception globale, est au centre de l’économie. Il est aménagé, renforcé, protégé ou encore adapté aux besoins des sociétés avec lesquelles il naît et meurt. Entre terre et mer, le port joue un rôle de liant économique, social, politique et sanitaire. Support d’étude polysémique, il offre donc plusieurs approches qui se doivent d’être mises en commun. Les sources écrites et cartographiques, l’environnement naturel et artificiel, de même que le mobilier, le bâti ou encore le parcellaire, sont autant de champs d’investigation offerts par l’archéologie portuaire post-médiévale.

3Tandis que les regards portés sur ces espaces se résumaient bien souvent à la seule présence d’une accumulation d’artefacts, ils font aujourd’hui l’objet de recherches interdisciplinaires. Amorcées dès 1973 en Atlantique avec l’étude du mouillage de Solidor à Saint-Malo par Loïc Langouët et le CeRAA, les fouilles de l’Inrap engagées dans les années 2002 à Bordeaux par Frédéric Gerber ont montré la pertinence de l’archéologie portuaire dans la restitution des rapports économiques et l’approvisionnement des sociétés. Parallèlement, les études récentes sur les ports et les mouillages de Méditerranée, comme à Girolata en Corse, à l’île de Daume, Pomègues ou Villefranche-sur-Mer en Provence, et comme à Saint-Pierre de la Martinique en Outre-mer, ont matérialisé l’existence des ports secondaires et leur place dans l’économie maritime.

4De l’abri naturel aux ports bâtis en zone urbaine en passant par les quais flottants du Débarquement de 1944, les ports et leurs dépotoirs sont de vastes terrains d’étude en devenir. L’apport de l’archéologie paraît aujourd’hui incontournable pour restituer l’activité portuaire sur un temps long et saisir des changements sociétaux à la fois urbains et économiques.

Fig. 1. Vue sous-marine du dépotoir portuaire de Saint-Pierre (Martinique) en cours de fouille (Opération 2012, LA3M UMR 7298). De la fin du xviie siècle jusqu’à l’éruption de la montagne Pelée en 1902, Saint-Pierre était le principal port de la colonie française des Petites-Antilles de la Martinique. Depuis Saint-Pierre étaient importés des produits manufacturés, de la vaisselle et de la terre cuite architecturale notamment, mais aussi du vin ou encore de l’huile pour l’approvisionnement de la colonie.

Fig. 1. Vue sous-marine du dépotoir portuaire de Saint-Pierre (Martinique) en cours de fouille (Opération 2012, LA3M UMR 7298). De la fin du xviie siècle jusqu’à l’éruption de la montagne Pelée en 1902, Saint-Pierre était le principal port de la colonie française des Petites-Antilles de la Martinique. Depuis Saint-Pierre étaient importés des produits manufacturés, de la vaisselle et de la terre cuite architecturale notamment, mais aussi du vin ou encore de l’huile pour l’approvisionnement de la colonie.

© Crédit photographique P. Groscaux, CNRS.

Haut de page

Bibliographie

Langouët L. et al. 1978. « Essai de reconstitution de la fréquentation du mouillage de Solidor à Saint-Malo aux xviie et xviiie siècles par les statistiques de mobiliers archéologiques », Les Dossiers du CeRAA : fouilles sous-marines à Saint-Malo : 29-55.

Gerber F. 2009. « Bordeaux, un exemple d’archéologie au bord de l’eau », L’archéologie fluviale en Europe. Dossier d’Archéologie, 331 : 18-19.

Gerber F. 2010. « Le port, lieu de recyclage. Deux exemples à Bordeaux du xiiie au xve siècle », Archéopages, 29 : 58-63.

Gerber F. 2010. « Bateaux et aménagements de berges au Moyen Âge à Bordeaux », Archéo-Théma, L’Archéologue des cours d’eau en France, 6 : 32-35.

Serra L. 2012. « Martinique au large de Saint-Pierre : dépotoir portuaire de la rade, EA 2104 », Bilan scientifique du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines : 133-134.

Cibecchini F. & Dieulefet G. 2014. « Le site de mouillage de Girolata (Corse) », Archéo-Théma, Archéologie sous-marine moderne en Méditerranée, sous la direction d’E. Rieth, 32, p. 18-22.

Dieulefet G. 2015. « Échanges maritimes et culture matérielle : une approche par l’analyse des mouillages et des céramiques, xve-xviiie siècles ». In : M. L’Hour, C. Cérino et E. Rieth(dir.), Les nouveaux enjeux de l’archéologie sous-marine, n° spécial de la Revue d’histoire maritime, 21 : 207-229.

Dieulefet G. et al. 2016. « L’ancrage de l’île de Daume : une escale en baie de Marseille », Cahiers d’archéologie subaquatique, 23 : 71-91.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue sous-marine du dépotoir portuaire de Saint-Pierre (Martinique) en cours de fouille (Opération 2012, LA3M UMR 7298). De la fin du xviie siècle jusqu’à l’éruption de la montagne Pelée en 1902, Saint-Pierre était le principal port de la colonie française des Petites-Antilles de la Martinique. Depuis Saint-Pierre étaient importés des produits manufacturés, de la vaisselle et de la terre cuite architecturale notamment, mais aussi du vin ou encore de l’huile pour l’approvisionnement de la colonie.
Crédits © Crédit photographique P. Groscaux, CNRS.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 826k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Dieulefet, « Les ports et les mouillages des périodes moderne et contemporaine », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6781 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6781

Haut de page

Auteur

Gaëlle Dieulefet

Maître de conférences en archéologie moderne et contemporaine, université de Nantes, UMR 6566 CReAAH-LARA.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals