Navigation – Plan du site
Fouiller sur l'estran : des contraintes et des opportunités

Urville-Nacqueville (Manche)

Anthony Lefort

Résumés

Depuis le xixe siècle, la plage d’Urville-Nacqueville est le théâtre régulier de nombreuses découvertes sur estran. Entre 1995 et 2009, plusieurs expériences ont été menées pour permettre la fouille d’une vaste aire ouverte en haut de plage, tout en étant protégée de la submersion à marée haute. La fouille a été possible en conjuguant la construction d’une digue de protection et le choix de coefficients de marée très faibles.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le xixe siècle, la plage d’Urville-Nacqueville est le théâtre régulier de découvertes originales : monnaies gauloises, tessons d’amphores républicaines, ébauches de bracelets en lignite... Autant de vestiges caractéristiques de la fin de l’indépendance gauloise mais néanmoins rares sur le plan régional.

2Une première fouille fut mise en place en 1995 sous la forme d’une aire ouverte de 140 m² décapée à la pelle mécanique puis entourée d’un enrochement visant à maintenir les bermes en place lorsqu’elle était submergée par la marée montante. L’eau retenue dans l’emprise était ensuite évacuée à l’aide d’une pompe. En 2009, une nouvelle expérience fut menée. Disposant de moyens limités et nécessitant de couvrir une surface plus importante, la fouille demandait une mise en place plus économique et plus légère.

3La difficulté principale d’une fouille sur estran tient naturellement aux marées, qui couvrent et découvrent régulièrement la zone d’intervention, ne permettant pas une ouverture continue du chantier de fouille sur une longue période. Le calendrier des interventions est donc imposé par celui des coefficients. En effet, l’observation du terrain nous a permis de noter qu’en dessous d’un coefficient de 60 à 80, la moitié supérieure de l’estran demeurait émergée à marée haute, permettant ainsi de travailler durant plusieurs jours sans subir de recouvrement ; le temps que les coefficients diminuent jusqu’à la morte-eau puis remontent jusqu’à ce seuil critique de 80 au-delà duquel la fouille n’est plus envisageable. Cette balance autorise généralement une fouille d’environ une semaine. Pour doubler la durée d’intervention, l’équipe choisit un créneau durant lequel le coefficient maximum séparant deux épisodes de mortes eaux n’est que de peu supérieur à 80. Durant ces périodes, une épaisse digue de sable extrait lors du décapage puis bâchée protège l’aire de fouille sur ses trois côtés tournés vers la mer (fig. 1 et 2). Une telle conjonction, permettant de travailler à l’abri des marées pendant une vingtaine de jours, ne se produit cependant qu’une à deux fois par an.

Fig. 1. Digue de sable enveloppée de bâche en plastique protégeant l’aire de fouille.

Fig. 1. Digue de sable enveloppée de bâche en plastique protégeant l’aire de fouille.

Cliché : A. Lefort.

Fig. 2. Vue vers l’ouest de la nécropole en cours de fouille.

Fig. 2. Vue vers l’ouest de la nécropole en cours de fouille.

Cliché : F. Levalet.

Haut de page

Bibliographie

Lefort A., Rottier S., Baron A., Blondel F., Meniel P., avec la collaboration de Gratuze B. et Nieto S., 2015. « Artisanat, échanges et nécropole : un port de commerce de La Tène D1 à Urville-Nacqueville (Nord-Cotentin) ? ». In : F. Olmer, R. Roure, P. Barral, P. Gruat, M.-P. Rouliere-Lambert, L. Pernet, B. Girard & C. Jorda (dir.), Les Gaulois au fil de l’eau, actes du XXXVIIe colloque du Bulletin de l’Association française pour l’étude de l’âge du Fer (AFEAF), Montpellier, 4-7 mai 2016. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté : 481-514.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Digue de sable enveloppée de bâche en plastique protégeant l’aire de fouille.
Crédits Cliché : A. Lefort.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2. Vue vers l’ouest de la nécropole en cours de fouille.
Crédits Cliché : F. Levalet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6916/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Lefort, « Urville-Nacqueville (Manche) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 10 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6916 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6916

Haut de page

Auteur

Anthony Lefort

Inrap Grand Ouest, université de Bourgogne, UMR 6298-ARTeHIS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals