Navigation – Plan du site
Fouiller sur l'estran : des contraintes et des opportunités

Saint-Jean-le-Thomas (50) : fouiller à marée basse dans la baie du Mont-Saint-Michel

Cyrille Billard et Vincent Bernard

Résumés

À Saint-Jean-le-Thomas, au cœur d’un des plus grands estuaires européens largement découverts à marée basse, l’étude d’un vaste ensemble de barrages à poissons n’a été possible que grâce à une recherche des gestes les plus efficaces face à des vestiges remarquablement conservés sur près de trois hectares. Ce petit article met l’accent sur quelques solutions techniques permettant l’adaptation de la fouille à des conditions particulières de submersion et de temps de travail restreint.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés:

estuaire, barrage à poissons, submerssion

Index by keyword:

estuary, fishweir, submersion
Haut de page

Texte intégral

1Les conditions du site de Saint-Jean-le-Thomas sont représentatives de celles des grands estuaires européens largement découverts à marée basse (Billard & Bernard 2016). Avec un temps d’intervention d’environ 5 heures, l’étude de cet ensemble de barrages à poissons n’a été possible que grâce à une recherche des gestes les plus efficaces face à des vestiges remarquablement conservés sur près de 3 hectares de surface érodée par la mer (bois, restes de poissons ou de crustacés, coprolithes d’animaux terrestres, algues marines, empreintes… ; fig. 1).

Fig. 1. Saint-Jean-le-Thomas, « plage de Pignochet » : dégagement d’une haie de clayonnage (phase initiale).

Fig. 1. Saint-Jean-le-Thomas, « plage de Pignochet » : dégagement d’une haie de clayonnage (phase initiale).

2Au début de l’opération, le geste de creuser ne s’imposait pas tant les tâches de balisage, de relevé, d’enregistrement et de prélèvement apparaissaient prioritaires : ainsi, près de 900 rondelles de bois ont été échantillonnées sur un total voisin de 2 000 pieux, 700 litres de sédiments marins ont été relevés pour un futur tamisage des restes de poissons. Des centaines de baguettes souples en bois ont été plantées et géolocalisées, servant ainsi de repères pour l’ouverture de sondages.

3Compte tenu de la nature silteuse de formations anciennes, il n’était pas envisageable de faire appel à un engin mécanique : celui-ci aurait eu l’inconvénient de dégrader une surface riche en informations par la présence de nombreuses empreintes humaines et animales ou bien celle de « trous de pieux », que nous n’avons détectés qu’après 1 an d’observations.

4Fouiller manuellement suppose pourtant le rebouchage des sondages à la main pour des raisons de sécurité, car les promeneurs ou les pêcheurs traversent cette zone régulièrement. La fouille manuelle a tout d’abord impliqué deux ou trois personnes dans le but d’évaluer le potentiel du site, mais la connaissance du site s’est accrue par de vastes décapages grâce à une équipe élargie (au maximum 17 fouilleurs). De véritables coupes stratigraphiques ont été réalisées, sur une profondeur maximale de 1,20 m.

5Certains secteurs complexes et bien conservés ont nécessité une intervention d’au moins 3 jours. Sur la partie la plus haute du site, une fouille a pu exceptionnellement être conduite lors du plus faible coefficient de mortes-eaux de l’année, permettant la fouille à marée haute. Sur le reste du site, les sondages ont été bâchés puis rebouchés partiellement avec des blocs de sédiments à la fin de chaque intervention.

6Les deux situations ont toutefois nécessité un pompage ainsi qu’un long travail de « remise en état », les deux premiers jours étant consacrés à une fouille d’approche des vestiges ligneux en conservant du sédiment pour les protéger et au relevé des coupes, le dernier jour à la fouille fine des éléments, aux relevés et aux prélèvements.

7Si la fouille des barrages de bas estran a représenté la majeure partie de l’investissement, d’autres structures complémentaires de l’âge du Bronze proviennent de contextes proches mais différents. Des cuvettes empierrées et des fours qui pourraient illustrer une activité de transformation du poisson sur la plage sont apparus sur le haut estran. À la surface, des formations du marais d’arrière-cordon (immergé lors des grandes marées) ont pu être étudiées, ainsi que des structures rudimentaires de barrages permettant une pêche saisonnière, éclairant ainsi la complexité des pratiques halieutiques dans cet environnement durant la préhistoire récente.

Haut de page

Bibliographie

Billard C. & Bernard V. (dir.). 2016. Pêcheries de Normandie. Archéologie et histoire des pêcheries littorales du département de la Manche. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Saint-Jean-le-Thomas, « plage de Pignochet » : dégagement d’une haie de clayonnage (phase initiale).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/6976/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyrille Billard et Vincent Bernard, « Saint-Jean-le-Thomas (50) : fouiller à marée basse dans la baie du Mont-Saint-Michel »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 10 février 2020, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/6976 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.6976

Haut de page

Auteurs

Cyrille Billard

DRAC Normandie, UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, Rennes.

Articles du même auteur

Vincent Bernard

UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire » du CNRS, université de Rennes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals