Navigation – Plan du site

Architectures monumentales néolithiques submergées en Morbihan

Serge Cassen, Valentin Grimault et Christian Obeltz
p. 60-66

Résumés

Entre la ria d’Etel et la ria de Penerf, en passant par les rives du plateau carnacois, la presqu’île de Quiberon et l’estuaire des rivières d’Auray et de Vannes, un peu plus de 1 500 monolithes submergés sont à ce jour comptabilisés en Morbihan, répartis en 34 sites, tous situés entre 0 et -5 m NGF. À ces ouvrages de stèles s’ajoutent quelques tertres funéraires et des tombes à couloir datés des viie et vie millénaires avant le présent. Cette courte synthèse présentera les résultats obtenus de prospections des domaines sous-marins avec différents outils géophysiques.

Haut de page

Texte intégral

1Entre la ria d’Étel et la ria de Penerf, en passant par les rives du plateau carnacois, la presqu’île de Quiberon et l’estuaire des rivières d’Auray et de Vannes, un peu plus de 1 500 monolithes submergés sont à ce jour comptabilisés, répartis en 34 sites, tous situés entre 0 et -5 mètres Ngf (fig. 1). Ce nombre important serait à lui seul de nature à contredire les inventaires de « menhirs » localisés dans l’ouest de la France qui éviteraient de les inclure. Il doit aussi être rapproché des 10 200 stèles identifiées sur la partie terrestre correspondante, se rapportant à 150 ouvrages (barres parallèles, perpendiculaires, arcs d’enceinte) où les fameux alignements de Carnac réunissent à peu près 3 000 monolithes.

Fig. 1. Distribution des ouvrages de stèles submergés et des monuments funéraires attaqués par la mer, entre la ria d’Étel et la ria de Penerf. Carte de densité de monolithes par site sous-marin.

Fig. 1. Distribution des ouvrages de stèles submergés et des monuments funéraires attaqués par la mer, entre la ria d’Étel et la ria de Penerf. Carte de densité de monolithes par site sous-marin.

2Àux dalles tombées (très rares sont celles encore debout) s’ajoutent des architectures funéraires néolithiques de type ciste sous tertre et tombe à couloir. Les sites funéraires, très souvent en élévation dans ce secteur, sont paradoxalement difficilement détectables : soit l’enveloppe sédimentaire (tertre) ne résiste pas à l’attaque marine et toute submersion dilue à terme la structure, soit les monolithes agencés d’une tombe à couloir s’effondrent sous la puissance des vagues et l’amas des blocs peut vite ne plus être reconnaissable (Nénézic), et ce en l’espace de deux générations, à l’image du monument de l’Herbaudière sur l’île de Noirmoutier (Vendée). Dans le Morbihan, si les tombes à couloirs sont encore identifiables malgré leur ennoiement ou leur attaque progressive, elles le doivent à leur position sur vasière protégée à l’intérieur des rias d’Étel et du Bono (Boccennic Vras, Kerroyal). Au contraire, sous l’action directe du ressac, le tertre 1 de Kerdual (La Trinité-sur-Mer) ne doit sa reconnaissance dans les années 1990 qu’à une énorme masse d’altérites accumulées au Néolithique sur une dorsale rocheuse émergente, plus dure que le substrat environnant. L’ensemble monumental de Kerdual donne d’ailleurs l’opportunité de revenir sur la problématique sous-jacente et sur les méthodes d’investigation.

Le problème

3Afin de mieux réfléchir à l’énigme des alignements de Carnac, un cadre conceptuel a été proposé, tout d’abord dans les années 1990 (avec les notions de ligne, d’obstacle, de transit), puis dans les années 2000 en jouant sur plusieurs concepts (la verticalité, le seuil, la limite, la répétition) et plusieurs affects actifs ou sensibles (la pesanteur/la gravité, la pierre dure, la peur). La stèle devient l’élément radical ; elle conjoint ces ensembles descriptifs et analytiques sur lesquels il n’est nul besoin d’empiler le plus grand nombre d’exemples ethnographiques pour espérer y trouver la meilleure solution.

4Le territoire en question est souvent résumé à son extraordinaire extension de stèles, implantées sur des kilomètres et semblant s’affranchir du relief ou des cours d’eau. Le fait que l’œil perde de vue la structure augmente l’impression d’ensemble. Mais les recherches des vingt dernières années ont noué un lien important entre ces pierres dressées et les architectures funéraires les plus colossales, à l’intérieur desquelles des objets précieux en provenance des Alpes et d’Andalousie ont été accumulés dans des tombes individuelles comme jamais ils ne le furent en Europe, il y a 6 500 ans. Ces objets-signes (notamment les jades) étaient dans le même temps enfouis (« sacrifiés ») au pied d’autres stèles, parfois gravés, ou en d’autres points névralgiques du paysage sur lesquels venaient s’accrocher des ouvrages rectilignes de pierres dressées. Ce sont bien toutes ces singularités réunies qui concourent à l’unicité du phénomène étudié. En proposer une lecture interprétative nécessite par conséquent de bien le cerner dans l’espace : si la bordure au nord du plateau carnacois est bien établie, le besoin de connaître l’extension sous-marine au sud devenait primordial. La barre de stèles submergée de Kerdual, découverte en prospection pédestre en appliquant le modèle précité, fut un tournant dans notre approche du problème. Enregistrer sur ces « terrains » inédits, au gré des marées de l’Atlantique, fut un défi d’autant plus grand que la morphologie des dalles devait de surcroît être décrite. L’emploi du Gps différentiel s’est alors imposé : une équerre mobile (2  ×  1 m) venait border le monolithe, 4 points de référence étant mesurés au Gpsd tandis qu’un autre opérateur utilisait ce système référentiel pour lever par dessin les contours de la dalle. Le dispositif a ensuite évolué en bénéficiant de l’expérience acquise lors de la fouille du tertre de Lannec er Gadouer (Erdeven ; 1993-1997), où l’emploi de la photographie numérique et du redressement informatique de l’image ont permis un dessin a posteriori des structures en vue planaire.

5Toutefois, les enregistrements s’arrêtaient aux plus basses eaux extraordinaires, et il devenait patent que des prolongements à ces ouvrages étaient assurés sous une colonne d’eau oscillant entre 2 et 5 mètres. D’autres techniques devaient être employées pour tenter de trouver une extension aux sites découverts ou anciennement mentionnés sur le rivage, notamment Porh Fetan/Le Rohu et Kerbourgnec dans la baie de Quiberon.

La méthode

6La prospection des domaines sous-marins utilise, entre autres, deux catégories d’outils géophysiques : les outils sismiques (fréquence de quelques dizaines de Hz), qui donnent une vision verticale (en coupe), et les sonars ou multifaisceaux (quelques centaines de kHz), qui donnent une image acoustique du fond, couplée ou non à une bathymétrie.

7Tracté dans l’eau à partir d’un bateau, le sonar à balayage latéral insonifie une « bande » de fond marin de part et d’autre de son axe. Cette bande insonifiée, ou « photo acoustique », présente plusieurs teintes de gris qui correspondent aux différentes caractéristiques des sédiments. L’onde acoustique est rétrodiffusée par les sédiments en fonction de leur nature – qualité, rugosité –, de leur état de compaction ainsi que de leur morphologie. L’acquisition de plusieurs bandes juxtaposées permet (en théorie) la réalisation d’une mosaïque sonar qui constitue une image précise (résolution de l’ordre de la vingtaine de centimètres) des fonds marins. La reconnaissance puis l’identification des différents faciès acoustiques (corrélation avec la vérité-terrain grâce aux observations directes à marée basse, ou par plongée, ou par carottage) permet alors d’établir une cartographie fine, référencée géographiquement.

8Deux instruments ont donc été mis en œuvre sur plusieurs sites de la baie de Quiberon :

  • le sonar à balayage latéral Edgetech 272 TD (fréquences d’émission : entre 100 et 500 kHz) a été utilisé avec une fréquence de 100 kHz qui permet de déceler des objets ou structures sous quelques centimètres de sédiments, à une altitude d’environ 5 m au dessus du fond. Cette configuration autorise l’acquisition d’une image acoustique de 100 m environ de chaque côté et donc une bande totale insonorisée de 200 m de large ;
  • le sonar à balayage latéral bi-canal Hultqvist SH1 (fréquence d’émission 200 ou 500 kHz suivant la sonde amovible utilisée ; résolution horizontale de 10 cm environ pour le modèle 500) est d’un encombrement plus réduit que le modèle précédent, et a essentiellement servi dans les années 2000 pour l’exploration des épaves antiques et historiques. Il est utilisé en pratique avec une largeur de bande de 25 à 125 m de chaque côté. Fournissant à l’archéologue une résolution bien meilleure que le précédent, il a donc servi à « étalonner » notre détection visuelle.

9Il était en effet important d’accoutumer et de calibrer notre regard à partir d’une structure attestée par les archéo-logues ; sous l’eau, tout caillou semble bien souvent être un menhir qui s’ignore... C’est pour cette raison que notre choix s’est porté vers l’ouvrage des monolithes affaissés ou encore dressés sur le site du Rohu, après la découverte au plus bas de la plage d’un dépôt de lames de haches en jadéitite. À la suite d’une série de navigations croisées, il est apparu que tous les sonogrammes produits avec le SH1 n’étaient pas comparables en termes de qualité d’images. Toutefois, sur un fond sablo-gravillonneux comme ici, l’anomalie détectée était en effet en correspondance avec la morphologie relevée par les archéologues, par grande marée, quand la surface des monolithes apparaît enfin.

10À partir de cette image, plusieurs trajets au sonar furent programmés sur Kerbourgnec afin de constituer un corpus de sonogrammes à l’emplacement supposé des monolithes néolithiques. Après confrontation avec les images « référentes » du Rohu, dix sonogrammes sont exploités à l’issue des navigations. Une liste non exhaustive d’anomalies est ainsi retenue pour établir un premier jeu de cibles à explorer en plongée. Ces plongées en scaphandre autonome sont indispensables : en retrouvant les anomalies, en situant les blocs, en les nettoyant de leur gangue végétale, on assure les premières observations, notamment géo-morphologiques. Le rendu des états de surface permet en effet de savoir si des individus sont extraits d’un substrat autre que celui sur lequel ils reposent ; ils sont souvent marqués des formes de la météorisation du granite régional prouvant la fracture de plusieurs d’entre eux (vasque d’érosion interrompue, face d’arrachement au ciel, arêtes vives, rochers à coupole et piédestal prouvant un emprunt sur un affleurement avant que la mer n’envahisse le secteur). La planimétrie fournit bien entendu un argument essentiel quand l’organisation régulière des dalles (rectilignes parallèles dans les secteurs abrités à Kerbourgnec) plaide en faveur d’une structure non équivoque. Plusieurs points d’ancrage mesurés au Gpsd permettent de caler l’ensemble afin de restituer les données au sein d’un Sig, ce qui autorise un retour aux sonogrammes en vue d’une nouvelle confrontation critique.

11Un mot doit être dit sur l’opportunité de tester en prospection, sur le secteur de Kerpenhir (Locmariaquer/Port Navalo), la vedette océanographique Haliotis de l’Ifremer. Elle offre une plateforme de cartographie basée prioritairement sur l’imagerie acoustique permettant d’obtenir des informations précises et fiables sur la nature et la morphologie de la frange littorale ; de plus, elle est équipée d’un sonar interférométrique, d’un sondeur de sédiments Chirp et d’un sondeur monofaisceau associé à un système de caractérisation des fonds. Les résultats nous ont semblé prometteurs, à condition qu’un contrôle des anomalies et une investigation spécifique par plongée puissent un jour accompagner ces images encore peu exploitées ; dans l’attente de ces validations, ces anomalies ne sont pas décomptées dans la cartographie présente.

Er Lannic par l’exemple

12Le site d’Er Lannic (Arzon) est emblématique du phénomène marin transgressif à l’œuvre depuis des millénaires. La vision de quelques menhirs debout (mais restaurés) émergeant de l’eau stimule l’imaginaire, et le passage sur Gavrinis apparaît complet quand le visiteur peut aujourd’hui faire en bateau le tour de l’îlot, découvrant l’arc d’enceinte sur le versant terrestre. Par marée basse, si le coefficient de marée est très important, un bouillonnement du courant au-dessus d’un ou deux blocs imposants indique l’autre arc d’enceinte en permanence immergé (fig. 2).

Fig. 2. Er Lannic (Arzon, Morbihan). Orientations de la ligne de rivage en rapport aux ouvrages de stèles au cours de la remontée du niveau marin, entre -6 m Ngf et l’actuel. (Litto3D® et Lidar OSUNA/DRAC Bretagne 2016 ; projection Lambert 93/EPSG :2154).

Fig. 2. Er Lannic (Arzon, Morbihan). Orientations de la ligne de rivage en rapport aux ouvrages de stèles au cours de la remontée du niveau marin, entre -6 m Ngf et l’actuel. (Litto3D® et Lidar OSUNA/DRAC Bretagne 2016 ; projection Lambert 93/EPSG :2154).

13G. de Closmadeuc, au cours de ses explorations sur Gavrinis en 1866, a le premier rendu compte des pierres encore dressées mais le plus souvent chutées sur l’îlot, mentionnant la quantité extraordinaire des vestiges céramiques et lithiques présents sur le site. Sa publication de 1882 révèle la seconde enceinte, submergée, que l’on suppose circulaire, découverte par grande marée lors d’une visite faite en 1872. Il faudra cependant attendre les années 1910-1920 pour que R. Merlet, St-J. Péquart et Z. Le Rouzic ne corrigent la géométrie soi-disant circulaire au profit d’une forme plus juste en « fer à cheval ».

14Dans le cadre d’un programme collectif de recherche dédié à l’inventaire des signes gravés néolithiques en Bretagne, différentes missions ont été conduites sur le site depuis 2016 (Cassen et al. 2019) : plusieurs stèles de l’enceinte 2 sont en effet marquées de gravures, parfois connues ou totalement inédites. Le principe adopté exige que tout enregistrement des signes s’accompagne d’une acquisition tridimensionnelle du support, ce dernier devant à son tour être contextualisé dans l’architecture et l’environnement topographique immédiat, c’est-à-dire tout l’îlot émergé, sa plateforme intertidale, les deux arcs d’enceinte, l’affleurement sommital également gravé et les différents monolithes présents sur le site qui ont été représentés en plans et en élévations à partir de modèles 3D (photogrammétrie, lidar aéroporté). Sur les 173 monolithes néolithiques contrôlés sur le site, 84 sont submergés et 17 ne sont jamais visibles aux marées exceptionnelles de fort coefficient. Une détermination pétrographique des stèles, progressivement réalisée depuis 1992 et achevée en 2017, a d’ailleurs permis d’établir que l’ouvrage constamment submergé est en grande majorité (75 %) en orthogneiss (origine : 3 km min.), tandis que l’enceinte en « fer à cheval » sur l’îlot se compose essentiellement de granites « locaux » mais de provenances diverses, de deux faciès de migmatite (6 %, origine : 2,6 km min.) et d’orthogneiss (3 %).

15Ce contraste étonnant dans l’approvisionnement en monolithes des deux ouvrages, ajouté à des plans dissemblables et surtout des orientations d’arcs très différentes, peut être rapproché, à titre heuristique, des différentes orientations des rivages estimées entre -6 m Ngf et le 0 de la plage actuelle. La topographie sous-marine, autant que l’on puisse la considérer à partir d’un plancher rocheux entièrement lessivé de la couverture sédimentaire de l’époque, révèle en effet une modification importante du trait de côte selon les différents moments de la remontée du niveau marin, entre 7 000 avant le présent et la fin du Néolithique. Autrement dit, à l’ouverture de l’enceinte 1, qui est parallèle
à un rivage situé entre -5 et -7 m Ngf, semble suivre l’enceinte 2, dont l’ouverture est cette fois parallèle à un rivage estimé entre -2 et -4 m Ngf en prenant des fourchettes larges. On le sait, l’extraction et le transport des monolithes en orthogneiss est caractéristique de l’étape des grandes stèles contemporaines de la barre du Grand Menhir à Locmariaquer – ce dernier étant lui-même en orthogneiss –, datée du milieu du viie millénaire BP. L’étagement successif ici proposé pour les enceintes 1 puis 2 d’Er Lannic, aussi grossier soit-il, est donc compatible avec les données archéologiques régionales.

16Réfléchir à une possible « fonction » de ces arcs d’enceintes supposerait par conséquent d’intégrer la notion de transgression marine, en soulignant notamment la vitesse de progression qui devait être bien perceptible entre 7 000 et 5 500 avant le présent. Cela dit, si les ouvrages similaires situés dans l’estuaire des rivières de Vannes et Auray sont bien dirigés vers le rivage le plus proche (île Berder, Kerpenhir), en étant soit submergés soit attaqués par la mer, changeant d’ailleurs leur orientation au gré du trait de côte, on ne peut en dire autant pour les architectures « terrestres » comme celles plus ou moins au contact des barres de stèles de Carnac (Le Menec, Kerlescan). Il faudra ici modéliser de façon plus globale, en intégrant la topographie des bassins versants et leur rapport à l’océan. On comprend, dès lors, que cette relation plus ou moins stricte, plus ou moins éloignée, entre le rivage transgressif et ces arcs d’enceinte, n’est quoiqu’il en soit plus compatible avec une orientation privilégiée des ouvertures vers un quelconque solstice, idée toujours populaire mais qu’il est impossible
de soutenir.

Note: Ces résultats rassemblent des données de prospections d’estran sur plateforme intertidale et sous-marine, menées entre 1992 et 2018 par S. Cassen, C. Obeltz, O. Celo, A. Baltzer, C. Boujot, C. Chaigneau, A. Lorin, L. Menanteau, D. Menier, G. Musset, J. M. Rousset, D. Sellier et E. Vigier.

Haut de page

Bibliographie

Baltzer A., Cassen S., Walter-Simonnet A.-V., Clouet H., Lorin A. & Tessier B. 2015. « Variations du niveau marin Holocène en Baie de Quiberon (Bretagne sud) : marqueurs archéologiques et sédimentologiques », Quaternaire, 26 (2) : 105-115.

Cassen S. & Vaquero Lastres J. 2003. Les Marches du Palais. Recherches archéologiques sur alignements de stèles et tertres funéraires néolithiques autour de la baie de Quiberon (Morbihan, 2000-2002). Nantes : Laboratoire de Préhistoire.

Cassen S., Boujot C., Errera M., Menier D., Pailler Y., Pétrequin P., Marguerie D., Veyrat E., Vigier E., Poirier S., Dagneau C., Degez D., Lorho T., Neveu-Derotrie H., Obeltz C., Scalliet F. & Sparfel Y. 2010. « Un dépôt sous-marin de lames polies néolithiques en jadéitite et sillimanite et un ouvrage de stèles submergé sur la plage dite du Petit Rohu près Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan) », Bulletin de la Société préhistorique française, 107 (1) : 53-84.

Cassen S., Baltzer A., Lorin A., Sellier D., Boujot C., Menier D. & Rousset J.-M. 2010. « Prospections archéologiques et géophysiques de stèles néolithiques submergées en baie de Quiberon (Morbihan) », Cahiers d’archéologie subaquatique, 18 : 5-32.

Cassen S., Baltzer A., Lorin A., Fournier J. & Sellier D. 2011. « Submarine Neolithic stone rows near Carnac (Morbihan, France): preliminary results from acoustic and underwater survey ». In: J. Benjamin, C. Bonsall, C. Pickard et A. Fisher (dir.), Submerged Prehistory. Oxford : Oxbow Books : 99-110.

Cassen S., Grimaud V., Boujot C., Chaigneau C., Collado E., Jersey P. (de), Querre G., Vigier E. & Vourc’h M. 2019. « Quelques résultats 2018 du PCR “Corpus des signes gravés néolithiques en Bretagne” ». In : Journée de l’Umr 6566 CReAAH Archéologie, archéosciences, histoire, Rennes, 23 mars 2019. Rennes : université de Rennes 1 : 16-17.

Clouet H. 2011. Production et analyse de cartes bathymétriques à partir des données du sonar interferométrique GeoSwath de la V/O Haliotis, mémoire de master 2. Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (IFREMER), centre de Brest, département navires et systèmes embarqués ; université de Caen, laboratoire de morphodynamique continentale et côtière.

Menier D., Scalliet F, Proust J.-N. & Cassen S. 2009. « Contexte géomorphologique et paléoenvironnemental en Bretagne Sud à l’Holocène ». In : S. Cassen (dir.) Autour de la Table. Explorations archéologiques et discours savants sur des architectures néolithiques à Locmariaquer, Morbihan (Table des Marchands et Grand Menhir), actes du colloque international, Vannes (Morbihan), 5-7 octobre 2007 (université de Bretagne-Sud, campus Le Tohannic). Nantes, Laboratoire de recherche archéologique ; université de Nantes ; CNRS : 800-813.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Distribution des ouvrages de stèles submergés et des monuments funéraires attaqués par la mer, entre la ria d’Étel et la ria de Penerf. Carte de densité de monolithes par site sous-marin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/7021/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2. Er Lannic (Arzon, Morbihan). Orientations de la ligne de rivage en rapport aux ouvrages de stèles au cours de la remontée du niveau marin, entre -6 m Ngf et l’actuel. (Litto3D® et Lidar OSUNA/DRAC Bretagne 2016 ; projection Lambert 93/EPSG :2154).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/7021/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Cassen, Valentin Grimault et Christian Obeltz, « Architectures monumentales néolithiques submergées en Morbihan », Les nouvelles de l'archéologie, 156 | 2019, 60-66.

Référence électronique

Serge Cassen, Valentin Grimault et Christian Obeltz, « Architectures monumentales néolithiques submergées en Morbihan », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/7021 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.7021

Haut de page

Auteurs

Serge Cassen

Laboratoire de recherche archéologie et architectures (LARA, UMR 6566), université de Nantes, BP 81227, 44312 Nantes (France).

Articles du même auteur

Valentin Grimault

Laboratoire de recherche en archéologie et architectures (LARA, UMR 6566), université de Nantes, BP 81227, 44312 Nantes (France).

Christian Obeltz

Les Etrivières, 56340 Carnac.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals