Navigation – Plan du site

Le projet ALeRT dans son contexte national et européen

Marie-Yvane Daire, Chloë Martin et Elías López-Romero

Résumés

Le projet ALeRT (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre), développé sur les façades Manche-Atlantique de la France, propose de contribuer à la connaissance et à la gouvernance des espaces littoraux et de leur patrimoine culturel ; la démarche diachronique est centrée sur la question cruciale de la vulnérabilité de ce patrimoine, face aux pressions exercées par les effets des changements climatiques et de l’anthropisation croissante des rivages ; elle est fondée sur le principe de la « protection par l’enregistrement » (preservation by record). En partenariat avec les divers acteurs du territoire, des outils dédiés ont été développés dans le double objectif d’un progrès des connaissances scientifiques et d’une aide à la gouvernance. La mise en œuvre intègre l’implication de diverses communautés dans l’utilisation de ces outils (Conservatoire du littoral, gardes du réseau, collectivités territoriales et public) dans une démarche de construction scientifique participative et citoyenne. Ce projet s’inscrit dans une démarche développée plus largement à l’échelle européenne, dans le cadre du programme écossais SCAPE (Scottish Coastal Archaeology and the Problem of Erosion), prolongé depuis 2012 par le projet Scharp (Scotland’s Coastal Heritage at Risk), par exemple.

Haut de page

Texte intégral

1Les changements climatiques et certains de leurs effets – la remontée du niveau marin et l’érosion des côtes – menacent de détruire une partie du patrimoine culturel du littoral, dans les quelques mois ou années à venir. Cette menace augmente du fait de la pression anthropique grandissante sur les espaces côtiers (fréquentation touristique, aménagements…). Si le phénomène est assez général à l’échelle de la planète, peu nombreuses sont les régions qui ont intégré cette dimension d’érosion culturelle dans leur politique de gestion intégrée des zones côtières.

  • 1 Projet soutenu par la région Bretagne (2015-2017), la Fondation de France (2016-2018), le conseil d (...)

2Initié en 2006, le projet ALeRT (Archéologie, Littoral et Réchauffement Terrestre)1 résulte de la fédération d’un groupe de chercheur·se·s investi de longue date dans les recherches archéologiques en milieu côtier et insulaire dans l’ouest de la France. Les objectifs généraux sont la réalisation d’un état sanitaire du patrimoine archéologique du littoral Manche-Atlantique, débouchant sur une réflexion globale concernant sa vulnérabilité et la recherche de solutions en matière de gestion des sites menacés, adaptées aux divers contextes.

3La démarche développée est fondée sur une approche interdisciplinaire (archéologie, études environnementales, géographie, géomorphologie…), structurée dans le cadre d’un projet de « recherche action » s’appuyant sur une démarche participative.

Un patrimoine culturel vulnérable

4Tous les types de patrimoine culturel du littoral sont concernés par les effets de ces changements côtiers, quels que soient leur type (monuments, anciens habitats, sépultures, sites artisanaux…) et leur chronologie, qui s’étend du Paléolithique inférieur (par exemple l’occupation sous grotte du site de Menez Dregan à Plouhinec dans le Finistère, 465 000 ± 65 000 ans av. J.-C.) à la période moderne.

5Si l’érosion côtière permet très souvent la découverte de vestiges anciens, une course contre la montre s’engage ensuite pour les chercheur·se·s afin de recueillir les informations avant leur disparition complète. Cependant, tous les sites ne sont pas égaux dans la vulnérabilité et il est vrai qu’un amas coquillier préhistorique offrira généralement une moindre résistance qu’un blockhaus de la Seconde Guerre mondiale.

6Les sites peuvent être fortement dégradés, voire disparaître, en quelques mois ou quelques heures, notamment lors d’épisodes climatiques extrêmes (tempêtes, submersions…). De tels cas exigent une rapidité d’intervention des archéologues pour sauver les informations scientifiques et patrimoniales, qui peuvent être inédites ou avoir bénéficié d’une conservation exceptionnelle.

7Au-delà des épisodes brutaux, la dégradation de portions du littoral se combine à une submersion plus ou moins lente mais progressive, de l’ordre de plusieurs millénaires. Ainsi, certains monuments mégalithiques néolithiques aujourd’hui sur estran sont les ultimes témoins d’installations beaucoup plus vastes à l’origine.

Des moyens d’intervention complémentaires

  • 2 Plus d’information sur le site web ALeRT (https://alert-archeo.org/), Facebook (AlertArcheologie), (...)

8La démarche de « sauvetage » engagée repose sur une méthodologie élaborée en tenant compte des différentes situations et d’un panel de moyens d’intervention2. Elle met en œuvre des prospections systématiques, notamment après les tempêtes, des suivis réguliers sur certains sites, voire des opérations de sondages ou de fouilles archéologiques sur les plus prometteurs et/ou les plus menacés à court terme.

9L’harmonisation des outils d’observation de terrain a nécessité dans un premier temps l’élaboration d’une grille d’évaluation du risque, reposant sur l’évaluation d’une douzaine de variables touchant à la nature et la résistance des vestiges, à leur contexte géomorphologique, à la pression anthropique ou encore à leur exposition aux aléas climatiques. Ces observations débouchent sur le calcul d’indices de vulnérabilité traduits en « cartes des risques », outils d’aide à la décision permettant de hiérarchiser les priorités.

10Le travail de terrain fait l’objet d’une démarche participative, le public, les bénévoles et membres d’associations étant invités à signaler toute découverte de vestiges archéologiques, au moyen d’une application développée pour divers supports (smartphones, tablettes…). Au fil des années, un réseau de plusieurs dizaines d’informateur·rice·s s’est constitué, intégrant également bon nombre de gardes du littoral, grâce à un partenariat original établi avec le Conservatoire du littoral. L’expertise réalisée ensuite sur le terrain par des spécialistes déterminera la nature de l’action à engager, en lien avec les services compétents du ministère de la Culture (Sra et Drassm).

Le projet ALeRT dans son contexte européen

11Conçu avec l’objectif de limiter la perte de données littorales, patrimoniales et scientifiques, le projet ALeRT est fondé sur le principe de la protection par l’étude et permet aujourd’hui le suivi de plusieurs centaines de sites archéologiques menacés dans l’ouest de la France. Loin d’être isolée, cette démarche s’intègre dans une série d’initiatives européennes. En Angleterre, les années 1990 ont vu la création des Rczas (Rapid Coastal Zone Assessment Surveys) par l’English Heritage (instance nationale devenue aujourd’hui Historic England), en vue d’améliorer la connaissance historique de l’environnement côtier et ainsi d’alimenter les plans de gestion côtière (Shoreline Management Plans, SMPs). Toujours en Angleterre, depuis 2015, le réseau Citizan (Coastal and Intertidal Zone Archaeological Network) attire l’attention sur l’état sanitaire des sites côtiers et estuariens qui ne bénéficient d’aucune mesure de protection, dans une démarche participative proche de celle d’Alert. En Écosse, dès le début des années 2000, les chercheur·se·s de l’université de Saint-Andrews, largement soutenu.e.s par le gouvernement, ont développé le programme Scape (Scottish Coastal Archaeology and the Problem of Erosion), prolongé depuis 2012 par le projet Scharp (Scotland’s Coastal Heritage at Risk). Quelques projets européens à durée cependant plus limitée ont permis de fédérer ces initiatives nationales et de donner lieu à des partages d’expériences et de réflexions sur le devenir du patrimoine littoral et sa prise en compte dans les politiques publiques de gestion côtière (par exemple Arch-Manche, Archaeology, Art and Coastal Heritage – tools to support coastal management and climate change planning across the Channel, 2014-2016, entre le Royaume-Uni, la France, la Belgique et les Pays-Bas ; Cherish, Climate, Heritage and Environments of Reefs, Islands and Headlands, 2014-2020, Irlande et Pays de Galles ; EU H2020 Storm project, Safeguarding Cultural Heritage through Technical and Organisational Resources Management, 20 partenaires dans 7 pays). En France, les projets interdisciplinaires Litaq, Littoral aquitain, du Pléistocène à l’Anthropocène, et Fast-Litaq, Formations argilo-sableuses des tourbières du littoral aquitain, (LabEx LaScArBx et LabEx Cote, Évolution, adaptation et gouvernance des écosystèmes continentaux et côtiers, coord. F. Verdin, Umr 5607 Ausonius, et F. Eynaud, Umr 5805 Epoc, Environnements et Paléoenvironnements océaniques et continentaux, et plus récemment Écorest, Économie et ressources en contexte estuarien (LabEx LaScArBx, coord. F. Verdin, Umr 5607 Ausonius, 2018-2021), ont également abordé l’étude des sites archéologiques et des archives paléoenvironnementales menacés de destruction dans le sud-ouest (cf. ce volume).

Fig. 1. Palissade en bois datant de l’âge du Fer, en cours de fouille sur la plage de Plougasnou-Saint-Jean-du-Doigt.

Fig. 1. Palissade en bois datant de l’âge du Fer, en cours de fouille sur la plage de Plougasnou-Saint-Jean-du-Doigt.

© Photographie M.-Y. Daire.

Haut de page

Notes

1 Projet soutenu par la région Bretagne (2015-2017), la Fondation de France (2016-2018), le conseil départemental du Finistère (2017, 2018), le ministère de la Culture (2017, 2018).

2 Plus d’information sur le site web ALeRT (https://alert-archeo.org/), Facebook (AlertArcheologie), Twitter (@AlertArcheo), Instagram (alert-archeo).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Palissade en bois datant de l’âge du Fer, en cours de fouille sur la plage de Plougasnou-Saint-Jean-du-Doigt.
Crédits © Photographie M.-Y. Daire.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/7061/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Yvane Daire, Chloë Martin et Elías López-Romero, « Le projet ALeRT dans son contexte national et européen », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 156 | 2019, mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/7061 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.7061

Haut de page

Auteurs

Marie-Yvane Daire

Directrice de recherche au CNRS, UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire », Rennes.

Articles du même auteur

Chloë Martin

Ingénieure d’étude CNRS, UMR 6566 CReAAH « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire », Rennes.

Articles du même auteur

Elías López-Romero

Chaire Junior, LabEx Sciences Archéologiques de Bordeaux (LaScArBx).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals