Skip to navigation – Site map

L’intégration de la ressource archéologique dans les stratégies de gestion du phénomène érosion : l’exemple du littoral médocain

Christine Lima-Brissaud and Léopold Maurel
p. 67-71

Full text

1Les travaux de synthèse sur la situation du littoral atlantique au regard de l’évolution du trait de côte se sont multipliés ces deux dernières décennies. Ils évoquent une situation certes très hétérogène, mais qui résulte de phénomènes maintenant bien identifiés, en lien avec les changements climatiques, visibles plus particulièrement en contexte littoral, qui se traduisent par une érosion du trait de côte provoquant un déplacement de la limite entre le domaine marin et continental. Des reculs annuels de 10 à 20 m ont été enregistrés sur certains secteurs de la côte aquitaine, et jusqu’à 40 m sur les plages de Soulac-sur-Mer dans le Médoc, sous le coup d’une seule tempête. Un recul moyen annuel de 2,5 m en Gironde correspond au taux actuellement estimé par l’Observatoire de la côte aquitaine (fig. 1).

Fig. 1. Vue de niveaux de paléosols à la base de la dune du Pilat (La Teste-de-Buch , Gironde).

Fig. 1. Vue de niveaux de paléosols à la base de la dune du Pilat (La Teste-de-Buch , Gironde).

© Photographie L. Maurel.

2Ainsi, les changements climatiques, combinés à certaines formes de pression anthropique exercées sur les zones littorales, affectent non seulement les systèmes naturels mais également l’ensemble du patrimoine culturel, historique et archéologique des côtes de l’Atlantique. De tels phénomènes engendrent inévitablement une perte irrémédiable du patrimoine, de données scientifiques et donc de connaissances.

3Les chercheurs ont initié, dans un premier temps, des approches distinctes dans ce milieu situé à l’interface de la terre et de la mer qu’est le littoral. Les archéologues terrestres se sont intéressés aux peuplements, à l’habitat, au mobilier… pendant que les archéologues subaquatiques naviguaient autour des thématiques relatives à l’architecture navale, le commerce maritime… Le développement historiographique se faisant, les concepts d’archéologie maritime ont conduit à concevoir de manière globale le rapport homme/mer ou, différemment exprimé, l’interaction homme/milieu.

4Les programmes de recherche les plus récents dans le contexte littoral aquitain mettent en évidence la richesse des vestiges, immergés ou submergés en fonction des conditions environnementales, en même temps qu’ils offrent de stimulantes perspectives historiques sur la nature et l’évolution des occupations humaines du littoral. Les données acquises sont partagées puis confrontées à celles issues des sciences de l’environnement afin d’aboutir à une vision diachronique des interactions entre l’humain et son environnement. Une telle démarche a d’ailleurs fait l’objet d’une journée d’étude à l’université de La Rochelle, en décembre 2011, sous l’intitulé « L’environnement en mémoire. Marqueurs, outils et perspectives » (Bardot-Cambot et al. 2015).

5Par ailleurs, les services régionaux de l’archéologie (Sra) en charge des territoires littoraux, parallèlement au Drassm pour le domaine public maritime (Dpm), sont régulièrement sollicités en raison des découvertes fortuites effectuées sur l’estran lors d’épisodes de basses mers. Une réactivité probablement insuffisante des services, des zones de découvertes souvent lointaines, un partage des compétences clair entre Sra et Drassm mais rendu délicat par la difficulté à établir avec précision la limite terre/mer, des conditions d’accessibilité compliquées par les marées et donc des temps d’études restreints, sont autant de facteurs qui confèrent aux zones d’estran un statut par trop délaissé.

6Au-delà des travaux de recherche et des découvertes fortuites réalisés dans ces contextes littoraux, les différents projets d’aménagement liés à la protection des côtes, notamment, demeurent bien souvent hors-cadre des procédures d’archéologie préventive, pourtant largement pourvoyeuses de découvertes et de connaissances. Seuls les réseaux de bénévoles et autres passionnés d’archéologie, ou les médias, permettent d’informer les Sra et le Drassm des aménagements envisagés ou amorcés sur l’estran.

Une législation abondante et des acteurs multiples

7Le domaine public maritime, sur la façade sud-atlantique comme partout ailleurs, correspond à un espace à la fois sensible et largement convoité, à la croisée d’intérêts parfois contradictoires de développement économique, de prévention des risques naturels et de préservation de l’environnement en outre consacrée par la loi Littoral de 1986. Ce milieu, géré par l’État dans certaines zones par l’intermédiaire du Conservatoire du littoral, peut faire l’objet de délégations de gestion aux collectivités territoriales. La notion de gestion partagée, propre au contexte littoral, a constitué une opportunité évidente d’intégrer la ressource archéologique au cœur des stratégies de gestion. Rappelons que la zone territoriale de compétence de la région Nouvelle-Aquitaine concerne 140 communes soumises à l’application de la loi Littoral, dont 50 % sont en Charente-Maritime.

8L’article L146-6 du Code de l’urbanisme qui porte sur les espaces terrestres et marins, sites et paysages remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel et culturel du littoral, offre un levier juridique supplémentaire qui peut permettre d’initier des politiques de conservation du patrimoine. Par ailleurs, pour ce qui nous concerne, le Code du patrimoine délimite à son tour l’estran, lais et relais côté terre sur parfois quelques kilomètres de profondeur, comme partie intégrante du domaine public maritime. Il définit juridiquement la notion de bien culturel maritime comme étant un bien public relevant d’un intérêt historique et archéologique. Propriété de l’État, il est, à ce titre, inaliénable. Dans ce contexte, les services du ministère de la Culture ont dévolu la gestion de l’ensemble de la chaîne opératoire de l’archéologie au Drassm, y compris la zone de l’estran, pourtant techniquement et bien souvent scientifiquement plus proche de l’archéologie terrestre que subaquatique.

9Parmi les acteurs de la gestion du littoral aquitain, nous pouvons évoquer notamment, mais pas exclusivement, le groupement d’intérêt public (Gip) Littoral aquitain qui, réunissant l’ensemble des collectivités territoriales concernées, a pour objectif de développer des axes d’intervention et de recherche mutualisés à l’échelle de la côte aquitaine ; le Conservatoire du littoral, qui intervient notamment dans le domaine des acquisitions foncières afin de permettre un maintien des états naturels des biens acquis ; l’Office national des forêts (Onf), gestionnaire de l’espace domanial pour le compte de l’État ; les communes littorales, réunies en Epci, qui ont notamment en charge la gestion des plages et des eaux de baignade ; et l’Observatoire de la côte aquitaine, qui met à disposition des acteurs du littoral des outils d’aide à la décision et à la gestion. Nous pourrions également évoquer les administrations comme la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) ou la direction départementale des territoires et de la mer/délégation à la mer et au littoral (Ddtm/Dml), mais également les compétences en gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI) transférées aux communes.

Le patrimoine archéologique en péril

10Face aux menaces anthropiques et naturelles qui s’exercent sur le patrimoine, il était devenu indispensable d’initier des programmes de recherche visant, dans un premier temps, à recenser les sites patrimoniaux littoraux en péril, puis à en assurer la sauvegarde par l’étude si nécessaire pour des vestiges souvent très bien conservés dans les contextes humides. Des méthodes d’investigation spécifiques ont été expérimentées sur des opérations archéo-logiques puis mises en œuvre afin d’assurer la sauvegarde par l’étude de certains sites. Dans ce contexte, de 2013 à 2016, plusieurs opérations de terrain ont été entreprises par une équipe interdisciplinaire, sous la direction de Florence Verdin (laboratoire Ausonius, Umr 5607) et Frédérique Eynaud (laboratoire Epoc, Environnements et Paléoenvironnements océaniques et continentaux, Umr 5805), associant archéologues et spécialistes des bio-géosciences (projet InterLabEx Litaq, Littoral aquitain, du Pléistocène à l’Anthropocène) sur le littoral du nord du Médoc (communes de Soulac-sur-Mer et Grayan-et-l’Hôpital) (fig. 2). L’objectif était d’étudier les interactions société-environnement, du Mésolithique à nos jours, le long d’une portion de côte soumise à une très forte érosion qui a profondément modifié la paléogéographie et les écosystèmes tout au long de l’Holocène.

Fig. 2. Vue d’une opération archéologique réalisée sur l’estran sous la direction de Florence Verdin (Soulac-sur-Mer, Gironde).

Fig. 2. Vue d’une opération archéologique réalisée sur l’estran sous la direction de Florence Verdin (Soulac-sur-Mer, Gironde).

© Photographie L. Maurel.

11La destruction du cordon littoral lors des mois de janvier et février 2014 sur le site de la Lède-du-Gurp (commune de Grayan-et-l’Hôpital) a occasionné une fouille très importante, exécutée et financée par l’État, sous la responsabilité scientifique de Florence Verdin (Verdin et al. 2018). Elle a concerné une période allant du Néolithique ancien au Moyen Âge et se révèle précieuse pour la compréhension des activités humaines dans cet environnement. L’intervention, techniquement complexe en contexte d’estran et donc de marées, a permis la sauvegarde par l’étude d’un site par ailleurs voué à une destruction rapide et proche.

12En outre, plusieurs programmes de recherche ont vu le jour ces deux dernières décennies, comme l’Anr Procome, Prolongements continentaux de la néolithisation, financé par l’agence nationale de la recherche et relatif aux processus de néolithisation sur la façade atlantique, sous la direction de Claire Manen (Manen et al. 2014). Évoquons également le programme collectif sur les marais charentais, qui vise à appréhender l’évolution de l’ancien golfe de Saintonge – dit golfe de Brouage – durant le Moyen Âge et l’époque moderne, sous la direction d’Éric Normand.

Le choix de l’intégration de l’archéologie au cœur des stratégies de gestion partagée de la zone littorale

13Ainsi, la situation à laquelle les agents des Sra et du Drassm sont régulièrement confrontés a nécessité une réponse adaptée des services de l’administration mais également de la communauté scientifique et des acteurs de l’étude et de la sauvegarde du patrimoine archéologique.

14Sur le plan méthodologique, une politique patrimoniale concernant cette bande étroite et fragile dans laquelle se heurtent des intérêts contradictoires, entre dégradation et mise en valeur, devait s’intégrer dans une ou plusieurs stratégies. Celles-ci visent à prendre en considération la donnée archéologique, sous couvert d’offrir des opportunités d’enrichissement de la connaissance du milieu littoral, et s’ajoutent aux stratégies déjà en vigueur portées par les collectivités territoriales et les administrations déconcentrées.

15L’intégration des problématiques patrimoniales dans la gestion du littoral se devait de marquer en premier lieu la forte présence de la recherche scientifique associant les sciences de la Terre, les sciences humaines et sociales et les sciences de l’environnement. Devant le constat d’un recul du trait de côte, toutes les formes de pression exercées sur le milieu ont des conséquences sur le patrimoine dont les acteurs territoriaux devaient prendre conscience. Plusieurs initiatives sur le territoire national puis européen se sont inscrites dans cette démarche en engageant des méthodologies souvent novatrices : c’est notamment le cas du projet Alert (cf. supra Daire, Martin & López-Romero) dont l’objectif est de développer une approche interdisciplinaire qui permette d’assurer la protection du patrimoine archéologique par la surveillance et la sauvegarde, à partir notamment d’une carte de vulnérabilité, et du projet Arch-Manche, archéologie, art et patrimoine côtiers, qui se propose d’établir des indicateurs issus de la recherche archéologique et paléoenvironnementale afin d’acquérir des informations utiles à la connaissance des changements côtiers sur le long terme. Le programme européen English Heritage en Grande-Bretagne consiste principalement en une surveillance des zones côtières en réponse à l’érosion du littoral.

16Depuis 2017, la stratégie nationale pour la mer et le littoral délivre un cadre de référence pour les politiques publiques concernant ces espaces. Pour autant, les problématiques patrimoniales dans leur ensemble ne figurent pas ou peu dans les différentes orientations nationales. Dès 2012, la région Nouvelle-Aquitaine s’est dotée d’une stratégie régionale de gestion de la bande côtière portée par le Gip Littoral. Les violents phénomènes tempétueux des hivers 2012-2013 sur le littoral aquitain ont mis en évidence la nécessité d’actualiser le diagnostic de sensibilité à l’érosion côtière de la stratégie régionale. De nouvelles études réalisées par le Bureau de recherches géologiques et minières ont donc été produites par l’Observatoire de la côte aquitaine et le Gip Littoral aquitain.

17Par ailleurs, la stratégie régionale vise notamment à identifier la limite physique du trait de côte en comparaison avec la définition officielle que le domaine public maritime propose, en raison de l’évolution de l’érosion. La déclinaison de la stratégie régionale est opérante en ancienne Aquitaine dans le cadre de l’élaboration des sept autres stratégies dites locales de gestion du trait de côte ; elles ont pour objectif l’identification des mesures cohérentes d’urbanisme, de préservation des espaces naturels, de gestion du Dpm, de prévention des risques et d’aménagements appropriés pour la gestion de l’érosion côtière. C’est précisément sur ce dernier point qu’il est apparu envisageable d’opérer des liens entre la recherche archéologique, la connaissance qu’elle génère sur l’évolution ancienne du littoral et les instances en charge de la gestion actuelle de ce même littoral.

Un travail collaboratif Sra/Drassm pour l’élaboration d’un plan d’actions sur le territoire médocain

18Dans ce contexte, un travail commun initié par le Drassm et le Sra de la Drac Nouvelle-Aquitaine, avec la communauté de communes Médoc Atlantique et des chercheurs des laboratoires Ausonius et Epoc, a abouti à l’intégration de l’archéologie au sein de la stratégie locale de gestion du phénomène érosion 2018-2020. En amont, un premier travail d’échange et de coordination avait été effectué entre archéologues, administration et universités, visant à réaliser une forme d’état des lieux de la situation du patrimoine archéologique de la zone nord médocaine à partir des données issues des programmes de recherche récents.

19L’intégration de la ressource archéologique dans la stratégie locale a été rendue opérationnelle grâce à de nombreux échanges avec la communauté de communes Médoc Atlantique, puis s’est finalement traduite en plusieurs actions, s’intégrant dans des axes déjà existants qui sont, d’une part, l’enrichissement de la connaissance et, d’autre part, la surveillance et la prévision de l’érosion.

L’axe 1 concerne la poursuite de la connaissance de l’aléa érosion et de la conscience du risque

Action 1.1 : création d’un atlas historique du littoral

20La création d’un atlas historique du patrimoine naturel et culturel du littoral prendra la forme de ceux existants (Dutouquet, Hamon & Tripette 2012) et sera réalisé à l’aide d’une révision des inventaires archéologiques disponibles, des archives cartographiques et iconographiques (cartographie historique, photographies et cartes postales anciennes, tableaux et dessins anciens du littoral), des données environnementales et paléoenvironnementales et des données géologiques et topographiques (en lien avec les relevés par drones qui seront effectués). Un groupe de travail a été constitué avec des partenariats à mettre en place avec les universités, archives départementales… Les données réunies devront être dépouillées, numérisées et intégrées à une base de données géo-référencée (Sig avec possibilité de Webmapping). Le résultat (publication) de cette sous-action permettra de diffuser et de mettre à la disposition des gestionnaires, des scientifiques et d’un public plus large l’ensemble des connaissances relatives à l’histoire du littoral et de son évolution.

Action 1.2 : Avancement des connaissances paléoenvironnementales

21Pour ce faire, plusieurs études visant à caractériser les écosystèmes du passé et à reconstituer les changements environnementaux intervenus durant l’Holocène seront initiées, à l’interface terre-mer, d’après les archives sédimentaires : rôle des principaux agents de forçage, processus et rythmes d’évolution. Ces études permettront de retracer les dynamiques hydro-sédimentaires et l’aléa érosion/submersion sur le temps long.

Action 1.3 : Avancement de la connaissance du patrimoine archéologique intertidal et terrestre

22Il s’agit ici de conduire des recherches visant à restituer l’histoire des sociétés littorales et leur interaction avec le milieu. Ce programme, scindé en plusieurs étapes, sera réalisé par le biais de prospections au sol, de prospections géophysiques et d’études de mobiliers archéologiques. Il doit permettre d’actualiser la carte archéologique, de retracer la chronologie des occupations humaines et de produire une carte des zones archéologiquement sensibles aux projets et travaux d’aménagement de plage.

Action 1.4 : Avancement de la connaissance du patrimoine archéologique submergé

23Sur la base du levé bathymétrique petit fond, des opérations de prospection sous-marine (plongées ciblées en fonction des données topographiques) visant à confirmer ou infirmer la présence de sites archéologiques submergés pourront être supervisées par le Drassm. Les résultats de cette action contribueront à la connaissance du recul du trait de côte (remontée progressive du niveau de la mer) au cours des derniers millénaires.

L’axe 2 concerne la surveillance et la prévision de l’érosion

Action 2.1 : Surveillance régulière et spécifique de l’évolution des sites archéologiques

24La réalisation d’un suivi de l’état sanitaire et de la vulnérabilité des sites répertoriés constitue une première étape importante du programme. Ce suivi sera réalisé à l’aide de fiches de terrain et d’outils numériques dans la logique du programme Alert (Daire et al. 2012 ; Barreau et al. 2013 ; López-Romero et al. 2013) et comprendra la formation des équipes de surveillance à l’identification et l’évaluation des sites. Le suivi devra être réalisé deux fois par an ainsi qu’après les épisodes de tempêtes. Il viendra en appui aux travaux de prospection archéologique et contribuera à l’étude d’impact des travaux de rechargement en matériaux provenant de l’estran. Les résultats serviront à l’élaboration d’une carte de la vulnérabilité des sites archéologiques en même temps qu’ils contribueront à la prise de décisions sur la gestion intégrée du littoral.

Action 2.2 : Interventions de sauvetage urgent en cas de découverte de vestiges

25La mise en œuvre de fouilles de sauvetage doit être envisagée en cas de découverte de vestiges lors des projets et travaux liés aux axes 1 et 2, hors cadre préventif puisque déconnectés de tout projet d’aménagement. Ces fouilles nécessiteront la mise en place de moyens mécaniques, humains et logistiques d’intervention archéologique de terrain, d’études post-fouille et de restaurations du mobilier en laboratoire. Les résultats contribueront à la compréhension de l’évolution du littoral sur la longue durée et de l’adaptabilité des sociétés anciennes à leur environnement ; ils serviront enfin à sauvegarder les informations scientifiques du patrimoine archéologique voué à la destruction.
Les moyens financiers alloués pour la réalisation de ces actions sont inclus dans le financement global de la stratégie communautaire du phénomène érosion : Union européenne par l’intermédiaire du fonds européen de développement régional (Feder), l’État par le fonds national d’aménagement et de développement du territoire (Fndat), la région Nouvelle-Aquitaine, le département de la Gironde, la communauté de communes Médoc Atlantique et enfin le service régional de l’archéologie de la Drac Nouvelle-Aquitaine et le Drassm.

Conclusion

26Il est bien trop tôt pour dresser un bilan des actions qui sont à peine mises en œuvre. Cependant, nous souhaitions livrer nos premiers retours d’expérience sur la méthodologie employée, à savoir l’intégration des problématiques archéologiques au sein d’un type de gouvernance peu habituel dans l’administration culturelle. Conçue comme une gestion intégrée, propre aux zones côtières, cette méthode de travail vise à soumettre la participation des chercheurs, administrations et institutions patrimoniales à la construction de projets partagés associant les différents acteurs nationaux et locaux de la gestion du littoral. Une telle démarche passe en premier lieu par une meilleure coordination des différents services, puis par une présence de ces derniers au sein des comités de suivi des stratégies de territoire. Nous appelons donc à une (r)évolution des procédures administratives des Sra concernés et du Drassm, pour permettre d’investir les politiques de gestion intégrée du littoral, reliant ainsi des domaines de connaissances et des disciplines qui font par ailleurs l’objet de nombreux travaux de recherche partagés.

Top of page

Bibliography

Bardot-Cambot A. et Tranoy L. 2015. L’environnement en mémoire. Marqueurs, outils et perspectives. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Barreau J.-B., Sachet M., López-Romero E., Daire M.-Y. & Olmos-Benlloch P. 2013. « ALERT Mobile: managing coastal archaeological heritage in Western France ». In : Proceedings of the 2013 Digital Heritage International Congress, Marseille, France. Danvers (MA), Institute of Electrical and Electronics Engineers, Inc. : 611-614.

Daire M.-Y., López-Romero E., Proust J. N., Regnauld H., Pian S. & Shi B. 2012. « Coastal Changes and Cultural Heritage (1): Assessment of the Vulnerability of the Coastal Heritage in Western France », Journal of Island and Coastal Archaeology, 7 (2) : 168-182.

Dutouquet L., Hamon P. & Tripette L. 2012. Atlas du patrimoine micro-insulaire breton. Paris, Conservatoire du littoral.

López-Romero E., Daire M.-Y., Proust J. N., Regnauld H., Pian S. & Schaeffer E. 2013. « Le projet ALERT : une analyse de la vulnérabilité du patrimoine culturel côtier dans l’Ouest de la France ». In: M.-Y. Daire, C. Dupont, A. Baudry, C. Billard, J. M. Large, L. Lespez, E. Normand et C. Scarre (dir.), Anciens peuplements littoraux et relations Homme/milieu sur les côtes de l’Europe Atlantique, actes du colloque international HOMER, Vannes, octobre 2011. Oxford, Archeopress (« British Archaeological Reports International Series », 2 570) : 127-136.

Manen C., Perrin T. & Guilaine J. (dir.). 2014. La transition néolithique en Méditerranée. Arles, Éditions Errance ; Toulouse, Archives d’écologie préhistorique.

Manen C., García Martínez de Lagrán I. & Loópez-Montalvo E. 2018. « The Neolithisation of the Western Mediterranean: New Debates about an old issue », Quaternary International, 472 (B) : 169-171.

Verdin F., Ard V., Carrère I., Eynaud F., Hoffmann A., Manen C., Marchand G. & Saint-Sever G. 2018. « Nouvelles recherches sur le site de la Lède du Gurp (Grayan-et-l’Hôpital, Gironde) : résultats préliminaires ». In: P. Marticorena, V. Ard, A. Hasler, J. Cauliez, C. Gilabert et I. Sénépart (dir.), «Entre Deux Mers», actes des 12e rencontres méridionales de préhistoire récente (Bayonne, 27 septembre-1er octobre 2016). Toulouse, Archives d’écologie préhistorique : 209-220.

Verdin F., Eynaud F., Stéphan P., Arnaud-Fassetta G., Bosq M., Bertrand F., Suanez S., Coutelier C., Comte F., Wagner S., Belingard C., Ard V., Manen C., Saint-Sever G. & Marchand G. 2019. « Humans and their environment on the Médoc coastline from the Mesolithic to the Roman period », Quaternaire, 30. https://journals.openedition.org/quaternaire/11201 (consulté le 24/07/2019).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Vue de niveaux de paléosols à la base de la dune du Pilat (La Teste-de-Buch , Gironde).
Credits © Photographie L. Maurel.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/7086/img-1.jpg
File image/jpeg, 2.2M
Title Fig. 2. Vue d’une opération archéologique réalisée sur l’estran sous la direction de Florence Verdin (Soulac-sur-Mer, Gironde).
Credits © Photographie L. Maurel.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/7086/img-2.jpg
File image/jpeg, 3.4M
Top of page

References

Bibliographical reference

Christine Lima-Brissaud and Léopold Maurel, « L’intégration de la ressource archéologique dans les stratégies de gestion du phénomène érosion : l’exemple du littoral médocain », Les nouvelles de l'archéologie, 156 | 2019, 67-71.

Electronic reference

Christine Lima-Brissaud and Léopold Maurel, « L’intégration de la ressource archéologique dans les stratégies de gestion du phénomène érosion : l’exemple du littoral médocain », Les nouvelles de l'archéologie [Online], 156 | 2019, Online since 13 February 2020, connection on 21 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/7086 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.7086

Top of page

About the authors

Christine Lima-Brissaud

Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM).

Léopold Maurel

Conservateur du patrimoine, DRAC Nouvelle-Aquitaine, service régional de l’archéologie, UMR 5607 Ausonius.

Top of page

Copyright

© FMSH

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals