Navigation – Plan du site

Informatique et archéologie en France : les années 1980

François Giligny et Bruno Desachy
p. 114-118

Résumés

Les années 1980 ont été décisives quant à l’essaimage de l’informatique en archéologie. Que ce soit sur le terrain ou en laboratoire, l’arrivée des micro-ordinateurs a largement été à l’origine de leur généralisation. Du point de vue méthodologique, ce sont les applications de bases de données documentaires, les traitements mathématiques et statistiques pour des données chrono-culturelles ou spatiales et enfin les applications au terrain avec les systèmes d’information archéologiques afin de gérer des projets de fouille.
Ces innovations ont été rendues possible par des évolutions préalables dans les domaines méthodologiques et théoriques : l’enregistrement par contextes, l’analyse des relations entre contextes, l’approche de la fouille horizontale et la spatialisation des données à l’échelle intrasite, l’échantillonnage régional et les projets à large échelle géographique. Sans ces préalables, l’adoption d’outils informatique n’aurait pas connu un aussi grand succès.
Enfin, les perspectives actuelles sont liées au développement de l’archéologie numérique et des technologies en 3D. Elles vont très probablement révolutionner nos manières de faire et de concevoir les données archéologiques.

Haut de page

Texte intégral

1La naissance de la revue Les nouvelles de l’archéologie est intervenue dans une phase particulière de l’histoire de l’informatique en archéologie. Les années 1980 ont été celles d’un développement important des méthodes, des techniques et des applications ; elles ont surtout été – même si des jalons avaient précédemment été posés – le temps de la rencontre des archéologues et de l’informatique. Cette rencontre a été favorisée par l’expansion, au même moment, de la micro-informatique et de la population des archéologues professionnels liée à la croissance des opérations archéologiques préventives, dites de sauvetage à l’époque ; mais elle s’est aussi inscrite dans un contexte intellectuel favorable. L’introduction de technologies nouvelles, comme tout changement dans l’histoire d’une discipline, impliquait en effet l’existence de préalables méthodologiques permettant la mise en œuvre de ces innovations (Djindjian 2011, Giligny 2011). De fait, la réflexion méthodologique en archéologie, à l’orée des années 1980, est encore influencée par la New Archaeology processuelle venue d’outre Atlantique, que ce soit dans le domaine du traitement des données avec, par exemple, l’« attribute analysis » pour l’analyse des artefacts, ou dans celui de l’archéologie de terrain avec, par exemple, l’analyse stratigraphique basée sur les relations logiques axiomatisée par Harris (1979). Débutant ainsi, la décennie 1980 est bien un temps particulier, avant que l’informatique ne devienne un outil de routine et que, dans les années 1990, la vogue du « post-processualisme » et de son relativisme intellectuel ne remette en cause les efforts de modélisation mathématique et informatique en archéologie ; temps particulier dont témoigne par exemple la revue Archéologues et ordinateurs, éditée par le Centre de recherches archéologiques de Valbonne à partir de 1982 et disparue en 1995.

Les banques de données documentaires, un socle largement préexistant

2Les bases de données documentaires informatisées ont émergé en archéologie à la fin des années 1960 et ont permis de structurer et de stocker les informations auparavant dispersées sous forme de textes ou de fiches papier (Scholtz & Chenhall 1976, Chenhall 1971, Djindjian 1991). Ces bases, dites à l’époque « banques de données », ont également amélioré la gestion de leur enregistrement en obligeant à préciser les critères descriptifs et leurs modalités ou valeurs possibles, ouvrant la possibilité de requêtes et de traitements statistiques de l’information archéologique que ne permettaient pas les descriptions littéraires non normalisées.

3Ce travail de réflexion sur la formalisation descriptive a en fait précédé l’informatisation : dès les années 1950, Jean-Claude Gardin et son équipe du Centre d’analyse documentaire pour l’archéologie travaillent à l’aide de fichiers mécanographiques (Gardin 1976). Cette même technique est employée dans les années 1960 par André Leroi-Gourhan, pour le codage et l’étude de la distribution des figures dans l’art pariétal préhistorique (Leroi-Gourhan 1965 [1971 et 1978]).

4Le développement des bases de données informatisées n’a pas été exempt de difficultés. En 1972, le premier colloque important consacré spécifiquement, en France, aux banques de données en archéologie révèle, en même temps qu’une appropriation du sujet par les archéologues, un manque de clarté quant aux finalités et au positionnement de ces nouveaux outils (Borillo & Gardin 1974) ; dans le compte-rendu qu’il en a donné dans les Annales, Alain Schnapp notait : « On voit donc des archéologues saisis par l’informatique et d’autres qui se saisissent de l’informatique. Sauf par quelques allusions qui transparaissent dans le résumé final, curieusement impersonnel, les organisateurs n’indiquent pas la voie qui leur paraît la bonne », ou plus loin en conclusion : « Dans son état actuel, l’ouvrage est plus le reflet de la confusion due à l’introduction rapide des ordinateurs dans une discipline particulièrement poussiéreuse qu’un bilan scientifique ». C’était là mettre le doigt sur le problème des malentendus, des attentes excessives et des espoirs déçus qui a accompagné et accompagne encore l’histoire des rapports entre informatique et archéologie (Schnapp 1978).

5De nombreuses bases documentaires thématiques ont toutefois été mises en place dans les années 1970, dans différents domaines chrono-culturels, de la préhistoire aux périodes historiques (par exemple le corpus des mosaïques grecques de l’université de Paris-X), ainsi que dans le domaine de la signalétique documentaire et bibliographique (telle la base Francis du Centre de documentation des sciences humaines, créée en 1972 et arrêtée en 2015). Six ans après le colloque de 1972, un nouveau bilan a rendu compte de ces avancées (Ginouvès & Guimier-Sorbets 1978). Dans le même temps, Jean-Claude Gardin (1979) publiait ses réflexions sur les « constructions compilatoires » (c’est-à-dire l’élaboration des référentiels documentaires en archéologie) et sur l’importance d’organiser les descriptions autour de l’articulation entre caractères intrinsèques, propres à l’objet étudié et observables sur celui-ci, et caractères extrinsèques, relatifs à sa provenance et à sa localisation spatiale, temporelle et contextuelle. Une telle démarche revient à placer au cœur de la conception des outils documentaires archéologiques le lien contexte-objet et non pas la seule étude de l’objet pour lui-même, ce qui peut paraître évident aujourd’hui mais qui, à la fin du siècle dernier, constituait encore une rupture avec la tradition dominante de l’érudition classique.

6Le terrain était donc bien défriché à l’orée de la décennie 1980. Les années suivantes n’ont pas apporté de révolution conceptuelle ; mais, à côté de grandes banques documentaires à vocation généraliste, développées notamment au sein du ministère de la Culture, d’autres, élaborées dans le cadre de projets de recherche, se sont structurées autour de questions spécifiques inhérentes à ces projets. Dès la fin de la décennie, leur multiplication, favorisée par la micro-informatique, et celle de leurs bases de données associées, a posé le problème, toujours non résolu, de l’émiettement et de la pérennité de l’information numérique. Par ailleurs, des évolutions techniques, avec le passage au protocole Videotex via le réseau téléphonique, ont permis la consultation sur les terminaux Minitel équipant les foyers français à partir de 1982, avant la mise en ligne sur Internet à partir de la fin des années 1990. Il a fallu attendre les mêmes années 1990 pour voir le transfert des bases documentaires archéologiques (au moins de certaines d’entre elles) sur des systèmes relationnels SQL permettant le croisement de l’information de plusieurs fichiers.

Traitements mathématiques et statistiques : des algorithmes pour modéliser le temps, l’espace et même le raisonnement archéologique

7Au-delà de la gestion de banques de données, l’ordinateur est par excellence l’outil du calcul et des traitements mathématiques et statistiques. Des publications telles que Archéologie et calculateurs ou Archéologie et calcul (Borillo 1978, Gardin 1970), comme les travaux anglo-saxons qui les ont précédées (par exemple, Doran & Hodson 1975), sont emblématiques des recherches menées pour appliquer algorithmes et méthodes statistiques à des problématiques et des données archéologiques, avec l’espoir de résoudre des questions d’échantillonnage, mais aussi d’introduire plus d’objectivité dans l’analyse des données (Jeannet 1970, Hours 1980).

8Ces traitements nécessitaient à l’époque un équipement informatique lourd. De la fin des années 1960 aux années 1980, pour répondre aux besoins des différentes disciplines de sciences dures et de sciences humaines, des centres de calculs ont été créés dans les grands organismes de recherche, comme le Centre inter-régional de calcul électronique à Orsay, le Centre national universitaire sud de calcul à Montpellier, ou le Laboratoire d’informatique pour les sciences humaines (Lish-Cnrs) à la Maison des sciences de l’homme à Paris.

9Dans les années 1980, les archéologues français ont eu accès à ces ressources grâce à diverses actions, notamment celle du Centre de recherche archéologiques de Valbonne, via la revue Archéologues et ordinateurs citée plus haut, et à l’organisation de formations tel le cours européen « Mathématiques et informatique appliquées à l’archéologie » (Djindjian & Ducasse 1987). Au rang des actions de formations importantes, il faut aussi citer le séminaire « Informatiques et mathématiques appliquées en archéologie » : animé par François Djindjian de 1979 à 1991, il réunissait dans les locaux de l’École normale supérieure jusqu’à 50 étudiants et les formait à la fois de manière théorique et pratique en leur offrant un accès aux centres de calcul du Cnrs ou de l’université (Djindjan 1991) ; ce séminaire se poursuit encore de nos jours sous la forme d’un cours de master à l’université Paris 1. Notons aussi le rôle joué par Les nouvelles de l’archéologie, se faisant l’écho de ces actions et entretenant des liens particuliers avec le Lish, installé lui aussi à la Maison des sciences de l’homme, au 54 boulevard Raspail (c’est dans la revue que l’ouverture du Lish aux archéologues a été annoncée – Hainsworth 1984).

10L’utilisation archéologique des moyens de calcul informatique consistait principalement en traitements statistiques et, plus précisément, en analyses multidimensionnelles des données (analyses factorielles, classifications automatiques…), disponibles dans les bibliothèques de programmes (SAS, ADDAD…) implémentées dans les centres de calcul. Cette utilisation s’inscrivait dans la suite des travaux anglo-saxons des années 1960 et 1970, mais avec les spécificités de l’École française d’analyse des données fondée par J.-P. Benzécri, en particulier l’emploi de l’analyse factorielle des correspondances, bien adaptée au traitement des données de sciences humaines (Djindjian 2015).

11La question du temps archéologique constituait alors le plus important champ d’application de ces traitements, avec des recherches de sériation chronologique, de typo-chronologie de mobilier et d’évolution culturelle, publiées dans de nombreuses revues nationales ou régionales comme le Bulletin de la Société préhistorique française, Archéométrie, Histoire et Mesure, Paléorient, etc.

12Les mêmes outils statistiques ont aussi été mobilisés pour l’analyse spatiale régionale ou intra-site, là encore dans le prolongement des recherches anglo-saxonnes sur l’application archéologique de modèles issus de la géographie (Haggett 1973, Hodder & Orton 1976, Hietala & Larson 1984, Kintigh 1990) ou de la cartographie quantitative (Conolly & Lake 2006). L’analyse des données à des fins spatiales, proposée dès 1970 par Bohumil Soudsky pour étudier les relations entre contextes archéologiques en l’absence de stratification continue (Soudsky 1970), a fait l’objet
d’essais de mise en œuvre sur les premières grandes opérations d’archéologie préventive – dite à l’époque « de sauvetage » – dans les années 1980.

13Au-delà des traitements statistiques, les outils mathématiques de modélisation (notamment de théorie des graphes), eux aussi envisagés par les chercheurs anglo-saxons (Clarke 1972, Renfrew 1973), n’ont connu à l’époque que peu d’applications en France. En revanche, notre pays s’est distingué par une tentative originale d’application d’outils informatiques de type système-expert à l’analyse du raisonnement archéologique, suivant l’approche logiciste de Jean-Claude Gardin (Gardin et al. 1987).

14Ces cadres de recherche se sont largement effacés à la période suivante, sous l’effet de l’évolution technique qui a rendu inutile le recours aux centres de calcul, les outils statistiques devenant disponibles sur micro-ordinateur puis en ligne. Mais ces nouvelles possibilités sont peu exploitées par les archéologues, sous l’effet d’une certaine désaffection intellectuelle envers les approches mathématiques et formelles. Il a fallu attendre le début du siècle pour constater un regain d’intérêt pour ces approches, porté par le développement des systèmes d’information géographique (Sig), et mettant au premier plan l’analyse spatiale et non plus le traitement chronologique.

L’ordinateur sur le terrain

15En France, les premières expériences d’informatique appliquées à l’enregistrement de terrain remontent aux années 1970 : l’utilisation du système BDP4 (banque de programmes pour les sciences humaines sur mini – mais pas encore micro – ordinateur, développée au sein du centre de calcul de l’université Paris 1) pour le site de Levroux dans l’Indre (Buchsenschutz & Debanne 1978) permettait des tris et des comptages des données saisies, et même leur représentation schématique en 2D (distribution des objets en coupe ou en plan). Lui succédèrent, sur micro-ordinateur, les systèmes Centrar (Buchsenschutz et al. 1986) et plus tard Arkéoplan (Buchsenschutz & Gruel 1994), aux fonctions planimétriques et graphiques préfigurant les actuels Sig.

16C’est en effet avec l’explosion de la micro-informatique, à partir de la deuxième moitié des années 1980, que les ordinateurs, devenus moins encombrants, moins onéreux et plus à la portée des équipes de fouille, ont réellement pénétré le domaine de l’archéologie de terrain. L’appropriation progressive de l’outil informatique par les fouilleurs est majoritairement passée par le recours aux outils de bureautique courante (traitement de texte, tableurs…) pour réaliser inventaires et rapports de fouille. C’est là un point à souligner : les outils informatiques du fouilleur, comme d’ailleurs ses autres outils, sont pour la plupart empruntés à d’autres activités. Une tendance qui se poursuit aujourd’hui, par exemple, avec tous les outils de numérisation, matériel comme logiciel développés avant tout pour d’autres métiers. Le même constat vaut pour la suite, avec le succès auprès des archéologues de logiciels de dessin et de traitement d’images conçus pour les graphistes et illustrateurs (Adobe Illustrator, Photoshop…), massivement utilisés à partir des années 1990 pour le traitement en post-fouille de la documentation graphique et photographique. Cette informatisation peu spécifique, en quelque sorte « banale », est cependant loin d’être anodine méthodologiquement : pour ne parler que des conséquences positives, elle a permis, dès la fin des années 1980, une amélioration sensible et globale de la forme et du contenu des rapports de fouille, amélioration qui a certainement contribué à l’évolution réglementaire des années 1990 et 2000, leur donnant une plus grande importance scientifique (Bellan 2010).

17Outre cette informatisation « banale », les années 1980 ont aussi vu le développement d’applications spécifiquement archéologiques, spécialisées dans la gestion des données de terrain. L’enregistrement archéologique avait en effet entamé, depuis les années 1960, une évolution vers une plus grande formalisation, du carnet de fouille traditionnel à des systèmes de fiches à rubriques descriptives prédéfinies et « cases à cocher », traduisant le recours à des vocabulaires normalisés. Cette évolution est représentée notamment par la codification, mentionnée plus haut, proposée par Bohumil Soudsky (1970) pour la fouille de villages néolithiques, et surtout par le Single Context Recording (enregistrement par fiches d’unités stratigraphiques), mis au point par les archéologues urbains britanniques (Harris 1979, Spence 1993) puis progressivement répandu en Europe et en France dans les années 1970.

18Ce type d’enregistrement, nativement structuré en classes de données et champs descriptifs définis, se prêtait bien au développement de systèmes informatiques de gestion de bases de données (Sgbd) spécialisés pour l’archéologie. Des expériences d’applications de ce type ont été mises en œuvre dans plusieurs fouilles urbaines, à Lyon, Douai, le Grand Louvre à Paris (C.N.A.U. 1986). D’autres ont eu lieu en réponse à l’Action thématique programmée (Atp) sur l’informatisation des archives de fouille, lancée par les ministères de la Culture et de la Recherche en 1988 (Chaillou 2003) : ainsi les premières versions de Syslat à partir du site de Lattes (Py 1991), de SysDA sur celui de Chartres, ou du système Archéodata (Arroyo-Bishop 1990, Arroyo-Bishop & Lantada Zarzosa 1990).

19On peut qualifier ces applications des années 1980 de « première génération » car, si elles prennent déjà en compte les différentes classes de données mobilisées par les fouilleurs (les contextes observés, les mobiliers recueillis, etc.), elles gèrent de façon encore limitée – voire ne gèrent pas du tout – les relations entre et sur ces différentes catégories de données. La mise en place de systèmes de gestion de bases de données pleinement relationnels pour l’information archéologique de terrain – capables notamment d’une véritable exploitation des relations stratigraphiques – interviendra pour l’essentiel plus tardivement, à partir des années 1990 (Desachy 2012) ; l’expression « système d’information archéologique » ou Sia (Djindjian 1993) apparaît plutôt liée à cette deuxième génération d’outils informatiques d’enregistrement.

Des années 1980 à aujourd’hui : quelles perspectives ?

20En une décennie, durant les années 1980, l’informatique a entamé sa diffusion de masse au sein de l’archéologie française, du terrain jusqu’aux laboratoires. Depuis, l’informatisation de toutes les étapes du travail archéologique s’est irrésistiblement poursuivie.

21Sur le terrain, l’arrivée de la photographie et de la topographie numériques, de plus en plus associées au géoréférencement satellitaire (Gps), puis de la photogrammétrie et de la lasergrammétrie, ont profondément modifié les procédures d’acquisition des données spatiales et graphiques : les frontières entre photographies, relevés en plan et relevés en coupe tendent auourd’hui à s’effacer au profit d’une intégration dans la notion de modèle tridimensionnnel de terrain.

22À l’étape du traitement des données, l’usage généralisé des Sig depuis le début de notre siècle a favorisé le développement de l’analyse spatiale de l’échelle du site à celle du continent. À un niveau plus expérimental, on peut citer les simulations recourant à la modélisation multi agents (Mma), appliquée aux données archéologiques pour tester et proposer des modèles historiques d’évolution de cultures ou de civilisations telles les populations pueblo du Sud-Ouest des États-Unis ou la culture rubanée en Europe.

23Au croisement de la production de connaissances et de leur restitution au public, la réalité virtuelle et augmentée, si elle est apparue dès les années 1980, a connu une expansion sans précédent depuis une quinzaine d’années. Au-delà de ses applications aujourd’hui les plus popularisées, relevant de la médiation et de la valorisation du patrimoine, elle ouvre de nouveaux champs de recherche touchant à l’amélioration des reconstitutions proposées mais aussi aux notions d’expérience et d’archéologie des sens.

24Enfin, l’informatique comme outil pédagogique et d’apprentissage a renouvelé l’enseignement de l’archéologie à l’université avec le développement des TiCe, de l’apprentissage mixte ou à distance grâce aux dispositifs de cours en ligne – Spoc ou Mooc – et de l’interaction enseignant/apprenant.

25Toutefois, ces développements sont aussi porteurs de problèmes. L’un d’entre eux, fréquemment souligné, est l’augmentation du volume et par conséquent des problèmes de conservation des archives numériques : la destruction d’un seul disque dur peut maintenant effacer des dizaines d’années de recherches. Les solutions passent par des équipements et des moyens adaptés – proposés par exemple par la Tgir (très grande infrastructure de recherche) Huma-Num – et par des bonnes pratiques, à mettre en œuvre à la source. Un autre problème, très peu envisagé il y a quarante ans mais aujourd’hui devenu crucial en archéologie comme en bien d’autres métiers, est celui de l’impact de cette informatisation sur les acteurs humains, leur rôle, leurs compétences, voire leur identité professionnelle ; Les nouvelles de l’archéologie, fidèles à leur rôle de veille, ont récemment ouvert la voie à la publication de contributions sur cette question touchant à la sociologie du travail (Tufféry 2017).

26Une discipline qui veut garder la maîtrise de son avenir doit se projeter constamment en avant pour ne pas subir les changements technologiques mais pouvoir pleinement les intégrer. Le phénomène de l’expansion rapide des technologies 3D en archéologie est un bon exemple actuel en ce sens. L’archéologie et les archéologues sont curieux de nature et plutôt enclins au changement technique et à l’adoption d’innovations. Ils sont assez peu enclins au luddisme, même si tous les archéologues ont un jour eu envie de briser leur micro-ordinateur récalcitrant.

Fig. 1. Formalisation d’un système d’information archéologique dans les années 1980

Fig. 1. Formalisation d’un système d’information archéologique dans les années 1980

Source : Djindjian 1993.

Haut de page

Bibliographie

Arroyo-Bishop, D. 1990. Le système ARCHEODATA : enregistrement, analyse et conservation du document archéologique européen, thèse de doctorat de préhistoire, université de Paris 1.

Arroyo-Bishop, D. & Lantada Zarzosa, M. T. 1990. « L’informatisation des grandes fouilles urbaines et des chantiers archéologiques de sauvetage », Brises – Bulletin de recherches sur l’information en sciences économiques, humaines et sociales, 15 : 5-15.

Bellan, G. 2010. « 25 ans de rapports archéologiques : auto-édition et publication ». In : P. Soulier (dir.), Le rapport de fouille archéologique : réglementation, conservation, diffusion. Paris, De Boccard/Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès (coll. « Travaux », 11) : 129‑135.

Chaillou, A. 2003. Nature, statut et traitements informatisés des données en archéologie : les enjeux des systèmes d’informations archéologiques, thèse de doctorat des mondes anciens, université Lumière – Lyon 2, Maison de l’Orient Méditerrannéen. http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00137986/.

Conolly, J. & Lake, M. 2006. Geographical Information Systems in Archaeology. Cambridge, Cambridge University Press.

Borillo, M. (dir.). 1978. Archéologie et calcul. Paris, Union Générale d’Éditions (coll. « 10/18 »), 246 p.

Borillo, M. & Gardin, J.-C. (dir.). 1974. Les banques de données archéologiques : actes du colloque national du CNRS, 12-14 juin 1972. Paris, Éditions du CNRS : 15-26.

Buchsenschutz, O. & Debanne, X. 1978. « Quatre années de traitement informatique des données de fouilles à Levroux (Indre) », Revue d’Archéométrie, 2 : 19-27.

Buchsenschutz, O., Cartereau M. & Lambert, G.-N. 1986. « Centrar : un système de gestion et de représentation graphique des données archéologiques », Bulletin de la Société préhistorique française, 83-10 : 325‑327. https://doi.org/10.3406/bspf.1986.8708.

Buchsenschutz, O. & Gruel, K. 1994. « Le relevé de terrain en archéologie : le système Arkéoplan », Histoire & Mesure, 9-3 : 231‑237. https://doi.org/10.3406/hism.1994.1436.

Centre de recherches archéologiques du Cnrs (CRA-Valbonne). 1980. « Stages d’initiation aux traitements statistiques et informatiques en archéologie », Les nouvelles de l’archéologie, 2 : 27.

Chaillou, A. 2003. Nature, statut et traitements informatisés des données en archéologie : les enjeux des systèmes d’informations archéologiques, thèse de doctorat de sciences humaines et sociales, université Louis Lumière, Lyon 2. http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2003/chaillou_a/info.

Chenhall, R. G. 1971. « The Archaeological Data Bank: A Progress Report », Computers and the Humanities, 5-3 : 159-169.

Clarke, D. L. (dir.). 1972. Models in archaeology. Londres, Methuen.

C.N.A.U. [Centre national d’archéologie urbaine] (dir.). 1986. Expériences d’informatisation en archéologie urbaine : actes de la table ronde : Tours, 21 et 22 novembre 1985. Tours, C.N.A.U. http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Archeologie/Archeologie-de-la-ville/Documentation-scientifique.

Desachy, B. 2012. « Systèmes d’information archéologique de terrain et fondamentaux de l’enregistrement archéologique : quelques remarques à propos de l’application Stratibase », Archeologia e Calcolatori, 3 : 61‑73.

Djindjian, F. & Ducasse, H. (dir.). 1987. Data Processing and Mathematics Applied to Archaeology – Mathématiques et informatique appliquées à l’archéologie. École d’été Valbonne-Montpellier, 1983 (Pact n° 16).

Djindjian, F. 1991. Méthodes pour l’archéologie. Paris, Armand Colin, 401 p.

—. 1993. « Les systèmes d’informations en archéologie », Archeologia e Calcolatori, 4 : 9-25.

—. 2011. « Chapitre 6 – La documentation archéologique ». In : F. Djindjian, Manuel d’archéologie : méthodes, objets et concepts. Paris, Armand Colin : 80-89.

—. 2015. « A short history of the beginnings of mathematics in archaeology ». In : J. A. Barcelo & I. Bogdanovic, Mathematics and Archaeology, Boca Raton (Floride), CRC Press : 65‑85.

Doran, J. E. & Hodson, F. R. (dir.). 1975. Mathematics and computers in archaeology. Edinburgh, Edinburgh University Press.

Gardin, J.-C. 1970. Archéologie et calculateurs. Paris, Éditions du CNRS.

—. 1976. Code pour l’analyse des formes de poteries. Analyse documentaire et calcul en archéologie. Paris, Centre national de la recherche scientifique.

—. 1979. Une archéologie théorique. Paris, Hachette.

Gardin, J.-C, Guillaume, O., Herman, P. Q., Hesnard, A., Lagrange, M.-S., Renaud, M. & Zadora-Rio, E. 1987. Systèmes experts et sciences humaines : le cas de l’archéologie. Paris, Eyrolles.

Giligny, F. 2011. « Informatique et archéologie : une révolution tranquille ? ». In : P. Genet & A. Zorzi (dir.), Les historiens et l’informatique. Un métier à réinventer : actes de l’atelier ATHIS VII organisé par l’École française de Rome avec le concours de l’ANR (Rome, 4-6 décembre 2008). Rome, École Française de Rome : 189-198.

Ginouvès, R. & Guimier-Sorbets, A.-M. 1978. La constitution des données en archéologie classique. Recherches et expériences en vue de la préparation de bases de données. Paris, Éditions du CNRS.

Guimier-Sorbets, A.-M. 1990. Les bases de données en archéologie. Conception et mise en œuvre. Paris, Éditions du CNRS.

Haggett, P. 1973. L’analyse spatiale en géographie humaine. Paris, Armand Colin.

Hainsworth, M. 1984. « Informatique appliquée à l’archéologie », Les nouvelles de l’archéologie, 14 : 35.

Harris, E. C. 1979. Principles of Archaeological Stratigraphy. Londres, Academic Press.

Hietala, H. J. & Larson, P. A. 1984. Intrasite spatial analysis in archaeology. Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Hodder, I., & Orton, C. 1976. Spatial Analysis in Archaeology. Cambridge, Cambridge University Press.

Hours, F. 1980. « L’informatique et les ordinateurs dans l’archéologie du Proche-Orient. Le point de vue d’un utilisateur », Paléorient, 6 : 9-20.

Jeannet, A. 1970. « Archéologie et informatique », Bulletin de la Société préhistorique française. Comptes rendus des séances mensuelles, 67-4 : 124-128.

Kintigh, K. W. 1990. « Intrasite Spatial Analysis: A Commentary on Major Methods ». In : A. Voorrips, Mathematics and Information Science in Archaeology: A Flexible Framework. Bonn, Holos (coll. « Studies in Modem Archaeology », 3) : 165-200.

Kohler, T. A. & Parker, S. C. 1986. « Predictive Models for Archaeological Resource Location », Advances in Archaeological Method and Theory, 9 : 397-452.

Krausz, S., Colin, A., Gruel, K., Ralston, I., Dechezleprêtre, Th. (dir.). 2013. Archéologie de l’âge du Fer en Europe. Mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz. Bordeaux, Ausonius (coll. « Mémoires », 32) : 93-107.

Leroi-Gourhan, A. 1978 [1965]. Préhistoire de l’art occidental. Paris, Mazenod (coll. « L’art et les grandes civilisations »).

Py, M. (dir.). 1991. Système d’enregistrement, de gestion et d’exploitation de la documentation issue des fouilles de Lattes. Lattes, A.R.A.L.O. (coll. « Lattara », 4).

Renfrew, C. (dir.). 1973. The explanation of culture change: models in prehistory ; proceedings: research seminar in Archaeology and Related Subjects (University of Sheffield) (1971). Pittsburgh, University of Pittsburgh Press.

Schnapp A. 1978. « [compte rendu de] M. Borillo, J.-C. Gardin, Les banques de données archéologiques », Annales. Économies, sociétés, civilisations. 33ème année, 4 : 740-742.

Scholtz, S., & Chenhall, R. 1976. « Archaeological Data Banks in Theory and Practice », American Antiquity, 41-1 : 89-96.

Soudsky, B. 1970. « Le problème des propriétés dans les ensembles archéologiques ». In : J.-C. Gardin & M. Borillo (dir.), Actes du colloque international « archéologie et les calculateurs, problèmes sémiologiques et mathématiques », Marseille, 7-12 avril 1969. Paris, éditions du CNRS : 45-52.

Soudsky B., 1970. « Le problème des propriétés dans les ensembles archéologiques». In : J.-C. Gardin & M. Borillo (dir.), Archéologie et les calculateurs, problèmes sémiologiques et mathématiques : actes du colloque international, Marseille 7-12 avril 1969, Paris, Éditions du CNRS : 45-52.

Spence, C. 1993. « Recording the archaeology of London: the development and implementation of the DUA recording system ». In : E. C. Harris et al., Practices in Archaeological Stratigraphy. Londres, Academic Press Limited : 23‑46.

Tufféry, C. 2017. « Ce que l’enregistrement archéologique pourrait signifier... Essai de contribution à une étude sociologique d’une pratique scientifique », Les nouvelles de l’archéologie, 149 : 46‑49. https://doi.org/10.4000/nda.3784

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Formalisation d’un système d’information archéologique dans les années 1980
Crédits Source : Djindjian 1993.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/7936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Giligny et Bruno Desachy, « Informatique et archéologie en France : les années 1980 »Les nouvelles de l'archéologie, 157-158 | 2019, 114-118.

Référence électronique

François Giligny et Bruno Desachy, « Informatique et archéologie en France : les années 1980 »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 157-158 | 2019, mis en ligne le , consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/7936 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.7936

Haut de page

Auteurs

François Giligny

Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Umr Trajectoires « De la société à l’État »

Articles du même auteur

Bruno Desachy

Ministère de la Culture, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Umr Arscan « Archéologie et sciences de l’Antiquité »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals