Navigation – Plan du site

AccueilNuméros157-158De la préhistoire naïve à la naïv...

De la préhistoire naïve à la naïveté de la préhistoire1

Pierre Gouletquer
p. 142-143

Résumés

Où il est montré que, en matière de vulgarisation, la science la plus pointue et la plus onéreuse peut flirter avec les représentations les plus éculées, voire avec les mythes archaïques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les mots « naïve » et « naïveté » sont pris ici dans leur sens le plus commun, tel que je l’ai app (...)

« Aussi élaborée soit-elle, aussi sophistiqués que soient ses outils, aussi complexes les concepts qui l’animent, notre archéologie ne vaut que par la richesse intellectuelle qu’elle engendre dans la masse de nos concitoyens. Or, malgré toutes les formes que prend la vulgarisation, cette image est singulièrement pauvre, en tout cas en ce qui concerne la préhistoire.
Elle est pauvre parce qu’elle est structurée autour de quelques stéréotypes dont la force est indépendante de la réalité scientifique de base. Ces clichés sont présents dans les esprits dès la fin du cours préparatoire et se maintiennent inchangés jusqu’à l’âge adulte, y compris chez la plupart des enseignants, servant d’articulation entre le monde savant et la préhistoire imaginaire.
Mais l’image de la préhistoire est pauvre aussi car elle est pauvrement reçue. Elle est pauvrement reçue parce que la place de la préhistoire savante est inexistante dans le cursus scolaire normal. W. Stoczkowski (1990, 1994) montre parfaitement la structure antique du besoin de croire en l’Homme sauvage et comment elle se perpétue dans les livres d’école les plus récents, sous des formes à peine détournées. Cela rejoint le problème plus général des manuels scolaires et de la démission de l’État face aux lobbies de l’édition…
Il faut sans doute enquêter comme nous le faisons à tous les niveaux de la structure sociale pour prendre conscience qu’il ne s’agit pas d’un phénomène superficiel dont on pourrait rejeter la faute sur d’autres que nous-mêmes. Si tous nos efforts aboutissent à ces quelques scènes suggestives, tellement répétées qu’elles prennent valeur de mythe, c’est que d’une manière ou d’une autre nous agissons pour qu’il en soit ainsi.
 »
P. Gouletquer, « Classes de préhistoire », Les nouvelles de l’archéologie, 1993.

1En 1993, j’écrivais dans un article intitulé « Classes de préhistoire » publié par Les nouvelles de l’archéologie le texte qui précède. Après avoir mûrement réfléchi, j’ai plus tard écarté ce sujet de mes recherches, estimant que mes idées sur la question n’avaient guère changé, ce qui était vrai sur le versant savant de mes activités : les images 3D et les extraordinaires effets spéciaux appliqués à la mise en image de nos ancêtres velus ont renforcé les antiques stéréotypes en leur conférant un réalisme qu’ils n’avaient pas jusqu’alors.

2Il se trouve qu’après avoir quitté le Cnrs, je me suis mis à écrire des histoires inspirées par mon métier et à les raconter en public. Le conteur peut et doit faire tomber les limites du raisonnable afin de se surprendre lui-même avant de captiver son auditoire. Mais, cela va de soi, il acquiert aussi une certaine dextérité à reconnaître la part de fiction qui existe dans le discours des autres. C’est ainsi que j’ai soulevé quelques sujets qui me tiennent à cœur, parmi lesquels celui de l’histoire de l’évolution de l’Humanité.

3Un exemple valant tous les discours, je voudrais illustrer mon propos en analysant une coupure de presse provenant de notre quotidien régional breton qui reprend, sous la rubrique « sciences », un article paru dans la revue Nature (Slon et al. 2018) :

« Un os prouve l’accouplement entre deux espèces humaines. Il était une fois, il y a 50 000 ans, une Néandertalienne et un Dénisovien. De leur union naquit une enfant… Un minuscule fragment d’os apporte aujourd’hui la preuve d’un accouplement entre ces deux espèces de la lignée humaine. “C’est la première fois qu’on trouve un descendant direct de ces deux groupes”, explique Viviane Sion de l’Institut Max-Planck d’anthropologie évolutionniste de Leipzig (Allemagne), coauteur de l’étude, publiée mercredi dans Nature. Cette histoire familiale est révélée par un os de 1,5 cm, si petit que les chercheurs ne pouvaient dire au premier abord s’il avait appartenu à un hominidé ou à un animal. Découvert en 2012 dans une grotte des montagnes de l’Altaï, en Sibérie, “Denny” comme l’ont appelé les chercheurs, appartenait à un être de sexe féminin d’au moins 13 ans, vivant il y a environ 50 000 ans. » (Le Télégramme, 23 août 2018 ; Voisin 2018). Une image de l’esquille d’os photographiée sous tous les angles possibles accompagne l’article.

4La réalité pure et dure se résume en un fragment d’os de quelques centimètres carrés, dans ses analyses ADN et dans les comparaisons effectuées avec des analyses similaires d’os provenant d’autres individus.

5Lorsque cet articulet arrive sur ma table au petit-déjeuner, il est objectivement l’aboutissement d’une recherche complexe et onéreuse et de son interprétation. De deux choses l’une : ou bien les savants qui sont à l’origine de cette découverte ont eux-mêmes suggéré cette interprétation, ou bien ils l’ont laissé paraître. Même si elle leur a échappé, ils en sont responsables : l’image qui en ressort est directement sortie de leur laboratoire. Il ne s’agit pas d’une critique, mais d’un constat : cette interprétation n’est pas une création d’ignorants, elle est présente partout, y compris dans notre culture savante.

  • 2 N’oublions pas que Linné avait pour but de répondre à l’injonction faite à Adam de nommer les êtres (...)

6Commentons, en commençant par le titre : Un os prouve l’accouplement entre deux espèces humaines. Non, l’espèce est un concept inventé pour classer et nommer les êtres vivants, c’est un outil2. Les espèces ne peuvent s’accoupler ; ce fragment d’os prouve l’accouplement entre deux êtres humains, ce qui paraît peu étonnant.

7Le recours à l’expression Il était une fois nous plonge sans ambiguïté dans l’univers des contes. Les mots De leur union naquit et, surtout, cette histoire familiale, suggèrent une famille bon chic bon genre, ne manquent que Monsieur le Maire et Monsieur le Curé. On imagine déjà la mise en scène d’une vie familiale idéalisée entrecoupée de reportages montrant les chercheurs penchés sur leur microscope et échangeant des propos savants, à la manière des émissions d’archéologie d’ARTE. On crée le personnage fragile d’une jeune métisse entourée de ses parents et on verse une larme sur le fait qu’elle soit morte à 13 ans. Ce n’est pas tant la naïveté de l’image que l’on donne de la préhistoire qui est en cause, mais bien la candeur de l’idée de ce que doit être la diffusion scientifique ou la vulgarisation.

8Voilà longtemps que je prétends que les visages reconstitués des fossiles pré-humains ne sont que des variations autour de l’homme-singe des cartoons vintage. On peut rêver d’un tableau général et aléatoire de toutes ces représentations réalisées depuis un siècle, y compris par les

9auteurs de bandes dessinées, qui mettrait la communauté scientifique au défi d’y reconnaître ses créatures. Dans la plupart des cas, les masses musculaires masquent les détails de l’ossature, pourtant définis comme caractères spécifiques. S’ils étaient contemporains, tous ces gens se ressembleraient tant qu’en période de rut, il faudrait que, par prudence, chacun demande à son partenaire putatif s’il appartient à telle ou telle espèce. Cela n’empêcherait sans doute pas les coïts trans-spécifiques, personne ne se préoccupant dans ces moments-là d’engendrer ou non une descendance semblable à soi-même. Comme le dit le personnage d’un de mes contes dédié à ce sujet :

  • 3 Mes contes n’ont pas d’autre ambition que d’illustrer la possibilité de parler de préhistoire autr (...)

« Eux aussi errent dans ce monde étrange qu’ils créent au fur et à mesure qu’ils l’explorent, participant à leur tour à la grande partouze sans commencement ni fin, dans laquelle il n’y a ni passé ni futur, ni chaînon manquant, ni couple primordial, ni arbre généalogique cohérent et rationnel, ni stratégie familiale. Ni dieux jaloux. Dans laquelle il n’y a que des semences jetées à tous les vents des rêves, parfois recueillies par hasard dans la jatte sacrée de l’Évolution.3 » (Gouletquer 2019).

10Même si elle paraît critique, ma conclusion ne l’est pas : je me trompais en pensant qu’une sorte de limite existait entre le monde savant et le monde ordinaire et que le vulgarisateur se situait à l’interface de ces deux univers. Un exemple comme celui-ci, choisi parmi tant d’autres – on se souvient du rôle tenu par Lucy pendant plus d’un quart de siècle –, montre qu’il n’en est rien, puisque la poésie se retrouve jusqu’au plus secret des laboratoires. On ne peut que s’en réjouir, même si le résultat peut paraître parfois mièvre. Et cela me permet de rendre hommage à mon regretté collègue J. Briard (1933-2002), spécialiste émérite de l’âge du Bronze, qui n’a jamais révélé qu’il était aussi poète, par crainte de perdre sa crédibilité scientifique. Quel drôle de métier que celui où la poésie est considérée comme une tare !

Haut de page

Bibliographie

Gouletquer, P. 1993. « Classes de préhistoire », Les nouvelles de l’archéologie, 52 : 23-27.

—. 2019. Trotte silex ; les contes d’un archéologue. Tréogat, Éditions Vivre tout simplement, 152 p. illustrées par A. Gouletquer.

Slon, V., Mafessoni, F., Vernot, B., Filippo de, C., Grote, S., Viola, B., Hajdinjak, M., Peyrègne, S., Nagel, S., Brown, S., Douka, K., Higham, T., Kozlikin, M. B., Shunkov, M. V., Derevianko, A. P., Kelso, J., Meyer, M., Prüfer, K. & Pääbo, S. 2018. « The genome of the offspring of a Neanderthal mother and a Denisovan father », Nature, 561 (22 août 2018) : 113-116.

Stoczkowski, W. 1990. « La préhistoire dans les manuels scolaires, ou notre mythe des origines ». L’Homme, 116 : 111-135.

—. 1994. Anthropologie naïve, anthropologie savante : de l’origine de l’Homme, de l’imagination et des idées reçues. Paris, Cnrs Éditions (coll. « Empreintes de l’homme », 242 p + 16 p. de pl. [Nlle éd. 2001, mise en ligne en 2013]. DOI : 10.4000/books.editionscnrs.410.

Voisin, J.-L. 2018. « Néandertaliens – Dénisoviens, une histoire d’amour vieille de 90 000 ans ? », Hominidés.com : les évolutions de l’homme. https://www.hominides.com/html/actualites/neandertaliens-denisoviens-hybridation-1261.php

Haut de page

Notes

1 Les mots « naïve » et « naïveté » sont pris ici dans leur sens le plus commun, tel que je l’ai appris lorsque j’étais enfant : Naïf, ive: candide, ingénu, sans artifice, spontané. Ex.: un enfant naïf. Naïveté: ingénuité, simplicité d’une personne qui manifeste naturellement ses idées, ses sentiments. (Le Petit Larousse illustré, 1986).

2 N’oublions pas que Linné avait pour but de répondre à l’injonction faite à Adam de nommer les êtres de la Création. Il y a par conséquent quelque chose de religieux dans sa démarche et dans la ou les définitions de l’espèce : il place l’homme savant en observateur extérieur du monde vivant. La théorie darwinienne modifie cette mission, l’homme étant désormais à la fois observateur et observé. Ce fut sans doute une erreur de conserver le même outil pour chercher à comprendre des phénomènes qui échappent à la simple description. C’est à tort que l’on a prétendu que la paléontologie humaine s’oppose au Créationnisme. En recherchant plus ou moins ouvertement un couple primordial, on est objectivement sur la piste d’Adam ; seule la durée longue est contraire à la Genèse.

3 Mes contes n’ont pas d’autre ambition que d’illustrer la possibilité de parler de préhistoire autrement qu’en utilisant les clichés habituels attachés à « l’homme préhistorique », le style savant et son jargon, ou encore la vulgarisation simplificatrice. Ils n’ont aucune prétention pédagogique ni morale et si, par exception, ils font réfléchir, ce n’est pas le but recherché. J’assume pleinement la définition que K. Guenoun donne du conteur en introduction de ses séances : « le conteur est un menteur ». Rien de plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gouletquer, « De la préhistoire naïve à la naïveté de la préhistoire »Les nouvelles de l'archéologie, 157-158 | 2019, 142-143.

Référence électronique

Pierre Gouletquer, « De la préhistoire naïve à la naïveté de la préhistoire »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 157-158 | 2019, mis en ligne le , consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/nda/8136 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.8136

Haut de page

Auteur

Pierre Gouletquer

Chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (Crbc) – Faculté des Lettres Victor-Segalen (Brest) de l’Université de Bretagne occidentale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search