Navigation – Plan du site

Retour vers le Futur 

L’archéologie française, la vieille Europe et l’extrême droite
Laurent Olivier
p. 144-149

Résumés

Ce texte revisite deux articles écrits voici maintenant près de vingt ans, l’un sur l’état de la théorie archéologique, l’autre sur le recyclage d’images de propagande de la Révolution nationale pétainiste, effectué par le Front national de Jean-Marie Le Pen. C’est l’occasion de mesurer les transformations – dont certaines spectaculaires – de la pratique archéologique comme production sociale, et d’évaluer la progression de la « dédiabolisation » des thèses de l’extrême droite identitaire et raciste en France.

Haut de page

Texte intégral

« La “lepénisation” des esprits serait-elle pour autant si avancée que la dénonciation de la stratégie révisionniste poursuivie par l’extrême-droite serait destinée à paraître trop illusoire, trop chimérique, en un mot trop risquée pour être tentée? Il faut redire encore que l’entreprise de banalisation des thèses traditionnelles de l’extrême-droite repose tout entière sur une manipulation de l’Histoire, sur une falsification des faits historiques, qui vise à faire croire que ce qui s’est passé n’a pas eu lieu. En ce sens, il nous paraît important de montrer comment s’opère cette tentative de réécriture de l’histoire en mettant le doigt, chaque fois que cela est possible, sur l’origine de ces images, de ces slogans ou de ces concepts que l’extrême-droite tente incessamment de recycler; c’est-à-dire de réhabiliter.
[…]
Peut-être est-il également primordial de clarifier la position de la discipline [archéologique] par rapport à l’interprétation de ces notions d’identité collective que propage l’extrême-droite au nom de “l’évidence” et du “bon sens français”. Il serait essentiel, en particulier, que soit débattue et examinée en détail la question de “l’ethnicité” des manifestations de la culture matérielle […]. Grâce aux progrès conceptuels et méthodologiques de la discipline depuis les années 1950, et grâce notamment à l’apport de l’ethno-archéologie, nous en savons plus que nos prédécesseurs des années 1930 sur les liens entretenus entre la production des assemblages matériels et la construction des cultures et les repères traditionnels par rapport auxquels se constituent les identités collectives
: tout au moins, pourrait-on faire apparaître clairement non seulement ce que l’archéologie dit aujourd’hui de ces questions d’identité ethnique ou raciale du passé, mais aussi ce que la discipline archéologique ne peut pas dire, ce que les matériaux archéologiques sur lesquels elles se fonde lui interdisent absolument d’affirmer. »
L. Olivier, « Vichy, Le Pen et les Gaulois : de la Révolution nationale au Front national », Les nouvelles de l’archéologie, 1998.

1La rédaction des Nouvelles de l’archéologie m’a demandé de revenir sur deux textes que j’ai écrits pour la revue voilà plus de vingt ans. Le premier est une recension d’un ouvrage collectif dirigé par Ian Hodder sur un état des tendances de la « théorie archéologique » en Europe, des années 1960 aux années 1980 (Hodder 1991 ; Olivier 1992). Le second, qui semble n’avoir rien à voir avec le précédent, repère une récupération des images de la propagande de Vichy par le Front national, à la fin des années 1990 (Olivier 1998). Au fond, ces deux textes sont liés par l’idéologie et la politique qui infusent, d’une manière souvent détournée et indirecte, l’archéologie. Ils parlent, finalement, de la situation de l’archéologie française et des chercheurs qui la font, dans l’Europe et à l’échelle de notre pays. Mais surtout, en renvoyant une image désormais éloignée dans le temps, ces deux articles nous permettent de mesurer le chemin parcouru depuis.

Une Europe de l’archéologie ?

2En 1991, I. Hodder – alors pape incontesté de l’archéologie autoproclamée « post-processuelle » –, publiait Archaeological Theory in Europe. The last three Decades (Hodder 1991). Dix pays participaient à ce tour d’horizon, dont la France, représentée par Serge Cleuziou, Anick Coudart, Jean-Paul Demoule et Alain Schnapp. Ils devaient répondre à cette question embarrassante, qui brûlait alors les lèvres de leurs collègues anglo-américains : comment se faisait-il qu’au pays de Michel Foucault (1926-1984), Jacques Derrida (1930-2004) et Claude Lévi-Strauss (1908-2009), l’archéologie française soit aussi pauvre en idées ?

3Près de trente ans plus tard, la question est toujours aussi pertinente, alors que l’essentiel de l’activité archéologique est désormais accaparée par les opérations d’archéologie préventive, encore marginales au début des années 1990 – du moins dans l’enquête de Ian Hodder. Pour la petite équipe de Paris I, l’existence d’un tel décalage avec la recherche anglo-saxonne s’expliquait avant tout par des raisons structurelles propres au milieu intellectuel français. Certes, la Première Guerre mondiale avait interrompu chez nous un processus de professionnalisation de la discipline entamé à la fin du xixe siècle, alors que nos voisins européens s’étaient dotés de structures professionnelles d’enseignement et de recherche. La France avait donc accumulé un retard qui n’était pas encore complètement comblé alors, et qui reste toujours sensible aujourd’hui. Mais c’est surtout, soulignait le quatuor, que l’archéologie française n’avait jamais pu trouver sa place légitime dans la « culture d’excellence » prônée par le système des grandes écoles. Des penseurs aussi éminents qu’André Leroi-Gourhan (1911-1986), par exemple, avaient ainsi dû se résigner à n’occuper qu’une position périphérique, et relativement marginale, par rapport aux disciplines classiques, traditionnellement jugées plus nobles, de l’histoire et de l’histoire de l’art.

  • 1 Mise en œuvre par l’anthropologue américain Lewis Binford (1931-2011) sous l’appellation de New Arc (...)
  • 2 Développé en particulier par l’archéologue britannique Ian Hodder (1982 ; Hodder & Hutson 2003) et (...)

4Qu’en est-il aujourd’hui ? Près de trois décennies plus tard, la situation ne semble guère s’être améliorée et elle a peut-être eu tendance à se durcir. Il faudrait néanmoins mener une enquête sérieuse pour s’en assurer. En revanche, on ne peut que constater une frilosité persistante – pour ne pas dire une suspicion assumée –, vis-à-vis des divers courants « théoriques » successivement soutenus par la recherche anglo-américaine. Avec la même constance, les chercheurs français se sont détournés aussi bien de l’archéologie « processuelle » des années 1960 et 19701, que du « post-processualisme » des années 1980 et 19902, et maintenant du grand « tournant ontologique » des vingt dernières années. Les Français seraient-ils donc réfractaires à la théorie ?

Théorie ? Quelle théorie ?

5Il est clair que ce phénomène relève plutôt d’une « anglophobie », ou d’une « américanophobie ». Ses origines s’enracinent dans des raisons historiques objectives. Au moment de sa reconstruction dans les années 1960 et 1970, puis jusque dans les années 1980, l’archéologie française s’est placée en effet sous l’influence de la recherche allemande d’après-guerre, qui faisait alors figure de modèle – notamment pour la protohistoire et l’archéologie médiévale. Mais il y a aussi des raisons plus profondes à cette distanciation de la recherche française vis-à-vis de la recherche anglo-américaine. Elles tiennent à un désaccord sur la place de la « théorie » dans la démarche archéologique. Pour le dire rapidement, les chercheurs anglo-saxons extraient généralement leurs concepts théoriques des disciplines voisines des sciences humaines, en particulier l’anthropologie, la sociologie, ou encore la philosophie ; mais surtout, ils les placent pour ainsi dire en avant des observations archéologiques et se contentent d’exposer des cas, souvent individuels d’ailleurs, qui illustrent l’application de ces approches externes aux données archéologiques.

6De manière frappante, l’attitude des chercheurs de culture francophone est symétriquement inverse : ils placent au contraire les faits archéologiques devant l’interprétation théorique, qu’ils cherchent à tirer de l’observation systématique des données : tel est l’esprit des travaux menés dans des domaines aussi différents que ceux abordés par Jean-Claude Gardin (1925-2013), Alain Gallay ou Philippe Boissinot (Gardin 1979 ; Gallay 1986 ; Boissinot 2015). On pourrait dire que les Français prennent la théorie beaucoup plus au sérieux que leurs collègues anglo-américains, prêts à abandonner du jour au lendemain ce qu’ils vénéraient hier encore, dès qu’un nouveau courant, socialement plus porteur, se profile à l’horizon. Mais en même temps, les chercheurs francophones en sont plus facilement victimes, car eux y croient vraiment, au point de ne pas voir que ce qu’ils considèrent relever de l’évidence scientifique n’est, bien souvent, qu’une construction héritée de l’histoire.

7Naturellement, les choses ne sont pas aussi tranchées, mais il n’en demeure pas moins que la recherche européenne reste toujours aussi morcelée qu’elle l’était en cette fin des années 1980. Aujourd’hui comme il y a trente ans, les mêmes questions nous divisent : « Qu’entend-on, à la fin, par “théorie” de l’archéologie ? Et, en commençant par le début, l’archéologie possède-t-elle, oui ou non, ce qu’il est convenu d’appeler une théorie ? […] À quel niveau de construction du savoir archéologique est-il envisageable d’incorporer les concepts des domaines voisins (des sciences humaines) et est-ce seulement possible ? » (Olivier 1992 : 27-28). En pratiquant assidûment la politique de la chaise vide, la recherche française n’aura réussi qu’à se marginaliser au sein d’un mouvement de mondialisation de plus en plus largement dominé par la recherche américaine.

America is Great

8La question n’est pas de savoir s’il faut s’en désoler ou bien au contraire s’en flatter. En revanche, on ne peut que constater combien les orientations de l’archéologie dans les différents pays du continent européen (et d’ailleurs) apparaissent profondément conditionnées par la situation géopolitique héritée de l’après-guerre. Malgré les efforts engagés par Ian Hodder pour présenter la triomphante archéologie post-processuelle des années 1980 comme « une réponse spécifiquement européenne […] en réaction au positivisme de la “New Archaeology” américaine », le constat s’imposait de lui-même aux yeux de quiconque n’était ni Anglais ni Américain : dès le début des années 1990, on pouvait observer « une France qui a largement perdu son influence » et « une Grande-Bretagne qui s’éloigne du continent [européen] en se réclamant d’une illusoire culture “anglo-américaine” » (Olivier 1992 : 28), sans imaginer qu’un jour viendrait où elle s’en détacherait réellement.

9En somme, il apparaît aujourd’hui que l’archéologie post-processuelle était le coin américain enfoncé par une partie des chercheurs britanniques dans l’archéologie européenne, qui s’en était toujours démarquée. Des signes avant-coureurs auraient pourtant dû nous alerter, si nous avions su lire ces développements « théoriques » de la discipline archéologique comme un sous-produit idéologique des rapports de force politiques et économiques à l’intérieur du monde contemporain – ce qu’ils ne peuvent manquer d’être. Voici trente ans déjà, on pouvait remarquer que la démarche post-processuelle, qui proclamait le dépassement de l’approche scientifique du passé, procédait d’une « pensée téléspectatrice » consistant à « rendre toutes choses égales » (ibid. : 28). On ne voyait pas, alors, qu’elle était imprégnée d’une political correctness bien puritaine et américaine ; elle ouvrait largement la porte aux doctrines « racisées » qui triomphent aujourd’hui dans les milieux intellectuels prétendument radicaux, aux États-Unis et ailleurs, et qui ne sont rien d’autre que la mort de la pensée.

L’archéologie face à la grande accélération de l’Anthropocène

10Éclatement de l’Europe, empêchement intégriste du libre exercice de la pensée… Ces menaces, impensables il y a trente ans, sont bien réelles aujourd’hui et c’est peu dire que nous sommes mal armés pour y faire face. Elles ne sont pas les seules d’ailleurs ; d’autres transformations radicales, à peine perceptibles, du moins dans le discours archéologique, au début des années 1990, sont devenues aujourd’hui manifestes. Elles sont provoquées par l’urbanisation croissante et la surexploitation massive des ressources naturelles, posant la question du devenir de l’archéologie à l’âge de l’Anthropocène (Edgeworth 2014 ; Lane 2015 ; Olivier 2019).

11On oublie souvent, en effet, que l’essor de l’archéologie préventive des trente dernières années est le produit indirect de la « Grande Accélération » de la pression anthropique sur les milieux terrestres, laquelle s’est accentuée précisément dans la seconde moitié du xxe siècle. Car la grande accélération de l’Anthropocène, qui s’identifie à un nouvel « âge de la Dévastation » (Olivier 2013b ; Gonzalez-Ruibal 2018), n’entraîne pas seulement une hausse globale des températures de l’atmosphère et une déperdition rapide des espèces animales et végétales qui pourrait provoquer, avant le siècle prochain, la prochaine sixième extinction massive de l’histoire de la planète. Elle dévaste également les ressources archéologiques, en même temps qu’elle confronte la pratique de la discipline à une telle inflation de données et de restes que l’on ne sait plus comment les traiter ni les gérer. Et le caractère proprement hors d’échelle des aménagements humains actuels les rend impossibles à fouiller, contrairement aux occupations humaines qui se sont succédé jusqu’aux alentours de la Première Guerre mondiale – quand la plupart de ces constructions restaient, pour l’essentiel, encore faites de main d’homme. Ainsi, la pression de l’Anthropocène confronte-t-elle désormais l’archéologie à ses limites, de même qu’elle annonce la crise prochaine de toutes les activités de production.

  • 3 https://www.e-a-a.org/
  • 4 Fondés en 1865 à l’initiative des préhistoriens Gabriel de Mortillet (1821-1898) et Édouard Desor ( (...)

12Que va-t-il se passer maintenant, si l’on considère ces évolutions longues de la discipline archéologique, prises, globalement, depuis les années 1960 ? Vu du côté de l’archéologie, le Brexit n’est en rien une surprise : alors que l’archéologie post-processuelle se présentait paradoxalement, du moins en apparence, sous les atours d’une pensée profondément anti-conservatrice, elle n’était, finalement, qu’un symptôme du triomphe du néo-libéralisme économique à l’anglo-saxonne. Comme l’Europe sociale, l’Europe archéologique est une fiction. De manière symptomatique, l’Association des archéologues européens ou European Association of Archaeologists3, fondée au début des années 1990, n’est jamais parvenue à fédérer une quelconque pensée archéologique véritablement européenne – contrairement à ce qu’avaient fait, à la fin du xixe siècle, les Congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistorique4.

Un fascisme à la française

13Si l’on compare la situation de l’archéologie européenne aujourd’hui par rapport à ce qu’elle était il y a trente ans, alors que nous sortions enfin de « l’âge des totalitarismes » qui avait marqué la plus grande partie du xxe siècle, force est de constater que les menaces se sont aggravées et précisées. Partout dans le monde, notamment en Europe, on observe un retour des nationalismes et, avec eux, le risque d’une résurrection des fascismes – lesquels constituent notre socle politique commun à l’échelle de l’Europe continentale. Là encore, la chose n’est pas nouvelle ; elle travaille en réalité les mentalités depuis trente ans, au cours desquels la pensée d’extrême droite n’a cessé de gagner en popularité et d’accéder ainsi à une certaine légitimité, voire à une certaine forme de reconnaissance.

  • 5 De ce point de vue, le mouvement récent des « Gilets jaunes » montre que cette « France périphériqu (...)

14Ne nous demandons pas pourquoi ; l’extrême droite est la principale force mobilisatrice qui s’oppose, du moins en apparence, à la logique économique du capitalisme triomphant, celui-là même qui produit la surpression de l’Anthropocène. Elle est la voix des laissés pour compte que l’essor économique des grandes métropoles abandonne sur le bord du chemin5. En nous montrant que la synthèse de ces deux forces antinomiques est possible, l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis nous révèle cette promesse, qui s’adresse directement à l’Europe : il est possible d’avoir les deux – le fascisme et la sur-inégalité économique.

15Dans « Vichy, Le Pen et les Gaulois », je prenais le Front national sur le fait, alors qu’il était en train de se délecter du pot de confiture rancie du pétainisme, abandonné sur une étagère poussiéreuse depuis le départ du Maréchal et de sa suite pour Sigmaringen. Pour les élections régionales de 1998, le Front national de Jean-Marie Le Pen avait fait éditer des affichettes qui reprenaient l’affiche d’Éric réalisée pour les Chantiers de la jeunesse – organisation chargé par le gouvernement de Vichy, entre 1940 et 1944, d’encadrer et d’endoctriner la jeunesse française contrainte à un service civil obligatoire. On y voyait un ancêtre gaulois à la longue moustache blonde, héritée de celle de Vercingétorix, prenant appui sur une énorme francisque et posant paternellement la main sur l’épaule d’un jeune frontiste, comme le faisait le Gaulois de Vichy avec le jeune maréchaliste. Au slogan « France toujours » de 1941 succédait en écho ces mots d’ordre : « Sois fier de ton identité et protège-la ».

  • 6 L’Institut pour la longue mémoire européenne, ou Iliade, a pour objectif le « réveil de la conscien (...)

16Vingt ans plus tard, le Front national est devenu, sous l’appellation de Rassemblement national, le premier parti de France, après que la gauche et la droite traditionnelles se sont littéralement effondrées aux dernières élections. Alain de Benoist, directeur de publication de la revue Nouvelle École, fondée en 1968 pour arrimer le « nationalisme européen » en recyclant sournoisement l’imagerie « néo-païenne » du IIIe Reich (Monzat 1997), est aujourd’hui un « écrivain philosophe » respecté, dont Michel Onfray salue les « idées justes » et que le Figaro Magazine invite à débattre avec Alain Minc – quand il n’intervient pas à Sciences Po. Quant aux groupuscules identitaires, jadis condamnés à rester semi-clandestins dans la mesure où ils se revendiquaient franchement de l’idéologie raciale du nazisme, on les voit désormais s’afficher au grand jour, aux côtés de Marion Maréchal-Le Pen, tel l’Iliade, héritier du GRECE6.

17Une Cassandre nous aurait dit, en 1998, quel serait l’état politique de la France en 2019, nul ne l’aurait cru et nous l’aurions sans doute fait taire en la traitant de provocatrice irresponsable. C’était le temps où le Front national servait de repoussoir commode aux partis traditionnels de droite ou de gauche qui faisaient élire leurs champions au nom de cet avertissement, aujourd’hui épuisé : « moi ou le chaos ! » Le fauve est sorti de sa cage et on découvre que les dompteurs n’étaient que des comédiens amateurs, qui se sont enfuis dans les coulisses. La vieille bête pouilleuse s’offre un tour de piste, en flairant l’air, pendant que l’assistance, mi-médusée, mi-amusée, retient son souffle – que va-t-il se passer maintenant ? Eh bien, la suite : on est en train de restaurer le fascisme et le nationalisme comme une pensée acceptable.

18On s’est peu interrogé, malgré tout, sur les causes profondes d’une telle success story à la française. Certes, les commentateurs ont analysé les stratégies électorales et les rapports de force politiques, ou encore le contexte socio-économique des régions désertifiées dans lesquelles n’a cessé de prospérer, depuis des décennies, le vote Le Pen. Mais s’est-on vraiment demandé ce qui autorise une part grandissante de l’opinion publique – notamment chez les jeunes – à soutenir un mouvement politique dont les racines idéologiques puisent dans le passé d’un régime antirépublicain, prônant une collaboration ouverte avec le nazisme, et responsable de crimes contre l’humanité ?

La force du déni

19En langage courant, cela s’appelle le déni. Il est intéressant de constater que, dans le discours ambiant, la manière dont sont représentés les électeurs de Le Pen et les collaborateurs du régime de Vichy est somme toute assez proche : ou bien ils ne se rendent pas très bien compte de ce qu’ils font, ou bien ils ont des circonstances atténuantes ; dans tous les cas ils ne sont pas personnellement responsables de leur implication et surtout ils n’adhèrent pas, fondamentalement, à l’idéologie potentiellement meurtrière de la cause qu’ils soutiennent. La force du déni réside en ce que le refoulement de ce « passé qui ne passe pas », selon le titre d’un ouvrage d’Éric Conan et Henry Rousso (1994), traverse toutes les classes sociales – et pas seulement celles qui sont préférentiellement représentées dans le vote d’extrême droite. Le déni de notre propre implication idéologique dans le nazisme et le pétainisme est particulièrement puissant chez les archéologues eux-mêmes, comme j’ai eu l’occasion d’en faire l’expérience au cours de ces dernières années.

20Quelque temps après avoir écrit cet article sur « Vichy, Le Pen et les Gaulois », j’ai été sollicité par un groupe de chercheurs, principalement allemands, hollandais et danois. Ces collègues s’étaient fixé l’objectif d’établir, à partir de l’étude des archives historiques, un bilan de l’impact de l’archéologie nationale-socialiste sur la préhistoire et l’archéologie de l’Europe de l’Ouest. Un travail considérable avait été entrepris pour ce qui concerne l’est de l’Europe mais on savait encore peu de choses sur ce qui s’était passé à l’ouest ; surtout on n’en avait pas de vision d’ensemble (Leube & Hegewisch 2002). J’ai donc travaillé sur la France, laissant à mes collègues Bernadette Schnitzler et Jean-Pierre Legendre le soin des régions qui avaient été directement incorporées au Reich nazi, telles l’Alsace et la Lorraine (Legendre et al. 2007).

21Je n’ai pu que confirmer ce qu’Alain Schnapp avait mis en évidence dans un travail pionnier, à savoir que l’archéologie « raciale » germanique, rebaptisée Préhistoire allemande (Deutsche Vorgeschichte), a joué un rôle idéologique crucial pour le régime (Schnapp 2003). Aux côtés de l’anthropologie physique et de la biologie, elle a servi de caution scientifique à l’entreprise d’extermination et de colonisation de l’Europe mise en place par les autorités nationales-socialistes. En approfondissant ces recherches, j’ai été confronté à la réception, par les chercheurs français, de cette tentative de germanisation systématique de l’archéologie de la France. Personne – je dis bien personne – ne s’est opposé publiquement, dans le milieu de l’archéologie française des années 1940, à cette prise en main idéologique par les spécialistes dépêchés par le régime national-socialiste et ses officines scientifiques.

  • 7 Le SS-Ahnenerbe (littéralement : Héritage des ancêtres) était l’institut scientifique de la SS, cré (...)
  • 8 Chef officieux de la Milice française à Nîmes, il mena des interrogatoires accompagnés de faits de (...)

22Ceux qui furent sollicités pour prêter leur concours le firent avec enthousiasme, tel Maurice Jacq ( ?), conservateur du musée de Carnac en Bretagne ; en Bourgogne, le préhistorien Jean-Jacques Thomasset (1895-1974) réclama bruyamment le rattachement de sa région au Reich nazi au motif qu’elle avait des origines « raciales » germaniques – allant même jusqu’à prononcer un discours au siège du SS-Ahnenerbe à Berlin (Olivier & Legendre 2005)7. Parmi les intellectuels dont la pensée faisait alors autorité, Raymond Vaufrey (1890-1967), rattaché à l’Institut de Paléontologie humaine, prétendit que la nouvelle archéologie raciale du IIIe Reich était un modèle dont la France ferait bien de s’inspirer (Vaufrey 1934, 1941). Plusieurs de ceux qui s’engagèrent au service de la Révolution nationale furent fusillés à la Libération pour leur implication dans la Milice et la livraison de Résistants à la Gestapo : ainsi de Saint-Just Péquart (1881-1944), découvreur du site funéraire mésolithique de Téviec, îlot situé à l’ouest de la presqu’île de Quiberon (Morbihan), ou d’Emmanuel Passemard (1874-1946)8, fouilleur de la grotte préhistorique d’Isturitz dans la vallée de l’Arberoue (Pyrénées-Atlantiques). Ce ne sont que quelques exemples, il y en eut bien d’autres, ce qui, au total, fait beaucoup pour un milieu minuscule d’une centaine de personnes.

  • 9 Michel de Bouärd fut membre d’une organisation de jeunesse du Parti populaire français (Ppf) de Jac (...)
  • 10 Dans son article « archéologie médiévale » de l’Encyclopedia Universalis, Michel de Bouärd reprend (...)

23Ce sont des vieilles lunes, dira-t-on. Sans doute, mais le plus étonnant dans cette affaire est la violence des réactions suscitées par ces révélations sur le passé collaborationniste de l’archéologie française. On a dit que l’archéologie n’avait jamais été infectée par le nazisme, que les chercheurs allemands employés au service du régime national-socialiste n’avaient jamais été nazis, que cette prise en main allemande de l’archéologie française, où régnait l’amateurisme, avait été une bonne chose pour la discipline elle-même (Brun 2003 ; Buchsenschütz 2006-2007). Et surtout, on n’a pas voulu reconnaître l’influence que ces archéologues allemands, jadis missionnés pour « germaniser » l’archéologie française, ont exercée sur la reconstruction de la recherche française d’après-guerre : pour n’en citer qu’un, l’ancien officier SS Herbert Jankuhn (1905-1990), qui avait été responsable de l’archéologie à l’institut scientifique de la SS, a directement contribué, dans les années 1960 et 1970, à former Michel de Bouärd (1909-1989) aux problématiques de l’archéologie du haut Moyen Âge9 (Olivier 2013a ; Zadora-Rio 2015)10.

24La progression de l’extrême droite, longtemps discréditée pour son implication dans le nazisme et le pétainisme durant l’Occupation, se nourrit de ce riche terreau, irrigué par le déni et le refoulement. En voulant croire encore à la virginité de notre discipline, nous y contribuons, à notre mesure ; en ne confrontant pas l’extrême droite à la question hautement sensible de ses origines, nous lui donnons la parole et la laissons dire qu’elle n’a plus rien à voir avec son encombrant héritage. Ne nous y trompons pas, cependant : ce mouvement, qui cherche à apparaître sous un visage convenable est, depuis des années, dans une phase de reconquête qui commence à porter ses fruits, comme on peut s’en rendre compte. Un boulevard s’ouvre devant le néo-fascisme, en l’absence de garde-fous solides – en particulier chez nous, en France. Vous pensez sans doute que j’exagère ? Retrouvons-nous donc à nouveau dans vingt ans, si nous sommes encore là…

Haut de page

Bibliographie

Binford L. 1968. New Perspectives in Archaeology. Chicago (États-Unis), Aldine Publishing Company, 373 p.

—. 2002. In Pursuit of the Past: Decoding the Archaeological Record. Los Angeles (États-Unis), University of California Press, 260 p.

Boissinot, Ph. 2015. Qu’est-ce qu’un fait archéologique ? Paris, École des hautes études en sciences sociales, 367 p.

Brun, P. 2003. « Droit de réponse », Antiquités nationales, 35 : 267.

Buchsenschütz, O. 2006/2007. « La mouche du coche », Revue archéologique du centre de la France, 45-46. En ligne : https://journals.openedition.org/racf/865

Conan, É. & Rousso, H. 1994. Vichy, un passé qui ne passe pas. Paris, Fayard, 327 p.

Edgeworth, M. 2014. « Archaeology of the Anthropocene », Journal of Contemporary Archaeology, 1, 1 : 73-77.

Gallay, A. 1986. L’archéologie demain. Paris, Belfond, 330 p.

Gardin, J.-C. 1979. Une archéologie théorique. Paris, Hachette, 339 p.

Gonzalez-Ruibal, A. 2018. « Beyond the Anthropocene: defining the Age of Destruction », Norwegian archaeological review, 51, 2 : 1-12.

Guilluy, Ch. 2014. La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires. Paris, Flammarion : 192 p.

Hodder, I. 1991. Archaeological Theory in Europe. The last three Decades. Londres (Grande-Bretagne), New York (États-Unis), Routledge, 318 p.

—. 1982. Symbolic and structural archaeology. Cambridge (Grande-Bretagne), Cambridge University Press, 196 p.

Hodder, I. & Hutson, S. 2003. Reading the Past: Current Approaches to Interpretation in Archaeology (3e édition.). Cambridge (Grande-Bretagne), Cambridge University Press, 293 p.

Jankuhn, H. 1973. « Umrisse einer Archäologie des Mittelalters », Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, 1 : 9-19.

Lane, P. J. 2015. « Archaeology in the age of the Anthropocene: a critical assesment of its scope and societal contributions », Journal of Field Archaeology, 40, 5 : 485-498.

Legendre, J.-P., Olivier, L. & Schnitzler, B. 2007. L’archéologie nazie en Europe de l’Ouest : actes du colloque international de Lyon (septembre 2004). Gollion, éditions InFolio, 496 p.

Leube, A. & Hegewisch, M. 2002. Prähistorie und Nationalsozialismus. Die mittel- und osteuropäische Ur- und Frühgeschichtsforschung in den Jahren 1933-1945. Heidelberg (Allemagne), Synchron Verlag, 677 p.

Monzat, R. 1997. « La culture graphique de la nouvelle droite », Art Press, 223 : 55-61.

Olivier, L. 1992. « Regard sur une histoire mosaïque d’une Europe archéologique », Les nouvelles de l’archéologie, 47 : 25-28.

—. 1998. « Vichy, Le Pen et les Gaulois. De la Révolution nationale au Front national », Les nouvelles de l’archéologie, 72 : 31-35.

—. 2013a. « Les racines nationales-socialistes de la refondation de l’archéologie médiévale en France : Michel de Boüard (1919-1989) et Herbert Jankuhn (1905-1990) », Antiquités nationales, 44 : 157-175.

—. 2013b. « Nous sommes à l’âge de la Dévastation ». In: J. Driessen (dir.), Destruction. Archaeological, philological and historical perspectives. Louvain-la-Neuve (Belgique), Presses universitaires de Louvain : 27-36.

—. 2016. « L’archéologie médiévale française et Herbert Jankuhn : ma réponse à Élisabeth Zadora-Rio », Archéologie médiévale, 46 : 157-158. https://journals.openedition.org/archeomed/2806

—. 2019. « The Future of Archaeology in the Age of Presentism », Journal of contemporary archaeology, 6, 1 : 16-31.

Olivier, L. & Legendre, J.-P. 2005. « Jean-Jacques Thomasset : le préhistorien qui voulait faire de la Bourgogne une terre du Reich », Antiquités nationales, 37 : 267-278.

Roques, H. 1990. « Le Doyen de Bouärd et les chambres à gaz homicides », Revue d’histoire révisionniste, 2 : 46-49.

Schnapp, A. 2003. « L’autodestruction de l’archéologie allemande sous le régime nazi », Vingtième siècle, 2003, 2, 78 : 101-109.

Vaufrey, R. 1934. « La Préhistoire et les hommes politiques en Allemagne », L’Anthropologie, 44 : 447-450.

—. 1941. « L’organisation des recherches et des études préhistoriques en France », Revue scientifique, 79 : 483-518.

Zadora-Rio, É. 2015. « Mise au point historiographique à propos d’un article de Laurent Olivier, “Les racines nationales-socialistes de la refondation de l’archéologie médiévale en France : Michel de Boüard (1919-1989) et Herbert Jankuhn (1905-1990)” », Archéologie médiévale, 45 : 153-156. https://journals.openedition.org/archeomed/2887

Haut de page

Notes

1 Mise en œuvre par l’anthropologue américain Lewis Binford (1931-2011) sous l’appellation de New Archaeology (Binford 1968 ; id. 2002).

2 Développé en particulier par l’archéologue britannique Ian Hodder (1982 ; Hodder & Hutson 2003) et parfois identifié sous le terme d’archéologie interprétative (interpretative archaeology).

3 https://www.e-a-a.org/

4 Fondés en 1865 à l’initiative des préhistoriens Gabriel de Mortillet (1821-1898) et Édouard Desor (1811-1882), ces congrès internationaux avaient pour but de développer les recherches préhistoriques et l’essor de la « paléoethnologie ».

5 De ce point de vue, le mouvement récent des « Gilets jaunes » montre que cette « France périphérique » – selon l’expression du géographe Christophe Guilluy (2014) – ne se reconnaît pas nécessairement dans le discours victimaire et prétendument « anti-élites » du Front national, désormais Rassemblement national.

6 L’Institut pour la longue mémoire européenne, ou Iliade, a pour objectif le « réveil de la conscience européenne », afin que les peuples européens s’opposent à leur « grand effacement, prélude à leur grand remplacement par des populations autres sur le sol de leurs ancêtres ». Créé en 1969, le Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (GRECE) est une « société de pensée » défendant l’idée d’un nationalisme européen fondé sur une identité raciale et ethnique prétendument héritée d’un immémorial substrat culturel « indo-européen ».

7 Le SS-Ahnenerbe (littéralement : Héritage des ancêtres) était l’institut scientifique de la SS, créé en 1935 par Heinrich Himmler (1900-1945), Hermann Wirth (1885-1981) et Walter Darré (1895-1953).

8 Chef officieux de la Milice française à Nîmes, il mena des interrogatoires accompagnés de faits de torture avec sa femme Luce Passemard (1896-1968), qui échappa à l’exécution.

9 Michel de Bouärd fut membre d’une organisation de jeunesse du Parti populaire français (Ppf) de Jacques Doriot (1898-1945), avant de rejoindre la Résistance et d’entrer au Parti communiste français (Pcf). Arrêté par la Gestapo en décembre 1942, il fut déporté en 1944 dans le camp de concentration de Mathausen (Autriche). Se définissant à la fois comme stalinien et catholique, il rompit avec le Pcf en 1960. Dans les années 1980, il se rapprocha de la droite nationaliste et apporta son soutien au négationniste Henri Roques (Roques 1990).

10 Dans son article « archéologie médiévale » de l’Encyclopedia Universalis, Michel de Bouärd reprend ainsi quasiment mot pour mot la définition qu’en donnait Herbert Jankuhn lui-même (1973 : 9) : « Die Archäologie des Mittelalters ist eine direkt Fortsetzung der vor- und frühgeschichtlicher Archäologie, und zwar sowohl nach Problemstellung wie nach methodischen Ansatz » ; « L’archéologie médiévale est un prolongement direct de l’archéologie pré- et protohistorique, tant du point de vue des problèmes posés que des méthodes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Olivier, « Retour vers le Futur  »Les nouvelles de l'archéologie, 157-158 | 2019, 144-149.

Référence électronique

Laurent Olivier, « Retour vers le Futur  »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 157-158 | 2019, mis en ligne le , consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/8171 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.8171

Haut de page

Auteur

Laurent Olivier

Conservateur en chef du patrimoine, responsable des collections d’archéologie celtique et gauloise du musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals