Navigation – Plan du site

AccueilNuméros157-158Un regard illustré sur l’aventure...

Un regard illustré sur l’aventure de la fouille dite « du Grand Louvre »

Claire Besson et Dorothée Chaoui-Derieux
p. 150-157

Résumés

À l’occasion du récolement et d’un premier inventaire des archives de la fouille de la Cour Napoléon, il nous a semblé primordial de rencontrer les acteurs de cette opération archéologique sans précédent, afin de recueillir leurs souvenirs et de compléter ainsi la documentation « papier ». Au fil de ces entretiens (une quinzaine à ce jour), s’est imposée l’image d’un chantier empreint d’une profonde dimension humaine et sociale, laissant à chacun en mémoire des anecdotes par dizaines. C’est ce que nous avons souhaité partager ici, par le biais de quatre clichés qui éclairent d’un jour original cette fouille si célèbre.

Haut de page

Texte intégral

« La fouille du Louvre est plus qu’une entreprise de recherches: elle constitue un laboratoire d’expérience archéologique en grandeur réelle ». A. Schnapp, « Les fouilles archéologiques du Louvre. Bilan et perspectives », Les nouvelles de l’archéologie, 1985.

1Il a déjà été beaucoup dit et pensé sur la place de la fouille dite « du Grand Louvre » dans l’historiographie de l’archéologie française, y compris par les protagonistes de ce projet hors normes. Au premier rang d’entre eux, Pierre-Jean Trombetta, chef du chantier de la Cour Napoléon, fut d’emblée très conscient de vivre un moment exceptionnel à tous points de vue : une fouille en milieu urbain de dimensions inédites, un financement à l’avenant, une équipe de 100 à 200 personnes sur le terrain chaque jour, les premiers contrats professionnels pérennes pour des archéologues, les débuts de l’archéologie des périodes modernes… En 2009, un article du Figaro évoquait encore « des fouilles homériques », sans que l’on sache bien si l’épithète faisait allusion à leur taille, à leur coût, à leur durée, à leur apport scientifique, aux querelles internes qui opposaient la Cour Carrée et la Cour Napoléon, tant ces aspects ont marqué les esprits.

2Trente ans après la construction de la Pyramide, commémorée au musée du Louvre le 29 mars 2019 par un colloque qui a permis de rendre hommage à ces grandes fouilles emblématiques et à leurs acteurs, et quarante ans après la naissance des Nouvelles de l’archéologie, nous vous proposons de faire un « pas de côté » pour porter un regard un peu différent sur le chantier grâce auquel toute une génération d’archéologues s’est formée.

Vue générale de la Cour Napoléon

  • 1 https://www.franceculture.fr/architecture/de-mitterrand-a-macron-30-ans-de-pyramide-politique

3Palais de l’Élysée, 4 février 1986, troisième entretien enregistré entre François Mitterrand (1916-1996) et l’écrivain Marguerite Duras (1914-1996), au milieu des maquettes des grands travaux lancés par le président de la République1. Ce dernier se confie : « Ce qu’on a fait là, comme chantier archéologique au Louvre, c’est le plus grand travail qui ait, je crois, jamais été fait sur le plan archéologique. […] Dans la Cour Napoléon, on a trouvé une ville, puisqu’il y avait une ville. On a trouvé des dizaines de milliers d’objets du xviie, du xviiie siècle. C’était une ville, donc il y a eu tout […], les objets trouvés chez les gens, les lits, les pendules. Mais ça, c’est détruit. Les archéologues et les muséographes ont tout photographié […]. Mais ça n’avait pas beaucoup d’intérêt, des petits murets qui marquaient les anciennes maisons détruites. Tout a été répertorié, tous les objets ont été classés, ensuite ça va être recouvert. Tandis que dans la Cour Carrée […], tout est en profondeur ».

  • 2 Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale.

4La sentence est lapidaire. En quelques mots bien choisis (« ça n’avait pas beaucoup d’intérêt »), François Mitterrand, pourtant visiteur régulier des fouilles de la Cour Napoléon à en croire les carnets de fouille (qui relatent la présence d’hommes du Gign2 cachés derrière les colonnades lors des visites présidentielles), affiche devant Marguerite Duras un certain mépris pour ces vestiges, par opposition à ceux de la fouille voisine de la Cour Carrée qui feront l’objet d’une valorisation muséographique.

5Cette dépréciation scientifique doit cependant être remise dans son contexte. Lorsque les fouilles de la Cour Napoléon débutent (fig. 1), seules quelques grandes opérations d’archéologie urbaine ont été menées en France : Tours, Orléans ou encore Saint-Denis, dont le chantier a d’ailleurs constitué un vivier de ressources pour l’équipe parisienne ; la même année, le Centre national d’archéologie urbaine est créé. L’archéologie médiévale, quant à elle, vient de gagner ses lettres de noblesse avec la tenue en 1985 du premier Congrès d’archéologie médiévale à Paris ; ses participants visitent la fouille de la Cour Napoléon, et les mentions manuscrites retrouvées sur le livre d’or sont toutes élogieuses. L’archéologie « post-médiévale » peine alors d’autant plus à séduire ceux qui sont en-dehors du sérail, comme en témoignent les propos de François Mitterrand. Celui-ci insiste pourtant sur l’ampleur inégalée de l’opération – tant en termes de surface, de moyens humains et financiers, que de documentation scientifique générée, notamment par l’enregistrement rigoureux et méthodique de tous les vestiges, quels qu’ils soient.

  • 3 Les propos en italique qui suivent sont tirés des entretiens menés auprès d’anciens du Louvre : qu’ (...)

6C’est sur ce terrain, traversé de très nombreux cheminements en bois qui servent tant pour la circulation sur le chantier que pour l’accueil régulier du public, au milieu des palissades ornées de graffiti, que, le 1er mai 1985, le « monarque républicain » offrira aux Parisiens et à leur maire, Jacques Chirac (1932-2019), encore hésitant sur le projet, une simulation grandeur nature de la pyramide. Les anciens de la fouille se souviennent encore de la grue en pièces détachées « noire anthracite, très fine, épurée»3, de « Mitterrand qui arrive, la grue qui manœuvre, attrape l’anneau et les filins ». Jacques Chirac sera séduit. Plus de trente ans après la fouille, l’archéologie de la ville, sur toute sa chronologie, a également convaincu l’ensemble de la profession.

Fig. 1. Vue générale de la Cour Napoléon du Louvre, janvier 1985.

Fig. 1. Vue générale de la Cour Napoléon du Louvre, janvier 1985.

© Fonds documentaire « Fouilles archéologiques du Louvre – Cour Napoléon », service régional de l’archéologie d’Île-de-France.

Photographie d’une partie de l’équipe, octobre 1986

  • 4 Pierre-Jean Trombetta, chef de chantier, le responsable en titre étant Yves de Kisch.

7La photographie de l’équipe (fig. 2), prise le 22 octobre 1986 dans la cour Napoléon, alors qu’à cette date le journal de bord précise « 104 jours restants » (indice très net d’une montée de l’inquiétude), témoigne de la grande diversité des travailleurs, d’origines géographiques et sociales diverses. Cette équipe du Grand Louvre était très jeune, « jetée dans le grand bain » : « en 1985, j’avais 30 ans et j’étais parmi les plus vieux! À part Pierre-Jean4, qui abordait les 40 ans, et Yves de Kisch qui devait avoir dans les 45 ans. »

  • 5 Ingénieurs, techniciens et personnels administratifs.

8Dès le départ, le chantier prend en compte l’ensemble de la chaîne opératoire, en faisant appel à toutes les compétences nécessaires. Aux chefs de secteurs et responsables de zones se joignent archiviste, architecte-topographe, photographe, restaurateur, céramologue, gestionnaire de mobilier, responsable d’enregistrement, conférencière, secrétaire… Un modèle devenu la norme, puisqu’il inspira notamment l’organisation des services archéologiques de collectivités. La professionnalisation engendrée par l’opération est une réalité : il existe une véritable « diaspora » des anciens du Louvre, présents dans presque tous les services régionaux de l’archéologie et dans les collectivités, intégrés notamment grâce aux recrutements d’Ita5 en 1985. L’Afan dépassa à l’occasion de cette fouille les 50 salariés, et dut se doter de tout l’arsenal réglementaire, professionnel et syndical nécessaire.

  • 6 Les « Travaux d’utilité collective » étaient des contrats aidés censés favoriser l’insertion de jeu (...)

9À ces professionnels ou étudiants déjà très expérimentés furent adjoints une trentaine de bénévoles qui gagnèrent leurs galons d’archéologues en résistant à ce chantier démesuré. Les équipes furent également renforcées d’une cinquantaine de Tuc6 dans le cadre d’une politique sociale émergente, mise en œuvre dès 1985 par un Pierre-Jean Trombetta fidèle à ses convictions. Beaucoup abandonnèrent en cours de route, mais d’autres, recrutés à l’Afan, sont toujours en poste. L’un d’entre eux reconnaît que cette opportunité représentait alors une véritable « alternative sociale à la petite délinquance ».

10Tous ont été marqués par « [l’]armée de terrassiers », maliens ou sénégalais, qui les secondaient. Passés de vingt début 1984 à cinquante à l’été 1985, ils sont présents sur le terrain le matin dès la première heure, en attente des consignes. Intérimaires et logés dans un foyer Sonacotra à Montreuil, certains gagneront en compétences et se verront confier des missions de fouille, relevé ou enregistrement, ayant même développé une expertise en « musicalité des sols » : rien qu’à l’oreille ils savaient dans quel type de couche ils travaillaient. Quelques-uns décrocheront un contrat à l’Afan.

11L’esprit très positif qui règne sur le chantier peut se résumer ainsi : « la paye du pro avec l’esprit du bénévole ». Mais « ce qui fonctionne à 10 ne fonctionne pas à 120 » et les difficultés iront croissant pour gérer de front jusqu’à 250 personnes sur le site (été 1985), une telle abondance de mobilier, une fouille talonnée par les engins mécaniques, la polémique de la pyramide de Peï, le manque de moyens alloués à la phase d’étude…

Fig. 2. Photographie d’une partie de l’équipe, octobre 1986.

Fig. 2. Photographie d’une partie de l’équipe, octobre 1986.

© Fonds photographique des archives de la fouille, dépôt au musée du Louvre/section Histoire du Louvre.

Vue de la cave « aménagée »

12Un matin de 1985, en arrivant sur le terrain, les archéologues découvrent un appartement reconstitué au fond d’une des caves modernes en cours de fouille (fig. 3). « L’idée originale […] consistait à aménager une pièce, à l’insu de tout le monde, en coquette chambrette. J’avais réussi à attirer quelques collègues dans cette farce et nous étions venus tout installer bien avant l’ouverture du chantier, dès 5 heures du matin. Puis nous nous étions présentés à huit heures, l’air de rien, comme d’habitude, sans rien dire à personne. J’avoue que ça avait bien fait carburer les méninges de l’équipe. »

13Les détails du canular ont été soignés : papier peint vieillot au mur, table dressée avec fourchette plantée dans la boîte de cassoulet, calendrier des postes, bottes boueuses et, dans l’angle (non visible sur la photo), lit de fer surmonté d’une affiche de femme nue.

14À une époque où l’on abordait encore le « post-médiéval » avec circonspection (dans le meilleur des cas), le site révèle plusieurs milliers de mètres cubes de vestiges modernes rattachés à des quartiers d’habitation qui cumulaient à priori le double « handicap » de la modestie socio-économique de ses occupants et d’une chronologie récente. Or, comme le rappelle une ancienne du Louvre, « se lancer dans une fouille d’un quartier documenté par les archives et l’iconographie n’allait vraiment pas de soi ». Le mot d’ordre donné à l’équipe et repris par elle étaitsimple : tout fouiller, tout explorer, toute la surface, toutes les époques.

15La convivialité et l’esprit potache faisaient partie intégrante de ce chantier, une forte connivence s’étant établie entre collègues bravant le froid ou la chaleur et alternant travaux ingrats et découvertes stimulantes. Une autre facétie a marqué les mémoires : l’enfouissement d’une reproduction de la Vénus de Milo près du four dit de Palissy, qui a créé la stupéfaction avant que chacun ne reprenne rapidement ses esprits !

16Tous se souviennent d’une atmosphère très festive : les apéritifs assuraient des réunions fréquentes, de nombreuses photos témoignent de fêtes costumées ; le cahier de fouilles, tenu quotidiennement, mentionne ainsi un méchoui le dimanche 29 avril 1984 puis, à la date du lendemain : « Journée difficile et peu productive » ! Ces événements réguliers contribuaient à un fort brassage, sans préjugé sur la formation ni le milieu social d’origine. Les plus motivés venaient le samedi, dédié au tamisage, et parfois les jours fériés, pour rattraper un retard ou ne pas laisser un secteur délicat en cours de dégagement. Une dévotion totale à ce chantier surdimensionné qui pouvait absorber totalement, même si certains luttaient pour conserver « une vie en dehors du Louvre ».

Fig. 3. Vue de la cave « aménagée ».

Fig. 3. Vue de la cave « aménagée ».

© Photographie Bruno Dufaÿ, 1985.

Fragment de palissade provenant du chantier de la Cour Napoléon

17À l’abri des regards, derrière les palissades en bois blanc, les archéologues s’activent avant de laisser place nette pour la construction de la pyramide. Une clôture pour certains, une véritable aubaine pour d’autres : la première génération de graffeurs français, inspirée par la culture du hip-hop en vogue à New York, y voit en effet un terrain de jeu à nul autre pareil. À l’exemple de Bando (Bomb Squad 2), certains sont issus des beaux quartiers et ont exporté dès le début des années 1980 les graffiti découverts lors de voyages outre-Atlantique sur les quais de Seine, du pont de la Concorde au pont du Carrousel, et sur le chantier du Centre Georges-Pompidou.

  • 7 https://www.telerama.fr/sortir/aux-origines-du-street-art-2-paris-des-palissades-du-louvre-a-la-tou (...)
  • 8 Émission Europe 1 du 20 août 1984.
  • 9 The Dallas Morning News, 27 octobre 1985.
  • 10 Jacqueline Christophe, « Les fouilles du Louvre, la Cour Napoléon », La Nouvelle Revue française, j (...)

18Les linéaires de palissades autour de la Cour Napoléon leur offrent un nouveau terrain d’expression (fig. 4), sous l’œil quasi bienveillant des autorités publiques, qui « n’étaient pas préparées à pareille entorse potentielle à la loi, donc elles ont laissé faire. Du coup, les lieux étaient remplis d’adolescents… »7. Cette jeune génération, dont la plupart sont devenus des artistes reconnus, peint en plein jour, sous le regard des passants et des journalistes : « pour les touristes c’est une surprise sous forme de murs, des palissades qui encombrent la grande cour dite “Cour Napoléon”: elles sont depuis quelques mois couvertes de graffiti, des dazibao bien français8 ». La presse fait la part belle aux « brightly painted constructions [palissades bariolées de couleurs vives]9 » : « la longue palissade de planches qui clôt l’aire de fouille, fresque urbaine sans cesse renouvelée par de jeunes peintres10 ». « Paris est tatoué », titre Le Figaro du 2 septembre 1985, moins séduit.

  • 11 Courriel du 26 novembre 2018.
  • 12 Entretien avec l’artiste réalisé le 26 novembre 2018.

19Légèrement plus précoce que le graffiti, l’art du pochoir investit également les lieux. Blek le Rat se souvient encore de « l’aventure d’une nuit d’hiver de janvier 1985 où le thermomètre était descendu à -15°, -18°C, et où nous avons […] peint les palissades du Louvre dans ce froid intense. Il me reste évidemment un souvenir extraordinaire de ce travail11 ». L’entrée de l’art urbain dans ce lieu hautement symbolique de la culture française, non loin de l’École des Beaux-Arts, est comme un pied de nez au monde académique : « maintenant on fait partie de l’histoire du Louvre », affirme avec malice l’artiste Jay One12(Bad Boy Crew). Force Alphabetik, Darco (Fabulous Bomb Inability), Lokkis, Scipion, Banga, Bando, Kay One, Psyckoze, Ash, Spirit : tous font leurs gammes sur ces palissades, transformées le temps d’un chantier de fouille en éphémère Hall of fame, avant l’émergence du « spot » de Stalingrad.

  • 13 http://www.laerosol.com/2-photos-oeuvres.php ?idoeuvre=4369 (consulté le 4 octobre 2019).
  • 14 http://www.artandfarts.com/2018/04/blek-le-rat-une-legende-du-street-art-expose-a-paris-art-fair.ht (...)

20Galeristes et collectionneurs privés savent rapidement y détecter un potentiel artistique : dès 1990 les Bad Boy Crew sont exposés à la Galerie du jour agnès b. Un dessin original de Bando, qui a servi d’esquisse au premier graffiti sur les palissades du Louvre et sur lequel figurent la marque et les références des bombes utilisées, sera vendu aux enchères13, tandis qu’un fragment de palissade portant une œuvre au pochoir de Blek le Rat sera exposé en 2018 à la Paris Art Fair14.

Fig. 4. Fragment de palissade provenant du chantier de la Cour Napoléon du Louvre.

Fig. 4. Fragment de palissade provenant du chantier de la Cour Napoléon du Louvre.

© Collection et photographie Durand-Trombetta, 2019.

Haut de page

Notes

1 https://www.franceculture.fr/architecture/de-mitterrand-a-macron-30-ans-de-pyramide-politique

2 Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale.

3 Les propos en italique qui suivent sont tirés des entretiens menés auprès d’anciens du Louvre : qu’ils soient ici remerciés pour leur confiance et leurs souvenirs.

4 Pierre-Jean Trombetta, chef de chantier, le responsable en titre étant Yves de Kisch.

5 Ingénieurs, techniciens et personnels administratifs.

6 Les « Travaux d’utilité collective » étaient des contrats aidés censés favoriser l’insertion de jeunes sans emploi.

7 https://www.telerama.fr/sortir/aux-origines-du-street-art-2-paris-des-palissades-du-louvre-a-la-tour-eiffel,135302.php (consulté le 4 octobre 2019).

8 Émission Europe 1 du 20 août 1984.

9 The Dallas Morning News, 27 octobre 1985.

10 Jacqueline Christophe, « Les fouilles du Louvre, la Cour Napoléon », La Nouvelle Revue française, juin 1985, 389 : 110.

11 Courriel du 26 novembre 2018.

12 Entretien avec l’artiste réalisé le 26 novembre 2018.

13 http://www.laerosol.com/2-photos-oeuvres.php ?idoeuvre=4369 (consulté le 4 octobre 2019).

14 http://www.artandfarts.com/2018/04/blek-le-rat-une-legende-du-street-art-expose-a-paris-art-fair.html (consulté le 4 octobre 2019).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue générale de la Cour Napoléon du Louvre, janvier 1985.
Crédits © Fonds documentaire « Fouilles archéologiques du Louvre – Cour Napoléon », service régional de l’archéologie d’Île-de-France.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/8246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 2. Photographie d’une partie de l’équipe, octobre 1986.
Crédits © Fonds photographique des archives de la fouille, dépôt au musée du Louvre/section Histoire du Louvre.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/8246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 3. Vue de la cave « aménagée ».
Crédits © Photographie Bruno Dufaÿ, 1985.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/8246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 4. Fragment de palissade provenant du chantier de la Cour Napoléon du Louvre.
Crédits © Collection et photographie Durand-Trombetta, 2019.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/8246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Besson et Dorothée Chaoui-Derieux, « Un regard illustré sur l’aventure de la fouille dite « du Grand Louvre » »Les nouvelles de l'archéologie, 157-158 | 2019, 150-157.

Référence électronique

Claire Besson et Dorothée Chaoui-Derieux, « Un regard illustré sur l’aventure de la fouille dite « du Grand Louvre » »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 157-158 | 2019, mis en ligne le , consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/nda/8246 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.8246

Haut de page

Auteurs

Claire Besson

Conservatrice en chef du patrimoine au Service régional de l’archéologie, drac Île-de-France, Umr 7041 ArScAn

Articles du même auteur

Dorothée Chaoui-Derieux

Conservatrice en chef du patrimoine au Service régional de l’archéologie, drac Île-de-France, Umr 7041 ArScAn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search