Navigation – Plan du site

Accueil

Les Nouvelles de l'archéologie rejoint le collectif des Revues en Lutte

La revue « Les Nouvelles de l’archéologie » a décidé lors de son comité de rédaction du 3 février 2020 de rejoindre le collectif des Revues en Lutte, contre les orientations contenues dans les trois rapports pour la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, commandés par la ministre de l’ESRI.

La dynamique est d’une ampleur inédite, à la hauteur des dangers que font peser sur l’avenir de la Recherche les principales propositions de ces trois rapports. Face à un constat pourtant partagé d’appauvrissement, de fragilisation et de précarisation de la Recherche et de l’Université, les seules réponses apportées par ce rapport sont : mise en concurrence, orientation des financements sur des procédures de « performance » jamais expliquées, et précarité des emplois par des CDD de projets ou des « tenure-tracks ». Cette LPPR, qui ne fera qu’aggraver les inégalités et augmenter la précarité, nous la refusons.

En tant que revue scientifique, nous participons au partage et à la diffusion des connaissances, non seulement pour la communauté universitaire et de la recherche, mais au-delà pour l’ensemble des citoyens. Nous en garantissons le sérieux et la qualité, là où la quantité (via la bibliométrie), s’est trop souvent imposée ces dernières années comme le principal, voir seul, facteur d’évaluation, et le serait plus encore dans la loi à venir.

En tant que revue dédiée à l’archéologie, nous avons pleinement conscience des méfaits de la précarité et de la concurrence, imposée depuis trop d’années à ce secteur, où la récente réforme de l’assurance-chômage n’a fait qu’aggraver la situation des personnels de ce secteur.

Parce que nous refusons un modèle de compétition et de « performance » guidée par un principe de « darwinisme social » qui n’a pas sa place dans l’univers scientifique, parce que nous rejetons un modèle de précarité imposée au service public de la Recherche, de l’Université, de l’archéologie, de l’édition, parce nous défendons une recherche libre, créative, et sereine, disposant des pleins moyens pour être menée, parce que nous voulons une Université ouverte, stable, pérenne, nous rejoignons et participons aux actions du collectif Revues en Lutte.

Présentation

Fondée en 1979, la revue se veut à la fois un lieu de débat et le reflet des évolutions de la discipline. Quatre fois par an, elle présente aujourd’hui des problématiques scientifiques de pointe, sous forme de dossiers et dans une perspective internationale. Les articles peuvent être sollicités par la revue ou émaner de propositions spontanées. Ils sont soumis au comité de lecture qui peut demander des modifications. L’abondance d’information peut conduire à différer la publication d’un article de six mois.

Revue soutenue par le ministère de la Culture et l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS

Dernier numéro en ligne
162 | 2020
Étudier, conserver, restaurer le mobilier archéologique

Sous la direction de Clotilde Proust, Marjorie Maqueda, Olivier Labat et Amélie Méthivier
Couverture
Informations sur cette image
Crédits : Séverine Fissette

L'objectif de ce numéro des Nouvelles de l'archéologie est de dresser un portrait actualisé de la conservation-restauration en archéologie et de son rôle dans la pratique de la recherche archéologique. Les articles mettent en évidence les compétences et les champs d'action du conservateur-restaurateur, afin de permettre à l'archéologue de mesurer l'importance de l'interdisciplinarité et la personne-ressource que représente le conservateur-restaurateur. Ils insistent sur le caractère méthodologique et déontologique, au delà de la technique. Le parti pris de ce numéro est d'exclure le monde des musées, cadre institutionnel déjà bien défini en matière de conservation-restauration, et de se centrer sur la chaîne opératoire de l'archéologie. Ce numéro propose une approche originale : l'écriture à deux voix (conservateur-restaurateur/archéologue/régisseur/conservateur).

Notes de la rédaction

Avec le soutien de la Fédération française des professionnels de la conservation-restauration (FFCR) et de l'Association nationale pour l'Archéologie de Collectivité territoriale (ANACT).

  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search