Navigation – Plan du site
Appel à textes en cours

Dispositifs numériques et villes durables. De l’interaction à l’engagement

Appel à contribution. Revue Netcom
Akila Nedjar-Guerre

Des dispositifs traditionnels aux outils numériques participatifs, les dispositifs techniques d’information et d’interaction avec le public au service de l’environnement et du développement durable n’ont cessé d’évoluer, renouvelant sans cesse les interrogations sur leurs efficacités. Les dispositifs classiques traditionnels, et particulièrement ceux de la communication institutionnelle publique locale ont vu leurs efficacités de prescription auprès de citoyens évoluer en lien avec le développement des outils du web 2.0.

Tous ces dispositifs techniques récents pour faire connaître ou pour « faire faire » engagent des acteurs avec des degrés de contraintes et de libertés différentes, des modes d’actions et des consentements à agir très peu comparables. Les espaces de circulation de l’information sont engendrés par des nouvelles formes de coopération entre ces dispositifs techniques et contribuent à inscrire l’usager comme un consommateur actif, ou « consom’acteur », terme souvent utilisé par les acteurs du développement durable.

Ici, dispositifs techniques et dispositions citoyennes sont conjointement liés car ils trouvent leur ancrage dans les catégories d’usages de ces formes techniques de médiation de la ville durable. En effet, les usages renvoient à des jeux de représentations qui participent à définir les investissements de formes effectués par les citoyens au regard des offres proposées. Ainsi, la manière dont est préfiguré l’usager ainsi que le cadre technique de l’objet qui régit les espaces et les formes d’actions du citoyen peuvent renforcer la capacité d’agir des individus ou à l’inverse restreindre le champ d’action traditionnel chez les usagers. En effet, les possibles transformations induites par les orientations proposées permettent d’analyser l’émergence des liens sociotechniques faisant sens auprès des usagers qui s’approprient et réinterprètent les contenus et outils qu’ils utilisent selon leur degré d’engagement.

Autrement dit, comment faire connaître pour faire agir ? Et de même, comment faire agir pour faire connaître ? De quels genres d’agir et de faire agir sont composés ces échanges via ces dispositifs interactifs ? De quelle manière entrent-ils en résonnance avec les prédispositions citoyennes des usagers ? Quels impacts sur leur engagement ?

Les contributions sont attendues sur l’un des trois axes de recherche suivants :

Axe 1. Traces de l’usager dans le dispositif

Le premier porte sur la nature même de l’interaction qui est signifiée au sein du dispositif et la compréhension des formes d’interaction attendues des usagers et mises en scène par les dispositifs. Cet axe mettra en avant les résultats d’études portant sur les relations qui sont préfigurées entre producteurs et usagers par les configurations techniques, le design et les parcours proposés dans le dispositif. Les prescriptions se formalisent à travers des indices, des éléments iconiques, des affichages informationnels dont l’analyse participe à la compréhension de leurs effets. Les récepteurs construits à travers ces indices selon les intentions de ceux qui les produisent rendent compte des parcours souhaités en lien avec des attitudes et comportements environnementaux attendus.

Axe 2. Usages et réceptions cognitives

Le deuxième axe porte sur la réception par les usagers de ces dispositifs et les pratiques réelles d’usages et d’utilisation de ces interfaces et des optionalités mises en œuvre dans ces pratiques. Les propositions de parcours interactifs par les producteurs peuvent être acceptées et suivies par les usagers ou à l’inverse rejetées, détournées ou mises à distance par les utilisateurs. Les tentatives des prescripteurs peuvent être heurtées aux logiques préexistantes et hétérogènes des individus. Quel retour sur l’adéquation entre ces dispositifs et les pratiques engendrées par les interactants ? Quels impacts de ces interactions sur les aspects cognitifs et comportementaux en faveur de l’environnement ? Quels sont les indicateurs référentiels pour la prise en compte de ces modifications ?

Axe 3. Dispositifs et citoyenneté environnementale

Le troisième axe concerne les études qui portent sur l’impact des dispositifs participatifs plaçant les individus au centre de la mesure environnementale sur les dispositions engageantes chez les citoyens en faveur de l’environnement. En quoi la contribution à ces dispositifs peut-elle engendrer chez l’usager une évolution de son attitude vis-à-vis de l’environnement ? Ces dispositifs modifient-ils la capacité des citoyens à comprendre et à agir ? Les caractéristiques techniques et ergonomiques des outils ainsi que la nature du dispositif d’encadrement de la participation préfigurent-elles l’adhésion, voire l’engagement des citoyens en faveur de l’environnement ? En effet, si une grande partie des « citoyens-capteurs » possèdent des prédispositions citoyennes environnementales, un certain nombre de participants sont choisis et proposés dans le cadre de protocoles de recherches et d’expérimentations interrogeant ainsi les facteurs intervenant dans l’évolution des attitudes chez les usagers peu ou pas engagés. On s’interroge ici sur la manière dont les techniques numériques et interactives peuvent être mises en action par les individus pour agir sur l’environnement à travers des savoirs communs partagés. De quelle manière ces sources et ressources nouvelles peuvent-elles être intégrées dans leur routine d’action ?

Soumission d’articles scientifiques

Les articles, d’une longueur de 15 à 20 pages, doivent comporter, en première page, les coordonnées complètes de l’auteur (ou des auteurs), un titre, un résumé et des mots-clés en français et en anglais.

Les articles seront évalués en double aveugle.

Soumission de notes scientifiques

En complément des articles scientifiques, cette rubrique contient des notes de recherches qui n’ont pas le statut d’article évalué en double aveugle mais qui présentent tout de même un intérêt pour leur caractère novateur ou pour la qualité de la problématique posée et des pistes envisagées. Ce sont des textes plus courts que les articles (5 à 10 pages) soit entre 10000 et 15000 caractères qui doivent apporter un complément utile à la thématique de ce numéro spécial. Ce type de contribution est également souhaité pour permettre au lecteur de comprendre les enjeux ou l’intérêt de prolonger la réflexion dans le cadre d’une future recherche.

Instructions aux auteurs

Articles scientifiques et notes scientifiques peuvent être publiés en français et/ou anglais.

Les contributions sont à envoyer à : Akila Nedjar-Guerre (anedjarg@gmail.com), Guest Editor du numéro, et sabrina.mommolin@univ-lehavre.fr pour la revue Netcom.

Akila Nedjar-Guerre est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Laboratoire MRTE (Mobilités, Réseaux, Territoires, Environnement), Université de Cergy-Pontoise, en délégation à l’Université de Nouvelle-Calédonie.

Les modalités de mises en forme sont disponibles sur : https://journals.openedition.org/netcom/956

Plus d’informations sur la revue : https://journals.openedition.org/netcom/

Calendrier indicatif

Le calendrier :
- 14 janvier 2019 : Appel à contribution.
- 1er juillet 2019 : Soumission des propositions.
- 1er octobre 2019 : Retour d’évaluation des propositions.
- janvier 2020 : Seconde expertise.
- Mars 2020 : Publication du numéro.

Bibliographie

BACQUE M.-H., GAUTHIER M. (2011), « Participation, urbanisme et études urbaines. Quatre décennies de débats et d’expériences depuis ‘’A Ladder of Citizen Participation’’ de S. R. Arnstein », Participations, n° 1, pp. 36-66.

BAILLEUL H. (2008), « Les nouvelles formes de la communication autour des projets urbains : modalités, impacts, enjeux pour un débat participatif », Métropoles (en ligne le 22/09/2008), http://metropoles.revues.org/2202

BONFILS P., DURAMPART M., BERNARD F., MEYER V (2013), « Etudes expérimentales et approches distanciées, Méthodes expérimentales en communication », ESSACHESS. Journal for Communication Studies, vol. 6, n° 1(11).

CAMPION B ; TESSIER L., BOURGATTE M. (2015), « Interactions en ligne sur les changements climatiques. Dynamiques d’échanges et affordances des dispositifs », Hermès, La Revue, vol. 73, n° 3, 2015, pp. 181-190.

CHATEAURAYNAUD F., DEBAZ J. (2013b), De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens, en ligne le 30/09/2013 : http://socioargu.hypotheses.org/4505.

DE FERAUDY T., SAUJOT M. (2017), « Une ville plus contributive et durable : crowdsourcing urbain et participation citoyenne numérique », Iddri, Study, n° 4/17.

GAGNEBIEN A., BAILLEUL H. (2016), « Maquette 3D, serious game, webdocumentaire. Les dispositifs numériques façonnent-ils l’engagement citoyen dans les projets de la ville durable ? », In Alemanno Sylvie, Beciu Camelia, Oprea Denisa-Adriana (Eds), Communications publiques et organisationnelles. Intersections des savoirs, Communicare.ro, Bucaresti, pp. 149-172.

IVESON (2011), “Mobile media and the Strategies of Urban Citizenship : Control, Responsibilization, Politicization”, In FOTH, M., FORLANO, L. (dir.) (2011). From Social Butterfly to Engaged Citizen : Urban Informatics, Social Media, Ubiquitous Computing and Mobile Technology to Support Citizen Engagement, The MIT Press, 544 p.

JACQUINOT-DELAUNAY G., MONNOYER L (1999), « Le dispositif entre usage et concept », Revue Hermès - n° 25 - 1999.

L’HER G., SERVIERES M., SIRET D. (2017), « Participer et transformer les territoires », Netcom, 31-1/2, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2668 ; DOI : 10.4000/netcom.2668

L’HER G., SERVIERES M., SIRET D. (2017), « Participer et transformer les territoires », Netcom, 31-1/2, pp. 153-174.

MELOT X. (2013), « Cartographie participative pour le développement local et la gestion de l’environnement à Madagascar : empowerment, impérialisme numérique ou illusion participative ? », L’information géographique, Editions Armand Colin, n° 77, pp. 47-67. DOI : 10.3917/lig.774.0047

MERICSKAY B. (2011), « Les SIG et la cartographie à l’ère du géoweb. Vers une nouvelle génération de SIG participatifs », L’Espace géographique, Tome 40, n° 2, pp. 142-153.

NOUCHER M. (2015), « De la trace à la carte et de la carte à la trace », In Traces numériques et territoires, SEVERO M., ROMELO A., Editions Presses des Mines, pp. 215-225.

SMOLINSKI J., CALVIGNAC C. (2017), « Effets de l’usage d’une application mobile sur l’exploration touristique du centre historique d’Albi », Netcom, 31-3/4, pp. 519-548.

VON HIPPEL E. (2005), Democratizing Innovation, The MIT Press, 220 p.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre Normandie
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals