Navigation – Plan du site

Entre fragilité et innovation sociale, les communs urbains à l’heure du numérique

Avant-propos
Hervé Le Crosnier et Philippe Vidal
p. 05-08

Texte intégral

1Ce numéro intitulé « Communs urbains et équipements numériques » prend appui sur un appel à contribution, présenté en annexe, co-rédigé par un informaticien travaillant depuis de nombreuses années sur les communs, et un géographe aménageur ayant pour domaine de spécialité le numérique territorial. Cet appel avait vocation à recevoir des textes permettant d’éclairer la place du numérique dans la (nouvelle) fabrique des communs urbains, entendus comme une forme d’engagement collectif de populations organisées au sein d’un territoire ou au travers de plateformes collaboratives en lien avec la ville. Ces nombreux équipements numériques qui sont désormais à la disposition des habitants sont-ils effectivement des moyens efficaces au service d’une fabrique urbaine qui en appelle, parfois de façon très normative, à la participation d’une pensée urbaine en communs ? Quelles en sont les promesses ? Et quelles en sont les limites ? Comment peut-on adopter une posture nécessairement critique face à ce retour des communs, mouvement dont le renouveau n’est sans doute pas sans lien avec la montée en puissance du numérique au sein de la société (sans focaliser sur l’exemple emblématique du logiciel libre) ? Les travaux empiriques étaient espérés, car au-delà de la monumentale théorie des communs, il nous apparaissait important de pouvoir incarner, dans une revue de géographie dédiée aux technologies de l’information et de la communication, les différentes manifestations territoriales de cette rencontre entre deux objets protéiformes, les communs et le numérique, dont on pouvait pressentir les aspects auto-renforçants mais également des dimensions plus ambiguës, le numérique pouvant aussi être un moyen de réinstitutionnalisation de dynamiques marginales et autonomes, avec parfois le risque de cristalliser l’innovation plus que de la catalyser.

2Les textes réunis dans ce numéro spécial peuvent être classés en trois grandes catégories. La première renvoie à la dimension matérielle des équipements numériques. Il est ici question des infrastructures physiques liées au numérique et qui marquent l’espace urbain avec plus ou moins d’intensité. Deux propositions nourrissent cette partie. La première de François Huguet, porte sur la question des « réseaux communautaires » sans fils (MESH). Classiquement maîtrisée par les opérateurs privés et régulée par l’acteur public, l’infrastructure réseau est ici décentralisée et portée par des micro-communautés locales très éloignées de la puissance financière des acteurs centralisés des télécoms. Cet article pointe, indépendamment même du résultat opérationnel et de ses fonctionnalités, les capacités de production de sens collectif et de « force micropolitique » qui se nichent dans l’installation d’une infrastructure inversée. Le deuxième texte envisage la question des fablabs et des hackerspaces, comme lieux de reconstruction de sociabilités, de partage de connaissance et des savoirs, et finalement comme une des figures archétypales mais aussi incertaines des communs urbains à l’heure du numérique. Flavie Ferchaud montre notamment que ces lieux portent en eux de nombreuses contradictions, qui, finalement, permettent à ses membres d’expérimenter de nouvelles façon de penser l’urbain en communs face à la ville néo-libérale.

3Une deuxième catégorie de contributions renvoie davantage à la question des plateformes numériques dédiées à la cartographie participative (construction collaborative de cartes). Il s’agit là de communs informationnels produits par des communautés situées à l’interface entre le l’activisme citoyen et les militants/partisans de l’open source. Ces textes permettent d’ouvrir la notion de communs au secteur informatique en tant que ressources appelées à être mises en commun. Le premier article de Marina Duféal et Mathieu Noucher porte sur les contributeurs d’Open Street Map en France, objet géonumérique particulièrement bien structuré. Il s’agit ici de connaître les motivations d’une communauté assez volatile et en fort renouvellement à produire ce commun cartographique, alors même qu’il existe en France une cartographie publique de qualité et une politique de diffusion des données géographiques de plus en plus ouverte, notamment à la faveur de l’open data. Un deuxième article d’Adrien Labaeye porte sur un inventaire détaillé de sites reposant sur cette logique de cartographie collaborative en lien avec des projets d’économies alternatives. Des opérations de cartographies collectives sont décrites de même que la façon dont la carte collaborative permet de faire travailler ensemble des acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) et dépasse donc sa fonction première de description et d'analyse des dynamiques territoriales.

4Une troisième catégorie de contributions porte sur la façon dont les données numériques s’insèrent dans les négociations autour de la gouvernance des territoires. On retrouve ici des formes coopératives de résolution de conflits à l’aide du numérique. Dans leur texte, Marie Mellac et Jean-Christophe Diepart font état des résistances sociales rendues possibles quand ces données sont portées à la connaissance des publics concernés (habitants) dans le cadre de conflits fonciers liés à la non-reconnaissance des communs par les pouvoirs publics cambodgiens. Il peut s’agir aussi de comprendre, sur un registre moins fondé sur la confrontation que sur celui de l’adhésion, la façon dont ces données permettent d’engager un processus participatif des habitants à la transformation des territoires tout en n’étant pas dupe sur l’existence de stratégies de maitrise de la participation numérique des citoyens par des acteurs qui initient des projets urbains (Gwendoline L’her, Myriam Servières, Daniel Siret). Un troisième texte aborde en franchise (parole d’acteurs) une question assez centrale sur les communs, celle de l’alimentation (Myriam Bouré). Au travers d’une plateforme numérique de gestion collective et démocratique de la ressource vivrière (Open Food Network), l’auteur montre comment les « communs numériques » se mettent au service des « communs alimentaires », même si le risque de détournement du système est réel (risque d’enclosure). Enfin un autre texte en provenance d’acteurs investis dans le bourgeonnement des communs à Brest (Michel Briand et Bernard Brunet) illustre les avancées mais aussi les difficultés d’un projet municipal de mise en œuvre d’une gouvernance contributive. Ce retour d’expérience met en exergue la difficulté pour une municipalité d’établir des partenariats public-communs, et d’une certaine façon de « construction » d’un commun par l’action publique locale. Les communs installés par le politique restent également très fragiles et ne donnent pas toujours les résultats escomptés.

5De ces trois grandes familles de propositions ressort un dénominateur commun. Les publics qui composent ces communs au contact du numérique disposent de grandes compétences citadines, une vraie appétence pour le changement de la ville et surtout une forte volonté de travailler en communs. Ceci ne suffit toutefois pas à garantir la pérennité des démarches. Entre les résolutions plus ou moins sincères d’intégration des acteurs publics dans des dispositifs engagés sans eux ou dès le départ pilotés politiquement, les dissensions peuvent parfois se faire jour au sein des communs urbains, mettant à mal leur système de gouvernance. Confrontés à la nécessité d’évoluer, au même rythme ou presque, que la ressource numérique, les communs urbains, dont l’efficacité en terme de fabrique urbaine reste toute relative, sont à la fois confortés et fragilisés par le numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Le Crosnier et Philippe Vidal, « Entre fragilité et innovation sociale, les communs urbains à l’heure du numérique », Netcom, 31-1/2 | 2017, 05-08.

Référence électronique

Hervé Le Crosnier et Philippe Vidal, « Entre fragilité et innovation sociale, les communs urbains à l’heure du numérique », Netcom [En ligne], 31-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2595

Haut de page

Auteurs

Hervé Le Crosnier

Normandie université-Caen, C&F éditions.

Articles du même auteur

Philippe Vidal

Maître de conférences en Géographie et Aménagement, Université du Havre, 25 rue Philippe LEBON 76600 Le Havre, UMR IDEES/CIRTAI - CNRS 6228, philippe.vidal@univ-lehavre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals