Navigation – Plan du site

Le déploiement des réseaux communautaires sans fil (MESH)

De la nécessité de former à la médiation infrastructurelle
The deployment of community Wi-Fi networks: the need to train people to the infrastructural mediation
François Huguet
p. 33-52

Résumés

La notion de médiation infrastructurelle, entendue comme l’activité qui promeut et développe la production et la mise en valeur (par des communautés auto-organisées) d’infrastructures techniques citoyennes, semble aujourd’hui en mesure d’éclairer et d’orienter un certain nombre de pratiques urbaines techno-civiques qui se rapportent aux communs. Cet article précise ce concept et l’articule à celui d’agentivité, d’infrastructure inversée et de vulnérabilité sociotechnique. Il explore ses implications à travers l’analyse d’une technologie de réseau émergente (réseaux communautaires sans fil MESH Commotion), de ses actants et des pratiques communautaires qu’il met à jour dans la ville de Détroit (États-Unis).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

«  Pour réellement faire du monde un endroit meilleur, nous devons commencer à prêter attention aux différents outils qui émergent et apprendre à poser des questions difficiles sur la façon dont ils devraient être mis en service pour améliorer la vie des gens ordinaires.
Maintenant plus que jamais, nous avons besoin de ceux qui réfléchissent à la justice sociale pour comprendre la technologie et nous avons besoin que ceux qui comprennent la technologie s’intéressent à la justice sociale.  » (danah boyd, 2015)

  • 1 Cette abréviation désigne des réseaux informatiques communautaires sans fil. Ils consistent en des (...)

1Depuis 2011, la technologie MESH1, couplée à un ensemble très important de formations discursives relatives au printemps/réveil arabe et aux mouvements Occupy/indignés, éprouve des formes de micropolitiques technologiques tout à fait singulières (Huguet, 2016). À l’intérieur de celles-ci évoluent notamment les concepts d’agentivité, de pair-à-pair (Bauwens, 2015), de littératie et de médiation numérique mais également une critique importante de l’architecture actuelle d’Internet (Gentès & Huguet, 2012) ainsi que l’élaboration de sociabilités urbaines inédites qui se rapportent au mouvement des communs.

  • 2 Nous appelons « télématique » l’ensemble des services de nature (ou d’origine) informatique pouvant (...)

2MESH produit de surcroit, des explications sur les façons dont les actant·es d’une technologie de réseau télématique2 produisent des arts de faire, des valeurs, des projets politiques notamment celui d’une ouverture de la polis à la technê  (la production, la fabrication matérielle) ; c’est-à-dire d’une «  extension de la participation politique vers un domaine traditionnellement réservé aux ingénieurs  » (Proulx & Rueff, 2008, p. 226).

  • 3 Le terme de « MiniFM » a été utilisé pour la première fois au Japon en 1982, au moment où s’initiai (...)
  • 4 En utilisant les termes d’affects et d’affectations, nous faisons référence à la conception Guattar (...)
  • 5 Par le terme de « mise en commun », nous renvoyons à l’essai de clarification sociologique de Chris (...)

3De la même manière que Radio Tomate, 3615 ALTER en France (Prince & Videcoq, 2005) ou le mouvement des MiniFM né au Japon au début des années 19803, certains déploiements de réseaux communautaires sans fil s’avèrent à même, de contribuer à l’évolution des paradigmes à travers lesquels nous pensons les NTIC et les différentes formes de médiations, « d’affects » et « d’affectations » qu’elles créent4. Ils semblent également capables de nous renseigner sur de possibles transformations urbaines, sur certains types d’innovations sociales et sur les infrastructures numériques lorsqu’elles sont «  inversées  » (Egyedi & Mehos, 2012) et mises en commun5.

4Cet article cherche à comprendre ce qui se joue de politique dans l’installation d’une infrastructure réseau de ce type. Il vise à analyser comment la notion de médiation infrastructurelle redéfinit l’articulation entre communs (Laval, 2016), « médiactivismes » (Cardon & Granjon, 2013) et infrastructures.

5Pour éclairer la question des effets produits par les réseaux MESH et leurs rôles dans le renouvellement des communs urbains, mais aussi pour apporter des éléments de réflexion sur la façon dont ils sont en mesure de produire des sociabilités nouvelles, nous montrerons dans une première partie en quoi ils peuvent être considérés comme des démonstrateurs de gouvernances sociotechniques alternatives. Dans un second temps, à partir de l’exemple du déploiement de réseaux MESH dans la ville de Détroit, nous focaliserons notre attention sur la médiation humaine qui accompagne cette médiation technique. Nous regarderons de quelle manière elle s’instaure afin de montrer la place cruciale qu’elle occupe dans un mouvement de réappropriation de l’espace public, de projection d’une nouvelle conception des communs et des technologies qui le peuplent. Nous discuterons et approfondirons cette conception dans un troisième et dernier temps.

Inverser les infrastructures : contexte(s) civique(s) et politique(s)

6La notion d’«  infrastructure inversée  » (Egyedi & Mehos, op.cit. p. 1) correspond à des réseaux ascendants d’auto-organisation conduits par les usager·ère·s. Ces derniers ne sont pas contrôlés de manière centralisée ou de manière descendante par des gouvernements ou des industriels comme l’ont été, par exemple et pendant des décennies, les réseaux télécoms, les réseaux ferrés et les réseaux électriques. Au lieu de cela, ils sont développées et conduits par des citoyen·ne·s ou par de petites entreprises qui parviennent à les multiplier et à les inscrire dans des échelles plus larges voire même jusqu’à en faire des infrastructures globales. Les meilleurs exemples sont Wikipédia, les réseaux locaux de production et de distribution d’électricité photovoltaïque et les réseaux communautaires sans fil (RCSF) – MESH (cf. figure 1).

Figure 1 : Exemple de flyer utilisé dans l’une des phases du déploiement du logiciel Commotion (Planning – Get the word out – flyer design)

Figure 1 : Exemple de flyer utilisé dans l’une des phases du déploiement du logiciel Commotion (Planning – Get the word out – flyer design)

Source : <https://communitytechnology.github.io/​docs/​cck/​planning/​get-word-out-flyer-design/​>.
Crédits : Open Technology Institute, New America ; The Work Department ; Allied Media Projects Detroit ; Community Technology Project - CC BY-SA 4.0.

  • 6 Sur ce point voir notamment Sandvig (2004), Powell (2008a ; 2008b et 2011), Verhaegh (2010) et Verh (...)

7Le principe de réseautage maillé (MESH) n’est pas chose nouvelle pour qui s’intéresse aux progrès technologiques en termes de réseaux numériques6. En 2002, Howard Rheingold dans son ouvrage Smart Mobs décrivait des formes d’organisations sociales qui mettaient au point des infrastructures télématiques sans fil gérées collectivement. Il mentionnait notamment l’un des tout premiers RCSF, PlayaNet, implanté à San Francisco, qui couvrait certains quartiers de la ville avec des antennes Wi-Fi directionnelles longue distance pouvant être réalisées «  avec des paquets en métal de chips Pringles.  » (ibid., p. 185-186).

8Le protocole MESH correspond à une technologie de télécommunication originellement développée dans l’armée américaine (dans les années 1990). C’est, en effet, dans le cadre d’un contrat pour la DARPA (Defense Advanced Research Project Agency) qu’a été mis au point ce modèle de réseau sans fil extensible. L’idée originelle était de parachuter au milieu de nulle part 2000 à 3000 soldats et de pouvoir constituer immédiatement entre eux un réseau pair-à-pair. MESH devait répondre aux contraintes du champ de bataille : autonomie, largeur de bande confortable, compatibilité avec le protocole IP, support de la voix et de la vidéo, repérage automatique des points du réseau sans avoir recours au satellite. MESH est donc un réseau sans fil utilisant la fréquence Wi-Fi, constitué de routeurs successifs. Chaque nœud du réseau (une MESH box, un ordinateur, une antenne, un téléphone, un routeur, etc.) relaie les données  ; le signal se propage de proche en proche, sans fil, et finit par atteindre sa destination finale. Une architecture MESH permet donc de mélanger des matériels hétérogènes et ouvre l’espace des contenus, en «  maillant  » un nombre considérable de contributeurs.

  • 7 Sur ce point, voir Eudes (2011) ; Glanz & Markoff (2011). Remarquons aussi que les manifestations H (...)

9Jusqu’en 2011, ce protocole avait du mal à trouver une place du moins à démontrer son intérêt technique face à des normes de réseaux télécoms dominantes (et top down) comme le GSM et à une volonté forte de la part des opérateurs télécoms à dominer le marché de la téléphonie mobile en installant le plus de relais possible, à étendre leurs couvertures et à faire transiter toute la masse des échanges de données sur leurs infrastructures réseaux. Mais la «  coupure  » de ces relais par des autorités publiques autoritaires durant le printemps arabe a, entre autres, fait bouger l’appréhension grand public de la technologie décentralisée sans fil (bottom-up) qu’est MESH, du moins les récits médiatiques que l’on portait à son encontre (Huguet, op.cit.)7.

Figure 2 : Illustration présente sur le site internet de Commotion (introduction to commotion brand guidelines)

Figure 2 : Illustration présente sur le site internet de Commotion (introduction to commotion brand guidelines)

Source : <https://commotionwireless.net/​>.
Crédits : Open Technology Institute, New America ; The Work Department ; CC BY-SA 4.0.

  • 8 Prenons ici l’exemple de la décision prise par Hosni Moubarak, président égyptien (1981-2011), de « (...)
  • 9 Censure télécom « forçant » les citoyen·ne·s à aller voir d’eux-mêmes ce qui se passait dans la rue (...)

10Couplée à la fois à une censure étatique souhaitant limiter l’internet mobile de manifestant·es rassemblé·es sur des places publiques8, à une situation de «  crise  » politique généralisée (Gonzalez-Quijano, 2012), à une utilisation massive d’appareils de communication portables (Gerbaudo, 2012) et à des efforts portés par la diplomatie américaine pour favoriser le développement de technologies de « contournement » (Wilson & Corey, 2012 ; figures 2 et 3) ; MESH s’est constitué, à la faveur de ces événements sociopolitiques, comme un démonstrateur d’une technologie de communication mobile à la fois civique, participative et alternative (et comme un agencement sociotechnique particulièrement pertinent pour qui veut interroger la manière dont les NTICs influent sur les mouvements protestataires). Son potentiel disruptif qui fait reposer la permanence et l’efficacité de réseau sur la participation des usager·ère·s à l’infrastructure s’est révélé à ce moment-là, dans ce contexte sociotechnique particulier9.

  • 10 Notion qui renvoie au « pouvoir d’agir » de chaque individu dans ses trois dimensions : « le pouvoi (...)

11Ce moment particulier a également vu, comme le remarque Serge Proulx (2015), un nombre important de citoyen.ne.s exprimer un désir d’émancipation (ou d’empowerment10) par l’usage de technologies, «  c’est-à-dire le souhait que ces usages puissent faciliter ou rendre plus visible une capacité d’agir de personnes humaines se percevant en situation de domination sociale, d’exploitation économique et/ou de dépossession technologique  » (p. 68).

Figure 3 : Photo illustrative de l’article du New York Times « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors » publié le 12 juin 2011 (<http://www.nytimes.com/​2011/​06/​12/​world/​12internet.html>) sur laquelle figurent les éléments principaux pour déployer un réseau MESH (antennes courte et longue portée, modem, smartphone, etc.)

Figure 3 : Photo illustrative de l’article du New York Times « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors » publié le 12 juin 2011 (<http://www.nytimes.com/​2011/​06/​12/​world/​12internet.html>) sur laquelle figurent les éléments principaux pour déployer un réseau MESH (antennes courte et longue portée, modem, smartphone, etc.)

« A case filled with enough equipment to set up an autonomous, metropolitan WiFi network. The New America Foundation, a nonpartisan research group, is developing a portable, WiFi-based network that could be carried into contested regions and allow dissident groups to set up networks independent of a government-controlled network ».

Scott Andrews / The New York Times - 2011.

  • 11 Sur ce point, nous remarquons également que les efforts géopolitiques américains en vue du développ (...)

12La période printemps/réveil arabe/indigné.e.s/Occupy ouverte en 2011 a réussi à mettre en exergue le fait que les réseaux sociaux numériques (quelles que soient leurs typologies de routage ou leurs formes infrastructurelles) permettent la circulation d’informations critiques à l’égard de pouvoirs centraux, que se territorialisent des événements locaux et que se cristallisent des subjectivités cherchant à agir (en créant notamment, des médias locaux). Ils ont, de fait, participé en tant que structures d’information et de communication, à la construction de l’indignation et à la convergence du sens en ligne («  formation du consensus  »), mais aussi à la constitution d’un potentiel de mobilisation et d’activation de la révolte («  mobilisation pour l’action  » [Cardon & Granjon, 2013]). Mais s’il est indéniable que ces réseaux pris de manière globale ont joué un rôle non négligeable dans la séquence printemps/réveil arabe/indigné.e.s/Occupy, il serait toutefois abusif de considérer l’action collective comme la conséquence directe de ces répertoires d’actions numériques11.

  • 12 Pour Vinciane Despret (2015), une matrice narrative correspond à la création d’un espace dans leque (...)
  • 13 <https://commotionwireless.net>
  • 14 Sur ce point, voir Cardon & Granjon, 2013, p. 110-114.
  • 15 Pour Valérie Peugeot (2013, p. 77), les communs correspondent à « des pratiques de partage, de co-c (...)

13Ce qui s’est aussi joué à ce moment-là, selon notre point de vue, correspond surtout à la naissance de matrices narratives12 (Despret, 2015) originales qui, alimentées par les événements sociopolitiques susmentionnés, ont entre autres permis à MESH, à la figure des hackers-makers, à celle des civic-tech mais aussi à des pratiques d’éducation aux technologies bottom-up d’émerger véritablement aux yeux du grand public. Au sein de ces matrices narratives composées de milliers de textes, d’images et de discours, et afin d’éclaircir les rôles politiques de MESH, nous avons suivi au sein d’un parcours ethnographique de plus de cinq ans (2011-2016), les trajectoires et les différentes «  versions  » (Law & Singleton, 2005) d’un logiciel MESH open source nommé Commotion13. Codé aux États-Unis par des personnes venant en grande partie du mouvement Indymedia14, issu du think tank non-partisan New America Foundation, financé entre autres par le département d’État (à travers la doctrine-programme 21st century statecraft) ; Commotion, n’est pas destiné uniquement à des contextes de crises (politiques, naturelles, etc.). Pour ses créateur·rice·s il représente surtout une opportunité unique de repenser à la fois le rapport aux technologies, mais également aux médias, à la médiation, aux communs15 et au (bien) vivre ensemble.

14Déployé à Détroit, ville américaine ayant subi de plein fouet la crise des subprimes américains en 2008 (Sugrue, 2005 ; Kurashige & Lee Boggs, 2011 ; Paddeu, 2012), ce projet de logiciel - boite à outils correspond à une tentative de fabrication d’écosystèmes technologiques urbains inversés. Dans ce contexte précis, il est, selon nous, l’occasion de créer à la fois une forme de technologie (im)matérielle d’information et de communication (le RCSF MESH à l’intérieur de la ville) et d’autre part une technologie intellectuelle susceptible d’organiser une structure éducationnelle labile dont la principale force viendrait de l’expression de la communauté (les formations d’usager·ère·s au réseau MESH Digital Stewards voir infra, l’usage du MESH en soi).

15S’inscrivant directement dans le concept d’infrastructure inversée, déployé au sein d’une ville en crise dont les infrastructures sont affaiblies depuis de nombreuses années (Popelard, 2009), Commotion a fait émerger une forme sociotechnique encore peu reconnue : une infrastructure de télécommunication sans fil participative souhaitant assurer, dans la communication et la vie sociale, l’articulation du sujet et de sa singularité et la dimension collective de la sociabilité, de l’éducation permanente et du lien social.

Figure 4 : Formation de Digital Stewards à Détroit

Figure 4 : Formation de Digital Stewards à Détroit

Source: Model D Media <http://www.modeldmedia.com/​features/​16yrsofAMP061714.aspx>.
Crédits : Marvin Shaouni, 2014.

16Entre 2013 et 2015, après avoir enquêté sur les créateur·rice·s et les conditions de naissance du logiciel Commotion, nous avons suivi sur place et à distance les stratégies de formation à la médiation infrastructurelle dans la ville de Détroit (cf. figures 4, 5, 6, 7, 8). À travers une analyse de tous leurs supports de formation et d’une ethnographie de plusieurs mois (observation participante lors des formations de Digital Stewards, stage au sein de la structure Allied Media Projects, entretiens avec divers acteurs associatifs/militants de la ville, etc.) de rencontres à Détroit et en Europe avec les bénéficiaires des formations, leurs formateur·rice·s, les acteurs associatifs de la ville, celles et ceux de formations similaires dans le quartier de RedHook à Brooklyn, nous avons pu analyser les stratégies de divers individus qui, tout en cherchant à développer ce que nous appelons la médiation infrastructurelle (activité qui promeut et développe la production et la mise en valeur par une communauté autonome d’infrastructures techniques citoyennes de télécommunication), interrogent également la question de la littératie numérique, de l’accès à internet, du bien public d’une manière particulière.

Figure 5 : Pose d’antennes (pico-stations) MESH à Détroit lors des formations de Digital Stewards

Figure 5 : Pose d’antennes (pico-stations) MESH à Détroit lors des formations de Digital Stewards

Source: Model D Media <http://www.modeldmedia.com/​features/​16yrsofAMP061714.aspx>.
Crédits : Marvin Shaouni, 2014.

Former des publics : recoudre avec du sans fil

17Commotion est l’élément principal des formations des Detroit Digital Stewards16 (cf. figures 4, 5, 6, 7, 8). Ces dernières consistent en un accompagnement de plus de six mois de médiateur·rice·s-régisseur·euse·s socionumériques volontaires, qui s’engagent à suivre des cours bi-hebdomadaires et à mettre au point un projet de revitalisation socio-économique de leurs quartiers en y installant un RCSF MESH mais aussi et surtout une dynamique d’adhésion à celui-ci (très souvent, unique alternative permettant d’accéder à internet dans des quartiers défavorisés en «  zones blanches  » urbaines17).

Figure 6 : Configuration du logiciel Commotion et du réseau d’antennes MESH lors des formations de Digital Stewards

Figure 6 : Configuration du logiciel Commotion et du réseau d’antennes MESH lors des formations de Digital Stewards

Source: Model D Media <http://www.modeldmedia.com/​features/​16yrsofAMP061714.aspx>.
Crédits: Marvin Shaouni, 2014.

18Pour intégrer cette formation gratuite (soutenue financièrement par la New America Foundation), ils/elles doivent présenter un pré-projet visant à réduire la fracture numérique, qui sera approfondi et appuyé par l’expertise de divers intervenants. Les modules d’enseignements sont encadrés par Allied Media Projects18, une Community Based Organization qui s’interroge notamment sur l’articulation entre justice sociale, Community Organizing, littératie numérique et luttes intersectionnelles19.

19Pour les responsables de ces formations, avec qui nous avons travaillé plusieurs mois, créer un réseau communautaire sans fil en utilisant le logiciel Commotion, apparaît comme un prétexte pour engager des individus vers des formes d’interpellation et d’actions techniques, civiques et sociopolitiques qui concernent les infrastructures de leurs quartiers et les services publics plutôt défaillants. On peut également voir dans le développement de ces dispositifs sociotechniques un type de pratique civique alternative au service d’une sorte de résilience urbaine (Paddeu, op.cit.) et du développement d’un commun d’un nouveau genre (infrastructurel).

Figure 7 : Pose d’antennes (pico station) MESH à Détroit lors des formations de Stewards

Figure 7 : Pose d’antennes (pico station) MESH à Détroit lors des formations de Stewards

Source : Model D Media <http://www.modeldmedia.com/​features/​16yrsofAMP061714.aspx>.
Crédits : Marvin Shaouni, 2014.

20En effet, conjugués aux autres innovations sociales et/ou pratiques alternatives de la ville de Détroit (agriculture urbaine, ressourceries, coopérativisme multi secteurs, déconstruction de maisons abandonnées et récupération/recyclage de matériaux, tiers-lieux organisant trocs, échanges de services, coopérations, etc.) ces projets d’infrastructures inversées et de participation/formation de citoyen·ne·s deviennent des moyens de «  cicatrisation  » citadine, des réponses au vide laissé par la municipalité en faillite et autant d’opportunités pour les organisations communautaires à but non lucratif de tester des modèles urbains alternatifs (Kurashige & Lee Boggs, op. cit. ; Gallagher, 2010, 2013).

21De la crise urbaine de Détroit, de ces médiations sociotechniques nouvelles qui s’incarnent dans les RCSF MESH et dans les rôles de ces Digital Stewards devrait pouvoir émerger, selon nos enquêté·e·s, un nouveau rapport à la ville  ; une résilience à la fois civique et technologique qui refondrait la citadinité de Détroit, réparerait la fracture digitale et poserait les premières pierres d’une cité plus coopérative où participation, capacité(s) et engagement des citoyen·ne·s seraient plus importants (cf. figure 1).

  • 20 Qui ne renvoie, comme le montre Laval (op. cit.) « ni exclusivement ni principalement à des apparte (...)

22Malgré le fait que ces technologies ne fonctionnent pas toujours très bien (et sont très souvent, peu concurrentielles d’offres de FAI triple play), on peut constater qu’elles viennent s’inscrire en plein dans la logique des communs qui reposent sur le principe d’inclusion des usager·ère·s. À Détroit, ces RCSF MESH, en se substituant à un accès classique à Internet (via un opérateur télécom privé) sont à la fois une infrastructure télécom mais aussi une démarche «  médiologique  » (Debray, 1994) qui entend surmonter l’opposition habituelle entre technique et culture et former une nouvelle forme de public. Pour Debray (ibid. p. 29), dans médiologie, «  “médio“ ne dit pas média ni médium mais médiations, soit l’ensemble dynamique des procédures et corps intermédiaires qui s’interposent entre une production de signes et une production d’événements  ». C’est pour cette raison que nous employons le terme de médiation infrastructurelle, pour renvoyer à cette activité, à cette dynamique civique qui promeut la continuité de nos infrastructures, leur maintenance et leur amélioration par des individus qui fabriquent, ensemble, un commun20 et une culture technique inédite.

23Dans ce contexte, participer à ce commun, c’est expérimenter l’auto-organisation, c’est mettre en pratique sa responsabilité citoyenne dans une ville. Pour décrire des formes de publics similaires (bien que s’appuyant sur l’étude des créateur·rice·s de logiciels libres qui ne s’incarnent pas sur un territoire), Christopher Kelty a avancé en 2005 la notion de «  public récursif  » (recursive publics). Cette notion correspond selon lui à «  un public véritablement préoccupé par les moyens matériels, techniques, pratiques, légaux et juridiques relatifs à sa propre existence en tant que public  ; un collectif indépendant d’autres formes de pouvoirs capable de parler à des formes existantes de pouvoirs à travers la production de pratiques, de lieux et d’objets alternatifs qui existent réellement. Le logiciel libre est un exemple de ce concept  ».

  • 21 Sur ce point, voir les travaux de la FFDN, fédération des Fournisseurs d’Accès à Internet associati (...)

24À Détroit, les réseaux MESH, plus que de simples FAI alternatifs21, visent à former des publics récursifs mais aussi à mettre l’accent sur les infrastructures, sur les choses existantes, sur la centralité absolue de la médiation qui permet au monde de continuer à fonctionner. Ce faisant, ils pointent aussi la face cachée d’objets ordinaires comme un simple accès à internet et mettent en lumière le travail humain à l’œuvre dans ces technologies et les infrastructures qui les supportent. Ils mettent également l’accent sur l’éducation, la maintenance, la vulnérabilité sociotechnique et permettent de dévoiler une forme particulière d’innovation sociale.

Figure 8 : Pose d’une antenne MESH à Détroit lors des formations de Digital Stewards

Figure 8 : Pose d’une antenne MESH à Détroit lors des formations de Digital Stewards

Source: Allied Media Project <https://www.alliedmedia.org/​dctp/​eii>.
North End Woodward Community Coalition (<
https://www.northendwoodward.org/​>), 2017.

25Selon notre point de vue, mettre en exergue des notions telles que la médiation, la maintenance, la coopération, l’entretien et la formation permet de mieux adresser la question de ce que nous voulons vraiment faire des technologies. Comment s’éloigner de l’innovation pour l’innovation  ? Dans quelle société voulons-nous vraiment vivre et de quoi voulons-nous nous soucier  ? Comment penser des échelles de développement de projets NTICs citoyens efficaces localement  ?

26Des réponses à ces questions peuvent être trouvées dans le développement d’initiatives visant à former des «  publics récursifs  » (ibid.) mais également dans les Maintenance & Repairs studies qui depuis de nombreuses années s’intéressent aux «  innombrables opérations qui font le quotidien des objets des plus simples aux plus complexes et qui assurent concrètement les conditions de leur fonctionnement et de la permanence même de leur existence  » (Denis & Pontille, 2015, p. 8).

27Pour Denis & Pontille (ibid.), l’invisibilité de la maintenance pose la question du coût d’un monde focalisé sur la consommation et l’innovation. En ce sens, prendre soin des infrastructures et des objets nous demande de «  changer notre approche de la vulnérabilité du monde matériel, non plus comme quelque chose que l’on doit éviter, rejeter ou réparer, mais comme quelque chose que nous devons penser de manière responsable  » (p.19).

Quels principes politiques pour quels territoires ?

28Former à ce que nous appelons la médiation infrastructurelle correspond donc aussi à une autre manière d’aborder la vulnérabilité sociotechnique et la réappropriation de nos conditions de vie, aujourd’hui soumises en grande partie à nos usages des technologies numériques. Dans la ville de Détroit, instaurer un réseau MESH est une façon d’inciter des personnes à interpeller le pouvoir politique à travers la production d’un commun d’un genre nouveau.

29Ce commun infrastructurel urbain que les Digital Stewards de Détroit nomment «  community technology project  » démystifie en un sens les narrations des technologies numériques actuelles qui gravitent autour des termes «  disruption  », de «  révolution  », etc. Il propose une technologie numérique civique qui se préoccupe, comme le rappelle danah boyd dans la citation qui ouvre cet article, de la justice sociale. Il n’est pas une fin en soi, une civic tech parachutée censée résoudre des problèmes de par ses caractéristiques intrinsèques, il est une occasion unique de construire un écosystème digital sain sur une échelle de temps et d’espace cohérente.

30Cette construction, opérée on l’a vu tout au long de texte, sur un niveau infrastructurel, passe par une forme d’inversion qui n’est pas sans rappeler la manière qu’avait Félix Guattari d’envisager les agencements «  post-média  », c’est-à-dire des réseaux de proximité décentralisés reposant sur des NTICs et sur des « agencements subjectifs créatifs » (Prince & Videcoq, op. cit.). Elle se rapproche également de la présentation que fait Laval (op. cit.) du commoning actuel (notamment informationnel) à savoir une « réinterprétation de la communauté regardée comme institution et non plus comme donnée préalable, qui se construit à partir de certaines pratiques de mise en commun ». La mise en place de réseaux MESH et les médiations infrastructurelles qui s’en suivent permettent, selon nous, une véritable création symbolique et politique, « une réinterprétation des communs traditionnels, non plus considérés comme des pratiques immobiles enserrées dans des structures closes, mais comme des modes de co-production à la fois justes, efficaces et démocratiques » (ibid.).

31Et il ne s’agit pas là d’un projet fondamentalement nouveau mais bien d’une réactualisation/réinterprétation de principes politiques énoncés auparavant. En 1865, Pierre-Joseph Proudhon parlait, par exemple, de faire ensemble, de la mutualité comme principe censé déboucher sur la « démocratie industrielle » et de coopération comme alternative à la propriété et à la concurrence.

32Le principe politique de ces communs infrastructurels que sont les réseaux MESH nous oblige à dépasser le cadre simple de l’association voire de la coopération. Mis en place via les stratégies de médiation infrastructurelle que nous avons vues précédemment et que l’on pourrait également nommer, à la suite de Dardot & Laval (2014) de praxis instituante, le commun urbain MESH renoue avec une politique qui articule le local au global, la micro-institution et la macro-institution sociale. Il modifie à toutes les échelles « le rapport de pouvoir entre les individus au sein d’une société regardée sous l’angle des activités qui la produisent » (Laval, op. cit.). Il offre également un prisme original pour approfondir en quoi une « situation problème » (Jambes, 2011), que nous appelons crise, « peut parfois renforcer les liens entre espace et sociétés locales pour forger des organisations de proximités sociales plus solides » (ibid.), créer de nouvelles ressources territoriales et de nouveaux leviers de développement local. C’est en effet parce que c’était difficile voire impossible que des acteurs locaux de Détroit ont décidé d’agir et de construire ensemble des infrastructures inversées permettant d’avoir accès à internet, qui bien que quantitativement modestes, possèdent un niveau de créativité capable de jouer un rôle d’entraînement. Ce rôle nous ramène à celui des « défricheurs des terroirs numériques français » analysés par Jambes en 2011 qui, chacun à leur façon, inversaient les logiques qui présidaient aux chantiers infrastructurels français en travaillant d’abord « le réseau domestique, celui de la maison, de l’appartement, de la copropriété, pour permettre de mieux exploiter ensuite, au service des habitants, les potentialités des réseaux numériques » (ibid.). Ce faisant, ces derniers, tout comme les Digital Stewards de Détroit, structurent des écosystèmes et des cultures numériques davantage organisés autour des services et des attentes des usager·ère·s et montrent de « quelles manières certains territoires ruraux tentent d’inventer, dans la proximité et dans des formes de travail réticulaire sur projets, une grammaire alternative aux temps encore bien imparfaits de la construction de l’aménagement du territoire national » (ibid.).

Conclusion

33À l’heure où la question de l’aménagement numérique du territoire est très prégnante et où celle des communs revient travailler activistes et chercheur·e·s, il nous semble important de souligner que ces « pratiques de partage, de co-construction de ressources et d’échanges en pair-à-pair qui s’appuient sur des communautés auto-organisées, qui font le choix de gérer ces ressources sans les soumettre à des droits de propriété » (Peugeot, op. cit.) voient le jour par un travail de médiation. À travers l’exemple de la médiation infrastructurelle à l’œuvre dans l’établissement de réseaux MESH à Détroit, cet article cherche à montrer, que c’est ce travail qui assure véritablement de nouvelles pratiques territoriales et un nouveau rapport entres individus au sein d’une société. La participation citoyenne, la création d’infrastructures inversées, l’avènement d’une culture de la maintenance, passent tou·te·s par cette logique, cette activité souvent invisible mais pourtant fondamentale. L’étude qualitative de la médiation infrastructurelle qui a lieu lors de déploiements de réseaux communautaires sans fil MESH, contribue à mieux comprendre les nouveaux communs urbains et nous permet d’affirmer que les actions de médiations sont tout à fait fondamentales et indispensables à l’établissement de communs fonctionnels, de « territoires apprenants » (Jambes, 2001) et de citoyen·ne·s plus à même « d’appréhender la complexité des questions à résoudre [dans la cité] en étant capable d’apprendre davantage de [leurs] action[s] et de celles des autres » (Jambes, 2011).

34Reste que c’est bien la crise dans toutes les dimensions qu’elle possède qui fait en sorte que ces ressources locales, ces inversions infrastructurelles en commun apparaissent. Mais exister face aux logiques descendantes d’opérateurs télécoms très puissants ou même à celles des politiques nationales numériques (en France et en 2017, le plan Très Haut Débit en est un très bon exemple) qui promeuvent depuis de nombreuses années des procédures aménagistes infrastructurelles Top-down est chose complexe. Ces tentatives d’infrastructures inversées, qu’elles viennent de Détroit ou d’ailleurs sont pourtant indispensables car elles « confirment la nécessité de revoir, ou tout au moins de diversifier, les objectifs qui président à la construction des politiques nationales d’aménagement numérique » (ibid.). Elles nous permettent d’affirmer l’impérieuse nécessité de former à la médiation infrastructurelle afin de créer de la valeur, de l’emploi au sein de tous les territoires et de placer au centre des préoccupations politiques l’individu, ses besoins et ses aspirations, et de s’appuyer sur la croissance et le partage.

Haut de page

Bibliographie

BACQUÉ M.-H., BIEWENIER C. (2013), L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris : La Découverte, 175 p.

BAUWENS M. (2015), Sauver le monde. Vers une économie post-capitaliste avec le peer-to-peer, Paris : Les liens qui libèrent, 267 p.

BOYD D. (2015), « What World Are We Building ? », Everett C Parker Lecture, Washington D.C., 20 octobre 2015.

CARDON D., GRANJON F. (2013 [2011]), Médiactivistes, Paris : Presses de Sciences Po, 152 p.

DARDOT P., LAVAL C. (2014), Commun, Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris : La Découverte, 400 p.

DESPRET V. (2015), Au bonheur des morts. Récits de ceux qui restent, Paris : La Découverte, Les Empêcheurs de penser en rond, 232 p.

DEBRAY R. (1994), Manifeste médiologique, Paris : Gallimard, 240 p.

DENIS J., PONTILLE D. (2015), « Material Ordering and the Care of Things », Science, Technology, & Human Values, vol. 40 (3), pp. 338–367.

EGYEDI T., MEHOS D. (2012), Inverse infrastructures, Disrupting Networks from Below, Northampton : Edward Elgar, 336 p.

EUDES Y. (2011), « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle », Le Monde, en ligne : <http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/08/30/commotion-le-projet-d-un-internet-hors-de-tout-controle_1565282_651865.html>.

GENTÈS A., HUGUET F. (2012), « Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média », in Réseaux sociaux. Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux (éd. Stiegler, B.), Paris : IRI – FYP, 240 p.

GERBAUDO P. (2012), Tweets and the Streets, Social Media and Contemporary Activism, Londres : Pluto Press, 194 p.

GALLAGHER J. (2013), Revolution Detroit, Strategies for urban reinvention, Detroit : Wayne State University Press, 193 p.

GALLAGHER J. (2010), Reimagining Detroit : Opportunities for redefining an american city, Détroit : Wayne State University Press, 192 p.

GLANZ J., MARKOFF J. (2011), « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors », The New York Times, en ligne: <http://www.nytimes.com/2011/06/12/world/12internet.html?_r=0>.

GONZALEZ-QUIJANO Y. (2012), Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Arles : Actes Sud/Sindbad, 192 p.

GUATTARI F. (1990), « Vers une ère post-média », Terminal, n° 51.

GUATTARI F. (1989), « La « grille » », Revue Chimères, n° 34.

HUGUET F. (2016), (Re)Coudre avec du sans fil, Enquête sur des pratiques de médiation infrastructurelle, thèse de doctorat, Paris : Telecom ParisTech, 360 p.

JAMBES J.-P. (2011), « Développement numérique des espaces ruraux », Netcom, 25-3/4, pp. 165-178.

JAMBES J.-P. (2001), Territoires apprenants. Esquisses pour le développement local du XXIe siècle, Paris : L’Harmattan, 254 p.

KELTY C. (2005), « Geeks, social imaginaries, and recursive publics », Cultural Anthropology, vol. 20, n. 2, pp. 185–214.

KOGAWA T. (1990), « Toward Polymorphous Radio », Polimorphous Space, en ligne : <http://anarchy.translocal.jp/non-japanese/radiorethink.html>.

KOGAWA T. (2008), « A Radioart Manifesto », Acoustic Space Journal, SPECTROPIA. Illuminating Investigations in the Electromagnetic Spectrum, vol. 7, pp. 128–135.

KURASHIGE S., LEE-BOGGS G. (2011), The next American Revolution, Sustainable activism for the twenty-first century, Berkeley : University of California Press, 224 p.

LAVAL C. (2016), « « Commun » et « communauté » : un essai de clarification sociologique », SociologieS, dossier Des communs au commun : un nouvel horizon sociologique ? en ligne : <http://sociologies.revues.org/5677>.

LAW J., SINGLETON V. (2005), « Objects Lessons », Organizations, vol. 12 (3), pp. 331-355.

MEURSAULT P. (2012), « Tetsuo Kogawa : une expérience radiophonique », Syntone.fr, en ligne : <http://syntone.fr/tetsuo-kogawa-une-experience-radiophonique-1-2/>.

PADDEU F. (2012), « Faire face à la crise économique à Détroit : les pratiques alternatives au service d’une résilience urbaine  ? », L’information géographique, n° 4, pp. 119-139.

PEUGEOT V. (2013), « Les Communs, une brèche politique à l’heure du numérique », in Les débats du numérique (éd. Carmes, M. & Noyer, J.-M.), Paris : Presses de l’École des Mines, p. 77-98.

POPELARD A. (2009), « Détroit, catastrophe du rêve », Hérodote revue de géographie et de géopolitique, La Découverte, n° 132.

POWELL A. (2011), « Metaphors, models and communicative spaces : designing local wireless infrastructure », Canadian Journal of Communication, vol. 36, n° 1.

POWELL A. (2008a), « Une innovation communautaire en milieu urbain, le cas d’Île sans fil », in : PROULX, S., COUTURE, S. & RUEFF, J. (dir.), L’action communautaire québécoise à l’ère du numérique, Québec : Presses de l’Université du Québec, 242 p.

POWELL A. (2008b), « WIFI PUBLICS, Producing community and technology », Information, Communication & Society, vol. 11, n° 8, pp. 1068–1088.

PRINCE B., VIDECOQ E. (2005), « Félix Guattari et les agencements post-média L’expérience de radio Tomate et du minitel Alter », Multitudes, vol. 2, n° 21, pp. 23-30.

PROUDHON P.-J. (1924 [1865]), De la Capacité politique des classes ouvrières, Paris : Éditions Marcel Rivière, 248 p.

PROULX S. (2015), « Usages participatifs des technologies et désir d’émancipation : une articulation fragile et paradoxale », Communiquer, Revue de communication sociale et publique, n° 13, pp. 67-77.

PROULX S., RUEFF J. (2008), « Une redéfinition du communautaire  ? », in : PROULX, S., COUTURE, S. & RUEFF, J. (dir.), L’action communautaire québécoise à l’ère du numérique, Québec : Presses de l’Université du Québec, 242 p.

RHEINGOLD H. (2002), Smart Mobs, The Next Social Revolution, New York : Perseus Book group, 288 p.

SANDVIG C. (2004), « An initial assesment on cooperative action in Wi-Fi networking », Telecommunications Policy, vol. 28, n° 7/8, pp. 579–602.

SUGRUE T. (1996), The origins of the urban crisis : race and inequality in postwar Detroit, Princeton : Princeton University Press, 416 p.

VERHAEGH S. (2010), How community innovation works a material-semiotic analysis of the wireless leiden wi-fi network, thèse de doctorat, Université de Twente, Enschede, 225 p.

VERHAEGH S., VAN OOST E. (2012), « Who Cares ? The Maintenance of a Wi-Fi Community Infrastructure », in : EGYEDI, T. & MEHOS, D. (dir.), Inverse infrastructures, Disrupting Networks from Below, Northampton : Edward Elgar, 336 p.

WILSON M. I., COREY K. E. (2012) « The role of ICT in Arab spring movements », Netcom, 26-3/4, pp. 343-356.

Haut de page

Notes

1 Cette abréviation désigne des réseaux informatiques communautaires sans fil. Ils consistent en des réseaux informatiques utilisant des technologies de type réseau local sans fil (Wi-Fi), pour construire des grappes de réseaux, de taille de plus en plus grande, à l’échelle de villes. Certains de ces réseaux sont utilisés pour être reliés à Internet, en particulier quand des individus possèdent et partagent des accès illimités par ADSL et/ou par câble-fibre, pour un coût fixe. Quand un tel accès est indisponible ou cher, les réseaux communautaires sans fil (RCSF) peuvent constituer une alternative partielle à faible coût (les seuls coûts supportés sont le matériel et son alimentation électrique).
Les termes de réseaux MESH, maillés, distribués-mobiles, décentralisés-mobiles, Wi-Fi ad hoc, réseaux sans fil communautaires, locaux, autonomes, etc. renvoient donc, dans la plupart des cas, au même type de technologie mais aussi et surtout, à la communauté d’individus qui le déploie.

2 Nous appelons « télématique » l’ensemble des services de nature (ou d’origine) informatique pouvant être fournis à travers un réseau de télécommunications.

3 Le terme de « MiniFM » a été utilisé pour la première fois au Japon en 1982, au moment où s’initiait un mouvement de stations radios FM utilisant des émetteurs à très basse puissance (mouvement lié à celui des radios libres françaises et plus précisément aux travaux de Félix Guattari sur les radios libres). Les micro-radios avaient, comparativement à tous les standards techniques habituels, des capacités d’amplification dérisoires. Bien qu’un signal aussi faible puisse sembler n’être d’aucune utilité pour faire de la radio au sens traditionnel, l’objectif n’était pas la diffusion large (broad-casting), mais la diffusion restreinte (narrow-casting) et la capacité à transformer la relation entre l’émetteur et le récepteur. Sur ce point, voir Kogawa (1990, 2008) et Meursault (2012) ; sur Guattari, les radios libres françaises et les agencements post-média, voir Prince & Videcoq (2005).

4 En utilisant les termes d’affects et d’affectations, nous faisons référence à la conception Guattarienne du post-média (1990), cet agencement de machine d’information et de communication capable d’articuler technique et affects dans de « nouveaux plis de subjectivation » et dans une « volonté permanente de voir coopérer des singularités avec une multiplicité de désirs et d’expressions » (Prince & Videcoq, 2005).

5 Par le terme de « mise en commun », nous renvoyons à l’essai de clarification sociologique de Christian Laval (2016) entre « commun » et « communauté ». Pour Laval, le(s) commun(s) correspond(ent) à un « ensemble de pratiques instituantes et d’institutions constituées répondant au principe selon lequel un groupe plus ou moins étendu s’engage dans une activité collective productrice de biens tangibles ou intangibles mis à la disposition des commoners ou d’une collectivité plus large, selon des règles démocratiques d’auto-organisation ».

6 Sur ce point voir notamment Sandvig (2004), Powell (2008a ; 2008b et 2011), Verhaegh (2010) et Verhaegh & van Oost (2012). Remarquons ici que la plupart des réseaux MESH sont plus enclins à se développer dans l’urbain dense que dans les zones de faible densité. Pourtant des initiatives telles que Rhizomatica (<https://www.rhizomatica.org>) au Mexique rural (région de Oaxaca) et Mesh Potato de Village Telco (<https://villagetelco.org/>) en Afrique du Sud, montrent que des territoires ruraux peuvent tout à fait s’emparer des potentialités de MESH.

7 Sur ce point, voir Eudes (2011) ; Glanz & Markoff (2011). Remarquons aussi que les manifestations Hongkongaises et Taiwanaises de 2014 (mouvement des parapluies/occupy central et mouvement des tournesols) et leur corrélation avec l’usage de l’appli MESH non open source Firechat (<http://firech.at/>) pourraient constituer, à elles seules, un cas d’étude pertinent. Ce point est abordé dans Huguet, 2016, p. 99-115.

8 Prenons ici l’exemple de la décision prise par Hosni Moubarak, président égyptien (1981-2011), de « couper » l’accès à Internet et donc aux réseaux de téléphonie mobile du 28 janvier au 4 février 2011 (<http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/africaandindianocean/egypt/8288163/How-Egypt-shut-down-the-internet.html>).

9 Censure télécom « forçant » les citoyen·ne·s à aller voir d’eux-mêmes ce qui se passait dans la rue, rassemblements de personnes en un même lieu qui « chorégraphient » (Gerbaudo, op.cit.) ainsi, de manière inédite, le mouvement politique et, enfin, influence géopolitique américaine en vue du développement de technologies de contournement (circumvention technologies).

10 Notion qui renvoie au « pouvoir d’agir » de chaque individu dans ses trois dimensions : « le pouvoir de », qui passe par un développement individuel d’habiletés et de compétences personnelles (développer la confiance en soi, l’estime de soi, le sentiment d’utilité, le sens critique, etc.) ; « le pouvoir avec », qui est cette fois‐ci collectif et repose sur la capacité à agir avec les autres, la solidarité, la constitution de force collective ; « le pouvoir sur », qui est le pouvoir politique, qui repose là aussi sur l’action collective pour agir sur son environnement, pour le transformer (Bacqué & Biewenier, 2013).

11 Sur ce point, nous remarquons également que les efforts géopolitiques américains en vue du développement de technologies de contournement (voir le schéma du Département d’État 21st Century Statecraft <https://uscpublicdiplomacy.org/blog/united-states-wages-21st-century-statecraft-part-ii-how-does-it-work>), révèlent des stratégies commerciales de conquêtes de marchés pour des grandes firmes américaines. Wilson & Corey (2012) citent d’ailleurs dans leur article les inquiétudes du militant tunisien Sami Ben Gharbia à ce propos.

12 Pour Vinciane Despret (2015), une matrice narrative correspond à la création d’un espace dans lequel des histoires ont la capacité de « nous faire bouger », (de) créer des sens possibles qui nous « entraînent ailleurs, nous déroutent ». Pour Despret, « former des matrices narratives, c’est assumer que chaque histoire en engage d’autres (et qu’elle est responsable de ces modes d’engagement) et les engage au double sens du terme. Non seulement chaque histoire en crée de nouvelles et s’implique dans les suites qu’elle contribue à produire, mais chacun de ces récits ainsi créés modifie rétroactivement la portée de ceux qui les précèdent, leur donne des forces, leur offre de nouvelles significations. » (p. 33).

13 <https://commotionwireless.net>

14 Sur ce point, voir Cardon & Granjon, 2013, p. 110-114.

15 Pour Valérie Peugeot (2013, p. 77), les communs correspondent à « des pratiques de partage, de co-construction de ressources et d’échanges en pair-à-pair qui s’appuient sur des communautés auto-organisées, qui font le choix de gérer ces ressources sans les soumettre à des droits de propriété ».

16 <https://www.alliedmedia.org/dctp/digitalstewards>

17 Sur ce point, voir le film II (réseau 48217) du webdocumentaire d’Hélène Bienvenu et Nora Mandray DIY manifesto <http://www.diy-manifesto.com/#film-two>.

18 <https://www.alliedmedia.org/>

19 Notion forgée par Kimberlé Crenshawn en 1991, l’intersectionnalité étudie les formes de domination et de discrimination non pas séparément, mais dans les liens qui se nouent entre elles, en partant du principe que le racisme, le sexisme, l’homophobie ou encore les rapports de domination entre catégories sociales ne peuvent pas être entièrement expliqués s’ils sont étudiés séparément les uns des autres.

20 Qui ne renvoie, comme le montre Laval (op. cit.) « ni exclusivement ni principalement à des appartenances communautaires premières mais à une volonté et à une capacité d’agir ensemble qui ont comme effet la constitution d’une communauté d’action ou de production ».

21 Sur ce point, voir les travaux de la FFDN, fédération des Fournisseurs d’Accès à Internet associatifs français « se reconnaissant dans des valeurs communes : bénévolat, solidarité, fonctionnement démocratique et à but non lucratif ; défense et promotion de la neutralité du Net » : <http://www.ffdn.org/fr>.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Exemple de flyer utilisé dans l’une des phases du déploiement du logiciel Commotion (Planning – Get the word out – flyer design)
Crédits Source : <https://communitytechnology.github.io/​docs/​cck/​planning/​get-word-out-flyer-design/​>. Crédits : Open Technology Institute, New America ; The Work Department ; Allied Media Projects Detroit ; Community Technology Project - CC BY-SA 4.0.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 2 : Illustration présente sur le site internet de Commotion (introduction to commotion brand guidelines)
Crédits Source : <https://commotionwireless.net/​>. Crédits : Open Technology Institute, New America ; The Work Department ; CC BY-SA 4.0.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2612/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 3 : Photo illustrative de l’article du New York Times « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors » publié le 12 juin 2011 (<http://www.nytimes.com/​2011/​06/​12/​world/​12internet.html>) sur laquelle figurent les éléments principaux pour déployer un réseau MESH (antennes courte et longue portée, modem, smartphone, etc.)
Légende « A case filled with enough equipment to set up an autonomous, metropolitan WiFi network. The New America Foundation, a nonpartisan research group, is developing a portable, WiFi-based network that could be carried into contested regions and allow dissident groups to set up networks independent of a government-controlled network ».
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2612/img-3.png
Fichier image/png, 131k
Titre Figure 4 : Formation de Digital Stewards à Détroit
Crédits Source: Model D Media <http://www.modeldmedia.com/​features/​16yrsofAMP061714.aspx>.Crédits : Marvin Shaouni, 2014.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2612/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 5 : Pose d’antennes (pico-stations) MESH à Détroit lors des formations de Digital Stewards
Crédits Source: Model D Media <http://www.modeldmedia.com/​features/​16yrsofAMP061714.aspx>. Crédits : Marvin Shaouni, 2014.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2612/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 6 : Configuration du logiciel Commotion et du réseau d’antennes MESH lors des formations de Digital Stewards
Crédits Source: Model D Media <http://www.modeldmedia.com/​features/​16yrsofAMP061714.aspx>.Crédits: Marvin Shaouni, 2014.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2612/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 7 : Pose d’antennes (pico station) MESH à Détroit lors des formations de Stewards
Crédits Source : Model D Media <http://www.modeldmedia.com/​features/​16yrsofAMP061714.aspx>. Crédits : Marvin Shaouni, 2014.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2612/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 8 : Pose d’une antenne MESH à Détroit lors des formations de Digital Stewards
Crédits Source: Allied Media Project <https://www.alliedmedia.org/​dctp/​eii>.North End Woodward Community Coalition (<https://www.northendwoodward.org/​>), 2017.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2612/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Huguet, « Le déploiement des réseaux communautaires sans fil (MESH) », Netcom, 31-1/2 | 2017, 33-52.

Référence électronique

François Huguet, « Le déploiement des réseaux communautaires sans fil (MESH) », Netcom [En ligne], 31-1/2 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2612 ; DOI : 10.4000/netcom.2612

Haut de page

Auteur

François Huguet

Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication | Telecom ParisTech, département Sciences Économiques et Sociales - i3 (UMR CNRS 9217) | 46, rue Barrault - 75634 PARIS Cedex 13 | 0665402360 – huguet.f@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals