Navigation – Plan du site

Mobilités et (R)évolutions numériques

Avant-propos
Anne Aguiléra et Leslie Belton-Chevallier
p. 275-280

Texte intégral

En tant que coordinatrices, nous tenons particulièrement à remercier tous les auteurs qui ont participé à ce numéro, les évaluateurs des articles, le comité scientifique du colloque « Mobilités et (R)évolutions numériques », le comité de rédaction de Netcom et surtout Sabrina Mommolin pour son aide inestimable et son inépuisable patience lors de ce processus de longue haleine.

1Ce numéro illustre une partie des communications qui ont été présentées lors du 15ème colloque du groupe Mobilités Spatiales, Fluidité Sociale (MSFS) de l’Association Internationale des Sociologues en Langue Française (AISLF). Le colloque intitulé « Mobilités et (R)évolutions numériques » a eu lieu les 8 et 9 novembre 2016 à Marne-la-Vallée et était placé soutenu par le Labex Futurs Urbains, la Région Île-de-France et l’IFSTTAR. Si le terme « mobilités » était compris dans une acception large faisant référence au renouvellement des approches conceptuelles et empiriques récentes de la mobilité dans les sciences sociales (Hubers, Dijst et Schwanen, 2018 ; Gallez et Kaufmann, 2009 ; Lussault, 2014 ; Sheller et Urry, 2006 ; Schwanen et Kwan, 2008 ; Urry, 2008), les articles rassemblés ici s’intéressent plus spécifiquement aux déplacements, à la fois du point de vue des pratiques individuelles et des systèmes de transport sur lesquels elles se déploient. C’est dans ce sens que le terme « mobilité » est utilisé dans la suite de cet avant-propos.

2La question des interactions entre le développement des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et la mobilité a profondément évolué ces dernières années. D’une part, elle s’est détachée de l’idée que l’usage croissant des TIC allait purement et simplement réduire le nombre des déplacements du fait de la réalisation à distance (et notamment à domicile) d’un certain nombre d’activités : achats (avec le e-commerce), travail (avec le télétravail), relations sociales (avec le téléphone, les SMS..), etc. (Choo et Mokhtarian, 2007). Les liens entre les TIC et la mobilité sont désormais envisagés par les sciences sociales au prisme, plus général, des transformations des modes de vie : programmes d’activité, répartition des tâches au sein des ménages, rapports à l’espace, etc. Dès lors, le questionnement ne porte plus prioritairement sur le nombre des déplacements supprimés ou au contraire ajoutés du fait de l’usage des TIC, mais sur la réorganisation spatiale et temporelle des flux, la perception des temps de trajet, le choix des modes de transport, etc. (Aguiléra, Guillot et Rallet, 2012).

3D’autre part, l’arrivée des technologies mobiles et la pénétration progressive de l’économie numérique dans le secteur du transport renouvellent assez profondément les débats (Aguiléra et Rallet, 2016). Le smartphone est au centre des réflexions, à la fois comme support de plus en plus fréquent de nos pratiques numériques, comme vecteur de la pénétration de ces pratiques pendant les temps de trajet, et enfin comme outil d’accès à des applications proposant de nouveaux services de mobilité dans les domaines notamment de l’aide à la navigation et des modes de transport partagés et/ou à la demande : covoiturage, vélo en libre-service, véhicule de tourisme avec chauffeur, etc. (Aguiléra et Rallet, 2016).

4Avec Internet et le smartphone, la masse des informations sur la mobilité a, par ailleurs, littéralement explosé. Leur contenu s’est aussi considérablement transformé, tandis que leur coût d’acquisition semble diminué par rapport aux méthodes traditionnelles (enquêtes et capteurs). Les réseaux sociaux, les antennes de la téléphonie mobile, les bornes wifi, les applications utilisant le GPS ou encore les applications collaboratives deviennent progressivement de nouvelles sources de connaissance, quantitatives mais aussi qualitatives, sur les pratiques de déplacement et les systèmes de transport (Chandrasekar, 2015 ; Gu, Qian et Chen, 2016 ; Wang, Xiang et Fesenmaier, 2016).

5Enfin les usages croissants du smartphone et la pénétration du numérique dans le champ du transport posent de nouveaux défis aux autorités publiques (Kitchin, 2014). Il leur faut tirer parti des nouvelles données ainsi que des nouvelles possibilités d’interactions avec les citoyens pour améliorer les politiques de transport, mais aussi intégrer les nouveaux services de mobilité dans les systèmes existants et dans l’espace public. A tout cela s’ajoute des obligations croissantes en lien avec la promotion mondiale d’une société numérique ouverte comme en témoigne la promulgation en France en 2016 de la loi pour une république numérique (Loi n° 2016-1321).

6Les articles présentés dans ce numéro explorent trois axes de réflexion qui ont pour objectif d’interroger les apports et potentiels innovants (ou non) des technologies numériques. Le premier s’intéresse au potentiel (et aux limites) des nouvelles données issues du numérique pour l’analyse de la mobilité. Les deuxième axe et troisième axes considèrent la façon dont certaines pratiques de déplacements sont (plus ou moins) transformés par le numérique. Toutefois, si le deuxième axe cible des offres nouvelles de mobilité, le troisième est plus centré sur un ensemble de pratiques.

7Les trois premiers articles soulignent la diversité des nouvelles sources d’information sur la mobilité et de leurs usages. Ils explorent ainsi les potentiels méthodologiques de tels outils. Alexandre CEBEILLAC, Éric DAUDE et Thomas HURAUX montrent comment les données géolocalisées du réseau social Tweeter, couplées à des informations sur les usages du sol disponibles elles aussi sur Internet, permettent d’enrichir la compréhension des phénomènes de propagation d’une maladie infectieuse comme la Dengue à Bangkok. Emmanuel RAVALET et Jean-François LUCAS mobilisent également les données issues de Twitter, mais dans le but d’analyser les expériences et représentations de la mobilité chez les jeunes de plusieurs pays d’Europe. Les auteurs rendent également compte de la façon dont Facebook peut aider les chercheurs à recruter des adolescents pour participer à une enquête. Enfin Maarten VANHOOF, Liane HENDRICKX, Aare PUUSSAAR, Gert VERSTRAETEN, Thomas PLOETZ et Zbigniew SMOREDA explorent l’usage des données de la téléphonie mobile pour l’analyse des déplacements touristiques (et plus largement du tourisme) sur le territoire français.

8Les six articles suivants s’intéressent aux transformations de la mobilité liées au numérique en investiguant deux directions différentes, mais partiellement interdépendantes. Les deux premières contributions traitent de systèmes de transport et de l’appropriation de nouvelles offres de mobilité. Gaële LESTEVEN et Sylvanie GODILLON rendent compte des espoirs, des tensions et des nouveaux défis auxquels sont confrontés les pouvoirs publics avec l’arrivée d’Uber à Paris et à Montréal. Manon ESKENAZI, Magali PIERRE, Virginie BOUTUEIL et Caroline ESCOFFIER questionnent la capacité du numérique à favoriser l’essor de la mobilité électrique.

9Les quatre derniers articles de ce numéro illustrent les changements plus ou moins importants des pratiques de déplacement des individus portés par des usages croissants du numérique. Margot BEAUCHAMPS et Hélène TRELLU explorent les complémentarités entre la mobilité physique et les usages d’Internet dans une petite commune bretonne. Delphine PERNOT et Anne AGUILERA caractérisent les reconfigurations des comportements et des mobilités d’achat des ménages français liées à la pratique des courses en drive. Rafik ARFAOUI montre comment les TIC, en équipant la circulation des migrants, contribuent à faciliter la réalisation des migrations. Enfin, à partir des usages d’une application mobile, Jan SMOLINSKI et Cédric CALVIGNAC interrogent la manière dont le numérique transforme la relation à l’espace physique.

10Au final, si ce numéro spécial de la revue Netcom laisse entrevoir à quel point le numérique tend à bouleverser, ou du moins renouveler, l’analyse et la compréhension des pratiques de déplacements, de nombreuses questions restent encore en suspens. Nous ne saurions prétendre épuiser l’ensemble des problématiques en la matière au travers d’un seul numéro. Néanmoins, nous espérons et appelons de nos vœux une prise en compte plus systématique du numérique dans le champ de la recherche sur les transports pour se saisir des questions de mobilité, posture croissante mais encore loin d’être à la hauteur, nous semble-t-il, de l’ampleur de la diffusion de ces technologies. De façon réciproque, nous plaidons pour une plus grande prise en considération des problématiques de déplacements dans les champs scientifiques qui ont plus pour cœur le numérique en tant que tel. Si le dialogue entre ces champs pluridisciplinaires est fructueux, il reste rare en dehors d’instances très spécifiques, comme ce numéro spécial. En effet, outre la jeunesse des contributeurs, la diversité de leurs appartenances disciplinaires est à souligner et représente en tant que telle une pierre supplémentaire à l’édifice des vœux émis ci-dessus.

Haut de page

Bibliographie

AGUILÉRA A., GUILLOT C., RALLET A. (2012), “Mobile ICTs and physical mobility: Review and research agenda”, Transportation Research Part A: Policy and Practice, vol. 46, n° 4, pp. 664–672.

AGUILERA A., RALLET A. (2016), “Mobilité connectée et changements dans les pratiques de déplacement, Connected mobility and changes in travel behaviour”, Réseaux, vol. 200, n° 6, pp. 17–59.

CHANDRASEKAR P. (2015), “Big data and transport modelling: opportunities and challeges”, Int J Appl Eng Res, vol. 10, n° 17, pp. 38038–38044.

CHOO S., MOKHTARIAN P. L. (2007), “Telecommunications and travel demand and supply: Aggregate structural equation models for the US”, Transportation Research Part A: Policy and Practice, vol. 41, n° 1, pp. 4–18.

GALLEZ C., KAUFMANN V. (2009), « Aux racines de la mobilité en sciences sociales », in GUIGUENO V., FLONNEAU M. (Eds), De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ?, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, pp. 41–55.

GU Y., QIAN Z. (Sean), CHEN F. (2016), “From Twitter to detector: Real-time traffic incident detection using social media data”, Transportation Research Part C: Emerging Technologies, vol. 67, pp. 321–342.

HUBERS C., DIJST M., SCHWANEN T. (2018), “The fragmented worker? ICTs, coping strategies and gender differences in the temporal and spatial fragmentation of paid labour”, Time & Society, vol. 27, n° 1, pp. 92–130.

KITCHIN R. (2014), “The real-time city? Big data and smart urbanism”, GeoJournal, vol. 79, n° 1, pp. 1–14.

LUSSAULT M. (2014), « L’espace à toutes vitesses », Esprit, Décembre, n° 12, pp. 65–75.

SCHWANEN T., KWAN M.-P. (2008), “The Internet, mobile phone and space-time constraints”, Geoforum, vol. 39, n° 3, pp. 1362–1377.

SHELLER M., URRY J. (2006), “The new mobilities paradigm”, Environment and Planning A, vol. 38, n° 2, pp. 207–226.

URRY J. (2008), “Moving on the Mobility Turn”, in CANZLER W., KAUFMANN V., KESSELRING S. (Eds), Tracing Mobilities: Towards a Cosmopolitan Perspective, Farnahm et Burlington: Ashgate Publishing, pp. 13–24.

WANG D., XIANG Z., FESENMAIER D. R. (2016), “Smartphone Use in Everyday Life and Travel”, Journal of Travel Research, vol. 55, n° 1, pp. 52–63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Aguiléra et Leslie Belton-Chevallier, « Mobilités et (R)évolutions numériques », Netcom, 31-3/4 | 2017, 275-280.

Référence électronique

Anne Aguiléra et Leslie Belton-Chevallier, « Mobilités et (R)évolutions numériques », Netcom [En ligne], 31-3/4 | 2017, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2721

Haut de page

Auteurs

Anne Aguiléra

IFSTTAR, LVMT, anne.aguilera@ifsttar.fr

Articles du même auteur

Leslie Belton-Chevallier

IFSTTAR, DEST, leslie.belton-chevallier@ifsttar.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals