Navigation – Plan du site
Troisième partie. Des pratiques de déplacement renouvelées par le numérique ?

Effets de l’usage d’une application mobile sur l’exploration touristique du centre historique d’Albi

How can the use of a mobile application change tourists discovery of the historic centre of Albi
Jan Smolinski et Cédric Calvignac
p. 519-548

Résumés

La recherche conduite a pour ambition d’examiner la manière dont les technologies mobiles renouvellent les modalités d’exploration d’un espace donné. Elle centre plus précisément son attention sur la façon dont les touristes équipés de smartphone s’emparent d’une application dédiée à la découverte des lieux et mettent (ou non) en application les prescriptions ainsi transmises. Pour interroger ces usages numériques en mobilité, nous avons mis en œuvre une méthodologie d’enquête génératrice de traces numériques (relevés GPS, historique de navigation) et attentive à la parole de l’usager (entretiens semi-directifs). Nous avons observé les déplacements de deux groupes distincts de visiteurs : 8 couples de visiteurs équipés d’un support papier (livret touristique et carte de la ville), 8 couples de visiteurs disposant de ce même support et d’une application pour smartphone. La comparaison des déplacements de ces deux groupes offre l’opportunité de mesurer l’incidence de l’usage d’une application mobile sur le déroulement des visites. Nous verrons que l’usage de cet équipement numérique affecte de bien des façons le rythme, l’orientation et les modalités de prise d’informations des touristes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été réalisé dans le cadre du LABEX SMS, portant la référence ANR-11-LABX-0066, et soutenu par le projet franco-suédois Digcon consacré à la numérisation de la consommation.

Texte intégral

1L’espace urbain appréhendé au travers de ses rues, ses bâtiments et équipements offre à ses usagers de multiples « affordances » tangibles et signifiantes (Conein et al., 1993 ; Norman, 2002 ; Denis, Pontille, 2010). Au cours de ces dernières années, cet environnement matériel — déjà densément peuplé — s’est progressivement enrichi d’une grammaire de signes et d’informations numériques d’ordre immatériel. Ainsi, un large réseau d’informations numériques se trouve aujourd’hui à la disposition des mobinautes qui peuvent, sur commande, se documenter sur les caractéristiques de l’espace physique qu’ils fréquentent (Marzloff, 2005 ; Licoppe, Levallois, 2009 ; Attour, Rallet, 2014). Recourir en mobilité aux terminaux dits « intelligents » invite à modifier de façon sensible sa relation à l’espace, à (re)qualifier et parfois même augmenter le réel (de Souza e Silva, 2006 ; Rallet, Aguiléra, Guillot, 2009 ; Bordeaux, Renaud, 2012). Cela revient à réinvestir son environnement immédiat, à en amplifier les propriétés grâce à la mobilisation rapide d’outils adaptés et d’informations pertinentes (Boullier, 2004, 2011).

2L’avènement des technologies numériques mobiles génère incontestablement de nouvelles potentialités d’usage de l’espace urbain (Aguiton, Cardon, Smoreda, 2009 ; Jouët, Rieffel, 2014). L’une des pistes de développement les plus prometteuses de ces technologies consiste à créer les conditions d’un surgissement opportun d’informations situées. Par la conception d’applications mobiles, un grand nombre d’acteurs — publics et marchands — souhaitent offrir à leurs clientèles respectives des renseignements précis sur le secteur géographique qu’ils parcourent (Rallet et al., 2009). Ils souhaitent délivrer en temps réel des renseignements, conseils et suggestions aussitôt applicables. De nombreux observateurs — dont nous sommes — s’interrogent alors sur la force prescriptive de ces interventions localisées, instantanées et personnalisées (Wang, Park, Fesenmaier, 2012 ; Salvadore, Menvielle, Tournois, 2015).

3La force prescriptive d’une application mobile semble en premier lieu dépendante de sa capacité à s’intégrer « naturellement » dans le cours de l’action de l’usager, à trouver sa place dans un paysage informationnel qui lui préexiste sans que l’usager n’éprouve le sentiment d’une trop grande intrusion ou ne ressente une forme prononcée de surcharge cognitive (Goldhaber, 1997 ; Kessous, Mellet, Zouinar, 2010). Une attention particulière doit ainsi être portée, par les concepteurs d’applications mobiles, aux effets de continuité ou de rupture engendrés par l’intervention de leurs dispositifs. Afin d’éclairer ce point, nous observerons de près l’usage d’une application mobile fondée sur le principe d’un système de notifications géolocalisées. Nous ferons état des modifications qu’engendre l’emploi de cette application sur le rythme de déplacement de ses usagers, sur la (re)définition de leur parcours ou encore sur les temps d’arrêts qu’ils observent. Au-delà des seuls effets de rythme induits par l’usage de ce nouveau dispositif, se posera également la question de l’efficacité des interventions de ladite application. Que deviennent les prescriptions d’usage « encapsulées », « inscrites » dans l’application ? Comment sont-elles interprétées par les usagers ? De quelles propriétés de l’application ces derniers se saisissent-ils ? Quelle(s) autre(s) propriétés en viennent-ils à délaisser et pour quelle(s) raison(s) ? Nous serons particulièrement attentifs à la façon dont les usagers s’emparent des informations transmises à l’écran, à la désignation par les acteurs eux-mêmes des éléments décisifs ayant contribué à leur prise de décision en situation.

  • 1 L’enquête s’est déroulée en trois temps : 6 couples ont d’abord été accueillis au cours du mois d’a (...)

4Dans cet article, nous nous placerons tour à tour du côté des prescripteurs en nous arrêtant sur les modalités de conception et de mise en forme de l’application mobile et du côté des usagers en centrant notre attention sur la façon dont les messages et prescriptions transmis ont été reçus, interprétés, « traduits » par leurs destinataires (Akrich, Callon, Latour, 2006). Nous reproduirons les résultats d’une enquête conduite à Albi d’août 2014 à mai 20151 et dont l’objectif a consisté à mesurer — le plus précisément possible — les effets de l’usage d’une application touristique sur le déroulement de la visite du centre historique de la ville. Afin de mesurer ces effets, nous avons mis en place une expérimentation qui repose sur la comparaison de deux sous-populations distinctes : 8 couples munis d’un livret touristique papier (carte de la ville, itinéraire conseillé, présentation de 10 sites clés) et 8 couples disposant de ce même support et d’un smartphone doté d’une application touristique dédiée. Soulignons dès à présent que le protocole d’enquête a été pensé de façon à contrôler ce que l’ajout d’une application pour smartphone dans un écosystème informationnel et technique déjà constitué pouvait induire en matière d’exploration d’un espace donné. Ici, nous cherchons à identifier ce qu’apporte l’usage d’une application mobile dans la routine de déplacement de visiteurs bénéficiant au préalable d’un équipement minimal pour se déplacer dans la ville. De ce fait, nous nous éloignons d’une situation peu courante de substitution complète de l’équipement — le numérique chassant le papier — pour nous approcher de configurations hybrides, plus fréquentes et ordinaires, où le nouvel équipement entre dans le cortège des dispositifs déjà présents (Calvignac, Jalaudin, 2014).

  • 2 Le récepteur, rangé dans le sac, pouvait être oublié très rapidement et contribuer ainsi à la discr (...)
  • 3 Les deux modèles de récepteurs GPS utilisés sont le Garmin Oregon 650t et le Garmin Oregon 600t(...)

5Compte tenu de la taille limitée de notre échantillon (32 individus, 16 couples), cette enquête comparative reste assez largement exploratoire. Elle donne à voir des différences de pratiques signifiantes (hétérogénéité du parcours des deux groupes constitués) dont la significativité reste toutefois à confirmer. Cette enquête présente malgré tout l’avantage de mettre au jour des différences marquées entre les deux groupes observés et d’ainsi interroger sous un nouveau jour le rôle et l’influence des médiations numériques dans l’expérience touristique. Ajoutons que, même s’il porte sur un petit échantillon d’individus, notre travail de terrain mobilise un vaste ensemble de données sur chacun des participants et permet ainsi d’atteindre un niveau de précision important dans la restitution des parcours de visite. Les déplacements de chaque individu sont très finement mesurés. Les visiteurs sont tous munis d’un récepteur GPS2 dont on relève le positionnement toutes les dix secondes (données de géolocalisation)3. Bénéficiant en moyenne de 858 relevés de position par personne, nous sommes en mesure de décrire avec minutie les trajectoires empruntées, les bifurcations, les retours en arrière, les piétinements et les arrêts (Shoval, Isaacson, 2007 ; Drevon, Gwiazdzinski, 2014). Pour 8 des 16 couples observés, nous disposons également de l’historique de leur navigation sur l’application mobile. Un historique qui rend compte du moment et de la durée de consultation des différentes pages éditées. Ces deux jeux de données associés nous permettent de connaître précisément les lieux de consultation des informations et d’ainsi observer ce qui précède la consultation de l’application et ce qui la suit (Desvignes, Jacquot, 2014). Enfin, nous avons conduit des entretiens semi-directifs de fin de parcours avec chacun des couples de façon à recueillir leurs impressions et leurs retours d’expérience sur la visite effectuée.

6L’objectif a donc été de suivre pas à pas, de clic en clic et mot à mot les couples de visiteurs (Beaudouin et al., 2001), de rendre compte de leurs choix, de décrire la façon dont ils se repèrent tant dans le dédale des ruelles de la ville que dans celui des informations et prescriptions qu’ils consultent (Hatchuel, 1995 ; Mallard, 2000 ; Jauréguiberry, Lachance, 2016). Notre méthodologie nous permet de conjuguer compréhension des conditions d’usage du dispositif mobile (nature et fréquence de l’usage) et observation des conséquences de sa mobilisation sur le déroulement de la visite (sites sélectionnés, zones fréquentées, arrêts et piétinements observés).

7Avant de présenter notre protocole d’enquête, il nous faut dire un mot du centre historique de la ville d’Albi qui a accueilli notre expérimentation et en a conditionné — de par sa constitution même — le déroulement. Le centre historique d’Albi présente différents avantages pour l’organisation de notre expérimentation à commencer par sa superficie relativement restreinte : le centre historique se compose du périmètre classé qui s’étend sur 19,47 hectares et d’une zone tampon de 64,09 hectares qui l’encadre. Le fait que l’espace de visite soit ainsi concentré et que le centre historique puisse être parcouru en l’espace de deux à trois heures (si l’on exclue les visites de musées et les arrêts prolongés) permet de réduire les chances de voir le profil des parcours effectifs relever de l’inachèvement d’une programmation trop ambitieuse. Autrement dit, les zones visitées — comme celles délaissées — ont de grandes chances de l’avoir été par choix et non par défaut. Le deuxième avantage que nous souhaitons souligner concerne le récent renouvellement des dispositifs touristiques consacrés au site (signalétique, guides, brochures, sites internet, applications mobiles) qui est intervenu durant la période charnière ayant encadré le classement de la Cité épiscopale d’Albi au patrimoine mondial de l’Unesco (31 juillet 2010). Ce renouvellement témoigne d’une véritable dynamique d’enrichissement de l’offre culturelle et de développement des supports d’information et de communication la décrivant. Dans ce contexte, notre propre proposition — qui repose sur la mise à disposition d’une application mobile — n’a rien d’atypique et ne dénote pas dans le paysage des dispositifs touristiques proposés. Puisque le recours aux technologies mobiles va aujourd’hui de soi, puisque différentes offres d’applications touristiques se font d’ores et déjà concurrence, la curiosité des participants s’est le plus souvent attachée non pas aux propriétés techniques du terminal ou de l’application (comparables à bien d’autres) mais bel et bien aux propositions et perspectives d’usage soumises à leur attention. Les participants à notre enquête n’étaient donc pas mus par l’attrait inhérent à la découverte d’une technologie nouvelle mais ont plutôt été désireux d’éprouver les fonctionnalités de l’application et d’en juger l’utilité. Ils ont, par conséquent, été en mesure de mettre à distance l’artefact technique et d’examiner, d’un œil critique, l’apport de cette application touristique à l’exploration de la ville.

Présentation du protocole d’enquête

  • 4 Nous souhaitions que les couples de visiteurs n’aient jamais visité le centre historique d’Albi. No (...)
  • 5 Nous remercions l’ensemble de ceux qui se sont déplacés mais aussi ceux qui se sont contentés de pa (...)

8Notre analyse s’appuie sur une expérimentation destinée à suivre des couples de primo-visiteurs du centre historique d’Albi. Pour mener à bien cette expérimentation, nous avons tout d’abord concentré nos efforts sur le recrutement des participants à l’enquête. Nous avons commencé par tracter et afficher un appel à participation dans différents lieux culturels de Toulouse4. Ce mode de recrutement n’ayant pas reçu l’adhésion attendue, nous avons sollicité nos proches et les proches de nos proches5. L’échantillonnage a ainsi été constitué de proche en proche et n’a donc rien ni de représentatif ni d’aléatoire. Cela étant dit, le profil relativement homogène des recrues autorise une comparaison tout à fait valide et pertinente de deux groupes d’individus aux profils similaires. Pour équilibrer les deux groupes observés, nous avons porté une attention particulière à la répartition des visiteurs en fonction de leur âge (premier principe ordonnateur), de leur niveau d’études (deuxième principe ordonnateur) ou encore de la possession ou non d’un smartphone et de l’intensité de son usage.

Tableau 1 : Une répartition équilibrée des deux sous-populations

Couples sans application

Couples avec application

Tous couples confondus

Moyenne d’âges

31,19 ans

31,31 ans

31,25 ans

Répartition générationnelle

13 des 16 visiteurs ont moins de 40 ans

14 des 16 visiteurs ont moins de 40 ans

27 des 32 visiteurs ont moins de 40 ans

Niveau d’études

2 Doctorat

8 Master

2 Licence

2 Bac+2

2 Bac

Ø CAP/BEP

1 Doctorat

8 Master

Ø Licence

2 Bac+2

3 Bac

2 CAP/BEP

3 Doctorat

16 Master

2 Licence

4 Bac+2

5 Bac

2 Brevet/CAP/BEP

Acquisition

d’un smartphone

14 possesseurs de smartphone

10 possesseurs de smartphone

24 possesseurs de smartphone

Intensité d’usage

dudit smartphone

7 utilisateurs intensifs
6 utilisateurs modérés
1 utilisateur faible

6 utilisateurs intensifs
3 utilisateurs modérés
1 utilisateur faible

13 utilisateurs intensifs
9 utilisateurs modérés
2 utilisateurs faibles

9Les deux groupes constitués accueillent une population plutôt jeune, éduquée et connectée. Les individus observés sont rompus à la manipulation du smartphone et ont pu naviguer dans l’arborescence de l’application sans rencontrer de problème. Notons dès à présent que les résultats avancés dans cet article sont bien évidemment à mettre en relation avec le profil des visiteurs observés. Ils reflètent donc le comportement de cette sous-population spécifique confrontée à l’adoption d’une application elle-même spécifique.

10Avant de parcourir la ville, les 16 couples retenus ont reçu les mêmes consignes de départ. Il leur était demandé de limiter leur temps de visite à 3 heures — durée tout à fait suffisante pour faire le tour du centre historique —, d’utiliser exclusivement les dispositifs fournis par les enquêteurs — pour éviter que d’autres dispositifs viennent interférer dans les pratiques observées sans que nous n’en maîtrisions ni la forme ni le contenu —, d’éviter les arrêts prolongés (de plus de 20 minutes) ainsi que les visites d’espaces confinés — pour se prémunir contre la multiplication des pertes de signal GPS (effet tunnel) qui aurait empêché la reproduction de l’intégralité des déplacements effectués. Une fois ces consignes transmises, on remettait aux participants les seuls dispositifs touristiques conçus par nos soins.

11Tous les couples ont d’abord été munis d’un livret touristique papier élaboré après consultation des divers guides et documents proposés par l’office de tourisme local. Cette consultation nous a permis de sélectionner les dix attractions les plus citées dans la littérature spécialisée pour leur caractère exceptionnel et les témoignages qu’elles portent sur l’Histoire de la ville et son édification au fil des siècles. Positionnées sur une carte du centre-ville d’Albi, et reliées les unes aux autres, ces dix attractions composent un itinéraire en forme de boucle.

Figure 1 : Itinéraire conseillé - Les 10 points d’intérêt de la ville

Figure 1 : Itinéraire conseillé - Les 10 points d’intérêt de la ville

12Le livret papier se présente sous la forme d’une brochure composée d’une première de couverture présentant l’itinéraire conseillé (figure 1) et de 6 pages égrainant les dix notes de présentation des sites sélectionnés. Ces notes sont toutes accompagnées d’une photographie et/ou d’une illustration permettant une meilleure reconnaissance des bâtiments, monuments, œuvres d’art ainsi portées à l’attention du visiteur.

13Ce dispositif sous format papier était le seul équipement délivré aux 8 couples « sans application ». Les 8 autres couples se voyaient quant à eux confier, en supplément du livret ci-avant décrit, un smartphone (Samsung S4) doté d’une application baptisée « Les clefs de la ville rouge ». Cette application mobilise un tout autre registre informationnel. Elle cherche à transmettre des clefs de lecture transversales sur la ville, elle attire l’attention de ses usagers sur les traits caractéristiques de la cité ou de la région en mettant en exergue des techniques architecturales, des pratiques ancestrales, des particularismes locaux. Ces éléments ne se concentrent pas autour d’un point singulier (contrairement aux dix sites du livret papier) mais peuvent être observés à plusieurs endroits de la ville. Il s’agit ainsi d’aiguiser le regard du visiteur en attirant son attention sur quelques saillances significatives des lieux visités. L’application présente cinq indices distincts : les gacholes (tours de garde locales), les soleilhous (greniers à ciel ouvert où l’on faisait sécher le pastel), les armoiries de la ville, les hôtels particuliers (type Renaissance italienne) et les encorbellements propres aux édifices du centre ancien. Ils ne sont pas délivrés en début de visite mais apparaissent chacun à leur tour au moment où les visiteurs s’approchent d’une balise placée aux pieds d’un édifice-témoin. Le périmètre de déclenchement de l’indice autour de la balise est de 100 mètres. Une fois l’icône ouverte, un texte de présentation de l’indice apparaît à l’écran et ne manque pas d’indiquer aux visiteurs que d’autres manifestations de cet ordre sont présentes ailleurs dans la ville. Nous sommes en présence d’une technologie de type « pop up » qui active, au gré des déplacements individuels, une information épousant les aspérités de l’espace physique exploré.

Figure 2 : Application « Les clefs de la ville rouge » - Indice « Hôtels Particuliers »

Figure 2 : Application « Les clefs de la ville rouge » - Indice « Hôtels Particuliers »

Les clefs de la ville rouge.

14Pour approfondir ce trop bref descriptif des dispositifs techniques de l’expérimentation, nous nous proposons de revenir plus en détail sur le processus de conception de l’application mobile et sur les intentions qui ont guidé sa réalisation. Cet effort est, selon nous, nécessaire pour mesurer le plus finement possible ce qui sépare le script d’usage arrêté par les concepteurs (ici les auteurs) de la prise en main effective du dispositif et de ses usages alternatifs.

Les intentions du prescripteur et leurs traductions techniques

15La forme prise par l’application créée est à mettre directement en rapport avec la nature de nos objectifs de recherche. Cherchant à découvrir la capacité prescriptive des équipements numériques mobiles, il nous fallait être en mesure de clairement établir si le fait de mobiliser l’application, de consulter les informations proposées, de lire les suggestions prescrites pouvait ou non infléchir le parcours des visiteurs. Pour ce faire, nous avons disposé nos cinq balises dans des lieux en bordure immédiate de l’itinéraire conseillé — pour permettre l’affichage de l’indice — mais néanmoins hors du tracé de ce même itinéraire — pour observer les écarts et déviations éventuellement consentis par les visiteurs munis de l’application.

Figure 3 : Répartition spatiale des 5 indices

Figure 3 : Répartition spatiale des 5 indices

16La sélection des emplacements avait donc pour objectif de vérifier l’hypothèse selon laquelle les usagers de l’application — localement renseignés par ce dispositif prescripteur — auraient tendance à élargir le domaine de leur exploration attirés qu’ils seraient par les 5 indices placés en bordure du fil rouge proposé. Nous verrons par la suite que cette hypothèse de départ a très vite été infirmée.

  • 6 Pour rappel, les trois princes de Serendip sont sommés par leur père de découvrir les environs de l (...)

17Au-delà de l’attention portée à la nature des indices (particularismes locaux disséminés dans la ville), nous avons formulé avec soin un texte de présentation visant à attiser la curiosité des visiteurs (Cochoy, 2011a, 2011b) et à entretenir chez eux une attention continue aux traits architecturaux et aux marqueurs historiques distinctifs perceptibles au cœur de la cité. Cette approche originale d’exploration touristique, qui repose sur la découverte et le traitement d’indices évocateurs, épouse les caractéristiques d’une démarche aux tonalités « sérendipiennes ». L’application « Les clefs de la ville rouge » invite en effet nos visiteurs à devenir les héritiers et disciples des trois Princes de Serendip6. Elle encourage cette forme d’exploration singulière qui revient à « découvrir, par hasard et sagacité, des choses que l’on ne cherchait pas » (Walpole, 1754). La démarche sérendipienne, que l’on cherche ici à stimuler, revient à tirer le meilleur parti de l’« émergence d’idées incidentes » (Catellin, 2014, p. 17) et à « prêter attention à ce qui surprend » pour « en imaginer une interprétation pertinente » (Loty, préface de Catellin, 2014). L’application livre donc incidemment des indices transversaux sur la ville afin de favoriser l’avènement de raisonnements abductifs (ou indiciaires) dépassant le seul contenu de l’application. Les visiteurs sont amenés à compulser et assembler par eux-mêmes des indices relatifs au territoire exploré ; indices qui, une fois réunis, donnent une vue d’ensemble, instruite et cohérente, du lieu.

  • 7 L’application ne vibre ni ne sonne lors de la réception de l’indice.

18L’application a été mise en forme avec le concours de David Panzoli (MCF en informatique) et de deux de ses étudiants. Nos séances de travail communes ont permis de déterminer différents principes de programmation. Outre la nécessité de conserver la trace des usages numériques via l’enregistrement et l’archivage des opérations menées par l’utilisateur (date/heure/ouverture-fermeture des pages), l’application devait traduire, à l’échelle d’Albi, les conditions de découverte que nous venons d’évoquer. Lorsqu’ils ouvrent l’application et consultent l’écran du smartphone, les visiteurs voient apparaître un tracé (itinéraire identique à celui du livret) incrusté en surimpression sur la carte de la ville. Leur position apparaît à l’écran et s’actualise au fil de leur déplacement. Ils ont donc sous les yeux un itinéraire conseillé qu’ils peuvent choisir de suivre ou de contourner. Au gré de leurs déplacements, ils peuvent porter leur attention sur l’écran du smartphone ou laisser de côté cet équipement en le rangeant dans un sac ou une poche de leurs vêtements. L’écran du smartphone, le plus souvent vierge de toute information complémentaire, laisse toutefois apparaître — de temps à autre et sans crier gare7 — une icône symbole d’un indice communiqué sur la ville. Lorsque le visiteur entre dans un périmètre de 100 mètres autour d’une balise GPS placée à proximité de l’indice, l’icône apparaît sur l’écran puis disparaît une fois le périmètre quitté. Elle n’est repérable par l’usager qu’à la condition qu’il demeure attentif (en jetant de temps en temps un œil à l’écran) et chanceux (en consultant l’application au moment où l’icône est visible). Le caractère accidentel du repérage de l’indice est donc conservé puisque la technologie « pop up » (technique de surgissement) crée une incertitude sur la consultation de l’indice. Enfin, le texte de présentation de l’indice précise que l’élément mis en valeur est susceptible d’être à nouveau rencontré hors du secteur actuellement fréquenté, il enjoint ainsi le visiteur à rester attentif à l’apparition de ces particularismes locaux. Mises bout à bout, ces clefs de lecture permettent de se figurer mentalement les histoires qui ont façonné et animé la ville au cours des siècles.

19La tonalité sérendipienne de l’application sert doublement nos intérêts : elle constitue tout d’abord un élément de différenciation des équipements entre eux (livret et application sont ainsi complémentaires) ; elle offre ensuite l’opportunité d’étudier les situations de surgissement contextuel de l’information et de mieux comprendre les réactions que de telles situations suscitent. Par sa conception même, notre protocole d’enquête permet d’interroger le pouvoir prescriptif de dispositifs techniques capables d’informer les usagers d’opportunités proximales. Encore faut-il que ces mêmes usagers considèrent ces suggestions et en fassent un traitement prioritaire. Ces deux étapes de la consultation de l’information présentée à l’écran (1) et de son traitement en vue d’une inflexion du cours de l’action (2) sont, nous le verrons, loin d’être systématiquement franchies.

Effets constatés sur le déroulement de la visite

20Nous constatons, sans grande surprise, que les scripts d’usage inscrits dans l’application n’ont pas été suivis à la lettre par les visiteurs. Les usagers se sont appropriés le dispositif selon d’autres principes (parfois même divergents) de ceux pensés pour eux par les prescripteurs (Certeau, 1981 ; Akrich, 1998). Cette appropriation conduit, par traductions successives, à ce que le dispositif s’affranchisse partiellement de la maîtrise exercée par son concepteur.

21S’il ne se conforme pas toujours aux consignes déposées dans l’application par le prescripteur, l’utilisateur est tout de même amené à modifier de façon significative son exploration des lieux. Il adopte un rythme de marche différent, révise ses trajectoires, porte son attention sur de nouveaux éléments. Nous présentons dans la suite de la section différents résultats qui vont dans le sens de cette observation générale.

Durée et distance

22Si les 16 couples de visiteurs ont parcouru la ville dans un intervalle de temps équivalent (2h25 en moyenne pour les couples avec application, 2h20 pour les couples sans application), les couples avec application parcourent une distance moindre (6,54 kms contre 6,99 kms).

  • 8 X² de Pearson = 5,236 ; signification asymptotique bilatérale = 0,022 ; degré de liberté = 1.

Tableau 2 : Distance parcourue par les deux groupes observés8

[4-7 km[

[7-10 km[

Couples sans application

4

4

Couples avec application

7

1

Tous couples confondus

11

5

237 des 8 couples avec application ont parcouru moins de 7 kilomètres durant leur temps de visite. Ces couples couvrent de moins grandes distances que leurs homologues dépourvus d’application qui, pour moitié, se déplacent sur des distances supérieures ou égales à 7 kilomètres. Les visiteurs disposant du seul livret papier se déplacent en moyenne plus vite (2,95 km/h contre 2,70 km/h). Une différence de vitesse de déplacement plus marquée encore lorsque l’on se penche sur le seul temps effectif de déplacement au cours duquel les couples sans application se déplacent à 3,77 km/h de moyenne contre 3,29 km/h pour les couples avec application. L’ajout d’une application mobile au dispositif touristique des visiteurs semble donc avoir pour effet de ralentir le rythme d’exécution de la visite. Comment expliquer ce ralentissement ? Une grande part de l’explication tient à la fréquence des arrêts et piétinements constatés chez les deux groupes de visiteurs.

Arrêts et piétinements

  • 9 Les relevés GPS, aussi précis qu’ils puissent être, perdent parfois la trace des visiteurs sur 1, 2 (...)

24Les données de géolocalisation dont nous disposons permettent la détection des plages de temps durant lesquelles les visiteurs sont à l’arrêt et/ou avancent à tâtons. Nous définissons par « arrêt » la succession d’au minimum six relevés de vitesse consécutifs équivalant à 0 km/h. L’arrêt n’est donc identifié comme tel que lorsqu’il s’étend sur une minute ou plus (6 intervalles de 10 secondes). Nous désignons par « piétinement », toute réduction importante de la vitesse de marche dans un périmètre restreint. L’identification d’un « piétinement » s’obtient donc à partir du croisement de données de distribution spatiale (déplacement dans un petit périmètre) et de vitesse de déplacement (ralentissement de la marche). Pour être enregistré sous la mention « piétinement », il faut que le ralentissement envisagé satisfasse à trois critères : 1) la plage temporelle considérée doit être supérieure ou égale à une minute (6 intervalles de 10 secondes) ; 2) les relevés de position doivent tous s’inscrire dans un espace inférieur ou égal à 100 m2 (périmètre restrictif) ; 3) les vitesses de déplacement observées dans ce périmètre et au cours de cette période doivent être, pour 2/3 d’entre elles, inférieures ou égales à 1 km/h9.

25Ces deux notions définies, revenons à la comparaison des parcours des deux sous-populations observées. On s’aperçoit ici que les couples munis du seul livret s’arrêtent bien plus fréquemment que ceux disposant du livret et de l’application (1,36 fois/heure contre 0,59 fois/heure).

  • 10 X² de Pearson = 8,533 ; signification asymptotique bilatérale = 0,03 ; degré de liberté = 1.

Tableau 3 : Fréquence des arrêts chez les deux groupes de visiteurs10

[0-1 arrêt/heure[

[1 arrêt/heure et plus

Couples sans application

3

5

Couples avec application

7

1

Tous couples confondus

10

6

5 des 8 couples sans application effectuent au moins un arrêt prolongé par heure de visite (contre 1 seul des 8 couples avec application).

26Il semble à première vue paradoxal de voir les couples avec application parcourir une distance inférieure à celle de leurs homologues équipés du seul livret alors même que leurs arrêts sont moins fréquents. L’observation des arrêts consentis suggère donc que l’usage du seul livret amène à stopper sa progression plus fréquemment (1,36 fois/heure) tout en induisant un déplacement plus rapide entre chacun des arrêts effectués (3,77 km/h). À l’inverse, l’usage conjoint du livret et de l’application semble produire une forme de continuité du déplacement dans la ville (0,59 arrêts/heure) et un rythme de marche plus faible (3,29 km/h).

27Ce rythme de marche plus faible est en partie imputable à la fréquence des piétinements consentis par les usagers de l’application. Les couples munis du seul livret, s’ils s’arrêtent plus fréquemment, sont moins sujets aux piétinements (2,25 piétinements/heure) que leurs homologues munis du livret et de l’application (2,8 piétinements/heure). Mais plus encore que leur fréquence d’apparition, c’est la durée de ces piétinements qui distingue les deux groupes de visiteurs : 7 couples sans application consacrent moins de 20 % de leur temps de visite à ces piétinements quand 4 couples avec application passent 20 à 40 % de ce temps à piétiner.

28L’ajout de l’application mobile au dispositif touristique des visiteurs favorise une forme de continuité dans leur déplacement qui se manifeste par de nombreux ralentissements (piétinements) permettant une consultation plus aisée des contenus proposés. Cette constance des déplacements observés chez les couples avec application s’explique en partie par le caractère individuel de la manipulation du smartphone (le livret appelle davantage à une consultation partagée et, par suite, à une concertation nécessitant arrêt), mais aussi par le faible encombrement de l’équipement numérique et son ergonomie pensée pour une utilisation en mobilité. Concluons provisoirement à une première différence entre équipement papier et équipement numérique : l’usage du seul équipement papier induit la réalisation d’un nombre d’arrêts plus important suivis d’une reprise du parcours à une vitesse majorée (supérieure à la moyenne observée), l’ajout de l’application mobile à l’équipement du visiteur amène à respecter un mouvement caractérisé par un rythme à deux temps : un tempo lent associé à la consultation du smartphone, un tempo sensiblement augmenté (restant malgré tout inférieur à la moyenne observée) une fois la consultation achevée. Après avoir rendu compte de l’action des équipements sur le rythme de découverte de l’espace touristique, nous allons à présent nous intéresser au tracé du parcours des 16 couples observés.

Zones fréquentées par les deux groupes

29Là où nous nous attendions à voir les couples munis de l’application s’émanciper davantage de l’itinéraire conseillé, se laisser dérouter pour aller consulter les indices placés en bordure d’itinéraire, nous avons constaté qu’ils étaient ceux qui s’y conformaient avec le plus de constance. Ce sont les particularités techniques de l’application qui expliquent en grande partie cette « application » plus grande à suivre le fil rouge de la visite chez les visiteurs équipés d’un smartphone (voir cartes 1 et 2).

30Les représentations cartographiques qui suivent illustrent et rendent perceptibles les formes d’occupation de l’espace des 16 couples. Les données des 8 couples appartenant à chacun des deux groupes ont été agrégées sur une carte de la ville quadrillée par apposition d’un fin damier. Le niveau de gris (graduation d’intensité allant du blanc au noir) attribué à chaque case du quadrillage se rapporte au degré de fréquentation du secteur en question par les couples observés. Plus un secteur est fréquenté par une part importante des 8 couples, plus la case s’assombrit. On remarque ici que plusieurs couples sans application ont procédé à des incursions hors de l’itinéraire conseillé, au sud et à l’ouest du centre historique. On constate également que les couples avec application ne se sont pas aventurés hors de la zone à peine élargie du tracé de l’itinéraire.

Carte 1 : Zones fréquentées par les couples sans application

Carte 1 : Zones fréquentées par les couples sans application

Carte 2 : Zones fréquentées par les couples avec application

Carte 2 : Zones fréquentées par les couples avec application

31Une part de l’explication du phénomène décrit tient à la configuration de la carte de la ville présentée à l’usager. La carte papier se différencie de la carte numérique par l’existence de bords, de limites imposées par la sélection d’un cadre géographique fixe. Ainsi, certains usagers du livret ont considéré, plus ou moins consciemment, que le cadre de leur exploration s’inscrivait dans le découpage géographique de la surface du plan resserré de la ville.

Agnès : Bon, on a quand même fait les choses dans le désordre. Je crois que le document nous permettait surtout de voir si on était dans les clous ou pas... enfin pour éviter de trop s’éloigner, on regardait surtout les bordures du plan, les frontières, le tracé de l’itinéraire beaucoup moins.

En partant du postulat que tout était intéressant dans le périmètre défini par le plan.

Agnès et Hugo : Oui, c’est ça.

Agnès : Mais je ne pense pas qu’on serait allés en face si ça n’avait pas été marqué par exemple (de l’autre côté du Tarn). C’est que là on s’est dit bon, si c’est représenté c’est que ça doit être bien.

32La lecture du plan papier pose à plat le champ des possibles, elle permet d’établir avec facilité la physionomie d’ensemble du centre historique mais également de délimiter aisément ce qui relève du hors champ. Ce qui est placé hors cadre est automatiquement disqualifié alors que ce qui est dans le cadre est à considérer, et ce, même si les zones présentes sur le plan ne sont pas spécifiquement mises en valeur (Karpik, 2000).

33L’attraction exercée par l’itinéraire conseillé a été sensiblement plus importante chez les couples avec application. Les parcours sont plus homogènes, plus resserrés autour du « fil rouge ». La géolocalisation explique en partie le suivi plus scrupuleux du tracé suggéré. Les usagers de l’application ont bénéficié d’une vue dynamique de leur progression. Leur positionnement était non seulement représenté sur la carte mais formait également le centre de cette représentation géographique. La carte représentée sur l’application pouvait également être zoomée. Dès lors, les rapports d’échelle n’étaient plus les mêmes, les distances perçues étaient sensiblement augmentées par l’effet du zoom, ce qui a pu inciter les usagers de ce dispositif à rejoindre plus rapidement l’itinéraire conseillé. Pour plusieurs de ces couples, la tentation était donc grande de repositionner son point sur le fil de découverte proposé.

Joël : Après, l’application nous a permis de repérer quand on sortait du circuit. Cela nous a permis de rattraper le flux touristique.

Valentin : Non, puis le smartphone il te localise à l’instant T alors que le plan t’es obligé de te projeter dans l’espace alors que le smartphone tu marches et si tu t’éloignes du parcours et que tu veux le reprendre et ben t’y retournes assez facilement, enfin l’accès est plus simple. [...] Clairement, c’est un confort de pouvoir être géolocalisé en temps réel. [...] Le « fil rouge », ça donne un repère dans l’espace. Du coup, tu te dis que l’espace historique et à visiter c’est celui-là.

Sophie : Non, puis aussi tu te dis que ce qui est intéressant c’est la ligne rouge... si t’as un attrait pour une ruelle à côté ou un truc comme ça tu peux y aller mais tu sais que c’est un point de repère en fait. C’est un point de repère.

Gilles : En fait la consigne qu’on s’était fixée c’était de ne pas suivre ce que vous aviez forcément indiqué et d’aller vers ce que l’on aurait fait tout seul. Mais sauf que chaque fois t’es tiraillé malgré tout et tu regardes bêtement si tu t’éloignes ou pas de l’itinéraire proposé.

34La géolocalisation instantanée et sa représentation dynamique sont de formidables outils de renforcement de la prescription touristique. On peut ainsi dire que ces configurations numériques enjoignent les utilisateurs du smartphone à explorer le centre historique avec application, c’est-à-dire à revenir plus systématiquement sur l’itinéraire proposé (qui zoomé et autocentré semble plus impératif). En tant que prescripteurs, nous avons ici été débordés par la complexité technique de l’application et par la modulation de l’affichage de la carte. Cette flexibilité technique a desservi notre objectif d’amener les visiteurs à sortir des itinéraires établis, tout en nous donnant à voir l’incroyable difficulté pour les prescripteurs de véritablement tenir compte de l’ensemble des facteurs sociotechniques capables d’infléchir le cours de l’action entreprise.

35Afin d’explorer plus avant les modifications induites par l’équipement numérique sur le dessin du parcours des visiteurs, nous avons isolé deux formes particulières de trajectoires : les intersections et les retours sur ses pas.

Intersections et retours sur ses pas

36Nous appelons « intersection » le franchissement renouvelé d’un point du parcours. Plus le nombre d’intersections recensées est élevé, plus le parcours des visiteurs se caractérise par la fréquentation répétée de zones déjà traversées. Les intersections peuvent prendre la forme de boucles (périmètre restreint) ou de franchissements renouvelés (périmètre large). L’intersection est la manifestation d’une liberté de parcours ouvrant sur le renouvellement de visites d’une seule et même zone. La présence d’un nombre important d’intersections témoigne d’une relative improvisation dans l’ordonnancement de son parcours puisque des zones incomplètement visitées sont réinvesties quelques minutes ou dizaines de minutes plus tard.

37Nous définissons le « retour sur ses pas » comme un déplacement d’avant en arrière effectué dans un couloir étroit de moins de deux mètres de large et laissant apparaître une superposition de deux lignes de parcours successives. Cette configuration illustre des situations où les individus rebroussent chemin après avoir poussé leur exploration dans une direction sitôt adoptée sitôt abandonnée. Si nous n’excluons pas l’existence de retours en arrière liés à une hésitation sur l’itinéraire à suivre ou à une manipulation hasardeuse des supports de visite, il nous paraît pertinent de rapprocher la répétition de ces événements d’une forme de persévérance dans l’activité de découverte avec une propension à explorer avec méthode des zones ciblées.

38L’observation de ces deux séquences de déplacement spécifiques révèle que les couples disposant du seul livret sont plus enclins à multiplier les intersections, c’est-à-dire à visiter de nouveau une zone déjà parcourue. 5 des 8 couples sans application effectuent 15 intersections horaires ou plus sur toute la durée de leur visite contre seulement 2 des 8 couples avec application.

  • 11 X² de Pearson = 4,571 ; signification asymptotique bilatérale = 0,033 ; degré de liberté = 1.

Tableau 4 : Taux d’intersections horaire chez les deux groupes de visiteurs11

[0-15 intersections/heure[

[15 intersections/heure et plus

Couples sans application

3

5

Couples avec application

6

2

Tous couples confondus

9

7

39Les couples disposant du seul livret sont par contre nettement moins disposés à revenir immédiatement sur leurs pas. Seul 1 des 8 couples comptabilise 20 retours sur ses pas ou plus par heure sur toute la durée de la visite, alors que 4 des 8 couples avec application en font autant.

  • 12 X² de Pearson = 5,236 ; signification asymptotique bilatérale = 0,022 ; degré de liberté = 1.

Tableau 5 : Taux de retours sur ses pas chez les deux groupes de visiteurs12

[10-20 retours sur ses pas/h[

[20 retours sur ses pas/h[

Couples sans application

7

1

Couples avec application

4

4

Tous couples confondus

11

5

40Nous constatons une tendance forte de la part des usagers de l’application à explorer de façon plus méticuleuse un petit périmètre donné, une volonté d’approfondir via des petits déplacements resserrés l’observation d’un site particulier avant de poursuivre la visite (la moitié d’entre eux rebrousse chemin plus de 20 fois par heure). Les informations délivrées par l’application paraissent de nature à susciter une observation détaillée des attractions du centre-ville. Les usagers du seul livret ont quant à eux une plus grande propension à continuer leur route, quitte à passer plus rapidement sur les différents points d’intérêt signalés.

41Nous retiendrons ici que l’usage effectif de l’application mobile contrevient de façon importante aux desseins de ses concepteurs. Comme indiqué plus haut, l’application entraîne une conformation plus grande à l’itinéraire conseillé et ne parvient pas à déplacer ses usagers hors de ce cadre d’exploration standard. Elle échoue également à créer des points de fixation de l’attention qui lui seraient propres (autour des indices signalés). Elle entretient une visite au rythme plus continu (d’où le faible nombre d’arrêts et d’intersections) qui dilue quelque peu l’attention dans le temps (piétinements, consultation en marchant). Quand le livret papier concentre l’attention du couple durant les arrêts qu’il contribue à provoquer, l’application mobile allonge ce temps d’attention et en diminue certainement l’intensité.

42Ces résultats invitent également à une réflexion plus générale sur la capacité des médiateurs techniques à retravailler considérablement le sens des prescriptions qu’ils portent. On constate ici que, pour mettre la technique à son service, il faut d’abord accepter que cette dernière ait son mot à dire. En tant que concepteurs de l’application, nous n’avons pas été en mesure d’anticiper le rôle que joueraient différentes composantes techniques du dispositif lors de son adoption (adaptation) par les usagers. Le zoom, le pointeur de géolocalisation, le fil rouge ont formé le cœur de l’interaction entre les usagers et l’application mobile. La plupart des couples se sont d’ailleurs arrêtés aux informations élémentaires délivrées par ces trois sous-éléments du dispositif. Les messages encapsulés dans l’application sous forme de textes et argumentaires ont le plus souvent été négligés par les usagers. Cela nous amène à formuler l’hypothèse selon laquelle la prescription numérique a plus de chance d’aboutir par des signes visuels simplifiés, des éléments iconographiques et/ou déictiques immédiatement (et inconsciemment) intégrés à l’action que par des consignes rédigées avec soin, par des propositions éditoriales recherchées s’appuyant une forme de réflexion et de coopération poussée de la part du visiteur (Akrich, Boullier, 1991). Cette propension à exploiter les informations les plus immédiatement perceptibles a sans doute partie liée avec la gestion par les touristes des temporalités de leur visite, avec leur disponibilité limitée aux informations transmises chemin faisant. Tentons maintenant d’apporter un éclairage sur les conditions de consultation des dispositifs en situation réelle.

Prise d’information en situation

43Les dispositifs confiés aux visiteurs ont été mobilisés à différents moments du parcours, introduisant une ponctuation, une forme d’interstice informationnel nourrissant l’expérience de découverte. Quelles sont les conditions propices à la consultation de ces dispositifs ? Quand détourne-t-on son regard de la ville pour le porter sur le livret ou l’application ? Qu’est-ce qui caractérise les temps précédant la consultation ?

44Les instants propices à cette prise d’information correspondent souvent à des périodes de variation de l’intérêt ressenti pour la visite. Elles interviennent principalement dans des moments de creux — lorsque la stimulation du visiteur est au plus bas — ainsi qu’à des moments de surcharge cognitive — lorsque la confrontation à un flot informationnel important appelle à une explicitation des enjeux.

Laurence : Eh bien, c’est-à-dire que quand on se baladait et qu’au bout d’un moment on n’avait rien vu, ou au contraire quand quelque chose de singulier nous stimulait, quelque chose qui nous semblait plutôt intéressant, enfin digne d’intérêt touristique, on regardait si on n’avait pas une icône qui s’ouvrait pour voir ce qu’on pouvait apprendre.

Du coup, vous disiez que vous sortiez le mobile « de temps en temps »... mais ce « de temps en temps », à quoi correspond-t-il ?

Sophie : Eh bien, justement quand il n’y a pas grand chose qui attire ton œil. Tu te dis bon, ben on se recentre, en fait on se recale. C’est dans les moments de creux...

Lorsqu’il y a un temps mort et que rien ne vous stimule...

Valentin : Oui, ce qui domine c’est les stimuli de l’espace visuel et si rien ne nous inspire on va éventuellement chercher autre chose sur les supports, quelque chose qui pourrait être intéressant dans le coin et qu’on n’aurait pas vu comme ça en promenant son regard.

45Lorsque le regard du visiteur ne s’arrête sur aucun élément saillant du paysage urbain, il fait appel aux équipements embarqués pour projeter son regard au-delà. Lorsqu’au contraire les informations visuelles sont riches, les équipements embarqués sont sollicités pour hiérarchiser les informations, mettre de l’ordre dans l’expérience vécue. On saisit, au travers de ces extraits d’entretiens, combien la ville est un support d’interrogation des dispositifs. Si les prises de l’espace physique échouent à discriminer une perspective d’exploration, les dispositifs techniques sont convoqués pour « recaler », « recentrer » l’exploration touristique. Ce sont donc encore les prises (ou l’absence de prises) de l’espace fréquenté qui commandent l’usage du livret et de l’application (Bessy, Chateauraynaud, 1993).

Vous avez donc essayé non pas de voir si l’application vous renseignait sur la ville mais plutôt de voir si ce que vous découvriez par vous-mêmes de la ville figurait dans l’application ?

Laurence : Oui, c’était effectivement plutôt l’inverse : de la ville à l’application. [...] Mais nous, en tant que touristes, de façon générale, c’est ce qu’on fait. C’est-à-dire qu’on ne part pas avec un guide en se disant : il faut qu’on voit tel ou tel point d’intérêt ; on part plutôt en voyant ce que la ville nous offre et après on retourne au guide pour savoir ce que lui peut nous apprendre des points qui nous intéressent. On veut voir si ce qu’on a vu est dans le livre et ce que c’était exactement. C’est vrai que nous, on fait tout ça à rebours. On ne prépare pas forcément un voyage en amont mais c’est après qu’on va se dire : ah oui tiens on a fait ça, en effet, ça renvoie à telle et telle chose.

46L’alignement entre environnement et technique se fait sous l’impulsion du visiteur au moment où ce dernier ne parvient plus tout à fait à opérer par lui-même une sélection des possibles. L’alignement parfait des dispositions, dispositifs et contextes intervient cela dit assez peu fréquemment. En effet, les potentialités d’action permises par l’application mobile ont rarement été converties. L’invite à un mode d’exploration touristique original n’a été saisie — lorsqu’elle l’a été — qu’à de rares reprises (seulement 3 des 8 couples ont consulté 3 indices et plus au cours de leur visite) et que sur de très courtes périodes.

Stéphane : On a vu les armoiries et hop, on passe à autre chose. « Regardez si vous en voyez d’autres au cours de votre visite », ça tu le mets dans une case dans ta tête mais… bon si par hasard tu tombes sur la même tu regardes.

Sophie : Là pour le coup, après avoir découvert l’icône Gacholes, je peux dire que j’en ai vu une mais je n’ai pas forcément fait attention à la présence d’autres gacholes dans la ville, sans doute parce que ça n’a pas suffisamment suscité mon intérêt. Disons que si mon regard en croise une, je vais dire « ah tiens c’est le même modèle que... », mais ça m’incite pas à en chercher d’autres en fait.

Donc, vous avez vu la fin du message où était précisé qu’il y avait d’autres lieux où l’on pouvait trouver la même chose ?

Laurence : Oui, mais après par contre on n’a pas plus cherché, c’est-à-dire que là on le voyait et on ne s’est pas dit : « Oh, est-ce qu’il y en aura d’autres dans la ville ? »... Non ! On s’est contenté de ce que l’on voyait sur le moment.

Est-ce que les infos sur le Soleilhou, les Armoiries ou les Gacholes ont éveillé en vous un nouveau regard ? Est-ce que ça vous a amené à faire attention à autre chose ?

Laurence : Non on l’a pris comme une info qu’on nous donnait sur le moment. Mais ça c’est nous, c’est pas que le dispositif est mal fait, c’est que généralement voilà on voit un truc on se dit « Ah, c’est cool, c’est beau », ok il y en a d’autres dans la ville mais on ne va pas pour autant les chercher. On est très fainéants dans notre découverte.

47L’indice fourni est le plus souvent ramené à sa condition de simple description touristique. Les visiteurs ne perçoivent pas la différence de nature entre les informations du livret (centrées sur un monument singulier et son histoire) et celles de l’application (ouvertes sur une pratique reproduite ailleurs dans la ville). Elles sont donc toutes placées sur un même niveau et consommées sur site dans un intervalle de temps relativement éphémère. Les nuances sémantiques de l’application, la complexité (ou la sophistication) du message porté se sont ici montrées stériles tant leur traduction en situation échouait à requalifier le programme d’action en cours. La « sérendipité équipée », perçue comme stimulation du raisonnement indiciaire, comme navigation surprenante par association d’idées (trouver ce que l’on ne cherche pas), n’est pas aisément programmable (Cochoy, 2011). La difficulté repose tout autant sur l’identification incertaine de l’indice par le mobinaute que sur l’absence de reconnaissance du potentiel de l’indice. L’information a un faible degré de persistance et impacte généralement peu la séquence d’exploration touristique prise dans son entier. Elle peut malgré tout peser sur des strates temporelles plus courtes : les minutes qui encadrent la consultation de l’indice. Pour s’en convaincre, prenons appui sur l’exemple du début de parcours de Gaël et Mélanie.

Figure 4.a : Consultation de l’indice « Armoiries » par Gaël et Mélanie

Figure 4.a : Consultation de l’indice « Armoiries » par Gaël et Mélanie

Figure 4.b : Consultation de l’indice « Armoiries » par Gaël et Mélanie

Figure 4.b : Consultation de l’indice « Armoiries » par Gaël et Mélanie

48Comme l’atteste l’historique de navigation ci-dessus, Gaël a consulté l’indice « Armoiries » pendant 1 minute et 6 secondes. Durant cet intervalle, il a pu parcourir l’intégralité du texte d’accompagnement de l’indice et a donc été averti de la possibilité de retrouver les armoiries de la ville sur différents monuments albigeois. D’ailleurs, après avoir examiné l’édifice des bains douches (ses armoiries et blasons), Gaël et Mélanie s’arrêtent quelques dizaines de mètres plus loin devant le monument aux morts où sont également gravées les armoiries des familles les plus illustres d’Albi.

49Concernant le surgissement de l’indice, il intervient à un moment où le couple commence à marcher d’un bon pas. Étant en début de visite et venant de prendre en main le dispositif, l’indice vient à eux et les amène, l’espace de quelques secondes, à ralentir leur rythme de marche pour repartir ensuite sur un rythme plus soutenu. L’indice des armoiries accompagne notre couple sur les premières minutes de la visite pour ensuite laisser place à d’autres préoccupations et centres d’intérêt.

50Nous retrouvons Mélanie et Gaël un peu plus tard aux abords du cloître Saint-Salvy. Gaël repère sur le smartphone l’apparition de l’indice décrivant les « gacholes » et le consulte durant 5 minutes et 22 secondes. Ce temps est mis à profit pour se déplacer au cœur du cloître Saint-Salvy et de la promenade ombragée jouxtant l’édifice. Dès l’ouverture de l’indice, Mélanie et Gaël peuvent apercevoir la gachole du cloître Saint-Salvy. Une fois cette première gachole identifiée et après avoir entamé un tour dans le « jardin des simples », une seconde gachole — celle d’un hôtel particulier situé non loin de là — leur fait face.

Figure 5.a : Consultation de l’indice « Gacholes » par Gaël et Mélanie

Figure 5.a : Consultation de l’indice « Gacholes » par Gaël et Mélanie

Figure 5.b : Consultation de l’indice « Gacholes » par Gaël et Mélanie

Figure 5.b : Consultation de l’indice « Gacholes » par Gaël et Mélanie

51Ici, le temps d’affichage de l’information (5 minutes et 22 secondes) est à mettre directement en lien avec la résonance spatiale du contenu proposé. C’est bien parce que plusieurs manifestations de l’indice apparaissent dans un court intervalle de temps que la consultation de l’information se prolonge. Ainsi, il semble qu’il existe une fenêtre temporelle relativement étroite, ne tolérant aucun délai, entre la découverte de l’indice et l’application de cette information sur le réel. Si la correspondance entre signifiant et signifié ne se fait pas rapidement, le lien échouera à se maintenir, le raisonnement indiciaire s’achèvera avant même d’avoir été instauré. Si, à l’inverse une connexion s’établit entre espaces numérique et physique, l’attention de l’usager sera momentanément captée.

Conclusion

52Notre enquête a tout d’abord permis de constater que les services numériques mobiles étaient, au même titre que les équipements papier, mis à distance par leurs utilisateurs. Les tentatives des prescripteurs (ici les enquêteurs) consistant à soumettre aux usagers une approche exploratoire inédite (application sérendipienne) se sont heurtées aux logiques préexistantes et hétérogènes des individus. Ce premier résultat nous invite à ne pas donner une trop grande importance aux thèses encore fort influentes de la substitution numérique et de l’imposition descendante des informations pertinentes. Les usagers accordent autant — sinon moins — d’importance à ces (res)sources nouvelles qu’à celles déjà intégrées à leurs routines d’action.

53Cela étant dit, l’ajout d’une application mobile à l’équipement embarqué s’est avéré fort influent et a pesé, de différentes manières, sur la mobilité des usagers. Nous avons notamment pu voir que les usagers du smartphone réduisent de manière significative leur rythme de visite tout en faisant moins d’arrêts que leurs homologues munis d’équipements papier. Les couples disposant d’un smartphone prennent connaissance des informations numériques en mouvement. Rares sont les consultations de l’application qui provoquent un arrêt de la marche. À défaut d’arrêts, on observe un nombre plus important de piétinements chez les usagers de l’application. L’appréhension de l’espace est donc imperceptiblement affectée par l’introduction de cet équipement. Les déplacements sont plus continus, et l’introduction d’informations est plus diffuse et bénéficie d’une attention sans doute plus flottante.

54Non seulement le rythme d’exploration est affecté par l’outil numérique, mais l’orientation de la visite est elle aussi altérée. Ce n’est d’ailleurs pas tant le contenu de l’application qui intervient ici que sa forme. Nous avons montré combien le marqueur de géolocalisation conjugué au zoom de la carte numérique entraînait, de façon insidieuse, une contention des débords et contournements plus importante. C’est la prise d’information en temps réel sur son propre positionnement et la capacité de percevoir instantanément l’écart à l’itinéraire conseillé qui entraîne une conformation plus grande à l’itinéraire conseillé. Le pouvoir de représentation spatiale d’un écart constaté aux attentes des prescripteurs — et par extension à ce que d’autres que soi sont amenés à faire — est au cœur de ce principe de normalisation du parcours.

55Les prescriptions qui se formalisent par des indices visuels, des éléments déictiques, des affichages informationnels délimités semblent avoir davantage de chances d’être opérantes et efficaces que ne le sont les prescriptions textuelles rédigées avec soin et faisant appel à la réflexion (et donc au filtre interprétatif) de l’usager du service. Se montrer attentif à la nature des prescriptions émises s’avère donc essentiel à la compréhension de ses effets. Un effort plus soutenu mériterait d’être produit en ce sens de manière à mieux identifier le nuancier prescriptif à la disposition des acteurs de l’offre.

56Enfin, nous avons vu que la prise d’information, lorsqu’elle est inattendue, reçoit une attention variable. Il faut un parfait alignement entre l’environnement (qui se laisse voir), le dispositif (qui donne à voir) et l’usager (qui est plus ou moins disposé à avoir prise sur ces deux supports) pour que le fil prescriptif des équipements numériques soit suivi de façon optimale. Cet alignement est à mettre en lien avec la fluctuation attentionnelle des individus dans l’économie d’un espace surchargé de sollicitations. On assiste donc fréquemment à des effets de rupture attentionnelle qui brouillent le message et font que l’usager ne peut en lire qu’une portion congrue.

Haut de page

Bibliographie

AGUITON C., CARDON D., SMOREDA Z. (2009), “Living maps. New data, new uses, new problems”, First International Forum on the Application and Management of Personal Electronic Information, October 12-13, Cambridge, MA: MIT.

AKRICH M. (1992), “The De-Scription of Technical Objects”, In BIJKER W.E., LAW J., Shaping Technology/Building Society. Studies in Sociotechnical Change, Cambridge, Massachussetts: The MIT Press.

AKRICH M. (1998), « Les utilisateurs, acteurs de l’innovation », Education permanente, n° 134, pp. 79-89.

AKRICH M., BOULLIER D. (1991), « Le mode d’emploi, genèse, forme et usage », In CHEVALLIER D. (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre, Paris : Éditions de la MSH, pp. 113-131.

ATTOUR A., RALLET A. (2014), « Le rôle des territoires dans le développement des systèmes trans-sectoriels d’innovation locaux : le cas des smart cities », Innovations, vol. 1, n° 43, pp. 253-279.

BEAUDOUIN V., CARDON D., MALLARD A. (2001), « De clic en clic. Créativité et rationalisation dans les usages des intranets d’entreprise », Sociologie du Travail, 43, pp. 309-326.

BESSY C., CHATEAURAYNAUD F. (1993), « Les ressorts de l’expertise. Epreuves d’authenticité et engagements des corps », Raisons Pratiques, n° 4.

BORDEAUX M.-C., RENAUD L. (2012), « Patrimoine « augmenté » et mobilité. Vers un renouvellement de l’expérience culturelle du territoire », Interfaces numériques, 1(2), pp. 273-285.

BOULLIER D. (2004), « Objets portables en tous genres et prises sur le monde : l’habitèle comme extension du domaine de la personne », Consommation & Société, n° 4.

BOULLIER D. (2011), « Habitèle virtuelle », Urbanisme, Publications d’architecture et d’urbanisme, pp. 42-44.

CALVIGNAC C, JALAUDIN C. (2014), « L’équipée touristique ou le rôle des équipements portables dans l’exploration d’un lieu méconnu », Téoros [Online], 33/2.

CALVIGNAC C., COCHOY F. (2015), “From "market agencements" to "vehicular agencies": insights from the quantitative observation of consumer logistics”, Consumption Markets & Culture, DOI: 10.1080/10253866.2015.1067617

CATELLIN S. (2014), Sérendipité. Du conte au concept, Paris : Seuil, 264 p. (coll. Science ouverte).

CARDON D. (2015), À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure des big data, Paris : Seuil, 112 p. (La République des idées).

CERTEAU (de) M. (1980), L’invention au quotidien, 1. Arts de faire et 2. Habiter, cuisiner, Éd. établie et présentée par GIARD L. [1990], Paris : Gallimard.

COCHOY F. (2004), La captation des publics : c’est pour mieux te séduire mon client, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail.

COCHOY F. (2011a), Sociologie d’un « curiositif ». Smartphone, code-barres 2D, et self marketing, Lormont : Le Bord de l’eau, 178 p. (coll. « Mondes Marchands »)

COCHOY F. (2011b), De la curiosité. L’art de la séduction marchande, Paris : Armand Colin, 279 p.

COCHOY F., CALVIGNAC C. (2013), « Mort de l’acteur, vie des clusters », Réseaux, vol. 6, n° 182, pp. 89-118.

CONEIN B., DODIER N., THEVENOT L. (1993), Les objets dans l’action, Paris : Editions de l’EHESS, (Raisons pratiques, 4).

DENIS J., PONTILLE D. (2010), Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux du métro, Paris : Presses des Mines, (coll. Sciences Sociales).

DE SOUZA E SILVA A. (2006), “From Cyber to Hybrid : Mobile Technologies as Interfaces of Hybrid Spaces”, Space and Culture, 9(3), pp. 261-278.

DESVIGNES C., JACQUOT S. (2014), "Big data, traces numériques et observation du tourisme", Espaces, n° 316.

DODIER N. (1993), « Les appuis conventionnels de l’action. Éléments de pragmatique sociologique », Réseaux, n° 62,1993/6, pp. 63-85.

DREVON G., GWIAZDZINSKI L. (2014), « Représenter des populations et des territoires en mouvement. De l’observation des pratiques individuelles à l’intelligence des mobilités », Netcom [En ligne], 28-1/2 [http://journals.openedition.org/netcom/1504]

FIJALKOW Y., MARTIN E., CALVIGNAC C. (2016), « Le retour des commerces en centre-ville comme stratégie d’aménagement local. Le cas d’Albi », Espaces et sociétés, n° 168-169.

FOURMENTRAUX J.-P. (2015), Identités numériques. Expressions et traçabilité, Paris : CNRS Éditions, (coll. Les Essentiels d’Hermès).

GOLDHABER M.H. (1997), “The attention economy on the net”, First Monday, 2(4), April, [http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/519/440]

GOMBAULT V. (2013), « L’Internet de plus en plus prisé, l’internaute de plus en plus mobile », INSEE Première, n° 1452, juin.

GREENFIELD A. (2010), Everyware: The dawning age of ubiquitous computing, New Riders.

HATCHUEL A. (1995), « Les marchés à prescripteurs. Crises de l’échange et genèse sociale », In JACOB A., VERIN H., L’inscription sociale de marché, Paris : L’Harmattan, pp. 205-225.

JAUREGUIBERRY F., LACHANCE J. (2016), Le voyageur hypermoderne. Partir dans un monde connecté, Toulouse : Erès, (coll. « Sociologie clinique »).

JOUËT J., RIEFFEL R. (2013), S’informer à l’ère numérique, Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

KARPIK L. (2000), « Le Guide rouge Michelin », Revue Française de Sociologie, 42 (3), pp. 369-389.

KESSOUS E. (2012), L’attention au monde. Sociologie des données personnelles à l’ère du numérique, Paris : Armand Colin, 320 p.

KESSOUS E., MELLET K., ZOUINAR M. (2010), « L’économie de l’attention. Entre protection des ressources cognitives et extraction de la valeur », Sociologie du travail, vol. 52, n° 3.

LATOUR B. (1986), “Vizualisation and cognition: Thinking with eyes and hands”, Knowledge and Society, 6:1040.

LATOUR B., HERMANT E. (1998), Paris ville invisible, Paris : La Découverte, (Les empêcheurs de penser à rond).

LATOUR B. (2000), « La fin des moyens », Réseaux, vol. 18, n° 100, pp. 39-58.

LICOPPE C., LEVALLOIS-BARTH C. (2009), « Configurer l’accessibilité des voyageurs équipés à des services mobiles multimédia. Le cas des publicités « augmentées » par Bluetooth dans la métro parisien », Réseaux, vol. 4, n° 156, pp. 15-48.

MALLARD A. (2000), « La presse de consommation et le marché. Enquête sur le tiers consumériste », Sociologie du travail, vol. 42, n° 3, pp. 391-409.

MARZLOFF B. (2005), Mobilités, trajectoires fluides, Éditions de l’Aube.

MERTON R. K., BARBER E. (2006), The Travels and Adventures of Serendipity, Princeton: Princeton University Press.

MORIN E. (1986), La Méthode, T.3, Paris : Seuil.

NORMAN D.A. (1988), The psychology of everyday things, New York: Basic Books, 272 p.

NORMAN D.A. (2002), The Design of Everyday Things, New York: Basic books.

RALLET A., AGUILERA A., GUILLOT C. (2009), « Diffusion des TIC et mobilité : permanence et renouvellement des problématiques de recherche », Flux, vol. 4, n° 78, pp. 7-16.

SALVADORE M., MENVIELLE L., TOURNOIS L. (2015), « Diffusion des services mobiles et mobilité du consommateur : une étude sur les déterminants et les conséquences des usages au cours d’un séjour touristique », Management & Avenir, vol. 3, n° 77, pp. 163-185.

SHOVAL N., ISAACSON M. (2007), “Tracking tourists in the digital age”, Annals of Tourism Research, 34(1), pp. 141-159.

SIMONDON G. (1958), Du mode d’existence des objets techniques, Paris : Aubier.

WANG D., PARK S., FESENMAIER D.R. (2012), “The role of Smartphones in Mediating the Tourist Experience”, Journal of Travel Research, 51(4), pp. 371-387.

Haut de page

Notes

1 L’enquête s’est déroulée en trois temps : 6 couples ont d’abord été accueillis au cours du mois d’août 2014 ; 8 couples ont été reçus durant les mois de mars et avril 2015 et enfin 7 autres couples ont participé à l’expérimentation de mai à juin 2015. Sur les 21 couples observés, deux ont participé à la phase exploratoire de l’enquête et ne figurent donc pas dans l’échantillon finalement retenu. Trois autres couples ont été retirés de l’échantillon car ils présentaient des caractéristiques trop singulières (en matière d’âge, de niveau d’études) et auraient déséquilibré par conséquent l’un des deux groupes constitués.
Précisons ici que l’enquête a été tributaire de la disponibilité — souvent limitée — des participants. Étant pour la plupart actifs, ces derniers ne pouvaient se libérer qu’en fin de semaine ce qui limitait considérablement notre temps d’intervention. Ajoutons également que nous ne recevions que 2 couples par demi-journée programmée de façon à prendre le temps d’accueillir les participants, de les informer sur les conditions de réalisation de l’expérimentation et de réaliser avec eux des entretiens d’explicitation approfondis en fin de visite.
Les couples retenus dans l’échantillon ont tous joui de conditions climatiques comparables : aucun des couples n’a parcouru la ville sous la pluie, tous ont bénéficié d’un temps clément. Le temps qui sépare le passage des premiers et derniers participants est relativement important (plusieurs mois d’écart) ce qui laisse présager de la survenue de quelques modifications dans le paysage traversé. Ces modifications sont, cela dit, tout à fait marginales étant donné qu’aucun aménagement de grande ampleur n’a été pratiqué dans le centre historique d’Albi au cours de cette période (Fijalkow, Martin, Calvignac, 2016). Enfin, les participants ont tous parcouru la ville sur des plages horaires de moins de trois heures en matinée ou dans l’après-midi. Leur parcours n’a donc pas été interrompu par une pause déjeuner. Ils ont traversé le centre-ville alors que les magasins étaient ouverts et exposaient leur vitrine au regard des passants.

2 Le récepteur, rangé dans le sac, pouvait être oublié très rapidement et contribuer ainsi à la discrétion du suivi.

3 Les deux modèles de récepteurs GPS utilisés sont le Garmin Oregon 650t et le Garmin Oregon 600t (à la différence du premier, le second n’a pas d’appareil photo intégré). Ces deux modèles permettent de visualiser, enregistrer et reproduire avec une grande précision les itinéraires empruntés. Le logiciel Garmin Base Camp — fourni avec les récepteurs — propose différents outils de mesure et de représentation cartographique. Ce logiciel est doté d’une interface très intuitive qui offre la possibilité d’exporter, en quelques clics, les données recueillies sur différents fonds de carte ou logiciels de traitement statistique.

4 Nous souhaitions que les couples de visiteurs n’aient jamais visité le centre historique d’Albi. Nous ne pouvions donc pas recruter nos volontaires dans l’albigeois. Nous avons donc choisi de centrer notre travail de recrutement à Toulouse.

5 Nous remercions l’ensemble de ceux qui se sont déplacés mais aussi ceux qui se sont contentés de passer le mot et ont ainsi contribué à relayer notre appel à participation.

6 Pour rappel, les trois princes de Serendip sont sommés par leur père de découvrir les environs de l’île de Ceylan sans autre but que l’observation d’un ailleurs et l’apprentissage de l’altérité. Ils observent, chemin faisant, les paysages traversés comme les particularités insignifiantes de bord de route. Après avoir observé, au cours de leur périple, différents indices se présentant à eux de façon incidente, ils parviennent à reconstituer l’image d’un chameau borgne, édenté et boiteux qui aurait, selon leurs observations, emprunté ce chemin avant eux. Ils sont même en mesure de préciser que ledit chameau portait sur son dos une femme enceinte, du beurre et du miel (Merton, Barber, 2006 ; Cochoy, 2011 ; Catellin, 2014). Par un raisonnement abductif, ils recomposent fidèlement le portrait de cet attelage auquel ils emboîtent le pas sans jamais l’avoir vu.

7 L’application ne vibre ni ne sonne lors de la réception de l’indice.

8 X² de Pearson = 5,236 ; signification asymptotique bilatérale = 0,022 ; degré de liberté = 1.

9 Les relevés GPS, aussi précis qu’ils puissent être, perdent parfois la trace des visiteurs sur 1, 2 voire 3 relevés (soit de 10 à 30 secondes). Pour éviter d’interpréter faussement ces zones d’ombre comme relevant d’arrêts effectifs, nous avons fait le choix de ne prendre en compte que les arrêts se prolongeant sur une durée minimale d’une minute. Cela permet également de ne considérer que les arrêts prolongés qui permettent davantage aux visiteurs de prendre connaissance des informations présentes dans leur environnement immédiat et de se réorganiser en conséquence. Le même raisonnement nous a conduit à identifier les piétinements comme étant des ralentissements d’une durée minimale d’une minute. Le périmètre de 100 m2 caractérisant les piétinements a quant à lui été retenu après en avoir éprouvé la pertinence à la lecture des données recueillies. Nous avons en effet rejoué l’ensemble des séquences de piétinements ainsi retenues et avons constaté, pour chacune d’elles, que les visiteurs ralentissaient considérablement leur rythme de visite et connaissaient de véritables pauses dans l’exécution de leur déplacement souvent agrémentés de brefs retours en arrière ou de trajectoires erratiques. Le périmètre retenu (100m2) n’en demeure pas moins un critère arbitraire qui pourrait être modulé avec avantage de façon à distinguer de nouvelles formes de ralentissements et/ou de piétinements.

10 X² de Pearson = 8,533 ; signification asymptotique bilatérale = 0,03 ; degré de liberté = 1.

11 X² de Pearson = 4,571 ; signification asymptotique bilatérale = 0,033 ; degré de liberté = 1.

12 X² de Pearson = 5,236 ; signification asymptotique bilatérale = 0,022 ; degré de liberté = 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Itinéraire conseillé - Les 10 points d’intérêt de la ville
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 : Application « Les clefs de la ville rouge » - Indice « Hôtels Particuliers »
Légende Les clefs de la ville rouge.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2805/img-2.png
Fichier image/png, 332k
Titre Figure 3 : Répartition spatiale des 5 indices
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2805/img-3.png
Fichier image/png, 218k
Titre Carte 1 : Zones fréquentées par les couples sans application
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2805/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Carte 2 : Zones fréquentées par les couples avec application
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2805/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 4.a : Consultation de l’indice « Armoiries » par Gaël et Mélanie
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2805/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 4.b : Consultation de l’indice « Armoiries » par Gaël et Mélanie
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2805/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 5.a : Consultation de l’indice « Gacholes » par Gaël et Mélanie
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2805/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 5.b : Consultation de l’indice « Gacholes » par Gaël et Mélanie
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2805/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jan Smolinski et Cédric Calvignac, « Effets de l’usage d’une application mobile sur l’exploration touristique du centre historique d’Albi », Netcom, 31-3/4 | 2017, 519-548.

Référence électronique

Jan Smolinski et Cédric Calvignac, « Effets de l’usage d’une application mobile sur l’exploration touristique du centre historique d’Albi », Netcom [En ligne], 31-3/4 | 2017, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2805 ; DOI : 10.4000/netcom.2805

Haut de page

Auteurs

Jan Smolinski

Doctorant au CERTOP [UMR 5044], Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.
E-mail : jsmolins@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Cédric Calvignac

Maître de conférences en Sociologie, Membre du CERTOP [UMR 5044], Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.
E-mail : cedric.calvignac@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals