Navigation – Plan du site
Compte-rendu

Le bien-être habitant, élément intrant et extrant d’une politique d’aménagement numérique du territoire

Compte rendu de la thèse de M. FORET Jean-Luc
Sébastien Fleuret
p. 549-552

Texte intégral

1Peu de travaux de recherche ont abordé simultanément les thématiques du bien-être et du numérique. La thèse de Jean Luc Forêt propose une lecture de la relation entre ces deux thématiques au prisme du territoire via les pratiques habitantes, des inégalités d’accès au numérique et des jeux d’acteurs dans les politiques d’aménagement. Adossée à une travail de terrain dans les Yvelines où l’auteur est employé en qualité de responsable de la mutualisation des systèmes d’information cette thèse combine une approche argumentée et une réflexion teintée d’un militantisme parfois exacerbé qui donne à ce manuscrit parfois plus l’aspect d’un essai que d’une thèse académique. Une double conviction sous-tend manifestement la thèse : le numérique est désormais indispensable au « bien-être » habitant, par conséquent les élus locaux doivent s’engager dans des politiques du numérique avec une ambition qui devrait dépasser largement celle qui consiste uniquement à équiper le territoire en haut débit.

2Dès lors, la question centrale est la façon dont les politiques publiques envisagent le développement numérique de leur territoire et sur les usages et les pratiques numériques des habitants, l’ensemble trouvant sa cohérence dans la question du bien-être habitant à l’heure du numérique. Le sujet est original, la manière de l’aborder également considérant que la préoccupation du bien-être habitant est à la fois un intrant de la politique d’aménagement du territoire (qu’il peut nourrir) et un extrant en tant que mesure possible d’une politique couronnée de succès.

3La thèse s’organise selon deux parties, l’une posant le cadre théorique et méthodologique, l’autre exposant une étude de cas à partir de trois enquêtes originales.

4La première partie oscille entre état de l’art et réflexion personnelle (fort claire) sur l’univers du numérique, sa construction et ses effets. L’auteur invite ainsi le lecteur à une exploration d’un « univers » qui lui est familier retraçant tour à tour l’historique des politiques en faveur du numérique ou les transformations du rapport au territoire induites par le développement du numérique. Si le profane y apprend énormément (les politiques successivement conduites au niveau national font l’objet d’une analyse critique fine), quelques éléments auraient pu être approfondis et la vision d’ensemble est certainement plus idéaliste et positive qu’en réalité. La question du développement du numérique permettant de justifier la fermeture de services (par leur numérisation) et par voie de conséquence contribuant à de « vider » certains territoires de leurs services aurait pu être développée.

5Dans un deuxième temps de la première partie le bien-être est mobilisé comme clé de lecture néanmoins cette mobilisation d’une notion complexe, à forte dimension subjective, est partielle : elle sert une argumentation qui vise à démontrer que désormais, disposer d’un équipement numérique et avoir accès à un bouquet de services est inhérent aux modes de vie contemporains, qu’internet est indispensable aux personnes interrogées et que les usagers d’internet en retirent un certain « bien-être ». Pour autant le matériau d’étude ne permet pas d’approfondir certaines questions : Le bien-être évoqué est-il dépendant de l’usage de services numériques ou est-ce simplement un confort supplémentaire ?

6A travers l’exemple des Yvelines, l’auteur pose, dans la seconde partie de son manuscrit, la question pertinente de l’articulation entre les TIC et l’habiter et des politiques qui l’encadrent. Cependant, là aussi des approfondissements sont souhaitables au sujet du vécu des habitants dans leur usage des TIC. Quelle est la place réelle de ces technologies par rapport à d’autres pratiques (usage de l’automobile, pratiques sportives, festives,..) ? L’auteur questionne le rôle et les postures des élus sur ce sujet et à la suite de ces interrogations apparaît, sous-jacente, une réflexion sur les NTIC qui éloignent via une administration numérique, sans guichet, fonctionnant avec moins de moyens humains, un service standardisé et délocalisé ? Cette question est confrontée dans la thèse à celle de la démocratie numérique à travers la vision (encore une fois un peu naïve) de NTIC qui favoriseraient l’expression citoyenne. JL Forêt pose une bonne question : le numérique est-il un bon ami ? La dématérialisation des services ne vide-t-elle pas les territoires et n’est-elle pas dans ce cas facteur de mal-être plus que de bien-être ? D’autres questions sont également soulevée par le jury à la lecture de la thèse (sans que l’on y trouve de réponses) : que se passerait-il si l’on confrontait le bien-être retiré du numérique à des indicateurs usuels de défavorisation sociale ? De la même manière, si l’on intégrait les populations les plus défavorisées à l’enquête, tirerait-on les mêmes conclusions sur la participation et les vertus citoyennes du numérique ?

7En conclusion, cette thèse pose de nombreuses questions, très pertinentes, mais les enquêtes présentées ne reposent sans doute pas sur des échantillons suffisamment représentatifs. Elles ne comprennent que des questions portant sur les usages du numérique et manquent de données générales sociales et économiques pouvant servir de variables explicatives. Face à un sujet multidimensionnel (comme le dit très bien le candidat) on attendait un appareillage méthodologique multidimensionnel également. N’aurait-il pas été intéressant par exemple de faire définir par les habitants leur vision du bien-être pour la comparer à leurs usages du numérique et à la place qu’ils donnent à celui-ci dans leur bien-être ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Fleuret, « Le bien-être habitant, élément intrant et extrant d’une politique d’aménagement numérique du territoire », Netcom, 31-3/4 | 2017, 549-552.

Référence électronique

Sébastien Fleuret, « Le bien-être habitant, élément intrant et extrant d’une politique d’aménagement numérique du territoire », Netcom [En ligne], 31-3/4 | 2017, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2815

Haut de page

Auteur

Sébastien Fleuret

Directeur de recherches CNRS, Directeur du site ESO-Angers (UMR 6590), Maison de la recherche, 5 bis Bd Lavoisier, 49 000 Angers – France. Mail : sebastien.fleuret@univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals