Navigation – Plan du site

Comment analyser les smart cities ?

Nicolas Rio

Texte intégral

  • 1 Journée d’étude “ Internationalising Cities. Urban fabric and urban policies in a globalising world (...)

1« Comment étudier empiriquement la smart city ? » Tel était l’interpellation lancée par Gilles Pinson à la suite d’une présentation d’Antoine Picon1, comme en écho au numéro spécial de Netcom sur « les villes intelligentes au prisme des études de cas ». Alors que la notion de « smart cities » est en passe de devenir le nouveau mot d’ordre de l’action publique urbaine, les chercheurs s’accordent sur la nécessité d’en déconstruire le caractère équivoque et incantatoire par une analyse plus empirique de ses déclinaisons concrètes.

  • 2 Elle s’appuie pour cela sur une recherche menée pour l’ADEME, l’AMF et le PUCA sur les nouveaux mod (...)

2Mais par où commencer ? Par qui et comment la notion de ville intelligente et ses implications urbaines se laissent-elles entrevoir ? Sans prétendre apporter une réponse définitive à ce chantier de recherche, cette note scientifique vise à proposer quelques pistes d’exploration2. Revenant sur le risque d’aborder la smart city sous le seul prisme des « territoires démonstrateurs », nous faisons l’hypothèse que la ville saisie par le numérique se caractérise aussi et avant tout par le passage de l’infrastructure aux services. Ce qui nous conduit à mettre l’accent sur la recomposition des acteurs de services urbains et sur l’évolution de leurs modèles économiques.

De la smart city au prisme des infrastructures…

3Confronté à la difficulté de définir a priori la « smart city », une première entrée empirique consiste à suivre l’usage de cette notion ambiguë par les acteurs, à en retracer la généalogie puis à en étudier les traductions concrètes. C’est notamment la piste suivie par l’historien Antoine Picon (Picon 2013) et par les travaux plus empiriques menés sur les premiers territoires démonstrateurs, à l’échelle d’une ville (Songdo, Masdar) ou d’un quartier (Confluence à Lyon, Issy Grids à Issy-les-Moulineaux).

4Ces travaux permettent de souligner l’imbrication qui émerge à partir des années 2000 entre des acteurs issus des TIC (IBM, Cisco, Toshiba, etc.) souhaitant se positionner sur l’urbain à la suite de l’éclatement de la bulle internet et des élus locaux soucieux de démontrer leur capacité à être innovant. Ils révèlent aussi l’importance de la dimension narrative dans le succès du terme smart cities, en interrogeant le caractère performatif de cet « idéal auto-réalisateur » (Picon 2013).

5En focalisant l’attention sur les territoires désignés comme emblématiques de la smart city, ces travaux accordent une grande importance à la dimension infrastructurelle de la ville intelligente. La ville intelligente est appréhendée comme l’ajout d’une « digital skin » (Rabari et Storper 2015) aux réseaux existants. L’exemple des smart grids témoigne de cette approche centrée sur l’infrastructure, à travers la multiplication des capteurs et l’objectif du monitoring en temps réel. La plupart des déclinaisons de la smart city prennent ainsi la forme d’opérations d’aménagement construites ex-nihilo. Les innovations mises en œuvre (réseaux intelligents, batiments connectés, navettes autonomes…) sont cantonnées dans l’espace, voire dans le temps, avec le risque d’obsolescence de ces morceaux de ville innovants. Les images accompagnant les campagnes marketing d’IBM et de Cisco sont une autre illustration de cette lecture infrastructurelle de l’urbain. Leur point de vue en surplomb sur une ville faite de gratte-ciels vitrés et d’infrastrustructures connectées n’est d’ailleurs pas sans rappeler les images prospectives des années 1970 sur la ville du futur.

6D’autre part, cette entrée par les territoires démonstrateurs induit l’idée d’une maitrise de ces transformations par l’acteur public. Les gouvernements locaux y sont présentés comme les initiateurs ou les destinataires de ces démarches. Cette vision s’explique par le positionnement des entreprises de télécommunications (et de plus en plus par les opérateurs de services urbains), qui cherchent à vendre de nouveaux produits aux collectivités, avec la promesse d’une maitrise de la ville en temps réel par les big data et les algorithmes. Le succès marketing du Centre opérationnel de la ville de Rio témoigne du mythe de ce pilotage rationnel de la ville. Là encore, les images produites par IBM et Cisco sont éloquentes : cette ville désincarnée s’adresse davantage aux édiles locales et à leurs administrations qu’à leurs habitants et leurs usagers.

… à l’étude de la ville saisie par le numérique

7En complément de cette première approche, une deuxième entrée empirique semble possible pour étudier l’émergence de la ville intelligente et ses conséquences sur l’urbain. Celle-ci suppose de prendre de la distance par rapport au vocable de smart city et à ses promoteurs pour recentrer l’analyse sur les mutations suscitées par la diffusion de la révolution numérique à l’urbain. Dans cette perspective, la smart city désigne davantage une ville « saisie par le numérique » qu’une ville supposément intelligente.

8Trois constats résultent de ce renversement. Premièrement, les transformations à l’œuvre portent moins sur le déploiement d’infrastructures nouvelles que sur l’émergence de nouveaux services et de nouveaux usages. Les secteurs de la mobilité et de l’immobilier constituent un terrain privilégié pour observer ces mutations. Ces deux secteurs sont bousculés par le développement d’une économie de plateforme, centrée sur l’activation de la multitude (Colin et Verdier 2012) et sur le passage de l’infrastructure au service. Cette évolution ne se limite pas aux nouveaux entrants comme Uber, Waze, AirBNB ou WeWork. Elle concerne aussi les opérateurs plus traditionnels : la SNCF investit le marché du covoiturage avec OuiCar, la RATP se positionne sur les services à la mobilité à travers son appli smartphone ou sa filiale EM Services, Nexity passe de la promotion à l’exploitation de l’immobilier à travers les parkings mutualisés (partenariat avec ZenPark), la colocation (rachat de WeRoom) ou le télétravail (création de la filiale BlueOffice).

9Deuxièmement, les gouvernements locaux sont rarement les acteurs centraux de ces mutations. Celles-ci obéissent davantage à des logiques de marché. Du côté de la demande, elles correspondent à une transformation des pratiques individuelles, alimentée par l’usage croissant des smartphones et la recherche de nouvelles sources de revenus. Du côté de l’offre, elles prennent la forme de services toujours plus réactifs et individualisés, via la captation des données utilisateurs et leur traitement algorithmique (la production de donnée servant aussi de mode de rémunération pour ces services gratuits). Les controverses autour d’Uberpop ou de la taxe AirBNB montrent que l’acteur public n’est jamais totalement absent. Mais il intervient plutôt en réaction, pour tenter de réguler une situation déjà-là, comme ce fut le cas pour la culture avec Internet au début des années 2000.

10Troisièmement, ces mutations de la ville saisie par la révolution numérique ne sont pas sans lien avec les transformations de l’urbain. Au contraire, elles entrent en résonance avec la reformulation des objectifs des différents services urbains, notamment du fait des impératifs écologiques (Coutard et Le Bris 2008). Par exemple, le développement de l’autopartage ou des applications d’aide à la mobilité participent au basculement des transports urbains vers la mobilité. De la même façon, la décentralisation de la production d’électricité et la croissance des services d’aide à l’optimisation de la consommation d’énergie contribuent au passage de la distribution d’électricité et de gaz à l’enjeu de la performance énergétique. La conjonction de ces deux phénomènes (apparition de nouveaux usages et reformulation des services urbains) provoque un brouillage de la frontière entre public et privé.

Quelques pistes pour un chantier de recherche

11S’il invite à déplacer la focale d’analyse de la smart city, le format exploratoire de l’étude que nous avons mené limite néanmoins la robustesse de notre analyse. Les conclusions présentées ci-dessus sont à prendre comme des hypothèses intermédiaires, qui mériteraient d’être étayées par des études de cas plus fines et plus systématiques.

  • 3 On pense notamment aux chercheurs du LATTS, avec les travaux de Dominique Lorrain ou d’Olivier Cout (...)

12Ce chantier de recherche s’inscrit dans le prolongement des travaux sur les services urbains3. Tout en s’appuyant sur l’analyse des trajectoires des services urbains et de leurs opérateurs, cette approche de la smart city prend place dans le débat sur la ville post-réseaux (Coutard et Rutherford 2013). Ni consécration ni disparition de la ville des réseaux (Ménard et Daniélou 2015), la smart city marque plutôt le déplacement de la question des réseaux urbains vers celle des services urbains.

13A partir de cette hypothèse, trois pistes peuvent être signalées pour ces futures recherches. La première piste repose sur l’analyse des recompositions de la chaine de valeur des services urbains, en questionnant aussi bien leur fonctionnement que leur gouvernance. Il s’agit de dresser le panorama dynamique des opérateurs de services urbains (qui ne sont pas tous des opérateurs de réseaux) et de leur positionnement respectif, à partir des mutations de l’offre de service. Quels sont les nouveaux services proposés ? Par quels acteurs et pour quels publics ? Quels sont les modes de monétisation de ces nouvelles « propositions de valeur » (Osterwalder et Pigneur 2011) et en quoi viennent-elles modifier la chaine de valeur antérieure ? Cette entrée permet de sortir d’une approche juridiste centrée sur les modes de gestion (Petitet 1999) pour s’intéresser à l’évolution de l’offre de services et au partage des rôles (et de la valeur) entre les acteurs qui y participent.

14Une deuxième piste consiste à cibler l’analyse sur le repositionnement des grandes entreprises de services urbains. Elle reprend les problématiques évoquées ci-dessus mais en changeant de point de vue : les mutations ne sont plus appréhendées à partir du secteur mais à partir d’une entreprise. Il s’agit notamment de regarder la création de filiales spécialisées ou de joint-venture avec des entreprises des TIC ou d’autres secteurs, d’identifier les segments considérés comme rentables ou déficitaires, de retracer leurs tentatives (réussies ou non) de positionnement sur de nouveaux marchés. Cette entrée par la structure capitalistique et par le chiffre d’affaire permet d’éclairer le processus d’hybridation des différents services urbains et d’analyser les déplacements du partage de la valeur sur le fonctionnement de la ville et de ses services.

15La troisième piste porte sur les conséquences de ces transformations pour l’acteur public, afin d’interroger la notion d’autorité organisatrice. Dans la ville des réseaux urbains financés par l’impôt, l’acteur public était appréhendé à partir de la figure de la collectivité concédante. Mais avec la diffusion du numérique et le passage à la multitude, les opérateurs de services urbains ne se cantonnent plus à un rôle d’exploitant ou de prestataire. Ils prennent une place croissante dans la définition du service et sa régulation, au point de concurrencer les collectivités sur leur fonction d’autorité organisatrice. L’étude des controverses sur le partage des rôles entre l’acteur public et les opérateurs privés à partir d’exemples précis permettraient d‘éclairer ce processus de mise à l’épreuve de l’autorité des collectivités dans leur fonction organisatrice.

Haut de page

Bibliographie

COLIN N., VERDIER H. (2012), L’âge de la multitude  : Entreprendre et gouverner après la révolution numérique, Paris : Armand Colin.

COUTARD O., BRIS C. Le. (2008), « Les réseaux rattrapés par l’environnement  ? Développement durable et transformations de l’organisation des services urbains », Flux, n° 74.

COUTARD O., RUTHERFORD J. (2013), « Vers l’essor de villes “post-réseaux”  : infrastructures, innovation sociotechnique et transition urbaine en Europe », In L’innovation face aux défis environnementaux de la ville contemporaine, Presses polytechniques Universitaires Romandes.

MENARD F., DANIELOU J. (2015), La ville intelligente  : consécration ou disparition de la ville des réseaux  ?.

OSTERWALDER A., PIGNEUR Y. (2011), Business model  : nouvelle génération, Paris : Pearson.

PETITET S. (1999), « Du “modèle français des services urbains” à l’analyse de leur production », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n° 4, pp. 737‑764.

PICON A. (2013), Smart cities. Théorie et critique d’un idéal auto-réalisateur, Paris : Editions B2.

RABARI C., STORPER M. (2015), « The digital skin of cities: urban theory and research in the age of sensored and metered city, ubiquitous computing and big data », Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, vol. 8, n° 1, pp. 2742.

Haut de page

Notes

1 Journée d’étude “ Internationalising Cities. Urban fabric and urban policies in a globalising world” organisée par le LATTS et le PUCA, le 23 Septembre 2016 à l’école d’architecture Paris Val de Seine.

2 Elle s’appuie pour cela sur une recherche menée pour l’ADEME, l’AMF et le PUCA sur les nouveaux modèles économiques urbains, en lien avec Isabelle Baraud-Serfaty (Ibicity) et Clément Fourchy (Espelia).

3 On pense notamment aux chercheurs du LATTS, avec les travaux de Dominique Lorrain ou d’Olivier Coutard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Rio, « Comment analyser les smart cities ? », Netcom [En ligne], Notes de recherche, mis en ligne le 28 mai 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2856

Haut de page

Auteur

Nicolas Rio

Docteur en science politique (IEP de Lyon / Triangle), Consultant-chercheur à la coopérative Acadie, rio@acadie-cooperative.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals