Navigation – Plan du site

Plongée dans les métaphores et représentations liquides de la société numérique

Diving in liquid metaphors: perceptions of the digital society
Marc Bernardot

Résumés

Le jargon numérique utilise beaucoup de mots liquides. Qu’est-ce que ces métaphores liquides fondent et façonnent ? Que montrent-elles et cachent-elles ? Sont-elles utilisées comme une métaphore vivante, ou dégradée, nomade ou « spongieuse » ? Cet article est divisé en trois parties pour essayer de répondre à ces questions. La première partie décrit divers emplois du champ sémantique « liquide » tel qu'il est mobilisé à la fois dans les lexiques techniques, dans l’imaginaire collectif et dans les cadres cognitifs des pionniers de l’Internet et des acteurs actuels (1). Dans une seconde partie, l’analyse se penche sur la manière dont les récits négatifs et cataclysmiques de la société numérique sont discursivement fondés sur des représentations « liquides » de l’opacité, de fuites, d’inondations d’information incontrôlées et de risques de détournement monétaire (2). La troisième partie examine quelques perspectives utopiques et positives des technologies de réseau lorsqu’elles appliquent le champ sémantique de la liquidité pour décrire les progrès de la transparence, de la fluidité, de la mobilité due à l’économie numérique (3.). La conclusion explore les perspectives théoriques et politiques propulsées par les métaphores liquides ainsi que les enjeux de ces lectures interprétatives ambivalentes du futur de l’ère numérique, pour faire le point sur la tension entre la peur de la surveillance globale « liquide » et l’espoir de la « liquidation » des systèmes de domination.

Haut de page

Texte intégral

L'auteur remercie Frédéric Neyrat (Madison UW), Hélène Thomas (AMU) et Jérôme Valluy (Paris 1 Sorbonne) pour leurs relectures et leurs conseils.

« Ne soyez plus une goutte d’eau dans l’océan des mégadonnées », Message Firefox 2015.

Introduction

1La langue numérique regorge de métaphores liquides. Les discours scientifiques, les jargons techniques comme les langues profanes les utilisent pour désigner, décrire et caractériser les modes opératoires, les usages et les conséquences du développement des technologies numériques. La métaphore, outil de comparaison et de conceptualisation, permet les équivalences, les interactions et les modélisations et mobilise presque instantanément, pour l’émetteur comme pour le récepteur, des perceptions, des compréhensions et des évaluations par une sorte de conductivité symbolique. Ces tropes et ces schémas narratifs, employés dans le champ du numérique, appartiennent à un système sémantique en lien avec l’eau, les éléments marins et les fluides dans des acceptions (ou des contextes d’énonciation ou de réception) hydrologiques, maritimes et fluviales qui se combinent avec ceux de l’hydraulique ou de l’halieutique. Ce lexique et les images qui y sont associées constituent en fait les points et les mouvements d’une géographie, à la fois physique et humaine, de l’espace numérique dominé, comme nous le montrons ci-après, par l’élément liquide. Cette dimension sémantique du nouveau géocyberespace (Bakis 2007) est constituée de trois niveaux reliés : un premier niveau composé d’un ensemble de termes relevant de la science de l’espace, en particulier dans ses dimensions marines et fluviales ; un deuxième niveau fondé sur des modèles de représentations des territoires physiques et digitaux dans lesquels les déplacements à la fois matériels et immatériels sont prépondérants ; un troisième niveau structuré autour des acteurs et de leurs conflits pour l’usage et le contrôle de l’espace numérique.

  • 1 Nous entendons par iconique le fait qu’elle fonctionne au-delà de l’analogie comme un cadre général (...)
  • 2 Issu de l’italien portolano, le terme désigne un registre manuscrit fournissant des indications sur (...)

2Le liquide n’est certes pas le seul registre investi par les langages numériques puisque des métaphores épidémiologiques, animalières, textiles, architecturales ou sportives, entre autres, sont également employées pour désigner ou qualifier les outils, textes et supports culturels du numérique. Cependant le champ sémantique du liquide (avec la liquidité et la liquidation) fonctionne dans la langue numérique comme une métaphore nomade (Thomas 2017) et iconique1 (Brown 1989) centrale et en passe de devenir hégémonique car elle aspire les connotations et les dénotations des autres registres. C’est l’objet de cet article que de mettre en lumière ce processus de dissémination du champ sémantique métaphorique du liquide dans les discours techniques, savants ou ordinaires de l’univers numérique et d’en établir, à défaut d’une cartographie systématique, un portulan2. Ce vortex sémantique couvre l’ensemble des positions et prises de positions généralement polarisées (Valluy 2017), voire clivées, vis-à-vis de la révolution numérique, des plus technophiles (Levy 2010) aux plus techno-critiques (Biagini 2012). Des acteurs industriels et marchands aux institutions étatiques en passant par les mouvements de la société civile mondialisée, le liquide bouillonne partout dans les discours sur le numérique. En dénonciation ou en défense, il prolifère. La phraséologie et l’imagerie liquides servent à tout et à tous, dans les configurations les plus diverses.

3L’extension puis la diffusion globale de cette méta-métaphore a d’abord été favorisée par le fait que la langue numérique est un parler technique en large partie standardisé et anglicisé depuis l’éclosion des réseaux numériques aux Etats-Unis (Ceruzi 2012, Leiner et al. 2003). Ensuite le registre liquide, qui fait universellement image bien au-delà du champ du digital (Bachelard 1942, Corbin 2005), est particulièrement adapté pour rendre compte de manière imagée de tout ce qui coule, se déplace, et change de forme dans le sens des acceptions remontant en français au XIIIeme siècle, tirées de liquidus en latin (Gaffiot 1934 : 914, Bornecque & Cauët 1967 : 284, Bréal & Bailly 1911 : 168). Enfin, en sus du lien opéré classiquement entre le processus de numérisation et celui de globalisation contemporaine (James & Steger 2014 ; Leclerc 2013), celle-ci a été elle-même analysée comme un mouvement généralisé de liquidation des sociétés contemporaines. Zygmunt Bauman (2007), par exemple, en a fait la métaphore clé de sa lecture des transformations économiques, sociales et culturelles du monde.

4Le flot des tropes liquides irrigue nombre de courants de langues constituant ce que j’appelle un architexte de la globalisation au sens que lui donne Gérard Genette à savoir « d’ensemble des catégories générales, ou transcendantes - types de discours, modes d’énonciation, genres littéraires, etc. - dont relève, chaque texte singulier » (Genette 1979 : 87-88). Cette acception a été spécifiée depuis la révolution digitale pour désigner une structure hybride héritée de l’informatique, de la logique et de la linguistique (Jeanneret & Souchier 1999). Selon ces auteurs, l’architexte est un outil d’ingénierie textuelle qui jette un pont entre la technique et la langue. Les architextes constituent un imaginaire de la communication et ils sont la praxis des représentations communicationnelles. Je propose ici de me mettre à la recherche de l’architexte liquide du numérique.

5Ainsi, nombreux sont les aspects de la globalisation (Marcus 1995, Tsing 2000), directement en rapport avec la révolution numérique, qui sont décrits comme des phénomènes de l’ordre des flux et donc du liquide : ce registre métaphorique est utilisé dans les univers de la banque, de la génomique, des transports, de la politique ou encore des questions environnementales. Le champ lexical du liquide, isomorphe d’une matière sans forme, en écoulement constant, difficilement contrôlable et propice au mélange, est enfin articulé avec les deux autres registres métaphoriques les plus utilisés pour rendre compte de la globalisation contemporaine, le mobile et l’hybride (Bernardot 2018, Bernardot & Thomas 2014). Ces trois termes partagent en effet de nombreuses significations, dénotations et connotations, en particulier autour de leur force de déplacement, de créativité et de leur caractère poïétique. Leurs usages sont aussi marqués par une tendance au passage d’un sens négatif à une valorisation et une croissance très forte de leur usage dans les discours contemporains3. La mobilité des individus et des informations a augmenté du fait de la miniaturisation des outils de communication numérique (Elliot & Urry 2010). L’hybridité est facilitée par ces mêmes outils et permet d’accroître les combinaisons entre différents supports culturels. Les trois notions constituent donc un nouveau triptyque conceptuel susceptible de rendre compte des mutations contemporaines de la globalisation en passe de remplacer le classique triangle comtien Milieu/Race/Temps qui a dominé les représentations avec les registres métaphoriques organicistes depuis la révolution humaniste et industrielle (Canguilhem 1989).

6Si la métaphore liquide est devenue omniprésente dans la langue numérique c’est pour trois raisons : elle permet premièrement de rendre intelligible le fonctionnement de systèmes techniques peu compréhensibles pour leurs utilisateurs. Les tropes liquides donnent une matérialité à des ordres de grandeurs abstraites et intangibles et à des phénomènes qui restent pour l’essentiel invisibles et incommensurables. Le système dit de numération en algèbre, de même que l’opération de numérisation, sont en soi, en tant que processus de mathématisation du réel, une métaphore et la numérisation/digitization est devenue la métaphore décisive pour penser l’économie des industries du numérique et les effets sur tous les domaines de la vie sociale.

7Deuxièmement, les liquides en général, et l’eau en particulier, constituent la matière inépuisable de schémas narratifs locaux et globaux. Dans toutes les civilisations anciennes, l’eau est à la source des mythes fondateurs de la création et la matière de base pour la transposition des expressions de la vie, de l’amour, de la culture, de l’écoulement du temps ou de la conquête ou de la perte de contrôle des territoires. Les catégories de l’espace et du temps, tout comme les formes d’exercice du pouvoir, sont modifiées par le numérique. Les métaphores liquides interviennent alors comme des outils de médiation, des manières d’intégrer à la culture et de transposer dans les représentations la technologie numérique et ses effets afin de comprendre leurs potentialités et de faire face à leur caractère révolutionnaire comme à leur diffusion rapide et généralisée.

8Troisièmement les métaphores sont fondamentalement ambivalentes, et tout particulièrement celles touchant aux éléments liquides. Elles permettent ainsi à chacun d’exprimer et de mixer toute la gamme des sentiments et des raisonnements vis-à-vis du numérique, entre la fascination et l’effroi, la chance et la menace, la pureté et la souillure, pour n’évoquer que quelques pôles fondamentaux en tension parmi de multiples combinaisons possibles. Elles sont l’occasion de la résurgence de couples d’opposition aquatiques anciennes, telles entre la surface et la profondeur, l’écoulement et la stagnation, le calme plat et les remous, la sécheresse et la crue...

9Cette variété de leurs usages et de leurs fonctions (figurer, rendre sensible, abstraire, conceptualiser, expliquer, effrayer) fait de ces métaphores l’enjeu d’une lutte de sens entre des acteurs en compétition pour leur appropriation et l’imposition de leur propre définition comme légitime voire hégémonique. En effet, au travers de ces manières de langue usant de l’imagerie et du champ sémantique du liquide pour dire le monde et ses transformations, c’est autre chose qui est visé. Ce dont il s’agit c’est de la remise en cause des catégories centrales et des règles de partage de l’ancienne modernité entre nature/culture et humain/non humain. Les producteurs de ces discours métaphorisés, aux capitaux rhétoriques inégaux, rivalisent pour tenter d’affirmer leur vision du monde en usant de ce champ sémantique de la liquidité.

10Je me propose dans cet article de tenter de caractériser, de faire la généalogie et de cartographier les usages principaux de cette métaphore universellement mobilisée dans tous types d’ordre du discours et de registres langagiers, pour pratiquer, parler et montrer le numérique. A partir de l’étude d’un corpus de textes de sciences sociales en langue française et anglaise et d’un ensemble d’articles de la presse nationale et internationale, je soutiens l’hypothèse proposée par Peter Galison que la métaphorisation, ici entre le liquide et le numérique, constitue une « machine théorique » (Galison 2013 : 227). La métaphorisation liquide est devenue un opérateur de conceptualisation et de communication intuitive et mimétique pour les experts et les utilisateurs ordinaires des technologies digitales. Elle constitue une métaphore carrefour, un nœud intermodal, un point de rencontre de plusieurs autres champs métaphoriques qu’elle fait dialoguer. Elle fournit à des paradigmes divers une langue commune et permet de penser le monde contemporain avec des outils à la fois nominalistes et matérialistes.

11Qu’est-ce que cette métaphore du « liquide » établit et façonne, que donne-t-elle à voir et que cache-t-elle ? Est-ce une métaphore « vive » (Ricœur 1975) qui sert d’analyseur, de système d’induction et de déduction à la fois ? Ou bien s’agit-il une métaphore nécrosée (Affergan 1994 : 36), ou encore « éponge » échappant à ses utilisateurs (Thomas 2008) ? Ou enfin fournirait-elle un « pouvoir de persuasion clandestine » (Passeron 1990 :144) ? Nous procédons en trois temps pour tenter de répondre à ces différentes questions. Dans une première partie nous relevons différentes occurrences établissant une analogie entre numérique et liquide, dans la langue technique d’abord mais surtout dans les imaginaires et les cadres cognitifs des multiples acteurs de la constitution de l’Internet et de la généralisation du numérique. Nous abordons ensuite successivement deux idéaux-types de la métaphore qui s’opposent : dans une seconde partie, nous revenons sur une représentation cataclysmique et négative des conséquences du passage à l’ère digitale qui se construit sur des représentations liquides. Puis dans une troisième partie, nous présentons les visions utopiques et positives des opportunités offertes par ces technologies construites elles aussi sur le champ sémantique de la liquidité. Nous avons choisi d’illustrer notre propos à l’aide de supports graphiques et publicitaires glanées ici et là ces dernières années qui illustrent la connexion entre les univers digitaux et les représentations liquides.

Rapide leçon d’hydrologie appliquée au numérique

12Les métaphores liquides, aquatiques, maritimes ou encore hydrauliques sont, nous l’avons dit, très présentes dans les lexiques qui concernent les technologies numériques, leurs productions, leurs utilisations et leurs appropriations.

S’immerger dans les courants profonds de la métaphore

13Tous les registres métaphoriques et en particulier celui de la liquidité participent à l’assimilation cognitive des produits digitaux et à leur intégration dans la culture collective notamment en raison de la force visuelle de ces tropes (Béguin-Verbrugge 2004). L’exemple du terme spam est intéressant à ce titre (Fig. 1). Il montre que la langue numérique puise aussi à différents registres d’images visuelles et de formules langagières. Acronyme d’une boîte de conserve de jambon épicé (Spiced Ham), massivement distribuée durant la seconde guerre mondiale par une marque de conserve américaine (SPAM est une marque créée et déposée par Hormel Foods en 1937) il est devenu en 1970, avant même l’ère numérique, un équivalent en anglais d’inondation et de pollution (en l’occurrence d’un marché par des produits de mauvaise qualité) grâce à un sketch du Monty Python’s Flying Circus avant d’être généralisé pour désigner les courriels indésirables. Une photographie d’une boite Spam retrouvée dans la fosse des Mariannes dans le Pacifique a récemment été utilisée pour illustrer un article de The Guardian sur la pollution des océans4. La liquidation ne fait pas tout disparaître mais pollue, déplace et oblitère.

Figure 1 : Une boîte de Spam

Figure 1 : Une boîte de Spam

Une boîte de Spam à 4947 mètres de profondeur dans la fosse des Mariannes.

Photograph: Noaa Office of Ocean Exploration.

14Immergeons-nous dans ces confluents du monde digital et du monde liquide que l’on peut repérer dans les langages de base de l’informatique et aussi dans les analyses expertes et médiatiques des transformations des processus culturels et des sociétés par les outils numériques. Dans le langage technique de base, des éléments de lexique en rapport avec la nage, la navigation et la marine se retrouvent en anglais, comme en français. Sur Internet on surfe, on crawle (rampe) sans le savoir (le crawling est un programme de visites automatisées de sites) avec des robots idoines pour ne pas se perdre dans l’océan des données. Avec Explorer, on se déplace et s’oriente avec un navigateur (Browser) comme un bateau avec son capitaine : son Commodore. Commodore International fut un célèbre constructeur d’ordinateurs, pionnier de la micro-informatique familiale à la fin des années 1970 et désormais marque de téléphonie. Mentionnons encore ancres (i.e. liens hypertextes) ou sauvegardes permettant de rentrer à bon port et de s’arrimer, quand on ne sort pas les crochets (hooks) pour mouiller dans la Pirate Bay ou acheter sur E-bay à moins qu’on ne traverse le canal de fibre (fibre channel) ou qu’on sorte son Periscope (application logicielle de film pour appareil mobile) « permettant de diffuser et explorer le monde au travers de vidéos en direct ».

15Les notions relevant des flux aquatiques et particulièrement des cours d’eaux et de leurs écoulements sont, elles-aussi, fréquentes : du fleuve Amazon, en passant par le code source, les affluents, le Big Torrent, le Torrent file-sharing applications alimenté par streaming (courant de diffusion), ruissellent images et sons, en cascading style sheets (feuilles de style en cascade), à haut débit ou encore en liquid audio ou flux RSS. Le vocabulaire inspiré des techniques hydrauliques, logistiques ou portuaires est de même banalisé. Les fuites (leaks), les dérivations, la compression, le vidage (dump), voisinent avec ports, ponts, terminaux, pistons et tampons (buffering), ou le tunneling (transport des données d’un protocole dans un autre). Il est aussi question d’ouvrages par exemple des tubes, canalisant ou détournant les flux, tels les filtres, les laissant passer ou se rejoindre, Gateway (passerelle ou filet) les stoppant parfois avec des plugs (bouchons). Le vocabulaire de la pêche est également présent : amorçage (booting), hameçonnage (phishing). Dans le registre maritime et ilien, autour notamment du concept d’archipel, on peut aussi rappeler que les premières avancées sur les protocoles d’interconnexion (TCP/IP) dans les années 1970 ont été largement inspirées des travaux du groupe de recherche français autour de Louis Pouzin à l’INRIA nommé Cyclades qui expérimentait l’idée d’un réseau global de communication à partir de l’idée d’un contrôle des flux5.

Prendre une bonne dose de Cloud

16Si, dans ce dernier cas, la métaphore liquide a servi clairement de machine théorique, la plupart de ces termes, liant les éléments techniques de base aux liquides, sont utilisés par les spécialistes et les usagers sans qu’ils l’associent à une image visuelle ou langagière du registre liquide. Comme l’a montré François Ost (2014) il s’agit alors d’un ensemble de catachrèses (abus) par opposition à des métaphores « vivantes ». Elles foisonnent dans le langage ordinaire comme dans les jargons techniques et ces microorganismes linguistiques nourrissent insensiblement l’imaginaire culturel et la production d’informations. Ils peuplent inconsciemment le sens et son interprétation constituant les sédiments d’un architexte des mondes numériques.

  • 6 Jean-Samuel. Beuscart évoque le modèle du phare pour décrire le comportement en ligne sur les sites (...)

17Nous pouvons le constater avec l’émergence à partir des années 1990 d’une économie du numérique qui a donné lieu à l’élaboration de théories, modèles et pratiques qui sont clairement en lien avec la métaphore liquide. C’est le cas par exemple avec la théorie dite de la longue traîne qui compare les ventes des produits rares et celles des produits phares6. Et il ne s’agit pas seulement d’une analogie illustrative puisque cette théorie est la clé de la rentabilité d’entreprises comme Amazon, eBay et YouTube qui repose de manière décisive sur la qualité de la distribution par des plates-formes et sur la visibilité de ces enseignes et de leurs produits sur la Toile : la clarté et la transparence, et, plus largement, les qualités optiques (reflet, miroitement) de l’eau et des liquides, leurs dénotations étymologiques liées à la notion de liquidation-clarification/cession, sont au centre de leurs stratégies marketing. Ce flow entraîne dans son sillage la flexibilité voire la labilité du travail et des travailleurs en flux tendu. Une des techniques de diffusion des informations est celle du filtrage collaboratif (Collaborative Filtering) permettant d’élaborer des systèmes de recommandation utilisant les évaluations des consommateurs eux-mêmes comme arguments publicitaires gratuits (Dolgin 2012). En termes de modèles économiques nous pouvons citer non seulement celui des plates-formes multimodales déjà évoqué, mais surtout celui dit de la première dose gratuite à la base des stratégies Freemium/Premium. Enfin, l’image du nuage, mobilisée dans la formule du Cloud Computing est aussi caractéristique de cette variété de métaphores de l’eau et des fluides dans leurs différents états (liquide, solide, gazeux, visqueux, plasma), utilisées dans la langue numérique (Fig. 2).

Tenter une hydronymie pacifique

18Comme je l’ai montré pour d’autres thématiques comme les migrations, il est possible de remonter le courant de la métaphore et, sans chercher la généalogie fantasmée d’une unique source sémantique, de croiser quelques affluents et régimes hydronymiques qui ont facilité ce développement métaphorique dans l’univers du numérique (Bernardot 2016). Si l’on examine le processus d’émergence de l’Internet, on remarquera la prégnance des cadres cognitifs de l’hydraulique et de la logistique dans la culture des ingénieurs de l’industrie électronique, notamment en raison de l’histoire de la notion de réseau, décisive en cybernétique (Musso 2003). De surcroît, les bidouilleurs des premiers micro-ordinateurs et des proto-échanges numériques (Unix par exemple) partagent l’imaginaire et le mode de vie New Age, Beach and Surf de la Californie des années 1960 à nos jours (Auray & Ouardi 2014, Schafer & Serres 2016). Ils ont participé notamment à développer l’idée d’un régime d’exploration d’une immensité ouverte et inconnue de données (Auray 2011). La culture thalassocratique voire hydrocratique des militaires du Pentagone, financeurs de l’ARPA (Advanced Research Projects Agency), agence conceptrice du principal réseau à l’origine de l’Internet (Arpanet), y est également pour quelque chose. Que ce soit comme fluide à dominer, comme élément aquatique à imiter ou dans lequel s’immerger, comme substance du pouvoir, l’imaginaire liquide occupe une place significative dans chaque univers spécifique.

19Ainsi diverses connotations et acceptions ont fusionné dans le chantier sans fin du réseau. Elles sont maintenant très présentes notamment chez les géants du secteur et ce pour plusieurs raisons, à la fois techniques et logistiques, autour du mot clé de flux et de notions de circulation, de fluidité et de facilitation (easy) infinies pour l’écoulement des marchandises et des informations (Sutherland 2013). Elles alimentent aussi un désir de sécession des grandes entreprises technologiques aspirées vers des villes flottantes (seasteading) qui les rendraient indépendantes vis-à-vis des Etats, de leurs normes et de leurs régimes fiscaux et sociaux. Ces fantasmes, en voie d’accomplissement et en partie générés par le catastrophisme de l’extinction, se nourrissent des programmes libertariens et transhumanistes.

20Il s’agit d’un premier processus d’iconisation par la métaphore liquide, c’est-à-dire de mise en relation imaginaire et visuelle, des multiples métonymies et synecdoques analogiques et isomorphes, dans un régime unifié de représentations cognitives et de schémas narratifs. Il est possible de repérer un second processus de fusion métaphorique avec d’autres champs homologiques à propos des vecteurs matériels de la mondialisation économique. En effet les multiples courants liquides de la révolution cybernétique abondent dans les descriptions de la globalisation comme processus d’oceanization (Helmreich 2011), c’est-à-dire de déplacement des hommes, des informations et des marchandises par mer. Citons les containers, les câbles transocéaniques, les Datacenter marins, ces figures-objets, emblématiques de la mondialisation, étant elles-mêmes gérées par des ordinateurs qui sont indispensables à leur fonctionnement.

21Par bien des aspects la métaphorisation met en relation éléments matériels et représentations culturelles abstraites de deux manières. D’une part la langue numérique se réfère à celle de la marine, de l’exploration, de la plomberie et renvoie à des images du Déluge et de pirates. D’autre part elle donne sens à des opérations logistiques et marchandes comme aux techniques comptables et financières complexes. Si elle ne les rend pas compréhensibles à tous les utilisateurs, du moins permet-elle aux différents acteurs de communiquer entre eux pour les réaliser et également pour s’adresser aux profanes qui les visualisent par ce biais. Enfin de façon concrète, elle énonce le caractère aquatique d’une partie des dispositifs techniques de l’industrie du numérique et de l’économie mondiale plus largement.

Swimming in the Dark Pool

22Outre ces processus de liaisons sémiologiques un troisième processus de fusion métaphorique est à l’œuvre. Il concerne la rencontre dans les années 1970 de la technologie elle-même avec les images héritées des théories modernes et contemporaines de la globalisation financière, elles-mêmes irriguées par les grands fleuves de la métaphore liquide. En effet, de Scipion de Gramont (2014), avec son analogie entre l’argent et le sang, Bernard Mandeville (1998) voyant les richesses ruisseler et David Hume (2010), comparant les importations à une hémorragie, à John Maynard Keynes et sa « préférence pour la liquidité » (2017) en passant par Anne R. J. Turgot (1844) et Adam Smith (1995) recourant tous deux à la métaphore des ruisseaux et des canaux pour décrire le fonctionnement des marchés (Rosanvallon 1989), les plus célèbres penseurs économiques ont construit leurs modèles et leurs représentations sur les bases des fluides et de l’eau. En somme un capitalisme fondamentalement « ruisselant » (streaming capitalism) (Kroker 2004 cité par Neyrat 2011 : 11).

23La rencontre entre la financiarisation et la mathématisation, concomitante de l’américanisation de la langue des deux univers, a généré plusieurs autres mascarets métaphoriques (Baré 1991, Gillespie 2012, Ho 2009, Pasanek & Polillo, 2013, Rollo 2012). Le registre plombier du tuyau (Pipe) est employé pour décrire les transactions financières de produits dérivés, réalisées par des officines dénommées Dark Pool (bassin sombre). Celles-ci mettent en œuvre des mécanismes basés sur la notion de risque abstrait et sont fondés sur une culture de la circulation de la valeur autonomisée par rapport à la production. Elles sont désignées comme responsables de la volatilité des marchés, paradoxalement irrationnels (Hautcoeur 2010), toujours prêts à faire des bulles (Lipuma & Lee 2005). La titrisation, rendue possible par l’informatique bancaire, consistant en la dilution des titres dans des ensembles indifférenciés, est aussi sur la planche des accusés de la crise de 2008. Comme l’explique Karen Ho « l’un des principaux objectifs de la titrisation (securitization) est cette transformation du capital jusqu’ici non liquide (unliquid) en titres négociables. » (Ho 2009 : 182 c’est nous qui traduisons). Les principaux maux de l’économie contemporaine, l’évasion fiscale, la spéculation, la corruption, la déterritorialisation, s’avèrent facilités ou accélérés par les outils numériques.

24Que ce soit dans les parlers populaires et argotiques pour évoquer la corruption (mouiller, tremper, siphonner, arroser, assécher, éclabousser…), dans les « éléments de langage » médiatiques pour dramatiser les situations (vagues, déferlantes, lames de fond, dérives, ébullition, effervescence, distiller des informations…) ou dans les rhétoriques expertes pour décrire les politiques économiques (versement, pénétration, injection, stagnation, absorption, fluidification, fluctuation, ponction…), les mécanismes économiques et leurs aléas sont associés et décrits à l’aide de tropes liquides. Nous pouvons donc ici distinguer trois séries d’associations de termes utilisés pour décrire les effets des outils numériques dans la finance actuelle. Elles reprennent les trois registres classiques de description de cet état. La première suit les propriétés chimiques du liquide (considéré parfois comme un tiers-état incertain entre le solide et le gazeux) et évoque par exemple les tendances à la consolidation ou au gel, ou au contraire à la volatilité et à l’évaporation des richesses. La deuxième mobilise les qualités optiques et les degrés de pureté du liquide, soit transparent et clair, soit opaque, sale et devant être apuré ou blanchi (laundering). La troisième association mobilise les capacités de déplacement du liquide (« qui coule ») et de contrôle de celui-ci, soit fluide, en circulation, soit capté, retenu, soit encore détourné et sujet à des fuites. Du fait de leur ambivalence et parce qu’elles sont utilisées comme état ou comme processus, ces métaphores se substituent aux phénomènes complexes qu’elles incarnent et peuvent être indifféremment mobilisées pour les valoriser ou les décrier (Lizcano 2006).

Les cataclysmes de l’ère numérique

25Les métaphores sont en effet ambivalentes. En ce qui concerne la référence à la liquidité appliquée à l’ère du numérique, cette tension est exacerbée, un peu comme si, soumis à une sorte de force de Coriolis sémantique, le sens des formules était inversé selon l’hémisphère d’émission. En effet le liquide est utilisé soit pour dénoncer des catastrophes provoquées par le numérique soit pour annoncer l’avènement des mondes meilleurs grâce à lui.

Etre submergé par le Data déluge

26Il est d’abord possible de faire l’hypothèse qu’une synesthésie visuelle est à l’œuvre qui met en correspondance les mutations induites par le Digital Turn et les cataclysmes marins et écologiques. L’usage de métaphores de catastrophes aquatiques et autres menaces aqueuses (Carse 2010) est désormais banalisé. Il y a des associations qui suggèrent que le caractère liquide de la circulation des données numériques génère une menace globale de submersion par les informations en trop grand nombre pour être assimilées et conservées (Poirrier 2015). Le monde connu serait en passe d’être recouvert par un déluge de données et de corrélations (Data Deluge), générant un océan numérique dans lequel les savoirs se dissolvent, les institutions sont débordées et les frontières submergées (Fig. 3). Les identités individuelles et collectives deviendraient flexibles et même volatiles du fait de leur circulation accélérée due aux outils numériques.

27Le caractère mathématique des données leur confère une fluidité favorisant la production et la circulation massives d’informations en croissance exponentielle et leur exploitation à des fins prédictives et spéculatives par les algorithmes (Sadin 2015). « Les capteurs numériques sont en train de jeter leur filet sur le monde » (Cardon 2015 :18 c’est nous qui soulignons). C’est pourquoi la métaphore liquide est fréquente dans les travaux scientifiques sur les algorithmes et sur les programmes digitaux d’extraction de données. Deux hyperboles en particulier sont fréquemment utilisées et viennent s’ajouter aux registres évoqués plus haut pour la finance numérique. Celle de la sécrétion (ou de l’infiltration) d’informations à l’insu des usagers d’outils numériques connectés, dans le cas notamment des Big Data, et, connectée à celle-ci, celle de la contamination, à l’instar d’une eau empoisonnée ou d’un fluide infecté, par des informations erronées et des rumeurs, attestent d’une proximité imaginaire indéniable entre les deux univers aquatique et numérique. L’utilisation massive d’images liquides permet certes d’accélérer le raisonnement et la démonstration ou, à tout le moins, de l’illustrer de manière saisissante pour appuyer l’argumentation et accréditer la menace. Mais ces images peuvent finir par polluer le raisonnement et cacher ce qu’elles permettaient de montrer en charriant toutes les connotations et dénotations du champ de la métaphore donc de transformer un moyen de penser par analogie en technique d’obstruction de vue et de pensée.

Figure 3: « Flooded McDonald’s », image extraite du film, South London Gallery 2010, Brooklyn Museum 2017

Figure 3: « Flooded McDonald’s », image extraite du film, South London Gallery 2010, Brooklyn Museum 2017

Ce film est une « allusion à la puissance fondée sur la consommation et l’influence et l’impuissance à la fois des grandes entreprises multinationales face au changement climatique » (C’est nous qui traduisons). Flooded McDonalds a été exposé pour la première fois à la South London Gallery en 2010. (Produced by Propeller Group (Ho Chi Minh City) in association with Matching Studio (Bangkok) and co-produced by South London Gallery (London), Louisiana Museum of Modern Art, (Humlebæk, Denmark) and Oriel Mostyn Gallery (Llandudno, Wales) with support from the Danish Film Institute. The exhibition is supported by the Danish Arts Council’s Committee for International Visual Art.

Source : Collectif Superflex, http://www.superflex.net/​floodedmcdonalds/​.

Eviter le Terminator 1000, plonger avec le Cyborg Fish

28Le rapprochement de ces images langagières liquides de l’ère digitale avec celles visuelles du cinéma contemporain est aisé. Car les représentations graphiques et cinématographiques de la circulation des données sont légion. Et elles mettent en scène fréquemment l’écoulement inexorable de lignes de codes (Fig. 4), comme par exemple dans la saga cinématographique Matrix (L. & L. Wachowski, 1999-2003). De même dans d’autres films comme Hacker (Mann 2015), dont le ressort dramatique repose sur la mise en scène d’une épidémie/pandémie ou d’une catastrophe digitale que doivent combattre les héros, le schème narratif de la propagation des virus, compacts et fluides, de la surinformation et de l’infoxication (Benito-Ruiz 2009) est associé à l’inondation et la contamination des eaux. Ces thématiques de la circulation de données numériques devenue indépendante de l’action humaine sont à relier avec quatre autres grandes craintes classiques et remodelées également mises en scène au cinéma : celle de la science hors de contrôle (Lecourt 1998), celle de l’intelligence artificielle supplantant l’humanité et enfin celle de la désynchronisation temporelle (Virilio 1996), en passant par la crainte de la virtualité prenant le pas sur la réalité (Baudrillard 1994, Zizek 2002). La liquidité numérisée est ici devenue envahissante, mortelle et implacable, non humaine. Elle est cinématographiquement incarnée par le Terminator 1000 (Terminator 2. The Judgment Day, Cameron 1991), fait de métal liquide, insaisissable et protéiforme tueur aux ordres d’un logiciel émancipé de ses concepteurs trop humains.

29Si l’on suit un certain nombre de commentateurs de la révolution numérique, c’est d’ailleurs l’ensemble du monde connu jusque-là qui serait sous la menace d’une dissolution (Fig. 5). La nature, déjà bien mise à mal par les activités pourtant très humaines, celles en particulier du capitalisme extractiviste, serait remise en question dans son fondement même par le séquencement du génome autorisé par les capacités de calcul exponentielles des ordinateurs notamment. L’application extensive de la rationalité calculatoire (Ong & Collier 2005) à la nature et, en particulier, à des entités pensées il y a encore quelques années comme intangibles et immaîtrisables, conduirait à l’arraisonnement ultime des ressources, aboutissant, dans un premier temps, à leur épuisement puis, tendanciellement, à leur remplacement (Neyrat 2016). Les océans et leurs trésors, jusqu’alors inaccessibles et incommensurables, seraient en première ligne dans ce processus. La notion de Cyborg Fish, développée à propos des pêcheries, nous semble la plus parlante en ce qu’elle résume l’effet de la modélisation numérique des ressources pour leur management (Holm & Nielsen 2004). Elle permet de mettre l’accent sur l’artificialisation de la nature piscicole par les techniques de prise puis des procédés de production assistée par ordinateur (Johnsen, Sinclair, Bavington & Holm 2009). Le lien anthropologique entre l’homme, l’eau et le poisson est rompu au profit de la gestion des océans comme un aquarium géré informatiquement (Pálsson 1998).

Figure 5 : Extrait de « Liquidity Inc. », Hito Steyerl

Figure 5 : Extrait de « Liquidity Inc. », Hito Steyerl

Liquidity Inc. se fonde sur l’histoire de Jacob Wood, un analyste financier ayant perdu son emploi pendant la crise de 2008 et qui décide de devenir un combattant professionnel de Mix Martial Arts (MMA). H. Steyerl mentionne le dicton de Bruce Lee qui recommande d’être « sans forme, comme l’eau », transformant la ‘‘liquidité’’ en un trope assez fluide pour parler de tout, de la météo en passant par l’eau comme ressource matérielle, jusqu’à la circulation des informations et des biens. Projeté sur un écran double face devant une structure en forme de rampe ondulante, Liquidity Inc. est une parabole de la crise économique et de la culture contemporaine ».

Source P. & C. Buttenwieser Gallery, Boston, 2017-2018, https://www.icaboston.org/​exhibitions/​hito-steyerl-liquidity-inc

Oceanization, Deepnet et Offshoring World

30La proposition de penser la globalisation comme une oceanization traversée par des circuits problématiques (Chanda 2008) permet de mieux comprendre les processus de métaphorisation concernant les réseaux numériques. Les connexions sont appréhendées comme des dispositifs sociotechniques sensibles à des contaminations par des virus mais aussi propices à la distribution de drogues, d’armes et des produits de l’industrie du sexe. Les circulations immatérielles de messages religieux ou politiques potentiellement subversifs impactant les modes de vie au sein d’une société cosmopolite mondialisée (Beck 2003) se produiraient elles-aussi dans les profondeurs noires de l’Internet (Deepweb ou Darknet) dont l’existence apparaîtrait parce que ces messages affleureraient telle la pointe émergée de l’iceberg dans les flux numériques de surface. En effet l’image est fréquemment convoquée pour figurer cette partie immergée du réseau des réseaux depuis le Clearnet de surface jusqu’aux Marianas, Web des profondeurs (Fig. 6).

31Ces connotations communiquent avec les perceptions populaires des fonds marins comme inaccessibles, peuplés de monstres vivant dans l’obscurité et le silence (Bellec 2014). Antoine Garapon (2009) fait lui le parallèle entre le monde virtuel et l’exploration des mers de la première modernité parce que les deux univers offrent un anonymat et une absence de règles favorables à la piraterie et au terrorisme. La levée des contraintes réglementaires stimulerait ainsi les flux financiers et les paradis fiscaux dégagés de la fiscalité et des cadres juridiques étatiques. Le numérique serait devenu l’outil principal d’un gigantesque mouvement d’évasion et de contournement des règles vers un monde entièrement off-shore (Offshoring World) dans lequel le liquide a pris le pas sur le solide (Urry 2012 : 227).

Molécules et écume

32Les représentations catastrophistes de la globalisation mobilisent ces figures de courants marins qui, depuis les grands fonds, contrôleraient le monde. Ces mouvements des profondeurs virtuelles, en grande partie invisibles, éroderaient les fondements solides des sociétés de la modernité. Ils mettraient en péril le contrôle du territoire des Etats modernes et empêcheraient la surveillance des circulations de marchandises sur les mers dans le cadre du développement du capitalisme marchand. Ainsi les flux numériques déterritorialisés remettraient en cause les modes de perception du temps et de l’espace, les structures westphaliennes classiques, les institutions de socialisation, les relations sociales et les individus eux-mêmes. Zygmunt Bauman (2006) évoque ainsi une structure moléculaire de la modernité qu’il dit liquide et Peter Sloterdijk (2013) compare les individus contemporains à des bulles constitutives d’une écume. Ils développent l’image liquide d’une globalisation dominée par les échanges numériques, incontrôlables et sans règle, et caractérisée par un anarchisme morphologique, là encore sur le modèle océanique. Cette homologie se propage dans de nombreux discours qui donnent à voir un monde labile, glissant, immaitrisable, pouvant être ravagé par des tsunamis financiers, et une humanité menacée par des inondations marchandes qui dévastent l’économie de régions entières, génèrent des tornades sociales et des tempêtes politiques. Les flux numériques globaux seraient incohérents, disjonctifs et explosifs, producteurs de chaos (Jessop 1999). Les vagues scélérates de cet « espace virtuel de flux » (Castells 1996 : 472), entraînent une flexibilisation globale qui est devenue une idéologie managériale généralisée promouvant les qualités liquides de la souplesse, de la disponibilité, de la compatibilité et surtout de la malléabilité. Submergés, les Etats seraient piégés dans les frontières figées de leur territoire immobile (Tilly 1990) et toutes les institutions et leurs principes seraient menacés d’érosion voire de liquidation par la digitalisation.

33Le droit, rendu gauche [copyleft], soluble, mou, flou (Beley 1996 ; Vogliotti 2009) ou vague (fussy law), est emporté par le tourbillon de numérisation des décisions de justice, la démultiplication des modèles interprétatifs et la prolifération des normes alternatives produites par les systèmes techno-juridiques de marché qui lui font perdre le cap (Supiot 2010). Le savoir lui-même, changé en une matière hétérogène et sans limite, en circulation et prolifération perpétuelles est devenu une immensité à re-cartographier dans laquelle il devient difficile de s’orienter. Il connaîtrait une crise de transmission et d’autorité sans précédent. Les villes globales, transformées en gigantesques collecteurs de flux, se liquéfieraient elles-aussi convertissant par là même leurs habitants en particules fluides. Neferti Tadiar (2016) propose par exemple la formule de l’uber-urbanisation à partir du cas de Manille. Virtuellement colonisées par des plates-formes numériques extractrices de valeur, les complexes urbains voient leurs systèmes publics de régulation supplantés par ceux des entreprises fractales qui dupliquent à l’infini des structures simples de mises en relation de la demande et de l’offre. Les existences sont ainsi arraisonnées dans des dispositifs technologiques de détection et de servitude. Elle adopte le terme de liquidité pour rendre compte des conséquences de cette infrastructure de médiation numérique des capacités humaines en de nouveaux modes de vie expérimentaux, changeant et multitâches, fondés sur l’asymétrie, l’incertitude et la prise de risque permanente. Pourtant, ce pôle métaphorique négatif du numérique, qui voit le monde actuel comme une Atlantide en passe d’être engloutie dans les flots en crues des données numériques tels les cinq fleuves de l’Enfer, soumis à une liquidation brutale, au sens argotique du terme, des êtres et du monde, s’oppose à un autre pôle visionnaire, enchanté et progressiste, mais tout aussi liquide.

Créativité infinie et subversion liquide du politique par le numérique

34Car la métaphore est inversement préemptée pour mettre en avant des aspects, potentiellement positifs, des dispositifs digitaux, de la circulation accélérée et transparente des informations, et de la communication virtuelle à travers des réseaux informatiques, bref pour envisager une liquidation-clarification heureuse (Fig. 7).

Figure 7 : « Fluid Structure », Vincent Houzé

Figure 7 : « Fluid Structure », Vincent Houzé

Installation numérique représentant une chute d’eau interactive. Elle permet « aux personnes qui se trouvent en face d’interagir avec le liquide virtuel de façon presque immersive ».

Source : http://www.maxitendance.com/​2017/​05/​installation-art-vincent-houze-fluid-structure.html

L’Opensource, l’hydre et le robinet

35C’est d’abord autour des notions d’Opensource et de logiciel libre que s’est créé le champ sémantique le plus utopique et émancipateur du numérique. Le caractère liquide des données les rend accessibles, duplicables et modifiables. Les termes sont identiques à ceux que convoquent le pôle pessimiste et technophobe mais ces caractéristiques sont cette fois positives. Le flux des données et leur partage permettent une flexibilité, dans ce cas valorisable comme une possible augmentation des capacités d’apprentissage par exemple avec la notion d’immersion (Fig. 8), en lien avec la simulation, mais aussi de catalyse (Imad & Hachour 2012) et une créativité stimulée par l’intelligence connectée, ouverte et collective (Open Science). C’est ce que montre Charlie Gere dans son approche de trois syntagmes métaphoriques en vogue autour du cerveau quant aux relations entre la pensée et le numérique [« Brain in a Vat » (cerveau en cuve), « Giant Brain » (cerveau géant) et « Global Brain » (cerveau global)], Gere 2004). Le monde digital/liquide est, dans ces figures, associé à la liberté et à l’autonomie, à l’encapacitation augmentée et à la mutualisation. Ces représentations enchantées sont à rapprocher de celles des programmateurs et des bidouilleurs des origines de l’Internet et de son caractère de chantier collectif, non guidé et sans fin comme Océan. C’est en particulier l’accessibilité illimitée et la dimension antiautoritaire et horizontale de l’espace numérique qui lui donneraient cette force d’utopie concrète (Broca 2013). Les logiciels libres « ont en commun de garantir à leurs utilisateurs quatre ‘‘libertés’’. Ils peuvent être librement utilisés, copiés, modifiés et distribués (ce qui suppose) l’accès à leur code source. » (Broca 2013 : 20). Ils s’opposent en cela aux logiciels propriétaires ou privateurs.

Figure 8 : Affiche de l’American Museum & Natural History

Figure 8 : Affiche de l’American Museum & Natural History

Affiche de l’American Museum & Natural History, New York 2017.

Collection personnelle.

36La représentation liquide du nouveau monde digital est utilisée par extension pour exprimer les transformations des formes de travail et de collaboration dans tous les aspects de la création d’une part, et des formes de contestations et de subversions politiques d’autre part. Dans les deux cas, les tropes liquides sont issus à la fois des éléments du lexique évoqué plus haut et, cette fois non plus dans une posture mélancolique, c’est-à-dire regrettant l’ancien monde analogique, mais effervescente. En ce qui concerne la créativité le champ sémantique liquide est investi pour rendre compte des modifications induites par les techniques numériques dans les formes d’apprentissage, dans la création photographique, ou dans les œuvres cinématographiques et littéraires, et plus largement dans toutes les pratiques artistiques et linguistiques (Fig. 9).

Figure 9 : Publicité Microsoft, 2017

Figure 9 : Publicité Microsoft, 2017

Collection personnelle.

37De plus le tournant digital modifie les techniques de production, de stockage, de dissémination et d’accès à l’information. L’instantanéité en est une des dimensions : la métaphore du robinet fuyant ou grand ouvert est alors mobilisée pour la signaler : « Une autre conséquence de l’instantanéité est le passage, désormais irréversible, à un monde de flux, d’information liquide, sans traces stables, mémorisables, caractérisé par le zapping permanent devant l’information » (Serres 2010). De nouvelles expériences culturelles du point de vue de l’acquisition, de la consommation et de l’échange d’informations en découlent. Et, là encore, elles sont décrites comme « liquides » (Area et Pessoa 2012), en ce qu’elles combinent de manière instable et incertaine les usages hypertextuels, réticulés et simultanés d’une multitude de supports et de codes de communication. L’usager se métamorphose en une hydre à plusieurs têtes. Ces transformations culturelles sont particulièrement saillantes dans le domaine de la photographie et de la vidéo. La digitalisation (digitization), associée à la diffusion massive d’objets connectés, a provoqué une augmentation exponentielle du nombre des images, de leur mobilité et de leur transmission contrastant avec l’usage bien plus restreint du cliché photographique argentique marqué par sa fixité (Lafon 2012 ; Poitevin 2015). La liquidité caractérise alors des images en modification permanente ce qui influe sur leur impact mémoriel et confère des possibilités accrues de manipulation et une plus grande liberté d’interprétation (Fig. 10). Cela accroit simultanément l’incertitude et transforme les émetteurs/récepteurs en « nageurs » du grand bain numérique (Reid 2008, Sarubin 2012).

Figure 10 : « Fluides ». Installation liquide interactive

Figure 10 : « Fluides ». Installation liquide interactive

Scenocosme : Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancxt.
« Fluides est une œuvre vivante, réactive, composée d’une eau sensitive qui rassemble l’énergie provenant des mains des spectateurs. L’eau est ici une forme de fil conducteur qui conduit les énergies des corps au centre de l’œuvre en générant d’infinis paysages fluides, sonores et lumineux. »

Source : http://www.scenocosme.com/​fluides.htm

38Les technologies de l’information et de la communication sont aussi considérées comme étant un facteur de liquéfaction des pratiques d’écriture. « Un processus de liquidation peut être observé dans la sphère du discours digital. La structure solide du langage comme décrite par De Saussure semble avoir fondu, ouvrant la route à un langage dynamique, personnalisé et customisé. (…) La fusion, ou la liquéfaction des structures langagières est à mettre en relation avec la possibilité individuelle de créer une version privatisée de la modernité et du langage. (…) Le langage liquide et digital aide à créer une forme de langage ‘‘allégé’’, plus rapide et facile à utiliser qui permet plus de créativité. » (Soffer 2012 : 8 c’est nous qui traduisons). Les caractéristiques d’horizontalité des technologies numériques renouvellent en profondeur les capacités d’appropriation des médias par les usagers et les relations entre émetteurs et récepteurs par rapport aux médias plus traditionnels comme la radio et la télévision. En effet elles permettent le développement de ce que Manuel Castells nomme l’autocommunication de masse i.-e. l’émission de messages entre de grands nombres de personnes, la multimodalité et le temps choisi, l’interactivité à la fois locale et globale à travers des réseaux de communication largement incontrôlés (Castells 2013a).

Piraterie, bootlegging et Hacking

  • 7 Un bootlegger est, en américain, « un homme qui cache une bouteille dans sa botte ».

39Certains des univers de la Galaxie Internet ont développé les pratiques de la copie illégale et la vente de contrebande à grande échelle. Comme Steven Downing le rappelle, le piratage peut être envisagé comme une sous-culture spécifique de l’Internet. L’industrie du jeu vidéo a, depuis ses balbutiements dans les années 1970, puis avec son intégration en ligne et enfin avec sa position dominante dorénavant, toujours connu un piratage important. Il s’est encore accru fortement avec le développement de l’accès à l’Internet et la démocratisation du streaming (Downing 2010). Le Bootlegging7 des jeux et le piratage informatique, participent même de manière déterminante à la diffusion des productions et au trafic juteux des producteurs.

40Plus largement l’image du pirate est centrale dans les représentations politiques de l’univers virtuel de l’Internet (Keucheyan 2008). Elle recouvre une multitude de figures différemment valorisées, depuis celle, négative, du pilleur de ressources et d’identité, malveillant et illégitime, jusqu’au dit lanceur d’alerte, vigie des temps actuels luttant pour les libertés informatiques, informant les collectivités de méfaits institutionnels en cours ou passés, en passant par le bandit au grand cœur détournant les biens informationnels (Benbouzid & Ventre 2016 ; Chevret-Castellani 2014 ; Negri 2008). « La trope pirate est un bain d’énergie potentielle qui éclabousse tous azimuts. » (Auray 2009 :172)

41Enfin, la métaphore liquide, dans le fil du courant initié par Zygmunt Bauman, s’est infiltrée dans le champ du politique pour pointer les effets de la numérisation et de la circulation des informations tant sur la contestation du pouvoir et sur l’action politique des citoyens ordinaires que sur les formes de mobilisation de ceux-ci par les acteurs politiques en démocratie. La formule de la démocratie liquide a été banalisée tant par le développement de l’(h)ac(k)tivisme militant ou non que par celui de projets institutionnels ou citoyens de démocratie participative (basés sur la conviction d’une « foule intelligente » à l’opposé de la formule d’ « électorat liquide » au sens de volatile (volatil voters), dans la tradition de la vile multitude, agitée par les sondeurs et les analystes politiques qui ont l’habitude de redresser leurs résultats au doigt mouillé ou à la louche (Swyngedouw M., Mayer N., Boy D., 2000 ; Lehingue 1997). Le régime métaphorique de la foule ou de la multitude est d’ailleurs également associé aux animaux sociaux comme les abeilles avec, dans le cas des modèles collaboratifs numériques, l’image positive de la ruche et de l’essaim. Nous insistons ici surtout sur le premier aspect en ce qu’il est fondé sur une culture politique proche de l’anarchisme et qui s’attache à l’idée d’ouvrières butinant et faisant leur miel des informations qu’elles rendent publiques en vue d’une plus grande transparence des données publiques, de partage des savoirs (free software et open data), de participation citoyenne plus directe, plus fluide et enfin de protection contre la surveillance électronique (Renault 2013 ; Samuel 2004). L’émergence des partis pirates et de formations contestant l’ordre sociopolitique en Europe a matérialisé le concept durant les années 2000. Pourtant les structures d’attitudes du Parti pirate sont proches de celles du mouvement conservateur américain Tea Party et correspondent toutes les deux de « nouvelles formes de militantisme marquées par les pratiques numériques » comme le note Nicolas Baygert (2014).

Secrets, fuites et transparence

42Si, comme nous l’avons rappelé, les métaphores des fuites sont fréquentes dans le domaine de l’économie et de la fraude fiscale, le registre de la liquidité est de même mobilisé dans le cadre des activités de divulgation de masses d’informations brutes par l’organisation Wikileaks ou à l’occasion d’opérations du groupe Anonymous (auquel leurs détracteurs opposent la nécessité d’un filtrage cette fois par les médias traditionnels qui se considèrent plus compétents que les médias sociaux comme on a pu le voir dans l’affaire Panama’s Leaks).

43« Nous sommes le ‘‘brise-glace’’ de la censure. Nous créons un chemin pour les autres » affirme la figure de proue de Wikileaks, Julien Assange, lorsqu’il expose la philosophie cyber anarchiste de son organisation8. Il considère que les fuites comme la circulation sans obstacle des informations et les possibilités de transparence qu’elles offrent, sont au cœur de sa stratégie face à la culture du secret et de conspiration des grandes organisations contemporaines : « WikiLeaks a une double relation avec la liquidité. En permettant les fuites, la liquidité facilite son programme, et par conséquent ébranle les institutions solides qui agissent comme des obstacles à toute transparence. Cette relation avec la liquidité est tout à fait délibérée. Elle repose, dans la rhétorique d’Assange, sur la conviction idéologique que la liquidité est l’antithèse de la corruption. Elle produit involontairement de la transparence, et Assange estime qu’elle pousse les acteurs à se comporter vertueusement. » (Jurgenson 2014 : 70). Cette opposition demeure ambiguë : « Wikileaks et Anonymous s’inscrivent dans cette relation ambivalente au secret d’État, où tout est liquide, crypté, calculé, dévoilable et diffusable à l’infini » (Maignien 2012). Là encore l’association du secret et du liquide est prégnante.

44Dans le sillage de Gilles Deleuze et Felix Guattari, Gregory Seigworth et Matthew Tiessen (2012) distinguent trois types de secrets : comme contenu, comme forme (mise au secret), et comme expression (sécrétion). Ils proposent de considérer certains types d’échanges et de partage sur les réseaux sociaux comme des « poches ». Ils utilisent la formule du pooling (mise en commun, union, contribution) en lien avec la réflexion sur les enclosures digitales créées par les nouveaux modes de génération d’informations de profilages, de ciblages et de profits obtenues par le traitement des données et les technologies de détection. Ils usent enfin de la notion de plasma, métaphore sanguine, (qui peut être rapprochée de celle, culinaire, de soupe) pour décrire les innovations financières contemporaines pour la recherche de liquidités, pensées comme des sécrétions. L’organisation de fuites de données, au caractère visqueux pour en faire des informations « non-rivales » et disséminées dans les torrents du peer to peer, c’est-à-dire d’un faible coût de reproduction permettant de les consommer sans en priver les autres usagers (Loveluck 2015), pousseraient les organisations étatiques et privées à se solidifier pour éviter les fuites, les rendent encore plus sensibles à la liquéfaction (utilisé classiquement pour décrire le sentiment amoureux ou de peur extrême, entendu ici à la fois comme circulation très rapide d’un sentiment d’injustice et dissolution des capacités de maintien d’un ordre inique par les institutions de contrôle) que favorise Internet et les outils numériques. Les médias citoyens et les moyens de communication, à la fois mobiles et individualisés, offrent en matière de mobilisation politique collective de nouvelles perspectives insurrectionnelles face à des régimes autoritaires comme cela a été le cas durant les révolutions du Printemps arabe (Castells 2013b).

Emerger et surnager dans la soupe numérique primordiale

45Nous avons pu établir la présence d’un ensemble de termes et d’images en lien avec la métaphore liquide dans le lexique de l’ère numérique. Nous avons sondé un premier palier d’emplois de termes dans le vocabulaire technique de l’informatique et du numérique. Il est en partie issu des sciences et des techniques depuis le XVII eme siècle, canalisé et filtré par les modèles géographiques, hydrauliques et hydrologiques. Mais il reste particulièrement dilué et résulte d’une transposition analogique minimaliste au regard de la grande technicité et variété des lexiques de la chimie, de l’irrigation ou de la marine pour n’en citer que quelques-uns. Néanmoins ce caractère fruste en facilite la dissémination et l’appropriation.

46Nous avons repéré un second niveau d’emploi de métaphores qui a émergé dans les langues expertes et médiatiques, faisant converger ces rivières souterraines avec d’autres par exemple les rapides de la culture des loisirs et du tourisme, thalassotropiques et aquatiques depuis le milieu du XIXème siècle. Il glisse sur le premier niveau pour décrire les usages, les structures et les effets du numérique. Ce filet rhétorique est lui aussi d’une grande pauvreté lexicale, avec des images de fluidité et de circulation, stéréotypées, répétitives et proliférantes. Celles-ci sont certes basées sur une compréhension élémentaire mais témoignent le plus souvent d’une grande méconnaissance des propriétés et des spécificités des liquides, des cours d’eaux et des océans.

47Ces sédiments linguistiques constituent pourtant une soupe primordiale propice à l’éclosion de systèmes de représentations des technologies digitales et de leurs usages. Car un troisième niveau d’expression de la liquidité est en passe de devenir une vision du monde et de son évolution. Elle semble dorénavant partagée par l’ensemble des acteurs quelques soit leurs positions et leurs prises de positions favorables à la connexion et l’interopérabilité généralisées ou hostiles à la numérisation et hantés par les flux immaîtrisables. Au total l’architexte des sociétés numériques contemporaines mobilise une imagerie aquatique, maritime et plus généralement de l’ordre des flux et de la circulation massive, instantanée, anhistorique et réversible (Fig. 11). Alimentés par les multiples fleuves des problématiques en lien avec l’eau et les mobilités contemporaines, ces registres discursifs sont mobilisés dans les discours didactiques pour tenter de rendre accessible et acceptable la technologie. Ces canaux sémantiques se rencontrent et se mélangent dans la rhétorique de la liquidité. Elle naturalise le numérique et charrie l’illusion d’un développement téléonomique. Certes l’isomorphisme entre numérique et liquide est utile pour la médiatisation de la technique et sa généralisation. Mais cette naturalisation rend invisible et peu intelligible le fonctionnement réel des réseaux et de l’industrie numériques, par exemple les conditions sociales et les conséquences environnementales et politiques de leur développement.

Figure 11 : Publicité Deezer, 2018

Figure 11 : Publicité Deezer, 2018

Collection personnelle.

48Le registre liquide offre de plus un territoire mouvant dans lequel fiction, science et technologie se croisent et se mélangent (Fig. 12). La rhétorique du contrôle des flux fut à l’époque moderne au cœur des modèles de l’économie politique et à la base de l’émergence des Etats modernes. Mais dans les nouveaux schémas narratifs de la période contemporaine les Etats apparaissent comme des institutions territorialisées et solides ayant perdu la maîtrise des déplacements. Elles sont concurrencées par de nouvelles entités, pour partie issues du capitalisme d’Etat, à présent transnational, qui fonctionnent comme des hydrocraties hégémoniques spécialisées dans l’arraisonnement des flux, non seulement de l’eau et des fluides mais plus largement des transports de personnes, de biens, d’informations et de capitaux. Les métaphores liquides laissent dorénavant flotter l’idée interactionniste que tout n’est que fluidité et que les institutions étatiques sont fondamentalement impuissantes à s’opposer à ces flux. Elles seraient inutiles et vouées à être supplantées par la gouvernance corporate et l’horizontalité vertueuse des réseaux numériques. Plus besoin de droits fondamentaux, plus de nécessité de veiller à une hiérarchie des normes, effacés au profit d’une circulation perpétuelle et généralisée. Pourtant les besoins de régulations, de garde-fous et d’éducation collective à la technique numérique, par exemple au codage et à la sécurisation des données, sont plus que jamais d’actualité comme une sorte de mangrove protectrice face à ces métaphores liquides-zombies qui constituent l’avant-garde de la nouvelle grande mythologie de la liquidité. Quand les Etats brandissent la menace de d’invasions de populations déferlant sur les terres fermes ou d’inondations par des produits contrefaits ou d’informations fausses et dangereuses, les forces du marché séduisent avec les images captées et revalorisées de la mobilité nomade, de l’hybridation créative et de la fluidité des échanges et des communications. Cependant les sociétés civiles, partiellement globalisées, s’avèrent dorénavant capables elles-aussi de contester le pouvoir symbolique tant des États que des marchés. En définitive la labilité et la fongibilité de ces métaphores ambivalentes constituent une opportunité de réappropriation de leur capacité d’impertinence pour l’indigénisation de l’univers numérique. Non liquet ?

Figure 12 : Représentation populaire du Deep Web

Figure 12 : Représentation populaire du Deep Web

Source : https://thehiddenwiki.org/​

Haut de page

Bibliographie

ABBATE J. (2012), « L’histoire de l’Internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 1.18, pp. 170-180, www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2012-1-page-170.htm.

AFFERGAN F. (1994), « Textualisation et métaphorisation », Communications, 58.1, pp. 31-44, http://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1994_num_58_1_1877

AREA M., PESSOA T. (2012), “From solid to liquid : New Literacies to the cultural changes of Web 2.0”, Comunicar, XIX, 38, pp. 13-20, www.comunicarjournal.com

AURAY N., OUARDI S. (2014), « Numérique et émancipation : de la politique du code au renouvellement des élites », Mouvements, 79.3, pp. 13-27.

AURAY N. (2009), « Pirates en réseau : détournement, prédation et exigence de justice », Esprit, 7, pp. 168-179, http://ses-perso.telecom-paristech.fr/auray/2009AurayEsprit.pdf

AURAY N. (2011), « Les technologies de l’information et le régime exploratoire », in VAN ANDEL P., BOURSIER D. (Dir.), La sérendipité. Le hasard heureux, Paris : Hermann, pp. 329-343.

BACHELARD G. (1942), L’eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière, Paris : J. Corti.

BAKIS H. (2007), « Le ‘‘géocyberespace’’ revisité. Usages et perspectives », Netcom, Réseaux, communication et territoires, 21-3/4, pp. 285-296, https://journals.openedition.org/netcom/2220

BARE J.-F (1991), « Images de la finance », L’Homme, 31.119, pp. 23-40, http://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1991_num_31_119_369401

BAUDRILLARD J. (1994), « Le crime parfait », Topique, 53, pp. 5-13.

BAUMAN Z. (2006), La Vie liquide, Le Rouergue/Chambon.

BAUMAN Z. (2007), Le présent liquide, Paris : Seuil.

BAYGERT N. (2014), « L’activisme numérique au regard du consumérisme politique : Pirates et Tea Partiers sous la loupe », Participations, 1.8, pp. 75-95, http://www.cairn.info/revue-participations-2014-1-page-75.htm

BECK U. (2003), Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation, Paris : Flammarion.

BEGUIN-VERBRUGGE A. (2004), « Métaphores et intégration sociale des technologies nouvelles », Communication et langages, 141.1, pp. 83-93, http://www.persee.fr/doc/colan_0336-1500_2004_num_141_1_3292

BELLEC F. (2014), « L’imaginaire marin », in MIOSSEC A. (dir.), Géographie des mers et des océans, Rennes : PUR, pp. 21-36.

BELLEY J.G. (1996), « Une métaphore chimique pour le droit », in Le droit soluble. Contributions québécoises à l’étude de l’intentionnalité, BELLEY J.-M. (Dir.), Paris : LJDJ.

BENITO-RUIZ E. (2009), “Infoxication 2.0”, in THOMAS M., Handbook of Research on Web 2.0 and Second Language Learning, Pennsylvania : IGIInfoSci ; pp. 6079, http://storage.vuzit.com/public/a7l/Draft2ok_Ruiz.pdf

BERNARDOT M., THOMAS H. (2014), « Notes sur l’hybridité », Asylon(s).Digitales, 13, http://www.reseau-terra.eu/article1327.html

BERNARDOT M. (2018), « Mobilité, hybridité, liquidité : un architexte de la globalisation ? », Variations, 21, http://journals.openedition.org/variations/93

BERNARDOT M. (2016), « Petit traité de navigation dans la langue migratoire », Multitudes, 3.64, pp. 63-70, https://www.cairn.info/revue-multitudes-2016-3-p-63.html

BEUSCART J.-S. et al., (2009), « Sociologie des activités en ligne (introduction) », Terrains & travaux, 1. 15, pp. 3-28, http://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2009-1-page-3.htm

BIAGINI C. (2012), L’emprise numérique – Comment Internet les nouvelles technologies ont colonisé nos vies, Editions l’Echappée.

BORNECQUE H., CAUËT F. (1967), Dictionnaire latin-français, Paris : Librairie Belin.

BREAL M., BAILLY A. (1911), Dictionnaire étymologique du latin, Paris : Librairie Hachette.

BROCA S. (2013), Utopie du logiciel libre. Du bricolage informatique à la réinvention sociale, Neuvy-en-Champagne : Editions le passager clandestin, http://lepassagerclandestin.fr/fileadmin/assets/catalog/essais/Utopie_logiciel_libre__Broca__Le_passager_clandestin.pdf

BROWN R. (1989), Clefs pour une poétique de la sociologie, Arles : Actes Sud.

CARDON D. (2015), A quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des Big Data, Paris : Seuil.

CARSE A. (2010), « Water », Cultural Anthropology, http://www.culanth.org/curated_collections/10-water

CASTELLS M. (1996), La société en réseaux, Paris : Fayard.

CASTELLS M. (2013a), Communication et pouvoir, Paris : Maison des Sciences de l’Homme.

CASTELLS M. (2013b), Networks of outrage and hope : Social movements in the internet age, Cambridge : John Wiley & Sons.

CERUZZI P. E. (2012), « Aux origines américaines de l’Internet : projets militaires, intérêts commerciaux, désirs de communauté », Le Temps des médias, 1.18, pp. 15-28, http://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2012-1-page-15.htm

CHANDA N. (2008), “Runaway Globalisation Without Governance”, Global Governance, 14, pp. 119-125, https://courses.nus.edu.sg/celc/ES1102/files/readings/Article %201a %20Chanda.pdf

CHEVRET-CASTELLANI C. (2014), « Le noir et la transparence dans la campagne du Parti pirate français pour les élections législatives de 2012 », Mots. Les langages du politique, 105, pp. 67-84, http://mots.revues.org/21700

CORBIN A. (2005), Le ciel et la mer, Paris : Flammarion.

DOLGIN A. (2012), Manifesto of the New Economy. Institutions and Business Models of the Digital Society, Heidelberg : Springer.

DOWNING S. (2010), “Social Control in a Subculture of Piracy”, Journal of Criminal Justice and Popular Culture, 14.1, pp. 77-123, http://www.albany.edu/scj/jcjpc/vol17is1/Downing7_3.pdf

ELLIOTT A., URRY J. (2010), Mobile Lives, Londres : Routledge.

GAFFIOT F., FLOBERT P. (1934), Dictionnaire latin-français, Paris : Hachette.

GALISON P. (2013), Einstein’s Clocks, Poincaré’s Maps, Empires of Time, New York : W.W. Norton & Compagny.

GARAPON A. (2009), « L’imaginaire pirate de la mondialisation », Esprit, 7, pp. 154-167.

GENETTE G. (1979), Introduction à l’architexte, Paris : Le Seuil.

GERE C. (2004), “Brains-in-vats, giant brains and world brains : the brain as metaphor in digital culture”, Studies in History and Philosophy of Science, 35.2, pp. 351-366.

GILLESPIE R. (2013), “From circulation to asymmetric flow : On metaphors and global capitalism”, Journal of Cultural Economy, 6.2, pp. 200-216.

HAUTCOEUR P. C. (2010), « Marché et liquidité : le cas du marché financier », Congrès de l’Association française d’histoire économique, Lyon, https://www.researchgate.net/profile/Pierre_Hautcoeur/publication/265975573_Marche_et_liquidite_Le_cas_du_marche_financier/links/5680486808aebccc4e0752d3/Marche-et-liquidite-Le-cas-du-marche-financier.pdf

HELMREICH S. (2011), “Nature/Culture/Seawater”, American Anthropologist, 113, pp. 132–144, http://hdl.handle.net/1721.1/61766

HO K. (2009), Liquidated : an ethnography of Wall Street, Durham : Duke University press.

HOLM P., NIELSEN K. N. (2004), “The Cyborg Fish and the Invisible Hand : Making Market Models Work in the Fisheries”, Tromsø : Norwegian College of Fishery Science.

HUME D. (2010), Mélanges d’économie politique (extraits), E. DAIRE et G. de Molinari, Paris : Guillaumin et Cie (1847), http://classiques.uqac.ca/classiques/Hume_david/Hume_david.html

IMAD S., HACHOUR H. (2012), « Le numérique comme catalyseur épistémologique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, http://rfsic.revues.org/168

INNERATY D., DESROCHES D. (2010), « La place du marché et la mondialisation », http://www.sens-public.org/article795.html

JAMES P., STEGER M. B. (2014), “A Genealogy of ‘Globalization’ : The Career of a Concept”, Globalizations, 11.4, pp. 417-434, http://s3.amazonaws.com/academia.edu.documents/35611199/2014_James_and_Steger_Globalization_concept.pdf?AWSAccessKeyId=AKIAIWOWYYGZ2Y53UL3A&Expires=1490272572&Signature=5z6BS4Fgtprs87cv28ubdgzsBY8%3D&response-content-disposition=inline%3B%20filename%3DA_Genealogy_of_Globalization_The_Career.pdf

JEANNERET Y., SOUCHIER E. (1999), « Pour une poétique des écrits d’écran », Xoana, 6, pp. 97-107.

JESSOP B. (1999), “Reflections on the (il)logics of globalization”, in OLDS K., DICKEN P., KELLY P.F., KONG L., YEUNG H. W.-C. (Eds), Globalization and the Asia Pacific : Contested Territories, London : Routledge, pp. 19-38, https://bobjessop.org/2013/12/03/reflections-on-globalization-and-its-illogics/

JOHNSEN J. P., SINCLAIR P., BAVINGTON D., HOLM P. (2009), “The cyborgization of the fisheries : on attempts to make fisheries management possible”, Maritime Studies, 7, pp. 9-34, https://brage.bibsys.no/xmlui/bitstream/handle/11250/2384602/Mast %2B7.2._Johnsen_et_al %2B1.pdf ?sequence =3&isAllowed =y

JURGENSON N., et al. (2014), « Fuites d’information liquide. Sur la stratégie politique de Julian Assange », Mouvements, 3.79, pp. 63-73, https://www.cairn.info/revue-mouvements-2014-3-page-63.htm

KEUCHEYAN R. (2008), « Philosophie politique du pirate », Critique, 6.733-734, pp. 458-469. http://www.cairn.info/revue-critique-2008-6-page-458.htm

KEYNES J. M. (2017), Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris : Payot.

KROKER A. (2004), The will to technology and the culture of nihilism : Heidegger, Nietzsche and Marx, Toronto : University of Toronto Press, http://www.nietzschecircle.com/AGONIST/2011_03/JLS-Kroker-FINAL.pdf

LAFON L. (2012), « Photographie liquide », TK-21, 17, http://www.tk-21.com/Photographie-liquide-I

LECLERC R. (2013), Sociologie de la mondialisation, Paris : La Découverte.

LECOURT D. (1998), Prométhée, Faust, Frankenstein. Fondements imaginaires de l’éthique, Paris : Le Livre de Poche.

LEHINGUE P. (1997), « La ‘‘volatilité électorale’’. Faux concept et vrai problème : fluidité des définitions, infidélités des mesures et flottement des interprétations », Scalpel, Cahiers de sociologie politique de Nanterre, 2-3, pp. 124-179.

LEINER B. M., CERF V. G., CLARK D. D., KAHN R. E., KLEINROCK L., LYNCH D. C., WOLFF S. (2009), “A brief history of the Internet”, Computer Communication Review, 39.5, pp. 22-31. http://www.internetsociety.org/internet/what-internet/history-internet/brief-history-internet

LEVY P. (2010), La machine univers : création, cognition et culture informatique, La Découverte.

LIZCANO E. (2006), Metáforas que nos piensan. Sobre ciencia, democracia y otras poderosas ficciones, Madrid : Traficantes de Sueños.

LOVELUCK B. (2015), « Internet, une société contre l’Etat ? Libéralisme informationnel et économies politiques de l’auto-organisation en régime numérique », Réseaux, 192, p. 35, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01172584/document

MAIGNIEN Y. (2012), « Source et fuites : du sens des flux de données numériques », http://www.sens-public.org/article990.html

MANDEVILLE B. (1998), La Fable des abeilles, suivie de, Essai sur la charité, Paris : Vrin, (1714).

MARCUS G. E. (1995), “Ethnography in/of the World System : The Emergence of Multi-situed Ethnography”, Annual Review of Anthropology, 24, pp. 95-117, http://isites.harvard.edu/fs/docs/icb.topic809839.files/Readings/marcus_ethnography%20_in_of_world_system.pdf

MUSSO P. (2003), Critique des réseaux, Paris : Presses universitaires de France.

NEYRAT F. (2011), Clinamen. Flux, absolu et loi spirale, Alfortville : Ere éditions.

NEYRAT F. (2016), La part inconstructible de la terre. Critique du géo-constructivisme, Paris : Seuil.

ONG A., COLLIER S. (dir.) (2005), Global Assemblages. Technology, Politics, and Ethics and Anthropological Problems, Malden, Oxford, Victoria : Blackwell Publishing.

OST F. (2014), « Penser le droit aujourd’hui. L’exemple de la théorie des sources », La norme juridique « reformatée », Colloque organisé par la Chaire de droit et gouvernance de la santé de la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke, 9 & 10 octobre, dact.

PÁLSSON G. (1998), “The birth of the aquarium : the political ecology of Icelandic fishing” in GRAY T. S. (Dir.), The politics of fishing, Londres : Macmillan Press, pp. 209-227.

PASANEK B., POLILLO S. (2013), Beyond Liquidity : The Metaphor of Money in Financial Crisis, Londres : Routledge.

PASSERON J.C. (1991), Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris : Nathan.

POIRRIER P. (2015), « ‘‘Marée montante’’ ou tsunami ? L’avenir du livre à l’heure du numérique », Le livre électronique au présent. Pratiques de lecture, de prescription et de médiations, pp. 123-126 : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01174872/document

POITEVIN J.-L. (2015), « L’image liquide ou voir au bord de la noyade : remarques sur la mutation du statut des images au début du XXIe siècle », Figures de la psychanalyse, 2.30, pp. 201-213, http://www.cairn.info/revue-figures-de-la-psy-2015-2-page-201.htm

REID K. (2008), Liquid Photography ? Narrative and Technology in Digital Photographic Practices, Master thesis, Queen’s University Kingston, Ontario, Canada, http://qspace.library.queensu.ca/bitstream/handle/1974/1608/Reid_Kelly_E_200812_Masters.pdf?sequence=1

RENAULT A. (2013), « Démocratie liquide », in CASILLON I., et al., Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris : GIS Démocratie et Participation, http://www.dicopart.fr/fr/dico/democratie-liquide

RICOEUR P. (1975), La métaphore vive, Paris : Seuil.

ROLLO A. (2012), « Les métaphores dans le lexique économique : modèles culturels en œuvre », in LIGAS P., FRASSI P. (a cura di), Lexiques Identités Cultures, Verona, Qui Edit, pp. 153-175. http://www.dea.univr.it/documenti/Avviso/all/all252956.doc

ROSANVALLON P. (1989), Le libéralisme économique. Histoire de l’idée de marché, Paris : Seuil.

SADIN E. (2015), La Vie algorithmique : critique de la raison numérique, Paris : L’Echappée.

SARUBIN H. C. (2012), The Effects of Digital Technologies on Expanded Cinema in the Age of Liquid Modernity : Drowning and Surfacing in the Expanded Seas of the Digital Cinema, Phd Thesis, Victoria University of Wellington.

SCIPION DE GRAMONT (2014), Le Denier royal, Genève : Slatkine Érudition, (1620).

SEIGWORTH G. J., TIESSEN M. (2012), “Mobile Affects, Open Secrets, and Global Illiquidity : Pockets, Pools, and Plasma”, Theory, Culture & Society, 29-6., pp. 47–77.

SERRES A. (2010), « L’évaluation de l’information à l’heure du web 2.0 : entre changement et continuité », Journée d’étude Médiadix/Urfist de Paris Le web, 2, http://urfist.chartes.psl.eu/sites/default/files/Journ%c3%a9eMediadix-Urfist_ASerres_Evaluation_information_web2_0.pdf

SLOTERDIJK P. (2013), Ecumes. Sphérologie plurielle, Paris : Pluriel.

SOFFER O. (2012), “Liquid language ? On the personalization of discourse in the digital era”, New Media & Society, 14, pp. 1-19.

SUPIOT A. (2010), L’esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total, Paris : Seuil.

SUTHERLAND T. (2013), “Liquid Networks and the Metaphysics of Flux : Ontologies of Flow in an Age of Speed and Mobility”, Theory, Culture & Society, 30.5, pp. 3–23.

SWYNGEDOUW M., MAYER N., BOY D. (2000), « Mesure de la volatilité électorale en France 1993-1997 », Revue française de science politique, 50.3, pp. 489-514, http://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_2000_num_50_3_395485

TADIAR N.X.M. (2016), “City Everywhere”, Theory, Culture & Society, 0, pp. 1–27.

THOMAS H. (2008), « Vulnérabilité, fragilité, précarité, résilience, etc. De l’usage et de la traduction de notions éponges en sciences de l’homme et de la vie. », Recueil Alexandries : http://www.reseau-terra.eu/article697.html.

THOMAS H. (2017), « De la migration des concepts en sciences sociales », in BENOIT O. (Dir.), Intersections : l’interdisciplinarité en action, Aix-en-Provence : PUAM.

TSING A. (2000), “The Global Situation”, Cultural Anthropology, 15.3, pp. 327-360, https://is.muni.cz/el/1423/podzim2013/SOC585/um/43504947/tsing_.pdf

TURGOT A. (1844), « article Foire », in Œuvres de, Texte établi par Eugène Daire, Guillaumin, pp. 291-298.

URRY J. (2010), Sociologie des mobilités, une nouvelle frontière de la sociologie ?, Paris : A. Colin.

URRY J. (2014), Offshoring, Londres : John Wiley & Sons.

VALLUY J. (2017), « Le libre accès aux publications de SHS, entre marché et État : comment articuler édition numérique en libre accès et … liberté(s) intellectuelles des auteurs & lecteurs ? » http://numerev.com/images/VALLUY_Seminaire_NUMEREV_28fevrier2017_Montpellier.pdf

VIRILIO P. (1996), Cybermonde, la politique du pire, Paris : éditions Textuel.

VOGLIOTTI M. (2009), « De la pureté à l’hybridation : pour un dépassement de la modernité juridique », Revue interdisciplinaire d’études juridiques, 1.62, pp. 107-124. http://www.cairn.info/revue-interdisciplinaire-d-etudes-juridiques-2009-1-page-107.htm

ZIZEK S. (2002), Bienvenue dans le désert du réel, Paris : Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Nous entendons par iconique le fait qu’elle fonctionne au-delà de l’analogie comme un cadre général et dominant de perception visuelle, cognitive et imaginaire.

2 Issu de l’italien portolano, le terme désigne un registre manuscrit fournissant des indications sur les ports et des instructions nautiques.

3 Voir pour la mobilité : (https://books.google.com/ngrams/graph ?content =mobility, pour l’hybridité : https://books.google.com/ngrams/graph ?content =hybridity, pour la liquidité : https://books.google.com/ngrams/graph ?content =liquidity).

4 https://www.theguardian.com/environment/2017/feb/13/extraordinary-levels-of-toxic-pollution-found-in-10km-deep-mariana-trench ?CMP =Share_iOSApp_Other

5 https://fr.wikipedia.org/wiki/Cyclades_(r %C3 %A9seau)

6 Jean-Samuel. Beuscart évoque le modèle du phare pour décrire le comportement en ligne sur les sites de partage comme Flickr, Dailymotion, Youtube (Beuscart 2009 :11).

7 Un bootlegger est, en américain, « un homme qui cache une bouteille dans sa botte ».

8 http://www.liberation.fr/debats/2016/06/17/julian-assange-les-agences-de-renseignement-ont-une-vision-politique-limitee-mais-un-appetit-de-surv_1460322

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Une boîte de Spam
Légende Une boîte de Spam à 4947 mètres de profondeur dans la fosse des Mariannes.
Crédits Photograph: Noaa Office of Ocean Exploration.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 2 : Publicité Hewlett-Packard, 2017
Crédits Source : http://logopedia-fanon.wikia.com/​wiki/​File:Hewlett-Packard-Logo-Pub.jpg
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3: « Flooded McDonald’s », image extraite du film, South London Gallery 2010, Brooklyn Museum 2017
Légende Ce film est une « allusion à la puissance fondée sur la consommation et l’influence et l’impuissance à la fois des grandes entreprises multinationales face au changement climatique » (C’est nous qui traduisons). Flooded McDonalds a été exposé pour la première fois à la South London Gallery en 2010. (Produced by Propeller Group (Ho Chi Minh City) in association with Matching Studio (Bangkok) and co-produced by South London Gallery (London), Louisiana Museum of Modern Art, (Humlebæk, Denmark) and Oriel Mostyn Gallery (Llandudno, Wales) with support from the Danish Film Institute. The exhibition is supported by the Danish Arts Council’s Committee for International Visual Art.
Crédits Source : Collectif Superflex, http://www.superflex.net/​floodedmcdonalds/​.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 4 : Image extraite de Matrix
Crédits Source : https://creative-analytics.corsairs.network/​lessons-from-the-matrix-deep-learning-46c974e9c9f0.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 5 : Extrait de « Liquidity Inc. », Hito Steyerl
Légende Liquidity Inc. se fonde sur l’histoire de Jacob Wood, un analyste financier ayant perdu son emploi pendant la crise de 2008 et qui décide de devenir un combattant professionnel de Mix Martial Arts (MMA). H. Steyerl mentionne le dicton de Bruce Lee qui recommande d’être « sans forme, comme l’eau », transformant la ‘‘liquidité’’ en un trope assez fluide pour parler de tout, de la météo en passant par l’eau comme ressource matérielle, jusqu’à la circulation des informations et des biens. Projeté sur un écran double face devant une structure en forme de rampe ondulante, Liquidity Inc. est une parabole de la crise économique et de la culture contemporaine ».
Crédits Source P. & C. Buttenwieser Gallery, Boston, 2017-2018, https://www.icaboston.org/​exhibitions/​hito-steyerl-liquidity-inc
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 6 : « Internet Levels »
Crédits Source : https://upload.wikimedia.org/​wikipedia/​commons/​f/​fd/​Internet_levels_by_lulgl-d79y9wy %281 %29.png
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-6.png
Fichier image/png, 904k
Titre Figure 7 : « Fluid Structure », Vincent Houzé
Légende Installation numérique représentant une chute d’eau interactive. Elle permet « aux personnes qui se trouvent en face d’interagir avec le liquide virtuel de façon presque immersive ».
Crédits Source : http://www.maxitendance.com/​2017/​05/​installation-art-vincent-houze-fluid-structure.html
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 8 : Affiche de l’American Museum & Natural History
Légende Affiche de l’American Museum & Natural History, New York 2017.
Crédits Collection personnelle.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 9 : Publicité Microsoft, 2017
Crédits Collection personnelle.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 10 : « Fluides ». Installation liquide interactive
Légende Scenocosme : Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancxt. « Fluides est une œuvre vivante, réactive, composée d’une eau sensitive qui rassemble l’énergie provenant des mains des spectateurs. L’eau est ici une forme de fil conducteur qui conduit les énergies des corps au centre de l’œuvre en générant d’infinis paysages fluides, sonores et lumineux. »
Crédits Source : http://www.scenocosme.com/​fluides.htm
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 11 : Publicité Deezer, 2018
Crédits Collection personnelle.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 12 : Représentation populaire du Deep Web
Crédits Source : https://thehiddenwiki.org/​
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/2886/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Bernardot, « Plongée dans les métaphores et représentations liquides de la société numérique », Netcom [En ligne], Articles, mis en ligne le 26 juin 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2886

Haut de page

Auteur

Marc Bernardot

Aix Marseille Université, CNRS, LAMES, Aix-en-Provence, France marc.bernardot@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals