Navigation – Plan du site

Quelle prise au sérieux du cyberespace pour la défense et la sécurité nationale ? Compte-Rendu de la thèse d’Alix Desforges

Philippe Vidal

Texte intégral

  • 1 Desforges Alix (2018), Approche géopolitique du cyberespace, enjeux pour la défense et la sécurité (...)

1La thèse présentée par Alix Desforges est intitulée « Approche géopolitique du cyberespace, enjeux pour la défense et la sécurité nationale, l’exemple de la France »1. Elle se compose de 3 parties (9 chapitres), chaque partie et chapitre disposant d’une introduction et d’une conclusion rendant la lecture du document plus simple même si cela occasionne, de fait, certaines redondances. La lecture est facilitée par un style tout à fait agréable à lire malgré la multiplication des acronymes reflétant sans aucun doute la bonne maîtrise du sujet par la candidate. L’ensemble forme un document final de 398 pages comprenant, pour un tel sujet, une indispensable liste des sigles, une liste des acteurs rencontrés et une liste des tableaux, cartes, schémas, et captures d’écran de forums djihadistes. Une bibliographie de 14 pages est également présentée.

Cyberespace, cybermenace, cyberdéfense…

2Le sujet est très original en géographie - y compris en « géographie du numérique » mais c’est d’abord et avant tout une thèse de géopolitique, proche des sciences politiques, qui porte sur des questions de défense nationale à l’heure du numérique. Le sujet est passionnant et suppose pour le doctorant « d’être aux premières loges » des dispositifs mis en place par l’Etat français depuis une dizaine d’années afin de récolter des informations de première main auprès des acteurs stratégiques évoluant dans cet environnement de la cyberdéfense nationale. Alix Desforges était de ce point de vue à la bonne place, notamment depuis 2013 en tant que membre de la chaire Castex de Cyberstratégie - dirigée par Frédérick Douzet, Professeur de Géographie et directrice de cette thèse. Cette chaire Castex s’est depuis imposée comme un acteur important de la cybersécurité en France. C’est aussi un sujet extrêmement complexe qui nécessite une certaine maturation presqu’incompatible avec les « canons temporels » habituellement accordés aux doctorants pour réaliser leur travail (3 ans). Ici c’est près de 9 ans qu’il a fallu à l’auteur (thèse débuté en 2009) et il est heureux que ce travail ait finalement pu aboutir.

3Dans ce travail, c’est donc la réponse française en matière de prise au sérieux du cyberespace pour la sécurité nationale qui est étudiée. Cette réponse bénéficie de la mobilisation de nombreux éclairages internationaux et positionne d’emblée les enjeux à l’échelle planétaire, dimension évidemment incontournable dans une thèse de géopolitique. La thèse dominante de ce travail peut être lue de la façon suivante : la France a certes engagé depuis une dizaine d’années une politique louable de lutte contre la cybercriminalité, le cyberterrorisme, en faisant du cyberespace un nouveau territoire d’intervention, mais son efficacité (du point de vue des réponses offensives et défensives) est toute relative tant les menaces se multiplient et le jeux des acteurs, y compris, celui des autres états et du secteur privé qui luttent pourtant contre un même ennemi, répond davantage (ou au moins tout autant) à des partitions singulières qu’à des collaborations franches et dénuées d’arrière-pensées stratégiques. Ces arrière-pensées ont à voir avec le leadership politique, des logiques économiques et, plus généralement, la maitrise de cette société en réseaux qui n’en est qu’à ses balbutiements, puisque nous devons le rappeler, internet en tant que réseau mondial et de façon plus générale, cette société numérique, n’a guère plus de vingt ans.

4L’originalité du sujet ne le rend pas pour autant anecdotique et il n’est pas interdit de lire la thèse (en creux) comme un plaidoyer auprès des services de l’Etat à mieux prendre en compte cette question du cyberespace en matière de sécurité nationale. Cette thèse est un appel à une montée en puissance de la réponse nationale. De façon explicite, ce sont les capacités des Etats à se saisir de ces enjeux numériques qui sont interrogées (résumées dans l’introduction par la question suivante : les stratégies des états sont-elles appropriées ?). Le caractère faussement simple de cette question laisse en réalité transparaitre toute la difficulté d’une réponse dont la formalisation suppose un positionnement national forcé d’évoluer au même rythme qu’apparaissent les « cyber-menaces », qui se complexifient et prolifèrent désormais aussi sur les réseaux sociaux, (sur de puissantes plateformes essentiellement américaines difficilement contrôlables par les Etats) notamment dans le cadre de la propagande djihadiste.

5La première partie de la thèse « Du village global à la menace stratégique : représentations du cyberespace » ambitionne de retracer l’évolution des représentations d’un cyberespace d’abord envisagé sous une forme pacifique (utopique) puis appréhendé plutôt comme une menace pensant sur les libertés individuelles et collectives (dystopique) : « Dans la représentation utopique, le cyberespace est un territoire indépendant au mode de gouvernance propre distinct de celui des États. A l’opposé, dans le système de représentations d’un cyberespace-menace, il devient un territoire à maîtriser, voire à conquérir pour les États ». Trois chapitres étayent la démonstration et parviennent effectivement à clairement poser le cadre général de l’analyse. Le cyberespace est devenu un domaine investi par les Etats justement en raison de son côté « insaisissable », un engagement fondé sur des représentations, passant d’une approche plutôt positive (l’auteur parle d’utopie) à une approche beaucoup plus anxiogène à partir de 2010, avec des modes opératoires et des positionnements différenciés selon la nature des différents régimes étatiques.

6Selon l’auteur, la « territorialisation du cyberespace » s’est réalisée essentiellement au nom de la souveraineté et de la sécurité nationale, en raison des menaces émanant du cyberespace et pouvant concrètement toucher les territoires physiques. Les déclarations des politiques viennent appuyer la démonstration. Après la terre, la mer, l’air et l’espace le Cyberespace fait figure d’un nouveau « théâtre d’opérations militaire ». Ainsi, la démonstration de l’auteur est convaincante quand elle conclut cette première partie en expliquant qu’un système de représentations (celui qui fait état des menaces) l’emporte désormais sur celui qui faisait du cyberespace un projet collectif pouvant servir des objectifs de meilleur équilibre et d’apaisement du monde.

7La deuxième partie « La France à la conquête du cyberespace » est consacrée à une analyse critique de la stratégie française en matière de cybersécurité. Cette partie est sans doute la plus passionnante de cette thèse. Elle décrypte la stratégie française de cyberdéfense avec force détails tout en distinguant les deux grandes phases de cette stratégie. Le chapitre 4 présente cette première phase (2008-2013) où l’état fait « ses armes » en matière de cyberstratégie en se dotant d’un budget régulier et en mettant en place des structures dédiées et pérennes. L’attaque contre le gouvernement estonien en 2008 en a été l’élément déclencheur. Le processus s’est développé de façon relativement classique : production d’un livre blanc, création d’une Agence nationale de sécurités des systèmes d’information l’ANSSI en 2011 en charge de la coordination interministérielle et un engagement important et spécifique du Ministère de la défense en matière de cyberdéfense militaire. La deuxième phase (2014-2018) présentée dans le chapitre 5 correspond à une stratégie d’ouverture du positionnement national, stratégie qui s’inscrit à la fois dans un temps long de la programmation mais qui se nourrit aussi des différents attentats et difficultés ressenties sur le sol français et dont une des causes estimées est la propagande en ligne des entreprises terroristes. Malgré une apparente spécificité nationale qui avance une sorte de séparation fonctionnelle des capacités défensives et offensives, le chapitre 6 pointe toute les ambiguïtés d’une stratégie qui, finalement, s’accommode en France comme ailleurs d’un certain flou sur qui fait quoi et comment les services communiquent entre eux. La France revendique une stratégie inscrite dans la tradition gaulliste de « l’autonomie stratégique », considérant finalement le cyberespace comme une menace provenant surtout des autres états.

8La troisième partie « L’enchevêtrement complexe d’enjeux multiples ou la nécessité d’une approche globale » est un plaidoyer pour changer cette approche française notamment pour mieux traiter les attaques informatiques et contrer l’influence d’acteurs malveillants. Les intentions françaises sont louables mais les concrétisations de ces intentions sont souvent imparfaites et inachevées. Ceci oblige les collaborations inter étatiques qui peuvent parfois être envisagées comme un jeu de dupes ou chacun veille à ne donner des informations qu’à partir du moment où cela ne touche pas des questions de souveraineté nationale, ce qui est vite le cas dans le domaine des cybermenaces. En outre, l’auteur montre combien l’attribution d’une attaque à telle ou telle autre organisation est devenue un enjeu géopolitique majeur et s’érige souvent en termes de rapports de force et de pouvoir entre états parfois même entre états alliés. Le secteur privé, acteur devenu majeur pour ses compétences dans le domaine des cybermenaces mais aussi du point de vue des grandes plate-formes dédiées aux réseaux sociaux est un acteur clé qui n’est pas assez investi par l’état pour qu’une collaboration s’avère réellement efficace. Le chapitre 8 est de ce point de vue très éclairant. Il présente les différentes ressources numériques destinées à accélérer la radicalisation et à la disposition des futurs djihadistes. Il s’avère finalement assez simple pour celui qui le souhaite, d’y accéder et l’auteure s’attache à montrer que la propagande djihadiste se réalise sur plusieurs plans allant de la volonté de s’attacher des sympathies jusqu’à des propositions destinées à recruter. Des méthodes proches de celle du e-commerce sont utilisées, avec des périodes exceptionnelles d’ouverture des sites ou de « teasing » destiné à attirer les curieux, des décomptes permettant de fêter l’anniversaire des attentats du 11 septembre 200, etc. Ces méthodes sont destinées notamment à recruter des « ennemis intérieurs » sur les sols nationaux de même qu’elles permettent aussi d’installer un sentiment d’insécurité au sein des populations et des États occidentaux, chacun avec un peu de volonté pouvant effectivement accéder à ces contenus. L’auteur conclut cette troisième partie en démontrant combien les mesures offensives de protections en matière de cybersécurité contribuent finalement à l’insécurité globale, modifiant considérablement la gouvernance mondiale de l’Internet et créant finalement une situation où l’internet est de plus en plus instable et incertain et est le vecteur malgré lui, de fortes tensions entre États mais aussi entre les citoyens et l’Etat. Il est ici question de défiance a priori tandis que les réponses étatiques ont pour conséquence contre-productive d’augmenter le niveau général de menace, y compris pour eux-mêmes.

9En bref, le travail présenté est stimulant, bien conduit et d’une lecture aisée y compris pour ceux qui ne sont pas coutumiers des travaux de géopolitique. La dimension (géo) politique de la thèse est indéniable. L’essentiel des références géographiques mobilisées par l’auteur proviennent ou portent sur des travaux de géopolitiques. Les processus décisionnels sont bien exposés y compris dans leurs hésitations, atermoiements et limites à apporter tous les systèmes de preuve pourtant indispensables à la conquête géopolitique du cyberespace. Le caractère extrêmement aléatoire des mesures et l’aspect totalement opaque des décisions, de même que les conséquences de ces décisions sont très finement restitués. Alix Desforges montre clairement que cette prise en compte du cyberespace par les services de la sécurité nationale est encore largement perfectible.

Sur la territorialisation du cyberespace…

10Malgré l’excellence de la thèse, on a pu parfois regretter que le territoire du cyberespace national exposé par l’auteur ne soit finalement principalement considéré que comme l’espace électronique de la souveraineté nationale, sans que derrière on ne perçoive vraiment la façon dont cela résonne concrètement sur le territoire français (à part quelques évocations des attentats commis sur le sol national ou encore le cas trop rapidement traité de la Bretagne, où semble se localiser une bonne partie de la réponse nationale). N’était-il pas possible dans un tel travail d’approcher la question des conséquences territoriales des cybermenaces à une échelle plus fine, celle des usages et surtout des lieux d’usages ? La cybermenace peut-elle être territorialisée autrement que dans une perspective de menace nationale. A quel point est-il possible de la localiser, de l’anticiper, voir même, de la cartographier. Les cybercafés, les zones pavillonnaires, les banlieues, les prisons où circulent de nombreux smartphones, les lieux de recrutement, sont sans doute connus et observés par ceux qui garantissent la sécurité nationale. Les attentats déjoués grâce au renseignement auraient aussi peut-être pu être mentionnés et cartographiés… Disposer d’une approche géopolitique du cyberespace faisant un lien plus explicite avec les lieux d’usages des cybermenaces était sans doute un autre sujet qui n’entrait pas dans le spectre de la réflexion de l’auteur ? Quoi qu’il en soit, nul doute que cette thèse constituera une pierre essentielle en matière de recherche sur la géopolitique du cyberespace.

Haut de page

Notes

1 Desforges Alix (2018), Approche géopolitique du cyberespace, enjeux pour la défense et la sécurité nationale, l’exemple de la France, soutenue le 27 août 2018 à l’Institut français de Géopolitique, Université Paris 8 Vincennes/Saint-Denis, sous la direction de Frédérick Douzet, 398 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Vidal, « Quelle prise au sérieux du cyberespace pour la défense et la sécurité nationale ? Compte-Rendu de la thèse d’Alix Desforges », Netcom [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le 04 septembre 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/netcom/2961

Haut de page

Auteur

Philippe Vidal

Professeur des Universités en Géographie, Université Le Havre Normandie, 25 rue Philippe Lebon, 76600 Le Havre, UMR IDEES Le Havre - CNRS 6266.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals