Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32-1/2Le numérique au secours des monna...

Le numérique au secours des monnaies locales et complémentaires

Un enjeu de territorialisation et de connexion des circuits courts d’échange
The digital switchover of the local and complementary currencies. A challenge of territorialization and connection of short distribution circuits
Bénédicte Martin
p. 163-182

Résumés

Les Monnaies Locales et Complémentaires tout comme les monnaies virtuelles de type Bitcoin se développent après la crise de 2008 et se construisent sur une critique du système monétaire et financier dominant. Toutefois ces deux types de monnaies alternatives sont fondés sur des projets de société et des valeurs radicalement opposés. Alors que les monnaies virtuelles reposent sur une organisation totalement décentralisée d’agents anonymes, les monnaies locales et Complémentaires visent pour leur part à renforcer le lien fondamental qui les ancre au territoire, qu’elles participent in fine à définir et à redéfinir. Les Monnaies Locales et Complémentaires forment le projet d’une monnaie citoyenne Commune1 qui privilégie l’usage de la monnaie comme règlement de transactions, auprès d’un réseau identifié de prestataires locaux qui font vivre le territoire. Elles se révèlent comme la définition d’un projet de territoire qui dépasse la notion de frontières administratives, ce faisant elles rendent visibles, par leur contour d’utilisation, de nouvelles frontières de territoires de qualités sociale, solidaire et environnementale. Néanmoins pour que ces projets de monnaie locale puissent participer pleinement à la redéfinition d’identités territoriales construites en commun et dépasser un cercle « militant », il convient d’adopter des outils numériques essentiels à leur circulation.

Haut de page

Texte intégral

Ce texte doit beaucoup au travail commun mené avec Anne-Cécile Ragot et Andréa Caro sur la région Normandie, qu’elles soient ici remerciées ainsi que les deux évaluateurs anonymes pour leurs commentaires très utiles.

Introduction

1Il existe, en février 2018, une cinquantaine de monnaies locales en France et une dizaine sont en projet2 (figure 1).

Figure 1 : Cartographie des monnaies locales en France

Figure 1 : Cartographie des monnaies locales en France

Source : Monnaies locales citoyennes complémentaires consulté le 30 août 2018 / http://monnaie-locale-complementaire-citoyenne.net/​france/​

  • 3 Parmi les monnaies complémentaires, on en distingue 3 types : les monnaies affectées (tels que les (...)
  • 4 Rapport de la mission d’étude « Monnaies Locales Complémentaires et les systèmes d’échanges locaux  (...)

2Cette expansion des MLC (Monnaies Locales et Complémentaires) est constatée partout en Europe, à un rythme relativement similaire (on en dénombre 60 en Allemagne, 70 en Espagne et en Grèce)3. D’après le rapport de recherche publié par Ministère du Logement et l’égalité des territoires et de la ruralité en 20154, il en existerait 5000 dans le monde dont l’emblématique Palmas de Fortaleza au Brésil ou le Bristol Pounds, unité de compte dans laquelle le maire de Bristol est indemnisé.

Les monnaies locales complémentaires au service de la proximité

  • 5 La limite géographique permet de tracer des frontières, elle résulte d’une « démarche de géométrisa (...)
  • 6 LOI n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire, article 16 : https:/ (...)

3Créées au sein d’une « zone géographique limitée »5 (l’utilisation du titre de monnaie est limitée à une zone géographique définie soit par l’association locale soit par la réglementation) et en complément de l’Euro, elles ont obtenu une reconnaissance juridique par la loi Economie Sociale et Solidaire (ESS) du 31 juillet 20146. Celles-ci peuvent prendre plusieurs formes monétaires, coupons-papier et/ou format électronique, les deux ne relevant pas du même cadre réglementaire. Quelle qu’en soit la forme, le but principal de ces monnaies locales consiste à dynamiser l’économie de proximité en respectant les principes de l’Economie Sociale et Solidaire (J.L. Laville 2010). Ces titres de monnaie complémentaire se nomment par exemple l’Abeille à Villeneuve sur Lot, le Sol’Violette à Toulouse, la Gonette à Lyon ou encore l’Eusko au pays Basque (figure 2).

Figure 2 : Quelques monnaies locales en France…

Figure 2 : Quelques monnaies locales en France…

Montage : Bénédicte Martin – 2018.

  • 7 « Art. L. 311-5.-Les titres de monnaies locales complémentaires peuvent être émis et gérés par une (...)

4Deux conditions majeures toutefois doivent être respectées : que l’émetteur de monnaie appartienne à une structure de l’ESS et que les titres de monnaie locale ne soient pas remboursables7 c’est à dire que les utilisateurs peuvent changer de l’Euro en monnaie locale mais ne peuvent par la suite reconvertir leurs titres de monnaie locale en euros. La quasi totalité des MLC françaises sont initiées par des collectifs de citoyens appartenant aux réseaux de l’ESS organisés en associations loi 1901. Les expériences de monnaie locale étaient d’ailleurs classées parmi les initiatives de l’ESS bien avant la reconnaissance formelle par la loi consacrée (J.F. Laville et al. 2005, J.F Laville 2010 et J.M. Servet 2010, souligné par J. Blanc 2015). Cette classification repose à la fois sur la structure juridique des MLC, l’association, mais aussi et surtout sur leur objectif : construire des projets de monnaie destinée à circuler entre des particulier et des prestataires sélectionnés à partir de leurs pratiques et de leurs valeurs (favoriser l’économie locale et de proximité, encourager la transition des pratiques de production et de consommation vers une économie plus soutenable).

5L’objectif est ainsi de favoriser les circuits-courts et l’économie locale tout en développant des pratiques nouvelles entre producteurs et consommateurs qui visent à pérenniser le lien entre les acteurs et à orienter les comportements économiques vers des pratiques plus durables (diminution de l’empreinte carbone, maitrise de l’énergie, gestion des déchets).

Ne pas confondre Monnaies Locales Complémentaires, monnaies virtuelles et crypto-monnaies

  • 8 Les Monnaies locales et complémentaires partagent avec les mouvements du « libre » la suprématie de (...)

6Souvent confondues avec les monnaies virtuelles, les crypto-monnaies constituent au contraire des anti-monnaies « libres »8. Le système monétaire actuel se définit par deux caractéristiques conjointes : la création monétaire repose sur la dette (l’émission de monnaie scripturale par les banques commerciales, par l’octroi de crédits, est à l’origine de 90 % de la masse monétaire) ; les Banques Centrales disposent du monopole de l’émission de monnaie légale et supervisent le système. Les Monnaies Locales et Complémentaires comme les monnaies virtuelles portent une critique radicale envers ce système et mettent en cause la responsabilité directe de la dette dans les déséquilibres économiques et les crises majeures de cette dernière décennie. Le point commun est alors une volonté de se « réapproprier » l’objet monétaire en proposant des alternatives, toutefois dans le cas des monnaies virtuelles il s’agit d’une forme de concurrence aux monnaies légales tandis que les monnaies locales n’offrent qu’une complémentarité, elles n’ont pas vocation à remplacer l’euro par exemple (J. Blanc 2000).

7L’apparition de ces projets contestataires de l’ordre monétaire dominant permet de révéler la nature de la monnaie, cet objet économique particulièrement complexe qui, au-delà de ses usages, contient une dimension politique essentielle : celle de la définition de la valeur et du cadre même dans lequel se définit un ordre de grandeur économique. Dans le projet des Monnaies Locales et Complémentaires, le cadre juridique de définition de la valeur est territorialisé : géographiquement borné par un « périmètre limité de personnes ». Plus encore, et c’est la question de recherche que nous développons dans cet article, les monnaies locales fournissent aux territoires un cadre pour se redéfinir et affirmer leurs identités. En effet, la démarche de progrès, incluant des critères sociaux et environnementaux, constitutive des Monnaies Locales et Complémentaires, se révèle comme la définition d’un projet de territoire (I). Les associations de MLC sont le fruit d’une histoire longue, dont J. Blanc et M. Fare (2015) identifient aujourd’hui la quatrième génération. Celle-ci a achevé le processus de mise en place et vise l’articulation des espaces de production et de consommation, la « boucle » de circuits locaux d’échanges. Cette dernière ne peut être réalisée qu’en développant les échanges inter-entreprises dont le levier principal est la mise en place d’un support numérique, indispensable pour atteindre une « taille critique » du réseau d’échanges. Cet enjeu constitue néanmoins un défi pour les associations de Monnaie Locale et Complémentaire au regard des difficultés techniques et financières que le passage au numérique soulève (II).

Monnaies Locales et Complémentaires : un partage de valeurs

8Si la monnaie est au cœur du système économique c’est qu’elle remplit trois fonctions essentielles : c’est une unité de compte, la référence utilisée pour exprimer des prix et enregistrer des dettes et créances, un intermédiaire des transactions qui facilite les échanges et enfin une réserve de valeur qui permet aux agents économiques d’épargner et de conserver du pouvoir d’achat pour de la consommation différée dans le temps. La monnaie ainsi définie suppose une confiance des agents dans la persistance de sa valeur et du cadre d’échanges qu’elle induit. Avoir confiance dans la monnaie c’est donc avoir confiance dans l’institution qui l’émet et la régule, plus largement encore dans l’ordre social constitué, dans le collectif auquel on appartient comme le soulignent M. Aglietta et A. Orléan (2002). En d’autres termes, le rôle fondateur de la monnaie dans les échanges ne tient pas à des qualités naturelles mais à un accord partagé entre les membres d’une communauté pour reconnaître en elle la faculté de médiatiser cette appartenance à un collectif (F. Lordon et A. Orléan 2008), elle « apparaît comme la forme politique d’une communauté de paiement » (B. Théret 2008, p. 833). C’est pourquoi les monnaies alternatives ne rompent pas qu’avec la forme monétaire ni le cadre des transactions, elles questionnent le sens du collectif (de l’institution au groupe) et la valeur sociale des échanges réalisés dans ce périmètre mais aussi très fortement le territoire dans ses dimensions les plus identitaires (qu’est-ce qui fait territoire) et permet d’en redéfinir des limites géographiques indépendamment des limites administratives.

  • 9 « La mise en circulation de tout signe monétaire non autorisé ayant pour objet de remplacer les piè (...)

9En premier lieu les monnaies locales sont des monnaies légales. Avant la loi ESS de 2014, les MLC étaient passibles de la prohibition posée par l’article L442-4 du code pénal9. Dorénavant, lorsqu’elles sont émises par les conditions posées par la loi, la mise en circulation des Titres de Monnaie Locale est régulière.

Des monnaies militantes

  • 10 Les associations de MLC ont systématiquement recours aux travaux de J.M. Servet pour expliquer leur (...)

10Les projets de MLC reposent sur des militants qui souhaitent résister au modèle économique dominant en développant une monnaie qui flèche les achats des consommateurs auprès de prestataires qui sont reconnus, par le réseau, comme appartenant au même système de valeurs (qui remplissent les critères d’agrément en termes d’approvisionnement local, de pratiques écologiques et durables, de responsabilité sociale). Loin d’être anonymes, ces associations constituent des communautés politiques où « le lien est plus important que le bien »10 (J.M. Servet 2012). En d’autres termes, les monnaies locales incarnent pleinement la qualité de vecteur d’appartenance sociale (ici à la communauté) que la monnaie possède (B. Théret 2007).

  • 11 Sur les coupons-papiers sont apposés des timbres avec une date d’émission, chaque trimestre ou chaq (...)

11De plus, les MLC sont à parité avec l’euro, c’est à dire qu’une unité de monnaie locale est strictement équivalente à un euro. En effet, la quantité de monnaie locale qui circule dispose d’une quantité équivalente d’euros cantonnés sur un compte en banque dédié (un compte de réserve ou de cantonnement). En d’autres termes, il n’y a pas de création monétaire avec les Monnaies Locales et Complémentaires. Quelle que soit la forme de la MLC, coupons-papiers ou électronique, toute émission s’adosse à une stricte équivalence d’euros déposés sur le compte de la banque partenaire. Celle-ci n’est généralement pas choisie aléatoirement, une banque mutualiste et solidaire permet en effet de garantir à la communauté émettrice que les fonds seront dédiés à financer des projets relevant de l’ESS (Crédit Mutuel ou Crédit coopératif). Pas de création monétaire, pas de spéculation possible non plus puisque la parité garantit la valeur du signe monétaire mais cette garantie est parfois limitée dans le temps. Certaines Monnaies Locales et parmi les plus développées telles que le Sol Violette ou le chiemgauer (en Bavière) ont adopté un principe de monnaie fondante. La monnaie fondante ou monnaie franche désigne une monnaie qui perd de sa valeur au fil du temps, comme les marchandises. Théorisée par S. Gesell (1948), cette idée de monnaie fondante vise à lutter contre la rente monétaire, la monnaie ne se déprécie pas quand les biens de consommation subissent une perte de valeur s’ils ne sont pas immédiatement vendus et consommés. Pour S. Gesell, le problème fondamental de la monnaie est la thésaurisation. Il convient donc de la décourager en pénalisant l’épargne (S. Gesell préconise une perte de valeur des sommes thésaurisées de 0,1 % par semaine, 5,2 % par an) pour favoriser au contraire la circulation monétaire. Certaines monnaies locales ont ainsi imposé des frais de conservation des coupons-papiers de monnaie locale11 afin d’augmenter la vitesse de circulation de la monnaie et décourager la détention de monnaie. D’après les rapports d’activité des associations de Monnaie Locale (le mouvement SOL ainsi que le réseau des Monnaies Locales et Complémentaires) la vitesse de certaines monnaies locales s’élève à 7 environ tandis que la vitesse de circulation de l’euro est estimée à 2,4 mais surtout elle circule plus lentement depuis 10 ans tandis qu’elle s’effondre aux Etats-Unis (1,5). En contrepartie de cette perte de valeur, les utilisateurs de monnaie locale bénéficient lors de la conversion de leurs avoirs, d’une bonification qui permet un surplus de pouvoir d’achat (5 % pour le « Grain » au Havre, 3 % pour « l’Agnel » à Rouen par exemple).

12Les Monnaies Locales et Complémentaires permettent de saisir immédiatement la distinction entre le prix et la valeur. Elles rompent avec l’idée que le prix puisse naturellement rendre compte de la valeur en instituant une communauté monétaire dotée de règles et de principes qui offrent un nouveau cadre d’évaluation des biens et des personnes, une autre convention d’évaluation (F. Eymard-Duvernay, 2004). Les Monnaies Locales et Complémentaires sont issues d’un mouvement plus large comprenant les LETS (Local Exchange Trading System), les banques de temps et les Systèmes d’échanges Locaux dont J. Blanc et M. Fare (2012) retracent précisément les étapes de construction. Le socle commun de toutes ces expériences relève pour les auteurs « d’une construction de réponses locales à des besoins sociaux locaux et donc dans des formes d’innovation sociale » (p. 70). En ce sens les MLC interrogent les systèmes de valeur et s’accordent sur une représentation commune alternative du capitalisme de marché.

13J. Blanc et M. Fare (2012) revenant sur le processus de mobilisation des réseaux, de constitution des structures associatives porteuses des projets de monnaies locales insistent sur l’aspect militant de l’engagement des acteurs dans l’« articulation d’une logique palliative (améliorer l’existant) et d’une logique contestataire (contester les règles et valeur en vigueur) » (P.76). Pour nous les deux niveaux sont imbriqués, c’est parce que les membres du collectif contestent l’ordre économique dominant, le système de marché, qu’ils instituent d’autres conventions d’échange qui ont vocation non seulement à améliorer l’existant mais à ne reconnaître et ne labelliser que certains prestataires dans le réseau monétaire en en excluant d’autres et ce faisant à constituer un monde alternatif au marché.

Figure 3 : L’objectif de « boucle vertueuse » des Monnaies Locales Complémentaires

Figure 3 : L’objectif de « boucle vertueuse » des Monnaies Locales Complémentaires

Source : Le Méreau du Gâtinais- Sous licence CC-BY-SA.

14Tous les réseaux de Monnaies Locales et Complémentaires mettent en avant l’enjeu des « boucles » de circulation de la monnaie (figure 3), c’est à dire favoriser les circuits courts et de proximité en articulant les espaces où se forment les revenus (les espaces de production) et les espaces d’utilisation du revenu (de consommation). Il ne s’agit pas tant d’augmenter le volume des échanges auprès des commerces de proximité que de réorienter les comportements d’achat des consommateurs vers des prestataires du réseau. Ainsi les échanges doivent s’intensifier dans la mesure où l’usage de la monnaie est restreint à un réseau identifié, cette intensification est mesurée par la vitesse de circulation dont les mesures effectuées par les réseaux de MLC affirment qu’elle est trois fois plus importante au sein des réseaux de monnaie locale. Mais ce serait réduire leur portée que d’identifier les monnaies locales à des monnaies de fidélisation, à des signaux de qualité de commerces de proximité, à de simples outils. Les Monnaies Locales tentent certes de fournir des repères à l’action d’achat des consommateurs, des éco-labels, mais en organisant les conditions d’expression d’un choix politique, comme le souligne S. Dubuisson-Quellier (2009).

15Toutes les MLC sont dotées d’une charte qui énonce les principes et les valeurs que chaque utilisateur s’engage à respecter et à transmettre en adhérant à l’association émettrice et même si la formulation diffère, toutes partagent le même objectif : une économie plus locale, solidaire, respectueuse de l’environnement. Concurrentes, en ce sens, des représentations générales de l’économie marchande, les MLC portent en elle une autre convention des rapports d’échange, « un autre cadre cognitif et éthique » (J. Gadrey, F. Jany-Catrice 2016). C’est l’objet de la dimension politique des Monnaies Locales et Complémentaires : quelle forme de coordination produisent-elles qui permet aux acteurs de reconnaître une appartenance à un collectif qui travaille au bien commun ?

16Une fois la charte signée, les principes adoptés, les prestataires potentiels vont être évalués à l’aide d’une grille de critères spécifiques au processus d’agrément de l’association mais une fois encore, ceux-là comprennent de manière générale des impératifs tels que l’approvisionnement local (produits locaux et circuits courts), l’approche environnementale (gestion des déchets, recyclage) et la dimension sociale (lien social et de solidarité). La procédure d’agrément d’un nouveau prestataire est une épreuve de qualification, au sens de la formalisation des épreuves par L. Boltanski et E. Chiapello (1999) pour l’acteur qui souhaite entrer dans le réseau monétaire. Elle constitue la première épreuve, celle qui définit s’il peut appartenir, ou non, au réseau en d’autres termes, on reconnaît qu’il partage la même représentation d’un modèle économique alternatif. L’association entre les membres repose ainsi sur une reconnaissance mutuelle d’appartenance à une communauté politique et génère une confiance réciproque. Pour M. Aglietta et al. (1998) la confiance dans la monnaie se structure en trois formes : méthodique (relevant d’un comportement mimétique où les individus acceptent la monnaie de manière routinière car les autres font de même) ; hiérarchique (évoquant la garantie d’un pouvoir collectif qui inspire confiance) et éthique qui interroge le système de valeurs justifiant l’appartenance à un collectif constitué. C’est avant tout cette dernière forme de confiance qui fonde la communauté politique des MLC. Cette communauté est constituée de prestataires et de consommateurs, rebaptisés fréquemment des « consom’acteurs » en ce qu’ils participent activement à la définition de l’espace de valeur, à la constitution du monde commun puisque l’acte d’achat n’est plus décentralisé et ponctuel, il inscrit au contraire une relation durable qui dépasse la transaction marchande. Ce n’est pas le prix qui guide le consommateur vers les prestataires, comme dans le modèle dominant de marché, c’est l’appartenance au réseau monétaire de monnaie locale qui signifie une commune adhésion aux valeurs de transformation sociale. Les conventions d’échanges inscrivent donc les prestataires et les consommateurs dans un réseau durable de relations de solidarité, un réseau de proximité organisée (J.P. Gilly, A. Torre 2000, B. Pecqueur, J.B. Zimmermann 2004).

  • 12 L’Eusko (pays Basque) ou le Stück (unité de compte de la MLC de Strasbourg) proposent ainsi des « d (...)

17Dans la notion comptable de l’unité de compte de monnaie locale, se dessine une approche de la valeur, inclusive et exclusive, elle vise à regrouper autant qu’à exclure, c’est le propre d’une communauté. Certaines activités, jugées nuisibles, seront écartées définitivement du réseau monétaire (toutes les enseignes de la grande distribution, les franchises, les commerces s’approvisionnant en dehors du territoire par exemple). Toutefois, afin d’enrichir la ressource commune, dans une perspective de préservation du Commun, les réseaux de MLC proposent des « défis » aux prestataires qui ne peuvent prétendre remplir tous les critères de la procédure d’agrément mais à qui l’on reconnaît une appartenance au réseau, une identité commune dont la qualité peut être améliorée. Dans une démarche de progrès, les défis12 matérialisent le système graduel de reconnaissance, matérialisent la dynamique qui s’appuie sur les richesses réelles ou potentielles du territoire. En effet, le bien commun visé, c’est la deuxième dimension des monnaies locales, relève également d’un territoire redéfini par le monde social qu’elles instituent.

La définition de nouvelles frontières des territoires : de qualité sociale, solidaire et environnementale

18Le territoire n’est pas que le cadre géographique dans lequel se déploie le réseau monétaire, il ne constitue pas non plus un répertoire de ressources qu’il s’agirait d’exploiter au mieux pour augmenter sa résilience face à la crise. Les projets de monnaies locales en définissant un nouveau cadre de valeurs sur lesquelles se bâtissent de nouvelles relations économiques au niveau local constituent des projets de territoire.

19Les monnaies locales sont, par définition, ancrées dans un espace de proximité : ville, « bassin de vie », régional tout au plus. L’objectif de ces monnaies étant de ré-encastrer le marché dans des structures sociales de la localité élargie, elles demandent donc de définir un cadre géographique au sein duquel le réseau monétaire peut se déployer, c’est à la fois la question de l’échelle pertinente mais aussi et surtout la question de la définition du territoire en ce qu’il est vecteur d’une identité, d’un sentiment d’appartenance territoriale. Les unités de compte des monnaies locales sont ainsi toujours référencées au territoire (l’Epi Lorrain, la Gonette à Lyon, le Lou Pelou en Limousin etc.) constituant des marqueurs d’appartenance et affirmant une forme de régionalisme ancré dans l’histoire du territoire. L’illustration la plus éclairante est celle de l’Eusko, réseau monétaire du pays Basque, qui affiche la défense de la langue Basque comme critère d’agrément (non exclusif à partir du moment où le prestataire s’engage par « défis » à promouvoir l’euskara et à se former). L’émission de monnaies locales soulève de fait des enjeux territoriaux de souveraineté (J.C. Guyomart 2013). Toutefois, ce régionalisme monétaire n’est pas qu’une position identitaire de repli, il nous apparaît au contraire porteur d’une dynamique intégrative et d’une redéfinition de l’identité partagée sur la base de délibérations, au sein d’un collectif hétérogènes d’acteurs constituant le réseau d’une communauté territoriale.

  • 13 Le quartier du Conjunto Palmeiras compte 32 000 habitants et plus de 8000 familles. En 2015, 270 co (...)
  • 14 Par exemple pour la région rouennaise : https://monnaie-agnel.fr/carte/, ou pour la région Toulousa (...)

20Si l’argument en faveur du commerce de proximité est souvent avancé et constitue un levier évident de recrutement de nouveaux prestataires dans le réseau, il s’agit en réalité de se réapproprier le territoire pour le renforcer. L’expérience la plus exemplaire en la matière est celle du Palmas au Brésil. Lorsque le projet débute en 1997, le diagnostic réalisé par les habitants relève que 80 % des achats se font à l’extérieur du quartier du Conjunto Palmeiras13, dans la favela de Fortaleza. L’association d’un microcrédit classique (à la production) et d’un microcrédit dédié à la consommation, sans taux d’intérêt et émis en monnaie locale a inversé la zone de confiance des échanges et a permis de les internaliser au sein du quartier. Le Palmas est ainsi devenu au fil du temps la monnaie de référence (C. de Freitas, 2015) au sein d’une communauté, par la réappropriation de leur territoire. La monnaie circule sur un périmètre géographique limité mais en réalité c’est le réseau monétaire qui trace la frontière du territoire de qualité. C’est une manière de se réapproprier le territoire, de le redéfinir en s’affranchissant des limites administratives. Ici, « le caractère citoyen des monnaies locales ne tient pas à leur émetteur mais à leur territoire. Non seulement elles ne peuvent se nourrir de spéculation privée mais elles irriguent le territoire sur lequel elles sont admises et lui seul, passé ce territoire, elles perdent toute valeur, deviennent objet de curiosité et plus moyen de paiement » (D. Clerc et J.B. de Foucauld, 2015). Toutes les MLC disposent de sites internet où figurent des cartes de leur territoire de validité14 permettant de visualiser le réseau des prestataires. Ces cartes Open source projettent la représentation du territoire tel qu’il est perçu, vécu mais surtout réapproprié par la communauté rejoignant en cela la définition du territoire d’Armand Frémont (1976). La définition du territoire considéré tient ainsi davantage aux connexions véritables qu’au périmètre pré-établi. Dans cette approche, le fondement du territoire est la relation entre les acteurs, c’est ainsi la densité et la qualité de leurs liens qui permet d’expliquer les dynamiques territoriales (S. Berroir et al. 2017).

  • 15 Fin 2016, l’association de l’Agnel, à Rouen, comptabilisait moins de 50 000 équivalents euros en ci (...)

21Néanmoins, la plupart des expériences de monnaies locales peinent à atteindre une taille critique, les espaces monétaires constitués restent marginaux en termes de volume des échanges15 et se heurtent à un problème de fuites du circuit monétaire en raison d’une offre incomplète de fournisseurs pour les prestataires, contraints dès lors de reconvertir leurs avoirs de monnaie locale en euros. L’enjeu de développement pour les MLC est donc d’augmenter le nombre de prestataires qui puisse permettre de boucler le circuit monétaire en évitant toute reconversion. Le risque est grand de devenir une « monnaie de singe » si la monnaie est réduite au seul cercle des citoyens ayant contribué à la mettre en œuvre, il est indispensable que l’ordre productif, le tissu marchand et industriel du territoire y participe. J.M. Harribey et. al., soulignant l’enjeu politique de la monnaie, notent qu’« elle ne doit pas être accaparée par un groupe particulier (militants, radicaux, élites des centres-villes etc.) mais faire consensus au sein de la communauté pour assurer sa diffusion » (2008, p. 27).

22Pour y parvenir, plusieurs stratégies sont mises en œuvre, de nouveaux partenariats institutionnels, avec les collectivités territoriales avant tout, sont envisagés pour contribuer à meilleure connexion entre les membres du réseau et la priorité, aujourd’hui inscrite dans nombre d’associations de monnaie locale, est le passage au numérique. Ce passage se fait parfois à la faveur d’une volonté municipale ou, plus souvent encore, intercommunale de projet de « ville intelligente » qui se veut toujours plus ouverte et participative : « le numérique intervient également comme outil de représentation de la ville, notamment autour de la cartographie ouverte, et comme moyen de diffuser largement l’information utilisée pour piloter la ville au travers de l’open data. » (H. Le Crosnier et Ph. Vidal, 2017, p. 24). Même si les dépositaires de ces monnaies ont clairement conscience que la « monnaie papier » restreint l’usage des professionnels et bloque in fine sa circulation, le passage au numérique suppose toutefois un investissement dans des solutions techniques parfois complexes, mais surtout très couteuses en termes financiers et organisationnels.

Le changement d’échelle : le passage au numérique

23Les Monnaies Locales et Complémentaires ont pour caractéristiques de promouvoir l’offre commerciale locale et de proximité, elles sont construites sur un réseau de confiance, nous l’avons souligné, fondé sur un sentiment commun d’appartenance. Dès lors l’usage quotidien des monnaies locales est essentiellement celui de consommateurs se fournissant auprès de prestataires membres de la communauté (B2C, « Business to Consumer »). Toutes les monnaies locales, quelle que soit leur antériorité, leurs contraintes de fonctionnement (fondantes ou non, % de bonification de pouvoir d’achat etc.) sont toutes confrontées au même enjeu : élargir la surface des utilisateurs et notamment développer l’usage de la monnaie locale entre entreprises (B2B).

24Pour que la monnaie locale circule avec fluidité dans l’économie réelle, il faut créer des boucles logiques entre les prestataires sans lesquelles ils ne parviennent pas à réinjecter leurs avoirs en sol violette, en agnels ou en grains et finissent inévitablement par les reconvertir, moyennant un « malus » (généralement de 5 %) qui décourage alors progressivement leur implication dans le réseau. Le succès du Palma à Fortaleza s’explique en partie par une situation de rationnement du territoire (la favela) où la monnaie alternative créée a finalement plus à voir avec une « monnaie de nécessité » qu’avec une monnaie complémentaire. La situation en Europe est sensiblement inverse puisqu’il s’agit de flécher la consommation de biens, la rationner dans une certaine mesure, vers des produits labellisés, de structurer la sphère productive autour de valeurs communes.

25La première réflexion engagée par les réseaux de Monnaie Locale porte sur le périmètre pertinent, si la monnaie subit trop de fuites c’est que l’échelle locale ne permet pas au prestataire de réutiliser la monnaie auprès de ses fournisseurs qui se situent en dehors du territoire visé. Ainsi, depuis le lancement en 2011 du Sol’Violette, le réseau s’est étendu de quelques quartiers visés au départ du projet à l’agglomération toulousaine16, permettant ainsi une diversification des prestataires et un usage renforcé de la monnaie. La perspective pour ce réseau est aujourd’hui de renforcer les liens avec les autres monnaies locales du réseau « Sol » en Occitanie (le Sol’Olympe à Montauban par exemple). Toutefois, étendre le périmètre n’augmente pas mécaniquement l’usage de la monnaie, la taille du réseau peut entrer en contradiction avec le sentiment d’appartenance territoriale alors diluée, la perte d’authenticité, et in fine engendrer des conflits sur les valeurs qui fondent la confiance des utilisateurs.

26De même, pour étendre le réseau d’utilisateurs, la solution la plus simple serait d’accepter toutes les entreprises situées sur le territoire. C’est celle retenue par la So’Nantes. Le modèle économique de cette monnaie locale est celle du nombre de prestataires, tous ceux situés sur la zone concernée peuvent ainsi intégrer le réseau, sans aucune condition. Cette monnaie locale créée en 2015 présente deux particularités majeures dans le paysage des MLC. La première est technique puisque c’est la première monnaie locale à adopter une forme numérique, totalement dématérialisée (pas de coupon-papier), elle circule via des cartes de paiement. Sa gestion était jusqu’alors confiée à une filiale du Crédit Municipal de Nantes, la So’Nao dotée d’un capital de deux millions d’euros. La seconde particularité tient à son objectif unique : développer les échanges locaux dans l’agglomération nantaise. Dès lors, le recrutement des prestataires n’a jamais été conditionné, comme pour les autres MLC, à une adhésion à des valeurs écologiques, sociales et solidaires. Les objectifs annoncés par la collectivité qui a porté le projet étaient de 3000 entreprises et 10 000 particuliers. Deux ans après son lancement, on dénombre 177 prestataires et 1400 utilisateurs, loin des objectifs politiques affichés par la municipalité donc mais correspondants à la moyenne des MLC. La logique de financement va dès lors être inversée, le Crédit Municipal se retire du projet et la So’Nantes sera désormais gérée par l’association « la So’Nantaise » dont le modèle économique se rapprochera de celui des autres associations (participations et cotisations des adhérents). Présentée bien souvent comme un échec, notamment en raison d’une logique « top-down » de volonté politique sans implication réelle des citoyens, dénoncée par les réseaux de monnaie locale, la So’Nantes présente néanmoins l’avantage de l’expérimentation de la forme numérique pour ces monnaies complémentaires. Ainsi, dans le bilan présenté en octobre 2017 par l’association « So’Nantaise », certaines données méritent d’être soulignées. Si la majorité des transactions (280 000 So’Nantes circulent en une année) sont en B2C, les montants dépensés par transaction sont beaucoup plus importants entre professionnels : 120 So’Nantes en moyenne (contre 16 en moyenne pour les consommateurs). Cette information vient appuyer une autre piste pour étendre le réseau des prestataires et constituer des boucles, le passage des MLC au numérique (permettant des montants de transaction bien plus importants comme le confirment l’usage des commerçants nantais).

27Au-delà d’un certain montant en effet, les transactions sont réalisées en monnaie scripturale via des moyens électroniques. Ainsi, l’ensemble des acteurs promoteurs des monnaies locales et complémentaires réfléchissent aujourd’hui à une version numérique (sans abandonner néanmoins les coupons-papiers qui portent souvent l’emblème des territoires, parfois même expriment les valeurs du réseau).

28Le passage au numérique permettrait ainsi de mieux répondre aux besoins spécifiques des entreprises du réseau mais garantirait également une meilleure traçabilité, la possibilité de mesurer précisément la vitesse de circulation de la monnaie dont on a souligné le rôle essentiel dans la légitimation des MLC, mais aussi et surtout les flux des échanges entre les membres du réseau.

29En outre, pour se procurer de la monnaie locale « papier » il convient de se rendre dans un commerce « bureau de change » puisque tous les prestataires ne présentent pas ce service. La carte des bureaux de change est donc à prendre en compte lorsqu’on analyse les résultats quantitatifs des MLC (par exemple sur les 100 prestataires rouennais, on dénombre 4 bureaux de change, un seul à Dieppe). Cela exige des consommateurs qu’ils anticipent leurs dépenses mensuelles en monnaie locale s’ils ne veulent pas se rendre trop fréquemment au bureau de change de leur réseau.

  • 17 • L’Eusko (Pays Basque) depuis mars 2017,
    • La BEL Monnaie (Ardèche-Drôme) depuis janvier 2016, a dé (...)
  • 18 Il convient ici de préciser qu’une monnaie locale dans sa version numérique ne peut plus appliquer (...)

30En France, quatre monnaies locales et complémentaires ont adopté la solution numérique17. La plus emblématique est l’Eusko dont le succès rapide (elle circule depuis 2013) en fait le premier réseau français. Le passage au numérique pour ce réseau monétaire déjà constitué de plus de 600 commerces et associations s’est traduit par une augmentation du volume de transactions réalisées, en ajoutant aux coupons-papiers une carte de paiement, augmentant dès lors la quantité d’euskos en circulation (de 540 000 à 750 000 soit une hausse de 40 % de la masse monétaire sur la dernière année). Afin de stimuler l’émission monétaire, l’association propose aux utilisateurs le change automatique mensuel, ce qui permet d’enregistrer 30 000 euskos chaque mois crédités chez les presque 900 titulaires d’un compte (près d’un tiers du réseau de 300 utilisateurs)18.

31Pour simplifier, deux solutions techniques expérimentées s’offrent aux MLC, la solution Cyclos proposée par l’entreprise Cylaos ou la solution blockchain privilégiée par le réseau Léman pour la mise en place du e-Leman.

32Le logiciel de monétique Cyclos a été éprouvé sur deux réseaux importants mais a surtout été mobilisé dans les monnaies de fidélité initiées par les unions locales de commerçants. Ce logiciel permet le paiement de compte à compte en temps réel (avec la gestion des comptes de nantissement), les virements automatiques, les prélèvements via une interface sécurisée. En outre, des instruments de paiement sont associés à cette solution technique, des terminaux installés chez les prestataires, des cartes de paiement ainsi qu’une application smartphone comprenant en plus du paiement, un service de géolocalisation.

33L’association « monnaie-Léman » a développé son propre outil nommé « ComChain » qui résume la philosophie du projet : construire une « blockchain du Commun ». Cela pourrait relever d’un oxymore, a fortiori si l’on précise que l’association s’est basée sur la technologie de Tokens Ethereum, l’une des crypto-monnaies les plus populaires. Toutefois cette contradiction n’est qu’apparente puisque la technologie blockchain n’induit pas en elle-même de valeurs contraires aux principes des monnaies locales. Elle présente d’une part l’avantage d’être libre de droits, appartenant à tous et en cela en conformité avec les valeurs de l’économie du partage dont se réclament les MLC. De même, le principe de décentralisation apparaît comme une garantie de sécurité du système (et d’efficience). Le processus d’émission monétaire reste exactement le même et procède de l’action de minage mais cette fois, et cela en modifie profondément le résultat, les « mineurs » ne sont récompensés qu’à hauteur du coût, ce qui n’engendre pas de dépense énergétique démesurée puisqu’aucune incitation financière ne vient alimenter une course à l’équipement en raison d’une complexité accrue. Enfin, et c’est là toute l’inversion des finalités, la monnaie est illimitée donc non spéculative. Le e-leman basé sur cette technologie blockchain permet donc des paiements dématérialisés mais n’est pas doté de cartes, l’outil correspondant est une application en ligne et sur téléphones mobiles (QR code).

34Ces deux solutions techniques sont couteuses, en termes financier et organisationnels. La solution blockchain développée par le Léman nécessite une forte mobilisation de compétences techniques d’informaticiens pour sécuriser le dispositif et ces ressources ne sont pas toujours présentes en interne. H. Le Crosnier et Ph. Vidal soulignent ce coût d’entrée organisationnel souvent sous-estimé lorsqu’on évoque les solutions libres : « mais ce passage au logiciels et services en ligne libres demande des efforts de pédagogie, d’expérimentation collective, et parfois de rappels à l’ordre : les défenseurs de la cause du libre soulignent souvent l’incohérence entre les projets de communs et l’utilisation de services centralisés, privateurs et espionnant les usagers »p. 29.

35La solution développée par l’entreprise Cylaos présente l’avantage d’être complète et éprouvée, elle paraît robuste au regard des expériences menées avec succès mais s’avère financièrement couteuse, de l’ordre de 150 000 euros.

36Il est donc nécessaire, à cette phase de développement des monnaies locales, que les associations nouent des partenariats multiples afin de diversifier les sources de financement. Le partenaire le plus évident pour les réseaux de MLC reste la collectivité territoriale, municipalité, département ou région. Comme le soulignent J. Blanc et M. Fare (2015) le changement d’échelle des monnaies locales s’accompagne d’une implication croissante des collectivités locales. Les associations, fondatrices des projets de monnaie locale, sont confrontées au défi d’une organisation technique de la comptabilité des échanges, à des formes d’innovation technologiques qui solutionnent une partie de leurs difficultés mais pour lesquelles il convient d’investir l’équivalent de plusieurs années de budget de fonctionnement. Les collectivités quant à elles font face depuis plusieurs années à une diversification des centres villes et centres bourgs, à une montée en puissance des indicateurs environnementaux et qu’elles se convertissent progressivement à l’économie sociale et solidaire.

  • 19 La loi ESS 2014 introduit les titres de MLC : les collectivités peuvent désormais les accepter en t (...)

37Ainsi, ces dernières années, les communautés monétaires locales et complémentaires s’institutionnalisent pour élaborer en commun un projet de territoire qui dispose d’outils techniques, notamment un volet numérique, assurant un cadre et des règles robustes au projet. De plus en plus de collectivités sont ainsi associées aux communautés militantes, c’est le cas du conseil Régional Rhône Alpes ayant inscrit dans son plan 2010-2015 le soutien aux monnaies locales et complémentaires de la région (8 projets au total à l’époque), du conseil départemental d’Ile et Vilaine ayant expérimenté l’implantation d’une monnaie locale, le Galléco, ou la Région Normandie qui finance le lancement d’une monnaie régionale numérique fin 2018. On mesure que chaque échelon administratif peut légitimement accompagner ces projets. Les communes et communautés de communes ont été les premières historiquement à soutenir les projets locaux (via des subventions de fonctionnement conséquentes comme celle attribuée par la ville de Toulouse au Sol’Violette) en ce qu’elles se déployaient sur leur territoire, le « bassin de vie » étant réduit pour l’essentiel à l’agglomération. Certaines communes s’engagent au-delà d’une simple subvention comme la ville de Boulogne sur Mer, ayant force d’exemplarité pour les réseaux de MLC, qui accepte le règlement des services publics communaux en Bou’Sol (Transports, culture, crèches)19. D’un point de vue administratif cependant, la Région, consacrée par la loi NOTRe comme chef de file en matière économique, détenant la compétence exclusive en matière d’ESS, est fondée à intervenir au regard de ses compétences. Ces partenariats s’avèrent nécessaires pour pérenniser les projets et lever les obstacles notamment en termes de fuites du circuit monétaire, toutefois ils nécessitent, par les parties prenantes, d’une mise en commun des moyens, d’une discussion sur les principaux objectifs et d’un accord collectif sur les nouvelles règles.

Conclusion

38En somme, si le marché dans la conception classique est un espace illimité, sans frontière géographique, dominé par les prix, le territoire des Monnaies Locales et Complémentaires est un espace de valeurs environnementale, sociale, et de solidarité. Dès lors, les Monnaies Locales et Complémentaires engendrent une coopération d’acteurs aux intérêts différents, parfois éloignés, afin de construire un projet pour le territoire. Les Monnaies Locales et Complémentaires se définissent ainsi comme des projets de territoire animés par les motivations militantes des consommateurs, les intérêts des producteurs et commerçants et les représentations des collectivités territoriales.

39Aux projets militants (J. Blanc 2015) succèdent des logiques institutionnelles distinctes plus axées sur les réseaux inter-entreprises et la résilience des territoires que sur leur transition écologique. Le calendrier, plus proche des cycles électoraux, et les routines administratives sont parfois incompréhensibles pour des associations fidèles aux fondamentaux de l’ESS, une gouvernance collective, un espace de délibérations consacré. Il ne faut pas négliger par ailleurs les motivations et enjeux propres à l’émission monétaire, « l’autorité symbolique à porter son sceau » des présidents d’exécutifs locaux, comme le suggère JC Guyomart (2013), à rebours d’une construction politique citoyenne des Communs. Si, les représentations divergent autour des MLC, un accord minimum autour du défi que constitue le déploiement numérique constitue actuellement un enjeu majeur de leur développement.

Haut de page

Bibliographie

ALARY, BLANC J. (2013), « Monnaie et monnaies : pluralité et articulations », Revue Française de Sociologie Economique, vol. 2, n° 12, pp. 15-25.

AGLIETTA M., ORLÉAN A. (2002), La Monnaie entre violence et confiance, Odile Jacob, Paris.

AGLIETTA M., ORLÉAN A. (dir.) (1998), La monnaie souveraine, Odile Jacob, Paris.

BERROIR S., CATTAN N., DOBRUSZKES F., GUEROIS M., PAULUS F., VACCHIANI-MARCUZZO C. (2017), « Les systèmes urbains français : une approche relationnelle », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 807.

BLANC J. (2015), « Contester par projets. Le cas des monnaies locales associatives », Revue de la Régulation, vol. 18, 2ème semestre.

BLANC J., FARE M. (2012), « Les monnaies sociales en tant que dispositifs innovants : une évaluation », Innovations, vol. 2, n° 38, pp. 67-84.

BLANC J. (2000), Les monnaies parallèles. Unité et diversité du fait monétaire, Paris : L’Harmattan.

CLERC D., FOUCAULD (de) J.B. (2015), « En quoi la réappropriation des monnaies citoyennes est-elle importante aujourd’hui ? », [Rapport de recherche de la mission d’étude sur les Monnaies Locales Complémentaires] Ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité ; Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique, pp. 9-11.

BUBUISSON-QUELLIER S. (2009), « Les ambiguïtés de la mobilisation des consommateurs dans la contestation contre l’ordre marchand », Sociologie et Sociétés, vol. 41, n° 2, pp. 189-214.

DE FREITAS C., « Banque Palmas du Brésil, une banque du peuple et une monnaie locale », [Rapport de recherche de la mission d’étude sur les Monnaies Locales Complémentaires] Ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité ; Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique, pp. 45-53.

DUPRE D., PONSOT J.F., SERVET J.M. (2015), « Le bitcoin, une tragédie du marché », [Rapport de recherche de la mission d’étude sur les Monnaies Locales Complémentaires] Ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité ; Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique, pp. 18-21.

EYMARD-DUVERNAY F. (2004), Economie politique de l’entreprise, Paris : La Découverte, Coll. Repères.

FARE M. (2016), Repenser la monnaie : Transformer les territoires, faire société, Ed. Charles Léopold Mayer.

FREMONT A. (1976), La région, espace vécu, Persée.

GADREY J., JANY-CATRICE F. (2016), Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris : La Découverte, 4ème édition, Coll. Repères.

GESELL S. (1948), L’ordre économique naturel, Paris : Marcel Rivière.

GILLY J.-P., TORRE A. (Eds.) (2000), Dynamiques de proximité, Paris : L’Harmattan.

GUYOMART J.C. (2013), « De l’Etat souverain à la souveraineté subsidiaire des Monnaies Locales et Complémentaires », Revue Française de Sociologie Économique, vol. 2, n° 12, pp. 51-68.

HARRIBEY J.M., JEFFERS E., MARIE J., PLIHON D., PONSOT J.F. (2018), Les économistes atterrés, La monnaie, un enjeu politique, manuel critique d’économie monétaire, Seuil, coll. Points.

HESS C., OSTROM E. (Eds) (2007), Understanding Knowledge as a Commons, Cambridge (Mass.) and London: The MT Press.

INTERFACES (Groupe de recherches) (2008), « L’interface : contribution à l’analyse de l’espace géographique », L’Espace géographique, tome 37, n° 3, pp. 193-207.

LAURENT A., MONVOISIN V. (2015), « Les nouvelles monnaies numériques : au-delà de la dématérialisation de la monnaie et de la contestation des banques », Revue de la Régulation, vol. 18, 2ème semestre, pp. 1-24.

LAVILLE J.F. (2010), Politique de l’association, Paris : Seuil.

LAVILLE J.-L., MAGNEN J.-P., FRANÇA FILHO G. C. (de), MEDEIROS, A. (2005), Action publique et économie solidaire : une perspective internationale, Ramonville Saint-Agne : Erès.

LE CROSNIER H., VIDAL Ph., (2017), « Le rôle du numérique dans la redéfinition des communs urbains », Netcom, vol. 31, n° 1-2, pp. 09-32.

LIETAER B. (2009), « Créer des monnaies régionales pour traiter la crise globale », Journal de l’école de management de Paris, vol. 6, n° 80, pp. 8-15.

LORDON F., ORLEAN A. (2008), « Genèse de l’État et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis », in CITTON Y. et LORDON F., Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l’économie des affects, Editions Amsterdam.

PECQUEUR B., ZIMMERMANN J.-B. (Eds.) (2004), Économie de proximités, Hermès, Paris.

SERVET J.M. (2013), « Monnaie : quand la dette occulte le partage », Revue Française de Sociologie Économique, vol. 2, n° 12, pp. 125-147.

SERVET J.M. (2012), Les Monnaies du Lien, Presses Universitaires de Lyon.

THERET B. (2008), « Les trois états de la monnaie. Approche interdisciplinaire du fait monétaire », Revue Economique, vol 59, n° 4, pp. 813-841.

THERET B. (2007), La monnaie dévoilée par ses crises, crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui, Paris : Editions de l’EHESS.

Haut de page

Notes

1 Au sens des Communs de E. Ostrom, dont la définition la plus générale suppose qu’une ressource est Commune dès lors qu’elle partagée par un groupe dont les règles d’usage, de prélèvement et de valorisation sont à définir via une gouvernance négociée, H. Hess et E. Ostrom 2007.

2 Le site http://monnaie-locale-complementaire-citoyenne.net/france/fournit une carte actualisée (dont le présent article fait état de la situation au 30août 2018) des projets menés et de ceux en construction.

3 Parmi les monnaies complémentaires, on en distingue 3 types : les monnaies affectées (tels que les tickets restaurants), les monnaies inter-entreprises (dont l’exemple le plus connu est le Wir Helvétique) et les Monnaies Locales et Complémentaires que nous étudions ici.

4 Rapport de la mission d’étude « Monnaies Locales Complémentaires et les systèmes d’échanges locaux », Ministère du Logement, de l’égalité du territoire et de la ruralité, remis le 8 avril 2015. http://rtes.fr/IMG/pdf/rapport_monnaies_locales_complementaires_2-2-2.pdf

5 La limite géographique permet de tracer des frontières, elle résulte d’une « démarche de géométrisation » supposée objective, comme l’exprime le groupe de recherche Interfaces, « la limite permet la plupart du temps de tracer et de formaliser la discontinuité, à l’image des limites administratives fondées sur des discontinuités naturelles, linguistiques, ethniques, de pouvoir » (2008, p. 195).

6 LOI n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire, article 16 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do ;jsessionid =4AC45961B2CF6F63A73DDAD131807A85.tplgfr34s_2 ?cidTexte =JORFTEXT000029313296&dateTexte =29990101

7 « Art. L. 311-5.-Les titres de monnaies locales complémentaires peuvent être émis et gérés par une des personnes mentionnées à l’article 1er de la loi no 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire dont c’est l’unique objet social ».

8 Les Monnaies locales et complémentaires partagent avec les mouvements du « libre » la suprématie de l’usage sur la propriété et la contestation du modèle monétaire dominé par les Banques Centrales et sur la monnaie-dette, néanmoins les initiatives des « monnaies libres » sont davantage orientées vers la philosophie libertaire que sur l’économie du partage.

9 « La mise en circulation de tout signe monétaire non autorisé ayant pour objet de remplacer les pièces de monnaie ou les billets de banque ayant cours légal en France est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende ».

10 Les associations de MLC ont systématiquement recours aux travaux de J.M. Servet pour expliquer leur démarche et leurs projets dans leurs documents, sites et tables rondes organisées.

11 Sur les coupons-papiers sont apposés des timbres avec une date d’émission, chaque trimestre ou chaque année, la valeur faciale du coupon diminue si le titre de monnaie n’a pas circulé.

12 L’Eusko (pays Basque) ou le Stück (unité de compte de la MLC de Strasbourg) proposent ainsi des « défis » personnalisés à leurs prestataires quel que soit leur niveau d’entrée dans le réseau. Ces défis peuvent concerner l’inclusion sociale (proposer des conférences, ateliers, formations, offres de stages), l’impact environnemental de l’activité (réduire la consommation d’eau, utiliser davantage de produits biodégradables, réduire les déchets), la relocalisation de l’activité économique (passer de deux à trois fournisseurs locaux, intégrer au moins trois produits régionaux dans l’offre commerciale, faire travailler deux prestataires du réseau).

13 Le quartier du Conjunto Palmeiras compte 32 000 habitants et plus de 8000 familles. En 2015, 270 commerçants acceptaient le « Palmas » dont 46 000 unités circulent quotidiennement.

14 Par exemple pour la région rouennaise : https://monnaie-agnel.fr/carte/, ou pour la région Toulousaine : https://www.sol-violette.fr/carte/index ou encore http://www.lagonette.org/partenaires/

15 Fin 2016, l’association de l’Agnel, à Rouen, comptabilisait moins de 50 000 équivalents euros en circulation, comme le Stück strasbourgeois, le Sol Violette comme la Gonette enregistraient 80 000 unités en circulation, seule l’Eusko fait figure d’exception française avec 500 000 équivalents euros en circulation (selon les chiffres annoncés par chacun des réseaux de monnaie locale)

16 http://www.sol-violette.fr/prestataires/la-carte-des-prestataires-2

17 • L’Eusko (Pays Basque) depuis mars 2017,
• La BEL Monnaie (Ardèche-Drôme) depuis janvier 2016, a décidé de transformer un logiciel de fidélisation en s’associant à une entreprise, pour lancer cette monnaie 100 % numérique sous licence co-propriétaire,
• Le Léman, projet transfrontalier avec la Suisse, (Bassin de vie Genevois) octobre 2017,
• La Doume (Puy-de-Dôme), la version numérique de cette MLC est réservée aux échanges entre prestataires, les consommateurs restent sur une version exclusivement papier.

18 Il convient ici de préciser qu’une monnaie locale dans sa version numérique ne peut plus appliquer de fonte, en effet, la loi 315-1 précisant qu’il est interdit d’émettre une monnaie sur un support électronique dématérialisé sans se conformer au droit bancaire (L525-3) et imposant notamment l’obtention d’un agrément auprès de l’ACPR, à moins d’émettre des titres de MLC auprès d’un « réseau limité de personnes ». La loi ne précise pas ce qu’est un « réseau limité de personnes », cette appréciation est laissée à l’ACPR. Néanmoins le critère le plus objectif est celui du territoire et l’exemple français celui du pays-basque, ainsi considéré comme « réseau limité ».

19 La loi ESS 2014 introduit les titres de MLC : les collectivités peuvent désormais les accepter en titres de paiement des services publics toutefois, la ville de Bayonne, qui vient récemment d’accepter l’eusko en règlement des services publics, est dénoncée par la Préfecture des Pyrénées Atlantiques qui oppose la loi de 2012 et son arrêté de décembre qui liste l’ensemble des moyens de paiement acceptés, dans laquelle ne figurent pas les TMLC. Le tribunal administratif ne s’étant pas prononcé sur le fond (défaut de procédure), le débat juridique reste entier à ce jour.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Cartographie des monnaies locales en France
Crédits Source : Monnaies locales citoyennes complémentaires consulté le 30 août 2018 / http://monnaie-locale-complementaire-citoyenne.net/​france/​
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3000/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure 2 : Quelques monnaies locales en France…
Crédits Montage : Bénédicte Martin – 2018.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 3 : L’objectif de « boucle vertueuse » des Monnaies Locales Complémentaires
Crédits Source : Le Méreau du Gâtinais- Sous licence CC-BY-SA.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Martin, « Le numérique au secours des monnaies locales et complémentaires »Netcom, 32-1/2 | 2018, 163-182.

Référence électronique

Bénédicte Martin, « Le numérique au secours des monnaies locales et complémentaires »Netcom [En ligne], 32-1/2 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/netcom/3000 ; DOI : https://doi.org/10.4000/netcom.3000

Haut de page

Auteur

Bénédicte Martin

Maître de conférences en économie, laboratoire EDEHN, Université Le Havre Normandie.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search