Navigation – Plan du site

Mises en représentation de l’itinéraire culturel européen sur Facebook : entre banalité et géopolitique

Public representation of the European Cultural Route on Facebook: between triviality and geopolitics
Cécile Tardy et Marie Gaillard
p. 263-286

Résumés

L’article s’intéresse au cas de l’itinéraire culturel européen Via Francigena, qui va de Canterbury à Rome sur quelque 2.000 kilomètres, à travers sa mise en représentation sur le dispositif Facebook. Ce dernier n’est pas compris comme un outil qui permet seulement de faire circuler des savoirs sur les Itinéraires culturels du Conseil de l’Europe mais comme une médiation éditoriale qui convoque un geste de transcription documentaire et qui conditionne des façons de représenter de tels espaces transfrontaliers et linéaires. Nous cherchons à définir l’activité pré-cartographique qui se construit dans le passage de l’expérience de l’itinéraire à l’univers médiatique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Un « Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe » n’est pas toujours un chemin au sens classique du (...)
  • 2 Données fournies par le site de l’AEVF : www.viefrancigene.org, consulté le 30 avril 2017.

1L’article s’intéresse au cas de l’itinéraire culturel européen Via Francigena, de type « linéaire1 », qui va de Canterbury à Rome sur quelque 2.000 kilomètres, à travers sa mise en représentation sur le dispositif Facebook. Si l’Itinéraire est intégré au programme des Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe en 1994, c’est à partir de 2001, année où est créée l’Association des Communes italiennes le long de la Via Francigena (ACIVF), que l’Itinéraire Culturel se structure. En 2005, cette association, alors devenue Association Européenne de la Via Francigena (AEVF), est officiellement reconnue « réseau porteur » de l’Itinéraire Culturel Via Francigena par le Conseil de l’Europe. Aujourd’hui, elle regroupe 108 communes en Italie, en Suisse, en France et en Angleterre, ainsi que 18 autres collectivités territoriales en Italie (notamment des provinces et des régions2). Un itinéraire culturel européen comme celui de la Via Francigena, « dont la visibilité reste minime et la faisabilité improbable » (Cousin 2006 : 22), n’est pas un produit touristique qui tient de l’évidence. L’enjeu d’une telle création est avant tout d’ordre géopolitique, au service de la définition d’une « conscience européenne ». Car finalement, ce qui traverse et est véritablement commun à l’ensemble des Itinéraires Culturels est une certaine vision de l’Europe et la défense de valeurs : celles du Conseil de l’Europe (obligation liée à la certification) et souvent d’autres valeurs européennes plus spécifiquement liées à l’Itinéraire lui-même.

2Nous cherchons à comprendre comment le dispositif Facebook convoque un geste de transcription documentaire de l’itinéraire culturel par des personnes qui participent à la production de la visibilité de l’itinéraire, des manières de le pratiquer, et en même temps de sa reconnaissance comme bien commun patrimonial, culturel et européen. En suivant Yves Jeanneret, on adoptera un point de vue de dispositif info-communicationnel sur ce réseau social. Ce réseau favorise l’idée selon laquelle il s’agit d’un espace de rencontre et d’échange, de création de communauté à travers « son matériel très banal » (Jeanneret, 2012), rendant plus ou moins visible sa part de « dispositif micro-documentaire ». Pourtant, il s’agit bien à travers cet outil de mettre en œuvre une médiation éditoriale qui « n’opère pas en rupture avec les disciplines de l’archive, celles qui définissent le geste éditorial, le commentaire, la médiation documentaire » (2012 : 47). L’acteur de la Via Francigena y trouve les moyens de « faire le chemin » en en parlant, avec des mots, des photographies, des vidéos. Le dispositif Facebook l’initie au fait de déposer les traces de son activité. L’écriture rédactionnelle de type argumentaire ou narrative s’efface devant une écriture d’assemblage qui accorde une grande importance aux liens fonctionnels ainsi qu’à la collecte de brefs commentaires et à la collection photographique plutôt qu’au récit de voyage.

3Le fonctionnement social d’un dispositif tel Facebook est déjà, comme nous le verrons au cours de l’analyse, de transformer les acteurs d’un pèlerinage culturel en acteurs d’une pratique médiatique consistant à transformer leurs activités de marche ou de gestion de l’itinéraire européen en « traces d’usages » (Flon et al., 2009). Dans cette perspective, nous considérons la trace comme la construction d’un rapport de ces acteurs au contexte d’énonciation du réseau social et à l’expérience de l’itinéraire. Il s’agit de « traces d’usages inscrites dans un texte : les pratiques sont représentées et stimulées dans le texte, dans la mesure où elles ont été écrites, introduites dans l’ensemble intertextuels des écrits présents sur le réseau et ont en outre été rendues dynamiques par les possibilités opératoires offertes par le dispositif médiatique de l’Internet » (Jeanneret, 2011 : 70). De ce point de vue, un média tel Facebook n’est pas un outil qui permet seulement de faire circuler des savoirs sur les Itinéraires mais une construction éditoriale qui mobilise des acteurs, prédéfinit l’usage d’outils de représentation de l’espace, façonne des pratiques du regard et de l’échange.

4On a là des formes d’écriture qui ont une force instituante en matière d’activité pré-cartographique, parce qu’elles conditionnent une démarche de visualisation d’un espace, dans notre cas d’une limite transfrontière, pour autrui. Ce travail pré-cartographique émerge du passage de l’expérience de l’itinéraire à l’univers médiatique : l’expérience perceptive de la marche et celle de gestion d’un label sont transformées en production documentaire, puis cette dernière est adaptée à la structure éditoriale de Facebook. Notre réflexion croise le travail de l’historien Antonion Stopani qui s’intéresse à la formation sémiotique des frontières en Toscane (XVIe-XVIIIe siècle). Il montre que la production d’un tracé territorial correspond à l’engagement de « visiteurs » au service d’un travail de définition de la « consistance » territoriale : « l’appréhension de la consistance territoriale d’un fond est opérée par la visite de ses limites qui ne sont pas vues de loin, mais recherchées, parcourues, observées, et parfois mesurées (si des compétences géométriques sont pratiquées) et après coup transcrites ». Elle passe par une « pratique de cabotage des limites afin d’en reconnaître ou d’en produire (dans le cas des délimitations) l’existence ». (Stopani, 2010 : 4-5.) Ce qui va intéresser ce chercheur n’est pas ce travail d’arpentage en soi mais la façon dont il va être retranscrit pour fournir une représentation de l’espace. Or c’est bien là ce qui retient notre attention vis-à-vis de formes discursives et sémiotiques actuelles qui organisent à la fois le relevé de l’espace et sa transcription pour le faire connaître et reconnaître par d’autres.

  • 3 La présence de la Via Francigena sur Facebook est loin de se limiter aux trois pages principalement (...)

5Le corpus constitué comprend prioritairement trois pages Facebook, puis il est augmenté d’un certain nombre de groupes et pages liés à la Via Francigena aux langues et aux étendues géographiques différentes3. La sélection des trois pages Facebook s’est appuyée sur la représentativité de deux groupes d’acteurs qui s’expriment sur et avec le dispositif médiatique de différentes manières :

  • les uns pour témoigner du travail institutionnel qui fait exister l’Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe en tant que tel (page « EAVF – European Association of Vie Francigene » et communauté (page) « Via Francigena », toutes deux animées par l’AEVF),

    • 4 Cette page accueille notamment la participation active de CM que nous avons identifié comme faisant (...)

    les autres pour témoigner de leur expérience du chemin du pèlerinage à travers le voyage, la marche, les rencontres et pour donner des conseils sur cette pratique (page de l’association Camminando Sulla Via Francigena : « en marchant le long de la via francigena4 »).

  • 5 Marie Gaillard montre dans sa thèse (2015) que ce système comprend des membres ou partenaires de l’ (...)
  • 6 Concernant notre approche des médias informatisés par la théorie de l’écriture (comme outil et prat (...)

6Ce choix d’acteurs, s’il n’est pas représentatif du système complexe d’acteurs qui existe autour de la Via Francigena5, nous permet de prendre en compte des acteurs qui s’engagent dans la transcription documentaire de leur expérience de l’itinéraire (que ce soit celle de sa gestion ou de sa pratique par la marche) et le dispositif Facebook à partir duquel s’effectue cette représentation scripturaire d’un itinéraire culturel européen6.

7L’article s’articule autour de trois points qui rendent compte de ce jeu entre l’intervention d’un outil d’écriture et son appropriation dans le processus de construction d’un tracé géographique qui serait porteur d’une valeur européenne et de l’idée d’une culture commune. Chacun d’eux éclaire la capacité du système éditorial Facebook à faire écrire ses usagers sur leurs pratiques de l’itinéraire et la manière dont ces derniers s’en emparent. Dans un premier temps, nous montrerons la manière dont le réseau social fonctionne comme un espace de convocation et de représentation d’acteurs « authentiques », c’est-à-dire témoins de l’itinéraire, mobilisant ainsi la force du témoignage comme procédure de véridiction. Puis c’est l’aménagement d’une visualisation de l’itinéraire qui retiendra l’attention à travers la prise en compte des gestes iconographiques et de l’engagement des corps dans la représentation photographique du tracé de l’itinéraire. Enfin, c’est la construction de la dimension européenne de l’itinéraire à travers des publications en plusieurs langues qui sera interrogée.

Un dispositif de convocation d’acteurs du trace de la Via Francigena

8Le dispositif Facebook présente une importante capacité d’enrôlement d’acteurs, les invitant à s’exprimer ainsi qu’à s’identifier lorsqu’ils créent une page. Premièrement, la procédure d’identification nous intéresse au regard du scénario du tracé de l’itinéraire qui porte en lui un gage de sérieux, une garantie sur ce qui est dit, au regard de l’enjeu géopolitique de constitution d’un territoire mais aussi de l’enjeu d’élargissement de la communauté des randonneurs de la Via Francigena. Deuxièmement, nous aborderons le geste documentaire consistant à convertir sa pratique de la Via Francigena en traces textuelles.

L’« esprit » du tracé de l’itinéraire : les signatures

9Un acte d’écriture majeur requis par le dispositif Facebook est l’introduction d’un marqueur d’identification dont l’emplacement se situe en haut à gauche de la page. L’apposition de ce signe apparenté à une signature vient garantir l’existence sociale du locuteur et fonctionner comme un signe de reconnaissance très rapide pour les lecteurs. Signer n’est pas un acte anodin. Roy Harris nous rappelle que la signature sert non seulement à soustraire l’anonymat, mais aussi à certifier ou à valider, devenant synonyme d’« authenticité ». (Harris, 1993 : 201.) Concernant les trois pages étudiées, la signature est pour chacune d’elles le logo de l’association. C’est ainsi l’image du profil d’un collectif qui est proposée. L’apposition d’une signature collective engage plus particulièrement celui qui écrit sous la surveillance du groupe. Les usagers du réseau évoluent au sein de la densité sociale du réseau dont ils reconnaissent immédiatement ce que Roy Harris appelle les « signes de contact », dont ceux émis par les acteurs-rédacteurs de la Via Francigena.

10Penchons-nous sur ce que ces signatures disent de ce qu’elles sont et de ce qu’elles certifient au nom de leur collectif concernant le tracé de la Via Francigena.

Figure 1 : Les logos extraits des trois pages Facebook (consulté en février 2017)

Figure 1 : Les logos extraits des trois pages Facebook (consulté en février 2017)

11Les trois logos (1, 2 et 3 de gauche à droite) cohabitent au sein du même dispositif, Facebook, tout en distinguant trois pages précises. Le lecteur attentif et intéressé remarquera leur parenté à travers deux signes :

  • La silhouette du pèlerin : elle est aisément reconnaissable par la communauté des marcheurs grâce aux stéréotypes classiques de cette figure de marcheur-voyageur (le sac à dos, le bâton, le manteau). Le pèlerin est quelqu’un de préparé, équipé pour marcher. La silhouette, debout et en marche, indique clairement l’activité dans laquelle est engagée le pèlerin, celle de la marche à pied.

  • Les mots « Via Francigena » ou « Vie Francigene » : ils désignent le nom de l’itinéraire sur lequel évolue le pèlerin.

12Quatre différences entre les logos permettent de préciser ce que les collectifs engagent, au-delà de leur identité, comme message sur leur rapport au pèlerinage et à la marche :

  • Si le pèlerin est toujours représenté seul, ce qui peut renvoyer à l’expérience de la construction de soi par la marche, il est toujours accompagné symboliquement par les associations qui le représentent. On note que la nature de cet accompagnement diffère, depuis la proximité et la convivialité de l’expression « en marchant » du premier logo, à l’affichage d’un cadre plus institutionnel dans les deux autres.

  • S’il s’agit toujours pour le pèlerin de « faire le chemin » vers un haut-lieu en marchant, si le territoire traversé porte bien le même nom d’un logo à l’autre, par contre son inscription géographique diffère : un relief semi-montagneux dans le premier logo et l’Europe dans les deux autres. La notion de distance (qui fait qu’il y a ou non pèlerinage) est récurrente mais la connotation du territoire politique appartient clairement aux deux derniers logos et la connotation paysagère au premier.

  • L’énoncé de la motivation du pèlerinage varie également. Dans le premier logo, la distance à parcourir semble ne pas avoir de début mais on relève que le chemin commence avec le pas du marcheur, ce qui pourrait signifier que c’est lui qui fait exister le chemin. Le pèlerin n’est pas un consommateur de randonnée, il se définit davantage dans une démarche initiatique. La distance semble également ne pas avoir de fin, ce qui pourrait montrer que l’association se détourne de la motivation religieuse à aller vers un tombeau ou une cathédrale. Toutefois, le pèlerin marche vers la lumière (soleil en bout de la ligne d’horizon). Un message de spiritualité et d’initiation émerge de ce premier logo, tandis que les deux autres renvoient plus clairement à la quête d’une citoyenneté européenne.

  • Enfin, la rupture plus radicale entre les logos se situe dans le style graphique utilisé entre le premier et les deuxième et troisième. Les deux derniers adoptent un style graphique similaire pour identifier et positionner l’itinéraire « européen ». Le bandeau (figure 2) qui renforce le logo de l’EAVF montre l’amplification de ce style (reprise de la silhouette du pèlerin et des symboles de l’Europe) par rapport aux deux autres bandeaux qui montrent la traversée des paysages.

Figure 2 : Le bandeau de l’en tête de la page Facebook de l’EAVF (consulté en février 2017)

Figure 2 : Le bandeau de l’en tête de la page Facebook de l’EAVF (consulté en février 2017)

13La Via Francigena correspond, à travers ces trois signatures, au tracé d’une étendue spatiale qui se définit comme un territoire du pèlerin en marche vers une quête qui peut être celle d’une spiritualité et/ou d’une citoyenneté européenne.

La régulation des témoignages, de l’ordinaire à l’officiel

14Le pèlerin représenté par les logos est toujours celui « authentique » qui se contente de « faire le chemin » en marchant. Ce signe de contact ne fait pas apparaître l’identité numérique du pèlerin, de celui qui a la capacité de produire une organisation documentaire sur la Via Francigena à l’aide d’outils tels qu’appareils photos ou vidéos. Le dispositif favorise l’impression d’un témoignage qui ne serait pas régulé par les possibilités qu’il offre d’inscrire son expérience du chemin dans le texte, comme si la réalité surgissait des pages du réseau social.

15L’analyse ci-après des différences de discours entre la page des pèlerins-autorisés et celles des institutionnels permet au contraire de rendre compte du principe régulateur à partir duquel les acteurs représentent leur rapport à la Via Francigena.

16Le pèlerin « spirituel » de l’association Camminando Sulla Via Francigena porte sur Facebook la parole d’un observateur engagé dans sa pratique de déambulation. Il raconte ce qu’il vit, son implication, ses sentiments. Son témoignage est empreint de subjectivité, ce qui lui permet de ne pas apparaître distant.

Figure 3 : Post partagé dans le groupe Camminando sulla Via Francigena (publié le 6 juillet 2016 / consulté en mai 2017)

Figure 3 : Post partagé dans le groupe Camminando sulla Via Francigena (publié le 6 juillet 2016 / consulté en mai 2017)

17Le pèlerin dépose sur le dispositif les preuves de sa pratique de marcheur, plaçant son lecteur en prise directe avec son vécu mais aussi avec l’idée qu’il peut le rejouer. Comme dans le cadre du témoignage analysé par Renaud Dulong, il ne s’agit pas de transmettre un affect mais de ranimer une disposition à être affecté (1998 : 177). Facebook favorise cette logique de l’activation d’un intérêt potentiel déjà présent par son organisation en « communautés » ou « groupes » : le lecteur d’une page est toujours un membre de la communauté ou en devenir. Ainsi, les traces d’activités déposées par les rédacteurs sont toujours à la fois les indices d’une activité déjà effectuée et une invitation à la ranimer, à la rejouer. C’est un dispositif qui superpose en permanence le temps révolu du passé et celui à venir de l’anticipation d’autrui. La force d’enrôlement du dispositif se situe dans cette connivence permanente entre les participants au groupe qui consiste à désirer être affecté par l’autre. L’analyse de la circulation des informations entre les pages Facebook dédiées à la Via Francigena montre que les informations relevant du travail de l’association (réunions, événements à caractère institutionnel) n’ont pas le même type de réception que les informations relevant de l’activité du chemin ou sur le chemin, ou même de retour d’expérience du chemin (cartes, interview de marcheurs, sortie du guide, etc.). La circulation sociale semble plus diversifiée et plus dense dans le second cas. De même, la page institutionnelle AEVF semble être moins relayée par le public des pèlerins que celle du groupe. À travers ces témoignages ordinaires, ce ne sont pas seulement des informations qui circulent mais des affects qui se rencontrent.

18Le pèlerin « européen » apparaît initié au langage plus académique. Il montre au contraire une distanciation plus grande à son ressenti, privilégiant l’explication à l’expression de ses appréciations personnelles. La page de l’EAVF qui s’affiche le 20 février 2017 est particulièrement significative de cette posture plus institutionnelle avec une photographie de réunion qui place la Via Francigena dans la politique de développement du territoire :

Figure 4 : La page Facebook de l’EAVF, représentation d’une pratique institutionnelle de l’itinéraire (consulté en février 2017)

Figure 4 : La page Facebook de l’EAVF, représentation d’une pratique institutionnelle de l’itinéraire (consulté en février 2017)

19La page Facebook de l’EAVF, et dans une moindre mesure celle du groupe Via Francigena, s’apparentent davantage à un travail documentaire formel qui requiert l’établissement de faits : telle réunion, telle émission, telle opération de promotion etc. L’expérience de l’itinéraire est mise à distance au profit de la désignation des faits, tels les événements politiques et médiatiques, qui montrent sa production comme itinéraire culturel européen. On est dans le monde de la gestion de projet européen, du système particulier des Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe et du système plus général des institutions.

20La « pratique de cabotage des limites » dont parle Antonio Stopani (2009) pour conduire à la définition et à l’existence de la « consistance » territoriale s’opère, dans le cadre du tracé de l’itinéraire culturel, à la fois par une activité ancrée dans l’expérience vécue de la pratique du chemin et par une activité plus institutionnelle. La reconnaissance des limites de l’itinéraire qui se joue sur le dispositif micro-documentaire Facebook se déroule ainsi à différents niveaux de pratiques (on pourrait dire entre un cabotage de l’intérieur du chemin et un cabotage éloigné), dont on peut penser qu’ils peuvent se renforcer, se compléter mais également se contredire ou s’exclure.

La configuration de deux espaces de vision de l’itinéraire

21Outre le dépôt textuel de témoignage, le dispositif Facebook est fortement alimenté par celui des photographies. Ce geste iconographique nous importe pour traiter du tracé de la limite car il interroge l’usage du corps et de l’appareil visuel comme outil de mesure et de constat. Le corps, rappelle l’historien Daniel Nordman, joue un rôle dans le tracé des limites : « des traces de pas dessinent les premières unités territoriales » (2006 : 201). Antonio Stopani souligne aussi combien le corps a joué le rôle d’instrument de mesure de l’espace. Selon lui, la restitution textuelle de l’expérience perceptive de l’espace entre dans l’histoire « des façons pré-cartographiques de représentation de l’espace » (2009 : 4). En analysant les photographies déposées sur Facebook à propos de l’itinéraire Via Francigena, c’est bien cette dimension pré-cartographique qui nous intéresse dans la façon dont elle mobilise des outils et des modes de visualisation du chemin actuels. Pour rendre compte dans un premier temps de ce travail d’énonciation qui s’effectue à partir du lieu même du chemin, nous nous baserons sur la page du groupe des pèlerins « Camminando Sulla Via Francigena ».

Les pratiques instrumentales de l’espace sur Facebook

22L’appareil photographique et plus largement audiovisuel est devenu le prolongement du corps par l’œil, tout en gagnant la confiance d’un mécanisme d’enregistrement optique qui serait objectif. Le dispositif Facebook fait appel à cet idéal régulateur du témoignage oculaire par l’image photographique dont parle Renaud Dulong (1998). C’est un média qui a la capacité d’organiser la vue sur un long itinéraire : la page Facebook, avec ici l’identification en lien avec la figure d’un itinéraire pédestre, est le cadre interprétatif constamment présent autour des photographies réunies. Cette capacité à signifier en permanence pour le lecteur le lieu de l’énoncé, la Via Francigena, est loin d’être négligeable en termes de construction narrative liée à l’expérience de la marche. La mise en représentation de l’itinéraire raconte une déambulation à partir d’articulation notamment de fragments photographiques. L’identification de la figure de l’itinéraire sur la page Facebook suppose l’existence d’un parcours linéaire et du corps du marcheur qui en a fait l’expérience. C’est ainsi la garantie d’existence de la Via Francigena qui est l’enjeu de la représentation.

23Le dispositif Facebook n’est pas seulement un média de restitution mais aussi de préparation de la représentation de l’itinéraire, en suggérant l’usage d’instruments et de pratiques du regard pour la produire. C’est un média qui suscite le découpage, l’assemblage, qui requiert de hiérarchiser son attention sur un secteur spatial pour en rendre compte. Il renvoie à l’usage d’outils audiovisuels et de notation (carnet de prise de notes par exemple) pour produire des ressources d’écriture fragmentaire sur la page Facebook, et il permet enfin un usage aisé d’outils d’écriture automatisés pour rendre accessible une production éditoriale simplifiée et minimaliste (Jeanneret, 2012). Ainsi, l’équipement du pèlerin ne relève pas seulement des symboles historiques du manteau, de la besace et du bâton. Il transporte avec lui des outils portables d’observation, de notation et de relevé de ce qu’il voit chemin faisant. Ses gestes de documentation iconographique et textuels de la Via Francigena vont permettre de la retranscrire sur Facebook à partir de la documentation rassemblée.

24D’un côté, le dispositif conditionne en partie les outils d’écriture qui serviront à la transcription de ce qui a été observé, de l’autre, l’itinéraire de pèlerinage est un objet géographique qui aménage un certain type d’accès par le corps et une technique discursive linéaire. Le pèlerin compose sa pratique d’observation et de transcription en appui sur ces environnements numérique et spatial.

Représenter l’itinéraire par l’expérience de la déambulation

25Dans les prises de vue les plus récurrentes entrent : celles des marcheurs/pèlerins, du chemin et de sa signalétique, du chemin et des paysages.

Figure 5 : Images récurrentes publiées dans le groupe et la page « Via Francigena »

Figure 5 : Images récurrentes publiées dans le groupe et la page « Via Francigena »

26Une première catégorie d’images, relevée sur la page « EAVF » et celle du groupe « Via Francigena », revient régulièrement dans différents posts. Ainsi, un groupe de marcheurs de dos marchant sur le chemin et le panneau de la Via Francigena avec le logo pèlerin sont deux images récurrentes, en particulier dans le groupe « Via Francigena ». On pourrait énumérer longuement les photographies présentant les marcheurs. Ce sont souvent des groupes, qu’ils soient en train de marcher, ou au repos pendant le voyage, ou en train de faire des rencontres. Certes ces photographies installent un fort sentiment de convivialité, d’énergie collective, de complicité et d’intimité entre les personnes. Mais ce qui frappe dans l’analyse que nous faisons de la représentation de l’itinéraire, c’est la force de la représentation du corps du marcheur, équipé pour la randonnée en pleine nature, autrement dit pour mener à bien une expérience perceptive qui engagera la vue, mais aussi le fait de sentir et de toucher la nature. Les images de ces corps équipés pour la marche nous apparaissent comme des instruments d’appréhension de l’itinéraire auxquels nous pouvons nous fier. Ces photographies mettent en scène des hommes et des femmes de confiance, de sincérité et de sérieux, qui loin de se cacher, se donnent à voir dans toute leur capacité physique à faire le chemin, avec aussi une ouverture et une disponibilité à ressentir l’expérience qu’ils vont retranscrire sur leur page Facebook. Ces photographies témoignent d’une « pratique de cabotage » de l’itinéraire qui s’opère au plus près du territoire, le parcourant, l’observant (Stopani, 2009).

27La deuxième catégorie comprend de très nombreuses photographies de chemins (par exemple les vues de chemins passant à travers des champs, des forêts, les vues sur une ligne droite ou en relief avec un village à l’horizon). Ces vues répétitives peuvent paraître d’une grande banalité. Or, en termes de représentation de l’itinéraire, elles renvoient à la longue histoire des récits et descriptions de voyages. Antonio Stopani rapporte, à partir de l’analyse des descriptions fournies par le voyageur Léandro Alberti (milieu XVIème siècle), « deux modes différents d’engager les sens du corps », entre les « lieux traversés » et les « lieux aperçus », qui ont « des effets de réalité certainement incontestables » malgré la réélaboration inventive de l’itinéraire effectivement accompli (2010 : 8). Les photographies de chemins sur la page Facebook disent ce fait de sillonner l’espace selon ces deux grandes modalités sensorielles. La Via Francigena prend forme concrètement à partir de ces représentations du chemin qui rendent présents la marche du voyageur (de celui qui regarde à travers l’objectif). Cet « engagement du corps dans l’appréhension des objets géographiques peut être mis en relation avec un souci de faire participer le lecteur à cette opération », écrit Antonio Stopani (2009 : 9). Ce désir de partage de l’expérience perceptive du voyage est amplement mobilisé par le dispositif Facebook.

28Cette deuxième catégorie articule les vues de chemins avec les vues resserrées sur les objets de signalétiques (avec en général le signe d’orientation de la flèche et son support, le balisage de couleur et les mots « Via Francigena »). On a là deux formes de relevés de l’espace qui cohabitent, l’une jouant sur les affects, l’autre jouant davantage un rôle de relevé documentaire, mais l’une et l’autre s’auto-identifiant pour rendre reconnaissable le contexte dans lequel évolue le promeneur : il ne s’agit pas de chemins ordinaires mais d’un seul, celui de la Via Francigena. L’une signe l’autre, et le photographe certifie ainsi qu’il a bien fait ce chemin-monument et pas un autre. Comme précédemment, la dimension de partage de l’expérience est importante à travers la représentation sur Facebook de cette signalétique. Celle-ci symbolise la prise en charge collective du scénario de la marche pour que chacun trouve le bon chemin et la bonne direction. Ainsi, avec ces images, le pèlerin-photographe rapporte le soin qui est apporté par la Via Francigena aux marcheurs. Il est celui qui a veillé pendant son trajet à vérifier le tracé. Cette mobilisation de l’attention du pèlerin vers l’anticipation de la pratique d’autrui peut être renforcée par des commentaires textuels très précis, pour décrire des obstacles (tel un glissement de terrain), détailler une déviation pour pallier l’absence d’une signalisation alternative sur place.

29La troisième catégorie iconographique du chemin et des paysages croise celle précédemment analysée du chemin et de la signalétique. Elle propose des vues plus larges, à partir du chemin, vers les paysages alentours. On rejoint davantage le mode d’engagement du sens du corps concernant les « lieux aperçus ». Le regard se fait plus explorateur et il pose un cadre plus précis sur « ce qui fait paysage ». Certes il y a le récit des affects face à un « beau » paysage ou à un imprévu (telle la montée des eaux sur le chemin) ou une ambiance particulière en termes de luminosité ou de bruit (une image est commentée avec le bruit de l’eau). Mais cette opération de prise de vue montre aussi le terrain, la « consistance » territoriale de l’itinéraire, en saisissant les délimitations qu’il offre au champ visuel. Si ces images témoignent de l’état émotionnel du marcheur, elles servent aussi à rendre compte de l’état d’un chemin, de ce qui peut être vu à partir de ce chemin, de jusqu’où porte la vue, de l’estimation à l’œil d’une distance à parcourir.

30Enfin, un autre élément important dans le scénario du pèlerinage, est le franchissement d’une succession d’étapes qui conduisent vers la quête du haut-lieu historique, ou de hauts-lieux intermédiaires. Il arrive que des lieux d’accueil (hébergements, restaurants, office de tourisme) soient mis en scène : le tampon sur la crédentielle, l’accueil par les locaux, la rencontre avec d’autres pèlerins, etc. Par ailleurs, les images de la quête ultime de la marche sont bien présentes : Rome et Saint Pierre de Rome, ainsi que des lieux d’étapes majeures tels le Col du Grand Saint Bernard, Vercelli et sa basilique, Sienne et sa cathédrale, Monteriggioni, Aoste, etc. Ici la photographie bascule complètement vers un autre style. On quitte le corps en mouvement du marcheur dans la nature qui perçoit tout son environnement pour aborder le « corps-regard » de la photographie carte postale : « un corps qui ne pose pas de fortes constrictions dans une ville qui n’oppose pas de résistance » (Dondero, 2007 : 35). L’effort de la marche est révolu, le pèlerin entre dans un espace de contemplation et de repos. Les vues de bâtiments majestueux de cultes excluent toute trace du chemin. Elles rejoignent la pratique touristique de la photographie de monument par laquelle le sujet témoigne de sa présence dans un tel lieu.

Énoncer l’itinéraire à partir d’un lieu distant

31Cet article ne nous permet pas de développer une analyse approfondie des photographies qui apparaissent dans les pages de l’EAVF et de la Via Francigena, mais il importe de dire qu’elles donnent à voir et à exister un tout autre chemin, qui est celui de l’Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe en tant que tel, c’est-à-dire en tant que projet reconnu et labellisé par le Conseil de l’Europe. Les photographies se centrent alors sur le travail institutionnel qui conduit à la production de ce statut d’itinéraire européen. En particulier sur la page de l’EAVF, on retrouve toutes les photographies de réunions et d’événements à caractère institutionnel (inauguration, cérémonies). De très nombreuses personnes sont photographiées là encore, mais généralement en vêtements de ville voire en costumes de travail, dans des salles de réunion, en conférence à l’occasion de rencontres programmées. De nombreuses photos montrent des documents (dépliants promotionnels de l’itinéraire, guides, brochures, etc.), des diaporamas, des ordinateurs de travail, des cartes. Les corps représentés sont immobiles, assis ou debout, et toujours en représentation face à une assemblée, un auditoire. Leurs modes d’engagement sont avant tout institutionnels avec le corps qui enregistre, qui consigne, qui expose, celui aussi qui écoute, celui dans tous les cas qui met de côté l’expérience du chemin au profit de la représentation d’une démarche objectivante.

32Cette représentation institutionnelle de l’itinéraire semble être moins ouverte au partage avec autrui. Si l’on observe le groupe « Via Francigena » géré par l’AEVF, les images de chemins (avec ou sans la signalétique) et des marcheurs/pèlerins sont beaucoup plus importantes (en nombre). Cela semble relever d’une différenciation de public destinataire, entre la communauté des pèlerins et celle des spécialistes de la gestion d’Itinéraire Culturel et de projet européen.

  • 7 Le guide « officiel », La Via Francigena – 1.000 km a piedi dal Gran San Bernardo a Roma (La Via Fr (...)

33Une exception cependant est intéressante à noter, celle de l’annonce de la sortie du guide dit « officiel »7 de la Via Francigena dont la promotion a commencé sur les pages de l’AEVF et du groupe Via Francigena plusieurs mois avant la sortie du guide en librairie en juillet 2016. Cet objet touristique, même s’il est encore à paraître, suscite un important partage d’informations, peut-être parce qu’il est un carrefour entre la représentation institutionnelle de l’itinéraire et celle des marcheurs.

Figure 6 : L’annonce de la parution du guide « officiel » sur le groupe Via Francigena (7 septembre 2016 / consulté en avril 2017) et sur la page de l’AEVF (7 juillet 2016 / consulté en avril 2017)

Figure 6 : L’annonce de la parution du guide « officiel » sur le groupe Via Francigena (7 septembre 2016 / consulté en avril 2017) et sur la page de l’AEVF (7 juillet 2016 / consulté en avril 2017)
  • 8 Les deux images ci-dessus sont ainsi extraites (1) du groupe Via Francigena (image du haut) et (2) (...)

34En effet, si l’objet « guide » est au croisement des pratiques de l’AEVF – en tant qu’institution assurant la réalisation et la promotion du guide « officiel » – et des marcheurs-pèlerins – en tant que ce sont eux qui achètent et utilisent le guide pour expérimenter la Via Francigena, soit pour préparer la pérégrination, soit pour utiliser l’objet pendant le déplacement –, l’image du guide attire plus de participation de la part de lecteurs-rédacteurs-marcheurs que d’autres types de publications institutionnelles évoquées plus haut8. Ce carrefour d’intérêts peut être relié à l’objet guide lui-même qui fait converger différents niveaux de pratiques. Car le guide porte en lui à la fois la trace de la pratique préalable du chemin par l’instance conceptrice et celle des lecteurs-marcheurs qui projettent de faire le chemin à l’aide d’un ensemble de recommandations. C’est tout un imaginaire de la marche, du chemin, du pèlerinage vers un haut-lieu, et un rassemblement de traces de pratiques (effectuées ou anticipées) qui irrigue l’objet guide.

35Sa parution sous forme numérique (sur site web et via l’application Via Francigena) renforce cette relation anticipée à la pratique de la marche. Cette version est remaniée pour être au plus près « des pas » du marcheur in situ : elle dispense des indications cartographiques et des repères GPS, elle se présente sous forme de fiches pratiques et descriptives. Le guide va rapidement circuler sous cette forme de fiche, reprise par des marcheurs à partir du site web de l’AEVF pour publication sur leur page Facebook.

36On peut finalement dire que le guide énonce certes l’itinéraire à distance de celui-ci, mais en investissant fortement l’imaginaire de sa pratique.

La diversité des langues : une représentation de l’européanité de l’itinéraire ?

37Au-delà de la dimension textuelle et iconographique, le dispositif Facebook est marqué par un voisinage des langues, qu’il s’agisse des langues utilisées par l’AEVF dans le cadre de sa communication de type institutionnel ou de celles utilisées par les marcheurs-pèlerins. D’une certaine manière, on peut dire que le réseau social met en scène la notion d’une « identité relation », souhaitée par le Conseil de l’Europe telle que l’analyse Saskia Cousin (2003), à travers l’aménagement d’un voisinage entre différentes langues, entre différentes cultures et entre différentes dimensions du patrimoine. Le maintien de cette pluralité est une manière d’inscrire la dimension politique européenne dans l’Itinéraire Culturel. Le choix des mots n’est pas purement d’ordre linguistique, il renvoie à une histoire et à des locuteurs qui travaillent à la reconnaissance de l’Itinéraire, tout autant qu’à d’autres qui en construisent la communauté de pratiques. Ce choix ne peut pas se réduire à une technique linguistique pour désigner des noms de lieux ou de richesses naturelles et culturelles. L’enjeu est notamment géopolitique : la pluralité des langues construit la consistance « européenne » de l’itinéraire, celle d’un bien commun et partagé.

38Qu’en est-il alors de l’utilisation de ces différentes langues dans le dispositif Facebook par l’AEVF, dans son groupe Via Francigena et dans sa page EAVF, et par les marcheurs-pèlerins ? Que cela révèle-t-il de la reconnaissance et de la visite des limites de l’itinéraire afin de contribuer à la production de leur existence ?

Langues de travail et langues d’échanges

39Au sein des projets européens, les questions liées aux différentes langues et à la traduction peuvent être particulièrement prégnantes. Dans le cas plus spécifique des Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe, deux phénomènes sont par ailleurs à prendre en compte : d’une part, il est important, voire indispensable – car imposé par le Conseil de l’Europe – que le porteur de projet communique soit en français, soit en anglais, soit dans les deux langues, car elles sont les langues officielles de l’Organisation. D’autre part, le pays d’implantation du porteur de projet et des membres de son réseau influence la pratique textuelle et linguistique. Dans le cas de la Via Francigena, comme l’Itinéraire Culturel est implanté en Angleterre, en France, en Suisse et en Italie, les langues officielles imposées de l’extérieur (anglais et français) se sont donc confondues avec les langues des différents pays traversés par l’Itinéraire Culturel (anglais, français et italien). Par ailleurs, l’AEVF étant une association de droit italien avec une majorité de membres italiens (communes et collectivités territoriales italiennes), sa première langue de communication, si on observe un point de vue historique sur le développement de l’association, est en conséquence l’italien. Très tôt cependant, l’anglais fut aussi une langue de communication, notamment dans des médias tels que la revue « Via Francigena » et le site Web. Le français a été introduit plus récemment dans ces deux médias.

40Force est de constater, à l’intérieur de la période prise en compte pour l’observation (juillet-décembre 2016), que la majorité des publications est en italien, et, dans une moindre mesure, en français et en anglais, et qu’elles sont quasiment inexistantes en allemand – la question de l’allemand s’étant posée vis-à-vis de la Suisse. Ce cabotage éloigné, pratiqué par le porteur de projet, trace donc une limite mouvante de l’itinéraire qui s’inscrit alors dans un fort ancrage territorial lorsqu’il s’agit de l’Italie, mais qui devient plus flou en ce qui concerne le reste de la géographie de l’Itinéraire.

41Il faut aussi noter que l’anglais et le français sont en particulier utilisés lorsqu’il s’agit de communiquer sur des réunions ou des événements qui concernent la Via Francigena comme Itinéraire Culturel au sein de la communauté de travail des Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe. Dans ce cas, il s’agit moins d’inscrire un ancrage territorial, c’est-à-dire une limite géographique, que de mettre en scène une appartenance à une communauté de pratiques, ici, celle des Itinéraires Culturels dans leur ensemble. D’un autre côté, cette mise en scène de l’appartenance renvoie aussi à une forme de délimitation européenne de l’existence de la Via Francigena comme projet culturel labellisé par une Organisation européenne.

  • 9 Nous prenons ici en compte, de manière non exhaustive, les observations faites à partir des pages e (...)

42Si on élargit l’observation des langues au-delà des seules pages et groupes gérés par l’AEVF, on constate que de nombreuses autres langues sont utilisées. Ainsi, parmi les nombreuses pages et groupes Facebook liés à la Via Francigena9, on observe notamment des pages et groupes en italien, en anglais, en français, en espagnol, en russe. Ici, il s’agit de préciser que cette observation provient des langues de description que les administrateurs utilisent dans la partie « description » (groupes) ou dans la partie « à propos » (pages), comme l’illustrent les exemples ci-dessous :

Tableau 1 : Quatre exemples de textes présentés dans la partie « Description » de chacune des quatre pages et groupes dédiés à la Via Francigena (avril 2017)

Exemple 1 : Via Francigena RU (groupe public) :

Путь “Via Francigena” проходит по следам архиепископа Кентерберийского, который путешествовал в Рим в 990 по воле папы Иоанна XV. 79 этапов, записанных в сжатом дневнике архиепископа о своем путешествии позволили проследить основные остановки на этом, самом короткой маршруте между Северным морем и Риммом, который впервые стал известен как “Via Франсиджена” в 876 нашей эры.

В этой группе мы можем обменяться своим опытом, информацией, знаниями об этом пути. Добро пожаловать !

Exemple 2 : Via Francigena (groupe public) :

All roads lead to Rome !

For people interested in the pilgrim trail, especially to promote and share information about the pilgrim road to Rome through 5 countries - from Canterbury thro France, Switzerland, Italy and the Vatican.

Exemple 3 : Via Francigena Espagna – Camino de Roma (groupe public) :

Grupo de habla hispana creado para aquellos interesados en la Vía Francígena o en los caminos a Roma como el que va desde Santiago de Compostela hacia Roma en sentido contrario.

Exemple 4 : La via Francigena en France (page) :

La Via Francigéna passe en France par Calais , Arras, Reims , Chalons-en-Champagne , Bar-sur-Aube , Langres , Besançon et Pontarlier .

43Une fois cette première observation faite, il faut néanmoins nuancer. L’utilisation et la circulation des langues ne se bornent pas, en effet, au choix de la langue utilisée par l’administrateur de la page ou du groupe. Il n’est pas rare que des partages se fassent dans d’autres langues, que des échanges via les commentaires se fassent dans différentes langues, indépendamment de la langue « officielle » du groupe ou de la page. Un post peut être, par exemple, publié en français et les réponses se faire en anglais, ou en italien. Un partage via un site italien peut donner lieu à des commentaires en anglais. On peut donc dire qu’il existe une véritable cohabitation des langues, l’important étant finalement plus l’échange entre les marcheurs-pèlerins que la langue dans laquelle il se fait.

44Il faut cependant noter quelques limites à ces observations :

  • cette cohabitation des langues semble permise pour des échanges plus triviaux qu’idéologiques : il s’agit de questions pratiques (quelles chaussures choisir, quel est le meilleur chemin à tel endroit, commenter la beauté d’un lieu ou d’une photo, etc.) ;

  • il semble que la cohabitation des langues soit accrue de par la proximité des systèmes d’écriture : cette observation a été faite à partir du groupe « Via Francigena RU » où les échanges ont lieu en cyrillique et où les langues latines sont très peu présentes, à l’exception de quelques partages d’articles. Cette observation mériterait d’être approfondie pour savoir notamment si le type de posts et d’échanges sont les mêmes que sur les autres pages et s’il y a un effet de traduction ;

  • il semble que, dans l’ensemble, il n’y ait pas de réelle pratique de traduction, juste une co-existence des langues qui façonnent une polyphonie linguistique de l’itinéraire. L’opportunité qui est donnée par les dispositifs de traduction automatique mis à disposition sur Facebook semble en effet suffisante pour que les différents utilisateurs puissent communiquer quelle que soit la langue dans laquelle l’information de départ est produite.

45Concernant la question de la traduction, du côté de l’AEVF, s’il y a donc bien une cohabitation, une coexistence de différentes langues, cela ne semble pas démontrer une quelconque volonté de traduction, c’est-à-dire, de la part de l’AEVF, une volonté de donner la même information dans les différentes langues utilisées par le porteur de projet au sein de son réseau (italien, français, anglais) ou dans les langues des différents pays traversés par la Via Francigena (Angleterre, France, Suisse, Italie). Différentes utilisations semblent avoir lieu pour différentes langues et l’italien, langue maternelle du réseau pourrait-on dire puisque l’équipe de gestion est italienne, est majoritairement présente et cela est sans doute dû à la structuration administrative de l’Itinéraire Culturel. Les autres langues sont utilisées, de manière sporadique, et semblent plus dédiées à « configurer » la stature européenne de l’Itinéraire Culturel comme projet européen. Les activités concernées par l’utilisation des autres langues ne concernent que rarement des activités liées à la pratique de la Via Francigena par les marcheurs-pèlerins.

  • 10 Ici, il s’agit en particulier, sur la période prise en compte (juillet-décembre 2016) et de manière (...)

46Ceci étant dit, on note aussi une grande diversité de pages ou groupes sur Facebook qui sont aussi d’origine italienne – en nombre beaucoup plus important en comparaison avec les groupes et pages dans d’autres langues. Ces pages et groupes sont souvent animés soit par des marcheurs-pèlerins (notamment des associations), soit par des localités italiennes traversées par la Via Francigena10. Ici, on pourrait dire que la question de la langue croise directement la question de la reconnaissance des limites de l’itinéraire. La capacité du dispositif Facebook à enrôler les acteurs en les invitant notamment à s’exprimer et à s’identifier lorsqu’ils créent une page ou un groupe correspond ici, dans cette pratique liée à la Via Francigena, à la production d’un tracé territorial : on voit ainsi se dessiner, à travers l’engagement de ces différents « visiteurs » liés à Facebook, la consistance territoriale de la Via Francigena en Italie. On voit se dessiner le tracé du chemin par ses localités, par ses régions, par les acteurs mêmes du chemin à un échelon local et/ou régional. Mais c’est aussi la partie italienne du chemin qui se dessine par l’agglomération de ces différents groupes et pages Facebook : les derniers 1.000 km qui séparent la Suisse de Rome, qui constituent la partie la plus longue de la Via Francigena, se trouvent aussi fortement représentés de par la langue italienne et, en ce sens, on voit se constituer une forme de reconnaissance de la Via Francigena.

47Quand on en vient à la question d’une délimitation « européenne » à partir des pratiques linguistiques sur Facebook, d’autres questions se posent. Il semble, en effet, qu’en dehors de l’engagement de l’AEVF, la question de l’identité européenne de la Via Francigena ne se pose pas uniquement dans l’utilisation des langues, mais bien plus dans les dynamiques d’interaction que le dispositif Facebook favorise en engageant des pratiques à la fois textuelles, iconographiques ou linguistiques.

Au-delà des langues, la représentation d’une communauté en interaction

  • 11 Définition du dictionnaire Larousse.

48Si on aborde la question de l’identité de la Via Francigena à travers le dispositif Facebook sous l’aspect des langues, on peut aussi penser que le sens européen donné à l’Itinéraire Culturel réside finalement en un équilibre, fragile et mouvant pourrait-on dire, entre une communauté construite, voulue par l’AEVF, et la communauté composée d’un ensemble de pratiques et de leurs traces. Le lien entre ces deux communautés semble être le marcheur-pèlerin. Ici, il faut comprendre la communauté à la fois dans le sens que lui donne le droit français, c’est-à-dire : « usage commun d’une chose indivise11 », mais aussi dans le sens de la notion anglaise de community « en tant que groupes d’individus naturellement associés par un élément ou un autre » (Fojut, 2009 : 22).

  • 12 Cet entretien a été effectué dans le cadre du travail de thèse de Marie Gaillard portant sur les It (...)

49Du côté de l’AEVF, les marcheurs-pèlerins sont en effet le public pour qui le projet d’Itinéraire Culturel est mis en œuvre, mais c’est aussi, finalement, ce qui incarne l’Itinéraire Culturel. Ainsi, Luca Bruschi, qui travaille au sein de l’équipe de l’AEVF depuis 2004, précisait, dans un entretien de recherche réalisé par Marie Gaillard en 201312 : « Je pense que le marcheur, c’est vraiment l’élément le plus authentique de la [Via] Francigena. Je ne peux pas imaginer la [Via] Francigena seulement comme un ensemble d’églises, de ponts, ou d’autres monuments. Oui, c’est un merveilleux patrimoine culturel. Quand je pense à la [Via] Francigena, je pense aux marcheurs, aux personnes qui physiquement marchent pour découvrir une partie de l’Europe. Je pense que c’est là le plus authentique. ». Si l’on adopte ce point de vue, ce qui est donné au partage via les posts et les images sur Facebook par l’AEVF est moins le patrimoine matériel et immatériel, naturel et paysager, que les marcheurs comme communauté.

50L. Bruschi évoque ainsi la valeur patrimoniale de la communauté des marcheurs ; à partir de cette catégorie patrimoniale des marcheurs, il renvoie à la dynamique et à l’étendue du chemin qui appelle la marche dans toute l’Europe, plutôt qu’à une succession de biens culturels localisés sur la Via Francigena. Cette prépondérance du marcheur-pèlerin sur les éléments matériels et immatériels patrimoniaux se retrouve sur le dispositif Facebook : cette figure est tout aussi centrale au sein de la communication de l’AEVF que sur les groupes et pages que les marcheurs-pèlerins créent et animent eux-mêmes.

51La définition de la Via Francigena à partir de la catégorie patrimoniale des marcheurs permet de comprendre comment se définit l’idée d’une « identité relation » par le Conseil de l’Europe qui serait ouverte sur les notions de diversité culturelle ou d’interculturel. L’expérience de la Via Francigena constitue une communauté de pratiques qui outrepasse les différences culturelles, dans le temps et dans l’espace. Cette représentation de la marche et des marcheurs à travers l’Europe est aussi une manière de « transcender » la frontière linguistique qui renvoie aussi, en quelque sorte, à une dimension du « cosmopolitisme » européen, tel que le définit Joanna Nowicki, c’est-à-dire comme permettant « de dépasser le clivage entre ce qui est familier et ce qui est étranger, [...] en proposant un modèle de cohabitation culturelle pluriconfessionnelle et plurilinguistique » (Nowicki, 2000 : 9).

52La communauté alors construite par l’AEVF via les publications sur Facebook associe l’identité du marcheur-pèlerin à celle du cosmopolite : ce qui encadre cette communauté et qui est mis en avant est alors la construction de la Via Francigena comme bien commun partagé, ce qui renvoie à une conception plus juridique de la communauté. En revanche, du côté des pages/groupes non gérés par l’AEVF, les pratiques sur Facebook des marcheurs semblent indiquer une vision plus anglo-saxonne de la communauté comme un ensemble de personnes associées par leur expérience de la Via Francigena. Cette communauté, qui dépasse les langues, est fondée à la fois sur l’interaction que le marcheur-pèlerin peut construire avec d’autres, sur sa capacité à rendre visible cette interaction, et sur sa volonté de mettre son expérience en relation avec celle des autres.

Conclusion

53Au bilan de cette analyse, on peut dire que la procédure d’enrôlement des acteurs au sein du réseau social par le témoignage de leur expérience vécue et/ou de leur activité institutionnelle fonde un modèle de représentation documentaire qui porte la garantie de l’existence de l’itinéraire tout en lui donnant forme, tant dans son étendue spatiale que dans ses pratiques. Il ne s’agit pas de dire que les acteurs de cette écriture sont porteurs de scientificité vis-à-vis d’une « mesure » de l’itinéraire, ou encore vis-à-vis d’une quantification qui se ferait « à partir d’un échantillonnage photographique » du paysage linéaire de l’itinéraire (Griselin et Nageleisen, 2003). Les pages Facebook dressent les conditions d’une miniaturisation qui n’affectent pas seulement la taille des technologies à écran (Galinon-Mélénec et Zlitni, 2013) mais également les objets représentés à partir de modalités de rassemblements documentaires. Un itinéraire dont l’étendue échappe largement au regard de celui qui marche in situ devient un tracé géographique saisissable à travers cette organisation médiatique. Le voyage participe depuis longtemps d’une telle économie scripturaire qui documente les lieux, les façons de les pratiquer et d’encadrer ou de conseiller les pratiques à venir avec les guides touristiques et les carnets de voyage, mais sa présence numérique sur les sites web et les réseaux sociaux engage une grande hétérogénéité à la fois des contributeurs et de leurs productions qu’il s’agit de classer et de rendre consultable (Flon, Jeanneret, 2012). La vue du marcheur, l’engagement des corps dans la marche, l’activité professionnelle du gestionnaire d’Itinéraire, leurs savoirs, leurs capacités représentationnelles, trouvent des procédures de montage, de composition, de classement, de synthèse, dans un dispositif qui vise à les faire écrire à travers le dépôt de leurs traces d’usages de l’itinéraire.

54Ce passage à une réduction documentaire de l’itinéraire ne signifie pas un appauvrissement de ce qui est donné à voir et à comprendre. On a vu d’une part combien les gestes iconographiques renvoyaient à une dualité de l’objet « itinéraire culturel européen », entre sa construction institutionnelle et celle liée au pèlerin et à la marche, d’autre part que la co-existence simultanée d’une activité de production textuelle dans différentes langues et d’une activité plus planifiée de traduction des textes officiels permettaient de dépasser une représentation de l’itinéraire qui se limiterait à la frontière et à la linéarité. Certes il n’est pas possible de situer assurément cette opération de visualisation de l’itinéraire sur Facebook entre des gestes documentaires relevant de la banalité ou porteurs d’une dimension géopolitique. Néanmoins on ne peut nier, d’une part, la construction de savoirs géographiques vernaculaires à travers la transformation de pratiques d’arpentage en pratiques d’annotation, de commentaire, de certification, de prise de vue, d’autre part, la conversion de l’itinéraire en objet sémiotique, en tant qu’il est textualisé par la pratique médiatique d’acteurs « écrivant ».

Haut de page

Bibliographie

BERTI É. (2012), Itinerari Culturali del Consiglio d’Europa. Tra ricerca di idnetità e progetto di paesaggio, Firenze University Press.

COUSIN S. (2006), « De l’UNESCO aux villages de Touraine : les enjeux politiques, institutionnels et identitaires du tourisme culturel », Autrepart, 4/40, pp. 15-30.

COUSIN S. (2003), L’identité au miroir du tourisme. Usages et enjeux des politiques de tourisme culturel, Sciences de l’Homme et Société. École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). <tel-00266547>

DONDERO M.G. (2007), « Les pratiques photographiques du touriste entre construction d’identités et documentation », Communication & Langages, 151, pp. 21-38.

DULONG R. (1998), Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris : Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS).

FLON É., DAVALLON J., TARDY C., JEANNERET Y. (2009), « Traces d’écriture, traces de pratiques, traces d’identités », in H2PTM’09 : Rétrospective et perspective 1989-2009, actes du colloque international H2PTM’09, Paris, Hermès-Lavoisier, pp. 181-191.

FLON É., JEANNERET Y. (2012), « Les modes de présence des lieux et de leurs pratiques dans l’écriture du voyage », in : DAVALLON, J. (dir.), L’économie des écritures sur le web, Paris : Éditions Hermès-Lavoisier, pp. 123-163.

FOJUT N. (2009), « Les origines philosophiques, politiques et pratiques de la convention », in Le patrimoine et au-delà, Strasbourg : Éditions du Conseil de l’Europe, pp. 15-24.

GAILLARD M. (2015), De la construction à la diffusion du patrimoine européen dans les réseaux transnationaux : Processus d’appropriation, de médiation et de diffusion dans les Itinéraires Culturels du Conseil de l’Europe, Thèse, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3.

GALINON-MELENEC B., ZLITNI S. (2013), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris : CNRS Éditions.

GRISELIN M., NAGELEISEN S. (2003), « “Quantifier” le paysage au long d’un itinéraire à partir d’un échantillonnage photographique au sol », Cybergeo : European Journal of Geography, Dossiers, document 253, 1-11, <http://cybergeo.revues.org/3684>.

HARRIS R. (1993), La sémiologie de l’écriture, Paris : Éditions du Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

JEANNERET Y. (2011), « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé », in : GALINON-MÉLÉNEC B. (dir.), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris : CNRS Éditions, pp. 59-86.

JEANNERET Y. (2012), « Analyser les “réseaux sociaux” en tant que dispositifs info-communicationnels : une problématique », in 2ème Journée Scientifique Internationale du Réseau MUSSI, Rio de Janeiro, 24, 25 et 26 octobre, Volume II, pp. 39-61.

NORDMAN D. (2006), « Éclats de frontières », Extrême-Orient, Extrême-Occident, 28, pp. 199-211, <http://www.persee.fr/doc/oroc_0754-5010_2006_num28_1232>.

NOWICKI J. (2000), « L’Europe comme référence pour la Grande Europe », Communication et organisation, 17, pp. 1-12, <http://communicationorganisation.revues.org/2346>.

STOPANI A. (2009), « De l’itinéraire au territoire », Rives méditerranéennes, 34, pp. 1-13, <http://rives.revues.org/3800>.

TARDY C., JEANNERET Y. (dir.) (2007), L’écriture des médias informatisés : Espaces de pratiques, Paris : Éditions Hermès.

Haut de page

Notes

1 Un « Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe » n’est pas toujours un chemin au sens classique du terme. Les travaux d’Éléonora Berti (2012) distinguent les itinéraires « linéaires », qui se rapprochent de la définition traditionnelle ; les itinéraires « de sites », ces derniers appartenant à un même ensemble historique et/ou patrimonial ; et les itinéraires « combinés », qui articulent deux modes d’appréhension d’un patrimoine et/ou d’une histoire.

2 Données fournies par le site de l’AEVF : www.viefrancigene.org, consulté le 30 avril 2017.

3 La présence de la Via Francigena sur Facebook est loin de se limiter aux trois pages principalement retenues. Une recherche avec le mot « Francigena » révèle ainsi un grand nombre de pages et de groupes qui, s’ils concernent sensiblement la même chose, n’offrent pas toujours le même point de vue sur la Via Francigena. Un certain nombre de ces pages et groupes ont été intégrés au corpus d’étude notamment en raison des langues utilisées, mais aussi en raison de l’étendue géographique couverte qui peut varier. Il peut s’agir de pages/groupes qui s’intéresse à un ensemble de pays (Via Francigena RU – en cyrillique – semble s’adresser à un public russophone), ou bien à un pays (Via Francigena Belgica ; Fédération Française Via Francigena), mais aussi à une région (Francigena Toscana) ou à une ville / un village (Via Francigena Lucca ; Via Francigena Ospitalità Nicorvo).

4 Cette page accueille notamment la participation active de CM que nous avons identifié comme faisant partie des rédacteurs que l’on pourrait qualifier de « pèlerins autorisés », c’est-à-dire de pèlerins dont les publications sont particulièrement suivies et qui interviennent sur de nombreux groupes / pages liés à la Via Francigena.

5 Marie Gaillard montre dans sa thèse (2015) que ce système comprend des membres ou partenaires de l’AEVF, des représentants de collectivités et/ou de partenaires habituels de l’AEVF (comme des journalistes, bloggeurs, office de tourisme, universitaires, partenaires commerciaux, etc.), mais qu’il s’étend également à des personnes isolées, ou des associations de marcheurs.

6 Concernant notre approche des médias informatisés par la théorie de l’écriture (comme outil et pratique), voir l’ouvrage de Tardy, Jeanneret (2007).

7 Le guide « officiel », La Via Francigena – 1.000 km a piedi dal Gran San Bernardo a Roma (La Via Francigena – 1.000 km à pied du Grand Saint Bernard à Rome), est le guide publié par l’éditeur Terre di Mezzo en juillet 2016 en collaboration avec l’AEVF - « la guida ufficiale della Via Francigena », voir <http://www.viefrancigene.org/fr/guida/terre-di-mezzo/>. Un premier guide a été publié, en grand format avec des photographies de très haute qualité, suivant et découvrant la partie italienne du parcours de la Via Francigena. Un topo-guide a été publié quelques mois plus tard.

8 Les deux images ci-dessus sont ainsi extraites (1) du groupe Via Francigena (image du haut) et (2) de la page de l’AEVF (image du bas). Chacune d’entre elles a été « aimée » (57 j’aime pour l’image du haut et 29 j’aime pour l’image du bas) et « partagée » (3 partages pour l’image du haut et 12 partages pour l’image du bas). On remarque que ce type de publication (exemple de l’image du bas) appelle l’intervention directe des marcheurs-pèlerins dont on retrouve, dans les commentaires, l’interpellation sur leur activité à venir du chemin.

9 Nous prenons ici en compte, de manière non exhaustive, les observations faites à partir des pages et groupes suivants : « Camminando sulla Via Francigena » (italien), « Via Francigena » (anglais), « Via Francigena Espana – Camino de Roma » (espagnol), « La via Francigena en France » (français), « Fédération Française Via Francigena » (français), « Via Francigena Belgica » (anglais), « Via Francigena - RU » (russe).

10 Ici, il s’agit en particulier, sur la période prise en compte (juillet-décembre 2016) et de manière non exhaustive : 1/ pour les pages et groupes animés par des marcheurs-pèlerins : Camminando sulla Via Francigena, Via Francigena (plusieurs groupes et pages portent ce nom), Amici Via Francigena Santhia, Amici della Via Francigena Pietrasanta et 2/ pour les pages et groupes animés par des localités : Via Francigena Toscana, Via Francigena Ospitalita Nicorvo, Ass. « La Via Francigena di Sigerico » di Ivrea (TO), Via Francigena Viterbo Roma, Variante Cimina della Via Francigena, La Via Francigena nella Tuscia.

11 Définition du dictionnaire Larousse.

12 Cet entretien a été effectué dans le cadre du travail de thèse de Marie Gaillard portant sur les Itinéraires Culturels Européens (2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les logos extraits des trois pages Facebook (consulté en février 2017)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 2 : Le bandeau de l’en tête de la page Facebook de l’EAVF (consulté en février 2017)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 3 : Post partagé dans le groupe Camminando sulla Via Francigena (publié le 6 juillet 2016 / consulté en mai 2017)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 4 : La page Facebook de l’EAVF, représentation d’une pratique institutionnelle de l’itinéraire (consulté en février 2017)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3191/img-4.png
Fichier image/png, 723k
Titre Figure 5 : Images récurrentes publiées dans le groupe et la page « Via Francigena »
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3191/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 6 : L’annonce de la parution du guide « officiel » sur le groupe Via Francigena (7 septembre 2016 / consulté en avril 2017) et sur la page de l’AEVF (7 juillet 2016 / consulté en avril 2017)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3191/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Tardy et Marie Gaillard, « Mises en représentation de l’itinéraire culturel européen sur Facebook : entre banalité et géopolitique », Netcom, 32-3/4 | 2018, 263-286.

Référence électronique

Cécile Tardy et Marie Gaillard, « Mises en représentation de l’itinéraire culturel européen sur Facebook : entre banalité et géopolitique », Netcom [En ligne], 32-3/4 | 2018, mis en ligne le 19 octobre 2018, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/netcom/3191 ; DOI : 10.4000/netcom.3191

Haut de page

Auteurs

Cécile Tardy

Professeure en sciences de l’information et de la communication – GERiiCO, Université de Lille-SHS, site Pont de Bois, Département Culture, Rue du Barreau, BP 60149, 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex – 06 68 67 86 75, cecile.tardy@univ-lille.fr

Marie Gaillard

Consultante – Docteure en sciences de l’information et de la communication, gaillard_marieh@yahoo.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre Normandie
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals