Navigation – Plan du site

Henry Bakis, défricheur de la géographie des télécommunications

Philippe Vidal
p. 09-28

Résumés

La revue NETCOM a souhaité dédier un numéro spécial en hommage à Henry Bakis, son fondateur devenu émérite en 2015. Cet article présente la carrière de l’un des premiers géographes à s’être intéressé aux réseaux de télécommunication et à leurs conséquences spatiales. Il est complété, dans ce même volume, par sa bibliographie détaillée réunie par Sabrina Mommolin.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte est signé par un « géographe du numérique » qui a souhaité témoigner de l’importance de l’apport académique de Henry Bakis et de son rôle dans la prise au sérieux des implications géographiques des technologies de l’information et de la communication. Il s’appuie sur des entretiens, des écrits et des documents personnels transmis par Henry Bakis à l'auteur. Il s’appuie aussi sur sa bibliographie présente dans ce même numéro et organisée par Sabrina Mommolin1.

Texte intégral

1Henry Bakis est un des premiers géographes français à s’être intéressé aux télécommunications et à leurs conséquences spatiales. En cela il est un défricheur, un pionnier reconnu comme tel par ceux qui effectuent aujourd’hui leurs recherches sur le « numérique territorial » ou sur la « géographie du numérique », c’est-à-dire sur la façon dont les dispositifs numériques (qui peuvent être matériels et ou/immatériels) entrent désormais dans l’équation territoriale.

  • 2 Bakis Henry (1972), Mémoire de maîtrise de géographie, Université de Paris VIII-Vincennes : « Géogr (...)
  • 3 Voir : Bakis Henry (1991), « Témoignage » (Raymond Guglielmo), in MOULIN Brigitte & PLET Françoise, (...)
  • 4 Sujet qu’il choisit à l’intersection des deux grands axes de recherches de l’Équipe : les investiss (...)
  • 5 Bakis Henry & Guglielmo Raymond (1979), La pétrochimie dans le monde, PUF, Que sais-je ? 1979, 128  (...)

2Qu’est-ce qui a mené Henry Bakis à s’engager dans cette thématique ? Une intuition forcément, devant les promesses d’une industrie naissante outre-Atlantique, mais aussi sans doute le goût de l’interdisciplinarité, de la recherche interticielle que le numérique impose à tous ceux qui souhaitent comprendre comment les technologies, leurs adoptions, et parfois même leurs rejets, exercent une influence sur l’évolution du monde. Avant d’être, professeur, Henry Bakis a été un étudiant en licence géographie (1968-1971) et en licence de sociologie (1968-1973) au Centre Universitaire Expérimental de Vincennes - devenu l’Université de Paris VIII. Par la suite, il soutient en 1972 son mémoire de maîtrise de Géographie (1972)2, recherche prolongée par un mémoire de maîtrise de sociologie (1974) et par une thèse de IIIème cycle de Géographie économique. Raymond Guglielmo l’accepta dès 1971 dans son « Équipe de Géographie Industrielle » du Laboratoire de Géographie Humaine de l’Université de Paris I qui joua un rôle important dans sa formation à la recherche3. Henry Bakis participa aux réunions hebdomadaires de cette Équipe qui se tenaient à l’Institut de géographie de Paris. Dans ce cadre, il choisit le sujet de son mémoire de maîtrise de géographie4, participa à l’édition du volume des Mémoires et Documents du SDCG du CNRS confié à l’Équipe, rédigea sa thèse en deux ans (1974) puis prépara la réédition d’un ouvrage sur l’industrie pétrochimique (1979)5.

  • 6 Bakis Henry (1983), Télécommunications et organisation de l’espace, Thèse d’État es Lettres et Scie (...)

3Raymond Guglielmo n’étant pas habilité à encadrer des doctorants, il s’inscrit finalement en Thèse d’État sous la Direction de Michel Rochefort, dans le cadre du Laboratoire de Géographie Humaine de l’Université de Paris I. Cette thèse, qu’il soutiendra en 19836, aura accompagné à sa mesure, l’essor mondial de l’informatique monde. Henry Bakis aura d’ailleurs publié pendant cette petite décennie, toute une série de travaux qui lui donnent une notoriété internationale. Ainsi, sa thèse soutenue représentait une sorte de consécration académique d’un nom qui était déjà reconnu par des pairs, dont certains étaient particulièrement prestigieux, comme en témoigne la lettre envoyée par Jean Gottmann au lendemain de la soutenance de thèse (Figure 1).

Figure 1 : Lettre du professeur Jean Gottmann envoyée à Henry Bakis devenu docteur d’État (1983)

Figure 1 : Lettre du professeur Jean Gottmann envoyée à Henry Bakis devenu docteur d’État (1983)
  • 7 Technologies de l’Information et de la Communication.

4Mais cette thèse ne propulsa pas immédiatement Henry Bakis dans les cercles universitaires. Réalisée au Centre National d’Étude des Télécommunications (CNET), Henry Bakis y fit d’abord carrière, en tant qu’un des rares experts capables de produire une réflexion territoriale sur l’impact des télécoms et des TIC7 en France, avant d’entamer une deuxième vie professionnelle d’en tant que professeur de Géographie à l’Université Paul Valéry de Montpellier à partir de 1995.

Deux vies professionnelles au service de la géographie des TIC

Géographe professionnel au CNET (1978-1995)

  • 8 Responsable de la téléinformatique au sein du Ministère des P.T.T. d’alors et co-auteur d’un livre (...)
  • 9 Research Institute of Telecommunications and Economics.
  • 10 Interviews données par Henry Bakis à l'auteur (juin et septembre 2018).
  • 11 Bakis Henry (1974), Rapport sur les disparités régionales de la téléinformatique française. Dactyl. (...)
  • 12 Dans Intelcentre (en 1976 et 1977), filiale de la Compagnie française des câbles sous-marins et de (...)

5Le CNET de l’époque était alors, à peu de chose près ce qu’Orange Lab représente aujourd’hui : un centre de recherche de pointe sur les télécommunications. Henry Bakis a dû son recrutement « à la prise de conscience, par l’Ingénieur général Gilbert Dennery8 de l’intérêt qu’il y aurait à développer en France une structure comparable à ce qu’était le RITE9 à Tokyo : un centre de recherche pluridisciplinaire où les ingénieurs côtoyaient des économistes et sociologues »10. Découvrant une étude d’Henry Bakis sur les disparités de la téléinformatique en France11 ainsi que sa thèse sur IBM, il le convoqua au Ministère et décida de le recruter en septembre 1976 dans le groupe France Câbles et Radio12. Ce groupe le détacha au CNET en janvier 1978, et plus précisément à la Mission de Recherche sur la Communication, cellule pluridisciplinaire composée de quelques chercheurs sur des thèmes intéressant les télécommunications mais n’étant pas passés par les écoles d’ingénieurs et comprenant notamment un géographe (Bakis), un sociologue, un ergonome et un économiste.

  • 13 Interviews données par Henry Bakis à l'auteur (juin et septembre 2018).
  • 14 Il utilisa l’EMACS (éditeur de textes destiné à écrire des programmes informatiques) comme nous uti (...)
  • 15 Bakis Henry (1979), « Le parc français de télécopieurs », Informatique et gestion, dec., pp. 53-56  (...)
  • 16 Bakis Henry (1995), « Telecommunications and Territory in a Changing World », Téléconférence France (...)
  • 17 Bakis Henry (1980), Le travail à distance. Outils, expérimentations, réflexions, Fundacion para el (...)
  • 18 Service lancé en 1980 et fermé en 1992 suite à l’essor de l’Internet.
  • 19 Combes Yolande, Sammer Christine & BAKIS Henry (1995) « La communication mobile professionnelle », (...)
  • 20 Bakis Henry (1985-2000), Fondation, rédaction et diffusion de « Lettre d’information Géographie de (...)

6Son expérience au CNET a sans doute préparé Henry Bakis à « son métier d’après ». Elle lui a permis d’enrichir d’une part, cette culture technique qu’il est si difficile d’acquérir pour des universitaires géographes au profil a priori non-technique qui s’aventurent parfois dans une « rhétorique savante » mal maîtrisée par leurs auteurs. Ainsi, Henry Bakis a par exemple « été mêlé à la mise en service du premier système français de téléconférences audiographiques »13. Henry Bakis y a ainsi découvert les prémices du traitement de texte14, de la télécopie15, de la visiophonie, de la commutation numérique, de la téléconférence16, du travail à distance17, du Minitel, du courrier électronique, de la télévision de haute définition18, du téléphone mobile19… Il a exploré certaines de ces dimensions dans ses recherches et a su les utiliser comme outils pour l’animation de la recherche internationale sur la géographie des télécommunications20.

  • 21 Bakis Henry (1978), « Disparités régionales dans le développement de la téléinformatique », in Gira (...)

7Le CNET permettait d’autre part à Henry Bakis de croiser de grands intellectuels dans le cadre de colloques de qualité à l’image de celui organisé sur les « Réseaux pensants » (Figure 2), où il présenta une conférence sur les disparités régionales21. De fait, le CNET jouait un rôle très important de réflexion intellectuelle et de production scientifique, à l’instar des laboratoires de recherche académiques.

Figure 2 : Henry Bakis (2ème rangée à droite) pendant le colloque « Les Réseaux pensants »

Figure 2 : Henry Bakis (2ème rangée à droite) pendant le colloque « Les Réseaux pensants »

Séance présidée par Michel Crozier. Amphithéâtre du CNET, Issy-les-Moulineaux, 1977.

Cliché de la Revue « Messages » (P.T.T.), n° 257, juin 1977, p. 23.

  • 22 Interviews données par Henry Bakis à l'auteur (juin et septembre 2018).

8Le CNET a enfin appris à Henry Bakis, sans doute malgré lui, à être dans la nécessité de faire la démonstration permanente de l’importance de la prise en compte de l’espace dans les réflexions sur les télécommunications : « Au CNET, j’ai aussi appris à penser en termes de recherche appliquée. Il était indispensable de démontrer sans cesse que mes objets de recherche étaient pertinents car, à chaque changement de Directeur de Centre (tous les 3 à 5 ans), un poste était systématiquement remis en question : le mien, celui de l’unique géographe sur les quelques milliers d’ingénieurs du CNET…. C’est ainsi que j’ai pu apprendre un jour grâce à un collègue qui m’a montré un tract distribué à l’entrée de la cantine, que le nouveau directeur de Centre avait déclaré aux organisations syndicales qu’il venait de découvrir que dans ses effectifs se trouvait… un géographe. Il avait annoncé publiquement son intention de remédier à ce genre d’anomalies. »22 Henry Bakis a alors réussi à convaincre son nouveau directeur sur la nécessité qu’avaient les entreprises de réseau, de savoir penser l’espace.

  • 23 Henry Bakis a été correspondant de la Bibliographie géographique internationale (intégrée aux bases (...)

9Ce besoin de toujours devoir administrer au CNET la preuve de l’importance de l’espace (et donc du besoin de géographes au sein des organisations de réseau) aura sans doute concouru à la posture qu’Henry Bakis tiendra une fois Professeur des Universités : embrasser une figure parfois considérée comme « militante » pour une meilleure prise en compte des télécoms au sein de l’espace géographique23. Cette posture s’est imposée souvent, car les résistances à l’introduction de ces nouvelles problématiques (inertie ?) ont longtemps été très fortes au sein des départements de géographie. La privatisation de France Télécom précipitera donc Henry Bakis dans un autre cercle, celui du professorat et de la recherche académique en Géographie des télécommunications.

Professeur de géographie à l’université Paul Valéry (1995-2015)

10Détenteur d’une thèse d’État, Henry Bakis a été élu Professeur de Géographie en 1995 sans être préalablement passé par le rang de Maître de conférences. En 1991, il avait cependant été nommé Directeur de recherche associé à l’Université de Paris IV Sorbonne, où il dirigea des thèses et prit une part active aux enseignements du DESS « Transport, communication et logistique des échanges internationaux », jusqu’en 1996, aux côtés de Gabriel Wackermann. Il avait aussi été invité à enseigner dans de nombreuses universités et grandes écoles pendant la décennie précédente.

  • 24 Voir la notice sur Christian Verlaque : https://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Verlaque/.
  • 25 « Groupe d'Etudes des Mutations Spatiales » (GEMS) de l’U.M.R. ESPACE.
  • 26 « Étude des Structures, des Processus d'Adaptation et des Changements de l'Espace ».

11Il a été recruté au sein du Département de Géographie-Aménagement de Montpellier lors de la campagne de recrutement de 1995 où il avait été deux fois classé 1er comme Professeur en Sciences de l’information et de la Communication dans la très jeune université du Havre (créée en 1984) et au département Infocom de l’université de Haute-Bretagne Rennes II. La géographie économique était le domaine pour lequel il avait été identifié, plus encore que la géographie des télécoms qui n’était pas (l’est-elle aujourd’hui encore ?) une spécialité qui puisse occuper une grande légitimité dans le champ de l’enseignement universitaire ni même de la recherche académique. Pour autant, Henry Bakis créera des enseignements spécifiques liant télécoms et territoire d’abord en liaison avec le Recteur Christian Verlaque24, à qui il succéda dès 1996 comme directeur du Doctorat et du DEA « Géographie Organisation de l’espace » (1996-1999) qu’il fit évoluer sous le nom de « Mutations spatiales » (1999-2001). Il contribua à développer l’enseignement de la géographie des réseaux, et notamment de ceux de la communication (licence de géographie, licence d’aménagement, master et formation doctorale). Dès 1995, il participa à la création de l'équipe INTERTRANS qui, dès l'année suivante, se fondit dans l’unité montpelliéraine25 de l'Unité Mixte de Recherche ESPACE26. Après la réorganisation d'ESPACE par le CNRS, il rejoignit l'UMR ARt DEV et travailla dans le cadre de son axe 3 sur les réseaux, interfaces et circulation dans la globalisation.

  • 27 Voir les listes de Thèses, DEA, Masters I et II, maîtrises et DESS qu’il a dirigés à l’Université d (...)

12Il s’appuya notamment sur ses recherches pour expliquer l’importance de la communication dans les entreprises et le rôle des nouvelles technologies sur l’organisation du travail dans les organisations. L’une des conséquences de cette approche spécifique a été de faire soutenir entre 1995 et 2015 un grand nombre de maitrises, de DEA puis de Master 1 et 2 et évidemment de thèses sur la géographie des technologies de l’information et de la communication mais aussi, plus généralement, sur la géographie économique27. Plus de la moitié des docteurs qu’il a formés ont été élus sur des postes de titulaires dans l’enseignement supérieur (en France, en Tunisie, au Gabon et en Côte d’Ivoire). Mais les docteurs dirigés par Henry Bakis n’ont pas tous fait une carrière universitaire, parvenant à s’insérer dans des organisations publiques (Collectivités territoriales) ou privées (bureau d’études) au sein desquelles le numérique occupe une place centrale.

  • 28 Les comptes rendus d’une de ces journées d’étude ont été publiés dans Bakis Henry (dir. 1993), « Gé (...)
  • 29 Voir aussi un texte inédit communiqué à l'auteur : Bakis Henry (2010), « Discours », suite à la réc (...)

13A Montpellier, Henry Bakis créera le Groupement d’études et de Recherche en Télécommunication (GERT) structure placée à mi-chemin de l’enseignement et de la recherche. Ce « laboratoire informel » a été l’occasion pour Henry Bakis de maintenir une interaction avec ses étudiants et les jeunes chercheurs intéressés par une thématique qui n’était finalement enseignée qu’à la marge du programme universitaire28. Henry Bakis Professeur s’est peu à peu éloigné du terrain, ou plutôt a trouvé de nouveaux terrains de recherche dans l’accompagnement de ses étudiants : autour de la néogéographie et du géoweb, du déploiement des réseaux numériques et des réseaux sociaux… Sur ce point, il nous semble intéressant de citer un extrait d’entretien : « Côtoyer la jeune génération dans une relation de confiance, de respect réciproque et de complémentarité est un grand privilège. En échange d’une assistance problématique et méthodologique, d’une assistance éditoriale aussi, j’ai pu en tant que directeur de recherches, bénéficier de nouveaux terrains et horizons au gré des sujets traités dans le cadre de masters, de doctorats, ou de tutorat en habilitation à diriger des recherches : Massif Central, région métropolitaine de Londres, Gabon, Côte d’Ivoire, Sénégal, Tunisie, Maroc, Antilles, régions méditerranéennes françaises, aussi. J’ai pu aussi beaucoup apprendre grâce à la diversité des thématiques abordées, dont la logistique portuaire, la modélisation des flux téléphoniques entre les villes françaises, la gestion des déchets urbains, l’intermodalité aéro-ferroviaire, les réseaux productifs urbains, les conflits d’usage liés à l’environnement, les réseaux sociaux, les réseaux techniques, les migrations étudiantes, les politiques publiques, les infrastructures de communication, les communications d’entreprises, les conflits d’usage liés à l’environnement, l’imagerie satellitale au service de la surveillance maritime… les espaces virtuels. »29

  • 30 Contribution ponctuelle à des travaux du Commissariat Général au Plan et du Plan Urbain (groupe de (...)

14Ainsi Henry Bakis s’est astreint tout au long de ce double cheminement professionnel à donner ses lettres de noblesses à la géographie des TIC, en endossant tour à tour le rôle de l’expert30, celui de l’enseignant et celui du chercheur. Géographe atypique par son itinéraire professionnel, son action fut reconnue et gratifiée par la promotion au grade de Professeur des universités de classe exceptionnelle et par la réception des insignes de chevalier puis d’officier de l’Ordre des Palmes académiques, puis par ceux de chevalier de l’Ordre national du Mérite. Au-delà du service statutaire dû à ses employeurs (CNET puis Université Paul Valéry de Montpellier), Henry Bakis s’est appuyé sur trois leviers essentiels pour promouvoir la géographie des TIC : le CNFG, la revue Netcom et l’union Géographique internationale.

Donner « ses lettres de noblesse » à la géographie des TIC

Seize années de responsabilités au Comité National Français de Géographie

  • 31 Christian Verlaque, Professeur et membre du CNFG, obtint cette création de la direction du CNFG.
  • 32 Bakis Henry (1980), « Eléments pour une géographie des télécommunications », Annales de Géographie, (...)

15L’une des façons de promouvoir la question des Télécoms en géographie était de l’installer officiellement dans le paysage académique des commissions du Comité National Français de Géographie (CNFG). Le CNFG est une vieille association créée en 1920 par l’Académie des sciences pour représenter les géographes en tant que communauté scientifique. Jusqu’en 1980, la question des télécommunications était une terra incognita pour la géographie française et c’est en 1981 que pour la première fois au sein du CNFG, un « groupe d’étude Géographie de la télécommunication » apparut dans le paysage académique. Ce « groupe » n’a pas été créé par Henry Bakis mais par Christian Verlaque31. Henry Bakis en a été le secrétaire légitime à la suite de l’article-plaidoyer « Eléments pour une géographie des télécommunications »32 publié en 1980 dans les Annales de Géographie et qui en a constitué une sorte de feuille de route. C’est en 1984 que ce groupe d’étude est devenu officiellement « commission du CNFG » et « Study Group » de l’UGI, s’inscrivant ainsi officiellement comme une des « branches de la géographie ». La commission CNFG (1984-1988) fut donc d’abord présidé par Christian Verlaque, et, sur proposition de ce dernier, Henry Bakis lui succéda en 1988 fonctions qu’il conserva jusqu’en 1996. L’intitulé de la commission fut modifié en « Réseaux de communication et de télécommunications » (1988-1996). Ce changement d’intitulé (comme ceux qui suivirent) visaient à refléter celui les commissions de l’UGI…

Netcom, revue de géographie des TIC

16Pendant les seize ans où Henry Bakis a été à la tête de cette commission, il a organisé de très nombreuses journées d’études qui ne cessaient de monter en qualité. Ainsi, en janvier 1987, il prit l’initiative d’une journée d’études tenue à l’Institut de Géographie de Paris, pour en publier les communications qui constituèrent la matière du premier numéro de Netcom paru la même année. La revue Netcom était créée avec le soutien du CNET, pour structurer un réseau de chercheurs multidisciplinaires autour des entrées « Communications » et « Territoires ». Cette revue publiée sous les auspices conjugués du CNFG et de l’UGI, doit beaucoup, selon ses dires, au fait qu’Henry Bakis avait été témoin dans les années 1970 de la création de deux revues au département de géographie de l’Université de Paris VIII-Vincennes : Robert Fouet parvenait à mobiliser chercheurs, enseignants et institutions autour des Images du Val-de-Marne33 pendant qu’Yves Lacoste préparait alors l’édition de la revue Hérodote (dont le premier numéro est sorti en 1976). Il a également été témoin, au début des années 1980, de la création de la revue Réseaux. Communication-Technologie-Société qui, pendant ses premières années, correspondait au dossier d’un séminaire organisé par Patrice Flichy au CNET34.

  • 35 Philippe Vidal.

17Depuis 1987, Netcom a su évoluer, en associant à sa direction dès 2005 un enseignant-chercheur en Géographie-Aménagement de l’université du Havre35. Ces évolutions témoignent du souci d’Henry Bakis de ne pas conditionner le futur de la revue à l’itinéraire d’un seul chercheur déconnecté de logiques collectives. Dès son origine, Netcom a intégré chaque année – et continue à le faire - de nouveaux auteurs et collaborateurs au sein du comité de rédaction ou du comité scientifique. Année après années, sans ne jamais perdre son identité géographique Netcom développe de nouveaux projets éditoriaux et s’ouvre à d’autres disciplines. Ainsi, le pari initial d’Henry Bakis qui était de permettre à la pensée géographique de s’exprimer dans la durée sur un support écrit à parution régulière est réussi.

18Depuis 1987, Netcom continue son rythme de publication et ses articles sont très régulièrement cités par les chercheurs en géographie, aménagement, sociologie, économie, ou encore en sciences de l’information et de la communication. Netcom parvient à être utilisé comme support pédagogique dans des écoles36 prestigieuses telles que Sciences Po Paris ou L’ENS Lyon. La revue figure aussi sur le portail du Ministère de l’éducation nationale (Eduscol)37. Netcom, revue « historique » de la géographie du numérique est progressivement passée d’une logique d’exploration d’un champ scientifique émergent accompagnée de plaidoyer disciplinaire à celle d’une revue plus ouverte à des problématiques transversales. Le diagnostic posé en 200438 d’une revue ne rassemblant qu’une « petite famille d’auteurs », marquée par une « sorte d’endogamie entre le groupe et la revue ou la revue et le groupe » serait impossible à formuler en 201839.

19Les supports de Netcom ont eux-mêmes évolué bien que l’édition papier se soit toujours maintenue depuis 1987. L’ensemble des numéros publiés depuis 2007 est présenté sur openedition.org40 avec le concours précieux de Sabrina Mommolin, sa secrétaire de rédaction et documentaliste à l’Université Le Havre Normandie. En 2019, les numéros sortis entre 1987 et 2006 figureront sur la plateforme Persée ce qui permettra de mettre en partage (Open Access) l’intégralité des publications Netcom. Cette même année, Netcom diversifiera son « modèle économique » après avoir été retenu dans le bouquet de revue du programme OpenEdition Freemium.

Trente-deux années de responsabilités à l’Union Géographique Internationale

  • 41 Interviews données par Henry Bakis à l'auteur (juin et septembre 2018).
  • 42 Professeur de Géographie Aménagement à l’Université Le Havre Normandie et Chercheur à l’UMR 6266 ID (...)

20L’Union Géographique Internationale a été le troisième levier sur lequel s’est appuyé Henry Bakis pour « donner ses lettres de noblesse » à la géographie des TIC. Il y a exercé des fonctions variées, toujours dans le cadre la Commission consacrée au rôle des technologies de la communication sur les territoires : Secrétaire général du groupe de travail initial (1984-1988) puis de la Commission qui suivit (1988-1992) ; Président de Commission (1992-2000) ; Vice-Président (2000-2016). Devenu émérite en 2015, il n’a « pas souhaité être maintenu aux fonctions de Vice-Président de Commission lors du renouvellement de l’été 2016, afin de passer le flambeau à la nouvelle génération »41. La fonction de secrétaire exécutif assurée par Philippe Vidal42, de la nouvelle commission présidée par Tommi Inkinen, maintient ainsi une présence importante de Netcom dans les activités de l’UGI.

  • 43 Bakis Henry (1979), Economical and spatial impacts of the IBM Company in France, Geographical sympo (...)
  • 44 Bakis Henry (1980), The communications of larger firms and their implications on the emergence of a (...)

21Aharon Kellermann et Mark Wilson ont consacré dans ce numéro un témoignage sur le passage d’Henry Bakis au sein de cette commission. Nous insisterons donc plutôt ici sur les conditions de son apparition dans le paysage de l’Union Géographique Internationale (UGI) et la prise de responsabilité d’Henry Bakis pour lancer cette dynamique. Henry Bakis a commencé à fréquenter l’Union géographique Internationale en 1979, à l’occasion d’une invitation du Pr. F. E. Ian Hamilton, de la London School of Economics and Political Science. Ce dernier qui avait eu connaissance de la recherche de Henry Bakis sur l’étude du rôle d’IBM au niveau régional français, souhaitait une conférence devant le symposium de Rotterdam de la Commission de l’UGI qu’il présidait43 : celle « des Systèmes Industriels ». L’année suivante, il lui demanda de préparer une autre conférence dans le cadre du symposium pré-congrès que la Commission des Systèmes Industriels organisait à l’Université de Chuo (Japon) avant le 24ème Congrès international de Géographie. Henry Bakis exposa les principales conclusions de son étude sur les communications internes d’IBM44, sujet qu’il approfondit devant les chercheurs du RITE (voir illustration).

Figure 3 : Conférence de Henry Bakis devant des chercheurs du R.I.T.E. Tokyo, août 1980

Figure 3 : Conférence de Henry Bakis devant des chercheurs du R.I.T.E. Tokyo, août 1980

Cliché communiqué par H. Bakis, 1980.

22A l’occasion de ce Congrès international de l’UGI de Tokyo (1980), il fit une autre conférence, devant la « Commission transports » à l’invitation de sa présidente, le Pr. Rolande Caralp. Il présenta un texte fondateur intitulé « Eléments pour une géographie des télécommunications » qui devait être publié la même année par les Annales de Géographie de Paris45, et traduit l’année suivante dans Geography Research Forum (GRF)46.

Figure 4 : Téléconférence pendant une session du colloque de la commission UGI à Bochum-Dortmund

Figure 4 : Téléconférence pendant une session du colloque de la commission UGI à Bochum-Dortmund

En haut (Dortmund) : Karlheinz Hottes et Christian Verlaque. En bas (Bochum): Henry Bakis, Peter Graëf et Sten Lorentson.

Cliché Netcom, 1990.

23Henry Bakis a activement participé à plusieurs Congrès internationaux de l’Union Géographique Internationale depuis le 24ème Congrès (1980, Tokyo), jusqu’au 32ème Congrès (2012, Cologne). Rappelons que les congrès se tiennent en principe tous les quatre ans, et durent une semaine pendant laquelle se tient l’assemblée générale. Ils sont précédés par une semaine de réunions des commissions.

  • 47 Décision et vote lors de la réunion annuelle de la commission de 1991 (Interviews données par Henry (...)

24En 1984, lors du 25ème Congrès de Paris, le CNFG a soutenu et obtenu de l’Assemblée générale de l’UGI la création du groupe d’étude proposé par Christian Verlaque sur la Géographie de la Télécommunication. Groupe dont Bakis devint Secrétaire général. Il coorganisa à ce titre avec l’Australien John Langdale, le colloque pré-congrès de la Commission dans le cadre du 26ème Congrès à Sydney en 1988. Jusqu’en 1992, Christian Verlaque et Henry Bakis restèrent à la tête de cette structure qui fut promue au rang de Commission en 1988. En 1992, Henry Bakis organisa avec Ronald F. Abler le colloque pré-congrès de la Commission à Washington dans le cadre du 27ème Congrès international de Géographie. L’Assemblée générale de l’UGI le nomma alors Président d’une nouvelle Commission prolongeant thématiquement la précédente. On peut noter qu’il est assez inhabituel, qu’un président d’une certaine nationalité succède à un président de la même nationalité. C’est pourtant ce qui se produisit avec Henry Bakis succédant en 1992 à Christian Verlaque, les membres de la Commission l’ayant coopté47.

  • 48 Henry Bakis a notamment participé aux Conférence Régionale de l’UGI de Sao Paulo (1982) ; de Prague (...)
  • 49 De l’Association de Géographes Français également, avec la préparation de plusieurs numéros de Géog (...)

25En fait, chaque année, un colloque était organisé par la Commission, dont on retrouve facilement l’écho dans les numéros du bulletin Communication Géography Newsletter et les productions dans Netcom car les présentations discutées lors des séances étaient retravaillées ensuite par les auteurs puis proposées pour publication. Les lieux étaient choisis en relation avec les Congrès (tous les 4 ans) ou les Conférences régionales de l’UGI (tous les 4 ans mais décalées de deux ans par rapport aux Congrès48). Les deux années « libres » donnaient lieu à des colloques propres à la Commission. La collection de Netcom permet de suivre « à la trace » l’activité d’Henry Bakis dans le cadre de l’UGI, et le gros travail d’édition (avec des évaluations en double aveugle) qui suivait la tenue des réunions. Systématiquement, Henry Bakis suggérait à ses étudiants avancés de proposer des communications à ces réunions scientifiques du CNFG49 ou de l’UGI et par la suite, ces présentations orales étaient retravaillées pour déboucher sur des propositions d’article soumises à Netcom.

Figure 5 : Photo prise à l’occasion du colloque de la commission UGI à Palma (Iles Baléares)

Figure 5 : Photo prise à l’occasion du colloque de la commission UGI à Palma (Iles Baléares)
  • 50 Voir M. Charon (1997), “Las telecomunicaciones suprimen la discontinuidad territorial según Bakis”, (...)

De gauche à droite : Christian Verlaque, Henry Bakis et Philippe Cadène50.

Cliché Netcom, 1997.

  • 51 Voir dans ce numéro: Aharon Kellerman et Mark Wilson (2018), « A tribute to the IGU activities of P (...)
  • 52 Parmi les documents communiqués par Henry Bakis à notre demande en vue de la préparation de ce text (...)

26Les dirigeants de l’UGI ont reconnu le travail et les contributions de Henry Bakis au cours d’une trentaine d’années au service de la géographie, comme l’ont fait remarquer dans ce numéro51 A. Kellerman (qui fut vice-président de l’UGI) et M. Wilson (Président de commission) et comme en ont témoigné Ronald F. Abler (président de l’UGI, en 2010) et Michael E. Meadows (Secrétaire-Général, en 2014)52.

Avancées scientifiques

  • 53 Après quoi, il s’est plus consacré à une mission d’animateur de la recherche en géographie du numér (...)
  • 54 Mais aussi dans de nombreux pays suite à ses conférences données dans les années 80 et 90, et à son (...)

27Si la carrière d’Henry Bakis a été longue, c’est dans le registre du défricheur (entre 1973 et 2000) qu’il a été le plus prolixe et sans doute le plus utile à la géographie des télécommunications, appelée aujourd’hui géographie du numérique53. De fait, il a mis sur « agenda scientifique », au moins en France54, quelques grandes problématiques aujourd’hui beaucoup plus investies par la communauté des chercheurs en géographie, qui sont parfois dans l’ignorance des travaux publiés avant le milieu des années 1980. Ces thématiques sont : la prise en compte de l’espace dans les entreprises de réseaux ; une géopolitique de l’information ; le géocyberespace en tant que concept destiné à expliquer l’entrecroisement de l’espace virtuel et de l’espace réel.

La prise en compte de l’espace dans les entreprises de réseaux

  • 55 Henry Bakis a fait partie de ceux qui n’ont pas cru en la pertinence du Plan câble adopté par le go (...)
  • 56 Un autre domaine d’intérêt potentiel que représentent les géographes pour les entreprises est la co (...)

28Henry Bakis a pu, pendant sa carrière dans le groupe France Télécom mettre au service de cet opérateur de télécommunications ses compétences de géographe (infrastructures55, connaissance des marchés56). Dans cette période de sa vie professionnelle il a pu suivre ses intuitions sur l’importance des communications d’entreprises et instruire la mutation organisationnelle des entreprises à l’ère des réseaux.

  • 57 Mémoire publié dans les Mémoire et Documents du SDCG, nouvelle série, vol. 14, pp. 129-223 « Étude (...)
  • 58 Bakis Henry (1977), IBM Une multinationale régionale, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble.
  • 59 Il a été un des premiers géographes français à étudier les firmes dès 1972. Approfondissant l’analy (...)
  • 60 Henry Bakis, fort de ses observations collectées lors de ses enquêtes en entreprises estimait que l (...)
  • 61 Bakis Henry (1980), « The communications of larger firms… », Tokyo, 105 p.
  • 62 Bakis Henry (1989), « Les réseaux privés de télécommunications : l’exemple de la réservation aérien (...)
  • 63 Bakis Henry (1991), « Les télécommunications au service du chemin de fer en France, ou l’autre rése (...)
  • 64 Bakis Henry (1987), « La communication dans le secteur des assurances et ses possibles incidences s (...)
  • 65 Bakis Henry, COMBES Yolande (1991), « Vers l’entreprise-réseaux : chocs de cultures », Annales des (...)
  • 66 Combes Yolande, Sammer Christine & Bakis Henry (1995) « La communication mobile professionnelle », (...)
  • 67 Interviews données par Henry Bakis à l'auteur (2018). De cet audit résulta le rapport : Bakis Henry (...)

29Comme nous l’avons évoqué en première partie de ce texte, Henry Bakis est venu à géographie du numérique après des recherches sur IBM ayant débouché sur la soutenance d’un mémoire de maîtrise de géographie (1972)57 et d’une thèse de IIIème cycle (1974)58. Ce travail lui donna l’occasion de s’intéresser à la fois aux firmes transnationales59 et aux petites et moyennes entreprises (PME) sous-traitantes ; il s’est intéressé à l’organisation des grandes entreprises et à leur fonctionnement interne, inséparables de bonnes liaisons fonctionnelles et techniques entre leurs établissements et services. Henry Bakis a élargi sa réflexion théorique initiale sur la géographie des entreprises et a engagé une étude sur les communications internes d’IBM dans le prolongement de ses études antérieures à deux échelles sur cette entreprise mondiale (local et global). Il a engagé plusieurs enquêtes et monographies entre 1978 et 199560 : sur les réseaux internes d’IBM61, sur les systèmes de réservation des compagnies aériennes62, sur le réseau de télécommunication de la SNCF63, sur les télécommunications dans les services64, sur la notion d’entreprise-réseaux65, sur la communication mobile66, et sur le CNET même dont le directeur le « chargea d’un audit sur les communications internes de ce centre de recherche multi établissements » (1980)67.

  • 68 Publié dans L’Espace géographique, vol. 8, n° 4, p. 272.

30Les relations entre les firmes ou organisations, les technologies de réseau et l’espace géographique ont été au centre de son analyse comme il le formalisait dans sa position de recherche « L’émergence d’un nouvel espace relationnel mondial étudiée à travers les communications des grandes entreprises » publiée en 1979 dans L’Espace géographique68.

Figure 6 : L’émergence d’un nouvel espace relationnel mondial selon Henry Bakis

Figure 6 : L’émergence d’un nouvel espace relationnel mondial selon Henry Bakis
  • 69 Edition remaniée et actualisée des pages de sa thèse relatives aux communications d’entreprises : B (...)
  • 70 Il a considéré que les télécommunications offrent un des leviers de la planification régionale, peu (...)
  • 71 Bakis Henry (1985), « Télécommunication et organisation spatiale des entreprises », Revue géographi (...)

31Sur cette thématique, instruite dans sa Thèse d’État (1983), il a publié le livre Entreprise, espace, télécommunication en 198869, et, plusieurs articles et chapitres d’ouvrages où il a anticipé le concept de « développement numérique »70 et théorisé les mutations organisationnelles des organisations à l’ère des réseaux et de la mondialisation économique71.

Une géopolitique de l’information

  • 72 Son « Que sais-je ? » sur la Pétrochimie dans le monde, co-signé, correspondait à la mise à jour de (...)
  • 73 Dimension particulièrement bien traitée par Alix Desforges dans sa thèse de 2018 dont on peut lire (...)

32Pour la géographie du numérique, Henry Bakis est l’homme des « Que-Sais-Je ? ». Quatre au total ont été publiés dans ce domaine dont un qui a mis l’accent sur l’importance du traitement et des implications géopolitiques de l’information intitulé « Géopolitique de l’information » (1987). Cet ouvrage dont on peut lire un rapide compte-rendu rédigé par Michel de Fornel, Directeur d’Études à l’École des hautes études en sciences sociales (figure 7), est sorti très peu d’années après celui consacré à la « Géographie des télécommunications » (1984). Bien que n’étant pas « géopoliticien », Henry Bakis continua à travailler cette piste qu’il croisa bientôt avec celle des réseaux sociaux, thème sur lequel il publia en 1993 son « Que-Sais-Je ? » intitulé « Les réseaux et leurs enjeux sociaux » (1993)72. Certes, le format des « Que-Sais-Je ? » interdisent, par leur nature même, le sens du détail. Ils exposent l’essentiel d’un sujet et peuvent parfois donner lieu à des raccourcis ou des approximations. Il est toujours facile de se rendre compte a posteriori, avec trente ans de recul, de ce qu’il aurait peut-être fallu mettre ici ou là. Mais la lecture croisée de cette trilogie nous amène finalement à considérer ces ouvrages comme les trois chapitres d’un même volume qui interroge, au-delà même de la géographie, le Politique et la place qu’il est appelé à assumer dans les années futures. Son auteur est parvenu à particulièrement bien anticiper la société d’aujourd’hui, à la fois dans la façon dont les réseaux sociaux interpénètrent la sphère géopolitique73, mais aussi dans la façon dont les pouvoirs nationaux et plus tard territoriaux voient désormais dans le numérique un enjeu d’affirmation politique.

Figure 7 : Compte-rendu de l’ouvrage d’Henry Bakis par Michel de Fornel

Figure 7 : Compte-rendu de l’ouvrage d’Henry Bakis par Michel de Fornel

Réseaux, 1987- 25 - p. 144.

33Invité par Jean Gottmann et Jean Laponce à diriger un numéro de la Revue Internationale de Science Politique, il proposa une réflexion sur le défi politique et culturel posé par le développement des communications. Il édita plusieurs textes autour du titre suivant : Communication et Géographie politique dans un monde changeant (1995). Henry Bakis s’est intéressé (après 2000) à la nouvelle situation des diasporas et minorités par suite de l’existence des réseaux numériques qui modifient les conditions de diffusion et de transmission des cultures populaires régionales ou ethniques.

34Quelque vingt-cinq ans après la publication de sa Géopolitique de l’information, Henry Bakis a proposé une réflexion sur les conflits cybernétiques et édité un dossier spécial de Netcom consacré à la Géopolitique de l’espace cybernétique, travail salué par les auteurs du site Géoconfluence, dont la vocation est notamment de fournir des « ressources de géographie pour les enseignants » en recherche d’appui bibliographique74.

35Cette approche géopolitique du numérique est devenue aujourd’hui un champ de recherche majeur de l’Institut français de géopolitique de l’université Paris-VIII. Plusieurs auteurs géographes, au premier rang desquels Frédérick Douzet (titulaire de la chaire Castex de Cyberstratégie75) ont investi le domaine et font désormais autorité dans le champ76.

Géographie du numérique et le geocyberespace

  • 77 Ou « Géocyberespace ». Bakis Henry (1997), « From Geospace to Geocyberspace ; Territories and Telei (...)

36Henry Bakis a également mis sur agenda scientifique une autre grande thématique : celle de la réflexion sur le lien auto-renforçant entre l’espace géographique et « les réseaux virtuels », qu’il a tenté de formaliser sous la notion de « géocyberespace »77. La thèse est celle qui consiste à considérer que l’espace géographique est modifié par l’existence et l’utilisation des réseaux et services numériques sans pour autant que soit niée la notion de territoire et sa matérialité. Le cyberespace des communications électroniques ne remplace ni ne chevauche l’espace classique du « géoespace » mais s’y mêle étroitement. Henry Bakis a donc qualifié de géocyberspace cette forme contemporaine d’espace géographique bénéficiant de nouvelles propriétés rendues possibles par l’essor des réseaux numériques. Ces nouvelles propriétés ont certes des conséquences sur les notions de distance (réduction apparente suite aux nouvelles performances des transports), de temps (pour certains services on peut presque parler d’ubiquité) et de coûts (qui disparaissent parfois avec certaines nouvelles applications téléphoniques ou visiophoniques) mais ne rendent pas pour autant l’espace isotrope, c’est-à-dire dénué de rugosité.

  • 78 Comme : O’Brien (1992), Global Financial Integration : The End of Geography ; Frances Cairncross (2 (...)

37Cette vision peut paraître aujourd’hui assez peu originale tant les exemples d’entremêlement des services numériques et de ces conséquences territoriales sont fortes. Mais en 1997, année de la proposition de ce néologisme, les débats sur « la fin de la géographie » étaient encore assez nombreux et les tenants de la thèse sur la fin des territoires également78. Le numérique avait fait naître le fantasme de la « mort de la distance » popularisée par quelques futurologues ayant une large audience.

  • 79 Bakis Henry, Dupuy Gabriel (1995), « Éditorial », Annales de Géographie, t. 104, n° 585-586, pp. 45 (...)

38Les travaux de Bakis associés à ceux de Gabriel Dupuy ont joué un rôle important pour mettre un frein à l’emballement qui remettait en question la pertinence de l’hétérogénéité spatiale en raison du déploiement annoncé des réseaux numériques. Ainsi qu’ils l’écrivaient dans un éditorial des Annales de géographie79 : « Le paradigme [...] de la réduction uniforme des distances et de la ‘fongibilité’ de l’espace, était pour le moins déroutant. Qu’advient-il de la géographie lorsque s’évanouit la réalité qui la fondait, celle de la distanciation et de la différentiation des lieux, celle des proximités et des éloignements, celles des frontières et des échelles ? ». Dans son travail, Henry Bakis a su démontrer que l’espace géographique au temps des réseaux numériques révèle toujours, et parfois avec plus de puissance encore la persistance de l’hétérogénéité spatiale : certains territoires ne sont pas équipés des réseaux les plus récents - ni parfois des réseaux les plus simples - et la maintenance des équipements n’est pas toujours assurée. A l’inverse, les territoires forts - polarisés et métropolisés - sont reliés par des réseaux hautement performants, toujours à la pointe de la technique et bien entretenus.

39Les géographes du numérique travaillent beaucoup aujourd'hui à cet entremêlement des relations entre TIC et territoire et là encore, Henry Bakis a su apporter une importante pierre à un édifice toujours et pour longtemps encore en construction.

Haut de page

Notes

1 La présence de cette bibliographie détaillée dans ce numéro rend possible l’allègement des signalements en notes infrapaginales, et nous dispense d’une liste de références en fin d’article. Nous renvoyons à : Sabrina Mommolin, « Bibliographie thématique des publications du Professeur Henry Bakis : 1972-2018 », Netcom, URL : http://journals.openedition.org/netcom/3066.

2 Bakis Henry (1972), Mémoire de maîtrise de géographie, Université de Paris VIII-Vincennes : « Géographie d’une firme multinationale : IBM », Intégralement paru in Mémoire et Documents du Service de Documentation Cartographique et Géographique (S. D. C. G.), 1973 vol. XIV, pp. 133-223.

3 Voir : Bakis Henry (1991), « Témoignage » (Raymond Guglielmo), in MOULIN Brigitte & PLET Françoise, Autour de Raymond Guglielmo. Géographie et contestations, pp. 120-126 ; BAKIS Henry (2012), « Histoire de vie : Raymond Guglielmo », NETCOM, vol. 25, n° 3-4, p. 321-332.

4 Sujet qu’il choisit à l’intersection des deux grands axes de recherches de l’Équipe : les investissements étrangers en France d’une part, les secteurs industriels d’autre part.

5 Bakis Henry & Guglielmo Raymond (1979), La pétrochimie dans le monde, PUF, Que sais-je ? 1979, 128 p.

6 Bakis Henry (1983), Télécommunications et organisation de l’espace, Thèse d’État es Lettres et Sciences humaines, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, 1302 p, (dir. Pr. Michel Rochefort).

7 Technologies de l’Information et de la Communication.

8 Responsable de la téléinformatique au sein du Ministère des P.T.T. d’alors et co-auteur d’un livre intitulé Économie des Télécommunications (PUF, 1972).

9 Research Institute of Telecommunications and Economics.

10 Interviews données par Henry Bakis à l'auteur (juin et septembre 2018).

11 Bakis Henry (1974), Rapport sur les disparités régionales de la téléinformatique française. Dactyl. (env. 60 p.), inédit. Ce texte a servi de base pour les articles parus dans « Images du Val-de-Marne » (« La téléinformatique en Région parisienne », 1975, n° 12) et L’Espace Géographique (« Téléinformatique et disparités régionales en France », 1975-n° 2, pp. 141-148).

12 Dans Intelcentre (en 1976 et 1977), filiale de la Compagnie française des câbles sous-marins et de radio dépendant de la Direction Générale des Télécommunications (DGT). La DGT est devenue ensuite un exploitant autonome de droit public (1990) puis une société anonyme nommée « France Télécom » (1998) puis « Orange » en 2013.

13 Interviews données par Henry Bakis à l'auteur (juin et septembre 2018).

14 Il utilisa l’EMACS (éditeur de textes destiné à écrire des programmes informatiques) comme nous utilisons aujourd’hui des systèmes de traitements de textes.

15 Bakis Henry (1979), « Le parc français de télécopieurs », Informatique et gestion, dec., pp. 53-56 ; « Le marché de la télécopie en France », Bureau gestion, pp. 14-21, déc. Extraits d’un rapport publié au CNET.

16 Bakis Henry (1995), « Telecommunications and Territory in a Changing World », Téléconférence France/Californie, 6 avril, entre W.A. Haas School of Business, Berkeley, et celui du CNET, Issy-les-Moulineaux.

17 Bakis Henry (1980), Le travail à distance. Outils, expérimentations, réflexions, Fundacion para el desarrollo de la funcion social de las comunicaciones. SIMO, 19 nov., Madrid, 33 p. ; BAKIS Henry (1995), « Téléactivités – Des perspectives nouvelles pour la réorganisation spatiale des entreprises et l’aménagement du territoire »- pp. 342-348 in : BAKIS Henry, Dennery Gilbert & Israel Renato (dir., 1995), Expériences et perspectives de la téléactivité.

18 Service lancé en 1980 et fermé en 1992 suite à l’essor de l’Internet.

19 Combes Yolande, Sammer Christine & BAKIS Henry (1995) « La communication mobile professionnelle », in Annales de géographie, n° spécial 585-586, pp. 599-614.

20 Bakis Henry (1985-2000), Fondation, rédaction et diffusion de « Lettre d’information Géographie de la communication » / « Communication Geography Newsletter ». Bulletin apériodique (plusieurs numéros par an selon l’actualité des Commissions sur la Géographie de la Communication et de la Télécommunication, Comité National Français de Géographie et Union Géographique Internationale). Issy-les-Moulineaux CNET, 1986-1995 ; Montpellier 1996-2000.

21 Bakis Henry (1978), « Disparités régionales dans le développement de la téléinformatique », in Girault Alain, Missika Jean-Louis et Wolton Dominique (Eds. 1978), « Les réseaux pensants. Télécommunications et société », Collection CNET/ENST.

22 Interviews données par Henry Bakis à l'auteur (juin et septembre 2018).

23 Henry Bakis a été correspondant de la Bibliographie géographique internationale (intégrée aux bases FRANCIS du CNRS) dans les années 1980 et 90, s’efforçant de porter à la connaissance des collègues les publications dans ce domaine.

24 Voir la notice sur Christian Verlaque : https://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Verlaque/.

25 « Groupe d'Etudes des Mutations Spatiales » (GEMS) de l’U.M.R. ESPACE.

26 « Étude des Structures, des Processus d'Adaptation et des Changements de l'Espace ».

27 Voir les listes de Thèses, DEA, Masters I et II, maîtrises et DESS qu’il a dirigés à l’Université de Paris IV-Sorbonne entre 1991-1996 (Mémoire de DESS « Transport, communication et logistique des échanges internationaux », Université Paris IV-Sorbonne) et à l’Université de Montpellier III entre 1996 et 2015. http://hbgeo.upv.univ-montp3.fr/bibliographie/direction-de-theses/ ; http://hbgeo.upv.univ-montp3.fr/bibliographie/memoires-de-master-direction/ ; http://hbgeo.upv.univ-montp3.fr/bibliographie/master-1-direction/ .

28 Les comptes rendus d’une de ces journées d’étude ont été publiés dans Bakis Henry (dir. 1993), « Géographie des réseaux de communications », Bulletin de l’Association de Géographes Français, 70e année, janvier, n° 1, pp. 1-64.

29 Voir aussi un texte inédit communiqué à l'auteur : Bakis Henry (2010), « Discours », suite à la réception des insignes de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite, Université de Montpellier III.

30 Contribution ponctuelle à des travaux du Commissariat Général au Plan et du Plan Urbain (groupe de travail « Urbanisation et mutation des activités économiques » ; du Groupe de Travail de la DATAR-IRIS ; d’une commission prospective de la Poste (l’Institut de Recherche d’Etude et de Prospective Postales IREPP) ; de l’Observatoire des Télécommunications dans la Ville (OTV). Il fut membre du Conseil scientifique de l’OTeN (Observatoire des TErritoires Numériques)...

31 Christian Verlaque, Professeur et membre du CNFG, obtint cette création de la direction du CNFG.

32 Bakis Henry (1980), « Eléments pour une géographie des télécommunications », Annales de Géographie, n° 496, pp. 657-688.

33 Voir dans ce numéro de Netcom, Henry Bakis (2018), « La revue Images du Val-de-Marne : une des premières revues géographiques française à avoir publié sur les télécommunications » https://journals.openedition.org/netcom/2858.

34 Voir : http://www.persee.fr/collection/reso ; https://www.cairn.info/revue.php ?ID_REVUE =RES.

35 Philippe Vidal.

36 A l’image du numéro « Labours et jachères numériques dans les territoires ruraux » 25-3/4, 2011 : https://journals.openedition.org/netcom/106, référencé par Sciences Po Paris pour leur séminaire sur « Le numérique comme levier d’attractivité des territoires » http://formation.sciences-po.fr/enseignement/2018/ketu/2030 ou encore par l’ENS Lyon dans le cadre de la préparation au concours sur « Les espaces ruraux en France » : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/programmes/concours/espaces-ruraux-france-bibliographie.

37 http://eduscol.education.fr/histoire-geographie/actualites/actualites/article/la-revue-en-ligne-netcom-geopolitique-de-lespace-cybernetique.html.

38 Tiré de Emmanuel Eveno (2004), « La géographie de la société de l’information : entre abimes et sommets », texte publié par Netcom, pp. 11–87. in « Géographie de la Société de l’Information. Perspectives », vol. 18, n° 1-2.

39 Bien que publié dans les colonnes de Netcom, ce constat était sans doute déjà contestable en 2004, les auteurs de la revue venant d’horizons variés : institutionnels (Université françaises ou étrangères, CNRS, CNET, etc.) ou disciplinaires (chercheurs en économie, gestion, infocom, urbanisme, Télécoms).

40 https://journals.openedition.org/netcom/

41 Interviews données par Henry Bakis à l'auteur (juin et septembre 2018).

42 Professeur de Géographie Aménagement à l’Université Le Havre Normandie et Chercheur à l’UMR 6266 IDEES Le Havre.

43 Bakis Henry (1979), Economical and spatial impacts of the IBM Company in France, Geographical symposium, Rotterdam, Commission on Industrial Systems, International Geographical Union, 33 p.

44 Bakis Henry (1980), The communications of larger firms and their implications on the emergence of a new world industrial order. A case study: I.B.M.’s global data network, Chuo University, Tokyo, 105 p.

45 En ligne : https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1980_num_89_496_19992.

46 En ligne : http://raphael.geography.ad.bgu.ac.il/ojs/index.php/GRF/article/view/27.

47 Décision et vote lors de la réunion annuelle de la commission de 1991 (Interviews données par Henry Bakis à l'auteur - juin et septembre 2018.

48 Henry Bakis a notamment participé aux Conférence Régionale de l’UGI de Sao Paulo (1982) ; de Prague (1994) ; de Lisbonne (1998) et de Tel Aviv (2010).

49 De l’Association de Géographes Français également, avec la préparation de plusieurs numéros de Géographies – Bulletin de l’Association de Géographes français. Ainsi : BAKIS Henry & Dézert Bernard (Dir., 1998.) « Géographie et télécommunications », 75e année, n° 2, juin, pp. 235-284 ; BAKIS Henry, (dir. 2001), « Réseaux de Télécommunications. Réseaux sociaux », 78ème année, n° 1, pp. 1-47.

50 Voir M. Charon (1997), “Las telecomunicaciones suprimen la discontinuidad territorial según Bakis”, Diario de Mallorca, 17 mai, p. 15.

51 Voir dans ce numéro: Aharon Kellerman et Mark Wilson (2018), « A tribute to the IGU activities of Professor Henry Bakis », Netcom, https://journals.openedition.org/netcom/2989.

52 Parmi les documents communiqués par Henry Bakis à notre demande en vue de la préparation de ce texte, figurent des lettres de Ronald F. Abler (President of the IGU), Letter of appreciation to Pr. Henry Bakis, 10 June 2010 ; et de Michael E. Meadows (Secretary-General and Treasurer of the IGU), Letter of appreciation to Pr. Henry Bakis, 10 January, 2014.

53 Après quoi, il s’est plus consacré à une mission d’animateur de la recherche en géographie du numérique (autour de Netcom, de ses directions de recherches et de textes de réflexion ou de synthèse dont un chapitre d'Humanités numériques écrit avec Philippe Vidal : « De la négation du territoire au géocyberespace : vers une approche intégrée de la relation entre Espace et TIC », in C. Brossaud & B. Reber, Hermès, vol. 1., Nouvelles technologies cognitives et concepts des sciences humaines et sociales, 2007, chap. 5, pp. 101-117).

54 Mais aussi dans de nombreux pays suite à ses conférences données dans les années 80 et 90, et à son influence sur les chercheurs ayant suivi les travaux de la Commission UGI.

55 Henry Bakis a fait partie de ceux qui n’ont pas cru en la pertinence du Plan câble adopté par le gouvernement après l’alternance politique de 1981. Ce ‘Plan câble’ devait construire un réseau national de fibres optiques aboutissant à chaque logement ou local professionnel. Il explique : « Le CNET avait été l’inspirateur de ce plan, mais, avec quelques collègues, il a été possible de démontrer que ce projet n’était pas réaliste en termes de coûts et qu’il ne pourrait être mené à bien sur l’ensemble du pays. L’alerte a été entendue, grâce à une description de l’hétérogénéité spatiale du territoire à partir de l’architecture du réseau téléphonique. Cela a contribué à la modification des objectifs initialement proclamés par le gouvernement et à la différenciation des infrastructures réalisées en définitive dans ou hors des grandes agglomérations (fibres optiques vs satellite) » (Interviews données par Henry Bakis à l'auteur ; juin et septembre 2018). Voir : Bakis Henry et al. (1990), « Hétérogénéité spatiale et coûts des réseaux de vidéocommunication », pp. 115-131. Voir aussi : Bakis Henry et al. (1986), « L’équipement du territoire en réseaux câblés » CNET, 120 p. Henry BAKIS a aussi élaboré une méthode d’analyse de la localisation des abonnés au câble : Bakis Henry et al. (1991), Méthode d’analyse de la localisation des abonnés au câble, CNET.

56 Un autre domaine d’intérêt potentiel que représentent les géographes pour les entreprises est la connaissance de la clientèle grand public, et plus généralement le géomarketing. Henry Bakis tenta de démontrer « qu’il était possible de mieux connaître les clients dans le contexte de la fin du monopole de France Télécom et de la concurrence prévisible d’autres acteurs sur son marché. » Ses monographies de quartiers, « tout en s’insérant dans la problématique des services de télécommunications à apporter aux quartiers en difficulté, visait aussi à mieux connaître les consommateurs grâce à des statistiques fines (au numéro de rue) ; indicateurs socio-économiques de l’INSEE et données internes (consommations, type d’équipement…). L’étude terminée, il aurait été facile d’élargir à l’échelle nationale la méthodologie validée sur quelques quartiers. Mais l’approche géographique fine des besoins de la clientèle ne semblait pas stratégique pour la hiérarchie… » (Interviews données par Henry Bakis à l'auteur ; juin et septembre 2018).

57 Mémoire publié dans les Mémoire et Documents du SDCG, nouvelle série, vol. 14, pp. 129-223 « Étude à deux échelles d’une grande firme multinationale IBM », (Henry Bakis est l’auteur principal de la première partie : ‘L’usine de Corbeil : un maillon français d’IBM’).

58 Bakis Henry (1977), IBM Une multinationale régionale, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble.

59 Il a été un des premiers géographes français à étudier les firmes dès 1972. Approfondissant l’analyse du rôle régional des firmes multinationales en France dans sa Thèse (1974), il a contribué à révéler et illustrer ce que l’on définira ultérieurement par le néologisme de « glocal » (global+local), néologisme qui veut cerner une réalité où des faits, prenant leurs sources à l’échelle mondiale, ont des conséquences économiques ou territoriales sensibles à des échelles locales ou régionales. Son étude d’IBM en France a pu démontrer que des phénomènes particuliers observés au niveau local (sous-traitance et ses variations) étaient impossibles à comprendre sans la connaissance d’éléments explicatifs observables à d’autres échelles. Il reviendra sur ce sujet dans Roche Edward M. & Bakis Henry (Eds. 1997), Developments in telecommunications. Between global and local, Avebury, 345 p. Sur la sous-traitance, voir son article des Annales de Géographie, « La sous-traitance dans l’industrie », t. 84, n° 463, pp. 297-317.

60 Henry Bakis, fort de ses observations collectées lors de ses enquêtes en entreprises estimait que la demande serait d’abord tirée par les grands comptes. Il a estimé indispensable d’affiner la connaissance des besoins des très grandes entreprises. « A l’époque une question était de savoir si la demande en télécommunications serait tirée par la télédistribution de contenus vidéos, ou par les besoins des ‘grands comptes’ et plus généralement par la communication d’entreprise. Ce débat intervenait dans le contexte de la fin du plan « téléphone » (création de lignes principales) et impliquait un nouvel effort d’équipement (fibre optique pour la capacité à ‘livrer’ des films, et architecture locale des réseaux). La question était de savoir dans quelle direction devaient être conduites les recherches de sciences sociales au CNET » Selon Henry Bakis, « la priorité placée par d’autres sur les réseaux de vidéocommunication destinés à satisfaire la demande espérée de produits et services audiovisuels n’était pas fondée à moyen terme en l’absence de réelle demande sociale alors pleinement satisfaite par l’utilisation des magnétoscopes » (Interviews données par Henry Bakis à l'auteur ; juin et septembre 2018).

61 Bakis Henry (1980), « The communications of larger firms… », Tokyo, 105 p.

62 Bakis Henry (1989), « Les réseaux privés de télécommunications : l’exemple de la réservation aérienne », NETCOM, 3-1, pp. 203-237.

63 Bakis Henry (1991), « Les télécommunications au service du chemin de fer en France, ou l’autre réseau de la SNCF », NETCOM, pp. 434-468.

64 Bakis Henry (1987), « La communication dans le secteur des assurances et ses possibles incidences spatiales en France », IDATE, pp. 169-177.

65 Bakis Henry, COMBES Yolande (1991), « Vers l’entreprise-réseaux : chocs de cultures », Annales des Télécommunications, pp. 620-631.

66 Combes Yolande, Sammer Christine & Bakis Henry (1995) « La communication mobile professionnelle », Annales de géographie, n° spécial 585-586, sept. - dec., pp. 599-614.

67 Interviews données par Henry Bakis à l'auteur (2018). De cet audit résulta le rapport : Bakis Henry & collab. M. Esquerre (1980), Sur les communications au CNET, CNET.

68 Publié dans L’Espace géographique, vol. 8, n° 4, p. 272.

69 Edition remaniée et actualisée des pages de sa thèse relatives aux communications d’entreprises : Bakis Henry (1988), Entreprise, espace, télécommunication. Nouvelles technologies de l’information et organisation de l’espace économique, Paradigme, Collection Transports et communications, n° 13, Caen, 253 p.

70 Il a considéré que les télécommunications offrent un des leviers de la planification régionale, peuvent améliorer les performances économiques et permettre diverses formes de téléactivités. Voir : BAKIS Henry (1987), « L’utilisation des télécommunications par les entreprises. Des possibilités pour la décentralisation d’emplois et d’activités », Culture technique, pp. 131-136.

71 Bakis Henry (1985), « Télécommunication et organisation spatiale des entreprises », Revue géographique de l’Est, tome XXV, n° 1, pp. 33-46 ; BAKIS Henry (1986), « Telecommunication and localisation of activities within firms », Chapter 2 in Hottes Karleinz, Wever Egbert, Weber Hans-Ulrich (eds.), « Technology and Industrial Change in Europe », Materialen, zur Raumordnung, Geographischen, pp. 10-17 ; Bakis Henry et Combes Yolande (1991), « Vers ľentreprise-réseaux : chocs de cultures », Annales des Télécommunications, Nov.-Dec., vol. 46, n° 11–12, pp 620–631 ; H. Bakis, R. Abler & Ed. M. Roche (Eds, 1993), Corporates networks, international telecommunications and interdependence. Perspectives from geography and information system; Bakis Henry & Roche Edward M. (2000), « Geography, Technology and Organization », Chapter 4, in Edward Mozley Roche, Michael James Blaine (Editors), Information technology in Multinational Enterprises, Coll. New Horizons in International Business, Edward Elgard Publishing Ltd., Cheltenham UK, Northampton MA USA, pp. 125 - 152. Bibliogr : 299-333.

72 Son « Que sais-je ? » sur la Pétrochimie dans le monde, co-signé, correspondait à la mise à jour de l’édition précédente écrite par Raymond Gugliemo (1979) dans le cadre de ses premiers sujets d’intérêt (Industrie). En revanche on peut considérer que son « Que sais-je ? » sur La photographie aérienne et spatiale et la télédétection (1978) - mis à jour et refondu avec Muriel Bonin en 2000 – anticipait le développement de la cartographie numérique et des systèmes d’information géographique (SIG). Voir aussi : Bakis Henry (1996), « L’évolution du métier de géographe et les télécommunications. Défis et opportunités pour l’Union Géographique Internationale », Bulletin de l’Union Géographique Internationale, 46, pp. 58-62.

73 Dimension particulièrement bien traitée par Alix Desforges dans sa thèse de 2018 dont on peut lire le compte-rendu dans ce numéro : Philippe Vidal, « Quelle prise au sérieux du cyberespace pour la défense et la sécurité nationale ? Compte-Rendu de la thèse d’Alix Desforges », Netcom, http://journals.openedition.org/netcom/2961

74 http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/geopolitique-de-l2019espace-cybernetique

75 http://www.cyberstrategie.org/

76 Le numéro de la revue Hérodote dirigé par Frédérick Douzet et intitulé « Cyberespace : enjeux géopolitiques » rassemble une très grande partie des chercheurs de l’Institut Français de Géopolitique engagés sur cette thématique : « Cyberespace : enjeux géopolitiques » Hérodote, 2014/1-2 (n° 152-153).

77 Ou « Géocyberespace ». Bakis Henry (1997), « From Geospace to Geocyberspace ; Territories and Teleinteraction » pp. 15-49, in Roche E. M., Bakis H. (eds., 1997), Developments in telecommunications. Between global and local ; Bakis Henry (2007), « Le ‘géocyberespace’ revisité : usages et perspectives », NETCOM, pp. 285-296.

78 Comme : O’Brien (1992), Global Financial Integration : The End of Geography ; Frances Cairncross (2001), The death of distance ; Kenichi Ohmae (1999), The Borderless World Power and Strategy in an Interlinked Economy.

79 Bakis Henry, Dupuy Gabriel (1995), « Éditorial », Annales de Géographie, t. 104, n° 585-586, pp. 451-454.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Lettre du professeur Jean Gottmann envoyée à Henry Bakis devenu docteur d’État (1983)
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2 : Henry Bakis (2ème rangée à droite) pendant le colloque « Les Réseaux pensants »
Légende Séance présidée par Michel Crozier. Amphithéâtre du CNET, Issy-les-Moulineaux, 1977.
Crédits Cliché de la Revue « Messages » (P.T.T.), n° 257, juin 1977, p. 23.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3286/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 3 : Conférence de Henry Bakis devant des chercheurs du R.I.T.E. Tokyo, août 1980
Crédits Cliché communiqué par H. Bakis, 1980.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3286/img-3.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 4 : Téléconférence pendant une session du colloque de la commission UGI à Bochum-Dortmund
Légende En haut (Dortmund) : Karlheinz Hottes et Christian Verlaque. En bas (Bochum): Henry Bakis, Peter Graëf et Sten Lorentson.
Crédits Cliché Netcom, 1990.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3286/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 5 : Photo prise à l’occasion du colloque de la commission UGI à Palma (Iles Baléares)
Légende De gauche à droite : Christian Verlaque, Henry Bakis et Philippe Cadène50.
Crédits Cliché Netcom, 1997.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3286/img-5.png
Fichier image/png, 172k
Titre Figure 6 : L’émergence d’un nouvel espace relationnel mondial selon Henry Bakis
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3286/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 7 : Compte-rendu de l’ouvrage d’Henry Bakis par Michel de Fornel
Crédits Réseaux, 1987- 25 - p. 144.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3286/img-7.png
Fichier image/png, 401k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Vidal, « Henry Bakis, défricheur de la géographie des télécommunications », Netcom, 32-1/2 | 2018, 09-28.

Référence électronique

Philippe Vidal, « Henry Bakis, défricheur de la géographie des télécommunications », Netcom [En ligne], 32-1/2 | 2018, mis en ligne le 18 décembre 2018, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/netcom/3286 ; DOI : 10.4000/netcom.3286

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre Normandie
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals