Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Revisiter les héritages des villes à l’aune de la révolution numérique : patrimoine domestique et dispositif digital, un mariage de raison ?

Revisiting the heritage of cities in the light of the digital revolution: domestic heritage and digital device, a marriage of reason?
Maxime Schirrer
p. 355-364

Résumés

En 2006, l’association d’urbanisme du centre de Paris (AUCP1234) engageait une réflexion sur la mobilité et la desserte des 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements parisiens. En 2018, cette proposition est d’autant plus d’actualité qu’elle s’insère dans une dynamique de fusion des arrondissements centraux de Paris qui doit se réaliser en 2020 ainsi que la préparation des JO de 2024. La proposition de l’AUCP porte sur la mise en œuvre d’un véhicule collectif, de dimension réduite permettant de mieux desservir les quartiers du centre de Paris en offrant plus de mobilité aux habitants et une meilleure connexion entre les services, les équipements, les lieux du commerce. En imaginant des parcours urbains du cœur historique de Paris, alors même que ces espaces sont en constante réforme, ce projet met en avant la question patrimoniale du bâti, pensé avant tout un lieu. Pourtant, les habitants ignorent souvent l’héritage de l’architecture domestique dans lequel ils vivent. A travers ce cas d’étude, nous proposons une réflexion sur le patrimoine et les parcours urbains à l’aune de la révolution numérique : comment les outils numériques peuvent servir à une forme de pédagogie urbaine en direction des touristes et des habitants. Qu’il s’agisse de faire vivre un patrimoine ornemental ou une architecture domestique, les dispositifs innovants sont des nouvelles façons de faire vivre les héritages des villes, à destination des résidents, des actifs ou des touristes. Une diversité de besoins, d’usages et de pratiques urbaines se fondent, se mêlent et participent au décloisonnement des espaces et des temporalités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette communication a été présentée lors de la session de l’UGI à Québec, en Aout 2018, consacrée à (...)

1Cette note de recherche1 met en relation le patrimoine local et les dispositifs numériques en s’appuyant sur un cas d’étude des 4 premiers arrondissements parisiens. Cette idée est née de plusieurs facteurs, venant d’abord du terrain pour gagner ensuite en généralité.

2Le premier facteur est un événement politique. La loi de réforme du statut de la capitale votée en février 2017 par la ville de Paris2 modifie les limites administratives fixées il y a plus d’un siècle sous le préfet Haussmann en 1859, voire sous la révolution française en ce qui concerne les 4 premiers arrondissements de Paris. Ce nouveau périmètre administratif donnera naissance à une unique circonscription électorale puisqu’un seul conseil d’arrondissement sera élu pour les 4 arrondissements parisiens qui appartiendront au premier secteur de la ville selon la loi relative au statut de Paris et à l’aménagement métropolitain3. Précisons que cette réforme sur l’organisation des services administratifs ne fera pas disparaitre les 4 codes postaux qui resteront en vigueur. Mais ces dispositions donnent l’occasion de repenser la cohésion de ces 4 arrondissements centraux, notamment en termes d’accessibilité. A ce titre, revisiter l’accessibilité à travers la notion de parcours est en soi un sujet à part entière.

3Le second facteur est l’opportunité des Jeux Olympiques de Paris en 2024. Cet événement mondial va générer d’importants flux de visiteurs à Paris. La réflexion sur de la création de nouveaux parcours à cette occasion est en conséquence un mariage d’opportunité, un effet d’aubaine pouvant être le prétexte à un renouvellement des pratiques urbaines en matière de parcours urbains thématisés (historique, sportif, écologique…).

4Le troisième facteur est plus académique. La rencontre avec une association d’urbanisme composée d’architectes des Bâtiments de France, d’architectes du patrimoine et de militants de la cause architecturale et urbaine, fut l’occasion de réfléchir sur la signification du patrimoine domestique à l’aune des évènements évoqués plus haut. En croisant ces perspectives à l’avènement de la ville numérique, notre problématique était née.

  • 4 Le Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam) est un établissement à caractère scientifique (...)

5Au début de cette aventure, la problématique de départ fut proposée par l’architecte du patrimoine Daniel Duché en charge du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) du Marais, membre de l’association d’urbanisme du centre de Paris (AUCP1234) dont la raison sociale est de créer les conditions d’un débat citoyen sur l’urbanisme dans les 4 premiers arrondissements de Paris. Créé en 2017, l’AUPC1234 reprend la dynamique l’Atelier Local d’Urbanisme du 3e arrondissement (ALU3) qui réfléchissait depuis plus d’une décennie sur l’introduction d’une navette dans les arrondissements centraux de Paris. Pour ce faire, l’ALU3 avait réalisé un diagnostic urbain. Ce fut le point de départ du travail de l’atelier de projet du Master 2 Territoires du Cnam pour l’année 2017/2018. Deux notions ont rapidement été mises en miroir : celles de patrimoine domestique et de parcours urbains. Les auditeurs du Cnam4, accompagnés des professionnels de l’AUCP1234 et des enseignants ont réalisé pendant un semestre universitaire (d’octobre 2107 à janvier 2018) un diagnostic territorial, puis fait des propositions en matière de parcours agrémentées de dispositifs numériques. En termes de méthodologie, 3 groupes composés de 5 étudiants ont restitué chaque semaine, pendant 4 mois, le fruit de leur travail hebdomadaire à la critique des architectes de l’AUCP1234 et des enseignants du Cnam. Au jury final (fin janvier 2018), une élue du 3e arrondissement, présente dans le jury, a soumis l’idée que ce travail puisse être présenté à l’ensemble des élus de ces arrondissements. En complément, il fut proposé de profiter de cette action afin de préparer une exposition publique itinérante dans les mairies d’arrondissements concernées participant à une forme de pédagogie urbaine et de mise au débat public de ce projet.

6A l’écriture de cette note, la probabilité que ces deux événements se réalisent est forte, vraisemblablement pour en fin d’année 2018. Mais qu’ils se réalisent ou pas, l’idée de fond reste valable d’un point de vue plus théorique : le patrimoine domestique, définit comme le lieu du mode vie, est-il digne d’intérêt ? Si oui, la mise en place de parcours est-il une solution pour accompagner une politique publique à s’y investir ? Enfin, les dispositifs numériques peuvent-ils permettre une meilleure appropriation des parcours, et in fine, du patrimoine domestique ? La conviction que nous portons est que la notion de parcours est le pont entre le patrimoine domestique et les dispositifs numériques.

7Une séquence sémantique s’impose. Le parcours, selon une définition tirée du dictionnaire Le Larousse, se réfère à un itinéraire à suivre ou suivi par quelqu’un ou un ensemble d’étapes par lesquelles passent quelqu’un ou quelque chose. Cette définition n’est pas suffisante. Appliquée à l’urbain, le parcours est un objet culturel en lui-même. Il peut être touristique, patrimonial, urbain, historique, sportif, écologique, pédagogique. Une définition du parcours peut être donnée par celui qui fait le parcours ou utilise le parcours. Dans notre raisonnement, le parcours est un outil de pédagogie urbaine dans le sens ou sa vocation est de susciter quelque chose qui à avoir avec la connaissance lorsqu’on l’utilise ; le parcours est un outil de développement local et de connaissances et va au-delà de la notion d’itinéraire, dont l’étymologie, selon le dictionnaire Le Littré, vient du latin itinerarius « de iter, itineris, chemin, qui vient d’itum, supin de ire, aller », qui se rapporte à la route ou au chemin. S’il fallait différencier l’itinéraire du parcours, nous appliquerions plutôt une vocation de mesure de la distance parcourue à l’itinéraire alors que le parcours se rapprocherait plus d’une thématique abordée.

8Quant au patrimoine, il est d’abord l’aspect physique du bâti : celui de la ville médiévale, moderne ou contemporaine. Une deuxième approche est basée sur les modes de vie et l’utilisation de l’espace par les habitants, les actifs et les touristes. Pourtant, il est un type de patrimoine dont il est rarement question, c’est celui du parcellaire. Étonnement au regard du fait que le bâti date généralement d’un ou deux siècles, alors que le parcellaire peut être présent depuis plusieurs siècles, parfois un millénaire ! Cet héritage est justement accessible par le biais de la ville connectée qui permet de mettre en relation un savoir disséminé, en réalisant par exemple des jointures cartographiques entre des cartes historiques aux échelles et aux dates différentes ou en mettant à disposition des jeux de données autrefois inaccessibles en raison du coût onéreux ou de leurs provenances géographiques.

9S’interroger sur l’héritage à l’ère numérique renvoie aux questions classiques : pourquoi ? Pour qui ? Les réponses restent les mêmes : pour le souvenir et la mémoire, pour une meilleure pédagogie urbaine et une connaissance améliorée des conditions d’habitat. Une meilleure appropriation de l’espace, provenant d’une connaissance avertie de son environnement, produit une protection renforcée par le sentiment d’appartenance. Les cibles restent les mêmes : habitants, actifs, touristes.

10Cet héritage appliqué à la notion de patrimoine domestique est parfaitement adapté. En termes de définition, le patrimoine domestique est ici défini comme le lieu du mode de vie, au sens de « l’Habiter » sociologique ou anthropologique. Opposé au patrimoine ornemental et monumental, cette notion se réfère à l’ordinaire pour paraphraser Daniel Pinson (1991) sur l’architecture domestique. C’est l’espace public du banal, fait de petites sociabilités mais qui confèrent à un quartier ou à un îlot une identité, voire un marqueur urbain.

11En croisant les définitions du patrimoine domestique et de parcours urbains, et en y appliquant le filtre de la ville connectée, nous avons ainsi construit une problématique liée à la gestion de l’héritage urbain à l’heure des smart cities (ville intelligente). Il s’agit de questionner l’apport de dispositifs numériques face à l’émergence de parcours urbains et mais également de repenser l’appréciation de l’espace public et de l’architecture domestique. Ceci contribue à revisiter l’héritage des villes dans une conception monumentale caractérisée par un urbanisme culturaliste porté par Camillo Sitte (Sitte, 1996) à travers son livre « L’art de bâtir les villes ». A l’inverse de ce dernier, nous suggérons que l’architecture et le patrimoine domestiques ont un intérêt d’un point de vue collectif. Ils participent à mettre en avant un « nouvel urbanisme valorisant la proximité, la durabilité, la mixité, la préservation du bâti existant et la participation » (Quellet, 2006).

12Concernant la contribution des dispositifs numériques, la problématique invite à s’interroger sur l’ouverture et l’utilisation des documents d’urbanisme au regard de leurs apports à la constitution de parcours en tant que source d’informations. Certes, les documents d’urbanisme doivent rester des outils de gestion et de projet urbain. Mais leurs transformations en plateformes informationnelles avec tout ou partie de leurs données, n’est pas dénué d’intérêt. A titre d’illustration, la diffusion des enquêtes urbaines, notamment les fichiers d’immeubles, au-delà d’un usage exclusivement administratif pour lequel ils sont conçus, leurs conféreraient une deuxième vie. Il s’agit d’ajouter à l’approche juridique de ce dont les gestionnaires des autorisations de travaux ont besoin pour protéger et servir la ville patrimoniale à une approche informationnelle qui fasse avancer la compréhension urbaine et éventuellement modifier nos pratiques de la ville. Dans cette optique, il s’agit de rendre disponible les informations techniques contenues dans les enquêtes d’immeubles détenues par l’administration. Le fichier d’immeubles est une source d’informations très détaillées sur les typologies de parcelles, d’immeubles et de leurs occupations, notamment dans les secteurs sauvegardés. Ainsi, à titre d’illustration, le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) pourrait devenir une plateforme numérique en accès libre pour la dissémination de l’information architecturale et urbaine.

13Cette réflexion sur le patrimoine, les parcours et le numérique n’est pas envisagée dans une représentation passéiste et pittoresque de la ville dont la vocation serait de protéger. Il s’agit au contraire d’une conception du patrimoine domestique qui soit vecteur de projet, basée sur la diffusion des savoirs faires et des matériaux anciens pour faire connaitre la ville d’autrefois qui imprègnent la ville d’aujourd’hui. Cette mise au jour se ferait à travers les parcours urbains. Ce rapport de la ville ancienne dans sa matérialité la plus physique face à la ville du futur dans sa réalité la plus virtuelle ne sont aucunement opposées. Au contraire, leur association est un mariage de raison. Une complémentarité qui souligne que patrimoine urbain et numérique ont un bout de chemin à faire ensemble dans la transmission et dépasse le simple fait touristique. Ceci et répond aux multiples facettes de la ville qui peut être ludique (Burgel, 1993), compétitive (Bouinot, 2002), globale (Sassen, 1991), créative (Landry, 1994 ; Florida, 2002 ; Vivant, 2009), informationnelle (Castells, 1989), intelligente (Giffinger, 2007), évènementielle (Chaudoir, 2007, Vivant, 2007 ; Gwiazdzinski, 2009) ou innovante (Mattson & Sorensen, 2015). Ce cadre conceptuel établit par Manon Boulpicante et Alexandre Grondeau (Boulpicante M, Grondeau A, 2107) convient à notre approche et suggère la multiplicité des approches thématiques possibles.

Le cas d’étude des 4 premiers arrondissements de Paris

14Dans le cas du regroupement des 4 arrondissements centraux de Paris, il est intéressant de voir que l’unité historique a survécu aux périmètres administratifs. En effet, ils correspondent à la ville intégrée de l’enceinte de Philippe Auguste construite en 1180 et de l’enceinte de Charles V de 1383 comme en témoigne la carte 1.

Carte 1 : Enceintes de Philippe Auguste et Charles V

Carte 1 : Enceintes de Philippe Auguste et Charles V

Source : http://www.paris-atlas-historique.fr

15Le découpage qui a résulté de la révolution française, puis sous Haussmann en 1860 (Carte 2), n’a pas enlevé l’unité de ces 4 arrondissements.

16Ils sont gardés une cohésion et une homogénéité comme le montre la carte 3, que ce soit dans l’unité de la morphologie urbaine, à l’exemple de la trame viaire, qui malgré les percées haussmanniennes garde des rues de l’époque médiévale. Cette homogénéité des 4 arrondissements se retrouve également dans le mode de vie des habitants au regard de l’analyse statistique que nous ne détaillerons pas dans cette note.

Carte 3 : Fusion des 1, 2, 3, 4e arrondissement de Paris

Carte 3 : Fusion des 1, 2, 3, 4e arrondissement de Paris

Réalisation : APUR - © MNE/MNT/Photo/proche infrarouge Aerodata, 2017.

17Ce territoire d’exception, de par son caractère historique, petit par sa taille mais grand par son histoire, lui confère un statut particulier au sein de Paris comme l’atteste la carte 4. Quelques monuments de l’histoire de France y sont implantés et symbolisent de manière caricaturale la matérialité de ce prestige : le Louvre dans lequel la Joconde attire à elle seule 15 000 touristes par jour, le palais royal, la place Vendôme, le châtelet, Notre dame de Paris, la bastille, l’hôtel de ville, le conseil d’État, la Banque de France, la Bourse, la comédie française.

Carte 4 : Les monuments dans le cœur de Paris

Carte 4 : Les monuments dans le cœur de Paris

Source : APUR / Mairie de Paris / Equipement.paris.fr / Réalisation : Amanda Reis, 2017.

18Avec 199 853 habitants contre 2 220 445 habitants pour l’ensemble de Paris, le poids démographique est à l’inverse de son poids dans l’attractivité parisienne. C’est un territoire d’exception dans une métropole mondiale dont la vocation touriste n’est plus à démontrer.

19Cette illustration du cas parisien témoigne de la richesse matérielle du bâti du centre parisien. Mais derrière celui-ci, une richesse moins visible vaut le détour. L’analyse de la desserte des transports en commun parisiens permet de faire sortir en contraste les espaces non distribués de façon directe. D’une certaine façon, ces espaces non desservis déterminent la localisation du patrimoine domestique par une méthode de contraste. En réalisant un cercle d’un rayon de 200 mètres au d’une station de transport en commun, une carte dessine les espaces urbains qui sont en négatif de l’offre en transport en commun. Les parcours trouvent tous seuls leur chemin dans la carte 5 intitulée la ville non desservie en transport en commun.

Carte 5 : La ville non desservie en transport en commun

Carte 5 : La ville non desservie en transport en commun

Source : google earth / Réalisation Julio Ralison, 2017.

20En guise de conclusion, une nouvelle association entre documents de planification, qui ont une valeur de gestion urbaine, et la découverte de la ville par le parcours est pertinente. Qu’il s’agisse de montrer l’héritage invisible de la fabrication d’un immeuble de l’époque médiévale ou de présenter une interface d’immeubles remarquables non remarquées, l’idée de l’apprentissage de la ville reste l’objectif avoué de cette note scientifique. La notion de parcours s’associe facilement aux dispositifs numériques que ce soit sous la forme de plateformes numériques ou celles de l’ouverture de données. En conséquence, il s’agit bien d’un mariage de raison entre la notion de parcours et le support numérique. Cette alliance conduit à l’idée d’une balade urbaine vers le chemin de la connaissance et du savoir.

Haut de page

Bibliographie

BOUINOT J. (2002), La Ville Compétitive, Les clés de la nouvelle gestion urbaine, Paris, Economica, 180 p.

BOULPICANTE M., GRONDEAU A. (2017), « Territoire « alternatif » et ville compétitive : entre luttes urbaines, institutionnalisation et instrumentalisation. Le cas de la free town de Christiania », EchoGéo, [En ligne], 42, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 26 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/15170 ;
DOI : 10.4000/echogeo.15170

BURGEL G. (1993), La ville aujourd’hui, Paris : Hachette Pluriel, 220 p.

CASTELLS M. (1989), The Informational city: information technology, economic restructuring and the urban regional process, Oxford and Cambridge: Blackwell Publishers, 408 p.

CHAUDOIR P. (2007), « La ville événementielle : temps de l’éphémère et
espace festif », Géocarrefour, vol. 82, n° 3, http://journals.openedition.org/geocarrefour/2301

FLORIDA R. (2002), The rise of the creative class: and how it’s transforming work, leisure, community, and everyday life, New York: Basic Book, 416 p.

GIFFINGER R. (2007), Smart cities: ranking of European medium-sized cities. Report for centre of regional science, University of technology, 19 p.

GWIAZDZINSKI L. (2009), La ville éphémère, festive et événementielle. Colloque tourisme urbain, patrimoine et qualité urbaine en Europe, mars 2009, Rennes.

HARVEY D. (1989), “From managerialism to entrepreneurialism: the transformation in urban governance in late capitalism”, Geografiska Annaler, vol. 71, n° 1, pp. 3-17.

HARVEY D. (2011), Le capitalisme contre le droit à la ville : néolibéralisme, urbanisation, résistances. Paris: Editions Amsterdam, 94 p.

LANDRY C. (1994), The Creative city: a toolkit for urban innovators, Abingdon-on-Thames: Routledge, 352 p.

MATTSON J., SORENSEN F. (2015), “City renewal a open innovation”, Journal of innovation economics & management, vol. 1, n° 16, pp. 195-215.

PINSON D. (1991), L’architecture domestique comme patrimoine et l’évolution des modes de vie : contradictions et problèmes, (Institut du Monde Arabe) préservation du patrimoine bâti au Maghreb, jan 1991, Paris, France. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01564381

QUELLET M. (2006), « Le smart growth et le nouvel urbanisme : synthèse de la littérature récente et regard sur la situation canadienne », Cahiers de géographie du Québec, vol. 50, n° 140, pp. 175-193. http://id.erudit.org/derudit/014083ar

SASSEN S. (1991), The Global City: New York, London, Tokyo. New Jersey, Princeton: University Press, 480 p.

SITTE C. (1996), L’art de bâtir les villes, Edition Seuil, (réédition), 256 p.

VIVANT E. (2009), Qu’est-ce que la ville créative ?, Paris : PUF, 96 p.

VIVANT E. (2007), « Les évènements off : de la résistance à la mise en scène de la ville créative », Géocarrefour, vol. 82, n° 3, pp. 131-140.

Haut de page

Notes

1 Cette communication a été présentée lors de la session de l’UGI à Québec, en Aout 2018, consacrée à la géographie de l’innovation et du patrimoine local.

2 https://www.paris.fr/actualites/comprendre-le-projet-de-modernisation-du-statut-de-la-ville-de-paris-3224

3 https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do ;jsessionid =C2E4D0020E2F02CB85CE7E7A8FABDECE.tpdila16v_3 ?cidTexte =JORFTEXT000034103927&dateTexte =&oldAction =rechJO&categorieLien =id&idJO =JORFCONT000034103759

4 Le Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam) est un établissement à caractère scientifique et culturel. Son offre de formation est initialement destinée à la formation continue. Ainsi, les auditeurs sont pour la plupart des professionnels suivant des cours en soirée afin de progresser dans leur métier ou de changer de filière et/ou d’activité économique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Enceintes de Philippe Auguste et Charles V
Crédits Source : http://www.paris-atlas-historique.fr
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Carte 2 : Les 20 arrondissements de Paris, 1863
Crédits Source : http://www.lesparisdld.com/​2011/​03/​plans-historiques-de-paris-1728-1865.html
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Carte 3 : Fusion des 1, 2, 3, 4e arrondissement de Paris
Crédits Réalisation : APUR - © MNE/MNT/Photo/proche infrarouge Aerodata, 2017.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Carte 4 : Les monuments dans le cœur de Paris
Crédits Source : APUR / Mairie de Paris / Equipement.paris.fr / Réalisation : Amanda Reis, 2017.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 5 : La ville non desservie en transport en commun
Crédits Source : google earth / Réalisation Julio Ralison, 2017.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3360/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 822k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Schirrer, « Revisiter les héritages des villes à l’aune de la révolution numérique : patrimoine domestique et dispositif digital, un mariage de raison ? », Netcom, 32-3/4 | 2018, 355-364.

Référence électronique

Maxime Schirrer, « Revisiter les héritages des villes à l’aune de la révolution numérique : patrimoine domestique et dispositif digital, un mariage de raison ? », Netcom [En ligne], 32-3/4 | 2018, mis en ligne le 11 décembre 2018, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/netcom/3360 ; DOI : 10.4000/netcom.3360

Haut de page

Auteur

Maxime Schirrer

Maître de conférences, EPN 11 Territoires, www.territoires.cnam.fr, http://lirsa.cnam.fr. CNAM, 2, rue Conté, 75003 Paris. Mail : maxime.schirrer@lecnam.net.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre Normandie
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals