Navigation – Plan du site

Sur le numérique territorial, sur son histoire et sur ses prolongements

Avant-propos
Marina Duféal et Philippe Vidal
p. 05-08

Texte intégral

  • 1 Duféal Marina, Vidal Philippe (2016), Expéditions géographiques en Terres Numériques, fronts pionni (...)

1Ce nouveau numéro de NETCOM s’intitule « Expéditions géographiques en Terres Numériques, fronts pionniers et nouvelles limites » et reprend en cela le titre de notre appel à contribution1 qui ambitionnait de retracer - avec modestie devant l’ampleur de la tâche - cette histoire de la géographie du numérique commencée aux tout débuts des années 1970 et dont la forte prise en compte scientifique est désormais à la mesure des enjeux qui se dessinent dans le fonctionnement des territoires et des sociétés. Des « terres numériques » ont été découvertes, prenant d’ailleurs davantage l’allure d’archipels épars que de vastes continents, des expéditions géographiques individuelles et collectives ont été organisées, mettant au jour des phénomènes territoriaux inédits. Ainsi, des environnements numériques territorialisés ou dématérialisés ont été décrits, cartographiés, modélisés, arpentés par géographes, géomaticiens et aménageurs ; leurs usages ont été scrutés, leurs logiques de déploiement examinées, leurs ressorts narratifs interrogés, posant ainsi les bases des expéditions futures.

  • 2 Philippe Vidal, « Henry Bakis, défricheur de la géographie des télécommunications », Netcom, URL : (...)
  • 3 Aharon Kellerman et Mark I. Wilson, « A tribute to the IGU activities of Professor Henry Bakis », N (...)
  • 4 Sabrina Mommolin, « Bibliographie thématique des publications du Professeur Henry Bakis : 1972-2018 (...)

2Netcom est depuis 30 ans un témoin bien vivant de ce patrimoine scientifique. Nous avons souhaité dans un premier temps et à l’occasion de l’anniversaire de la revue, rendre hommage à Henry Bakis, son fondateur et désormais Professeur émérite de géographie. Son rôle de « défricheur de la géographie des télécommunications »2 bien connu de notre communauté scientifique est souligné ici. Cet hommage se complète d’une note-témoignage3 rédigée par deux anciens présidents de la commission « Geography of Information Society » de l’Union Géographique Internationale sur le rôle majeur qu’Henry Bakis, lui-même ancien président de cette commission, a pu jouer dans la montée en puissance de cet objet de recherche à l’échelle monde. Enfin, une bibliographie exhaustive permettant de retracer sa très grande production scientifique entre 1972 et 2018, est présentée dans la rubrique « notes d’information »4.

3Ce numéro ambitionnait aussi de publier des travaux sur les nouvelles frontières de cette géographie du numérique. L’appel à contribution avait ouvert de nombreuses pistes mais seules quelques-unes d’entre-elles ont pu aboutir. Trois perspectives se dégagent finalement.

  • 5 Marc Bernardot, « Plongée dans les métaphores et représentations liquides de la société numérique » (...)
  • 6 Jean-François Perrat, « Un « Deep / dark web » ? Les métaphores de la profondeur et de l’ombre sur (...)
  • 7 Frédérick Douzet, Alix Desforges, « Du cyberespace a la datasphère le nouveau front pionnier de la (...)
  • 8 Philippe Vidal, « Quelle prise au sérieux du cyberespace pour la défense et la sécurité nationale ? (...)
  • 9 Chaire Castex de Cyberstratégie, dirigée par Frédérick Douzet, Professeur de Géographie et directri (...)

4La première perspective est d’ordre épistémologique. Elle interroge les métaphores socio-spatiales de ce nouveau modèle de société et ses nombreux enjeux géostratégiques. Cette place grandissante du numérique dans la société s’est traduite dans les analyses géographiques par une prise en compte des imaginaires que véhiculent ces dispositifs. De tels imaginaires n’ont pas été sans conséquences sur la façon d’écrire une épistémologie d’un sous-champ disciplinaire en train de s’affirmer, à mesure que s’affirment également les nouvelles logiques politiques et économiques au sein de cet espace monde (im)médiatisé par le numérique. Un premier article nous invite à une « plongée dans les métaphores et représentations liquides de la société numérique »5. Il interroge l’emploi massif de ces métaphores aquatiques en soutenant l’hypothèse que les acteurs publics et les acteurs transnationaux qui les convoquent se livrent une « guerre sémantique » pour le contrôle des représentations de cette société de l’information. Un deuxième article questionne pour sa part les métaphores de la profondeur et de l’ombre auxquelles le « Deep / dark web » renvoient parfois abusivement. L’auteur propose d’éviter leur emploi dans les terminologies expertes, au profit de « web.onion »6 pour désigner les services web propres au réseau Tor, afin de déjouer les ambiguïtés sémantiques et de se détacher des connotations négatives entretenues notamment par une frange des pouvoirs publics hostile au principe de médiations anonymes sur Internet. Un troisième article7 expose, dans une perspective géopolitique la nécessaire évolution conceptuelle de la notion de « cyberespace » vers celle de « datasphère » afin de mieux cerner les enjeux stratégiques internationaux de la maîtrise des flux de données et de l’intelligence artificielle. Les auteurs plaident en cela pour une « géographie de la datasphère ». Cet article résonne fortement avec le compte-rendu8 d’une thèse à forte ambition épistémologique, thèse soutenue en 2018 et réalisée dans le cadre de la Chaire Castex de Cyberstratégie9 qui montre que le cyberespace est désormais une notion appropriée voire préemptée par les militaires et est devenue une « représentation géopolitique » et un « enjeu stratégique » pour la défense nationale.

5La deuxième perspective est d’ordre méthodologique et s’appuie d’abord sur le problème de la « désorientation » dans les grandes gares, problème que rencontrent parfois les voyageurs en transit égarés10. L’analyse vidéo des environnements complexes est alors envisagée afin de mieux cerner la capacité d’orientation (wayfinding) des usagers et, éventuellement, de mieux penser l’agencement d’une grande gare. Cet article est complété par une note scientifique11 qui porte sur le déploiement technologique en gare. Ce déploiement change considérablement l’expérience voyageur du transport ferroviaire et modifie très sensiblement la configuration spatiale de la gare. L’auteur pointe ici tout le potentiel de la gare comme lieu-test de nouvelles méthodes d’analyse des mobilités et ouvre sur d’autres pistes d’aménagement et de recherche. Une autre réflexion méthodologique, sous la forme d’une note, pose la question des méthodes d’analyse des « smart cities »12 avec une invitation à davantage placer la réflexion sur les « services urbains » et sur l’évolution de leurs modèles économiques plutôt que sur la dimension infrastructurelle. Enfin, une autre note de recherche montre de quelle façon la future arrivée de la téléphonie mobile de cinquième génération (5G) et l’Internet Des Objets va considérablement complexifier les méthodes actuelles d’analyse de la société en réseau et les forcer à évoluer dans le sens d’un renouvellement de la conception même de la géolocalisation de l’information récoltée13.

  • 14 Edward M. Roche, Benjamin H. Dickens-Jr. et Walker Townes, « La prochaine génération de téléphonie (...)

6La troisième perspective porte sur les nouveaux dispositifs et équipements numériques qui commencent à prendre place au sein des territoires. Un article sur la prochaine génération de téléphonie mobile (5G) et ses implications réglementaires et infrastructurelles met au jour les nouveaux enjeux pour les territoires qui pourront bénéficier d’offres de services de très haut niveau (dans le domaine de la santé ou encre des véhicules autonomes). Toutefois, une « guerre » entre opérateurs pour le contrôle des réseaux semble inévitable. Les pouvoirs publics européens se devront de répondre à cette bataille juridique et règlementaire, sous peine de freiner involontairement l’innovation, notamment territoriale, promise par ces nouvelles propositions numériques14. Un autre article montre que le passage au numérique des Monnaies Locales Complémentaires pourrait permettre de dépasser les limites actuelles de leur faible influence territoriale. En effet, l’enjeu pour ces Monnaies Locales Complémentaires est de mailler un réseau suffisamment dense et homogène de prestataires et d’usagers réguliers. Le numérique apparaît ici comme un moyen sécurisant d’atteindre cette masse critique.

7Ainsi, ce numéro a tenté de mettre au jour quelques questions vives en géographie du numérique. D’autres, pourtant présentes dans notre appel à contribution, auraient pu occuper ici une place de choix tant elles constituent l’avant-garde numérique d’une société appelée à se « technologiser » encore davantage. Nous avions par exemple envisagé d’interroger la relation « robots et territoires », proposé de travailler sur le « corps en tant que nouveau territoire numérique », ou encore d’explorer la colonisation numérique « des espaces aériens et stratosphériques ». Finalement et aux vues de nos ambitions initiales, nous n’obtenons que des bribes de cette histoire en train de s’écrire mais pouvait-il en être autrement ? A l’heure de toutes les transitions (numériques, énergétiques, urbaines, territoriales…), disposer de ces réflexions de chercheurs est à considérer comme l’exposé à jamais provisoire d’une histoire des territoires en train de s’écrire et d’une géographie du numérique en train de s’affirmer.

Haut de page

Notes

1 Duféal Marina, Vidal Philippe (2016), Expéditions géographiques en Terres Numériques, fronts pionniers et nouvelles limites Appel à contribution Netcom, https://journals.openedition.org/netcom/2215

2 Philippe Vidal, « Henry Bakis, défricheur de la géographie des télécommunications », Netcom, URL : http://journals.openedition.org/netcom/3286, Dans ce numéro, pages : 09-28.

3 Aharon Kellerman et Mark I. Wilson, « A tribute to the IGU activities of Professor Henry Bakis », Netcom, Notes d’information, URL : http://journals.openedition.org/netcom/2989, Dans ce numéro, pages : 209-210.

4 Sabrina Mommolin, « Bibliographie thématique des publications du Professeur Henry Bakis : 1972-2018 », Netcom, Notes d’information, URL : http://journals.openedition.org/netcom/3066 Dans ce numéro, pages : 217-252.

5 Marc Bernardot, « Plongée dans les métaphores et représentations liquides de la société numérique », Netcom, URL : http://journals.openedition.org/netcom/2886, Dans ce numéro, pages : 29-60.

6 Jean-François Perrat, « Un « Deep / dark web » ? Les métaphores de la profondeur et de l’ombre sur le réseau Tor », Netcom, URL : http://journals.openedition.org/netcom/3134, Dans ce numéro, pages : 61-86.

7 Frédérick Douzet, Alix Desforges, « Du cyberespace a la datasphère le nouveau front pionnier de la geographie », Netcom, URL : http://journals.openedition.org/netcom/, Dans ce numéro, pages : 87-108.

8 Philippe Vidal, « Quelle prise au sérieux du cyberespace pour la défense et la sécurité nationale ? Compte-Rendu de la thèse d’Alix Desforges », Netcom, Compte-rendu, URL : http://journals.openedition.org/netcom/296, Dans ce numéro, pages : 201-206.

9 Chaire Castex de Cyberstratégie, dirigée par Frédérick Douzet, Professeur de Géographie et directrice de cette thèse. Site web : http://www.cyberstrategie.org

10 Hakim Boumoud et Luc Gwiazdzinski, « L’analyse vidéo au service du wayfinding dans les environnements complexes », Netcom, URL : http://journals.openedition.org/netcom/2829, Dans ce numéro, pages : 109-138.

11 Nacima Baron, « Des gares intelligentes ? », Netcom, URL : http://journals.openedition.org/netcom/2854 Dans ce numéro, pages : 183-190.

12 Nicolas Rio, « Comment analyser les smart cities ? », Netcom, URL : http://journals.openedition.org/netcom/2856, Dans ce numéro, pages : 191-196.

13 Edward M. Roche, Benjamin H. Dickens-Jr. et Walker Townes, « Conséquences de la téléphonie mobile de cinquième génération sur la télé-géographie », Netcom, Notes de recherche, URL : http://journals.openedition.org/netcom/2859, Dans ce numéro, pages : 197-200.

14 Edward M. Roche, Benjamin H. Dickens-Jr. et Walker Townes, « La prochaine génération de téléphonie mobile (5G) et ses implications (Infrastructure, Réglementation) », Netcom, URL : http://journals.openedition.org/netcom/2869, Dans ce numéro, pages : 139-162.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marina Duféal et Philippe Vidal, « Sur le numérique territorial, sur son histoire et sur ses prolongements », Netcom, 32-1/2 | 2018, 05-08.

Référence électronique

Marina Duféal et Philippe Vidal, « Sur le numérique territorial, sur son histoire et sur ses prolongements », Netcom [En ligne], 32-1/2 | 2018, mis en ligne le 17 décembre 2018, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/netcom/3393

Haut de page

Auteurs

Marina Duféal

Maître de conférences en Géographie, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5319 PASSAGES, marina.dufeal@cnrs.fr.

Articles du même auteur

Philippe Vidal

Professeur en Géographie et Aménagement, Université du Havre, UMR 6266 IDEES Le Havre, philippe.vidal@univ-lehavre.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre Normandie
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals