Navigation – Plan du site

Analyse du balisage d’un itinéraire culturel du Conseil de l’Europe : l’exemple de la Via Francigena sur quatre tronçons en Suisse et en Italie

Analysis of the trail markers of a cultural route of the Council of Europe: the example of the Via Francigena on four sections in Switzerland and Italy
Éric Masson et Maryvonne Prévot
p. 287-304

Résumés

La Via Francigena (VF) correspond au chemin de pèlerinage emprunté au 10e siècle par Sigéric, Archevêque de Canterbury, pour rejoindre Rome. C’est également l’un des itinéraires reconnu en 1994 comme parcours culturel par le Conseil de l’Europe. Cet article propose d’étudier la trace graphique laissée par les acteurs territoriaux de l’itinérance culturelle, sportive, urbaine, ou encore environnementale depuis la réalité du chemin et de son inscription dans quatre traversées urbaine et transfrontalière (Suisse et Italie). Pour y parvenir, un inventaire exhaustif des balisages a été relevé par GPS sur quatre sections de la VF parcourues par les auteurs afin d’analyser l’imbrication du chemin historique de la VF dans l’ensemble des itinéraires qui le croisent ou s’y superposent. Cet inventaire du balisage a fait l’objet une typologie qualitative a posteriori. Il a également été utilisé pour calculer une densité linéaire de balisage qui renseigne sur voisinage informationnel de chaque point d’inventaire le long du parcours. La diversité des items inventoriés et leur organisation, tant en densité qu’en localisation sur les itinéraires parcourus, révèle une écologie graphique, collaborative ou compétitive, dont l’enjeu de visibilité peut être considéré comme un enjeu de pouvoir entre les différents types d’acteurs du territoire. Ces balises apparaissent alors comme un dispositif de gouvernement en tant qu’éléments produits par une autorité qui a la charge d’un lieu (municipalité, région, conseil de l’Europe…) ou d’un itinéraire patrimonial (l’AEVF).

Haut de page

Texte intégral

Introduction : La Via Francigena, un laboratoire de terrain sur le balisage des itinéraires culturels, mais pas uniquement

  • 1 Les 32 itinéraires culturels du conseil de l’Europe concernent des personnages européens, des chemi (...)
  • 2 European Association of Vie Francigene (EAVF).

1Retenue par l’historien autrichien Julius Jung dans son étude de l’itinéraire emprunté par Sigéric, l’Archevêque de Cantorbéry, en 990, pour rallier Rome (Pérol, 2007), l’expression Via Francigena (VF) a été reprise par les historiens des différentes régions traversées par cet axe. La VF constitue un vaste terrain de recherche qui fait en réalité l’objet de très nombreuses publications depuis les années 1980 (Moretti, 1977 ; Stopani, 1984 ; Soria, 1994 ; Pérol, 2007). Un comité scientifique international s’était alors été constitué, comprenant des historiens italiens et français, afin de coordonner un vaste ensemble de rencontres, colloques et publications financés par le Conseil de l’Europe mais aussi l’Unesco, la Cité du Vatican et l’Organisation mondiale du tourisme. Valoriser l’héritage historique et culturel des itinéraires de la VF, mettre en valeur les tracés, signaler l’intérêt historique et architectural des monuments qui les scandent en prévision de l’afflux de pèlerins et touristes pour le jubilé de l’An 2000 : tel était le but. Il s’est soldé par l’obtention du label « Itinéraire culturel du Conseil de l’Europe »1 en 1994 (Angelo, 1994), et, depuis 2001, sa valorisation est orchestrée par l’Association Européenne de la VF (AEVF2).

2En 2012 pourtant, l’architecte Eleonora Berti, responsable des itinéraires culturels européens, déplorait que l’Office de Tourisme de Paris ne possède pas de brochures sur les itinéraires culturels européens. Elle en concluait à la nécessité qu’un travail soit effectué sur la visibilité de ces itinéraires, envisagés comme un ensemble/réseau de biens culturels complexe (artistiques, architecturaux, paysagers, écologiques etc.), systémique et transfrontalier ; mais aussi comme un outil de narration, développant une ou des thématiques comme autant de clé(s) de lecture des diverses formes de patrimoine (naturel, matériel, immatériel, etc.). Ces « écritures exposées » (Petrucci, 1993), signes, pictogrammes et autres inscriptions sont apparus bien avant l’émergence des technologies numériques de l’information et de la communication, participant à l’agencement de l’espace. La VF est ainsi un vaste chantier d’observation de la culture matérielle, dont nous avons choisi d’analyser un aspect particulier : le balisage depuis l’observation de terrain, sur le chemin. La VF, pas plus que les autres routes de pèlerinage, n’est empruntée exclusivement par des pèlerins. Cette voie de circulation, qui en croise ou se superpose à d’autres, doit donc être analysée sous l’angle de l’intensité, de la densité, et de la diversité. Elle doit être considérée à plusieurs échelles, européenne, nationale, régionale et locale.

  • 3 Projet exploratoire de premier soutien interdisciplinaire PEPS/CNRS Lille 3 (GERiiCO/Marta Severo p (...)

3Les résultats présentés ici sont le fruit d’une participation croisée à un programme de recherche PEPS-CNRS3 qui prolonge, à l’ère du numérique, l’ambition déjà ancienne d’imposer la VF comme laboratoire privilégié pour l’étude de la route, dans une pluridisciplinarité exceptionnelle (Torres-Luna de et al., 1993 ; Valcarcel-Diaz et al., 1993 ; Pérol, 2007 ; Griselin, 2002 ; Griselin et Nageleisen, 2002, 2003, 2005 ; Nageleisen, 2012 ; Bourdeau et Marcotte, 2015). D’une durée d’un an (2015-2016) ce programme imposait des choix. Nous avons fait celui d’explorer sur le terrain la matérialité des dispositifs de balisage sur la VF, et non pas le jeu d’acteurs, pour interroger la visibilité de cet itinéraire culturel dans différents contextes, urbains, péri-urbains, ainsi qu’en haute montagne entre la Suisse et l’Italie (Figure 1). A partir de ces quatre terrains d’expérimentation, nous privilégions une analyse de détail comparée entre Martigny et Aoste qui présentent un contexte paysager et urbain similaire de petite ville de vallée alpine. Quant aux terrains de Rome et du Col du Grand Saint-Bernard, leur analyse est mobilisée dans une perspective plus globale sur le balisage de la VF. Marcher, comme nous l’avons fait, sur la VF, c’est non seulement s’immerger dans un parcours culturel identifié, choisi, balisé donc, mais c’est aussi, chemin faisant, expérimenter l’intrication d’itinéraires multiples, culturels, sportifs, urbains, etc., dans leurs contextes spatiaux spécifiques et aux échelles précitées. Parcourir la VF, c’est donc divaguer possiblement autour d’un dispositif de guidage qui se démultiplie en une « aire de routes » (Sergi, 1981, 1996) qui s’appuient toutes sur la mise en valeur des lieux et des espaces. Analyser cet itinéraire par le cheminement, c’est donc interroger les lieux et les combinaisons possibles qui s’égrainent le long d’un parcours croisant d’autres itinéraires, à la fois concurrents et concourant à sa visibilité et son attractivité.

Figure 1 : Localisation des itinéraires étudiés (points noirs) sur les étapes (points rouges) de la Via Francigena

Figure 1 : Localisation des itinéraires étudiés (points noirs) sur les étapes (points rouges) de la Via Francigena

Fond de carte OSM (and) contributors. CC-BY-SA.

4Pour mener à bien cette analyse, notre recherche est fondée sur l’utilisation d’outils numériques (GPS, photographie, sites web, carnet de voyage) mobilisables, par le pèlerin, comme outils d’accompagnement sur le chemin et, par le scientifique, comme outils d’analyse quantitative et qualitative des interactions entre un itinéraire et les territoires qu’il traverse.

5Dans une première partie nous reviendrons donc sur notre positionnement épistémique et sur la richesse de l’objet balisage, apparemment anodin. Dans un second temps, nous restituerons la méthodologie et ses principaux résultats que nous discuterons dans une troisième et dernière partie autour d’une question : dans quelle mesure le balisage de la VF repose-t-il, selon nos observations, sur ce que Jérôme Denis et David Pontille (2005) qualifient de double écologie graphique informationnelle, à la fois coopérative et compétitive ?

Positionnement épistémique : la signalétique (balisage, pictogramme) ou la richesse d’un objet apparemment anodin

  • 4 Signalétique venant du grec sema (langage) pouvant prendre une forme graphique, d’icone, d’indices (...)

6La signalétique renvoie à un corpus de notions telles que le signal, la signalisation ou encore le signalement, et vers des objets regroupant l’ensemble des signaux (marques distinctives, empreintes, images peintes ou sculptées) utilisés pour la communication4 ou sur les voies de communications. Le balisage est précisément un dispositif de signalisation visant à guider le cheminement sur un itinéraire. Son étymologie (Rey, 1999) renvoie au terme portugais « balisa », lui-même dérivé du latin « palus, i » signifiant un pieu, un poteau utilisé pour la guidance maritime et portuaire, ou sur un chemin de piété, de pèlerinage précisément. Quant à pictogramme, le terme est étymologiquement dérivé de pictographie, tiré du latin pictus, a, um (peint). Il renvoie à toute forme de dessin figuratif, schématique, à valeur symbolique, utilisé lui aussi à des fins de communications. Pour notre travail de recherche, nous avons donc également inclus l’ensemble des signes utilisés sur des balises pour marquer un itinéraire croisant celui de la VF. Par extension, de pictogrammes à pixels (picture elements), nous nous intéresserons également aux images numériques des pictogrammes de la VF, disponibles en ligne, ou prises en photo sur le terrain. « Le système de signalétique doit viser à réduire au minimum l’activité de représentation de l’usager dans son orientation spatio-temporelle » (Tallon et Jeudy, 1977, p. 43). Analyser la signalétique d’un itinéraire permet de révéler une variété d’acteurs et leur intentionnalité de marquer les territoires traversés. Par cette exploration de la signalétique, nous souhaitons donc rendre compte de la « mise en intelligibilité » et de « l’ordonnancement de l’environnement » (Denis et Ponti, 2010) des territoires en inventoriant les supports graphiques (le balisage) et les signaux (pictogrammes) utilisés par les acteurs territoriaux institutionnels (collectivités, associations diverses) pour « orienter cognitivement et physiquement » (Denis et Ponti, 2010) les divers usagers de la VF. Cette exploration est une première reconnaissance de terrain, de la réalité physique de l’action des acteurs territoriaux et entendue comme le préalable indispensable à de futurs entretiens qualitatifs pour décrypter plus finement leurs motivations et stratégies. C’est aussi une expérimentation de terrain revisitant le concept d’espace perçu, vécu, conçu (Berthoz, 2005) à partir d’une itinérance guidée.

7Nous avons choisi d’entreprendre une lecture transfrontalière (Suisse-Italie) et paysagère (contextes urbain et montagnard) de la VF, par le biais d’un recueil de données in situ puis d’une analyse critique des balisages. Comment, aujourd’hui, ce balisage guide-t-il le marcheur (pèlerin ou randonneur) dans son cheminement vers des étapes culturelles et/ou paysagères ? Comment ce balisage l’aide-t-il - ou pas - à découvrir, (re)lire, dans un paysage, des territoires que le temps a changés, à s’approprier la culture de chaque territoire traversé ?

8S’agissant d’un itinéraire culturel transfrontalier (UK, FR, CH, IT), analyser l’évolution du balisage d’un pays à l’autre et d’un paysage à l’autre (urbain/montagnard) est pertinent. En effet, la géographie d’un itinéraire ne se limite pas à sa représentation spatiale, elle restitue aussi des enjeux de gouvernance et de visibilité qui varient et interagissent avec les contextes culturels et paysagers où ils s’expriment.

Construction du corpus numérique de recherche

9Une balise est un objet ponctuel qui renseigne un itinéraire dans un contexte spatial. Cette relation point-ligne-surface, classique de l’analyse spatiale, a orienté notre protocole de collecte d’informations sur le choix d’outils géomatiques de positionnement (points GPS), d’itinéraire (trace GPS) et de géovisualisation (Système d’Information Géographique (SIG) et Google Earth). Nous y avons également associé un carnet numérique de terrain, enrichi par des photographies d’inventaire (balises et pictogrammes) et de paysages (contextes géographiques). L’utilisation des outils numériques (GPS, SIG, photographie) pour l’analyse des paysages d’itinéraires culturels n’est pas récente. On la retrouve notamment chez les géographes travaillant sur l’objet paysage et les chemins de pèlerinage (Griselin 2001, 2005 ; Griselin et Nageleisen 2003, 2004 ; Griselin, Nageleisen et Ormaux, 2008 ; Griselin et Ormaux 2004, Nageleisen 2012, 2014). Pour ces auteurs, l’objectif est de quantifier le paysage, son ouverture/fermeture, sa visibilité, etc. Notre recherche se singularise de ces travaux par son objet d’étude - le balisage - qui est analysé comme un marqueur spatio-culturel du projet d’aménagement et de mise en valeur des territoires.

Protocole d’acquisition du corpus

10La collecte de notre corpus scientifique s’est faite en deux missions de terrain, effectuées en juin et octobre 2016 sur quatre sites choisis. Au total nous avons parcouru quatre tronçons de la Via Francigena : 8,2 km environ dans la commune de Martigny, 5,5 km environ autour du Col du Grand Saint Bernard ; 5,5 km environ également sur la commune d’Aoste et enfin 33,5km dans la commune de Rome. Au col du Grand Saint Bernard, les conditions de haute montagne (> 2500 m) et de météorologie (taux élevé d’enneigement persistant, brouillard et pluie) n’ont pas rendu possible le parcours de la VF sur une distance importante de chaque côté des versants du col.

11Nous avons alors réalisé un relevé GPS et photographique systématique et exhaustif des balises et des pictogrammes qui marquent les différents itinéraires visibles depuis le chemin de la VF. Pour les sites de Martigny (Valais, Suisse ; figure 2A & 2B), du col du Grand-Saint-Bernard (Valais, Suisse - Val d’Aoste, Italie ; figure 2C) et d’Aoste (Val-d’Aoste, Italie ; figure 2D), notre cheminement n’était dirigé que par le balisage VF. Pour le site de Rome (Latium, Italie ; figure 2E), par contre, le cheminement était dirigé par une trace GPS téléchargée depuis le site de l’AEVF5. A Martigny, Aoste et Rome nous avons réalisé une traversée intégrale du territoire, explorant ainsi à la fois les espaces péri-urbains (entrées et sorties de ville) et les cœurs de ville. Pour le site du Grand-Saint-Bernard, notre inventaire s’est concentré sur un tronçon VF transfrontalier de dix kilomètres. Chaque point d’inventaire a fait l’objet d’une localisation par GPS (figures 2B, 2C, 2D, 2E) accompagnée, le cas échéant, par une orientation pour les photographies de paysage. Cet inventaire a été complété par un commentaire in situ recueilli dans d’un carnet de terrain. L’ensemble des informations collectées (points GPS, images et commentaires) a ensuite été compilé dans un tableur (MS Excel) pour être analysé quantitativement par les outils numériques (SIG et quantification), et qualitativement (typologie et interprétations).

Figure 2 : Géovisualisation de la VF et visualisation SIG des points GPS de balises VF sur les quatre sites étudiés

Figure 2 : Géovisualisation de la VF et visualisation SIG des points GPS de balises VF sur les quatre sites étudiés

2A : Géovisualisation de la VF (fond de carte OSM (and) contributors. CC-BY-SA) sur le site de Martigny ; Visualisation SIG (format shp) des points GPS de balises VF sur les quatre sites étudiés (2B : Martigny, 2C Grand-Saint-Bernard, 2D : Aoste, 2E : Rome).

12L’intégration des données sous SIG a d’abord été réalisée par importation des fichiers GPS de chaque itinéraire au format GPX. Puis les commentaires in situ du carnet de terrain ont été rapatriés par jointure attributaire. Sur chaque site, le SIG permet une analyse quantitative du positionnement des balises et des pictogrammes.

Interprétation des données collectées

Supports et balises : sous le signe de l’hétérogénéité

13Devant l’hétérogénéité des modes de balisages rencontrés dès le premier site étudié (Martigny, Valais Suisse), nous avons trouvé utile et pertinent de diviser les observations de terrain sur le balisage VF en deux catégories : les supports et les balises. La variété des supports renseigne en effet sur les moyens mis en œuvre pour intégrer la visibilité des itinéraires dans le paysage, alors que le foisonnement des balises donne à voir la diversité des itinéraires qui peuvent croiser ou se contraposer sur celui de la VF. Nous avons ainsi observé pas moins de 775 supports de 18 types pour 1149 balises de 57 types différents. Ce corpus a été géoréférencé in situ (441 points GPS), puis extrait et documenté depuis le carnet de terrain complété par 579 photos elles-mêmes géoréférencées, figurant des balises et des contextes paysagés. Pour les 1149 balises recensées (figures 3A, 3B, 3C), les observations ont été regroupées en quatre types d’itinéraires (VF, Randonnée, Culturel, Autres), cinq types de balises (panneau fléché, pictogramme, autocollant, peinture, Autre) et trois types de communication (directionnel, informationnel ou non classé). Ce premier inventaire démontre l’intrication de la VF dans nombre d’itinéraires (sportifs, culturels, et divers). Depuis la VF, le pèlerin accède à une offre de divagation et, réciproquement, les divers itinéraires urbains et périurbains croisent ou s’appuie sur la VF. Nous observons donc un enrichissement, par cumul de parcours (figure 3A), par superposition d’itinéraires d’emprise spatiale variée : de l’échelle européenne (VF) à l’échelle locale (offre culturelle ou sportive, transports…) en passant par les échelles nationales (réseaux de randonnées).

Figure 3 : Typologies et fréquences synthétiques (en %) des balisages de la Via Francigena

Figure 3 : Typologies et fréquences synthétiques (en %) des balisages de la Via Francigena

3A itinéraires - 3B balises - 3C communication.

14La diversité des balises observées sur la VF (figure 3B et figure 4) nous instruit sur les modalités de visibilité de ces itinéraires. Panneaux fléchés et pictogrammes (51 % des balises) renvoient à des formes de balisage durables, programmées, sur des supports de communication dédiés à l’information du marcheur. Autocollant et peinture (33 %) renvoient plutôt à des formes de balisage non pérenne, plus opportuniste, surtout dans les espaces « de nature » (haute montagne, chemins ruraux ou forestiers…). Ces balises (figure 3C) ont principalement une vocation de communication informationnelle (49 %). Il s’agit alors de renseigner le marcheur sur son positionnement ou de l’informer sur l’offre d’activité (culturelle, sportive…) sur un point de l’itinéraire. La communication directionnelle (39 %) est paradoxalement une finalité secondaire du balisage qui n’est utilisée que pour la guidance quand celle-ci peut apparaitre nécessaire le long de la VF. Cette nécessité correspond à la présence d’itinéraires alternatifs ou concurrents (offre culturelle, sportive, commerciale…) et de difficultés d’orientation ou de guidance liées aux contextes urbains, périurbains et ruraux dans lesquels le cheminement s’effectue.

Densité de balisage et fréquence d’apparition de la VF

15Pour analyser l’intégration des balises VF dans son contexte signalétique, nous avons calculé un indicateur de densité (par km) pour les supports. Nous avons également calculé la fréquence d’apparition des balises VF dans le contexte signalétique global. Ces deux indicateurs permettent de quantifier l’intégration des balises VF au sein de la signalétique des autres itinéraires culturels ou sportifs qui partagent le cheminement de la VF.

16Le calcul de fréquence des balises VF est assez intuitif. Il s’agit du nombre des balises VF observées sur un point GPS, divisé par la somme des balises observées sur ce même point. Le calcul de la densité de supports au kilomètre est plus complexe car il doit restituer le voisinage d’un point GPS sur un segment de la VF. Il s’agit d’une valeur centrale, lissée, intégrant pour son calcul les supports précédents et suivants, divisée par la distance (en kilomètres) entre ces deux points.

17Sur la totalité des quatre parcours, seuls 39 % des balises sont dédiés à l’itinéraire VF (figure 4). Cette minorité apparente nous amène à explorer le concept de double écologie graphique informationnelle à la fois coopérative et/ou compétitive (Denis et Pontille, 2005) sur les tronçons parcourus.

18Ici en effet, la signalétique peut être appréhendée avec le regard de la sémiologie, c’est-à-dire en tant que système de signes. De ce point de vue, elle compose un dispositif dont on va chercher à mesurer les qualités esthétiques et fonctionnelles : telle police de caractère est jugée plus lisible qu’une autre, telle couleur, telle taille plus adaptée, etc. Le tout au sein de ce que Denis et Pontille (2010) appellent, dans les lieux publics : une écologie informationnelle.

Figure 4 : Echantillon de balises VF dans les différents contextes géographiques étudiés

Figure 4 : Echantillon de balises VF dans les différents contextes géographiques étudiés

Photos Éric Masson juin/octobre 2016.

De l’existence d’une double écologie graphique informationnelle sur la VF

19Deux systèmes d’écologie graphique informationnelle ont été observés sur les tronçons de la VF parcourus. Derrière ce constat, ce sont bien des acteurs et des stratégies qui se matérialisent à travers les choix de signalétique, de supports, de localisation et la fréquence de marquage. En qualifiant, par nos observations de terrain, cette signalétique de compétitive ou de coopérative, nous posons les bases d’une possible grille d’interprétation des stratégies d’acteurs qui dépasse le cas de la VF pour s’appliquer possiblement aux autres itinérances mobilisant une signalétique dédiée.

L’intérêt d’une signalétique opportuniste

20Dans un premier cas, la diversité de supports constatée et quantifiée s’explique, tant par une stratégie que nous qualifions d’« opportuniste » qu’a contrario, par le choix d’une stratégie d’affichage plus institutionnelle. La démarche opportuniste consiste à poser une balise - généralement un autocollant (figure 5A et 5B) ou une balise peinte (figure 5C et 5D) - en profitant de la disponibilité d’un support pérenne dont la localisation permet une mise en visibilité de l’itinéraire VF. Les supports réutilisés peuvent être institutionnels, comme des poteaux de signalisation routière (figure 5A), ou des mats de signalisation de parcours urbain (figure 5B). Les balises s’ajoutent alors aux autres pictogrammes institutionnels développant ainsi une forte concentration signalétique (figure 5B), dont l’écologie graphique est tantôt collaborative (figure 5B) tantôt compétitive (figure 5D). Les balises opportunistes peuvent également détourner des supports qui n’ont pas vocation à orienter le marcheur (figures 5C et 5D) comme des murs, des rochers, des arbres ou tout autre type de mobilier urbain. Balises et supports sont alors de type opportuniste et leur installation dépend essentiellement de la localisation des supports sur le cheminement du marcheur. Le balisage opportuniste est donc une signalétique « à moindres frais », observée notamment dans les marges urbaines ou les paysages de montagnes, et qui permet une multiplication des balises sur des supports informationnels très hétérogènes.

Figure 5 : Balises opportunistes de type autocollant à Rome (5A), Martigny (5B), Aoste (5C) et au Grand-Saint-Bernard (5D)

Figure 5 : Balises opportunistes de type autocollant à Rome (5A), Martigny (5B), Aoste (5C) et au Grand-Saint-Bernard (5D)

Photos Éric Masson juin/octobre 2016.

21Ainsi, par exemple, les balises « F » peintes, accompagnées de flèches, peintes elles aussi en jaune, illustrent bien cette signalétique « à moindre frais ». La maintenance de ce type de balise VF étant inférieure à celle des autres itinéraires sur les sites étudiés, celles-ci sont donc plus difficilement lisibles (figure 5C et 5D) au milieu des autres balisages peints plus officiels comme, par exemple, le chemin de randonnée 103 (figures 5C et 5D). Ce balisage VF, à l’évidence davantage « bricolé » voire improvisé que les autres balisages peints de randonnées qui l’entourent, s’insinue parmi eux comme sur le muret de pierres de la figure 5D. L’étude de trajets réels a montré clairement le caractère improvisé de l’activité d’orientation (Lévy, 2001) mais aussi les bricolages réalisés pour solliciter ces appuis informationnels très hétérogènes (Lacoste, 1997). La manière dont ici, non seulement les usagers de la VF mais aussi les bénévoles d’activités culturelles et sportives se débrouillent, réutilisent, voire contournent éventuellement les instructions mises à leur disposition, nous semble de nature à contrebalancer la critique « foucaldienne », pour qui la signalétique est perçue comme partie prenante des dispositifs de gouvernement en tant qu’éléments produits par les différentes autorités qui ont la charge des lieux (Kellerman, 2008). La maintenance et la pérennité du balisage opportuniste est par ailleurs révélateur, par sa fragilité et son exposition permanente aux intempéries, de la capacité d’une structure associative à garantir, malgré tout, sa visibilité et sa lisibilité sur des itinéraires partagés. Ce balisage opportuniste contribue aussi, de fait, à l’existence d’une écologie graphique compétitive.

Une écologie graphique compétitive

22Pour explorer cette écologie graphique compétitive, nous nous appuyons sur une représentation graphique des densités de supports et de fréquence d’apparition de balises VF (figure 6) sur les tronçons de Martigny (Suisse) et d’Aoste (Italie). Sur les deux sites, il est possible d’identifier des ruptures dans la densité de supports observée comme dans la fréquence d’apparition des balises VF. Ces ruptures correspondent à des contextes géographiques différents.

23Concernant Martigny (figure 6A), nous avons isolé trois contextes géographiques distincts le long de la VF : l’entrée, le cœur historique, et la sortie de ville (dans le sens Canterbury-Rome). Le cœur de ville présente une plus grande densité de supports et une fréquence de balises VF continue, mais dépassant difficilement les 20 %. La signalétique VF est donc soumise à une forte concurrence, et ce bien qu’elle bénéficie d’un adossement aux supports institutionnels sur des bornes urbaines de la municipalité (figure 7). Cette concurrence s’explique par l’offre culturelle locale très riche (la fondation Gianada d’art contemporain - omniprésente -, l’itinéraire historique Napoléon, les importantes ruines romaines, etc.) et des services urbains (transports en communs, commerces, etc.) nombreux. Dans un milieu forestier de bas de versant de la vallée du Rhône, l’entrée de ville présente une densité de support amoindrie (troncs d’arbres essentiellement) et une fréquence faible et discontinue de balises VF. Dans ce segment, la signalétique est essentiellement celle des chemins de randonnée suisses (losange jaune et noir). Le cas de la sortie de ville est plus complexe car le cheminement de la VF est partagé avec un sentier botanique et un parcours sportif. Ce segment propose donc une meilleure densité de supports mais aussi une concurrence d’usages assez forte.

24S’agissant d’Aoste (figure 6B), la structuration de l’itinéraire VF présente cette fois cinq segments : deux secteurs résidentiels, de part et d’autre du cœur historique, une sortie de ville et l’arrivée sur l’église Saint-Christophe. Les secteurs résidentiels et l’arrivée sur l’église Saint-Christophe présentent une plus forte densité de supports au kilomètre alors que dans le cœur historique d’Aoste les itinéraires pédestres s’effacent. La sortie de ville d’Aoste présente elle aussi, pour d’autres raisons, une très nette diminution de la densité de supports. Contrairement à Martigny, la fréquence de balises VF est presque toujours supérieure à 40 % et atteint souvent 100 % ce qui correspond à un support exclusivement dédié à la VF. Globalement, la signalétique VF résiste donc mieux à la concurrence des autres itinéraires, sauf pour le premier segment résidentiel et, de manière contre-intuitive, dans le cœur historique. En effet, dans le premier segment résidentiel, un cheminement commun existe entre la VF et un grand nombre d’itinéraires de randonnées thématiques (vignoble) ou sportives (trek) qui tirent bénéfice d’un versant exposé plein sud. Dans le cœur historique, la diminution drastique de fréquence s’explique par la quasi disparition des supports dédiés aux divers itinéraires pédestres, au profit du signalement des bâtiments et monuments historiques (ruines romaines, cathédrale, hôtel de ville…) privilégiés par la municipalité.

Figure 6 : Densités de supports signalétique et fréquence de balises VF à Martigny (6A) et Aoste (6B)

Figure 6 : Densités de supports signalétique et fréquence de balises VF à Martigny (6A) et Aoste (6B)
  • 6 Dans les figures 6A et 6B : la densité de support est en rouge et la lecture de l’axe (à gauche) se (...)

Ces deux tronçons VF ont des longueurs différentes dont il faut tenir compte pour une lecture comparée des deux graphiques6.

L’intégration institutionnelle par l’écologie graphique coopérative

25L’analyse du balisage des itinéraires de Martigny et d’Aoste tend à illustrer deux stratégies de mise en valeur des territoires traversés par la VF (figure 7). Cette dernière est à la fois institutionnellement intégrée et graphiquement minoritaire dans le centre-ville de Martigny (figure 7B), alors qu’elle est absente comme les autres itinéraires de randonnée dans le cœur historique d’Aoste (figure 7A). Cette différence très nette du traitement des deux cœurs de ville renvoie évidemment aux choix des deux municipalités qui pilotent la stratégie de valorisation de leur territoire.

Figure 7 : De la coopération inexistante (7A - Aoste) à l’intégration à minima (7B - Martigny)

Figure 7 : De la coopération inexistante (7A - Aoste) à l’intégration à minima (7B - Martigny)

Photos Éric Masson juin 2016.

26Pour sa part, la région du Latium a décidé au contraire de mettre en évidence la VF dans un objectif prioritaire de promotion et de valorisation intégrée du territoire (figure 8). Ce faisant elle épouse l’ambition de l’Office régional Romanatura7 de valoriser les vastes zones boisées et agricoles (figure 8B) jouxtant le centre historique de Rome, en insistant conjointement sur les caractéristiques remarquables des lieux, tant d’un point de vue naturaliste (figure 8A) qu’historique, culturel et religieux. Concrètement, le balisage intégré, pédagogique, informatif vise à garantir un parcours accessible et sûr aux pèlerins et aux touristes qui choisissent d’atteindre la capitale à pied, mais aussi à promouvoir, dans le même temps, un type de tourisme soutenable qui valorise les productions agro-alimentaires6 et les structures d’accueil (hébergement, restauration) à proximité.

Figure 8 : Une coopération institutionnelle très intégrée : la réserve naturelle de l’Insugherata (Rome)

Figure 8 : Une coopération institutionnelle très intégrée : la réserve naturelle de l’Insugherata (Rome)

Photos Éric Masson octobre 2016.

Conclusion

27L’analyse du corpus informationnel inventorié sur la VF en juin et octobre 2016 valide donc sans équivoque la pertinence du concept d’écologie graphique informationnelle à la fois coopérative et/ou compétitive, tel que proposé par Denis et Pontille (2005). Notre pratique du terrain, comme nos analyses a posteriori nous amènent également à considérer que la notion d’élasticité du tracé de la route médiévale (Pérol, 2007) est encore d’actualité. Un inventaire complémentaire des « lieux de route » (lieux d’accueil des marcheurs, points de passage obligés, etc.) permettrait sans doute de reconstituer l’oscillation des parcours mineurs. Enfin, derrière le caractère hétéroclite - actuellement constaté - des balises VF, et que notre étude a permis de montrer (figure 4), il nous a semblé poindre le désir d’imposer une plus grande homogénéité voire un logo unique porté par l’AEVF. Cet enjeu de visibilité peut et doit aussi être considéré comme un enjeu de pouvoir entre associations promotrices de la VF et les municipalités traversées. Ces balises sont bien, de facto, un dispositif de gouvernement en tant qu’éléments produits par une autorité qui a la charge d’un lieu (municipalité, région, conseil de l’Europe…) ou d’un itinéraire patrimonial (l’AEVF). Si cet enjeu de pouvoir institutionnel s’affiche clairement dans la réalité physique de son ancrage territorial, cette compétition graphique internationale renvoie elle aussi à une écologie compétitive/collaborative dont les enjeux de visibilité et de lisibilité s’affichent désormais davantage sur internet et les réseaux sociaux que sur le chemin de la VF.

Haut de page

Bibliographie

ANGELO S. (1994), « La via francigena, un progetto transnazionale per il turismo culturale europeo », dans La Via francigena. Itinerario culturale del Consiglio d’Europa, Turin, Salone CRT, Corso Stati Uniti, pp. 32-37.

BERTHOZ A. (2005), « Espace perçu, espace vécu, espace conçu », in Berthoz, Alain et Roland Recht (dirs.), Les Espaces de l’homme, Collège de France, Paris : Odile Jacob, pp. 127-160.

BERTI E. (2012), Les itinéraires culturels européens, un « produit touristique » ou culturel ?, Intervention du 27 novembre 2012 à l’Office du Tourisme de Paris, conférences de l’IREST, http://docplayer.fr/22252347-Les-itineraires-culturels-europeens-un-produit-touristique-culturel-par-eleonora-berti-27-novembre-2012-paris-office-du-tourisme-m1-gsvt.html

BOURDEAU L., MARCOTTE P. (dir.) (2015), Les routes touristiques, Presses Universitaires de Laval, 255 p.

DENIS J., PONTILLE D. (2010), Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux du métro, Paris : Presses des Mines, coll. Sciences Sociales, 197 p.

GRISELIN M. (2001), « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle : un patrimoine paysager », in Itinéraires de pèlerinage au Portugal et en Europe : nouvelles approches des chemins de pèlerinage, colloque organisé par le Conseil de l’Europe dans le cadre de la campagne « L’Europe, un patrimoine commun », Lisbonne 9-12 novembre 2000, 14 p. 14 fig. (site saint-jacques-france.org).

GRISELIN M. (2005), Paysage et itinéraires : quelques pistes méthodologiques, actes du colloque de Montpellier, L’évaluation du paysage : une utopie nécessaire ? À la recherche d’indicateurs/marqueurs pluridisciplinaires, 15 au 16 janvier 2004, pp. 154-163.

GRISELIN M., NAGELEISEN S. (2003), « L’analyse paysagère à partir de photographies au sol : un outil d’aide à la décision », poster, 1er prix ex æquo du meilleur poster des 6e rencontres de Théo Quant, Besançon, 20-21 février 2003, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 253, mis en ligne le 13 janvier 2004, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3684 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3684

GRISELIN M., NAGELEISEN S. (2004), « Quantifier le paysage au long d’un itinéraire à partir d’un échantillonnage photographique au sol », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, 6èmes Rencontres de Théo Quant, Besançon, France 20-21 février 2003, document 253, mis en ligne le 13 janvier 2004, consulté le 31 août 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/3684 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3684

GRISELIN M., NAGELEISEN S., ORMAUX S. (2008), « Entre le paysage-existence et le paysage-expérience, le paysage-itinérance », Actes Sémiotiques [En ligne]. Disponible sur : <http://epublications.unilim.fr/revues/as/3441> (consulté le 24/03/2017)

GRISELIN M., ORMAUX S. (2002), « Le sens par la navigation : le multimédia pour expliquer le paysage », in Actes du colloque Géopoint, Avignon, 29-30 mai 2000, pp. 137-148.

MORETTI I. (1977), « La Via Francigena in Toscana », in Ricerche Storiche, VII, pp. 383-406.

NAGELEISEN S. (2012), « Routes touristiques et itinéraires culturels, quels paysages, pour quel regard ? », Colloque international Routes touristiques et itinéraires culturels, entre mémoire et développement, Québec, juin 2012.

NAGELEISEN S. (2014), « Traverser les paysages : le plateau de l’Aubrac sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle », EspacesTemps.net, 20.01.2014. http://www.espacestemps.net/articles/le-plateau-de-laubrac/

PEROL C. (2007), « Comment penser la route ? », Siècles [En ligne], 25, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 16 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/1373

PETRUCCI A. (1993), Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie 11°-20° siècles, Paris : Editions de l’EHESS, (éd. orig. : La scrittura : ideologia e representazione, Turin, 1986).

PIOMBINI A. (2006), Modélisation des choix d’itinéraires pédestres en milieu urbain-Approche géographique et paysagère, Th. Doct., Université de Franche-Comté, 301 p.

REY A. (dir.) (1999), Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, Paris : Le Robert ed., vol. I à III., 1528 p.

SERGI G. (1981), Potere e territorio lungo la strada di Francia da Chambéry a Torino, Naples, Ligori, 338 p.

SERGI G. (dir.) (1996), Luoghi di strada nel Medioevo. Fra il Pò, il mare e le Alpi occidentali, Turin, Scriptorium, 287 p.

STOPANI R. (1988), La Via Francigena. Una strada europea nell’Italia del Medioevo, Firenze, Le Lettere, 187 p.

TALLON R., JEUDY H.-P. (1977), « Signalisation, signalétique, la différence ? », Communication et Langages, 36, pp. 33-43.

TORRES-LUNA de P., PEREZ-ALBERTI A., LOIS-GONZALES R.-C. (dir) (1993), Los Caminos de Santiago y el territorio, Congreso Internacional de Geografía, 20-23 sept 1993, pub. de la Xunta de Galicia, 48 comunicaciones, 962 p.

VALCARCEL-DIAZ M., RODRGUEZ-GUITIAN M., MARTINEZ-CORTIZAS A., PEREZ-ALBERTI A. (1993), As Paisaxes do Camiño Francés en Galicia, Publicación de la Xunta de Galicia, 139 p., 44 fig., 53 ph. + annexes.

Haut de page

Notes

1 Les 32 itinéraires culturels du conseil de l’Europe concernent des personnages européens, des chemins de pèlerinage, des réseaux monastiques, des patrimoines industriels et divers (http://www.cultureroutes.net/cultural-routes/list consulté le 23 mars 2017).

2 European Association of Vie Francigene (EAVF).

3 Projet exploratoire de premier soutien interdisciplinaire PEPS/CNRS Lille 3 (GERiiCO/Marta Severo porteur ; IRHIS, Lille 3) ; (CLERSE ; TVES Lille 1) ; EPFL (Lausanne), Université de Bologne, Université d’Amsterdam, CVCE (Luxembourg) Espaces et données numériques du patrimoine culturel : topologies et topographie des itinéraires culturels (clôturé en novembre 2016).

4 Signalétique venant du grec sema (langage) pouvant prendre une forme graphique, d’icone, d’indices ou de symboles.

5 Fichier tappa-45-da-la-storta-roma.gpx disponible sur le site de l’AEVF http://www.viefrancigene.org/fr/llmap/wrap/?layer=statictrack&close=operations (consulté le 30 mars 2017).

6 Dans les figures 6A et 6B : la densité de support est en rouge et la lecture de l’axe (à gauche) se fait du bas vers le haut. La fréquence de balise VF est figurée en bleu et lecture de l’axe (à droite) se fait du haut vers le bas. Le « cœur de ville » ou « cœur historique » correspondent au centre urbain dense à Martigny et à Aoste. Le « Résidentiel » correspond au tissu urbain continu peu dense, majoritairement pavillonnaire, situé autour du centre urbain dense. Les « entrées de ville » et « sorties de ville » correspondent au tissu inter-urbain très discontinu dans un espace d’activités majoritairement rurales.

7 http://romanatura.roma.it/ (consulté le 23 03 2017).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des itinéraires étudiés (points noirs) sur les étapes (points rouges) de la Via Francigena
Crédits Fond de carte OSM (and) contributors. CC-BY-SA.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Figure 2 : Géovisualisation de la VF et visualisation SIG des points GPS de balises VF sur les quatre sites étudiés
Légende 2A : Géovisualisation de la VF (fond de carte OSM (and) contributors. CC-BY-SA) sur le site de Martigny ; Visualisation SIG (format shp) des points GPS de balises VF sur les quatre sites étudiés (2B : Martigny, 2C Grand-Saint-Bernard, 2D : Aoste, 2E : Rome).
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3581/img-2.png
Fichier image/png, 13M
Titre Figure 3 : Typologies et fréquences synthétiques (en %) des balisages de la Via Francigena
Légende 3A itinéraires - 3B balises - 3C communication.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3581/img-3.png
Fichier image/png, 343k
Titre Figure 4 : Echantillon de balises VF dans les différents contextes géographiques étudiés
Crédits Photos Éric Masson juin/octobre 2016.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3581/img-4.png
Fichier image/png, 20M
Titre Figure 5 : Balises opportunistes de type autocollant à Rome (5A), Martigny (5B), Aoste (5C) et au Grand-Saint-Bernard (5D)
Crédits Photos Éric Masson juin/octobre 2016.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3581/img-5.png
Fichier image/png, 22M
Titre Figure 6 : Densités de supports signalétique et fréquence de balises VF à Martigny (6A) et Aoste (6B)
Légende Ces deux tronçons VF ont des longueurs différentes dont il faut tenir compte pour une lecture comparée des deux graphiques6.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3581/img-6.png
Fichier image/png, 338k
Titre Figure 7 : De la coopération inexistante (7A - Aoste) à l’intégration à minima (7B - Martigny)
Crédits Photos Éric Masson juin 2016.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3581/img-7.png
Fichier image/png, 17M
Titre Figure 8 : Une coopération institutionnelle très intégrée : la réserve naturelle de l’Insugherata (Rome)
Crédits Photos Éric Masson octobre 2016.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/3581/img-8.png
Fichier image/png, 21M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Masson et Maryvonne Prévot, « Analyse du balisage d’un itinéraire culturel du Conseil de l’Europe : l’exemple de la Via Francigena sur quatre tronçons en Suisse et en Italie », Netcom, 32-3/4 | 2018, 287-304.

Référence électronique

Éric Masson et Maryvonne Prévot, « Analyse du balisage d’un itinéraire culturel du Conseil de l’Europe : l’exemple de la Via Francigena sur quatre tronçons en Suisse et en Italie », Netcom [En ligne], 32-3/4 | 2018, mis en ligne le 29 janvier 2019, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/netcom/3581 ; DOI : 10.4000/netcom.3581

Haut de page

Auteurs

Éric Masson

Laboratoire TVES EA 4477, Université de Lille Sciences et Technologies.

Maryvonne Prévot

Laboratoire TVES EA 4477, Université de Lille Sciences et Technologies.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre Normandie
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals