Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33-3/4Notes de rechercheCommunautés culturelles et ethniq...

Notes de recherche

Communautés culturelles et ethniques et réseaux de communications1

Georges Anglade

Entrées d’index

Index géographique:

Haïti
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Texte édité par Henry Bakis. Sur ce texte, voir aussi, dans ce numéro de Netcom, la note suivante: (...)

1Il ne s’est pratiquement construit qu’un seul grand édifice public en Haïti depuis un quart de siècle, c’est celui imposant de la TELECO, la compagnie de téléphone, en plein quartier résidentiel au Piémont du Canapé-Vert. Il n’y a pratiquement qu’une seule administration à bien marcher en Haïti, beau temps mauvais temps, embargo ou pas, tout en rapportant beaucoup d’argent et de devises, c’est la TELECO. Quand vient le temps d’atterrir à Port-au-Prince, du hublot, on voit la masse blanche de son siège de sept étages qui surplombe, insolite, un ensemble pavillonnaire.

Note 1

2Il s’est passé ces dix dernières années, dans les différents espaces haïtiens et les différentes populations haïtiennes des événements très complexes, au chapitre des théories et des pratiques scientifiques et politiques, sous l’apparente simplicité d’une juste quête de démocratie et de développement. Que la dictature des Duvaliers, vieille de près de trente ans, fut en bout de course en 1986 était tout à fait normal et ne vaudrait pas question si sa manière de chute n’interpellait autant. On pouvait facilement imaginer plusieurs scénarios à cette fin de règne, et de là, toute la gamme des manœuvres qui allaient suivre pour un retour maquillé au statu quo ante. Mais, que l’élément déclencheur et moteur ait été ce mouvement convergent des populations de villes de province et des bidonvilles, ainsi que la permanente mobilisation des populations de la diaspora haïtienne, posait un problème absolument nouveau et inattendu dans le champ des théories politiques et des pratiques scientifiques, et dans la relation du politique au scientifique. Les éléments d’explication de cette situation ne sont pas moins nouveaux, car les populations délaissées des villes de province et des bidonvilles des provinces et de la capitale continuent à se mobiliser par à-coups, tout comme les populations en diaspora, dans des manifestations qui disent non seulement clairement que les attentes ne sont pas près d’être satisfaites, mais disent plus encore qu’il doit exister des agencements nouveaux d’espace et de nouveaux mécanismes de façonnement capables de porter les événements auxquels nous avons assisté, et allons probablement encore assister tout au long des quatre ans, 1992-1996, que nous nous donnons pour approfondir ce phénomène.

3Ici et maintenant, ce qui nous intéresse est de questionner le rôle et la part des nouveaux réseaux de communications comme mécanisme de ce refaçonnement puisqu’ils nous semblent être l’outil principal de ce que suppose ce refaçonnement, la mise en relation immédiate de toutes les communautés haïtiennes les unes avec les autres. Plus particulièrement, nous voudrions approfondir la signification et les conséquences pour les communautés haïtiennes dans les Amériques du Nord de vivre ainsi en temps réel les évènements au pays natal.

Note 2

4Comment d’abord comprendre cette revitalisation des villes de province quand on est, depuis fort longtemps, en processus avancé de centralisation ? Cette revitalisation des provinces est un indice de mutation dans la structure urbaine ; mais quelle est cette mutation ? Cette revitalisation, d’ailleurs systématiquement observée ailleurs à l’échelle des Tiers Mondes dans ces années 1980, a surpris sans un cadre cohérent d’analyse.

5Comment saisir ensuite ces manifestations d’allures quasi autonomes de bidonvilles qui ne désarment point ? Des bidonvilles, d’abord ceux des villes de province, relayés ensuite par ceux de la capitale, qui portent collectivement un mouvement, annoncent à l’évidence une mutation ; quelle mutation ?

6Comment dessiner le nouvel espace (économique et social, politique et culturel...) qui sert actuellement en Haïti et dans sa diaspora de fondement à ces revendications que nous observons, puisqu’en fait il ne peut exister, ni se concevoir, de revendications qui soient hors d’une inscription territoriale ? À quelle construction recourir pour rendre compte de ce qui s’y déroule quand les types des mouvements sociaux, et leurs revendications spécifiques, sont si manifestement hors des schémas classiques ?

7Comment concrètement démonter les mécanismes de façonnement de cette nouvelle configuration car, ce qu’il y a. de vraiment nouveau d’une province à l’autre, d’un bidonville à l’autre, c’est la plus ou moins libre communication par l’augmentation significative des émissions de nouvelles en créole dans plusieurs radios. Le bâillon imposé par la dictature s’est fissuré d’abord à partir des micros des radios.

8À toutes ces questions, nous répondons que nous sommes probablement dans un temps de mutations des structures territoriales sous l’effet, entre autres du refaçonnement provoqué par les nouveaux réseaux de communications. Mais avant, pour fonder cette analyse des transformations de la structure, et préciser le rôle des réseaux de communications comme facteurs ces transformations, il nous faudrait procéder à la mise en relation de la question des provinces, de la question des bidonvilles, et de la question de la diaspora à la CENTRALITE en crise d’une double exaspération métropolitaine.

Note 3

9Il était prévu que la structure de centralisation, qui allait se renforçant tout au long du XXe siècle, atteindrait bien à un certain moment un seuil de mutation avant l’ultime point horizon de sa trajectoire qui était de regrouper toute la population en un seul et unique lieu central. Pensable mais invraisemblable. Ce qui par contre n’était pas prévisible étaient le moment, les conditions et les conséquences de cette mutation de structure ; et ce qui est enfin devenu clairement visible dans la conjoncture, ce sont les nouveaux attributs permettant de qualifier cette nouvelle structure en gestation.

10La centralité entre en crise de mutation à partir des années 1960 où l’on se retrouve, dans les principaux centres du Tiers Monde, avec un phénomène de nature autre que la centralisation, fût-elle démesurée ; autre que la métropolisation, fût-elle importante ou excessive. Un nouveau construit d’espace s’est mis à s’édifier par la déterritorialisation des centres de leur cadre national pour leur inscription dans une logique transnationale. Les grandes villes de différents pays se sont ainsi mises à former entre elles un réseau dont les relations d’une ville à l’autre devenaient plus importantes que les relations de chacune d’elles avec leur arrière-pays, en même temps que chacun des centres se mettait à vivre en soi et pour soi, au bord de l’autonomie vis-à-vis du territoire national, en mouvement de construction de ce qu’on pourrait appeler une « Nouvelle République Urbaine/NRU », car la ressemblance est frappante avec ce phénomène d’espace historiquement daté des Cites États et des Républiques Urbaines.

11Les signes dont il nous faut rendre compte actuellement annoncent une mutation. Le centre, en se détachant virtuellement de son territoire pose la question de ce qu’il advient des villes régionales quand un centre se détache ainsi d’un réseau. N’est-ce pas l’unique piste d’explication du phénomène récent de revitalisation des provinces, ou, pour sacrifier à la prudence scientifique, n’est-ce pas la plus probable des hypothèses ? Comment interpréter autrement ce surgissement inattendu des nouvelles revendications provinciales ? La diaspora n’a-t-elle pas accentué à la fois cette transnationalisation, en ce que le million d’Haïtiens expatriés concentre sur Port-au-Prince beaucoup de leurs relations économiques (envois d’argents, achats de biens immobiliers) et sociales (les enfants y sont à l’école, les dépendants y sont regroupés), et à la fois cette régionalisation par un intérêt soutenu et non démenti pour les provinces d’origine, notamment par l’entremise d’innombrables associations régionales hors d’Haïti ? Comment penser la décentralisation en plein processus de mutation du centre en une « Nouvelle République Urbaine » qui donne enfin la chance aux régions d’une marge d’autonomie relative et d’intégration relative ?

Note 4

12La dynamique propre aux bidonvilles, qui comptent déjà plus de 50 % de la population du Tiers Monde (et nous ne sommes qu’en début du processus), appelle à en faire une catégorie en soi, ne serait-ce que parce que cette démesure de pourcentage dans la répartition de la population générale en fait le principal espace de l’avenir des populations du Tiers Monde, bien avant l’urbain ou le rural. Il se produit donc dans l’évolution des deux catégories classiques de base, l’urbain et le rural, un espace autre, ni urbain ni rural, qui s’est acquis une substantielle autonomie relative, semblant même aller jusqu’à 1’inter-relation des bidonvilles dans une même ville et 1’interrelation des bidonvilles d’une ville à l’autre. Une expression populaire recouvre cette réalité en émergence, les Cités, comme dans les Cités de Port-au-Prince (Lumière, Soleil, Boston, Brooklyn, Warf, Linthau, Bélékou, St Martin...) ou celles du Cap (Lafossette, Lôtbôpon, Nan Bennann, Laborie, Ti Guinen, Bèlè...) ou Raboteau aux Gonaïves, ou Lan Savann aux Cayes, etc.

13C’est à partir de 1980 que des mouvements sociaux (émeutes de la faim, renversements de dictatures, masses contestatrices) commencent, de manière autonome de l’urbain ou du rural, à prendre siège dans des bidonvilles du Tiers Monde, annonçant ainsi la production en cours d’un phénomène d’espace nouveau. Cet espace des Cités, qui se donne par exemple comme l’une des clés majeures de compréhension des forces en mouvement en Haïti depuis la fin de 1985, serait en somme une structure nouvelle qui se réalise en carrefour des principales villes, avec des intérêts différenciés de ceux du rural ou de l’urbain. Cette catégorie d’espace serait te bilan d’une rapide accumulation de valeurs de différenciation dans un lieu qui a évolué du statut de marge de l’urbain et du rural, à celui d’une troisième dimension autonome.

  • 2 Nom d’un département d’Haïti. Note de l’éditeur.
  • 3 Le mot déchoucage (français haïtien) est une transcription de déchoukaj (créole haïtien) issu du fr (...)

14Les populations qui ceinturent en une trentaine de Cités les principales villes du pays semblent être devenues les sujets en première ligne de l’histoire contemporaine. Il faut retenir que ce sont les bidonvilles des principales villes des provinces, Cap, Gonaïves, Cayes, Jérémie, qui sont « sortis » en contestation jusqu’au départ des Duvalier. C’est aussi pour satisfaire les revendications élémentaires de survie des Cités que la dite « contrebande » de consommation courante (riz, sucre, vêtements usagés, cigarettes) est devenue l’axe d’une politique commerciale d’apaisement, sans aucune prise en compte de la production locate des vivres (rural) et de la production locale de biens de consommation (urbain). « La guerre du riz » a même opposé dans de sanglants affrontements les bidonvilles des Gonaïves (pro-» contrebande ») à la population paysanne productrice de riz dans l’Artibonite voisin2. A Port-au-Prince, la clientèle des grandes manifestations sort aussi des Cités qui agitent, de manière quasi autonome, menaces de déchoukages3 et de revendications.

15Une force particulière se manifeste donc dans la crise, celle des ex-croissances, rejetées du rural et rejetées de l’urbain ; et c’est cela peut-être la grande nouveauté. Le bidonville a changé de nature pour n’être plus de la ville et n’être plus de la campagne. C’est la production d’un espace nouveau entre deux mondes, une dépression qui voit lui échapper les promesses de la ville sans pouvoir se raccrocher au rural, une dépression où l’on vient choir comme dans une poubelle de survie.

16De ce tableau, l’hypothèse la plus conservatrice donne « le Nouvel Espace des Cités/NEC » comme le futur lieu, de l’agglutination quelque part dans le prochain siècle de 75 % des populations haïtiennes au pays ; un pays de bidonvilles ! Comment, alors, ne pas essayer de conjurer cette menace ? Comment alors ne pas traiter du Nouvel Espace des Cités et de ses relations avec les autres paliers, dont le régional, en sa capacité de politique de rétention de population rurale, comme l’un des problèmes majeurs de l’avenir de l’espace économique d’Haïti et de l’espace économique du Tiers Monde ?

17Dans ces conditions, c’est peut-être pour la première fois que la population rurale en obligation d’émigration se met à réclamer une relance des provinces nettement plus appréciée qu’une marginalisation au centre. À mesure que se développe l’espace des bidonvilles, il devient plus intéressant de rester vivre à la campagne à des conditions minimales acceptables : la satisfaction des besoins élémentaires et la participation à la gestion de la collectivité. La migration aux bidonvilles des centres est maintenant le dernier pari que l’on veuille faire, l’ultime geste quand la vie et la mort à quitte ou double du Radeau surchargé n’est pas possible, car tout le monde sait maintenant dans les localités, que prendre pied dans une Cité, pour une suivie difficile, est affaire de nombreuses années, et qu’il n’y a pas de réussite spontanée ou rapide en ville.

Note 5

18Les problèmes soulevés par la nouvelle conjoncture de l’aménagement et de la gestion du pays haïtien obligent donc à une révision en profondeur de la manière dont on s’était habitué à comprendre la dynamique d’ensemble de ce pays. Les choses ont changé de manière importante dans cette décennie 1980, c’est-à-dire qu’un seuil a été franchi et qu’un nouvel agencement est en train de se chercher actuellement, au point que ce moment de réorientation semble bien être celui optimal pour une intervention pragmatique et visionnaire de l’État, à partir de ce qu’il y a actuellement et de ce que cela pourrait devenir.

  • 4 La phrase suivante faisait partie de ce paragraphe dans le texte de l’auteur. Il nous a semblé plus (...)

19Au temps de la métropolisation en renforcement continuel, temps des outrances d’une centralité qui n’avait tellement pas de limites que la mort des régions semblait imparable, il était tout à fait convenable d’aborder la situation nationale par les exigences imposées, par la ville capitale Port-au-Prince, à l’ensemble des activités sur e territoire national C’est ce processus de détournement, par une ville, des potentialités de toute une société qui est train de changer sous l’action d’autres composantes qui se mettent à agir avec une autonomie relative, en poursuivant des intérêts souvent contraires à ceux de la capitale. Il faut donc rendre compte de ce qui s’est déroulé ces dernières années à partir de nouvelles configurations capables de justifier aussi bien la somme des événements, que les modalités de leur déroulement, non seulement sur tout le territoire national, mais encore dans les extensions de la diaspora4.

20Les quatre nouveaux sous-ensembles, en articulation, capables ainsi de répondre du nouveau pays haïtien sont :

  • Une capitale en processus de devenir une « Nouvelle République Urbaine/NRU » par une autonomisation qui frise la déterritorialisation pour un plus fort rattachement à un réseau transnational de villes capitales circumcaribes dont Miami serait le pôle de hiérarchisation du réseau. Ce mouvement de renforcement des externalités des villes capitales dans la zone est concomitant des mouvements de revendications des Cités et des villes des Provinces.

  • Entre le rural et l’urbain, une troisième catégorie du spatial « Le Nouvel Espace des Cités/NEC », réceptacle obligé des migrations rurales et des rejets de la ville, espace de résonance des échos de la nation et espace porteur de la crise en plein centre.

  • Une Diaspora que la nouvelle conjoncture transforme en « Dixième Département/DD » de fait, prolongement des neuf départements du territoire traditionnel haïtien, par la somme de ses potentiels de complémentarité au pays. C’est un espace prometteur en ce qu’il est l’appoint national d’envergure dont il faudra apprendre à gérer les ressources et le potentiel de fournisseur d’input/intrants en tous genres et de consommateurs d’output/extrants en tous genres.

  • Des Provinces en velléités de refaçonnement par l’articulation, d’une part d’un monde rural structuré en bourgs-jardins et bourgs, et d’autre part des villes de province en quête de revitalisation. C’est un procès d’emboîtement et de hiérarchisation à partir de l’ensemble des milliers de localités en attente des réformes de la terre et des eaux, et des centres locaux en demande d’agro-industrialisation et d’une nouvelle gamme de services de premières lignes, ainsi que d’une participation effective à l’organisation communautaire.

21Quelle est la signification profonde de cet éclatement de l’espace contemporain en quatre entités : NRU-NEC-DD-NP ? Nous savions que cela devait renvoyer obligatoirement aux structures dominantes d’espace, mais comment alors dire cet éclatement de post-centralisation dans laquelle la centralisation mute sans pour autant désarmer. C’est que nous serions en plein changement de cap, entre un moment de CENTRALISATION SAUVAGE (globalement 1915-1985) et une nouvelle période de CENTRALISATION par EMBOITEMENT (1985...) de quatre entités dans lesquelles les réseaux de communications sont justement essentiels à. cet emboîtement.

22Ainsi le processus de centralisation serait à deux temps. A la rugueuse première phase succèderait une seconde phase, encore imposée par le Capital et la Centralité, certes, mais qui offrirait la chance d’une relative autonomie horizontale et d’une relative intégration verticale de quatre nouvelles entités nées des excès d’une centralité sans partage. Ce redéploiement du façonnement du pays haïtien nous semble tributaire de nouveaux réseaux de communications que nous nous proposons justement de questionner comme partie d’un programme de recherches aux dimensions de notre Commission C18, de 1992 à 1996.

23Voilà cette nouvelle figure sur laquelle il va nous falloir travailler cette fin de siècle. Il est probable que cette potentialité de centralisation par emboîtement devienne la structure dominante d’espace de la première moitié du prochain siècle.

Haut de page

Bibliographie

BAKIS Henry (2019), « Une conférence inédite de Georges Anglade (1992) : « Communautés culturelles et ethniques et réseaux de communications » », Netcom, Vol. 33, n°3-4, http://journals.openedition.org/netcom/4771

Haut de page

Notes

1 Texte édité par Henry Bakis. Sur ce texte, voir aussi, dans ce numéro de Netcom, la note suivante: Henry Bakis, « Une conférence inédite de Georges Anglade (1992) : « Communautés culturelles et ethniques et réseaux de communications » », Netcom [En ligne], 33-3/4 | 2019, mis en ligne le 04 février 2020, consulté le 04 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/netcom/4771 ; DOI : https://doi.org/10.4000/netcom.4771

2 Nom d’un département d’Haïti. Note de l’éditeur.

3 Le mot déchoucage (français haïtien) est une transcription de déchoukaj (créole haïtien) issu du français « dessouchage » (extraction de la souche après l’abattage d’un arbre). Il rend l’action de détruire jusqu’à leurs fondations des maisons par la population révoltée. Ce mot haïtien a été utilisé au début du vingtième siècle et réutilisé à la fin du régime dictatorial des présidents François et Jean-Claude Duvalier, lors de la destruction des biens de milices à leur service). Note de l’éditeur.

4 La phrase suivante faisait partie de ce paragraphe dans le texte de l’auteur. Il nous a semblé plus clair d’en faire le début d’un nouveau paragraphe (Note de l’éditeur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Anglade, « Communautés culturelles et ethniques et réseaux de communications »Netcom [En ligne], 33-3/4 | 2019, mis en ligne le 04 février 2020, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/netcom/4882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/netcom.4882

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre Normandie
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search