Navigation – Plan du site

Jouer un scénario d’aménagement foncier : analyse des pratiques d’aménagement et recherche d’alternatives au développement résidentiel

Gaming with land planning scenarios : analysis of local actors practices and exploration of alternative territorial projects
Laure Casanova Enault, Marta Debolini, Tatiana Popoff et Roxane De Flore

Résumés

Les territoires littoraux méditerranéens, mis en tension foncière, immobilière et environnementale par le développement touristico-résidentiel, sont ainsi concernés par des conflits d’usage des espaces. Dans cet article, nous présentons un jeu d’aménagement, ALTERé, appliqué à deux intercommunalités littorales varoises afin de répondre à deux objectifs principaux : mettre en place une pédagogie à visée performative auprès des acteurs en matière de développement durable et analyser leurs modes de jeu pour réaliser un scénario alternatif. Le jeu, organisé en quatre séquences, a permis une confrontation ouverte entre les acteurs de l’aménagement et les porteurs d’intérêts alternatifs au développement touristico-résidentiel. Il a également conduit à l’identification d’espaces à enjeux, à la mise en évidence de désaccords sur le projet de territoire, ainsi qu’à une réflexion sur les moyens de l’action publique. La démarche pourrait être généralisée à d’autres territoires et à d’autres scénarios d’aménagement.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions la Fondation de France (Programme Environnement, « Quels littoraux pour demain ? ») pour le soutien financier apporté au projet DURB, dans lequel s’inscrit cette recherche (DURB : La dépendance à l’urbanisation des territoires littoraux : existe-t-il des alternatives au tout résidentiel ?, 2017-2020, Responsable : Guilhem Boulay, UMR 7300 ESPACE).

Les auteures tiennent également à remercier l’ensemble des participants aux ateliers de jeu qui se sont tenus les 13 et 14 juin 2019 : les représentants des structures publiques partenaires, les acteurs agricoles, les décideurs, les représentants d’associations environnementales. Sont également remerciés Guilhem Boulay et Antoine GrandClément pour leur appui ainsi que les étudiants du Master 1 Geoter (Avignon Université, promotion 2018-19) ayant accepté de tester le dispositif en amont. L’Université de Toulon est également remerciée pour son accueil.

Introduction

1Alors que se multiplient les controverses liées aux décisions locales d’aménagement des territoires, un thème demeure consensuel dans ce domaine : l’impératif de les orienter les politiques publiques en faveur d’un développement durable. Ce référentiel d’action constitue désormais l’aiguillon des politiques locales d’aménagement. La préservation des ressources environnementales, la cohésion sociale et la démocratie participative sont devenues des aspirations socialement partagées. Si le concept a clairement été défini par les instances internationales (rapport Brundtland, 1987 ; conférence de Rio, 1992) puis, intégré à la législation française (à partir de 1999 avec la LOADDT, Loi d’Orientation pour l’Aménagement et le Développement Durable du Territoire), les modalités de sa déclinaison opérationnelle demeurent néanmoins floues. En conséquence, sous ce couvert peuvent être légitimées des actions d’aménagement contraires au principe d’un développement durable. Deux constats renforcent cette hypothèse : ce référentiel fait l’objet d’interprétations diverses par les acteurs locaux de l’aménagement (Mancebo, 2007) et sa déclinaison opérationnelle est fragmentée et non coordonnée sous l’effet de la gouvernance multi-niveaux (Dubois, 2009 ; Plottu et Plottu, 2009). Ainsi, la contradiction et la fragmentation des politiques locales de développement durable peuvent être lues dans les documents de planification et dans leur (manque) d’articulation (à travers par exemple les difficultés d’application d’objectifs de Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT) dans des Plans Locaux d’Urbanisme (PLU)).

  • 1 L’article de Torre et al. (2006) restitue des résultats de recherche éclairants sur ce thème.

2Au sein des territoires métropolitains du littoral méditerranéen, les orientations de planification en faveur d’un développement urbain durable ont du mal à produire leur effet (Melot et al., 2018 ; Prévost et Robert, 2016 ; McDonald et al., 2008 ; Cori, 1999). Les espaces d’interprétation des politiques locales de développement durable sont très souvent saisies par d’autres logiques de développement territorial. Au sein de ces territoires très attractifs, la rente immobilière est ainsi devenue la matrice d’un modèle d’aménagement fondé sur le secteur touristico-résidentiel (Boulay, Grandclément, 2015 ; Cori, 1999). Dans ce contexte, le risque est fort de voir l’aménagement du territoire se réduire au débat sur le droit et l’affectation des sols plutôt qu’à une réflexion sur un projet de territoire souhaité (et non subi). Ainsi la concertation s’est-elle développée ces dernières années comme moyen d’intégrer un panel élargi d’acteurs au système de décision et de désamorcer en amont les éventuels conflits1. La participation publique, en particulier sous la forme de concertation, est désormais intégrée à l’exercice de la planification territoriale (depuis 2000 notamment, sous l’effet de la loi SRU relative à la solidarité et au renouvellement urbains). L’adhésion de la population aux principes d’une démocratie participative et coopérative (Beuret et Cadoret, 2010) n’a cessé de se développer face à une démocratie représentative reconnue comme défaillante. L’idée sous-jacente est que le processus de concertation, qui associe au système de décision un panel d’acteurs élargi à la sphère privée (entreprises, associations, etc.), est nécessaire pour répondre aux conditions de la gouvernance territoriale (Leloup et al., 2005 ; Le Galès, 1995). C’est d’ailleurs sur ce postulat que s’est récemment renouvelée la pensée théorique sur l’action publique en matière de développement territorial à travers des travaux sur le rôle des proximités dans la gouvernance territoriale (Torre et Traversac, 2011 ; Bertrand et Moquay, 2004), sur la géogouvernance (Dubus et al., 2010) ou encore sur la gouvernance territoriale endogène (Beuret et Cadoret, 2010). Le principal effet positif de la concertation est bien l’instauration d’un dialogue entre acteurs (Beuret J.-E. et Cadoret A., 2010). Pour autant, il n’est pas garanti que les échanges bénéficient au projet de territoire (Dziedzicki, 2015). Dans le domaine de l’aménagement, il est fréquent de constater que les arènes de participation soient concernées par une faible représentativité du public et que les débats soient polarisés par la défense des intérêts particuliers (sous la forme de phénomènes Nimby par exemple) notamment en matière de droit des sols appliqué aux terrains détenus en propriété privée (Géniaux et Napoléone, 2005).

3L’information territoriale occupe également une place centrale dans ces travaux, l’hypothèse étant que la partager réduit l’espace des négociations possibles (Joliveau, 2001). Pour y parvenir cependant, deux freins doivent être contournés et sont au cœur de l’agenda de recherche sur la géogouvernance (Masson-Vincent et al., 2012). Il s’agit des difficultés pour un public non expert de s’approprier les outils d’analyse spatiale dont les systèmes d’information géographique (SIG) questionnés ici et, de la complexité des territoires. Ces dernières années, l’accès à ces outils a été facilité (amélioration des interfaces, développement d’une culture géographique via le Web 2.0 etc.). Néanmoins, les SIG participatifs (Mericksay, 2011 ; Leclerc, 2011) peinent à démontrer leur efficacité lorsque les territoires, et leurs enjeux d’aménagement, sont appréhendés dans leur complexité (Le Moine, 2006 ; Le Berre, 1995). Une explication en est donnée par la théorie de l’ignorance rationnelle appliquée à l’aménagement (Poplin, 2012 ; Krek, 2005). En effet, les coûts d’entrée dans ces dispositifs sont doublés (complexité de l’outil et complexité territoriale) sans que l’enjeu de la décision du joueur n’ait gagné proportionnellement en importance. Ainsi, le rôle facilitateur des dispositifs dans la transmission/appropriation de la connaissance territoriale devient un enjeu central.

4Comment dès lors introduire une réflexion critique sur le modèle en place ainsi que sur un autre modèle de développement territorial plus proche des principes fondateurs du développement durable ? Par quels moyens et par quels dispositifs ce dialogue est-il possible alors que les tensions entre acteurs, établies sur un déséquilibre socio-économiquement fondé, peuvent être très fortes ? Quel dispositif de jeu peut-il permettre une concertation publique dans l’aménagement fondée sur une connaissance territoriale approfondie ?

  • 2 ALTERé : ALTernatives à la Résidentialisations.

5A travers cet article, nous proposons de revenir sur des expériences de concertation par le jeu d’aménagement et d’analyser ses apports dans la planification intercommunale. Les apprentissages et les créations issues du jeu, constitutifs de tout serious game (Abt, 1970), seront observés ainsi que l’apport du dispositif de jeu fondé sur un SIG foncier « papier » par rapport au SIG foncier sur ordinateur. Deux apports du jeu pour la planification intercommunale de la métropole Toulon Provence Méditerranée (TPM) et de la communauté de communes du Golfe de Saint Tropez (GST) seront analysés : l’appropriation d’un scénario de développement durable par les acteurs et l’analyse des modes de jeu en tant que révélateurs des pratiques d’aménagement. ALTERé2 consiste à simuler, à partir d’un scénario prospectif contrasté, la réalisation de stratégies foncières décidées par sept joueurs représentatifs d’un panel d’acteurs clés du foncier. Le jeu aboutit à des conflits qui rendent compte de la position des acteurs concernant le projet territorial.

6Ainsi, l’objectif est-il de révéler les pratiques d’aménagement ainsi que des marges d’amélioration des projets de territoire alternatifs à celui fondé sur le développement résidentiel. Il est aussi d’éclairer les priorités de l’action publique pour la mise en œuvre d’un modèle territorial alternatif.

7L’article expose dans un premier temps le contexte contraint de la planification intercommunale des territoires littoraux du Var marqués par un développement touristico-résidentiel puis dans un second temps, le dispositif de jeu, avant de présenter dans un troisième temps les résultats auxquels il aboutit.

Mettre en débat un projet de territoire et simuler des alternatives : conditions pour un développement durable du littoral varois

Un horizon limité au développement touristico-résidentiel du territoire

8L’attractivité touristique et résidentielle des rivages méditerranéens constitue le levier principal de développement de ces territoires depuis le milieu du XIXe siècle (Vincent, 2015). Aujourd’hui encore elle génère un apport important de populations qui s’accompagne d’une consommation continue de l’espace pour répondre aux besoins en logement (ONML, 2016 ; Gaja Díaz, 2008 ; Zaninetti 2006).

9Au sein des territoires littoraux varois, l’attrait opère principalement sur les populations de touristes et de retraités. En effet, les migrations résidentielles de retraités, venus en majorité d’Ile-de-France et du nord du pays (INSEE, 2018), alimentent une dynamique démographique soutenue, laquelle s’est même accélérée depuis 2011 (croissance de 8 600 habitants par an, soit + 0,8 %, Ibid.). S’ajoute à cette dynamique l’accueil saisonnier de touristes. En témoignent les deux intercommunalités littorales de TPM et de GST (chacune regroupant 12 communes et 431 000 habitants pour TPM et 57 600 habitants et pour GST d’après l’INSEE, 2018) : au sein de TPM, environ 85 000 touristes ont été accueillis en 2011 (PDU) tandis que la population de GST quadruple au plus fort de la saison touristique (SCOT GST, 2018). La localisation littorale de grands centres urbains, tel que Toulon dans le Var (dixième agglomération et treizième aire urbaine de France), complexifie le jeu foncier : des dynamiques résidentielles métropolitaines (Ferrier, 1993) se combinent à celles de nature touristique.

  • 3 MOS est l’acronyme d’une base de données géographiques à haute résolution concernant les Modes d’Oc (...)

10Cette forte attractivité touristico-résidentielle des territoires littoraux varois a pour conséquence une dynamique soutenue d’artificialisation des espaces qui se réalise préférentiellement en extension résidentielle. Au sein de TPM, les données des MOS3 indiquent qu’entre 2003 et 2011, l’artificialisation nouvelle représente plus de 500 ha (sur les 14 100 ha de surfaces artificialisées qui représentent 40 % du territoire) dont près de 50 % sont consommés en extension résidentielle et 70 % le sont sur des espaces anciennement agricoles. Au sein de GST, qui compte 7 400 ha artificialisés représentant 17 % du territoire, les données des MOS 2003 et 2014 indiquent que les 750 ha artificialisés sur la période l’ont été majoritairement au détriment d’espaces naturels (74 %).

11L’arsenal législatif et opérationnel en faveur d’une maîtrise de l’urbanisation, renforcé dans les années 1990 par la loi Littoral, n’offre donc pas les conditions suffisantes pour contenir les dynamiques d’urbanisation au sein des enveloppes urbaines et assurer un développement durable du littoral (Perrin, 2014). Il est en effet démontré que le modèle de développement touristico-résidentiel, par la surexploitation des ressources et les rejets qu’il induit, contribue à la fragilisation de l’écosystème littoral (García-Ayllón, 2017 ; Holon and al., 2015 ; Burak and al., 2004 ; Alphan and Yilmaz, 2005) et à la perte irréversible d’espaces agricoles et naturels (Gaja i Díaz, 2008 ; Minvielle, 2006 ; Greenpeace, 2019 ; Bajocco et al., 2012).

  • 4 D’après une étude de l’INSEE datant de 2008, autour de 75 % des emplois salariés des deux intercomm (...)
  • 5 L’Observatoire national de la mer et du littoral publie une étude sur les prix des appartements anc (...)

12Ainsi, bien que nombre de signaux alertent aujourd’hui sur les limites d’un tel modèle (ibid.), aucune alternative emportant l’adhésion collective n’est proposée. C’est que les intérêts économiques des acteurs locaux (privés et publics) convergent en faveur de ce « modèle d’urbanisation », fondé sur « l’antagonisme entre urbanisation et protection » (Daligaux, 2005). Dans des travaux réalisés pour la Région, Laurent Davezies (Vanier et al., 2011) confirme l’assise résidentielle de la base économique régionale. Précisément, dans les territoires du littoral varois la base résidentielle représente 57 % de la base économique des zones d’emploi (contre 45 % en moyenne en France), l’apport de richesses provenant majoritairement des dépenses des retraités. A l’instar des revenus, la structure d’emploi4 et celle des activités est polarisée par l’économie foncière et immobilière. L’effet de polarisation est d’autant plus fort que des marchés d’exception locaux fournissent des rendements financiers records au sein de ces territoires littoraux5.

13Dans ce contexte, on comprend la difficulté des acteurs locaux à abandonner ce modèle. En témoignent les documents de planification territoriale, qui proposent une gestion des dynamiques contradictoires d’urbanisation et de préservation du foncier. La plupart de ces documents conjugue en effet un objectif de réduction du rythme de la consommation d’espace et un objectif ambitieux de production de logements (SCOT TPM, 2018 ; SCOT GST, 2018).

14Peut-on se permettre d’attendre le point de rupture du modèle - c’est-à-dire l’épuisement de la ressource foncière - pour en concevoir une alternative ? Nombre d’experts et de scientifiques (Perrin, 2014 ; Deboudt et al., 2008 ; Benoit et Comeau, 2005 ; Cori, 1999) nous enjoignent à collectivement anticiper ce point de rupture et à mettre en œuvre un développement urbain durable des territoires littoraux méditerranéens.

15En quoi la participation publique est-elle susceptible de répondre à ces attentes et selon quel(s) dispositif(s) ? Comment l’approche par le jeu peut-elle faciliter l’appropriation des enjeux de développement durable du territoire ? En quoi permet-elle de dépasser les limites d’application des dispositifs juridiques et politiques qui tentent de rallier ce même objectif ?

Ouvrir le champ de vision : apports du jeu pour concevoir des projets de territoires alternatifs

  • 6 Lorsqu’il ne s’applique pas à l’étude d’un scénario tendanciel (Börjeson, 2006).

16Ainsi, eu égard aux limites de la concertation dans l’aménagement (Dziedzicki, 2015), les enjeux de ce dispositif participatif dépassent le fait de réunir une pluralité d’acteurs et de débattre d’aménagement à l’échelle de l’ensemble du territoire. Notre but est, à travers la concertation, de créer les conditions permettant aux acteurs de s’extraire de la mécanique de pensée du présent. C’est précisément ce que permet l’exercice prospectif6.

17Dans le cas des terrains varois, le faible niveau de dialogue entre acteurs concernant un éventuel projet de territoire alternatif est l’expression d’une forme de renoncement de l’action publique face aux forces du marché foncier-immobilier. Ainsi, l’émergence d’un projet de territoire alternatif au modèle touristico-résidentiel ne semble possible que dans le cadre d’une réflexion « hors marché ». L’enjeu est de permettre de repenser les systèmes d’intérêts actuels - polarisés par la rente immobilière - qui régissent les relations entre acteurs.

18C’est en ce sens que l’approche par le jeu est mobilisée (Dupuy, 1972 ; Abt, 1970). Son objectif est de proposer aux acteurs une mise à distance du présent (et de la trajectoire tendancielle) par trois moyens :

  • Une projection à 20 ans (prospective) pour s’extraire des contraintes actuelles de l’aménagement (administratives, juridiques, politiques) et stimuler la recherche de nouveaux modes d’action ;

  • La simulation d’une fiction (scénario normatif) pour s’extraire du modèle de développement actuel et expérimenter un modèle de développement territorial alternatif ;

  • L’endossement d’un rôle (jeu de rôle) qui invite à s’extraire des contraintes métiers des acteurs et à stimuler la recherche de nouveaux systèmes d’intérêts.

19Les joueurs sont sélectionnés pour composer un panel représentatif (à l’image des « mini-publics » caractérisés par Fung, 2006) des acteurs clés de l’aménagement compte tenu du scénario joué. A l’instar des « focus groupes », l’objectif de la recherche est d’étudier les modes de jeu des différents types de participants dans le cadre contraint du scénario prospectif imposé. L’hypothèse est que leurs modes de jeu, bien que relevant de la fiction, sont révélateurs de pratiques et référentiels d’aménagement et sont susceptibles de livrer des informations sur les différents chemins possibles vers un futur de territoire alternatif.

  • 7 Les « jeux de territoires » (Lardon S., 2013) explorent la possibilité que s’établisse une vision p (...)
  • 8 D’après Callon et al. (2001), « le consensus est souvent le masque qui cache les rapports de domina (...)

20Ainsi l’objectif du jeu n’est-il pas d’aboutir à un consensus7 - irréalisable - entre acteurs (Callon et al., 2001)8, ni de confronter des visions idéalisées des futurs possibles. Comme le signale Dupuy (1972), certains conflits (entre groupes sociaux, entre des acteurs économiques) sont insolubles dans le cadre du jeu. L’auteur y évoque également ses doutes à utiliser ces dispositifs « en tant que thérapeutique », dans le but d’organiser une négociation entre des acteurs en situation de conflit. En conséquence, ALTERé a été conçu pour simuler la réalisation de stratégies foncières plurielles et concurrentes, dans un environnement de jeu où les conflits irréductibles sont neutralisés. C’est en ce sens que le choix a par exemple été fait d’évincer des acteurs du marché immobilier. L’objectif est bien de révéler les pratiques d’aménagement et les marges de progression des projets de territoire alternatifs, qu’ils soient consensuels ou qu’ils fassent l’objet de désaccords. On fait l’hypothèse que la mise en évidence des conflits substantiels (Dziedzicki, 2015) sur des projets de territoire (facilitée par la réunion d’acteurs aux intérêts divergents et aux capacités d’action déséquilibrées dans le jeu) constitue une opportunité pour ouvrir le champ de vision des acteurs sur le spectre les futurs possibles du territoire. Dans ses travaux, Torre (2018) indique en effet qu’au cours des conflits peuvent émerger des « innovations » et peuvent « apparaître de nouveaux chemins de développement ».

SIG foncier et jeu d’aménagement au cœur du dispositif participatif

Un scénario de prospective comme règle du jeu

21Le jeu est utilisé dans le but d’interpeller les acteurs locaux sur l’impératif de développement durable des territoires et sur la possibilité d’un modèle alternatif à celui fondé sur le secteur touristico-résidentiel. L’étude d’un autre futur territorial possible constitue un moyen d’éclairer la planification et les priorités de l’action publique (Loinger 2007 ; Berger, 1957). Opportunément, le contexte local est ici marqué par la sensibilisation des acteurs aux enjeux de la planification intercommunale car plusieurs d’entre eux sont partie prenante de l’élaboration des SCOT. C’est dans cette perspective qu’il est choisi de se donner pour cadre de jeu, un scénario normatif et contrasté basé sur l’hypothèse d’une augmentation de l’espace agricole. L’importance du récit de jeu est démontrée (Poplin, 2012). Ici, il permet d’imposer un nouveau cadre de réflexion, une situation territoriale fictive, afin de contraindre les acteurs à s’interroger sur les processus qui pourraient conduire à cette situation et aux nouvelles règles de fonctionnement territorial qu’elle imposerait. En réalité, un seul paramètre du fonctionnement territorial est modifié : le système de valorisation du foncier, lequel devient profitable à l’agriculture. Dans le scénario, la composante immobilière est présente (les futurs besoins en logements sont pris en compte par exemple) mais celle-ci n’entre pas en concurrence directe avec les autres usages du foncier (aucun acteur du secteur n’est dans le jeu).

22L’hypothèse d’un développement de l’agriculture locale est utilisée de manière instrumentale dans le scénario de jeu (et non comme un objectif en soi, qu’il faudrait atteindre à tout prix) pour étudier les voies d’un développement durable des territoires étudiés. Des travaux récents ont en effet démontré que le développement de l’agriculture locale (notamment en circuit-courts) est susceptible d’offrir les conditions d’un modèle de développement territorial vertueux (Jouve et Vianey, 2012 ; Aubry et Kebir, 2013).

23Partant du constat que l’urbanisation se fait préférentiellement en extension urbaine et sur de l’espace agricole (notamment dans TPM), le jeu projette les participants dans une situation d’augmentation de l’espace agricole à horizon 2030 dont il faut imaginer les caractéristiques. Précisément, il est demandé aux joueurs de travailler sur une hypothèse de 10 % d’espaces agricoles supplémentaires sur le territoire de TPM, soit 550 ha et, de 20 % en plus sur le territoire de GST, soit 600 ha.

24Ceux-ci sont incarnés par les principaux acteurs impliqués dans l’aménagement du territoire intercommunal et dans l’aménagement du foncier agricole. Il s’agit à la fois des acteurs ayant compétence dans le domaine (chambre d’agriculture par exemple) et des représentants de la sphère privée et citoyenne. Ainsi, sept profils de joueurs ont été réunis par table de jeu (photo 1) : un responsable de grande exploitation agricole, un acteur de la protection des terres agricoles, un responsable d’une petite exploitation agricole, un élu et/ ou chef de service au sein d’une commune ou intercommunalité, un représentant des services de la Région, un habitant membre d’une association citoyenne, un propriétaire foncier privé. S’y ajoutent un animateur et un assistant de jeu qui se chargent de livrer les consignes, tenir la comptabilité foncière, mettre en place le matériel de jeu et enfin de contrôler le temps.

Photo 1. Exemple de table de jeu

Photo 1. Exemple de table de jeu

G. Boulay, 2019.

25Sur la centaine de personnes contactées, un tiers a répondu positivement à notre invitation. Ainsi, il a été possible de réunir une dizaine de participants par table pour composer quatre tables de jeu. La réalisation simultanée de deux jeux pour chaque territoire a permis de fournir un matériau de recherche utile pour une analyse comparée des résultats. Ceux-ci ont été collectés en deux temps : dans un premier temps, au moment du jeu, l’assistant a procédé à une retranscription manuscrite de chaque action de jeu et, dans un second temps, l’équipe de chercheurs a analysé les matériaux produits dans le cadre du jeu à savoir, la carte de localisation des fonciers prioritaires à réserver pour l’agriculture et la carte de jeu où sont localisés et informés les conflits fonciers.

26La composition des tables du jeu de rôle (troisième séquence du jeu décrite infra) permet d’analyser l’effet différencié du dispositif sur les acteurs qui incarnent un rôle proche du leur dans le réel en comparaison de ceux qui endossent un rôle de composition (tableau 1).

Tableau 1. Profils des participants au jeu de rôle

Grand exploitant agricole

Protecteur des terres agricoles

Petit exploitant agricole

Représentant de commune / intercomm.

Représentant de la Région

Membre d’une association citoyenne

Propriétaire foncier privé

GST

Table 1

Membre d’un service du Département

Représentant du Conservatoire du Littoral

Maraîcher

Maire

Membre d’un service de l’interco.

Membre d’une asso. de défense du cadre de vie littoral

Géographe

Table 2

Membre d’un service de la chambre d’agriculture

Membre d’un syndicat forestier

Maraîcher

Membre d’une asso. locale de paysans

Membre d’une asso. locale de paysans

Membre d’une asso. locale de paysans

Géographe

TPM

Table 1

Membre d’une asso. régionale de promotion de l’agriculture

Géographe

Maraîcher

Membre d’une asso. locale de paysans

Membre d’un service aménagement de la Région

Membre d’une institution d’aménagement intercommunale

Propriétaire de forêt

Table 2

Membre d’un service de la chambre d’agriculture

Membre d’un service patrimoine d’une commune

Membre d’une coopérative d’horticole

Membre d’une asso. locale de paysans

Membre de la SAFER

Membre d’une asso. de défense du cadre de vie littoral

Membre d’un service aménagement d’une commune

27Le tableau des participants met également en évidence la diversité des profils des acteurs et la faible présence des élus, dont la difficulté à les mobiliser est bien connue localement. La non-participation de certains acteurs clés de l’aménagement constitue ainsi une limite du dispositif. Il est malgré tout possible de faire l’hypothèse d’un essaimage, par les acteurs présents, des connaissances fournies par le jeu.

Quatre séquences de jeu : partager, interpeller, imaginer, évaluer

28Quatre séquences de jeu se succèdent afin de partager l’information territoriale, d’interpeller et de mobiliser les participants sur les enjeux de développement durable du territoire et d’imaginer des modes de valorisation des espaces agricoles puis, afin d’évaluer les apports possibles du jeu sur les pratiques des acteurs.

Diagnostic du territoire : l’apport de la méthode ARDI

29La première séquence d’échanges consiste à positionner les réflexions des acteurs sur le thème du développement futur du territoire intercommunal. La méthode ARDI (Acteurs, Ressources, Dynamiques, Interactions), établie selon les principes définis par Michel Etienne (2010), est utilisée pour co-construire une modélisation conceptuelle du territoire et mettre en évidence la nature systémique du fonctionnement territorial. En découle une vision globale du système actuel et de ses limites (photo 2).

Photo 2. Diagnostic de territoire de GST par la méthode ARDI (Table 2)

Photo 2. Diagnostic de territoire de GST par la méthode ARDI (Table 2)

G. Boulay, 2019.

Jeu collaboratif : localisation des futurs espaces agricoles en 2030

30Le jeu consiste à projeter les acteurs dans une situation fictive, décrite par le scénario de prospective. Le plateau de jeu est composé de représentations cartographiques établies à partir des données fines et récentes concernant l’occupation des sols et la planification locale. Cette proximité au réel est à la fois une condition de légitimation du jeu et un moyen de s’assurer que les situations jouées puissent en retour servir l’exercice de la planification intercommunale.

  • 9 La banque de cartes contient par exemple des informations sur le réseau routier, les zones à risque (...)

31A partir des représentations cartographiques des espaces pouvant potentiellement être valorisés par l’agriculture (présentées sous la forme d’un SIG foncier), les acteurs, munis d’un normographe, sont invités à sélectionner une quantité de surface agricole. Cette quantité d’espace est définie pour chaque territoire intercommunal, sur un principe d’augmentation de la surface agricole dans le futur. Les participants sont invités à choisir les espaces qu’ils aimeraient voir valorisés par l’agriculture à l’avenir, sans tenir compte des contraintes politico-administratives actuelles. Leurs critères de choix doivent être communiqués aux autres participants. Ils ont connaissance de la possibilité de consulter à tout moment des données complémentaires sur le territoire, détenues par l’animateur au sein d’une banque de données cartographiques9. Ainsi, les participants, aidés ou non de l’animateur, disposent d’une heure de temps pour détourer une à plusieurs parcelles, en inscrivant leur superficie (photo 3). Les participants peuvent décider des parcelles sélectionnées chacun à leur tour ou ensemble. Il n’est pas nécessaire d’avoir l’accord des autres participants pour inscrire son choix. Ainsi, le résultat ne correspond pas nécessairement à un consensus des acteurs. Dans les faits, le dialogue conduit à l’expression de compromis dans les espaces sélectionnés autant qu’il donne lieu à l’expression des intérêts particuliers des acteurs. La fin de la partie survient dès lors que la quantité totale de surface à sélectionner est localisée sur la carte.

Photo 3. Sélection (cercles bleus sur la carte) des parcelles qui pourraient être conservées pour de l’agriculture au sein de TPM (Table 2)

Photo 3. Sélection (cercles bleus sur la carte) des parcelles qui pourraient être conservées pour de l’agriculture au sein de TPM (Table 2)

Tatiana Popoff, 2019.

Jeu de rôle : confrontation des projets de territoire et hiérarchisation des espaces à enjeux

32Dans cette séquence d’une heure et demie, le jeu consiste à simuler, sur les parcelles sélectionnées dans la phase précédente, des projets de valorisation des terres agricoles. Aucune consigne n’est donnée concernant le type de projet de valorisation. Il s’exprime par fractions, au fil du jeu, au grès des actions (commentées à voix haute) des joueurs. Celles-ci sont définies dans une fiche-joueur, qui distribue les capacités foncières de chacun, lesquelles relèvent de pouvoirs d’acquisition ou de régulation du foncier. Le tableau 2 ci-dessous dresse une synthèse des traits principaux des actions de jeu des joueurs.

Tableau 2. Synthèse des stratégies des acteurs déployées dans le jeu

Rôles

Synthèses des stratégies déployées dans le jeu

Grand exploitant agricole

Acquisition de grandes parcelles (viticulture, arboriculture)

Protecteur des espaces naturels et agricoles

Protection des espaces naturels, agricoles, zones humides, maîtrise de la spéculation foncière

Petit exploitant agricole

Acquisition de foncier à proximité de toutes les zones urbaines et sur des terrains irrigués

Représentant de commune / intercomm.

Réservation d’espaces pour le logement, et d’espaces sanctuarisés. Peu de prises de position sur le projet agricole

Représentant de la Région

Encouragement de l’agriculture sur des terres équipées pour l’irrigation

Membre d’une association citoyenne

Encouragement à la préservation des espaces naturels ou agricoles. Soutien par défaut à ce qui ne relève pas d’un projet d’urbanisation

Propriétaire foncier privé

Variable

33Le jeu se déroule en deux tours et il est fermé (la ressource foncière ainsi que les capacités des joueurs sont fixes). Le premier tour permet à chaque joueur, en fonction de ses capacités foncières, de positionner son projet sur le ou les terrains de son choix, en explicitant ou non ses critères de décision. Les joueurs déploient leur projet en fonction de leurs seuls intérêts. Un bilan quantifié des acquisitions foncières des joueurs est dressé. Le second tour est dédié à la négociation et/ou à la résolution des désaccords sur la valorisation du foncier. Il est demandé à chaque joueur d’acter au minimum un compromis avec un autre joueur sur la zone de conflit de son choix. La conclusion d’au moins un compromis par joueur indique la fin de la partie. Un nouveau bilan quantifié des acquisitions foncières des joueurs est dressé puis comparé aux capacités foncières théoriques de départ pour déterminer les succès des stratégies adoptées par chaque joueur. En complément de ce bilan quantitatif, pourront également être analysés les modes de jeu comme les systèmes d’intérêts et de solidarité-concurrence qui se sont établis entre acteurs (Photo 4).

Photo 4. Résultat du jeu de TPM (Table 2)

Photo 4. Résultat du jeu de TPM (Table 2)

Roxane de Flore, 2019.

Mise en débat des moyens d’action

34La dernière séquence est consacrée à une analyse réflexive des pratiques des joueurs concernant leurs moyens d’actions. Il leur est demandé de remplir une grille de comparaison des moyens d’actions (leviers et blocages) utilisés dans le scénario joué et de ceux employés dans le réel.

Un SIG foncier comme plateau de jeu

35L’originalité de ce jeu d’aménagement est de se fonder sur un SIG conçu à l’échelle du territoire intercommunal. L’objectif pour l’équipe de chercheurs est double. D’une part, il est de transmettre une expertise territoriale sur le gisement foncier disponible et sur ses caractéristiques. D’autre part, l’objectif est de contraindre les acteurs à fonder leurs échanges et leurs stratégies de jeu sur des données objectives sur le territoire.

  • 10 Le gisement foncier est déterminé à partir d’une analyse multicritères sur le foncier non bâti disp (...)

36Le SIG foncier est composé de six couches d’information spatialement référencée (figure 1) concernant les parcelles des douze communes qui composent chaque intercommunalité : un fond de carte IGN, une carte indiquant la répartition de l’espace agricole (cultivé) actuel, une carte indiquant les zones définies dans les documents locaux d’urbanisme comme agricoles (zone A) et celles à urbaniser (zone AU), deux cartes représentant les parcelles qui pourraient être valorisées à l’avenir par l’agriculture, l’une les localisant (le gisement foncier10) et l’autre indiquant ses caractéristiques en termes de types de cultures qui pourraient être développés. Ces deux dernières cartes résultent de traitements d’analyse spatiale réalisés en amont par l’équipe de chercheurs afin de livrer une connaissance territoriale approfondie (et inédite) sur le foncier intercommunal. Une carte vierge est mise à disposition pour inscrire le scénario agricole réalisé.

Figure 1. Le plateau de jeu

Figure 1. Le plateau de jeu

Un SIG foncier composé de six couches d’information spatiale.

  • 11 Les résultats dont il est question ici correspondent à l’identification des parcelles à réserver po (...)

37L’originalité réside aussi dans l’utilisation du SIG foncier comme plateau de jeu. Celui-ci est adapté en format papier. Chaque couche d’information spatiale est imprimée en grand format (A1) sur un papier calque transparent afin de permettre aux acteurs de chaque table de superposer et de croiser les couches d’information qu’ils jugent utiles à leur prise de décision. Ce format permet de fonder une partie des échanges entre les participants sur l’écriture graphique, qui constitue un mode d’interaction et de réflexion particulièrement adapté aux jeux spatialisés (Poplin, 2012). Les joueurs ont connaissance de la possibilité d’utiliser le SIG sur ordinateur projeté sur grand écran au sein de la salle. Aucun joueur ne l’a utilisé, lui préférant sa version papier. Par ailleurs, nous avons, lorsque cela a été possible, utilisé le SIG lors de la seconde phase de jeu, comme moyen de comparer in situ les résultats11 d’un croisement des critères de décision obtenu par les joueurs et réalisé par le SIG. L’expérimentation a été menée sur une table où les joueurs ont mobilisé des critères de décision explicites. Les participants ont accordé peu d’intérêt à cette séquence d’utilisation du SIG, dont ils ont collectivement considéré que l’outil n’était pas en mesure de livrer une expertise aussi fine que celle qu’ils étaient en mesure de proposer. Le SIG sur ordinateur a renvoyé en résultat un nombre d’espaces sélectionnés supérieur à celui imposé par le scénario tout en intégrant dans ses résultats, les terrains retenus par les acteurs. L’approche experte du SIG papier réalisée par les acteurs et celle automatique réalisée via le SIG sur ordinateur ont donc abouti à des résultats convergents. En revanche, la priorisation des espaces à réserver pour l’agriculture constitue une vraie plus-value apportée par les acteurs via leur analyse collaborative de l’information territoriale contenue dans le SIG papier.

Le jeu, révélateur des pratiques et référentiels d’aménagement

Des accords sur les espaces à enjeux mais des projets de valorisation qui diffèrent

  • 12 Il s’agit de la seconde séquence de jeu décrite supra.

38La séquence de jeu12 dédiée à la localisation des espaces prioritaires pour une valorisation agricole, fournit une première indication des espaces à enjeux au sein des territoires. Ceux-ci sont localisés sur un calque vierge superposé par les acteurs aux autres couches du SIG pour les aider dans leur décision. Le calque papier est ensuite collecté, vectorisé et comparé à celui produit par l’autre table de jeu. Deux types de résultats apparaissent à l’issue de cette phase et semblent directement dépendre de la configuration spatiale des terrains d’étude. Les espaces sélectionnés se recoupent majoritairement entre les deux tables de jeu du terrain de TPM (figure 2) tandis qu’ils diffèrent plus sensiblement entre les deux tables jouées dans le cas du terrain de GST (figure 3). L’explication la plus probable est que l’espace des possibles (c’est-à-dire, la quantité de gisement foncier) étant supérieur dans le second terrain, la probabilité est plus forte que le taux de recouvrement des espaces sélectionnés soit inférieur.

Figure 2. Résultats comparés des deux tables de jeu

Figure 2. Résultats comparés des deux tables de jeu

Deuxième séquence de localisation des espaces à réserver pour l’agriculture au sein de TPM.

39Dans le cas du territoire de TPM, si un accord est globalement trouvé sur les espaces à réserver pour l’agriculture, ces choix résultent dans certains cas de critères de décision différents. La table 1 a notamment procédé à partir de critères génériques de sélection (en particulier sur la qualité du gisement, la proximité aux espaces cultivés et la possibilité d’irrigation) tandis que la table 2 a fondé sa décision sur une approche experte largement fondée sur la connaissance du terrain des acteurs. Ainsi, dans le second cas, les échanges sur les projets agricoles ont émergé dans cette phase de jeu contrairement à la table 1.

Figure 3. Résultats comparés des deux tables de jeu

Figure 3. Résultats comparés des deux tables de jeu

Deuxième séquence de jeu dédiée à la localisation des espaces à réserver pour l’agriculture au sein de GST.

40Dans le cas du territoire du GST, les approches peuvent être qualifiées d’hybride : la mise en avant de critères de sélection unanimement considérés comme majeurs à intégrer dans le système de décision est combinée à une approche empirique du terrain, liée au projet agricole souhaité. Ainsi, en préalable de choix fondés sur leur connaissance du terrain, les acteurs de la table 1 se sont concentrés sur les espaces situés à proximité des espaces habités tandis que ceux de la table 2 ont considéré en priorité sur les espaces irrigables.

41Cette phase de jeu n’introduit aucune mise en concurrence des acteurs. Les choix individuels, bien que guidés par des projets de valorisation agricoles différents, sont acceptés par les participants. Nous faisons l’hypothèse que cela s’explique par l’absence de deux contraintes majeures du réel : d’une part, la pression résidentielle est soustraite par le biais de la sanctuarisation du marché agricole (Geniaux et Napoléone, 2005) et d’autre part, la tension foncière disparaît par l’objectivation du foncier théoriquement libre (hors dureté foncière et règle d’urbanisme en vigueur) et qui est supérieur aux représentations que les acteurs s’en font.

42Pour autant, le jeu de rôle qui succède à cette séquence fait émerger des oppositions de points de vue sur le projet territorial. De quelle nature sont-elles ? Que révèlent-elles des enjeux d’aménagement local ?

A travers les conflits fonciers, des indications sur les priorités, les leviers et les verrous de l’action publique territoriale

  • 13 L’auteur différencie quatre types de conflits d’aménagement : le conflit structurel lié à une remis (...)

43Les conflits fonciers , ainsi nommés dans le jeu, relèvent de conflits substantiels (Dziedzicki, 2015)13, issus des décisions concernant le devenir d’une parcelle ou d’un ensemble de parcelles : ils caractérisent des situations, fictives, de prises d’intérêts contradictoires entre deux joueurs au moins, exprimées sous la forme de propositions d’acquisition ou de réservation de foncier et jouant comme contrainte sur la stratégie foncière des autres joueurs. Cette approche postule à la non-équivalence des effets des décisions foncières selon leur localisation et porte ainsi une attention particulière aux espaces où se cristallisent ces oppositions, qui sont des espaces à enjeux pour les politiques publiques d’aménagement.

44Les conflits de fonciers, mis en exergue par la troisième séquence de jeu (décrite supra), sont analysés de manière comparée à partir des deux tables de jeu de chaque territoire.

45Quatre principaux résultats en ressortent : les deux premiers concernent les espaces à enjeux et les défis d’aménagement du territoire ; les deux suivants concernent les modes d’action – leviers et blocages – de l’aménagement.

46Un premier résultat concerne la convergence des zones de conflits pour deux profils de gisements fonciers. Il s’agit d’une part des gisements situés au sein des zones en tension foncière au sein du territoire ou bien situés à proximité des zones urbanisées en front de mer (par exemple dans les communes du Pradet et de Carqueiranne) ou encore des gisements insérés dans le tissu urbain (par exemple dans la commune de Ramatuelle). Il s’agit d’autre part des fonciers qui apparaissent comme les dernières terres agricoles de la commune. Pour nombre d’acteurs en effet, un enjeu fort de l’aménagement foncier est de réserver de l’espace agricole au sein de chaque commune. La référence privilégiée à l’échelon communal pour penser l’aménagement est ainsi réaffirmée par les acteurs.

47Un deuxième résultat concerne la multiplicité d’espaces de concentration des conflits fonciers, situés en dehors des zones tendues décrites ci-dessus, et dont les termes sont très dépendants du contexte local. Il est cependant possible de dégager trois grands types de désaccords : premièrement, l’usage des sols (protection des espaces naturels vs mise en culture) ; deuxièmement, le projet agricole (agriculture de proximité vs agriculture exportatrice) ; troisièmement, la propriété foncière (la propriété foncière comme condition ou non d’installation d’une exploitation).

48Le troisième résultat est issu de l’analyse des transactions entre acteurs pour dépasser leurs désaccords. Les échanges entre joueurs ont révélé deux principaux leviers, sous-utilisés à ce jour, pour le développement de l’agriculture au sein du territoire : le premier est la combinaison de types de cultures ou de pratiques sur une même parcelle/exploitation, comme l’illustre par exemple l’agroforesterie ou l’œnotourisme ; le second est un argument socio-politique en faveur de l’agriculture à savoir l’intérêt des espaces agricoles en matière de prévention des risques naturels ; le troisième concerne l’importance des garanties concernant l’usage futur des terres lors des cessions de propriété (via des clauses d’interdiction de construction dans l’acte de vente par exemple ou par l’intermédiaire d’engagements « moraux » sur des pratiques culturales – bio, polyculture, etc.–).

49Le quatrième et dernier résultat porte sur les trois principaux freins à la mise en place d’un modèle de développement alternatif au modèle touristico-résidentiel et qui ne relèvent pas de contraintes de marché. Le premier frein concerne le haut niveau de protection de certains espaces boisés, lesquels représentent un usage concurrent de l’agriculture important au sein des territoires d’étude. Le second frein concerne les difficultés de mise en œuvre d’opérations de remembrement foncier notamment lorsqu’elles impliquent des terrains en friche et plus globalement les difficultés de négociations avec les propriétaires fonciers. Le troisième frein concerne les problèmes de soutenabilité économique de l’agriculture de proximité (notamment au regard de l’agriculture AOC exportatrice et de la concurrence des pays voisins sur le maraîchage) ainsi que les difficultés socio-économiques et démographiques (vieillissement, faible attractivité auprès des jeunes) de la profession.

50Enfin, parce que les résultats bruts nous disent aussi des choses… bien qu’ils soient moins évocateurs que les processus qui y ont conduits, nous partageons ici quelques résultats de jeu. Ils correspondent au niveau de réalisation de la stratégie foncière des joueurs (soit quantifiée d’après le nombre d’hectares acquis par rapport à la consigne soit, évaluée du point de vue de la réalisation d’orientations politiques). Les grands perdants sont le propriétaire foncier et le grand exploitant agricole (à deux reprises) puis, vient le petit exploitant puis, le maire. Tour à tour, les gagnants sont le petit exploitant et la Région, le petit exploitant, le grand exploitant et le protecteur des terres, le petit exploitant et le maire. Les arguments de jeu, l’explicitation des choix et des projets ont souvent fait la différence. Ainsi, a-t-on assisté à des solidarités et désolidarisations entre acteurs inattendues. Par exemple, un petit exploitant prêt à faire le jeu du marché pour acquérir des parcelles bien situées pour développer son activité de maraîchage en circuit-court a perdu le soutien du protecteur des espaces naturels et agricoles qu’il pensait lui être acquis.

51La dernière séquence de jeu incluait une auto-évaluation sur l’évolution des connaissances et représentations des joueurs à l’issue de la journée. Les résultats ont indiqué que l’appropriation du SIG foncier au fil du jeu a amélioré leur niveau de connaissance du territoire, notamment du point de vue de la situation foncière. L’immersion dans un environnement de jeu fictif et confrontant des acteurs aux intérêts contraires mais pas strictement contradictoires a également permis une meilleure inter-compréhension des enjeux propres à chaque acteur foncier et de ce que pourrait être un intérêt territorial commun inspiré des principes de développement durable.

52Les apports de la démarche ont aussi été de préciser les enjeux de l’action publique au sein de ces territoires en élargissant les champs de réflexion des acteurs à l’ensemble du système territorial (et non à la seule question de l’accès au foncier) et à son devenir à moyen-long terme. En effet, plusieurs acteurs en responsabilité ont pu prendre le temps de questionner le projet agricole de leur territoire et plus globalement leur projet d’avenir pour le territoire, en dehors des contraintes technico-politiques avec lesquelles ils ont l’habitude de composer.

Conclusion

53A la fois jeu collaboratif et jeu de rôle, le jeu d’aménagement foncier ALTERé mis en œuvre au sein de deux intercommunalités du littoral varois a livré plusieurs apports directs à l’exercice de planification intercommunale. Les joueurs, représentatifs d’un panel d’acteurs clés, ont identifié des zones prioritaires d’action au sein des territoires d’étude. La comparaison des zones identifiées par les deux tables de jeu a permis de consolider ces résultats. Le jeu a également permis de saisir les intérêts contraires des acteurs ainsi que les conflits potentiels que ces situations peuvent générer. Ces apports directs à la planification sont d’autant plus intéressants que le jeu était positionné hors procédure légale d’aménagement. Le cas inverse aurait permis de gagner en légitimité et en audience.

54Le jeu livre aussi des apports indirects à la planification intercommunale, intéressants à analyser. La démarche a d’abord permis d’ouvrir le champ de vision des acteurs sur la possibilité de réaliser un scénario alternatif à celui du développement touristico-résidentiel soit, un scénario d’aménagement plus vertueux en termes de développement durable des territoires littoraux.

55Ce qui s’est révélé enfin être d’un grand intérêt au cours de cette expérimentation est la mise en évidence des référentiels et pratiques d’aménagement des acteurs, révélés de deux manières : à travers leurs modes de jeu (critères de décision des espaces à enjeux, projets de valorisation des parcelles, stratégies de négociation de compromis, etc.) et également au sein de moments « hors-jeu », de moments informels d’échanges entre les joueurs comme par exemple lors de la découverte des cartes du territoire (qui divergeaient des représentations de certains acteurs) ou de l’énonciation de la consigne de jeu (le chiffrage de l’augmentation de la surface agricole a été discuté). Plusieurs informations clés concernant les freins et les leviers de la planification intercommunale ont ainsi pu être mis à jour. Il s’agit par exemple de l’existence de discontinuités invisibles au sein du territoire comme la discontinuité est/ouest du territoire de TPM qui constitue un frein au déploiement et à la coopération des acteurs locaux dans un des secteurs agricoles pourtant à fort potentiel. Il s’agit encore des difficultés conjoncturelles de la profession agricole mises en débat au cours du jeu. Les échanges entre joueurs autour de la recherche d’un compromis sur des projets fonciers concurrents au sein d’un même espace ont révélé des leviers d’action possible. Par exemple, des combinaison d’activités/ d’usages sur des mêmes terrains ont pu être proposés incitant ainsi à développer la co-propriété et/ou le démembrement de propriété pour les faciliter.

56La qualité des échanges atteinte à l’issue du jeu résulte également du format « crayon-papier » du dispositif ainsi que de l’information territoriale traitée via le SIG foncier, dont une partie avait fait l’objet en amont de traitements d’analyse spatiale. D’emblée, le jeu a été positionné à un niveau élevé c’est-à-dire, exigeant une analyse approfondie du contexte territorial et de ses enjeux d’aménagement, réalisée par l’immersion graduelle des participants dans le jeu, au fil des quatre séquences. L’appropriation de ce matériau s’est donc effectuée de manière progressive et collaborative au gré des échanges entre les participants. La manipulation des cartes papier ainsi que l’écriture graphique utilisée comme modalité d’interaction et de réflexion ont permis d’objectiver les positions et les décisions des joueurs. En cela, l’attrait du SIG sur ordinateur s’est vu fortement diminué du fait des coûts d’entrée supplémentaires qu’il imposait dans un dispositif déjà complexe. D’après les joueurs, les points de blocage concernaient principalement les coûts d’entrée à la fois en termes de compréhension de l’outil et d’intervention dans celui-ci et également, sa non insertion dans une dynamique de jeu collaboratif.

57Enfin, si le jeu a été calibré et testé sur des territoires littoraux, car inséré dans un projet de recherche dédié à l’étude du modèle de développement de ces territoires, sa construction n’en demeure pas moins généralisable à d’autres territoires et transposable à d’autres hypothèses d’aménagement simulées.

Haut de page

Bibliographie

ABT C. (1970), Serious Games, New York : Viking Press, 176 p.

ALPHAN H., YILMAZ K. T. (2005), “Monitoring Environmental Changes in the Mediterranean Coastal Landscape : The Case of Cukurova, Turkey”, Environmental management, vol. 35, 5, pp. 607-619.

AUBRY C., KEBIR L. (2013), “Shortening food supply chains : A means for maintaining agriculture close to urban areas ? The case of the French metropolitan area of Paris”, Food Policy, vol. 41, pp. 85-93.

BAJOCCO S., DE ANGELIS A., PERRINI L., FERRARA A., SALVATI L. (2012), “The Impact of Land Use/Land Cover Changes on Land Degradation Dynamics : A Mediterranean Case Study”, Environmental management, vol. 49 (5), pp. 980-989.

BERTRAND N., MOQUAY P. (2004), « La gouvernance locale, un retour à la proximité », Économie rurale, Proximité et territoires, 280, pp. 77-95. doi : 10.3406/ecoru.2004.5474 URL : http://www.persee.fr/doc/ecoru_0013-0559_2004_num_280_1_

BERGER G. (1957), « Sciences humaines et prévisions », in : De la prospective. Textes fondamentaux de la prospective française : 1955-1966, Paris : L’Harmattan, pp. 417-426.

BEURET J.-E., CADORET A. (2010), Gérer ensemble les territoires, Vers une démocratie participative, Editions Charles Léopold Mayer, Fondation de France, 228 p.

BENOIT G., COMEAU A. (2005), A sustainable future for the Mediterranean : the Blue Plan’s environment and development, London ; Sterling, VA : Earthscan, 65 p.

BÖRJESON L., HÖJER M., DREBORG K., EKVALL T., FINNVEDEN G. (2006), “Scenario types and techniques : Towards a user’s guide”, Futures, vol. 38, issue 7, pp. 723-739, https://doi.org/10.1016/j.futures.2005.12.002.

BOULAY G., GRANDCLEMENT A. (2015), « Fonction résidentielle et dynamique de la fiscalité locale sur le littoral méditerranéen français », L’Espace géographique, vol. 44, pp. 57-72.

BURAK S., DOGAN E., GAZIOGLU C. (2004), “Impact of urbanization and tourism on coastal environment”, Ocean & Coastal Management, vol. 47, 9-10, pp. 515-527.

CALLON M., LASCOUMES P., BARTHES Y. (2001), Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique, Paris : Seuil.

CHLOUS-DUCHARME F., GOURMELON F. (2012), « Modélisation d’accompagnement : appropriation de la démarche par différents partenaires et conséquences. Expérience originale en milieu côtier », VertigO : La Revue Électronique en Sciences de l’Environnement, vol. 11, 3, https://journals.openedition.org/vertigo/12163.

CORI B. (1999), “Spatial dynamics of Mediterranean coastal regions”, Journal of Costal Conservation, vol. 5, n°2, pp. 105 – 112. URL : www.jstor.org/stable/25098300

DALIGAUX J. (2005), « Urbanisation et environnement sur les littoraux : une analyse spatiale », Rives nord-méditerranéennes, vol. 15, DOI : 10.4000/rives.12

DEBOUDT P., DAUVIN J. C., LOZACHMEUR O. (2008), “Recent developments in coastal zone management in France : the transition towards integrated coastal zone management (1973-2007)”, Ocean & Coastal Management, vol. 51, pp. 212–228.

DUBUS N., HELLE C., MASSON-VINCENT M. (2010), « De la gouvernance à la géogouvernance : de nouveaux outils pour une démocratie locale renouvelée », L’Espace Politique, vol. 10, n° 1, DOI : https://doi-org.inshs.bib.cnrs.fr/10.4000/espacepolitique.1574

DUBOIS J. (2009), Les politiques publiques territoriales. La gouvernance multi-niveaux face aux défis de l’aménagement, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 216 p.

DUPUY G. (1972), « Les jeux urbains », L’Actualité économique, vol. 48 (1), pp. 85-110. https://doi.org/10.7202/1003681ar

DZIEDZICKI J. M. (2015), « Quelles réponses aux conflits d’aménagement ? De la participation publique à la concertation », Participations, vol. 3 (13), pp. 145-170. DOI : 10.3917/parti.013.0145

ETIENNE M. (coordinateur) (2010), La modélisation d’accompagnement : une démarche participative en appui au développement durable, QUAE éditions, 367 p.

FERRIER J.-P. (1993), « La métropole méditerranéenne, modèle de la métropole de la Modernité 3 », in : Méditerranée, tome 77, 1-2-1993. Les territoires du périurbain de la Méditerranée septentrionale. Colloque d’Aix-en-Provence - 28-30 septembre 1992 organisé par le CEGETREM (UFR de géographie) et le GDR 97 CNRS « Nord-Méditerranée », pp. 91-94. URL : www.persee.fr/issue/medit_0025-8296_1993_num_77_1

FUNG A. (2006), “Varieties of Participation in Complex Governance”, Public Administration Review, pp. 66-75.

GAJA DIAZ F. (2008), “Urbanismo ecológico, ¿sueño o pesadilla ?”, Revista Internacional de Sostenibilidad, Tecnología y Humanismo, vol. 3, pp. 105-126.

GARCIA-AYLLON (2017), “Integrated management in coastal lagoons of highly complexity environments : Resilience comparative analysis for three case-studies”, Ocean & Coastal Management, vol. 143 (1), pp. 16-25.

GENIAUX G., NAPOLEONE C. (2005), « Rente foncière et anticipations dans le périurbain », Économie & prévision, vol. 168, pp. 77-95.

GREENPEACE (2019), A toda costa 2019. Análisis de los ecosistemas naturales costeros vulnerables a la urbanización masiva del litoral, Madrid : Greenpeace España.

HOLON F., MOUQUET N., BOISSERY P., BOUCHOUCHA M., DELARUELLE G., TRIBOT A. S., et al. (2015), “Fine-Scale Cartography of Human Impacts along French Mediterranean Coasts : A Relevant Map for the Management of Marine Ecosystems”, PLoS ONE, vol. 10, 8, e0135473. DOI :10.1371/journal.pone.0135473

HOWLETT M. (2011), Designing Public Policies : Principles and Instruments, Londres : Routledge, p. 22.

JOLIVEAU T. (2001), « La participation à la décision territoriale : dimension socio-géographique et enjeux informationnels d’une question politique », Géocarrefour, vol. 76 (3), pp. 273-279. Les territoires de la participation. DOI : 10.3406/geoca.2001.2565

JOUVE A. M., VIANEY G. (2012), « Le foncier, une ressource territoriale difficile à construire en périurbain », Economie rurale, pp. 27-41.

INSEE (2018), « Populations légales en Provence-Alpes-Côte d’Azur », INSEE FLASH, 2 p. file :///C :/Users/admin-casanova/Downloads/pr_inf_47.pdf

INSEE (2008), « L’économie résidentielle en Provence-Alpes-Côte d’Azur », Rapport d’étude, 51 p. https://www.epsilon.insee.fr/jspui/bitstream/1/2903/1/re15.pdf

KREK A. (2005), “Rational ignorance of the citizens in public participatory planning”, in : 10th Symposium on information- and communication-technologies (ICT) in urban planning and spatial development and impacts of ICT on physical space, CORP05, Vienna : Vienna University of Technology.

LARDON S. (2013), « Le « jeu de territoire », un outil de coordination des acteurs locaux », Revue FaçSADe, vol. 38.

LE BERRE M. (1995), « Territoires », in : BAILLY A., FERRAS R., PUMAIN D., Encyclopédie de géographie, Paris, pp. 601-617.

LECLERC G. (2011), « SIG 2.0 et participation publique : vers une géographie de l’action citoyenne », Netcom, vol. 25 (1-2), pp. 83-98. DOI : https://doi-org.inshs.bib.cnrs.fr/10.4000/netcom.313

LE GALES P. (1995), « Du gouvernement urbain à la gouvernance des villes », Revue Française de Sciences Politiques, vol. 45 (1).

LELOUP F., MOYART L., PECQUEUR B. (2005), « La gouvernance territoriale comme nouveau mode de coordination territoriale ? », Géographie, économie, société, vol. 4 (7), pp. 321-332. DOI : 10.3166/ges.7.321-331

LE MOINE A. (2006), « Le territoire comme un système complexe : un concept opératoire pour l’aménagement et la géographie », L’Espace géographique, Tome 35 (2), pp. 115-132. DOI : 10.3917/eg.352.0115.

LOINGER G. (2006), Développement des territoires et prospective stratégique. Enjeux, méthodes et pratiques, Paris : L’Harmattan, p. 225.

MASSON VINCENT M., DUBUS N., BLEY D., VOIRON C., HELLE C., CHEYLAN J. P., DOUART P., DOUGUEDROIT A., FERRIER J. P., JACOB F., LAMPIN C., MAIGNANT G., PIOT J. Y. (2012), « La Géogouvernance : un concept novateur ? », Cybergeo : European Journal of Geography, DOI : 10.4000/cybergeo.25086

MANCEBO F. (2007), « Aménagement et politiques de développement durable : Un référentiel à trois variables : gouvernance, durabilité, définition des ressources naturelles », Congrès international : Mondialisation et développement durable : quels rôles pour les organisations ?, Montpellier.

MCDONALD R. I., KAREIVA P., FORMAN R. T. T., (2008), “The implications of current and future urbanization for global protected areas and biodiversity conservation”, Biological Conservation, vol. 141, pp. 1695–1703.

MELOT R., DELATTRE L., NAPOLEONE C. (2018), « Construire dans les espaces agricoles et naturels », Études rurales, vol. 201. DOI : 10.4000/etudesrurales.12235

MERICSKAY B. (2011), « Les SIG et la cartographie à l’ère du géoweb. Vers une nouvelle génération de SIG participatifs », L’Espace géographique, Tome 40 (2), pp. 142-153. DOI : 10.3917/eg.402.0142.

MINVIELLE P. (2006), « Urbanisation et protection du vignoble du littoral varois », in : REJALOT M., Sud-Ouest européen, territoires et paysages viticoles, tome 21, pp. 57-64.

ONML (2016), « Statistiques sur la méditerranée », Rapport, https://www.onml.fr/uploads/media/texte-mediterranee.pdf

PERRIN C., SOULARD C. (2014), « Vers une gouvernance alimentaire locale reliant ville et agriculture. Le cas de Perpignan », Géocarrefour, vol. 89 (1-2), pp. 125-134.

PLOTTU B., PLOTTU E. (2009), « Contraintes et vertus de l’évaluation participative », Revue française de gestion, vol. 192 (2), pp. 31-58.

POPLIN A. (2014), “Digital Serious Game for Urban Planning : “B3—Design Your Marketplace !””, Environment and Planning B : Planning and Design, 41 (3), pp. 493–511. https://doi.org/10.1068/b39032

POPLIN A. (2012), “Playful public participation in urban planning : A case study for online serious games”, Computers, Environment and Urban Systems, 36 (3), pp. 195-206. https://doi.org/10.1016/j.compenvurbsys.2011.10.003.

PREVOST A., ROBERT S. (2016), “Local spatial planning practices in four French Mediterranean coastal territories under pressure”, Land Use Policy, vol. 56, pp. 68 – 80. https://doi.org/10.1016/j.landusepol.2016.04.03

SCOT de la communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez (2018), Projet de Scot arrêté le 26 septembre 2018, http://www.cc-golfedesainttropez.fr/cadre-de-vie/schema-de-coherence-territoriale-scot

SCOT de la métropole Provence Méditerranée (2018), Projet de juin 2018 https://metropoletpm.fr/scot ; http://www.scot-pm.com/fileadmin/documents/Scot-PM_telechargements/PADD_version_de_travail_du_15_juin__concertation.pdf

TORRE A., AZNAR O., BONIN M., et al. (2006), « Conflits et tensions autour des usages de l’espace dans les territoires ruraux et périurbains. Le cas de six zones géographiques françaises », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 3, pp. 415-453. DOI : 10.3917/reru.063.0415.

TORRE A. (2018), « Développement territorial et relations de proximité », RERU.

TORRE A., TRAVERSAC J. B. (2011), Territorial Governance. Local Development, Rural Areas and Agrofood Systems, New York : Springer Verlag.

VINCENT J. (2015), « Grande propriété foncière et littoralisation des sociétés en France 1750-1970 », Le mouvement social, pp. 65-79.

VANIER M., MEUNIER I., DAVEZIES L. (2011), Etude prospective sur l’avenir de l’économie résidentielle en PACA, Rapport pour le Conseil Régional PACA, http://connaissance-territoire.maregionsud.fr/fileadmin/user_upload/Annuaire/Etude/DOC00079351_3.pdf

ZANINETTI J. M., (2006), « L’urbanisation du littoral en France », Population & Avenir, vol. 677 (2), pp. 4-8. DOI : 10.3917/popav.677.0004.

Haut de page

Notes

1 L’article de Torre et al. (2006) restitue des résultats de recherche éclairants sur ce thème.

2 ALTERé : ALTernatives à la Résidentialisations.

3 MOS est l’acronyme d’une base de données géographiques à haute résolution concernant les Modes d’Occupation des Sols.

4 D’après une étude de l’INSEE datant de 2008, autour de 75 % des emplois salariés des deux intercommunalités relèvent de l’économie résidentielle, contre 63 % en moyenne en France.

5 L’Observatoire national de la mer et du littoral publie une étude sur les prix des appartements anciens des communes littorales qui atteste de l’existence de marchés locaux très valorisés. https://www.onml.fr/onml_f/fiches/Prix_de_limmobilier_dans_les_communes_littorales_metropolitaines_le_cas_des_appartements_anciens/immobilier-appartements.pdf

6 Lorsqu’il ne s’applique pas à l’étude d’un scénario tendanciel (Börjeson, 2006).

7 Les « jeux de territoires » (Lardon S., 2013) explorent la possibilité que s’établisse une vision partagée du projet de territoire entre les acteurs. Sur la base d’autres approches méthodologiques, des travaux en modélisation d’accompagnement visent également la recherche d’un accord entre acteurs en matière de gestion territoriale. Un exemple riche d’enseignements est donné à travers le cas de la gestion environnementale à Ouessant (Chlous-Ducharme F., Gourmelon F., 2012).

8 D’après Callon et al. (2001), « le consensus est souvent le masque qui cache les rapports de domination et d’exclusion. On n’approfondira pas la démocratie en recherchant l’accord coûte que coûte. La politique est l’art de traiter les désaccords, les conflits, les oppositions, et pourquoi pas de les faire surgir de les favoriser, de les multiplier, car c’est ainsi que des chemins inattendus s’ouvrent, que les possibles se multiplient ».

9 La banque de cartes contient par exemple des informations sur le réseau routier, les zones à risques, etc.

10 Le gisement foncier est déterminé à partir d’une analyse multicritères sur le foncier non bâti disponible (tenant compte des contraintes physiques et morphologiques des parcelles ainsi que de certains zonages règlementaires) et mobilisable dans une perspective de valorisation agricole (possibilité d’irrigation, etc.).

11 Les résultats dont il est question ici correspondent à l’identification des parcelles à réserver pour l’agriculture.

12 Il s’agit de la seconde séquence de jeu décrite supra.

13 L’auteur différencie quatre types de conflits d’aménagement : le conflit structurel lié à une remise en cause de l’action publique, le conflit de procédure, le conflit lié à des incertitudes (sur le cadre de vie par exemple) et le conflit substantiel portant sur la nature du projet et/ou sur des choix politiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Exemple de table de jeu
Crédits G. Boulay, 2019.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/5041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Photo 2. Diagnostic de territoire de GST par la méthode ARDI (Table 2)
Crédits G. Boulay, 2019.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/5041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photo 3. Sélection (cercles bleus sur la carte) des parcelles qui pourraient être conservées pour de l’agriculture au sein de TPM (Table 2)
Crédits Tatiana Popoff, 2019.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/5041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Photo 4. Résultat du jeu de TPM (Table 2)
Crédits Roxane de Flore, 2019.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/5041/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Figure 1. Le plateau de jeu
Légende Un SIG foncier composé de six couches d’information spatiale.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/5041/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 2. Résultats comparés des deux tables de jeu
Légende Deuxième séquence de localisation des espaces à réserver pour l’agriculture au sein de TPM.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/5041/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 3. Résultats comparés des deux tables de jeu
Légende Deuxième séquence de jeu dédiée à la localisation des espaces à réserver pour l’agriculture au sein de GST.
URL http://journals.openedition.org/netcom/docannexe/image/5041/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Casanova Enault, Marta Debolini, Tatiana Popoff et Roxane De Flore, « Jouer un scénario d’aménagement foncier : analyse des pratiques d’aménagement et recherche d’alternatives au développement résidentiel »Netcom [En ligne], Articles, mis en ligne le 05 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/netcom/5041

Haut de page

Auteurs

Laure Casanova Enault

Maître de conférences UMR Espace, Avignon Université.

Marta Debolini

Chargée de recherche INRAE Avignon, EMMAH.

Tatiana Popoff

Ingénieure d’étude UMR ESPACE, Avignon Université.

Roxane De Flore

Ingénieure de recherche Avignon Université.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre Normandie
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • OpenEdition Journals