Navigation – Plan du site

AccueilPré-publicationNotes d'informationLa ville en jeux et les jeux péda...

La ville en jeux et les jeux pédagogiques urbains

Roberta Ghelli

Texte intégral

  • 1 http://www.ville-jeux.com

1La Compagnie des rêves urbains porte, depuis 2018, le projet La ville en jeux1, avec le soutien du ministère de la Culture et de la Caisse de Dépôts-Mécénat. L’objectif de ce projet est de faire découvrir, de recenser et de valoriser la diversité des jeux pédagogiques sur la ville qui existent en France. Il se fonde sur trois axes :

    • 2 http://www.ville-jeux.com/-Catalogue-.html

    La création d’un catalogue en ligne2 de jeux pédagogiques francophones,

  • La mise en place d’expositions-ateliers itinérantes,

  • L’organisation d’événements professionnels (formations, rencontres).

2Cette note vise à présenter les résultats de l’analyse du catalogue en ligne (11 000 connexions en 2018) et les perspectives de développement des jeux pédagogiques d’architecture et d’urbanisme.

Le catalogue en ligne

  • 3 Données de juillet 2019.

3Résultat d’un appel à contribution lancé en février 2018, le catalogue en ligne de La ville en jeux recense 64 jeux pédagogiques3. Il s’agit d’une base de données destinée aux professionnels (de la médiation, de la pédagogie, de l’aménagement). Les jeux y sont rangés selon des variables à cocher :

  • Thèmes : architecture, patrimoine, environnement, urbanisme, concertation, mobilité ;

  • Publics : enfants (3-12 ans), adolescents, adultes, tout public ;

  • Modalités de jeu et accompagnement : en solo, en groupe (en autonomie), en groupe (avec encadrant) ;

  • Durées : moins d’une heure, entre une et trois heures, plus de trois heures

  • Format : jeu de cartes, de construction, de maquette, de plateau, de rôles, numérique, livre-jeu ;

  • Diffusions : en ligne-à télécharger, en location, en prêt gratuit, en vente, formation payante, non diffusé, PDF à télécharger.

4Les jeux pédagogiques répertoriés traitent en majorité d’urbanisme (44 jeux contre 20 jeux d’architecture) : la ville étant un objet complexe à appréhender, il semble évident qu’un nombre plus important d’outils soit conçu pour expliquer son fonctionnement. Ils ciblent un territoire précis ou abordent des contextes plus généraux. La plupart est destinée au jeune public (32 jeux) : certains jeux s’adressent exclusivement aux enfants entre 3 et 12 ans (10 jeux), d’autres aux enfants et aux adolescents (11 jeux), un seul jeu est conçu exclusivement pour un public adolescent, d’autres encore concernent les adolescents et le public adulte (10 jeux). Un nombre moins important de jeux (16) est conçu uniquement pour le public adulte. S’ajoutent enfin les jeux destinés à tous les publics (familles, habitants lors de concertations - 14 jeux).

5Les médiateurs de l’architecture et de l’urbanisme conçoivent la grande majorité des jeux pédagogiques (41). Ils les utilisent dans le cadre de leur mission de sensibilisation, lors d’ateliers pédagogiques (en milieu scolaire et non) pour transmettre la culture de la ville, ou pendant des réunions de concertation pour récolter l’avis des habitants et préfigurer des solutions d’aménagement. Moins actifs que les médiateurs, les chercheurs contribuent aussi à la production de jeux d’urbanisme (9) et, en moindre mesure, d’architecture (1). Conçus dans le cadre de programmes de recherche ou de cours universitaires, ces jeux permettent de se pencher sur des cas d’étude réels, de proposer des scénarios prospectifs et de récolter les données produites par les joueurs (idées, préconisations, avis). Les questions de mobilité, d’aménagement, de gestion du risque environnemental intéressent particulièrement les chercheurs, d’où le nombre plus important de jeux d’urbanisme développés. Nettement minoritaires, sont les professionnels de la ville (architectes, urbanistes, paysagistes - 5 jeux dont 3 d’architecture) ou les collectivités (agences d’urbanisme métropolitaines, communes - 3 jeux d’urbanisme) qui se dédient à la conception de jeux pédagogiques. Enfin, les thématiques urbaines et architecturales peuvent être traitées par d’autres professionnels, dans le cadre de la réalisation de jeux de table disponibles à la vente : le niveau de connaissances transmises est pourtant nettement moins important et qualitatif.

  • 4 Brevet d'Aptitude aux Fonctions d'Animateur.

6La question de l’accompagnement est fondamentale dans la conception d’un jeu pédagogique : le jeu n’a pas les mêmes contraintes s’il est conçu pour être joué en autonomie ou si, au contraire, il demande la présence d’un animateur. La majorité des jeux pédagogiques (36) demande la présence d’un accompagnateur (médiateur, enseignant, animateur BAFA4) : maître du jeu, il aide à l’explication des règles, parfois très complexes, et accompagne les joueurs pendant toutes les phases du jeu, jusqu’au débriefing final. La présence de l’animateur permet une transmission plus aisée des contenus pédagogiques et le lien avec des notions et thématiques supplémentaires. Les parties durent globalement moins d’une heure (40 jeux). Deux formats de jeu plus classiques se dégagent pour transmettre les connaissances : les cartes (16 jeux - 9 d’urbanisme et 7 d’architecture) et le plateau (22 jeux - 16 d’urbanisme et 6 d’architecture). Nettement moins utilisés, le jeu de construction (3 jeux d’architecture et 2 d’urbanisme) et le livre-jeu (2 jeux d’architecture et 2 d’urbanisme).

7Nous allons voir plus précisément l’analyse de chaque variable au prisme des deux thématiques principales de jeu, l’architecture et l’urbanisme.

Les jeux pédagogiques d’architecture

8La majorité des jeux d’architecture (9 jeux) est conçue pour transmettre au joueur les bases de la culture architecturale, lui donnant des repères historiques, esthétiques et techniques pour comprendre son cadre bâti via les œuvres majeures, patrimoniales ou contemporaines (ex : Archifrise, Chroni ou Cambrai sens dessous dessus). Les thématiques liés à la construction (le chantier, les métiers de la construction, les éléments constructifs – 7 jeux dont Le Kifequoi du chantier et Poids Parpaing) sont également bien présentes dans l’offre de jeux pédagogiques, à la différence de celles liées aux outils de représentation (le projet, le dessin, la coupe - 2 jeux, dont Fabrikado) ou à l’écologie (2 jeux – dont Archinature). Il est intéressant de noter que la grande majorité des jeux d’architecture est destinée au jeune public (enfants et adolescents) et peut facilement être jouée en autonomie (en solo ou en groupe - 15 jeux), car globalement moins complexe au niveau de la mise en place, des mécaniques employées, des thèmes traités, de la durée du jeu (moins d’une heure). Voués à la transmission de la culture architecturale notamment en milieu scolaire, ces jeux conservent des formats plus traditionnels : jeux de cartes, de plateaux, de construction. Cela en facilite la diffusion : ils sont disponibles au téléchargement (3 jeux), au prêt (3 jeux), en location (4 jeux), à la vente (7 jeux).

Les jeux pédagogiques d’urbanisme

9Les jeux sur l’urbanisme portent en majorité sur les questions d’aménagement (16 jeux) : il s’agit de sensibiliser le joueur aux thématiques liés à la densité, à l’étalement urbain (comme Cityplanner), à la durabilité (comme Un peu, beaucoup, passionnément ou DD polis), aux transactions immobilières (comme Urbacit), aux opérations de transformation (comme Zac line). Les préoccupations actuelles liées aux risques environnementaux constituent la thématique de 6 jeux (dont Ecovillle et Inond’action). Suivent les jeux dédiés à l’histoire de l’urbanisme et à la découverte du patrimoine local (5 - dont Pepit) ; à la mobilité, les transports en commun, les déplacements doux (5 – dont Tramway en vue) ; à la concertation (4 – dont Il était ANRU’ne fois). Les thématiques liées aux dynamiques sociales (3 jeux – dont Place aux femmes) et au jeu d’acteurs (1 jeu – Urb’act) sont peu explorées.

10Contrairement aux jeux d’architecture, ceux d’urbanisme sont majoritairement conçus pour un public adulte ou en devenir et nécessitent l’accompagnement d’un médiateur. Les thématiques abordées, les connaissances auxquelles ils font appel et les mécaniques qu’ils emploient (jeu de rôle, de stratégie, de confrontation) permettent difficilement aux plus jeunes d’y accéder. De plus, un nombre non négligeable (20) prévoit des parties longues, montant jusqu’à trois heures de jeu ou au-delà (1 jeu – Urbax, employé dans le cadre de formations professionnelles). Ils explorent des formats moins traditionnels : la maquette (4 jeux), l’utilisation de rôles (5 jeux) et le numérique (5 jeux). Cette flexibilité s’explique encore une fois à l’égard de la complexité des thématiques abordées, au public, adulte ou professionnel en majorité, auquel ces jeux sont destinés, ainsi qu’à la nécessité de produire des données numériques pour la recherche urbaine. C’est pourquoi leur diffusion est limitée (24 ne sont pas diffusés contre seulement 3 jeux d’architecture). Cette difficulté, voire impossibilité, de diffusion, est due à la fois aux coûts de production élevés, notamment des jeux numériques, et à la présence nécessaire d’un médiateur spécialisé pour l’animation du jeu.

Conclusions et perspectives

11L’analyse du catalogue en ligne de La ville en jeux permet de dresser un premier panorama sur la conception, l’emploi et la diffusion de ces outils. Aujourd’hui, les jeux qui sont produits en France pour transmettre la culture de la ville concernent majoritairement le champ urbain et la thématique de l’aménagement.

12Contrairement à ce que l’on pourrait penser, une grande partie de ces jeux est destinée à un public d’adultes, voire de professionnels de la ville. Si la majorité des jeux d’architecture du catalogue est diffusée gratuitement ou disponible à la vente, la plupart des jeux d’urbanisme n’est pas diffusée et donc difficilement visible et quantifiable par un public lambda. Cette analyse permet également d’identifier la présence de thématiques encore peu explorées par les jeux urbains (comme les dynamiques sociales et le jeu d’acteurs) ou le manque d’hétérogénéité au sein des jeux d’architecture, destinés pour la quasi-totalité au jeune public et présentés sous des formats classiques (les cartes, le plateau). La diffusion des jeux pédagogiques est aussi globalement limitée, notamment en ce qui concerne la vente au sein des circuits classiques (librairies, magasins de jeux).

13Le catalogue étant mis à jour régulièrement, les résultats sont censés s’affiner, voir se modifier dans le temps avec l’ajout de nouveaux jeux. Le contexte actuel d’adaptation des espaces urbains aux changements climatiques et sociaux, ne peut que favoriser le développement et l’emploi croissant de ces outils lors des démarches de sensibilisation et de concertation des habitants, aussi bien qu’une plus large diffusion auprès de tous les publics.

Haut de page

Notes

1 http://www.ville-jeux.com

2 http://www.ville-jeux.com/-Catalogue-.html

3 Données de juillet 2019.

4 Brevet d'Aptitude aux Fonctions d'Animateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberta Ghelli, « La ville en jeux et les jeux pédagogiques urbains »Netcom [En ligne], Notes d'information, mis en ligne le 08 janvier 2021, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/netcom/5261

Haut de page

Auteur

Roberta Ghelli

Architecte, docteur en sociologie de l’Université de Bordeaux, médiatrice à la Compagnie des rêves urbains (Marseille) et enseignante à l’ENSA Grenoble.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search