Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36-1/2Notes de rechercheMise en œuvre des tiers-lieux d’a...

Notes de recherche

Mise en œuvre des tiers-lieux d’activités : de réels effets sur les conditions d’activités dans les territoires non métropolitains ?

Coworking spaces implementation : reals effects on business conditions in non-metropolitan territories ?
Lauren Baceiredo

Résumés

Dans une société du tout-numérique dont les sphères privées et professionnelles sont désormais digitalisées, les tiers-lieux d’activité apparaissent comme le réceptacle de nouvelles formes et pratiques de travail offrant de nouvelles possibilités de développement aux territoires ruraux et périurbains. Cet article, issu d’un travail de recherche doctoral, traite du caractère multisectoriel des impacts territoriaux des tiers-lieux dits d’activité ou espaces partagés de travail, implantés sur des territoires de faibles densité faisant référence ici aux espaces ruraux et périurbains. Les résultats qui sont présentés témoignent de signaux positifs quant aux effets des tiers-lieux sur le développement territorial, l’économie rurale et les conditions d’activités mais ne permettent pas d’affirmer leur réelle contribution au rééquilibrage des territoires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article propose de revenir sur les résultats d’un travail doctoral# portant sur les impacts ter (...)

1Cet article1 propose d’aborder les tiers-lieux ruraux selon leur contexte de mise en œuvre, leur positionnement et leur configuration dans des écosystèmes d’acteurs territoriaux afin d’appréhender leurs effets sur la transformation des territoires d’implantation.

2Ainsi nous nous intéressons à la figure des tiers-lieux dits d’activité que l’on peut définir comme des espaces de travail partagé ou encore des bureaux à usages flexibles. Ces tiers lieux offrent la possibilité de louer un poste de travail ou une salle de réunion de manière flexible (à la journée, à la demi-journée, à l’heure, au mois, etc.), et d’utiliser des outils de reprographie et de visioconférence mutualisés. Ils accueillent ainsi des autoentrepreneurs, des télétravailleurs salariés, des professions libérales, des actifs en cours de création d’activité, ou encore des étudiants qui sont amenés à échanger voire à collaborer.

  • 2 Le télécentre est défini comme un espace hébergeant une offre minimale de bureaux et de services et (...)

3Les premiers tiers-lieux d’activité ruraux sont apparus en Europe dès les années 1980 sous la dénomination de « télécentre »2 pour répondre à la désertification des activités économiques et des services publics en s’appuyant sur les TIC. Dans les Pays Nordiques, par exemple, le télécentre était un telecottage ou Community Teleservices Centre désignant un lieu multifonctions regroupant des équipements et des services informatiques, d’une part à l’usage de la collectivité dans un objectif de service public (accès aux usages du numérique), et d’autre part à l’usage des actifs pour leur permettre de télétravailler dans les territoires ruraux (Rid, 2000). Bien que les Technologies de l’Information et de la Communication se diffusent lentement et de manière inégale dans l’Europe des années 1980 (Grimes, 1992), plusieurs gouvernements de pays européens font le choix de miser sur le numérique comme instruments de soutien au développement des zones rurales. A cette époque, les tiers-lieux sont utilisés comme des outils de l’action publique issus de programmes gouvernementaux de revitalisation, pour répondre aux difficultés territoriales que connaissaient certains espaces ruraux dont l’étude démographique et socioéconomique révélait une importante inégalité dans les dynamiques de territoire après l’exode rural. Configurés de manière hors sol et perfusés par les subventions publiques, ils se sont réinventés, à partir des années 2000, avec de nouvelles fonctions et usages dans un contexte d’intensification des nouvelles pratiques de travail et de dématérialisation des services publics.

4Aujourd’hui, les tiers-lieux apparaissent sous différentes formes dans les territoires ruraux. Leurs usages et fonctions divergent et/ou se confondent d’un espace à un autre, s’inscrivant dans une nouvelle économie dite collaborative ou de la fonctionnalité. Conceptualisés historiquement par Ray Oldenburg en 1989 comme des lieux de sociabilité et de débat citoyen, ils sont désormais en constante évolution, ce qui témoigne à la fois de leur richesse, mais aussi de la difficulté que nous avons à les définir.

  • 3 Propos de Thierry Cotelle (conseiller régional Occitanie) lors de la table ronde sur la thématique (...)
  • 4 Construire la France de demain. (s. d.). Consulté à l’adresse https://www.gouvernement.fr/les-prior (...)
  • 5 Les tiers-lieux au cœur de la relance ! (2020, juillet 29). France Tiers Lieux. https://francetiers (...)
  • 6 Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales. (s. (...)
  • 7 France Tiers-Lieux. (2021). Nos territoires en action—Rapport France Tiers-Lieux (p. 13). https://f (...)

5Depuis maintenant plus de cinq ans, le tiers-lieu est entré en force dans l’action territoriale témoignant de la volonté des pouvoirs publics de prendre en main les changements sociétaux qui sont en cours et d’anticiper ceux à venir sur les territoires. En lien avec les évolutions technologiques et numériques, l’enjeu qui se dessine aujourd’hui pour l’Etat et les Régions françaises est de « redynamiser » l’ensemble des espaces ruraux soumis ou non à l’attraction des métropoles régionales3, d’accompagner le renouvellement ou le maintien des pôles locaux fournissant emplois et services publics comme privés de proximité. Qu’il s’agisse de rééquilibrage des migrations pendulaires, d’attraction de nouvelles activités, de diversification d’un tissu économique mono spécialisé, ou encore d’augmentation de l’offre de services, le projet de tiers-lieu apparaît toujours comme un levier de consolidation de l’offre locale d’emplois. Il est d’ailleurs au cœur de la relance Post COVID-19 puisque le 27 août 20214, dans le cadre du plan France Relance, le Premier Ministre Jean Castex avait annoncé la mobilisation d’une enveloppe de près de 130 millions d’euros pour soutenir le développement de tiers-lieux, se traduisant par l’élargissement du dispositif Fabriques de Territoire et par l’appui de l’association France Tiers-lieux au déploiement de 500 Manufactures de proximité5. Des dispositifs de l’Agenda Rural en lien avec l’hybridation des tiers-lieux et l’accès au numérique dans les territoires ruraux ont également été renforcés avec l’annonce d’un nouvel Appel à Manifestation d’Intérêt pour le développement de 30 bus France Services6. Le contexte actuel est donc plus que favorable au déploiement des tiers-lieux et accorde une attention toute particulière aux espaces de travail partagés qui représentaient plus de 75% des tiers-lieux en 2020, selon le dernier rapport de France Tiers-Lieux (2021)7.

  • 8 Auteur.e, L. (2021). Les impacts territoriaux des tiers-lieux d’activité sur des espaces de faible (...)

6Dans ce contexte où le tiers-lieu d’activité est de plus en plus plébiscité par les collectivités territoriales afin d’attirer et d’ancrer des actifs sur leur territoire mais aussi des activités de services, et qu’il peut prétendre à de nombreuses subventions publiques, cet article propose d’interroger les impacts territoriaux des tiers-lieux d’activité dans les espaces ruraux et périurbains en s’appuyant sur la mise en perspective des situations dans plusieurs pays européens (France, Espagne, Suisse). Comment les tiers-lieux d’activité participent-ils au rééquilibrage et développement territorial des espaces de faible densité8 via l’élargissement de nouvelles possibilités d’activités? Le schéma ci-dessous permet de présenter la grille d’analyse mobilisée pour rendre compte des différents effets leviers des tiers-lieux d’activité sur les conditions d’activités dans les espaces non métropolitains.

Figure 1 : Schématisation des potentiels impacts générés par les tiers-lieux ruraux (L. Baceiredo, 2019)

  • 9 Ibis
  • 10 https://www.cowocatrural.cat/
  • 11 https://www.relais-entreprises.fr/
  • 12 https://villageoffice.ch/fr/
  • 13 Ce travail d’enquête est lié à ma double fonction : à la fois doctorante CIFRE et chargée d’études (...)

7Ce travail s’appuie sur les apports d’une expérience professionnelle de recherche action liée à une thèse CIFRE réalisée au sein de la structure Relais d’Entreprises dans un de ses tiers-lieux d’activité à Rieux-Volvestre et des enquêtes de terrain : 34 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de gestionnaires et utilisateurs de tiers-lieux d’activités français, catalans et suisses membres de trois réseaux de tiers-lieux ruraux européens9, à savoir le réseau catalan « Cowocat Rural »10, le réseau français « Relais d’Entreprises »11 et le réseau suisse « VillageOffice »12. Au total, 19 tiers-lieux ont été interrogés13. Ce travail d’analyse, enrichi d’exemples étrangers, s’inscrit dans une double perspective puisqu’il se base sur trois localités et contextes territoriaux distincts mais aussi sur la confrontation de trois réseaux au statut juridique propre. En effet, le réseau Relais d’Entreprises est une société privée par action simplifiée, le réseau Cowocat Rural est un projet de coopération inscrit dans le cadre du programme européen LEADER (2014-2020) qui regroupe onze Groupes d’Action Locaux catalans et qui dépend du budget alloué par le FEADER alors que le réseau VillageOffice est une jeune entreprise suisse fondée en 2016 qui fonctionne sous le format d’une coopérative. Leurs motivations, les actions menées, les moyens humains et financiers sont donc amenés à varier selon leur statut juridique.

8La sélection de résultats qui suivent repose sur une analyse au plus près des tiers-lieux et de leurs acteurs (usagers et gestionnaires) sous la forme d’une quasi-anthropologie de ces espaces partagés de travail interrogeant les effets produits par ces tiers-lieux d’activité en matière de développement territorial. Un certain nombre d’éléments liés aux pratiques de travail, conditions d’utilisation et de gestion de ces espaces partagés de travail, impactant ou non les territoires ruraux et périurbains sur lesquels ils sont implantés ont pu être mis en lumière. Ils viennent ainsi apporter des réponses aux questionnements de recherche issus de notre grille d’analyse de départ sur le caractère multisectoriel des impacts territoriaux et les conditions d’activités d’un tiers-lieu d’activité.

Mobilités et qualité de vie transformées

Tableau 1 : Tableau synthétique du profil des utilisateurs interrogés par tiers-lieux d’activités étudiés, en fonction de leur statut et métier exercé (L.Baceiredo, 2021)

9Si de prime abord, nous pensions nous entretenir avec une majorité d’indépendants/autoentrepreneurs, il s’avère que plus de la moitié de nos entretiens ont été réalisés avec des télétravailleurs salariés. En effet, sur la totalité des 17 utilisateurs interrogés, 9 sont des salariés qui pratiquent le télétravail, dont une majorité sont des télétravailleurs à 100%, c’est-à-dire au cours des 5 jours de la semaine. Seul l’un d’entre eux est en télétravail 3 jours par semaine. Les indépendants interviewés sont quant à eux au nombre de 8 dont un seul est en cours de création d’activité.

10Qu’ils soient salariés ou indépendants, les utilisateurs ont fait le choix de se rendre dans un tiers-lieu pour disposer d’un cadre de travail plus adapté qu’à leur domicile et ce, pour plusieurs raisons. La première est qu’ il s’agissait d’avoir un cadre de travail leur permettant de mieux séparer vies professionnelle et personnelle. En effet, pour certains utilisateurs, la présence des enfants et/ou du conjoint.e n’est pas optimale pour l’exercice de leur activité. Ce constat a d’ailleurs été fréquent pour de nombreux parents durant la crise sanitaire de la COVID-19, parents obligés de concilier télétravail et garde des enfants.

11C’est le cas de ce salarié en charge du business développement pour une entreprise Suisse Allemande et utilisateur du tiers-lieu TheWorkHub (Bulle, Suisse) : « J’aime bien parce que je trouve que c’est un lieu de travail. La maison, c’est un lieu de maison et de vie, et je trouve que j’ai un petit peu de peine à me concentrer, à faire mes activités. Voilà, parce qu’il y a les enfants, parce qu’il y a mon épouse, parce qu’il y a ma vie. J'aime cette séparation. »

12La deuxième raison est qu’il s’agissait de lutter contre l’isolement social du domicile en se rendant dans un espace de travail partagé avec d’autres utilisateurs, constat mis en avant par ce typographe indépendant et utilisateur du tiers-lieu CEI (Les Borges Blanques, Espagne) :

13« Parce que c’est proche de chez moi. Et parce que je trouve que c’est bien de sortir de chez soi pour aller travailler. Je pourrais faire mon travail depuis chez moi, mais c’est mieux de sortir et de voir d’autres personnes. »

14Enfin, pour d’autres personnes interrogées, il s’agissait de disposer d’un lieu de travail mieux équipé et aménagé que le domicile comme le souligne cet entrepreneur en cours de création d’activité et utilisateur du tiers-lieu Zona Liquida (Riba Roja d’Ebre, Espagne). En effet, le tiers-lieu lui permet de disposer d’un bureau pour réaliser ses tâches administratives, monter ses dossiers de financements, mais aussi d’une salle de réunion pour organiser des conférences. Effectivement, il réside dans une ferme qui n’est pas adaptée pour le développement et la commercialisation de son projet : « Comme je n’ai jamais monté d’entreprise et que je vis dans une ferme qui n’est pas équipée, je voulais un lieu professionnel pour contacter mes clients, faire mes démarches administratives, et faire une conférence pour présenter mon projet et ses différentes spécificités. C’est un espace ici qui me sert. Si tu veux faire une réunion, tu ne peux pas la faire dans une ferme. »

15Le tiers-lieu apparaît donc à la fois comme un outil et un lieu de travail, peu importe le profil d’utilisateur. Pour certains, il s’agit de leur lieu de travail privilégié puisqu’ils s’y rendent tous les jours alors que pour d’autres, il s’agit d’un espace de travail parmi tant d’autres, qu’ils vont combiner avec leur domicile ou avec leur bureau en entreprise dans le cas des employés en télétravail plusieurs jours par semaine. D’ailleurs, ce lieu de travail est choisi en local par les utilisateurs pour qu’il soit le plus proche de leur lieu d’habitation. La proximité géographique est donc décisive et participe à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail  comme en témoigne cette salariée pour un opérateur de compétences. Epuisée par ses longs déplacements pendulaires, elle a finalement demandé à son employeur de pouvoir travailler au plus près de chez elle, trois jours par semaine, dans le tiers-lieu Relais d’Entreprises de Rieux-Volvestre (France) : « Et même en confort de vie, de pouvoir rentrer le midi pour manger chez soi par exemple, pour moi, c’est du confort. Cela permet de couper la journée. Le fait de terminer à 18h et de pouvoir être chez soi à 18h10 au lieu de 19h ou 19h30 en arrivant énervée, agacée. Le matin pareil, avec les embouteillages, vous avez beau partir de plus en plus tôt, vous n’êtes jamais à l’heure. Donc on commence déjà la journée, même si les collègues ne disent rien, en étant en retard, vous êtes énervée. En termes de mode de vie, franchement cela était le jour et la nuit au niveau de la sérénité, du calme. Ces aspects sont hyper importants. En productivité aussi parce que du coup, on ne regarde pas la montre à 18h en se disant : il faut que je parte, il va y avoir des embouteillages, etc. Et même, cela me permettait de pouvoir commencer plus tôt et de terminer plus tôt. »

16De manière générale, tous les utilisateurs ont observé des changements dans leur rapport au travail depuis qu’ils fréquentent un tiers-lieu d’activité. Ces changements peuvent être de nature similaire ou non d’un utilisateur à un autre. Ils dépendent de leur situation professionnelle (statut ou fonction exercée) et personnelle mais aussi de leur ressenti individuel. La plupart de ces mutations sont issues d’une confrontation entre le cadre de travail offert par un tiers-lieu d’activité et celui offert par le domicile. Cependant, les utilisateurs interrogés ne sont pas tous passés par la case « travail à domicile » avant de se rendre dans un espace de travail partagé. Autrement dit, certaines modifications « observées » dans la pratique de travail des utilisateurs peuvent être basées sur des représentations.

17Cela étant dit, l’un des premiers éléments de changement constatés par les utilisateurs depuis qu’ils fréquentent un tiers-lieu d’activité est une meilleure structuration de leur journée de travail. Effectivement, le fait de se rendre dans un espace de travail partagé, comme dans un quelconque autre lieu de travail, incite les utilisateurs à bien délimiter leurs heures de travail journalières et leur temps de déconnexion. Le tiers-lieu pose donc un cadre horaire de travail qui est plus difficile à respecter au domicile selon cet utilisateur du tiers-lieu TheWorkHub (Vevey, Suisse) : « En fait, cela donne un certain but, une certaine structure dans sa journée, c’est clair. Cela met une fin à la journée de travail. Quand on travaille chez soi, je trouve qu’il n’y a pas de fin à la journée. Les frontières ne sont pas assez claires entre le moment où l’on commence et le moment où l’on finit. »

18L’espace de travail partagé donne également la possibilité aux utilisateurs de se sentir dans un environnement plus serein pour travailler. En effet, en offrant un cadre de travail professionnel, convivial où se côtoient une diversité de travailleurs, le tiers-lieu est rassurant, décomplexant pour certains vis-à-vis de leur situation professionnelle. Il lève ainsi des blocages psychologiques liés au travail. Le tiers-lieu d’activité apparaît comme un lieu neutre où il n’existe pas de jugement de valeur et où tout le monde est sur un même pied d’égalité.

19Le tiers-lieu d’activité est également un espace de travail où les utilisateurs se sentent plus concentrés dans leur activité. En comparaison avec le domicile, les utilisateurs ne sont pas distraits par des tâches de leur vie quotidienne et/ou par la présence d’autres personnes dans leur foyer. Cette amélioration de la concentration provient de l’environnement calme de travail qui existe dans de nombreux tiers-lieux d’activité, comme en témoigne ce télétravailleur salarié et informaticien du tiers-lieu de Saint-Martory (France) : « On se concentre plus facilement sur les tâches quand on est dans un tiers-lieu. On est peut-être moins distrait. C'est calme. »

20L’épanouissement personnel ressenti par certains utilisateurs prend également sa source dans l’interconnaissance des utilisateurs, et/ou l’hybridation des activités et services au sein d’un tiers-lieu d’activité. Pour cette avocate indépendante, le tiers-lieu de La Magrana (Valls, Espagne) est pour elle, un lieu d’enrichissement personnel et professionnel où elle peut côtoyer d’autres professionnels au style de vie différent, faire du yoga ou encore lire des livres qu’elle n’aurait pas forcément lu en temps normal : « C’est très enrichissant parce que tu apprends à connaître des personnes qui ont une autre profession que la tienne et surtout qui ont un autre mode de vie […]. Et comme je te le disais, j’y fais du yoga, de la méditation, je lis d’autres types de livre, c’est un comme un enrichissement personnel et professionnel. »

21Le tiers-lieu d’activité bouscule donc le rapport au travail de ses utilisateurs. Il participe à leur bien-être au travail en proposant un cadre professionnel, convivial et flexible au plus proche des zones de vie. Amélioration de la productivité, de l’organisation de la journée de travail et gain de temps sont les principaux atouts mis en avant par les utilisateurs. La séparation entre vies professionnelle et personnelle est bien distincte en comparaison avec le domicile et les utilisateurs observent tous un meilleur confort de vie.

22En lien avec cette amélioration de la qualité de vie professionnelle et personnelle, les pratiques de consommation des utilisateurs méritent une attention particulière. Force est de constater que ces dernier privilégient souvent leur territoire de vie. Les effets des tiers-lieux sur l’augmentation de la fréquentation dans les commerces et/ou services publics et privés de proximité reste à nuancer.

23Ainsi, sur le temps de pause du midi, plus de la moitié des utilisateurs catalans prennent leur repas chez eux puisqu’ils travaillent depuis leur domicile l’après-midi. Seulement deux utilisateurs restent travailler la journée entière puisqu’ils résident à plus de 20 minutes en voiture du tiers-lieu. Ils apportent donc leur propre repas et déjeunent sur place. Aucun utilisateur catalan se rend dans un restaurant à proximité pour y déjeuner. Néanmoins, quotidiennement ou hebdomadairement, utilisateurs et gestionnaire se retrouvent pour boire un café ou un verre dans un bar des environs du tiers-lieu. La proximité du tiers-lieu au domicile des utilisateurs conditionne leur journée de travail et son organisation. Plus un utilisateur habite près de l’espace de travail partagé, plus il partagera sa journée de travail entre le tiers-lieu et son domicile et déjeunera à son domicile entre midi et deux. A l’inverse, un utilisateur qui réside loin du tiers-lieu aura tendance à rester la journée entière et manger pendant la pause de midi au sein de l’espace de travail partagé.

24Dans les cas suisse et français, la proximité du tiers-lieu au domicile des utilisateurs n’est pas un facteur déterminant pour l’organisation de la journée de travail et le lieu de restauration. Par exemple, en Suisse, les utilisateurs interviewés restent manger le midi voire le soir sur place, au sein du tiers-lieu. Ils apportent généralement de quoi se restaurer ou peuvent aller se l’acheter dans un commerce de proximité. Cette biographe indépendante est une des seules à rester manger le midi et le soir dans l’espace TheWorkHub (Vevey, Suisse) : « Toujours au coworking. J’apporte de quoi manger ou quelque fois, on va s’acheter un sandwich. Je mange souvent là-bas, le midi et le soir. »

25Parmi l’ensemble des utilisateurs interviewés, seuls quelques-uns ont vu leurs habitudes de consommation changer depuis qu’ils fréquentent un tiers-lieu d’activité. C’est le cas d’un télétravailleur salarié du tiers-lieu de Grenade (France) résidant dans la commune limitrophe et qui estime beaucoup plus consommer localement dans les commerces autour de chez lui : « Du coup plus facilement oui, vu que je suis plus souvent autour de chez moi. Je dépense un peu plus d’argent dans les communes qui sont autour de chez moi qu’avant. Après je ne sais pas si cela fait une énorme différence, mais je dépense un peu plus en tout cas. »

26Pour d’autres utilisateurs, la fréquentation d’un tiers-lieu n’a pas eu de réel effet sur leurs pratiques de consommation à l’image de cette télétravailleuse salariée qui se rend trois fois par semaine au tiers-lieu d’activité de Rieux-Volvestre (France) et qui réside à 10 minutes, sur la commune du Fousseret : « Non, ça non par contre, cela n’a pas changé mes habitudes de consommation. Après il m’arrive d’acheter des trucs sur Rieux-Volvestre mais je n’habite pas loin. »

27Concernant l’investissement associatif des utilisateurs, peu d’entre eux sont membres d’une association locale. Les associations de parents d’élèves et sportives sont d’ailleurs les structures les plus citées, comme en témoigne ce télétravailleur salarié qui fréquente le tiers-lieu de Saint-Martory (France) et qui est aussi membre de l’association des parents d’élèves de l’école de ses enfants : « Je fais partie de l’association des parents d’élèves de l’école. Après Saint-Martory est un petit village donc tout le monde connaît tout le monde. »

28Si pour certains cet engagement associatif s’est opéré bien avant de fréquenter un tiers-lieu, il témoigne de leur vie familiale mais aussi de leur participation à la vie locale de leur territoire de résidence. Par exemple, cette doctorante et récente utilisatrice du tiers-lieu de Bulle (Suisse) est membre de plusieurs associations de cette commune suisse : « Je fais du volley, je suis dans l’association de Gym de Bulle en loisirs. Je suis aussi dans l’organisation «Pédibus», mais je ne sais pas si c’est une association. C’est une organisation entre parents pour amener les enfants à pied à l’école. Pour ne pas les emmener en voiture et pour ne pas les laisser tout seuls sur le chemin, surtout quand ils sont petits. »

29Les utilisateurs qui consomment donc sur le territoire d’implantation du tiers-lieu et utilisent les services et équipements publics présents sont ceux qui y résident également. Autrement dit, l’espace de travail partagé a un réel impact sur les commerces et services de proximité lorsqu’il est fréquenté par des habitants du territoire (Baceiredo, 2021).

  • 14 BACEIREDO, L. (2021). Les impacts territoriaux des tiers-lieux d’activité sur des espaces de faible (...)

30L’implantation du tiers-lieu d’activité au plus proche des zones de vie joue également un rôle sur les modalités de transport pour s’y rendre. Si la marche à pied est privilégiée pour des courtes distances, le vélo trouve aussi sa place sur des trajets plus longs, preuve de l’existence d’une alternative à l’automobile en milieu rural. Cependant, tous les utilisateurs ne résident pas sur le territoire d’implantation du tiers-lieu d’activité. Certains habitent les communes alentours. La zone d’influence d’un espace de travail partagé s’étend bien au-delà de l’échelle communale, rayonnant à 15 kilomètres environ14 et correspond aux territoires de vie des utilisateurs les plus éloignés. Parmi ceux dont le territoire de résidence est identique à celui du tiers-lieu, une majorité s’y rend à pied. Pour les utilisateurs les plus éloignés, dont le territoire de résidence n’est pas celui du tiers-lieu, la voiture est le moyen de transport le plus utilisé pour plus de la moitié d’entre eux. Le vélo ou les transports en commun sont également plébiscités. Effectivement, le tiers-lieu de TheWorkHub se situe à proximité de la gare de Vevey (Suisse) et cette biographe indépendante, prend le train pour d’y rendre depuis Montreux : « J’y vais en train, cela prend 5 minutes. Moi j’habite sur les hauteurs de Montreux, donc je descends à pied jusqu’à la gare, je vais à Vevey, après je dois marcher. C’est vrai que ce n’est pas juste à côté de chez moi, il y aussi une habitude. Je suis contente d’être à Vevey parce qu’il y a plus de choses à Vevey qu’à Montreux, cela m’arrange d’une certaine façon. La Suisse est toute petite. »

Figure 2 : Graphique des modes de transports utilisés par les usagers des tiers-lieux étudiés en fonction de leur territoire de résidence (L.Baceiredo, 2021)

31Le tiers-lieu d’activité fait partie de ces réponses territoriales motrices face à l’impératif environnemental, notamment au cours de l’année 2021 où dès le mois de juillet l’humanité a déjà épuisé ses ressources biologiques annuelles. Néanmoins, il est encore difficile d’affirmer que les espaces de travail partagé ont un réel impact sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, tant que la pratique du télétravail en tiers-lieux ne sera pas démocratisée.

32Même si le nombre de télétravailleurs salariés interrogés est quasi identique à celui des indépendants, ils sont considérés comme des travailleurs détachés. Dans la plupart des cas, leur établissement de rattachement est localisé à l’étranger, ou en région parisienne pour les télétravailleurs français, donc à plusieurs centaines voire milliers de kilomètres de leur lieu de résidence. Ils ne sont donc pas concernés par les déplacements pendulaires quotidiens, hormis leur trajet pour se rendre dans un tiers-lieu. Ce dernier reste minime par rapport à la distance qui les sépare du siège de leur entreprise. Autrement dit, le tiers-lieu n’a pas réellement d’impact sur la réduction des déplacements pendulaires lorsqu’il s’agit de télétravailleurs détachés à 100%.

33Seule une télétravailleuse salariée interviewée se rend trois jours par semaine dans un tiers-lieu pour télétravailler. Ses temps de trajet en voiture à son établissement de rattachement étaient de l’ordre de 3h Aller/Retour, en plus de ses déplacements pour ses rendez-vous professionnels. Aujourd’hui, ces 3h de trajet se sont transformées en 20 minutes aller et retour, diminuant nettement l’utilisation de la voiture et son impact sur l’environnement. Néanmoins, l’exemple de cette télétravailleuse reste à la marge et n’est pas une généralité observée dans tous les tiers-lieux d’activité, que cela soit en France, en Espagne ou encore en Suisse, et même suite à la crise sanitaire de la COVID-19. Pour Mélanie, gestionnaire des tiers-lieux de Vevey et de Bulle en Suisse le nombre de télétravailleurs risque d’augmenter dans les tiers-lieux d’activité ces prochains mois car les salariés ont véritablement mal vécu de travailler depuis leur domicile pendant le grand confinement : « Je pense qu’il faut voir ce qui se passe dans les six prochains mois. Il y a eu le déconfinement, il y a eu l’été, les gens ont un peu repris. Toutes les boîtes américaines en Suisse, n’ont pas fait de retour sur site, donc les gens sont toujours en télétravail. Et il y en a plein qui disent qu’ils ne reviendront pas sur site tant qu’il n’y aura pas de vaccin. Ils sont encore mal barrés. Là je récupère certains employés qui me disent qu’à la maison ils n’en peuvent plus « je viens un jour au coworking parce que je n’en peux plus de la maison ». Donc je pense qu’on est sur la bonne voie mais cela va prendre encore quelques mois. »

  • 15 https://www.relais-entreprises.fr/2018/05/27/edf-et-relais-dentreprises-sassocient-pour-encourager- (...)

34Des mesures incitatives sont aujourd’hui développées pour encourager la non-mobilité par la pratique du télétravail en tiers-lieux mais elles ne concernent aujourd’hui que très peu de bénéficiaires. L’exemple même est la valorisation des kilomètres non effectués dans le cadre des Certificats d'Économie d'Énergie d’EDF qui rémunère les employeurs de l’ordre de 40 centimes d’euros pour 100 kilomètres économisés par leurs collaborateurs qui télétravaillent depuis un tiers-lieu du réseau Relais d’Entreprises15. Ces mesures, dont la mise en œuvre a été longue et fastidieuse, ont le mérite d’exister même si elles concernent aujourd’hui très peu de bénéficiaires. Elles témoignent par ailleurs des mutations sociétales en cours sur les nouveaux modes de travail et la conception de l’immobilier de bureaux. Qui plus est, plus il y aura des tiers-lieux à proximité des zones de vie et plus les salariés seront autorisés à faire du télétravail en dehors de leur domicile, plus les déplacements pendulaires motorisés diminueront ainsi que les émissions de gaz à effet de serre. Cela reste donc un impact à potentiel développement pour l’avenir.

2. Un catalyseur de relations et de dynamiques sociales dans le cadre d’une nouvelle communauté de travail

35Il est important pour un tiers-lieu d’activité de parvenir à fédérer un noyau d’utilisateurs réguliers qui assurera ainsi une certaine stabilité économique et maintiendra une dynamique le rendant attractif sur le long terme. Ce noyau dur d’utilisateurs peut être assimilé à une communauté d’utilisateurs pour laquelle le gestionnaire définit le cadre et les usages possibles en fonction des besoins de chacun et des moyens dont il dispose (Baceiredo, 2021).

36Une communauté implique un regroupement de personnes ayant un objectif ou un projet commun. Dans le cadre de nos entretiens, seul le tiers-lieu de Zona Liquida s’oriente vers ce processus de « faire communauté » où les utilisateurs ont le projet de s’unir pour créer une association qui autogèrerait l’espace de travail partagé. Cette volonté collective a pu voir le jour lorsque le nombre d’utilisateurs s’est agrandi faisant évoluer la demande locale à laquelle la mairie ne pouvait plus répondre par manque de moyens. Effectivement, la collectivité a su mettre à disposition les locaux de son ancienne bibliothèque municipale pour la création d’un tiers-lieu et mandater un utilisateur pour lui déléguer la partie accueil et intendance du lieu. Aujourd’hui, les utilisateurs souhaitent le faire évoluer pour qu’il devienne un véritable espace professionnel équipé et adapté aux multiples activités de la communauté.

37A l’exception du tiers-lieu de Zona Liquida, le sentiment d’appartenance à une communauté est absent de nos entretiens auprès des utilisateurs. Ces derniers évoquent néanmoins leur place parmi un collectif dont l’intensité d’appartenance peut être plus ou moins importante selon le ressenti de chacun. Ce collectif est d’ailleurs régulièrement assimilé à une famille où règne une ambiance conviviale comme en témoigne cet utilisateur de TheWorkHub (Bulle, Suisse) : « On est dans une structure qui est familiale, amicale. On a l’impression que l’on partage un bureau avec des amis. On fait des repas partagés, des petits apéros, des choses comme ça. Donc, c’est assez convivial. »

38Cet esprit de famille s’est forgé grâce à des relations sociales de solidarité et d’entraide où il est courant que les utilisateurs se rendent des services entre eux, en faisant appel aux compétences des uns et des autres comme l’évoque à juste titre cet utilisateur de Zona Liquida (Riba Roja d’Ebre, Espagne) : « Si on a besoin de quelque chose, il y a toujours quelqu’un qui peut nous aider à le faire. »

39Ces échanges de compétences ou de conseils permettent de faire évoluer les projets de chacun tout en maintenant une dynamique de groupe : « En étant ici, cela te permet de te faire de nouveaux contacts, d’avoir de nouvelles idées. Une personne va te conseiller sur un point puis une autre te conseillera sur un autre point, tu te fais ici plus de connexions et on t’aide à ce que ton projet soit le meilleur. Une personne va connaître une autre personne qui pourra t’apporter spécifiquement le service que tu souhaites. Du coup, tu es en contact avec diverses personnes et tu peux avancer sur tes différents projets grâce à ça. »

40Cette solidarité du collectif s’est particulièrement exprimée lors de la crise sanitaire de la COVID-19 qui a impacté plusieurs secteurs d’activités et dont certains utilisateurs indépendants se sont retrouvés en difficulté. C’est le cas de cet indépendant utilisateur du tiers-lieu d’activité Work and Wall (Neyron, France), qui grâce à la bienveillance et au soutien du collectif d’utilisateurs de son tiers-lieu, a réussi à surmonter les effets de la pandémie sur son moral et son activité : « On a un lien très très fort. On est un groupe de collègues de 5/6. Après, on ne compte pas sur le lieu lui-même pour nous dorloter, on se dorlote les uns les autres aussi. L’autre jour, on a une startup qui a fêté une levée de fonds, donc il y a eu du champagne, etc. L’autre jour c’était un anniversaire. Je ne dirais pas que c’est comme une famille mais quelque part si. On s’apprécie, on se respecte, on fait attention les uns aux autres, il y a un petit filet bienveillant, parce que c’est quand même dur le COVID. Moi je vous avoue que si j’étais resté chez moi, je n’aurais pas aimé. Et là, on se sent beaucoup moins seul. Les matins où on n’a pas le moral, on commence le matin avec un café et une bonne petite discussion et tout repart. »

  • 16 France Tiers-Lieux. (2020). Les tiers-lieux face à la crise COVID-19—Enquête et mobilisation solida (...)

41Cette solidarité peut s’étendre au-delà du tiers-lieu bâti et de ses utilisateurs, à l’échelle même d’un territoire confirmant le rôle essentiel des tiers-lieux dans la résilience territoriale. Pendant la crise sanitaire de la COVID-19, 90% des tiers-lieux ont déployé des actions de solidarité (solidarité numérique ou sociale, relais alimentaires, continuité pédagogique, etc.), notamment dans les territoires les plus reculés, nous dit une enquête de France Tiers-Lieux en mai 202016.

42Pour certains utilisateurs, la recherche d’un collectif est tout aussi importante que la recherche d’un lieu de travail adapté. En effet, lorsque cet indépendant de Work and Wall (Neyron, France) a fait le choix de travailler dans un tiers-lieu d’activité, c’était également pour y trouver une dynamique de groupe qui serait motrice à la fois pour lui en tant que personne et pour son activité d’agence de communication : « Je ne suis pas venu chercher des locaux ici, je suis venu chercher un outil de travail et de vie, c’est-à-dire, cet écosystème de gens bienveillants, il est important pour moi. Il est aussi important que le bureau. Parce que moi aussi, cela m’arrive de bosser comme un taré et j’aime bien entendre à midi, Boris viens manger avec nous et je ne me rendais pas compte qu’il était déjà 13h. Ce cadre social, ce cadre horaire, humain, il est ultra important. »

43Si le tiers-lieu d’activité est considéré comme un outil de travail par sa configuration, il l’est tout autant pour l’ambiance et la dynamique du collectif qui y régit. C’est d’ailleurs un élément essentiel pour les entrepreneurs indépendants qui ont besoin d’échanger, surtout lorsqu’ils démarrent leur activité afin de construire leur réseau et trouver de nouveaux clients. Certains télétravailleurs salariés sont aussi en demande d’échanges et de relationnel pour leur enrichissement personnel comme peut en témoigner ce directeur de vente et télétravailleur salarié à 100% d’une entreprise hollandaise qui regrette l’absence d’un collectif d’utilisateurs structuré au sein de son tiers-lieu d’activité (Brignais, France) : « C’est ce que je cherche mais je pense que cela a du mal à décoller, c’est vraiment plus des personnes qui sont en coworking qu’une vraie dynamique de coworking. Aujourd’hui les contacts se limitent à des rencontres pendant les pauses déjeuner alors qu’à l’autre coworking où j’étais il y avait vraiment tout un programme avec des formations, des présentations. Il y avait une vraie dynamique entre les coworkers pour s’entraider. Ici, pour le moment, cela a du mal à décoller. »

44Le tiers-lieu d’activité est donc un catalyseur de dynamiques sociales dont les échanges et le partage de connaissances sont propices au développement social professionnel d’un territoire et un lieu qui fait émerger des microclimats d’acteurs. Cependant, la constitution d’une communauté d’utilisateurs est loin d’être une généralité dans ces espaces. Ce qui est néanmoins manifeste, c’est l’existence d’un collectif d’entraide à l’esprit familial où les échanges sociaux et amicaux prédominent et sont sources d’enrichissement professionnel et personnel pour les utilisateurs (proximité créative). Ce collectif est également rendu possible grâce à la casquette d’animateur de bon nombre de gestionnaires qui orientent et finalement décident de l’ambiance qu’ils souhaitent voir dans leur espace (configuration d’espaces ouverts, aménagement d’un espace café/repas, programmation de temps de convivialité et d’échanges, ateliers professionnalisants, etc.). Cette dynamique de groupe participe ainsi à rendre vivant et attractif l’espace de travail partagé et le territoire sur lequel il est implanté.

3. Un écosystème entrepreneurial propice au développement d’activités économiques

45Si les utilisateurs de tiers-lieux recherchent avant tout un cadre de travail qui leur soit adapté pour l’exercice de leur activité, les entrepreneurs/indépendants ainsi que les personnes en cours de création d’activité aspirent aussi pouvoir élargir leur réseau professionnel et trouver de nouveaux clients en fréquentant un espace de travail partagé.

46Depuis qu’elle se rend dans le tiers-lieu de Zona Liquida (Riba Roja d’Ebre), cette illustratrice indépendante a commencé à gagner sa vie en tant qu’artiste. Son carnet de commande et le nombre de clients se sont accrus dès sa première année en tant qu’utilisatrice du tiers-lieu :

47« Cela fait un an que je travaille et que je dessine pour moi et quand j’ai commencé à travailler depuis le tiers-lieu, j’ai commencé à avoir mes premiers clients. La deuxième année passée dans l’espace, j’ai travaillé tous les mois de l’année avec des projets pour différents clients. Cette année, c’est ma troisième année dans le tiers-lieu et j’ai déjà deux gros projets en cours et d’autres choses à côté qui vont m’amener de nouveaux clients. Depuis que je suis ici, j’ai commencé à gagner ma vie en tant qu’artiste et cela ne m’était jamais arrivé. »

48Effectivement, la mixité des profils et l’organisation ou non d’animations professionnelles (ateliers, formations, conférences…) dans un tiers-lieu sont propices aux échanges, au partage de connaissances entre utilisateurs et à leur montée en compétences. A titre d’exemple, le tiers-lieu de Neyron (France) propose à ses utilisateurs de mettre en avant leurs diverses compétences dans le cadre d’ateliers comme celui organisé sur le référencement de sites Internet : « On essaie aussi d’organiser pas mal d’ateliers où c’est finalement nos coworkers qui mettent en avant leurs compétences. On a fait plusieurs fois des ateliers sur le référencement de sites internet donc organisés par Virginie, notre coworkeuse spécialiste en référencement. Derrière, elle récupère des clients, des gens qui sont venus et ont assisté à l’atelier, même si le principe est assez classique, ça fonctionne bien. »

49L’espace de travail partagé apparaît alors comme un lieu ressource et de mise en réseau. Il permet ainsi de constituer un écosystème entrepreneurial dont la principale composante est un ensemble d’acteurs entrepreneuriaux interconnectés et de processus entrepreneuriaux qui, de façon formelle ou informelle, vont se conjuguer pour favoriser la performance au sein d’un environnement entrepreneurial local (Mason et Brown, 2013, cité par Gueguen et al, 2016). Par ailleurs, ce catalyseur de « bonnes rencontres » et d’innovations est primordial en milieu rural pour aider les professionnels locaux à se développer sur le territoire tout en donnant la possibilité à leurs projets de voir le jour et/ou de se pérenniser. Effectivement, cette dynamique d’encastrement territorial (Granovetter, 2000) des créateurs d’entreprises locaux est souvent indexée sur des relations sociales (Reix, 2008) qui vont être ressources pour mener à bien leurs projets entrepreneuriaux sur les territoires.

50Les microclimats qui se créent entre différents acteurs au sein d’un espace de travail partagé sont aussi à l’origine de nouveaux projets professionnels et synonymes pour certains de renouvellement professionnel. Cette avocate de profession a changé de spécialité juridique dès lors qu’elle s’est rendue dans le tiers-lieu de La Magrana (Valls, Espagne). Elle traite désormais des affaires juridiques relatives aux nouvelles technologies et au droit de la protection des données. Elle a par ailleurs monté avec la gestionnaire de l’espace un cabinet de consulting pour aider les porteurs de projet de tiers-lieux sur les plans administratif et juridique. Sa venue dans le tiers-lieu lui a donc permis d’évoluer professionnellement et de s’engager dans la fibre entrepreneuriale : « Au niveau du travail, comme je te le disais, j’ai changé de spécialité juridique en étant ici car les thématiques de travail sont différentes et je voulais travailler sur les nouvelles technologies, la protection des données, etc. Mon activité a beaucoup plus de visibilité en étant ici et mes journées ont également changé, elle passe plus vite avec le travail que j’ai. »

51Le tiers-lieu peut apporter de la visibilité aux projets et activités en cours de chaque utilisateur entrepreneur et ce grâce aux moyens de communication engagés par le gestionnaire. Par exemple, le tiers-lieu de Zona Liquida (Riba Roja d’Ebre, Espagne) alimente son site Internet régulièrement avec les actualités de la semaine, notamment les activités et animations de prévues mais aussi en référençant la carte d’identité et les événements relatifs à chaque utilisateur. C’est aussi une manière de mettre en relation les différents utilisateurs entre eux et/ou avec des personnes extérieures à l’espace de travail partagé.

52Cette visibilité entrepreneuriale peut également se faire à travers la tenue de formations et d’ateliers ouverts à tous, en permettant à un Club d’Entreprises local de venir faire des réunions ou de participer à des événements professionnels. Auparavant, le tiers-lieu de Neyron (France) hébergeait un club d’entrepreneurs composé de plusieurs représentants d’activité qui se rendait un mercredi sur deux au sein de l’espace. La présence de ce club a permis à cet indépendant dans la communication de trouver un important client mais aussi de s’investir au sein de cette association locale de professionnels : « En gros, c’est un petit groupe d’entrepreneurs / TPE. J’étais au lancement de ce Club et cela m’a permis de trouver un très gros prospect qui m’a permis de vivre pendant un an mais du coup, je ne suis pas resté dedans parce que l’association tournait un petit peu en rond. Mais cette association avant était hébergée ici dans le cowork, mais maintenant, elle n’y est plus, pour des raisons qui ne me concernent pas. Et du coup, vu qu’elle n’y est plus, je ne voulais pas sortir de mon cowork pour cela. Mais effectivement, cela me manque. J’aimerais bien qu’il y ait une association d’entreprises qui se réinstalle ici. »

53Un tiers-lieu d’activité, par sa capacité à mélanger les univers sociaux et professionnels et à les faire échanger entre eux, donne la possibilité à des projets entrepreneuriaux d’exister, d’évoluer, d’être ancrés territorialement et d’être visibles au-delà des frontières locales. Il offre une flexibilité d’utilisation et une mutualisation d’équipement, d’outils et de services qui sont aujourd’hui plébiscitées par les entreprises et entrepreneurs locaux dans le cadre de leur parcours résidentiel (Baceiredo, 2021).

54La souplesse dans la location d’un bureau dans un tiers-lieu d’activité est moins contraignante et coûteuse contrairement à un bail commercial classique 3 6 9. Effectivement, la mutualisation de bureaux, d’équipements et autres outils de travail dans un espace de travail partagé permet aux entrepreneurs et entreprises en cours de création d’avoir des frais moins élevés et d’être flexibles dans leur activité. De plus, certains tiers-lieux d’activité proposent des offres de services spécialement destinées à l’entrepreneuriat local et s’orientent dans l’incubation et l’aide au développement des entreprises. Chez Work and Wall, le gestionnaire du tiers-lieu de Neyron (France) souhaite mettre en place un dispositif d’accompagnement pour les personnes en cours de création d’activité : « On voudrait mettre en place des ateliers peut-être une fois par trimestre où on va pouvoir rencontrer des professionnels et se faire accompagner, entre guillemets, dans son parcours de création d’entreprise. Et on voudrait sortir du parcours avant création, être un peu plus dans l’opérationnel. »

55Il apparaît donc central de favoriser la fluidité du parcours résidentiel des entreprises, en leur proposant une offre adaptée à leurs besoins, de leur naissance jusqu’à leur maturité. A défaut d’offre immobilière classique à destination des créateurs d’entreprises de type pépinière et/ou hôtel d’entreprises onéreuse à l’échelle communale, le tiers-lieu d’activité constitue une offre alternative permettant aux entrepreneurs et créateurs d’activité de s’installer durablement sur des territoires ruraux.

56Le tiers-lieu de Rieux-Volvestre (France) a accueilli en 2015 une série d’entrepreneurs qui ont pu monter leur activité et commencé à engager leurs premiers salariés. Ils sont restés au sein de l’espace de travail partagé environ 14 mois avant d’acheter et de réhabiliter des locaux en plein centre de la commune voisine : « Et après, il y a eu l’expert-comptable qui a pris pendant un peu plus d’un an cette partie-là. En fait, je lui louais non meublé. Je lui fournissais la connexion Internet. Et je lui re facturais aussi l’électricité et le chauffage. Et c’est ici qu’il a embauché ses premiers salariés. Et après, au bout d’un an il a acheté un local à Carbonne qu’il a rénové. »

57Les microclimats d’acteurs qui se créent au sein des tiers-lieux constituent un écosystème entrepreneurial favorable à l’épanouissement et au développement de nouveaux projets et activités économiques dont les répercussions sur le développement économique des zones rurales sont non négligeables se traduisant par exemple par la pérennisation d’entreprises. Le tiers-lieu est d’ailleurs devenu une structure incontestable dans l’accompagnement et le soutien à la création d’entreprise en se démarquant par sa souplesse d’utilisation, ses prix abordables et son environnement convivial. Son coût d’investissement et de fonctionnement en fait une structure qui est aujourd’hui privilégiée par les pouvoirs publics locaux, en comparaison aux pépinières d’entreprises.

Conclusion

58Cette contribution s’inscrit dans la continuité de travaux cherchant à examiner la participation des nouvelles pratiques de travail rendues possibles par les TIC sur le développement territorial des espaces de faible densité. Au vu des résultats présentés, il est aujourd’hui difficile d’affirmer que les tiers-lieux d’activité contribuent au rééquilibrage territorial, et ce malgré des signaux positifs concernant leurs effets sur l’économie rurale et le développement territorial (Baceiredo, 2021).

59Il est certainement beaucoup trop tôt pour faire un bilan sur ces espaces de travail partagé qui sont depuis peu en pleine expansion et encouragés par de nombreux dispositifs et autres programmes publics comme un levier, parmi tant d’autres, à enclencher pour la revitalisation des territoires ruraux. Promouvoir le rééquilibrage territorial passe par des politiques publiques volontaristes, et complémentaires entre elles pour lesquelles tous les territoires ne disposent pas des mêmes moyens pour les mettre en œuvre. A ce titre, les espaces ruraux riches et attractifs ne seraient-il pas les seuls à tirer profit des effets positifs d’un tiers-lieu d’activité sur leur territoire ?

  • 17 https://tiers-lieux.famillesrurales.org/

60Le constat que nous avons pu faire c’est qu’un tiers-lieu d’activité est un investissement et que son modèle est peu viable économiquement pour son gestionnaire (Baceiredo, 2021). Cette accumulation de subventions et de politiques publiques en faveur des espaces de travail partagé interroge quant à l’assistanat qu’elle peut générer sur le court et moyen terme et qui sera certainement vectrice de fermeture de tiers-lieux si ces aides ne perdurent pas. Ce qui nous pousse à dire que les tiers-lieux d’activité fonctionnent et ont un avenir à condition qu’ils soient accompagnés par les pouvoirs publics, comme devraient l’être les services publics des territoires ruraux mais qui font face à un sentiment de délaissement de la part des usagers (Fijalkow et Jalaudin, 2012). Le format hybride d’un tiers-lieu d’activité composant avec une offre mutualisée de services publics de type Maison France Services apparaît comme une solution viable d’optimisation des ressources humaines, financières et matérielles sur les territoires ruraux. Bien entendu, ce modèle hybride nécessite une présence humaine en continu qui soit formée à l’ensemble des compétences requises pour animer et gérer ce lieu en prenant l’exemple des animateurs.rices des tiers-lieux de l’association Familles Rurales17. De même, de plus en plus d’espaces sont aujourd’hui trop spécialisés comme en témoignent certains exemples de tiers-lieux d’activité, de tiers-lieux culturels ou encore de tiers-lieux agricoles. Cette spécialisation est risquée si le besoin en local est amené à évoluer rendant l’offre de services inadaptée voire obsolète. C’est pourquoi, nous plaidons pour la création de tiers-lieux à géométrie variable sur les espaces de faible densité diversifiant ainsi l’offre de services et les publics cibles (Baceiredo, 2021).

  • 18 Ville de Paris. (s. d.). Paris ville du quart d’heure, ou le pari de la proximité. Consulté à l’adr (...)

61Par ailleurs, l’échelle territoriale d’ancrage du tiers-lieu la plus pertinente à nos yeux est celle de la proximité qui est au cœur des processus de revitalisation des territoires ruraux et qui s’inscrit dans le concept très urbain de la « ville du quart d’heure » créé par Carlos Moreno18. Ce dernier aspire à repenser complètement l’organisation des villes pour les rendre plus résilientes en permettant à chaque habitant d’accéder en 15 minutes à toutes les fonctions sociales : se loger, travailler, se soigner, s’approvisionner, apprendre et s’épanouir, bien que plus difficile à décliner sur des territoires de faible densité. Le tiers-lieu, malgré sa zone d’influence qui s’étend au-delà de l’échelle communale, démontre que ses effets sont visibles localement, sur son territoire d’implantation, en contribuant à faire par des mobilités restreintes, questionne la place de la voiture en milieu rural et ce besoin de non-mobilité pour une vie plus apaisée de la part des habitants. Finalement, le tiers-lieu revient à ses lettres de noblesse tel qu’il a été conceptualisé en partie par Ray Oldenburg à la suite d’un éclatement spatial des villes américaines et d’une utilisation encouragée de la voiture pour accéder aux fonctions sociales de la vie.

  • 19 ANCT. (s. d.). Petites villes de demain. Agence nationale de la cohésion des territoires. Consulté (...)
  • 20 Bistrots de pays. (s. d.). Bistrots de pays—La convivialité retrouvée. Consulté à l’adresse https:/ (...)

62Dans cette perspective, nous considérons que le tiers-lieu d’activité est une fonction socioéconomique de proximité, au même titre que le sont les commerces et services publics de proximité, formant ainsi un écosystème de formes variables pour le développement territorial des zones rurales (Baceiredo, 2021). Cet ensemble de formes développées dans les petites centralités rurales pour améliorer la vie des habitants est justement prôné par l’Etat dans le cadre de son programme de revitalisation « Petite Ville de demain »19 qui laisse néanmoins de côté les petites municipalités de faible densité. D’autres dispositifs indépendants comme les 1000 cafés ou les Bistrots de Pays20 soutenus par des collectivités territoriales participent à créer de nouvelles formes territoriales pour la redynamisation des espaces ruraux. Compte tenu de ces éléments, la plus-value d’un espace de travail partagé sur un territoire n’est possible selon nous qu’à la condition de s’inscrire dans un écosystème de formes territoriales déjà existantes et/ou en cours de requalification à l’échelle locale. En d’autres termes, il doit faire partie d’un projet global de territoire et d’aménagement durable initié et appuyé par les pouvoirs publics dont les stratégies d’actions sont plurisectorielles et co-construites par un réseau d’acteurs investis dans la vie socioéconomique locale des territoires ruraux (Baceiredo, 2021). L’intercommunalité, détentrice des compétences développement économique et aménagement du territoire, dont le périmètre a été élargi suite à la loi NOTRe, est sans doute un cadre opérationnel à envisager pour la constitution d’un maillage de tiers-lieux de proximité mais qui impose à la collectivité de prendre en compte en interne les différents besoins de chaque bassin de vie.

Haut de page

Bibliographie

ANCT. (s. d.). Petites villes de demain. Agence nationale de la cohésion des territoires. Consulté à l’adresse https://agence-cohesion-territoires.gouv.fr/petites-villes-de-demain-45

Baceiredo, L. (2021). Les impacts territoriaux des tiers-lieux d’activité sur des espaces de faible densité : Analyse croisée des réseaux Relais d’Entreprises (France), Cowocat Rural (Catalogne) et VillageOffice (Suisse). Université Toulouse 2 Jean Jaurès.

Bistrots de pays. (s. d.). Bistrots de pays—La convivialité retrouvée. Consulté à l’adresse https://www.bistrotdepays.com/

Consorci Intercomarcal d’Iniciatives Socioeconómiques. (2017). Cowocat Rural—Proyecto de cooperación (p. 24). Generalitat de Catalunya. http://www.redruralnacional.es/documents/10182/414668/Presentacion_Cowocat_Rural.pdf/d886bb7c-5f43-4429-9b00-8c148091ab81

Construire la France de demain. (s. d.). Consulté à l’adresse https://www.gouvernement.fr/les-priorites/france-relance

Cowocat Rural. (s. d.). Cowocat Rural. Consulté à l’adresse https://www.cowocatrural.cat/

Crouzet, E. (2002). Le télétravail et l’organisation socio-économique du territoire français : Entre discours aménageur et réalités entrepreneuriales. L’Information Géographique, 66(3), 206-222. https://doi.org/10.3406/ingeo.2002.2811

Familles Rurales. (s. d.). Les tiers-lieux—Familles Rurales | Association reconnue d’utilité publique qui agit en faveur des familles sur tout le territoire. Consulté à l’adresse https://tiers-lieux.famillesrurales.org/

Fernandez Rodriguez, L. (2020, juin). Carlos Moreno : « La ville du quart d’heure offre un rythme de vie apaisé ». La Gazette des Communes. https://www.lagazettedescommunes.com/684146/la-ville-du-quart-dheure-offre-un-rythme-de-vie-apaise/

Fijalkow, Y., & Jalaudin, C. (2012). Les habitants du rural et leurs services publics : Pratiques et opinions d’usagers. Sciences de la société, 86, 86-107. https://doi.org/10.4000/sds.1712

France Tiers-Lieux. (2020). Les tiers-lieux face à la crise COVID-19—Enquête et mobilisation solidaire (p. 9).

France Tiers-Lieux. (2021). Nos territoires en action—Rapport France Tiers-Lieux (p. 13). https://francetierslieux.fr/wp-content/uploads/2021/07/Synthese-Rapport-2021.pdf

Generalitat de Catalunya, & Departament d’Agricultura, Ramaderia, Pesca i Alimentació. (2014). Rural Development Programme (Regional)—Cataluña (p. 893).

Grimes, S. (1992). Exploiting information and communication technologies for rural development. Journal of Rural Studies, 8(3), 269-278. https://doi.org/10.1016/0743-0167(92)90004-P

Guegen, G., Delanoë-Guegen, S., & Lechner, C. (2016). Importance de l’écosystème entrepreneurial dans l’écosystème d’affaires de start-ups et facteurs explicatifs (p. 27).

Les tiers-lieux au cœur de la relance ! (2020, juillet 29). France Tiers Lieux. https://francetierslieux.fr/les-tiers-lieux-au-coeur-de-la-relance/

Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales. (s. d.-a). Loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe). Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales. Consulté à l’adresse https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/loi-portant-sur-la-nouvelle-organisation-territoriale-de-la-republique-notre

Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales. (s. d.-b). Retour sur le 3ème Comité interministériel aux ruralités (CIR). Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales. Consulté à l’adresse https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/retour-sur-le-3eme-comite-interministeriel-aux-ruralites-cir

Mutin-Quinson, I. (2004). Pépinières d’entreprises : Origines et modes opératoires [Science Po Lyon]. http://doc.sciencespo-lyon.fr/Ressources/Documents/Etudiants/Memoires/Cyberdocs/MSPCP/mutinquinson_i/pdf/mutinquinson_i.pdf

Oldenburg, R. (1999). The great good place : Cafés, coffee shops, bookstores, bars, hair salons, and other hangouts at the heart of a community. Marlowe ; Distributed by Publishers Group West.

Reix, F. (2008). L’ancrage territorial des créateurs d’entreprises aquitains : Entre encastrement relationnel et attachement symbolique. Geographie, economie, societe, 10(1), 29-41.

Relais d’Entreprises. (s. d.). Relais d’Entreprises—Acteur de rééquilibrage des territoires pour une meilleure qualité de vie. Relais d’Entreprises. Consulté à l’adresse https://www.relais-entreprises.fr/

Relais d’Entreprises. (2018, mai 27). EDF et Relais d’Entreprises s’associent pour encourager le télétravail. Relais d’Entreprises. https://www.relais-entreprises.fr/2018/05/27/edf-et-relais-dentreprises-sassocient-pour-encourager-le-teletravail-dans-les-tiers-lieux/

Rid, W. (2000). Telematics in rural areas : Parameters of success of the british teleworking and telecottages ... Diplom De.

VillageOffice. (s. d.). VillageOffice | Coworking mit VillageOffice. Consulté à l’adresse https://villageoffice.ch/fr/

Ville de Paris. (s. d.). Paris ville du quart d’heure, ou le pari de la proximité. Consulté à l’adresse https://www.paris.fr/dossiers/paris-ville-du-quart-d-heure-ou-le-pari-de-la-proximite-37

Haut de page

Notes

1 Cet article propose de revenir sur les résultats d’un travail doctoral# portant sur les impacts territoriaux des tiers-lieux d’activité sur des espaces de faible densité. Baceiredo L., (2021). Les impacts territoriaux des tiers-lieux d’activité sur des espaces de faible densité : Analyse croisée des réseaux Relais d’Entreprises (France), Cowocat Rural (Catalogne) et VillageOffice (Suisse). Université Toulouse 2 Jean Jaurès.

2 Le télécentre est défini comme un espace hébergeant une offre minimale de bureaux et de services et ce, suivant la charte du Réseau National des Télécentres (Crouzet, 2002).

3 Propos de Thierry Cotelle (conseiller régional Occitanie) lors de la table ronde sur la thématique des tiers-lieux et développement économique des territoires, Mêlée Numérique, mardi 19 septembre 2017.

4 Construire la France de demain. (s. d.). Consulté à l’adresse https://www.gouvernement.fr/les-priorites/france-relance

5 Les tiers-lieux au cœur de la relance ! (2020, juillet 29). France Tiers Lieux. https://francetierslieux.fr/les-tiers-lieux-au-coeur-de-la-relance/

6 Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales. (s. d.-b). Retour sur le 3ème Comité interministériel aux ruralités (CIR). Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales. Consulté à l’adresse https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/retour-sur-le-3eme-comite-interministeriel-aux-ruralites-cir

7 France Tiers-Lieux. (2021). Nos territoires en action—Rapport France Tiers-Lieux (p. 13). https://francetierslieux.fr/wp-content/uploads/2021/07/Synthese-Rapport-2021.pdf

8 Auteur.e, L. (2021). Les impacts territoriaux des tiers-lieux d’activité sur des espaces de faible densité : Analyse croisée des réseaux Relais d’Entreprises (France), Cowocat Rural (Catalogne) et VillageOffice (Suisse). Université Toulouse 2 Jean Jaurès.

9 Ibis

10 https://www.cowocatrural.cat/

11 https://www.relais-entreprises.fr/

12 https://villageoffice.ch/fr/

13 Ce travail d’enquête est lié à ma double fonction : à la fois doctorante CIFRE et chargée d’études chez Relais d’Entreprises. Ainsi, ce travail de recherche a été richement alimenté par les nombreuses études de faisabilité pilotées en accompagnant plusieurs collectivités territoriales à l’échelle toute la France dans leur projet de création de tiers-lieux d’activité.

14 BACEIREDO, L. (2021). Les impacts territoriaux des tiers-lieux d’activité sur des espaces de faible densité : Analyse croisée des réseaux Relais d’Entreprises (France), Cowocat Rural (Catalogne) et VillageOffice (Suisse). Université Toulouse 2 Jean Jaurès.

15 https://www.relais-entreprises.fr/2018/05/27/edf-et-relais-dentreprises-sassocient-pour-encourager-le-teletravail-dans-les-tiers-lieux/

16 France Tiers-Lieux. (2020). Les tiers-lieux face à la crise COVID-19—Enquête et mobilisation solidaire (p. 9).

17 https://tiers-lieux.famillesrurales.org/

18 Ville de Paris. (s. d.). Paris ville du quart d’heure, ou le pari de la proximité. Consulté à l’adresse https://www.paris.fr/dossiers/paris-ville-du-quart-d-heure-ou-le-pari-de-la-proximite-37

19 ANCT. (s. d.). Petites villes de demain. Agence nationale de la cohésion des territoires. Consulté à l’adresse https://agence-cohesion-territoires.gouv.fr/petites-villes-de-demain-45

20 Bistrots de pays. (s. d.). Bistrots de pays—La convivialité retrouvée. Consulté à l’adresse https://www.bistrotdepays.com/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lauren Baceiredo, « Mise en œuvre des tiers-lieux d’activités : de réels effets sur les conditions d’activités dans les territoires non métropolitains ?  »Netcom [En ligne], 36-1/2 | 2022, mis en ligne le 14 février 2023, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/netcom/6919 ; DOI : https://doi.org/10.4000/netcom.6919

Haut de page

Auteur

Lauren Baceiredo

Docteur en Urbanisme et Aménagement (LISST-CIEU, Université Toulouse 2 Jean Jaurès) Consultante Développement Territorial chez Terre d'Avance, l.baceiredo@terredavance.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search