Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels en coursLa fabrique de l'urbain à l'heure...

La fabrique de l'urbain à l'heure du numérique et de l'intelligence artificielle

Introduction 

Depuis l'avènement des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les années 1990 jusqu'à l'émergence de la “ville intelligente (ou smart city)” dans les années 2000, le tournant numérique a profondément redéfini notre rapport à l'espace urbain. Il produit des effets multiples sur les processus de planification et d’aménagement et sur les pratiques quotidiennes des citoyens. Alors même que la pandémie de COVID-19 a accéléré la digitalisation de nombreux domaines de notre vie quotidienne (santé, travail, commerce, services), aujourd'hui, la diffusion rapide de l'intelligence artificielle (IA) fait émerger de nouveaux défis théoriques et méthodologiques. L’utilisation des Big Data (données massives), et la tendance vers une gouvernance algorithmique, de la modélisation prédictive à la robotique dans les politiques urbaines, transforment profondément les modes de fabrique, d’analyse et de cognition de la ville et constituent un sujet complexe pour les sciences sociales.

Ce numéro spécial se propose d'explorer les multiples facettes de cette mutation en s’interrogeant sur les enjeux scientifiques et opérationnels, mais aussi épistémologiques, que pose la diffusion massive mais inégale des technologies numériques dans les modes de planification, de conception et de gestion urbaine. Il vise à approfondir notre compréhension de ces transformations dans des territoires qui suivent des trajectoires différenciées dans leur capacité à se saisir de ces outils. Des disparités existent au sein des aires métropolitaines, entre territoires urbains, périurbains et ruraux en fonction des dotations en infrastructures, en ressources économiques et humaines et des choix de politiques. L’apparition de nouvelles pratiques explique aussi ces disparités, inversant parfois même la division entre villes des Nord et des Suds, qui constitue une des possibles lignes de clivage dans l’adoption de ces technologies.

Afin de mettre en lumière ces enjeux des nouvelles modalités de fabrique et de visualisation de l’urbain, nous sollicitons des contributions en provenance d’une diversité de disciplines (géographie, aménagement et urbanisme, architecture, sciences de l’ingénieur). Ces contributions peuvent porter aussi bien sur l’évolution de nos méthodes de recherche et de nos cadres d’analyse (nouveaux objets et concepts, objets anciens revisités), que sur les changements observés dans les pratiques citoyennes ou professionnelles autour des cinq axes de réflexion suivants.

Axe 1 : Repenser la ville et les territoires à l’aune du numérique et de l’intelligence artificielle

Ce premier axe s’intéresse à la manière dont le numérique redéfinit notre manière de concevoir les espaces urbains et les territoires, remettant en question les notions traditionnelles d’enracinement géographique, de distance et de localisation. Si l'ubiquité numérique semble abolir les frontières géographiques, elle engendre également des effets localisés, contribuant à une recomposition territoriale. De même, le numérique et l’IA posent de nombreux défis théoriques et méthodologiques tout en ouvrant de nouvelles perspectives de recherche sur la relation entre pervasivité, technicité et émergence (Peyroux 2023). Les technologies du numérique et de l’intelligence artificielle se répandent largement dans nos équipements et nos modes de vie, mais leur diffusion demeure inégale selon les contextes géographiques, les groupes sociaux et les individus, pour des raisons d’accessibilité, de coûts mais aussi de préférences individuelles, de choix personnels ou politiques, voire de résistances. En outre, la complexité croissante des technologies numériques soulève des interrogations sur leur compréhension et leur gouvernance. L'émergence de "l'IA urbaine" (Cugurullo et al. 2023), la présence croissante de systèmes de robotique et d'automatisation dans les espaces publics posent de nouveaux défis en matière de réglementation et d’éthique (Macrorie et al. 2021, Mintrom et al. 2022). Nous sollicitons donc des articles à la dimension méthodologique et épistémique, qui portent sur la conceptualisation de ces nouvelles géographies et leur influence sur nos représentations de l’espace urbain, des dynamiques urbaines et des inégalités territoriales. Ces articles sont invités à penser la manière dont des approches pluridisciplinaires ou interdisciplinaires sont à même de proposer de nouveaux cadres d'analyse pour appréhender cette technicité et repenser les capacités d'action politiques et sociales dans un environnement technologique complexe.

Axe 2 : Gouverner la ville par les données

Soutenue par de nouveaux outils de connaissance et des techniques de calcul avancées, la « mise en données » de la ville touche à la fois les techniques de gouvernance, la production de nouveaux services urbains et les modèles économiques des acteurs du numérique (Courmont et Le Galès 2019). D’une part, les entreprises et les administrations adoptent de nouvelles rationalités comptables et logiques gestionnaires, amplifiant les tendances déjà initiées par la révolution informatique (Boullier 2016, Marvin et Luque-Ayala 2017). D’autre part, la coproduction de services urbains entre acteurs publics, citoyens et acteurs privés à travers des plateformes collaboratives et des applications mobiles fondées sur le crowdsourcing soulèvent des interrogations sur la construction de nouvelles formes d'action collective (Courmont 2021, Cinnamon 2020). Cette « datafication » de la société offre à la fois des perspectives prometteuses, telles que la meilleure connaissance des flux en temps réel et l'optimisation des ressources, mais elle est également porteuse de risques, notamment en termes de surveillance accrue et de vulnérabilité des systèmes (Zuboff 2019). Nous sollicitons donc des articles s’intéressant à la manière dont le numérique et l’IA transforment les logiques de gouvernance des services urbains, les modes de contrôle et de surveillance des citadins et des territoires, ainsi que les rapports entre acteurs publics, privés et citoyens.

Axe 3 : Les relations paradoxales entre la ville numérique et les enjeux environnementaux

La transition numérique urbaine entretient des liens complexes et paradoxaux avec l’environnement. Les préoccupations environnementales appellent à des actions des pouvoirs publics et des acteurs privés. Cela favorise l’adoption des technologies avancées telles que la 5G et des stratégies de déploiement de capteurs dans les villes intelligentes dans le but de mieux mesurer, entre autres, la pollution de l’air ou la dégradation de la qualité des eaux et d’améliorer la gestion des ressources urbaines. Cela entraîne une dépendance accrue envers des technologies coûteuses sur le plan financier et énergétique (Carnino et Marquet 2018, Diguet et Lopez 2019) même si certains progrès technologiques dans les secteurs des énergies renouvelables et de la construction durable, par exemple, sont pensés comme des solutions innovantes pour relever les défis de la durabilité et favoriser le développement d’une économie circulaire. Parallèlement, des innovations "low tech" émergent localement pour répondre aux besoins spécifiques des régions des Suds et réduire la dépendance au marché mondial. Pour autant, souvent loin des espaces urbains dans lesquels se déploient ces technologies, le numérique et plus encore l’IA sont des consommateurs importants de ressources (terres rares, énergie, eau) et générateurs de pollutions (rejets toxiques liés aux processus extractifs, émissions de gaz à effet de serre, déchets électroniques). Nous invitons donc des articles qui s’intéressent au rôle du numérique dans la gestion des environnements urbains, ou à la nécessité d’intégrer les impacts environnementaux du numérique produits par les villes, et s’interrogent sur la manière dont ces visions peuvent être conciliées en vue de futurs (urbains et non urbains) plus durables.

Axe 4 : Le numérique et l’IA par le bas : pratiques citoyennes et modèles alternatifs

Cet axe porte sur les pratiques citadines du numérique, à rebours des approches portant sur les stratégies des grands acteurs économiques du secteur et des politiques publiques afférentes. L’enjeu est de comprendre la manière dont les citadins – dans la diversité de leurs statuts socio-économiques – s’emparent des outils numériques et de l’IA au quotidien et contribuent à renouveler les modalités d’accès aux ressources urbaines et les modalités d’affirmation de leur place dans la ville. L'intégration de l'IA et de la robotique remodèle les expériences quotidiennes des habitants urbains, influençant leurs interactions avec l'environnement (Rose et Willis, 2019). Ces usages, parfois détournés et alternatifs, peuvent être collaboratifs et coordonnés par des ONG, prendre la forme institutionnalisée de civic tech ou être plus individuels et spontanés. De même, ils peuvent être le fait d’acteurs formels comme informels de l’économie urbaine. Ces nouvelles pratiques numériques citadines viennent renouveler la notion de citoyenneté urbaine et complexifier les répertoires d’action de l’engagement citadin, à l’interface entre espaces publics urbains et plateformes numériques (Antenucci et Tomasello, 2023). La forme et les modalités d'organisation de ces pratiques varient grandement selon les contextes politiques considérés et appellent à promouvoir une approche politique et située des pratiques numériques citadines. Nous invitons des articles portant sur ces nouvelles formes de mobilisation qui soulèvent plusieurs questions, concernant notamment le rôle du numérique dans les solidarités locales et les organisations de quartier, le jeu d'acteurs dans la construction quotidienne de la ville, la redéfinition de la relation des citadins aux espaces publics urbains à l'ère numérique, les inégalités d'accès aux ressources urbaines et les liens entre informalité urbaine et technologies numériques.

Axe 5 : Réajustements et tensions chez les acteurs de la fabrique urbaine à l’ère du numérique et de l’IA

Cet axe invite à une analyse approfondie des bouleversements affectant les acteurs de la fabrique territoriale : élus, chercheurs, citoyens, et professionnels (maîtres d’ouvrage, concepteurs, constructeurs, gestionnaires…). Le déploiement accéléré, souhaité ou redouté, du numérique et de l’intelligence artificielle se traduit par l’émergence de nouvelles fonctions et de nouveaux métiers ainsi que par des changements dans les pratiques, notamment chez les professionnels. Les nouveaux outils d’aide à la décision, l’évolution des process internes ou encore le renouvellement des équilibres organisationnels au profit du numérique modifient profondément la planification et la gestion urbaines (Kichin, Young et Dawkins, 2021; Ferchaud, Idt et Pauchon, 2023). En outre, ces mutations contribuent (et sont la résultante) d’une évolution des formations préparant aux métiers de la fabrique urbaine intègrent la question de la transition numérique, que ce soit à travers la création de nouveaux cursus sur les Big Data ou l’IA en lien avec l’aménagement ou la planification, la mise en place de cours dédiés ou leur intégration dans des dispositifs de formations existants, ainsi que la création d’une offre en formations continues et en alternances. Nous invitons donc des articles qui portent une réflexion sur les liens entre les nouveaux métiers de la ville, l’offre éducative liée au numérique et sur les préoccupations des professionnels de la fabrique urbaine. Il s’agit de s’interroger à la fois sur l’évolution des métiers mais aussi sur les modifications (ou leur absence) des pratiques et ce qu’elles engendrent comme nouvelles relations de pouvoir entre groupes professionnels et création de visions et d’imaginaires de ce qui fait ville.

Instructions aux auteurs

Articles scientifiques et notes scientifiques peuvent être publiés en français et/ou anglais.

Les modalités de mises en forme sont disponibles sur : https://journals.openedition.org/netcom/956

Les contributions sont à envoyer à :

Yasmina DRIS (dris.yasmina@gmail.com), enseignante-chercheure en Urbanisme, Ecole Supérieure des Professions Immobilières, ESPI2R, LET-LAVUE UMR CNRS 7218.

Marie GIBERT-FLUTRE (marie.gibert@u-paris.fr), Maîtresse de conférences en géographie, Université Paris Cité, UMR CESSMA 245.

Carine HENRIOT (carine.henriot@utc.fr), Enseignant-chercheur en Aménagement de l’espace et urbanisme, Université de technologie de Compiègne, Avenues .

Elisabeth PEYROUX, (elisabeth.peyroux@crns.fr), Chargée de Recherche, CNRS - UMR Prodig.

Marie-Hélène ZERAH, (marie-helene.zerah@ird.fr), Directrice de Recherche, IRD - UMR CESSMA, Université Paris Cité.

Calendrier indicatif

  • Lancement de l’appel à texte : 10 Avril 2024

  • Envoi d’une proposition de résumé (300 mots) : 30 mai 2024

  • Envoi des propositions d’articles : 1er octobre 2024

  • Publication du numéro thématique : mi-2025

Bibliographie

Antenucci I., Tomasello F., 2023. Three shades of ‘urban-digital citizenship’: borders, speculation, and logistics in Cape Town. Citizenship Studies, 27, 2, 247-270, 10.1080/13621025.2022.2073088.

Boullier D., 2016. Sociologie du numérique, Paris : Armand Colin.

Carnino G., Marquet C., 2018. Les datacenters enfoncent le cloud : enjeux politiques et impacts environnementaux d’internet. Zilsel, 3, 1, 19-62, 10.3917/zil.003.0019.

Cinnamon J., 2020. Attack the Data: Agency, Power, and Technopolitics in South African Data Activism. Annals of the American Association of Geographers, 110, 3, 623-639, 10.1080/24694452.2019.1644991.

Courmont A., 2021. Quand la donnée arrive en ville. Open data et gouvernance urbaine, Fontaine : Presses universitaires de Grenoble.

Courmont A., Le Galès P., 2019. Gouverner la ville numérique, Paris : la Vie des idées.fr PUF.

Cugurullo F., Caprotti F., Cook M., Karvonen A., Mguirk P., Marvin S., The rise of AI urbanism in post-smart cities: A critical commentary on urban artificial intelligence. Urban Studies, 0, 0, 00420980231203386, 10.1177/00420980231203386.

Diguet C., Lopez F., 2020. I. Territoires numériques et transition énergétique : les limites de la croissance, (Ed.), Prospective et co-construction des territoires au XXIe siècle, Paris, Hermann, 109-118.

Ferchaud F., Idt J., Pauchon A., 2023. Les pratiques des aménageurs à l’aune des dispositifs numériques. Enjeux de coordination et de contrôle des processus de production urbaine. Flux, 133, 3, 40-56, 10.3917/flux1.133.0040.

Kitchin R., Young G. W., Dawkins O., 2021. Planning and 3D Spatial Media: Progress, Prospects, and the Knowledge and Experiences of Local Government Planners in Ireland. Planning Theory & Practice, 22, 3, 349-367, 10.1080/14649357.2021.1921832.

Macrorie R., Marvin S., While A., 2021. Robotics and automation in the city: a research agenda. Urban Geography, 42, 2, 197-217, 10.1080/02723638.2019.1698868.

Marvin S., Luque-Ayala A., 2017. Urban Operating Systems: Diagramming the City. International Journal of Urban and Regional Research, 41, 1, 84-103,

Mintrom M., Sumartojo S., Kulić D., Tian L., Carreno-Medrano P., Allen A., 2022. Robots in public spaces: implications for policy design. Policy Design and Practice, 5, 2, 123-139, 10.1080/25741292.2021.1905342.

Peyroux E. Les études urbaines à l’épreuve du numérique : « Révolution technologique » et enjeux interdisciplinaires au prisme des métropoles sud-africaines : Mémoire d'HDR, Université Gustaffe Eiffel, 2023.

Rose G., Willis A., 2019. Seeing the smart city on Twitter: Colour and the affective territories of becoming smart. Environment and Planning D: Society and Space, 37, 3, 411-427, 10.1177/0263775818771080.

Zuboff S., 2019. The Age of Surveillance Capitalism: The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power, New York: Public Affairs.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search