Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Nous sommes heureux de présenter le premier numéro de la nouvelle formule de Noesis. Fondée par Dominique Janicaud en 1997, cette revue était jusqu’à présent le support de publication des travaux du Centre de Recherche en Histoire des Idées (CRHI) de l’université de Nice Sophia Antipolis. Cette histoire déjà longue, pour une revue, et parfois glorieuse, il faut à la fois la poursuivre et l’engager dans de nouvelles voies.

2En effet l’apparition des techniques numériques de communication a bouleversé la donne de la diffusion scientifique. Celles-ci permettant une publication rapide et une diffusion large de l’actualité de la recherche, en comparaison desquelles sa publication dans une revue « papier » apparaît désormais lente et peu réactive, il a été décidé que le CRHI diffuserait désormais ses travaux propres sous forme numérique sur son site web, dans une rubrique intitulée les Cahiers du CRHI.

3À côté de ceux-ci, la revue Noesis, débarrassée des aléas de l’immédiateté, peut désormais devenir une revue de philosophie ouverte aux contributions nationales et internationales. Elle possède désormais sa politique éditoriale propre, publiant des numéros thématiques détachés des travaux du CRHI, ainsi que des varia et des interventions sur les intérêts les plus variés d’une philosophie qui ne se décline qu’au pluriel. La mondialisation de la recherche suppose qu’une équipe comme la nôtre soit en fait ouverte aux recherches multiples de son champ, qu’elle fonctionne en réseau, voire comme un lieu de rendez-vous théorique. Une revue « papier » permet de multiplier les points de vue et les perspectives, tout en publiant des contributions de fond et des dossiers substantiels, là où, trop souvent, la diffusion télématique tourne à la conversation, à la discussion à bâtons rompus, voire à la controverse stérile. Cette multiplication des points de vue et perspectives correspondra à la vocation euro-méditerranéenne du CRHI, à son intérêt pour la confrontation de la culture européenne et des cultures voisines. Par-delà, elle correspondra à la vocation d’ouverture de l’université de Nice.

4L’enjeu, c’est la construction d’un espace de réflexion, de débat et d’illustration de la philosophie, d’une philosophie ouverte sur l’ensemble des savoirs et sur leur articulation, d’une philosophie donc, qui admette son impureté comme définissant sa vie propre : une pratique de la philosophie, non une opération de communication. C’est bien pourquoi Noesis sera ouverte à une interdisciplinarité bien comprise, tant par la publication d’articles de spécialistes de disciplines voisines, que par l’intérêt porté aux transferts de paradigmes ou à la refonte du savoir élaboré par une discipline dans une autre.

5La revue Noesis publie des articles en français et en anglais. Elle lance des appels à contributions et la sélection des articles anonymés sera faite par le comité de rédaction, suivant une procédure détaillée sur le site du CRHI.

6Cette diversification des fonctions et des modes d’expression de Noesis donnera – espérons-le – tout son sens au mot : université.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Préface », Noesis, 20 | 2012, 7-8.

Référence électronique

« Préface », Noesis [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/noesis/1815

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals